ATDK

Anne Teresa De Keersmaeker


Anne Teresa De Keersmaeker
Anne Teresa De Keersmaeker en 2008
Anne Teresa De Keersmaeker en 2008

Surnom ATDK
Naissance 11 juin 1960
Malines en Belgique
Activité principale Chorégraphe et danseuse
Style Danse contemporaine
Lieux d'activité Bruxelles
Années d'activité Depuis 1980
Collaborations Thierry De Mey, Steve Reich, Fumiyo Ikeda, Jolente De Keersmaeker
Formation École Mudra, Tisch School of the Arts
Maîtres Lilian Lambert, Fernand Schirren
Enseignement Maurice Béjart
Récompenses Bessie Award en 1989 et 1999
Distinctions honorifiques Baronne en Belgique
Commandeur de l'Ordre des Arts et des Lettres
Œuvres principales
Fase
Rosas danst Rosas
Just Before
Drumming
Rain
Once
(But If a Look Should) April Me
D'un soir un jour

Anne Teresa De Keersmaeker, née le 11 juin 1960 à Malines en Belgique, est une danseuse et chorégraphe belge flamande. Elle est une figure majeure de la danse contemporaine belge et mondiale[1],[2] qui s'est imposée au début des années 1980 grâce à la volonté de renouveler le lien intense entre danse et musique[3]. En 1983, elle crée la compagnie Rosas au sein de laquelle elle développe depuis son langage chorégraphique propre avec plus de 35 chorégraphies à son actif à ce jour. Anne Teresa De Keersmaeker prend la direction chorégraphique du théâtre de La Monnaie à Bruxelles de 1992 à 2007 et a fondé en 1995 une des écoles de danse contemporaine les plus importantes, l'École P.A.R.T.S..

Sommaire

Biographie

Anne Teresa De Keersmaeker passe son enfance à Wemmel où son père était fermier[4]. Elle a fait ses études secondaires à Bruxelles où elle commence par faire de la musique (de la flûte traversière dont elle continue toujours la pratique[4]) avant de prendre ses premiers cours de danse, à sa demande, à l'âge de 10 ans[5]. Elle suit ensuite des cours de ballet classique à l'École Lilian Lambert de Bruxelles[6] où elle fait la connaissance de ses futurs partenaires de création artistique Michèle Anne De Mey et son frère le musicien Thierry De Mey[6]. Pendant sa formation de 1978 à 1980 à l'École Mudra (fondée par Maurice Béjart) elle assiste entre autres aux cours du musicien et pédagogue Fernand Schirren qu'elle avait rencontré plus tôt chez Lambert[6] et qui constitue une personne essentielle dans son apprentissage de l'analyse musicale, de la structure, et du rythme.

Elle part ensuite deux ans aux États-Unis, sur une bourse de la Fondation belge de la vocation, pour étudier à la Tisch School of the Arts de la New York University où elle découvre la danse postmoderne américaine[7]. Durant cette période américaine, elle suit les cours de l'Experimental Theater Wing et du Department of Performance Studies, et est en contact avec de nombreux mouvements artistiques new-yorkais[7]. En autres, la découverte de la musique de phase, dite musique minimaliste, de Steve Reich que lui avait fait découvrir Thierry De Mey[7],[6], sera décisive dans l'orientation de ses compositions chorégraphiques tout au loin de sa carrière[8],[9]. Ainsi, après avoir obtenu un vif succès avec sa pièce Fase (1982), un duo inspirée des compositions Violin Phase (1967), Piano Phase (1967), Come Out (1966) de Reich, elle crée la Compagnie Rosas en 1983. Fase deviendra une pièce essentielle du répertoire contemporain et toujours dansée ponctuellement par De Keersmaeker 25 ans plus tard[10]. Les pièces Fase et Rosas danst Rosas, datant de l'année suivante, seront fortement soutenues par Hugo de Greef, fondateur du Kaaitheater, qui la fait entrer dans le réseau de financement institutionnel et lui permet de subvenir aux productions de sa jeune compagnie par le Théâtre de la Ville à Paris, le Hebbel Theater de Berlin, le Festival d'Avignon, et la Brooklyn Academy of Music de New York qui co-produisent et programment ses créations[7].

Avec Fase, elle renoue le lien en partie distendu entre danse et musique[3] depuis les travaux de Merce Cunningham et John Cage[11] et dès lors l'ensemble de son œuvre est intimement liée à une utilisation presque radicale de la musique (qu'elle soit classique, contemporaine, jazz, musique du monde, folk musique) comme support premier de son discours chorégraphique[4] énergique, rigoureux, souvent épuré mais malgré tout très émotionnel. Sa danse se développe ainsi sur des bases de géométries scéniques (cercles, courtes spirales, diagonales impeccables) et sonores extrêmement strictes, et en adéquation permanente. À ce titre, la musique est très souvent jouée en direct lors des représentations notamment par l'Ensemble Ictus avec lequel la compagnie collabore étroitement.

En 1988, sa pièce Ottone Ottone est défendue par Gerard Mortier qui la programme à La Monnaie de Bruxelles[7]. Après ce premier contact avec l'institution bruxelloise et une période de transition due au départ de Maurice Béjart, elle est choisie par le nouveau directeur Bernard Foccroulle comme compagnie résidente au Théâtre de la Monnaie en 1992. En 1995, De Keersmaeker fonde l'École P.A.R.T.S. (Performing Arts Research and Training Studios) en étroite collaboration avec La Monnaie, afin de théoriser et transmettre son langage chorégraphique. Elle justifie cette démarche également par la volonté de combler le vide laissé par le départ de Béjart pour Lausanne[5]. Pour cet enseignement, elle obtient la participation de Fernand Schirren, comme professeur de rythme[12]. Après des créations incorporant dans ses spectacles des aspects plus théâtraux, comme Just Before (1997) qu'elle écrit en collaboration avec sa sœur Jolente De Keersmaeker, ou des vidéos comme Erwartung (1995), Anne Teresa De Keersmaeker fait un retour à la danse pure avec la pièce Drumming (1998) et une chorégraphie essentielle de son œuvre Rain (2001), une nouvelle fois sur les compositions de Steve Reich, Music for 18 Musicians (1976). Suivront des créations plus intimistes où Anne Teresa De Keersmaeker est seule sur scène comme pour Once (2002) sur la musique de Joan Baez, ou accompagnée de quelques danseurs comme pour Desh et Raga for the Rainy Season (2005) utilisant la musique traditionnelle indienne et le chef-d'œuvre de John Coltrane, A Love Supreme.

En 2002, Thierry De Mey réalise, pour les vingt ans de la compagnie, une version cinématographique de Fase. En 2004, De Mey récidive avec la réalisation d'un film original sur les dix pièces composant l'ensemble Counter Phrases. En 2004, elle met en scène l'opéra Hanjo du japonais Toshio Hosokawa, au Festival d'Aix-en-Provence et déclare : « Il y a dans cette musique, un rapport de connivence aussi étroit entre le son et le silence qu'il y en a, pour moi, entre le mouvement et l'immobilité. J'y vois aussi une très grande économie de moyens, un désir d'austérité, de lenteur ». Ce désir d'austérité et une sècheresse apparente qui cherchent cependant « à faire jaillir la vie »[13] sont depuis le début des années 1980 les marques d'identités d'Anne Teresa De Keersmaeker. En 2008, suite au départ de nombreuses danseuses de la compagnie et au recrutement d'une nouvelle génération de jeunes danseurs conjugué à une absence d'inspiration musicale, elle réalise un « virage » dans son processus de création en écrivant une pièce, The Song, bâtie autour du silence et de quelques bruitages dont la structure repose autour de l'espace scénique, des lumières et du seul mouvement des corps[4].

Sur le plan personnel Anne Teresa De Keersmaeker est la mère de deux enfants[14].

Liste des chorégraphies

Filmographie

Prix et distinctions

Bibliographie

Livres sur Anne Teresa De Keersmaeker 
  • Jean-Marc Adolphe et coll., Rosas - Anne Teresa De Keersmaeker, La Renaissance du livre, Tournai, 2002, 300 p. (ISBN 2-8046-0695-3) .
  • Philippe Guisgand, Les fils d'un entrelacs sans fin : La danse dans l'œuvre d'Anne Teresa de Keersmaeker , Presses Universitaires du Septentrion, 2008, 339 p. (ISBN 2757400290) .
Livres d'Anne Teresa De Keersmaeker 
  • Anne Teresa De Keersmaeker, Anne Teresa De Keersmaeker - Achterland , À Voir, 1994 (ISBN 9055190462) .

Références et notes

  1. Panorama de la danse contemporaine. 90 chorégraphes, par Rosita Boisseau, Éditions Textuel, Paris, 2006, p.301.
  2. (en) «Its [Violin Phase] blunt magnificence illustrates how and why she first gained international prominence a quarter of a century ago» («Sa [Violin Phase] grandeur immédiate explique comment et pourquoi elle a obtenu rapidement une proéminence internationale il y a un quart de siècle») dans Dance to the Music of Steve Reich par Allen Robertson dans The Times du 2 octobre 2006.
  3. a  et b Isabelle Ginot et Marcelle Michel, La Danse au XXe siècle, Éditions Larousse, 2002, p.195-197 (ISBN 2-0350-5283-1).
  4. a , b , c  et d Anne Teresa De Keersmaeker : "La danse est un langage en soi" dans Le Monde du 31 juillet 2009
  5. a  et b Anne Teresa de Keersmaeker - En phase dans Les Inrockuptibles nº72 du 20 mars 1996, p.30.
  6. a , b , c  et d Entretien avec Anne Teresa De Keersmaeker dans le bulletin du Kaaitheater de mars-avril 2008.
  7. a , b , c , d  et e Adolphe et coll. (2002), p.298-299
  8. À ce jour, cinq chorégraphies importantes de De Keersmaeker sont écrites sur des compositions de Steve Reich : Fase (1982) avec Piano Phase, Violin Phase, Come Out, Clapping Music; Drumming (1998) avec Drumming; Rain (2001) avec Music for 18 Musicians; Counter Phrases (2004) avec Dance Patterns; et Steve Reich Evening (2007) reprenant différentes œuvres du compositeur.
  9. Questions from Anne Teresa de Keersmaeker & Answers from Steve Reich sur le site officiel de Steve Reich.
  10. Anne Teresa De Keersmaeker revient sur son passé dans Le Figaro du 30 avril 2007.
  11. Rosita Boisseau, op. cit. p.137.
  12. (en)Giving An Old College Try The Star Treatment dans le New York Times, du september 20, 1998.
  13. Une chorégraphe subversive rattrapée par les héritages par Dominique Frétard dans Le Monde du 21 et 22 avril 2002.
  14. Le Monde du 21 avril 2002.
  15. Anne Teresa de Keersmaeker a remporté le 24 septembre à New York un Bessie Award dans Le Monde du 30 septembre 1999.
  16. (nl) Sujet du journal télévisé belge-flamand de la remise de la médaille à Paris en 2008.

Liens externes



  • Portail de la danse Portail de la danse
  • Portail de la Belgique Portail de la Belgique
Ce document provient de « Anne Teresa De Keersmaeker ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article ATDK de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Anne Teresa De Keersmaeker — Anne Teresa De Keersmaeker, 2011. Anne Teresa De Keersmaeker (* 1960 in Mechelen) ist eine belgische (flämische) Choreografin, Ballettmeisterin und Solotänzerin. Inhaltsverzeichnis …   Deutsch Wikipedia

  • Anne Teresa De Keersmaeker — en 2011 par Michiel Hendryckx. Surnom ATDK Naissance …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”