AFNI

Commissariat à l'énergie atomique

Commissariat à l'énergie atomique
Logo cea.svg
Création : 18 octobre 1945
Siège : Paris (siège social)
Gif-sur-Yvette (siège administratif)
Pays : France France
Directeur : Bernard Bigot, administrateur général
Disciplines : Énergie nucléaire
Défense et sécurité
Télécommunications
Recherche fondamentale
Site : http://www.cea.fr/

Le Commissariat à l'énergie atomique (CEA) est un organisme public de recherche scientifique français dans les domaines de l’énergie, de la défense, des technologies de l'information, des sciences de la vie et de la santé, implanté sur neuf sites en France. Les principaux centres d'études sont à Saclay (Île-de-France), à Cadarache (Provence) et à Grenoble.

Le CEA est un établissement public industriel et commercial[1] (EPIC). Il a pour mission de développer les applications de l'énergie nucléaire dans les domaines scientifique, industriel, et de la défense nationale. Il emploie environ 15 000 salariés. Son budget annuel est de 3,3 milliards d'euros.

Sommaire

Organisation

Il est organisé en cinq grandes directions (par ordre décroissant d’effectifs):

  • direction de l'énergie nucléaire ;
  • direction des applications militaires ;
  • direction de la recherche technologique ;
  • direction des sciences de la matière ;
  • direction des sciences du vivant.

Le CEA est l'actionnaire majoritaire d’Areva, société chapeautant Areva NC (ex-Cogema) et Areva NP (ex-Framatome).

Le CEA est également actionnaire de CEA Valorisation S.A. société spécialisée dans l'investissement en capital de pré-amorçage et dans la commercialisation de licences.

Historique

Le CEA est créé le 18 octobre 1945 par Charles de Gaulle avec à sa tête Frédéric Joliot-Curie (haut-commissaire à l’énergie atomique) et Raoul Dautry (administrateur général). Cet organisme est destiné à poursuivre des recherches scientifiques et techniques en vue de l’utilisation de l’énergie nucléaire dans les domaines de la science, de l’industrie et de la défense nationale.

La pile Zoé, une pile atomique à eau lourde construite par l’équipe de Joliot-Curie au fort de Châtillon (Fontenay-aux-Roses), diverge en 1948.

Joliot-Curie, qui est membre du parti communiste français, lance l’appel de Stockholm contre la bombe atomique. En avril 1950, il est révoqué de son poste de haut-commissaire par Georges Bidault. Francis Perrin le remplace.

Après le départ de Joliot-Curie, le CEA, jusque là dominé par les scientifiques et la recherche fondamentale, se lance dans les applications militaires et civiles de l’énergie atomique. Même si le gouvernement n’a pas encore pris la décision de construire une bombe atomique, tout est mis en œuvre pour se doter des moyens de la construire.

En 1952, le centre d’études nucléaires de Saclay est ouvert sur un terrain de 271 hectares en plein plateau de Saclay.

À Marcoule, sont successivement construits les réacteurs G1 (1956), G2 (1959) et G3 (1960) de type Uranium Naturel-Graphite-Gaz (UNGG). Une usine pour extraire le plutonium du combustible usagé est également construite. Grâce à ces installations, la France peut réaliser son premier essai nucléaire dans le Sahara en 1960, seulement deux ans après que la décision officielle a été prise.

À Pierrelatte, une usine d’enrichissement de l'uranium à usage militaire est construite.

À Chinon, le CEA et EDF collaborent à la construction des réacteurs EDF 1 (1962, 68 MW), EDF 2 (1965, 200 MW) et EDF 3 (1967, 500 MW) de type UNGG.

La guerre des filières de réacteurs oppose le CEA et EDF : le premier est partisan de la filière française Uranium Naturel Graphite Gaz tandis que le second défend la filière des réacteurs à eau pressurisée (Pressurised Water Reactor) d’origine américaine. En décembre 1969, le gouvernement tranche en faveur d’EDF et décide la construction d’une centrale à eau pressurisée à Fessenheim.

En 1973, la première centrale prototype réacteur nucléaire à neutrons rapides et à caloporteur sodium Phénix est mise en service à Marcoule.

En 1976, le gouvernement français passe commande de Superphénix.

En 1985, la centrale nucléaire de Brennilis, prototype modéré par l'eau lourde, est arrêtée définitivement.

En 1997, le gouvernement français annonce que Superphénix sera abandonné.

En 2001, la filiale CEA Industries fusionne avec Framatome et la Cogema pour former un nouveau groupe dénommé Areva.

En 2007, le Genoscope et le Centre National de Genotypage sont rattachés au CEA au sein d'un nouvel institut dénommé Institut de Génomique.[2]

Début 2009, Le CEA ,Intel et le Genci annonce une coopération pour la construction des supercalculateurs de prochaine génération dont la puissance devrais atteindre l'exaflops (1000 petaflops)[3].

Hauts-commissaires

Administrateurs généraux

Bibliographie

  • Bertrand Goldschmidt, Le Complexe atomique : Histoire politique de l’énergie nucléaire, Fayard, 1980
  • Gabrielle Hecht, Le rayonnement de la France : Énergie nucléaire et identité nationale après la Seconde Guerre mondiale, La Découverte, 2004
  • Marie-José Lovérini, L’Atome de la recherche à l’industrie : le Commissariat à l’Énergie Atomique, Gallimard, 1996
  • Jean-François Picard, Alain Beltran et Martine Bungener, Histoire de l’EDF : comment se sont prises les décisions de 1946 à nos jours, Dunod, 1985

Les centres de recherche du CEA

Applications civiles

  • Cadarache (Bouches-du-Rhône) ; recherches sur l'énergie nucléaire, fission et fusion (site d'implantation d'ITER).
  • Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine) ; recherches en sciences du vivant et en robotique.
  • Évry (Essonne) ; recherches en génomique environnementale.
  • Grenoble (Isère) ; recherches en microélectronique, matériaux et nouvelles technologies de l'énergie, recherche fondamentale en physique, biologie et chimie (en particulier, nano-sciences, cryogénie).
  • Saclay (Essonne) ; recherches sur l'énergie nucléaire, recherche fondamentale (en particulier, astrophysique, Astro-particules, Physique des particules élémentaires, Physique nucléaire), enseignement (INSTN).
  • Marcoule (Gard) ; recherches sur le cycle du combustible nucléaire et la gestion des déchets radioactifs. Depuis le 10 avril 2005, un parcours de découverte et d'information sur la radioactivité, nommé le Visiatome, a ouvert ses portes au public à Marcoule.

Direction des Applications Militaires

  • Cesta, Le Barp (Gironde) ; le centre d'études scientifiques et techniques d'Aquitaine est dédié à la militarisation des armes ainsi qu'aux lasers de puissance.
  • Le Ripault (Indre-et-Loire) ; études sur matériaux non-nucléaires (explosifs chimiques).
  • Valduc (Côte-d'Or) ; étude de neutronique et de criticité.
  • DAM Île-de-France, Bruyères-le-Châtel (Essonne) ; programme simulation, études amont, surveillance de l'environnement (notamment sismique). Jusqu'en 1995 le centre était chargé d'études scientifiques en vue de la préparation d'engins expérimentaux ;
  • Site de Moronvilliers, sur la commune de Pontfaverger-Moronvilliers (Marne) ; Ce site est rattaché au centre DAM Île-de-France. Radiographie d'explosions nucléaires modélisées, par la machine Airix dont il n'existe qu'un seul autre exemplaire dans le monde : le DARHT situé à Los Alamos, États-Unis.
  • Vaujours : le fort de Vaujours a abrité un centre de la DAM jusqu'en 1997.

Exemples d'activités

Participation aux pôles de compétitivité

Le CEA est impliqué dans[4] :

  • 5 des 6 pôles de compétitivité mondiaux (il ne participe pas au pôle transactions électroniques sécurisées).
  • un pôle à vocation mondiale,
  • 8 pôles à vocation nationale et régionale.

Par ailleurs, le Commissariat à l'énergie atomique est signataire du Pacte PME.

Ingénierie informatique

Le CEA a une activité importante d'ingénierie informatique pour la gestion des ressources numériques. Il s'agit d'une activité traditionnelle (CISI) destinée à fournir la puissance de calcul nécessaire aux études et recherches. La DAM dispose aujourd'hui du centre de calcul le plus puissant d'Europe.

Le CEA archive les projets réalisés sous forme numérique. Cette capitalisation des connaissances (on parle plutôt maintenant de gestion des connaissances) a pour objectif une réutilisation de l'expérience acquise, sur les différentes filières de réacteurs nucléaires (réacteurs à neutrons rapides,...).

Le CEA participe à l'association ARISTOTE sur les technologies de l'information et de la communication, avec le CNES, le CNRS, EDF R&D, l'Ecole polytechnique, l'IFP, l'IFREMER, l'INRETS, l'INRIA, l'INSEAD, l'INSERM, Météo-France, l'ONERA.

Le CEA participe avec le CNES et la Bibliothèque nationale de France à des réflexions sur la pérennisation et la communication de l'information numérique (voir OAIS).

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

  1. en réalité le CEA est un établissement de recherche à caractère scientifique, technique et industriel, constituant à lui seul une catégorie distincte d'établissement public de l'État et relevant de la classification EPIC. Son statut est fixé par l'Ordonnance 2004-545 du 11 juin 2004, abrogeant et remplaçant l'Ordonnance constitutive du 18 octobre 1945.
  2. L'institut de Génomique, CEA Direction des sciences du vivant. Consulté le 28 mai 2009
  3. http://www.electronique.biz/editorial/404749/supercalcul-intel-investit-dans-un-laboratoire-francais/
  4. Les 14 pôles de compétitivité dans lesquels le CEA est impliqué, site officiel du CEA


  • Portail sur les sciences Portail sur les sciences
  • Portail de l’énergie Portail de l’énergie
  • Portail de la France Portail de la France
Ce document provient de « Commissariat %C3%A0 l%27%C3%A9nergie atomique ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article AFNI de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Nur Afni Octavia — El texto que sigue es una traducción defectuosa o incompleta. Si quieres colaborar con Wikipedia, busca el artículo original y mejora o finaliza esta traducción. Puedes dar aviso al autor principal del artículo pegando el siguiente código en su… …   Wikipedia Español

  • Analysis of Functional NeuroImages — Infobox Software name = AFNI caption = AFNI displaying a statistical parametric map generated from a finger tapping FMRI experiment. operating system = Cross platform [http://afni.nimh.nih.gov/afni/download/afni/releases/latest (list)] author =… …   Wikipedia

  • Agence France nucléaire international — L agence France nucléaire international (AFNI) est un établissement public à caractère industriel et commercial en France, créé en 2008 au sein du Commissariat à l énergie atomique. Elle a pour vocation d aider les États étrangers souhaitant… …   Wikipédia en Français

  • Functional magnetic resonance imaging — Functional MRI or functional Magnetic Resonance Imaging (fMRI) is a type of specialized MRI scan. It measures the haemodynamic response related to neural activity in the brain or spinal cord of humans or other animals. It is one of the most… …   Wikipedia

  • Structural equation modeling — (SEM) is a statistical technique for testing and estimating causal relations using a combination of statistical data and qualitative causal assumptions. This definition of SEM was articulated by the geneticist Sewall Wright (1921),[1] the… …   Wikipedia

  • Computer vision — is the field concerned with automated imaging and automated computer based processing of images to extract and interpret information. It is the science and technology of machines that see. Here see means the machine is able to extract information …   Wikipedia

  • MATLAB — For the region in Bangladesh, see Matlab Upazila. MATLAB MATLAB R2011a screenshot …   Wikipedia

  • Mathematica — For other uses, see Mathematica (disambiguation). Mathematica Mathema …   Wikipedia

  • Bloomington, Illinois — Geobox City name = City of Bloomington native name = other name = other name1 = category = City image size = image caption = flag size = symbol type = Logo symbol = Bloomingtonillinoislogo.gif symbol size = nickname = motto = country = United… …   Wikipedia

  • List of file formats — This is an incomplete list, which may never be able to satisfy particular standards for completeness. You can help by expanding it with reliably sourced entries. See also: List of file formats (alphabetical) This is a list of file formats… …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”