Abandon d'enfant sous l'Ancien Régime

L'abandon d'enfant est un phénomène très ancien qui connut un développement important au XVIIIe siècle. En 1787, Necker, estimait à 40 000 le nombre d'enfants trouvés qui survivaient parmi les vingt-six millions d'habitants de la France.

On distinguait les « enfants trouvés », exposés dans les lieux publics, recueillis et transportés dans une institution, des « enfants abandonnés » que leurs parents confient à un proche, à une autorité locale, à une institution.

Sommaire

L'envergure de l'abandon

On ne connaît que les enfants pris en charge par les organismes d'assistance. Nombreux sont les enfants qui décèdent entre le moment de leur exposition et leur arrivée dans les hôpitaux. Ainsi les cimetières de la région de Vitry-le-François étaient l'ultime étape des enfants lorrains acheminés vers Paris. On peut donc multiplier les données ci-dessous par quatre ou cinq, voire plus, pour apprécier l'ampleur des abandons d'enfants. De 1640 à 1789, l'Hôpital des Enfants-Trouvés de Paris recueille 390 000 enfants, le flux passant de 30 enfants en 1640 à 5500 en 1780 (pour une population de 850 000 habitants). À Lyon on recense 600 enfants abandonnés en 1690, mais 1500 en 1790 (pour près de 130 000 habitants). À Marseille, on passe de 41 enfants en 1621 à 511 en 1788.

L'abandon a lieu très tôt dans la vie de l'enfant. À Lyon en 1716-1717, 40 % des enfants abandonnés ont moins de 2 jours, et 60 % moins d'un mois. À Paris en 1778, 60% ont moins d'un mois. À Nancy, en 1774, 40% ont moins d'une semaine, plus des trois quarts en 1788. Cette précocité de l'abandon trahit la réapparition sociale de la mère après un accouchement, souvent clandestin. Elle ne peut alors "s'encombrer" d'un enfant.

Les raisons de l'abandon

Les raisons de l'abandon sont multiples. Ces enfants peuvent être issus de mariage considéré comme illégitime, c’est-à-dire non-approuvé par le père d'un ou des deux mariés. L'ordonnance de 1556 impose le consentement paternel pour les filles jusqu'à 25 ans et 30 ans pour les garçons. Cette pratique se rencontre surtout dans la haute société.

Les enfants peuvent aussi avoir été procréés avant le mariage. Cela devient catastrophique en cas de refus du consentement paternel ou de la disparition du futur mari. À Meulan, on estime à 8 % les procréations « anticipées » entre 1660 et 1739, et à 12 % après 1740. À Sotteville-lès-Rouen il y en a 36 % entre 1760 et 1790.

Dans les milieux modestes urbains la pratique du concubinage est assez répandue. Ces unions temporaires, signes de la vie chaotique des ouvriers souvent contraints de changer de lieu de travail, sont à la merci d'un rupture du couple. À Reims, au milieu du XVIIIe siècle la moitié des abandonnés ont une mère célibataire issue des milieux des fileurs de laine. Le personnel domestique n'était pas épargné: la pratique était courante, on le sait, pour les fils de famille, d'être "déniaisé" par une servante. Quant aux hommes mariés, il n'était pas rare qu'ils se consolassent dans les bras d'une femme de chambre ou d'une cuisinière, le mariage sans amour étant souvent cause d'amour sans mariage… En cas de scandale (c’est-à-dire d'enfant illégitime) que l'on ne pouvait étouffer, la future mère risquait le renvoi. Elle venait donc accoucher à l'hôpital, où elle abandonnait l'enfant. À Paris entre 1772 et 1778, 30% des abandonnés proviennent de femmes ayant accouché à l'hôpital général.

Les couples légitimes pratiquent aussi l'abandon. Jean-Jacques Rousseau abandonnera cinq enfants et écrit, en 1751, à Madame de Francueil : « je gagne au jour la journée mon pain avec assez de peine, comment nourrirais-je une famille ». Les crises de subsistances très fréquentes au XVIIe siècle, sont l'occasion d'abandons massifs. À Paris pendant le « terrible hiver » de 1709, on passe de 1759 abandons en 1708, à 2525 en 1709 pour revenir à 1698 en 1710. À Lyon pour les mêmes dates les abandons sont 454, 1884, 589. Les abandons suivent le prix de vente des céréales. À Limoges, en 1730, il y a en moyenne 4,8 abandons par mois quand le setier de seigle coûte 2,77 livres, mais 46 abandons quand il monte à 8,20 livres (1770) et 72 abandons quand il monte à 8,32 (1788). Beaucoup de billets retrouvés dans les langes des enfants abandonnés montrent que la misère pousse les familles à se débarrasser d'une bouche de trop, quitte à promettre de reprendre l'enfant quand la situation se sera améliorée.

La contraception peu répandue, en particulier dans les milieux populaires, l'avortement assimilé à l'infanticide, ne permettaient pas aux couples de pratiquer le contrôle des naissances. Ceux qui pour de multiples raisons ne souhaitaient pas garder l'enfant n'avaient plus que le recours à l'abandon. L'assistance aux enfants abandonnés étant, malgré des efforts, déficiente, c'était condamner à mort le plus grand nombre d'abandonnés.

Bibliographie

  • Jean Sandrin, Enfants trouvés, enfants ouvriers, XVIIe-XIXe siècle, Éditions Aubier, 1982 (ISBN 978-2-7007-0272-9)
  • Martine Bekaert, « Marc Nollis, né de père et de mère inconnus », dans Revue généalogique normande (ISSN 0294-7382), no 84, 2002
  • Catriona Seth, « L’enfant de papier », Les enfants du secret. Enfants trouvés du XVIIe siècle à nos jours, Paris, Magellan et Musée Flaubert et d’histoire de la médecine, 2008, p. 52-73.
  • Catriona Seth, « L’enfant des lettres », Les enfants du secret. Enfants trouvés du XVIIe siècle à nos jours, p. 114-129.
  • Catriona Seth, « Le corps invisible des enfants trouvés », Les discours du corps au XVIIIe siècle: Littérature – Philosophie – Histoire – Science, Québec, Presses de l’Université Laval, 2009, p. 217-233.

Voir aussi



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Abandon d'enfant sous l'Ancien Régime de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Abandon d'enfant sous l'Ancien Regime — Abandon d enfant sous l Ancien Régime L abandon d enfant est un phénomène très ancien qui connut un développement important au XVIIIe siècle. En 1787, Necker, estimait à 40 000 le nombre d enfants trouvés qui survivaient parmi les vingt …   Wikipédia en Français

  • Abandon d'enfant sous l'ancien régime — L abandon d enfant est un phénomène très ancien qui connut un développement important au XVIIIe siècle. En 1787, Necker, estimait à 40 000 le nombre d enfants trouvés qui survivaient parmi les vingt six millions d habitants de la France …   Wikipédia en Français

  • Histoire d'Arles sous l'Ancien Régime — L Ancien Régime arlésien commence peu après l annexion de la ville à la France. Déchue de tout rôle politique au profit d Aix, la cité subit de nombreuses épreuves telles que les épidémies de pestes et les Guerres de religion, mais se transforme… …   Wikipédia en Français

  • Abandon d'enfant — sous l Ancien Régime L abandon d enfant est un phénomène très ancien qui connut un développement important au XVIIIe siècle. En 1787, Necker, estimait à 40 000 le nombre d enfants trouvés qui survivaient parmi les vingt six millions d… …   Wikipédia en Français

  • Abandon d'enfants — L abandon d enfants peut prendre plusieurs formes, parfois régulées comme c est le cas pour l accouchement sous X ou les safe haven laws (en) dans certains Etats des États Unis, qui permet à la mère d accoucher à l hôpital et en toute… …   Wikipédia en Français

  • Histoire d'Arles à l'époque médiévale tardive — Commencé en 1306 par l accueil des juifs chassés du Languedoc[1], le Moyen Âge tardif arlésien se termine par le pogrom de 1484[2] suivi de l expulsion des juifs de la cité[3], après le rattachement de la ville au royaume de France en 1483. Entre …   Wikipédia en Français

  • Guerre d'indépendance de l'Algérie — Guerre d Algérie Guerre d’Algérie Semaine des barricades à Alger Fin janvier 1960 Informations générales Date 1954 1962 Lieu …   Wikipédia en Français

  • sous- — ♦ Préfixe à valeur de préposition (sous main) ou d adverbe (sous jacent), marquant la position (sous sol, sous muqueux), la subordination (sous préfet), la subdivision (sous règne), le degré inférieur (sous littérature, sous prolétariat) et l… …   Encyclopédie Universelle

  • Abandon familial — Famille Pour les articles homonymes, voir Famille (homonymie) …   Wikipédia en Français

  • L'Église catholique en France (1940-1944) — Église catholique en France pendant la Seconde Guerre mondiale L’Église catholique en France pendant la Seconde Guerre mondiale a joué un rôle de première importance dans l histoire du régime de Vichy, tant en zone libre qu en zone occupée . Avec …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”