Cochinchine
Drapeau de la République de Cochinchine

La Cochinchine était la partie la plus méridionale (au sud) du Viêt Nam à l’est du Cambodge, formant surtout le delta du fleuve Mékong (les deux autres parties du Viêt Nam étaient l’Annam et le Tonkin).

Son nom dérive de l'usage par les Portugais de la ville de Cochin pour désigner l'Inde (d'où, plus tard, la dénomination Indochine). Au XVIe siècle, d'autres dénominations telles Chinecochin ou Champachine sont attestées. Initialement n'englobant pas le royaume de Champa, la dénomination sera étendue plus tard sous l'empire français à toute la partie méridionale. Localement il est appelé Nam Bộ (南圻), signifiant « frontière sud. »

Histoire

Grâce à des fouilles archéologiques conduites depuis la fin des années 1990, on sait que la région est habitée depuis plus de 2 000 ans[1]. Des royaumes qui gravitaient autour de l’antique cité d’Angkor Borey (actuellement dans la province cambodgienne de Takev) et l’ancien port d’Óc Eo (aujourd’hui dans la province vietnamienne d’An Giang) sont postérieurs au IIe siècle av. J.‑C..

En -111, sous le règne de Wudi de la Chine Han, le commandement Jiaozhi (交趾郡) fut établi, parmi deux autres commandements dans le reste du Viêt Nam: Jiuzhen 九真郡) et Ri'nan (日南郡).

Au IIIe siècle de notre ère, des émissaires chinois qui visitèrent la région décrirent un royaume qu'ils appelèrent Fou-nan[2].

L’archéologue Miriam Stark, qui a dirigé des recherches depuis 1999 dans la région, déclare que l’empire khmer qui régna sur la zone du IXe au XVIIe siècle, n’est que l’un des derniers régimes qui se sont succédé au sud du delta du Mékong[3].

En 1623, alors que l’empire khmer a amorcé son déclin, le roi Chey Chettha II du Cambodge (1618-1628) autorise des réfugiés annamites qui fuient la guerre civile entre les Trinh et les Nguyen à s'installer dans la région de Prey Nokor, un ancien village de pêcheurs bâti sur des marécages et devenu le principal port maritime de l’empire[4].

En 1698, le prince Nguyễn Hữu Cảnh est envoyé par la cour de Hué pour établir une administration annamite sur la région et la détacher de la tutelle du Cambodge alors en pleine déliquescence[5]. Très vite, Prey Nokor devient Sài Gòn, avant d’être rebaptisée bien plus tard (1975) Hô-Chi-Minh-Ville.

En 1757, l’expansion annamite se poursuit avec la colonisation des provinces de Psar Dèk (renommée Sa Đéc, rattachée aujourd’hui à la province de Đồng Tháp) et Moat Chrouk (qui deviendra Châu Dôc)[4].

En décembre 1845, un traité est conclu entre le roi cambodgien Ang Duong et les commandants des forces annamites et siamoises qui confirme l’annexion définitive du delta du Mékong au profit du premier nommé[6],[7],[8].

Mais la donne change le 17 février 1859, lorsqu’un corps expéditionnaire français débarque dans le delta du Mékong[9]. Le 5 juillet 1862, l'empereur annamite Tự Đức doit par le premier traité de Sài Gòn, cèder à la France les provinces de Đồng Nai, Gia Dinh et Vinh Tuong[10].

Très vite, l'amiral de la Grandière, nommé gouverneur, veut assoir la présence française et développer le port de Sài Gòn afin de contrer l'influence grandissante de Singapour, aux mains des Britanniques[11].

À partir de mars 1866, les forces françaises jouent des antagonismes interethniques et utilisent notamment des combattants Khmer Krom[12] pour investir les provinces de Vĩnh Long, Hà Tiên et Châu Dôc qui sont annexées aux possessions françaises en 1867. Le 15 mars 1874, un second traité de Sài Gòn confirme la pleine souveraineté de la France sur ces trois provinces nouvellement annexées : la colonie française de Cochinchine vient de naître[13].

Général de Beylié

Le 15 juillet 1910, le naufrage de la chaloupe-canonnière La Grandière sur les rapides du Mékong provoque la mort du gouverneur militaire de Saïgon, le général Léon de Beylié, du médecin-major Vincent Rouffiandis et de deux matelots. Tous les drapeaux des édifices publiques sont mis en berne dans l'Indochine française

L’exploitation de cette nouvelle colonie exigera rapidement l’utilisation d’une main d’œuvre nombreuse que la région n’était pas en mesure de fournir. La France puisa alors les bras qui lui manquaient dans les plaines surpeuplées du Tonkin[14].

Le 1er juin 1946, l'amiral Thierry d'Argenlieu, haut-commissaire de France en Indochine, suscite la proclamation d'une république autonome de Cochinchine sous la présidence du docteur Nguyễn Văn Thinh, qui se suicide quelques mois plus tard (10 novembre 1946). Aux termes de la loi du 4 juin 1949, la Cochinchine est intégrée à l’État du Viêt Nam[15]. Mais, devant les réserves du roi Norodom Sihanouk, qui affirme les prétentions cambodgiennes sur la région, l'article 3 de cette loi précise que ce rattachement serait susceptible d’être remis en cause si le statut du Viêt Nam venait à changer[16].

Ce changement interviendra le 21 juillet 1954 lors des accords de Genève qui scellent l’indépendance totale du Viêt Nam, mais sans toutefois que le statut de la Cochinchine, alors intégrée au Sud-Viêt Nam, ne soit remis en cause à cette occasion.

La Cochinchine actuelle

L’ancien territoire de la Cochinchine regroupe les régions administratives vietnamiennes actuelles de Đồng bằng sông Cửu Long (Delta du Mékong) et de Đông Nam Bộ (Sud-est)[17], soit, d'après le dernier recensement[18], 27 840 598 habitants vivant sur 74 445 km² et répartis dans les provinces suivantes:

La Cochinchine était la partie sud (en bleu) de l'actuel Viêt-Nam

Liste des références

  1. (en) Dr Miriam T. Stark, Lower Mekong Archaeological Project University of Hawai’i at Manoa, Department of Anthropology
  2. (en) Peregrine, P.N. & Melvin Ember, Encyclopedia of Prehistory: East Asia and Oceania, Springer, 2001 (ISBN 978-0306462573)
  3. (en) Dr Miriam T. Stark, Excavating the Delta, Humanities, septembre/octobre 2001
  4. a et b (en) Nicholas Tarling, Tēhe Cambridge History of Southeast Asia, Cambridge University Press, 2000 (ISBN 978-0521663709)
  5. (fr) Mathieu Guérin, Andrew Hardy, Nguyen Van Chinh, Stan-Tan Boon Hwee et Yves Goudineau, Des montagnards aux minorités ethniques : Quelle intégration nationale pour les habitants des hautes terres du Viêt Nam et du Cambodge ?, L'Harmattan, 1er novembre 2003 (ISBN 978-2747532884)
  6. (fr) A. Dauphin-Meunier, Histoire du Cambodge, PUF, 1961
  7. (fr) Phung Van Dan, « La formation territoriale du Vietnam », Revue du Sud-Est Asiatique, Bruxelles, 1964
  8. (fr) Obayawath Wasana, Les relations entre la Thaïlande et le Cambodge depuis 1863, thèse, Université d’Aix-Marseille, 1968
  9. (fr) Alain Forest, Cambodge contemporain, Les Indes savantes, 21 novembre 2008 (ISBN 978-2846541930)
  10. (en) Oscar Chapuis, The Last Emperors of Vietnam: From Tu Duc to Bao Dai, Greenwood Press, 30 mars 2000 (ISBN 978-0313311703)
  11. (fr) Dr A. Benoist de La Grandière, Souvenirs de campagne. Les ports de l'Extrême-Orient, débuts de l'occupation française en Cochinchine, Le Chevalier, 1869
  12. (fr) Charles André Julien et Robert Delavignette, Les constructeurs de la France d'outre-mer, Correa, 1946
  13. (fr) Raoul Marc Jennar - ka-Set – Célébrer les 4 et 5 juin : entretenir une fiction, 4 juin 2008
  14. (fr) Marc Ferro, Le livre noir du colonialisme, Hachette, 17 mars 2004 (ISBN 978-2012791831)
  15. (en) Pierre Brocheux, The Mekong Delta: Ecology, Economy, and Revolution, 1860-1960, University of Wisconsin, 15 juin 2009 (ISBN 978-1881261131)
  16. (fr) Journal officiel de la République française du 5 juin 1949, page 05502 – Loi n° 49-733 du 4 juin 1949 modifiant le statut de la Cochinchine dans l’Union française
  17. (fr) Indochine-souvenir.com - Cartes et plans Cochinchine française
  18. (en) TONG CUC THONG KE - General Statistics Office - Population as of 1 April 1999 by province

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Cochinchine de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Cochinchine — ancienne désignation, par les Européens, du sud du Viêt nam, correspondant au Nam Bô actuel …   Encyclopédie Universelle

  • cochinchine — npf. (région du sud de l Indochine, incorporée au Viet nam en 1948) : Kochinchina (Albanais.BEA.) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Cochinchine (Danse) — Probablement d origine danoise, la Cochinchine aurait été introduite en France dès l entre deux guerres, avant de profiter du revivalisme des années 1970 pour enfin acquérir sa popularité actuelle. La danse s apparente à la troïka russe.… …   Wikipédia en Français

  • Cochinchine (danse) — Probablement d origine danoise, la Cochinchine aurait été introduite en France dès l entre deux guerres, avant de profiter du revivalisme des années 1970 pour enfin acquérir sa popularité actuelle. La danse s apparente à la troïka russe.… …   Wikipédia en Français

  • Societe generale des tramways a vapeur de Cochinchine — Société générale des tramways à vapeur de Cochinchine La Cochinchine est le berceau du rail indochinois, et la petite ligne de Saigon à Cholon est historiquement la première ligne du Viêt Nam Tramway dans les rues de Cholon. 1910 Sommaire …   Wikipédia en Français

  • Société Générale des Tramways à Vapeur de Cochinchine — La Cochinchine est le berceau du rail indochinois, et la petite ligne de Saigon à Cholon est historiquement la première ligne du Viêt Nam Tramway dans les rues de Cholon. 1910 Sommaire …   Wikipédia en Français

  • Société générale des tramways à vapeur de cochinchine — La Cochinchine est le berceau du rail indochinois, et la petite ligne de Saigon à Cholon est historiquement la première ligne du Viêt Nam Tramway dans les rues de Cholon. 1910 Sommaire …   Wikipédia en Français

  • Régiment de Marche de Cochinchine — 11e régiment d infanterie coloniale 11e régiment d infanterie coloniale Insigne régimentaire du 11e R.I.C …   Wikipédia en Français

  • Campagne De Cochinchine — La campagne de Cochinchine est une expédition militaire qui a permis à la France de conquérir une partie de la péninsule indochinoise. Histoire En 1857, Napoléon III a clairement des vues d annexion sur la région correspondante à l actuel Viêt… …   Wikipédia en Français

  • Campagne de cochinchine — La campagne de Cochinchine est une expédition militaire qui a permis à la France de conquérir une partie de la péninsule indochinoise. Histoire En 1857, Napoléon III a clairement des vues d annexion sur la région correspondante à l actuel Viêt… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”