Abbaye d'Auberive
Abbaye d'Auberive
Image illustrative de l'article Abbaye d'Auberive
Les bâtiments du XVIIIe siècle
Présentation
Culte Catholicisme
Type Abbaye
Fin des travaux 1135
Protection  Classé MH (1956)
Géographie
Pays Drapeau de France France
Région Champagne-Ardenne
Département Haute-Marne
Ville Auberive
Coordonnées 47° 47′ 19″ N 5° 03′ 39″ E / 47.7886, 5.0608347° 47′ 19″ Nord
       5° 03′ 39″ Est
/ 47.7886, 5.06083
  

Géolocalisation sur la carte : Champagne-Ardenne

(Voir situation sur carte : Champagne-Ardenne)
Abbaye d'Auberive

L'abbaye d'Auberive est une abbaye cistercienne fondée à Auberive (Haute-Marne) en 1135[1].

Sommaire

Histoire

Issue du grand mouvement monacal du XIIe siècle, l’abbaye d'Auberive est fondée en 1135 par douze moines venus de l’abbaye de Clairvaux. La première pierre est posée par l'évêque de Langres Guillenc[2]. La présence de Bernard de Clairvaux (saint Bernard) est attestée en ses murs. Son implantation géographique correspond aux recherches cisterciennes : une terre isolée où la maîtrise de l’eau est nécessaire pour l’installation et la vie de la communauté. En effet, la règle de l'ordre de Saint-Benoît interdisant la consommation de viande, les cisterciens développent la pisciculture. À Auberive (Alba Ripa), les moines vont ainsi canaliser l’Aube sur environ 1 km, créer un système de canaux distribuant l’eau propre et évacuant les eaux usées, édifier un bief pour le moulin leur permettant une autarcie complète.

L'abbaye d'Auberive, 24e fille de Clairvaux, atteint son apogée en termes de possessions au XIIIe siècle avec 4 maisons de ville, 14 moulins, 13 étangs, 11 granges, une mine de fer et une autre de sel. Les XIVe et XVe siècles sont peu documentés. L’abbaye souffre de la guerre de Cent Ans : le troupeau de 2 540 moutons, en 1386, est réduit à 600 têtes en 1418. L’abbaye est contrainte de mettre en fermage la plupart de ses possessions par manque de convers.

Les XVIe et XVIIe siècles

L'abbaye passe en commende au XVIe siècle. Le roi de France, depuis le concordat de Bologne (1516), peut nommer les abbés commendataires, religieux ou laïcs, qui touchent une partie des bénéfices de l’abbaye. Entre 1519 et 1791, on comptera quatorze abbés commendataires à Auberive.
Le premier, Louis de Rye, abbé commendataire en 1519, fait construire le palais abbatial en dehors de l’enclos monastique ; son architecture, avec fenêtres à meneaux, est typique de la première moitié du XVIe siècle. Durant les guerres de religions, l'abbaye est pillée deux fois, en 1567 et 1587 ; les revenus sont alors difficilement collectés.
Dans la seconde moitié du XVIIe siècle, probablement sous le neuvième abbé commendataire (1650-1695), un agrandissement du premier bâtiment de l'abbaye est décidé : il entraîne quelques démolitions partielles.

Portail Jean Lamour

Le XVIIIe siècle

Le XVIIIe siècle marque la véritable reconstruction des bâtiments et la fin de l’abbaye cistercienne médiévale. Deux campagnes de construction donnent à l’édifice son apparence actuelle.
Entre 1753 et 1777, les ailes ouest et nord sont reconstruites, l’abbatiale du XIIe siècle est démolie (excepté le chœur) et est reconstruite parallèlement aux ailes est et ouest dans une orientation nord-sud. L’aile ouest est réservée aux hôtes : on lui donne un aspect de château avec une façade monumentale de style classique construite par l'architecte Claude-Louis d'Aviler. On reconstruit également les ponts sur l’Aube, le bief du moulin et le colombier.
Entre 1782 et 1787, c'est l’aile est, dortoir des moines, qui est refaite selon les plans de l’architecte Buron ; elle est surélevée pour lutter contre l’humidité.

À la Révolution, les ordres monastiques sont supprimés (1790). Les huit moines de l’abbaye partent au début de 1791. Puis le domaine est vendu comme bien national. Abel François Nicolas Caroillon de Vandeul[3], gendre de Diderot, achète les bâtiments et y installe une filature de coton dans l’aile est entre 1797 et 1807. Mais l’activité périclite et les Vandeul transforment alors l’abbaye en résidence. Ils y font notamment venir la grille de l’entrée d’honneur, dite « grille Jean Lamour »[4] ; elle provient de l’abbaye voisine de Beaulieu (à Hortes).

Le XIXe siècle

Après la mort de ses parents, le fils Vandeul[5] vend l’abbaye au maître de forges Bordet. Ce dernier démonte l’abbatiale du XVIIIe siècle pour en faire un haut fourneau à 6 km, au lieu dit « La Tuillière »[6]. Il élargit également le moulin pour en faire une orangerie.
En 1856, l’État fait l’acquisition de l’abbaye afin de désengorger la maison centrale de Clairvaux. Les lieux abritent alors une prison de femmes. Les bâtiments sont aménagés en deux campagnes : les murs d’enceinte sont renforcés, puis une chapelle polyvalente est construite ainsi que des cellules de punition dans l’aile est. La prisonnière le plus célèbre est la communarde Louise Michel, détenue vingt mois (décembre 1871 - août 1873) avant sa déportation en Nouvelle-Calédonie.
Entre 1885 et 1891, l’abbaye devient une colonie industrielle pour délinquantes mineures puis, de 1894 à 1924, une colonie agricole pour jeunes garçons. L’emploi du temps de la journée se partage alors entre travaux agricoles et enseignements élémentaires.

Le XXe siècle

L'abbaye, mise en vente par les Domaines, est réoccupée par des religieux au XXe siècle. En 1925, Mgr Ghika l'acquiert aux enchères[7] et y fonde la Maison de Saint-Jean afin de soulager toute détresse et soutenir les vocations, même tardives. Mais faute de moyens, les bâtiments sont cédés aux bénédictins de la Source de Paris.
Réquisitionnée pendant la Seconde Guerre mondiale, l’abbaye retrouve les bénédictins qui restaurent le chevet et le cloître.
En 1960, l’abbaye est vendue à l’entreprise Solvay pour être la colonie de vacances des enfants de son personnel (jusqu’en 2004).

Le XXIe siècle

L'abbaye, partiellement et progressivement a fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis 1956[8]. Aujourd'hui, l'abbaye est propriété privée de la famille Volot, qui en assure la réhabilitation culturelle avec un centre d'art contemporain et une saison musicale et festive durant l'été[9].
Ce site est ouvert au public. Il abrite également, dans son parc de six hectares et demi, un verger conservatoire d'anciennes variétés de fruitiers[10].
Quant à l'ancien palais abbatial voisin datant du XVIe siècle, il abrite une auberge[11].

Liens et références

Lien interne

Liens externes

Références

  1. Gilles Vilain (texte), Patrick Delance (photographies), L’abbaye d’Auberive, Haute-Marne, éditions Dominique Guéniot, ISBN 978-2-87825-346-7.
  2. évêque de Langres, le 3 ou le 4 février 1135.
  3. Abel François Nicolas Caroillon de Vandeul (1746-1813), un industriel de la région de Langres, épouse le 9 septembre 1772 la fille de Denis Diderot, Marie-Angélique Diderot (1753-1824).
  4. Notice no PM52000046, sur la base Palissy, ministère de la Culture
  5. Denis-Simon Caroillon de Vandeul (1775-1850)
  6. Notice no IA00070316, sur la base Mérimée, ministère de la Culture
  7. « Par des voies assez mystérieuses, et à travers lesquelles je suis forcé de reconnaître la main de Dieu, je viens de me rendre acquéreur d'une ancienne abbaye cistercienne qui deviendra le centre de nos œuvres, la Maison de Saint-Jean. Elle est située en pleine campagne à Auberive, dans le diocèse de Langres. Après avoir connu bien des avatars au cours du siècle dernier, prison de femmes, puis colonie pénitentiaire pour adolescents, elle a été mise en vente par les Domaines. J'en ai été informé par de fidèles amis et je me suis senti poussé à faire le pas. Personne n'ayant misé sur moi, je l'ai acquise dans de bonnes conditions. Mais je suis effrayé par l'ampleur de ce qu'il va falloir entreprendre pour remettre en état ce domaine. » (Vladimir Ghika)
  8. Ministère de la Culture, base Mérimée, « Notice no PA00078942 » sur www.culture.gouv.fr.
  9. Paul Smith, « Jean-Claude Volot : un patron en première ligne à Auberive » dans Petites affiches Matot Braine, 1er mai 2006, n° 7131, p. 40.
  10. 45 variétés anciennes de pommiers, de poiriers et de pruniers sont répartis en trois vergers.
  11. Site de l'auberge du palais abbatial d'Auberive

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Abbaye d'Auberive de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Centre d'art contemporain de l'abbaye d'Auberive — Le centre d art contemporain de l abbaye d Auberive est installé, depuis 2006, dans l aile ouest de l’ancienne abbaye cistercienne, en Haute Marne. Le centre possède l une des plus grandes collections privées d’art expressionniste de France, de… …   Wikipédia en Français

  • Auberive-sur-Suippe — Auberive  Ne doit pas être confondu avec Aubérive. Auberive Château d Auberive Administration …   Wikipédia en Français

  • Auberive —  Ne doit pas être confondu avec Aubérive. 47° 47′ 16″ N 5° 03′ 46″ E …   Wikipédia en Français

  • Liste D'abbayes Cisterciennes De France — Cet article liste les abbayes cisterciennes actives ou ayant existé sur le territoire français actuel. Il s agit des abbayes de religieux (moines, moniales) appartenant à l Ordre cistercien. Ces abbayes ont appartenu, à différentes époques, à des …   Wikipédia en Français

  • Liste d'abbayes cisterciennes de France — Cet article liste les abbayes cisterciennes actives ou ayant existé sur le territoire français actuel. Il s agit des abbayes de religieux (moines, moniales) appartenant à l ordre cistercien. Ces abbayes ont appartenu, à différentes époques, à des …   Wikipédia en Français

  • Liste d'abbayes cisterciennes de france — Cet article liste les abbayes cisterciennes actives ou ayant existé sur le territoire français actuel. Il s agit des abbayes de religieux (moines, moniales) appartenant à l Ordre cistercien. Ces abbayes ont appartenu, à différentes époques, à des …   Wikipédia en Français

  • Claude-Louis d'Aviler — Présentation Décès 14 septembre 1764 Paris Nationalité   …   Wikipédia en Français

  • Kloster Auberive — Zisterzienserabtei Auberive Lage Frankreich  Frankreich Region Champagne Ardenne Département Haute Marne Koordinaten …   Deutsch Wikipedia

  • Liste des lieux d'art contemporain en France — Cette liste regroupe des lieux non marchands (publics et privés) qui accueillent, de manière permanente ou occasionnelle, des expositions d art contemporain. Les musées d art contemporain, FRAC et centres d art contemporain conventionnés sont… …   Wikipédia en Français

  • 7e division d'infanterie (France) — 7e division d infanterie Pays  France Branche Armée de Terre Type Division d infanterie Rôle Infanterie …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”