Classification Spectrale Des Astéroïdes

Classification spectrale des astéroïdes

Les astéroïdes sont classés selon un système basé sur leur couleur, leur albédo et leur spectre optique. Ces propriétés étaient censées correspondre à la composition de leur surface. Ce système fut développé en 1975 par Clark R. Chapman, David Morrison et Ben Zellner. Il faut noter, cependant, que certains types sont plus facilement détectables que d'autres. Ainsi, ce n'est pas parce que la proportion d'astéroïdes d'un type donné est plus importante qu'ils sont effectivement plus nombreux.

type C 
75% des astéroïdes connus sont de ce type. Le « C » signifie carboné. Ces astéroïdes sont très sombres (coefficient d'albédo autour de 0,03) et similaires aux météorites chondrites carbonées. Leur composition chimique est proche de celle du système solaire primitif, sans les éléments légers et volatils comme les glaces. Leur spectre est plutôt bleu et plat.
type S 
17% des astéroïdes sont de type S, le S correspondant à la silice. Ils sont assez brillants (albédo 0,10-0,22). Ils sont riches en métal (fer, nickel et magnésium principalement). Leur spectre se situe vers le rouge, similaire à celui des météorites sidérolithes.
type M 
Cette classe inclut la plupart du reste des astéroïdes. M signifie métallique. Ils sont faits d'alliage fer-nickel et brillants (albédo 0,10-0,18).

Il y a un certain nombre de types plus rares, nombre qui augmente au gré des nouvelles découvertes :

  • type E, pour enstatite, comme (2867) Steins ; une vingtaine de ce type ont été répertoriés en 2008
  • type R, pour rouge,
  • type V, pour 4 Vesta (on suppose que ce sont des fragments de ce plus gros représentant).

Actuellement on utilise aussi les types suivants :

  • type A : caractéristique des astéroïdes de la ceinture interne et dont on pense qu'ils proviennent d'un manteau complètement différencié.
  • type B : une subdivision du type C qui s'en distingue par des différences dans l'absorption de l'ultraviolet.
  • type D : se caractérise par un albédo très faible et un spectre rougeâtre uniforme. Les astéroïdes de type D se trouvent à l'extérieur de la ceinture et au-delà ; par exemple (152) Atala, (588) Achille, (624) Hector et (944) Hidalgo.
  • type F : une subdivision du type C qui s'en distingue par des différences dans l'absorption de l'ultraviolet et l'absence d'absorption d'eau à 3 µm.
  • type G : une subdivision du type C qui s'en distingue par des différences dans l'absorption de l'ultraviolet. Un représentant de ce type est 1 Cérès.
  • type P : se caractérise par un albédo très faible et un spectre rougeâtre uniforme. Les astéroïdes de type P se trouvent à l'extérieur de la ceinture et au-delà.
  • type Q : caractéristique des astéroïdes de la ceinture interne et possédant de larges et intenses raies d'olivine et de pyroxène à 1 µm. Ce type est spectralement très proche des météorites chondrites ordinaires, ce qui a permis aux scientifiques de spéculer qu'ils sont abondants, mais seuls 4 astéroïdes de ce type ont été trouvés dont (1862) Apollon et (2063) Bacchus.
  • type T : type rare d'astéroïdes de la ceinture interne de composition inconnue et avec un spectre foncé, uniforme et rougeâtre ainsi que des lignes d'absorption modérée vers 0,85 µm. À cette date, il n'existe aucune météorite analogue connue. Bien qu'on pense qu'elles sont anhydres, on suppose qu'il s'agit d'un type proche du type P ou D, voire un type C fortement altéré. Un exemple est (114) Cassandre.

Problème avec le système de classification

Originellement, la classification des astéroïdes se basait sur des suppositions au sujet de leur composition :

Ceci apporta beaucoup de confusion car le type spectral d'un astéroïde n'est pas indicatif de sa composition. Si des astéroïdes de différents types n'ont probablement pas la même composition, il n'y a aucune garantie que des astéroïdes de même type ont des compositions similaires. Néanmoins, on n'arriva pas à se mettre d'accord sur un nouveau système de classification et on garda donc l'ancien système.

Liens externes

  • Portail de l’astronomie Portail de l’astronomie
Ce document provient de « Classification spectrale des ast%C3%A9ro%C3%AFdes ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Classification Spectrale Des Astéroïdes de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Classification spectrale des asteroides — Classification spectrale des astéroïdes Les astéroïdes sont classés selon un système basé sur leur couleur, leur albédo et leur spectre optique. Ces propriétés étaient censées correspondre à la composition de leur surface. Ce système fut… …   Wikipédia en Français

  • Classification spectrale des astéroïdes — Article principal : Astéroïde. 253 Mathilde, de classe C …   Wikipédia en Français

  • Classification Spectrale — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. En mathématiques appliquées : La classification spectrale est une technique de traitement du signal. En astronomie : Il est possible de classer… …   Wikipédia en Français

  • Classification spectrale — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. En mathématiques appliquées : La classification spectrale est une technique de traitement du signal. En astronomie : Il est possible de classer… …   Wikipédia en Français

  • Asteroïdes — Astéroïde L’astéroïde géocroiseur 433 Éros où s’est posée la sonde NEAR Shoemaker. Un astéroïde est un objet céleste dont les dimensions varient de quelques dizaines de mètres à plusieurs kilomètres et qui, à la différence d’une comète, tourne… …   Wikipédia en Français

  • Astéroïdes — Astéroïde L’astéroïde géocroiseur 433 Éros où s’est posée la sonde NEAR Shoemaker. Un astéroïde est un objet céleste dont les dimensions varient de quelques dizaines de mètres à plusieurs kilomètres et qui, à la différence d’une comète, tourne… …   Wikipédia en Français

  • Astéroïdes de type M — Les astéroïdes de type M sont des astéroïdes dont la composition est partiellement connue ; ils sont modérément brillants (albédo 0,1–0,2). Certains, mais pas tous, sont faits de nickel fer, soit pur, soit mélangé avec de petites quantités… …   Wikipédia en Français

  • Astéroïdes de type S — (433) Éros, un exemple d astéroïde de type S. Les astéroïdes de type S sont principalement composés de silice. Environ 17 % des astéroïdes sont de ce type ; ils constituent donc le deuxième type d astéroïdes le plus important, après les …   Wikipédia en Français

  • Astéroïdes de type C — (253) Mathilde, un astéroïde de type C Les astéroïdes de type C sont de type carboné ce que symbolise la lettre C. Ces astéroïdes sont très sombres (coefficient d albédo autour de 0,03) et similaires aux météorites chondrites carbonées. Leur… …   Wikipédia en Français

  • Astéroïdes de type J — Les astéroïdes de type J sont des astéroïdes ayant un spectre proche des diogénites et semblent provenir d une couche plus profonde de (4) Vesta. Leur spectre est proche de celui des astéroïdes de type V mais ont une absorption plus forte dans la …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”