A400M

Airbus A400M

Pix.gif Airbus A400M Silhouette d'un avion militaire
A400m.jpg Vue de l'avion

Constructeur Union européenne Airbus
Rôle Avion de transport
Premier vol annoncé pour entre décembre 2009 et février 2010
Mise en service 2012-2014?
Investissement 25 milliards d'euros pour 180 appareils[1]
Coût unitaire 140 millions d'euros[1]
Équipage
3-4
Motorisation
Moteur EuroProp International TP400
Nombre 4
Type Turbopropulseur, hélice 8 pales Ratier
Puissance unitaire 11 000 SHP au niveau de la mer
Dimensions
Envergure 42,4 m
Longueur 45,1 m
Hauteur 14,7 m
Surface alaire 221,5 m2
Masses
À vide 66 500 kg
Carburant 29 000 à 50 000 kg
Avec armement 114 000 kg
Maximale 136 500 kg
Performances
Vitesse maximale 780 km/h (Mach 0,72)
Plafond 11 300 m
Rayon d'action (à vide) 9 300 km
(20t de charge utile) 6 950 km
(30t de charge utile) 4 800 km
Le premier Airbus A400M lors de sa sortie d'usine à Séville, le 26 juin 2008.

L'Airbus A400M est un avion de transport militaire polyvalent conçu par Airbus et qui devrait entrer en service entre 2012[2] et 2014[3]. Il est pour l'instant commandé à 192 exemplaires par 9 pays différents, chez qui il doit remplacer les vieillissants C-130 Hercules et C-160 Transall.

Le premier exemplaire du A400M a fait sa sortie d'usine le 26 juin 2008 à Séville[4]. Son premier vol d'essai, qui était prévu pour fin 2008 [5], n'aura probablement pas lieu avant 2009[6] voire début 2010[7], ce qui correspond à un retard de plus d'un an sur le programme. Début novembre 2008, EADS reconnaît avoir ralenti la production de l'appareil tant que le premier vol du turbopropulseur TP400, n'aura pas eu lieu [8]. À la date du 29 mars 2009, Thomas Enders, président d'Airbus, reconnaît qu'Airbus « n'est pas en mesure de construire l'avion »[9] et « qu'il vaudrait mieux annuler le programme plutôt que de s'enfoncer dans les difficultés. »[10] Cependant, les ministres de la Défense des pays partenaires du programme décidaient le 26 juillet 2009 de prolonger jusqu'à fin 2009 le moratoire avec Airbus[1]. Le 20 septembre, le président d'EADS Louis Gallois annonce le vol inaugural de l'A400M pour décembre 2009[11].

Sommaire

Historique

Assez paradoxalement, l´A400M, avion de transport européen, trouve son origine dans une collaboration transatlantique. En effet, en 1983, Aerospatiale, MBB, Bae et Lockheed créent le projet FIMA (Future International Military Airlifter). En 1985, certains pays européens reprennent l´étude industrielle, ajoutant des fonctionnalités pour coller aux besoins militaires. Ils forment l´IEPG (International European Project Group). En 1989, Lockheed se retire du projet pour se concentrer sur la modernisation du C-130 Hercules. Cette modernisation donnera le Lockheed C130J. À partir de 1991, 6 nations européennes (l´Allemagne, la France, le Royaume-Uni, l´Italie, l´Espagne et la Belgique) et la Turquie créent le European Outline Staff Target qui deviendra en mars 1996 l´ESR (European Staff Requirement), véritable cahier des charges de l´avion de transport futur, l´ATF ou FLA (Future Large Aircraft. En janvier 1999, Airbus Military Company, ancien nom d´AMSL (Airbus Military Sociedad Limitada), répond à l´appel d'offre face à l´Antonov An-70, le C130J de Lockheed-Martin, le C17 de Boeing. En juillet 2000, les nations européennes désignent officiellement l´A400M comme gagnant. Le contrat est signé en septembre 2001 puis ratifié le 27 mai 2003 après que les nations ont finalisé le nombre de commandes L´Italie se retire ainsi du projet au profit d'appareils C-130J et du plus léger C-27J, le Luxembourg en revanche rentre dans les bénéficiaires.

Le 27 mai 2003, les sept pays restants (Allemagne, France, Espagne, Royaume-Uni, Turquie, Belgique, Luxembourg) se sont engagés à commander 180 exemplaires et le programme a été officiellement lancé. Les futurs acquéreurs sont représentés par l'Organisation Conjointe de Coopération en matière d’Armement (OCCAR) qui assure le suivi du programme comme client unique. Côté industriel, c´est AMSL qui gère la totalité du programme. Cette société de droit espagnol a pour actionnaire Airbus, CASA, le Turque TAI et le Belge FLABEL. Le motoriste est EPI (EuroProp International), consortium crée pour la construction du TP400-D6. Il est composé du Français SAFRAN (à l´époque SNECMA), du Britannique Rolls Royce, de l´Allemand MTU et de ITP pour l´Espagne. 56 mois après la ratification du contrat, l´A400M devait faire son premier vol le 31 janvier 2008 et la France devait recevoir son premier A400M au bout de 77 mois soit le 31 octobre 2009 mais des difficultés techniques et politiques retardent le programme. Selon M. Domingo Urena, les délais négociés en 2003 étaient irréalistes eut égard à la complexité du projet[12]. Le problème vient essentiellement des partenaires européens qui ont peiné à se mettre d’accord sur le partage industriel et qui ont ainsi retardé le lancement effectif du programme. Et ce retard rentre malheureusement en conjonction avec la mise hors service des flottes de transport militaires composées de Transal et de C-130 à bout de souffle. Relativement au développement du projet, le retard est dans la norme[13].

Le 10 novembre 2008, les ministres de la Défense de l'Union européenne décident la création d'une Flotte européenne de transport aérien (FETA) (regroupant 12 pays sur 27 sous l'autorité de l'Agence européenne de défense) ainsi que d'une unité multinationale de 118 A400M (regroupant l'Allemagne, la Belgique, la France et le Luxembourg)[14].

Ce programme est estimée, début 2009, à un total de 20 milliards d'euros [15] avant d'être réévalué à l'été 2009 à 25 milliards d'euros[1]. .

Les premières commandes hors Europe ont été enregistrées en 2005 avec l'Afrique du Sud et la Malaisie et le Chili[16]. Cependant, le Chili a depuis renoncé à l'A400M[17].

Commandes

A ce jour[Quand ?], 192 exemplaires sont commandés par 9 pays :

Date Pays Date de début de livraison
à la signature du contrat
Commandes
27 mai 2003 Allemagne Allemagne 2010 60
27 mai 2003 France France 2009 50
27 mai 2003 Espagne Espagne 2011 27
27 mai 2003 Royaume-Uni Royaume-Uni 2010 25
27 mai 2003 Turquie Turquie 2009 10
27 mai 2003 Belgique Belgique 2018 7
27 mai 2003 Luxembourg Luxembourg 2017 1
15 décembre 2004 Afrique du Sud Afrique du Sud 2010 8
8 décembre 2005 Malaisie Malaisie 2013 4
Total: 192

La date de livraison indiquée sera certainement revue en raison du retard du programme.

Conception

Du fait de sa configuration à quatre moteurs, l'A400M est souvent comparé et mis en concurrence avec le Lockheed C-130 Hercules. En réalité, il est beaucoup plus grand, se situant plus près du C-17 Globemaster.

L'A400M peut se classer comme transporteur stratégique et sa polyvalence lui permet même d'être utilisé comme avion ravitailleur. Un concurrent potentiel est l'Antonov An-70 qui correspond en gros au cahier des charges de l'A400M et vole déjà depuis 1997 (son développement a été considérablement ralenti par le retrait du projet, pour raisons politiques, de la Russie). Cela dit, en terme de surface et de volume de cargo, l'A400M offre un avantage et le meilleur profil aérodynamique de l'A400M lui permet d'utiliser un turbopropulseur moins puissant pour des performances comparables tant en emport, qu'en vitesse ou en portée. Le coût estimé d'un AN70 est ~celui d'un C130 Hercules soit ~moitié moins qu'un A400M. Néanmoins, sa construction est nécessaire pour développer et maintenir les compétences nécessaires à ce type de projets et ce programme rentre tout à fait dans le cadre de la construction de la défense européenne[réf. nécessaire]. Bénéficiant des synergies de la gamme d'Airbus, il est construit en grande partie avec des matériaux composites qui présentent de nombreux avantages, notamment en matière de furtivité radar. Comme pour les autres Airbus, les pièces de l'appareil seront fabriquées par plusieurs pays.

L'A400M est équipé de pneumatiques à basse pression et grande surface au sol et peut utiliser des terrains non préparés (pistes en terre, etc.).

Sens de rotation des hélices

Hélices en configuration DBE

Un détail a beaucoup d'importance : le concept DBE (Down Between Engines), c'est-à-dire "pales descendantes entre les moteurs". Sur chaque demi aile, le sens de rotation des hélices des deux moteurs est inversé, le mouvement descendant des pales se produisant entre les moteurs environ au milieu de l'aile, de sorte que l'écoulement du souffle des pales est concentré.

Cette configuration a été principalement choisie afin de limiter la dissymétrie qui se produit en cas de panne moteur et encore plus particulièrement d'un moteur externe (ce qui est fréquent sur un avion militaire sur un théâtre d'opération). Mais elle a aussi de nombreuses implications : efforts moindres sur la voilure, donc allègement possible de la structure, ce qui permet d'augmenter la portance. De plus, la taille de la dérive a pu être réduite, ce qui offre une plus grande distance franchissable ou l'emport d'une charge utile plus lourde pour une même quantité de carburant [18].

Charge utile

Autonomie des Airbus A400M. Rouge : Avec une charge utile de 30 tonnes, le rayon d'action est de 4500 km. Vert : Avec 20 tonnes, celui - ci s'étend à 6600 km

La soute de l'A400M fait 17,71 m de long, 4 m de large et 3,85 m de haut. D'une surface de 92 m2 et d'un volume cargo de 340 m. Elle permet d'accueillir 9 palettes militaires standard, 116 soldats avec leur équipement, ou encore 66 civières et une équipe médicale de 25 personnes. En configuration classique, l'A400M peut emporter 37 tonnes de fret (notamment en configuration classique de palettes)[19]. L'avion pourra faire parachuter 16 tonnes (essai à Toulouse).

Les configurations d’emport en soute

En mission militaire, l'A400M peut affréter :

  • deux camions de 5 tonnes et deux canons de 105 mm ;
  • ou trois véhicules blindés de transport de troupes ;
  • ou un véhicule de lancement Patriot avec ses missiles ;
  • ou deux hélicoptères d'attaque de type Tigre.

En mission humanitaire, l'A400M peut affréter :

  • six Land Rover avec leurs remorques :
  • ou un semi-remorque de plus de 25 tonnes ;
  • ou une excavatrice avec un camion de chantier ;
  • ou une grue mobile.

Comparatif technique

Appareil Antonov An-124 Lockheed C-5 Galaxy Boeing C-17 Iliouchine Il-76 Candid Antonov An-70 Airbus A400M C-130 Hercules C-160 Transall Antonov AN-22
Longueur (m) 69,10 75,54 53,04 46,59 40,73 45,1 29,79 32,40 57,90
Envergure (m) 73,30 67,88 51,74 50,50 44,06 42,40 40,41 40,00 64,40
Hauteur (m) 21,08 19,85 16,8 14,76 16,38 14,6 11,84 11,78 12,53
Surface cargo (m2) 230,4 214,6 147,2 89,1 76,4 92 38,5 42,5 133,6
Volume cargo (m) 1 013,76 1 200 553,63 302,9 313,24 340 162,12 126,72 587,84
Capacité max. d'emport (t) 120 131 77,5 47 47 37 20,41 16 80
Vitesse max. de croisière (km/h) 850 850 830 775 780 780 511 510 560
Autonomie (km) 4 800 (120 t) 5 520 (136 t) 4 492 (77 t) 3 800 (47 t) 6 600 (20 t) 6 600 (20 t) 4 150 (16 t) 1 850 (16 t) 5 000 (80 t)
Altitude de croisière (m) 11 600 10 895 13 716 12 500 12 000 12 300 7 010 8 500 8 000
Distance au décollage (m) 2 500 2 438 2 360 1 800 1 500 1 440 1 200 650 1 400

Problèmes techniques et révision des spécifications

Fin 2008, les 9 partenaires du programme étaient prêts à revoir à la baisse certaines spécifications de l'appareil et à renoncer aux pénalités financières contractuelles en cas de retard[20] à condition qu'Airbus fournisse au plus tard à la mi-janvier 2009 un état des lieux précis de la situation et des risques[21]. Finalement, à l'été 2009, le moratoire est prolongé[1]. Les problèmes de l'A400M concernent :

  • les turbopropulseurs : indisponibilité du turbopropulseur TP400 due à des problèmes sur le régulateur numérique de moteur à pleine autorité (FADEC). Le Fadec, disponible, est fonctionnel. Mais comme il a été développé par la société MTU sans les traçabilités nécessaires à sa certification civile, celle-ci a du reprendre complètement le travail et le logiciel certifiable a été livré en Juin. Des améliorations y seront ensuite intégrées mais elles ne sont pas nécessaires pour le premier vol de l’avion [22]. Les essais de validation sur le banc d'intégration à Toulouse ont donné de très bons résultats de même qu'une première revue de l'agence chargée de la certification, l'AESA. La certification devrait intervenir en octobre prochain. le moteur lui même poursuit ses essais sur le banc d'essai volant (FTB, C-130K) et ces essais ont permis de valider l'enveloppe de vol du TP400 pour le premier vol de l'A400M, qui est prévu selon le constructeur en décembre prochain[23].
  • la masse : l'A400M souffre encore d'une surcharge de 12 tonnes par rapport au cahier des charges[24]. Cette surcharge est due à nouveau au système de certification civile;
  • la navigabilité : présentée initialement comme un avantage[25], la vitesse élevée de l'A400M (Mach 0,68-0,72) lui permettant de s'intégrer dans le transport aérien commercial entraîne une complexité élevée des logiciels embarqués ;
  • le pilote automatique : Thales rencontre des problèmes dans la mise au point d'un calculateur de vol répondant au cahier des charges ;
  • le suivi de terrain : EADS rencontre des problèmes dans la mise au point du logiciel Terrain Referenced Navigation System (TRN) répondant au cahier des charges. Ce retard provient essentiellement de l’adaptation du logiciel à la certification civile[22].

D'après Peter Scoffham, vice-président marketing du projet, pour résoudre ce problème de la certification civile, un maximum d’éléments seront certifiés selon les normes civiles européennes et ce qui ne pourra pas être certifié de cette manière le sera au niveau étatique comme n’importe quel appareil militaire.

Le constructeur annonce une premiére livraison en 2012 au lieu de 2009 et les armées ne pourront disposer de suffisamment d'appareils avant 2013 ou 2014. Aussi l'Armée de l'air française étudie l'éventuel achat ou location d'avions de transport américains, soit de 10 à 12 C-130J[26] ou de 3 McDonnell Douglas C-17 Globemaster III, voire même éventuellement la location de 3 AN22 rénovés et modernisés dont Antonov (Ukraine) dispose encore en stock.

Voir aussi

Commons-logo.svg

Liens externes

Notes et références

  1. a , b , c , d  et e (fr) Jean-Dominique Merchet, « A-400M ou C-130J : une sacrée différence de prix » sur blogs.liberation.fr, 27 juillet 2009, Libération. Consulté le 27 juillet 2009
  2. (fr) Jean-Dominique Merchet, « A400M : les clés d'un fiasco » sur blogs.liberation.fr, 13 janvier 2009, Libération. Consulté le 13 janvier 2009
  3. (fr)Véronique Guillermard et Yann Le Galès, « L'Airbus A 400M accumule les déconvenues », dans Le Figaro, 10 février 2009 [texte intégral (page consultée le 10 février 2009)] 
  4. Sortie d’usine du premier avion de transport militaire A400M
  5. Baisse d'EADS après des informations sur un retard de l'A400M.
  6. L’A400M a du plomb dans l’aile, Capital.fr, 25 septembre 2008
  7. (fr) Jean-Dominique Merchet, « A-400M : un nouveau sursis, mais rien n'est reglé » sur blogs.liberation.fr, 24 juillet 2009, Libération. Consulté le 27 juillet 2009
  8. (fr)Alain Ruello, « EADS suspend la production de l'A400M », dans Les Échos, 4 novembre 2008 [texte intégral (page consultée le 4 novembre 2008)] 
  9. (de)« Airbus-Chef warnt vor "Schrecken ohne Ende" », dans Der Spiegel, 29 mars 2009 [texte intégral (page consultée le 29 mars 2009)] 
  10. (fr)Reuters, « Le président d'Airbus n'exclut pas un échec du programme A400M », dans , 29 mars 2009 [texte intégral (page consultée le 29 mars 2009)] 
  11. (fr) Associated Press, « L'A400M devrait effectuer son vol inaugural en décembre, selon Louis Gallois », 28 septembre 2009
  12. (fr)François Julian, « L'A400M vise un premier vol fin 2009 », dans Air et Cosmos, 8 mai 2009 (ISSN 1240-3113) 
  13. (fr)Vincent Lamigeon, « L'A400M n'est pas si en retard » sur challenges.fr, 17 avril 2009, Challenges. Consulté le 11 mai 2009
  14. (fr) Jean-Dominique Merchet, « Europe: une flotte de transport aérien... sans les Anglais » sur secretdefense.blogs.liberation.fr, 10 novembre 2008, Libération. Consulté le 5 décembre 2008
  15. (fr) Vincent Lamigeon, « La vérité sur... les déboires de l'A 400m d'EADS » sur challenges.fr, 22 janvier 2009, Challenges. Consulté le 24 janvier 2009
  16. EADS, Rapport annuel 2005
  17. EADS s’interroge sur l’A400M
  18. [1] [pdf], p. 10, Sens de rotation des hélices
  19. Système de gestion de la soute
  20. (fr)« A400M : les Européens d'accord pour revoir à la baisse leurs exigences », dans Les Échos, 2 décembre 2008 [texte intégral (page consultée le 5 décembre 2008)] 
  21. (fr)Alain Ruello, « Les pistes d'aménagement de l'A400M », dans Les Échos, 5 décembre 2008 [texte intégral (page consultée le 5 décembre 2008)] 
  22. a  et b (fr)François Julian, « L'A400M vise un premier vol fin 2009 », dans Air et Cosmos, 8 mai 2009 
  23. (fr)François Julian, « L'A400M toujours en lice pour voler en 2009 », dans Air et Cosmos, 28 août 2009 
  24. (de)Gerhard Hegmann, « A400M-Technik überfordert Airbus », dans Financial Times, 12 janvier 2009 [texte intégral (page consultée le 13 janvier 2009)] 
  25. Jean Dupont, « L'A400M entre transport tactique et stratégique », dans Air et cosmos, no 1926, 5 mars 2004, p. 18-21 (ISSN 1240-3113) 
  26. « L'armée de l'air étudie l'achat de C-130J », dans Air et cosmos, no 2166, 3 avril 2009 (ISSN 1240-3113) 
  • Portail de l’aéronautique Portail de l’aéronautique
Ce document provient de « Airbus A400M ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article A400M de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • A400M — Airbus A400M Präsentation des ersten …   Deutsch Wikipedia

  • Airbus A400M — A400M Grizzly/Atlas El segundo prototipo del A400M, el Grizzly 2, en el Farnborough Airshow de 2010. Tipo Avión de transporte militar Fabricante …   Wikipedia Español

  • Airbus A400M — A400M Тип военно транспортный самолёт Разработчик …   Википедия

  • Airbus A400M — L A400M en vol, en juillet 2010 …   Wikipédia en Français

  • Airbus A400M — (Prototyp) …   Deutsch Wikipedia

  • Airbus A400M — infobox Aircraft name = Airbus A400M type = Long range military transport manufacturer = Airbus Military caption = Artist s impression of the A400M, in the German Luftwaffe livery. designer = first flight …   Wikipedia

  • Airbus — SAS Type Subsidiary Industry Aerospace Founded 1970 (as Airbus Industri …   Wikipedia

  • AirBus — S. A. S. / Airbus Deutschland GmbH Unternehmensform Gesellschaft mit beschränkter Haftung (Airbus Deutschland), Société par Actions Simplifiée (Airbu …   Deutsch Wikipedia

  • Airbus Industrie — AIRBUS S. A. S. / Airbus Deutschland GmbH Unternehmensform Gesellschaft mit beschränkter Haftung (Airbus Deutschland), Société par Actions Simplifiée (Airbu …   Deutsch Wikipedia

  • Airbus Military — AIRBUS S. A. S. / Airbus Deutschland GmbH Unternehmensform Gesellschaft mit beschränkter Haftung (Airbus Deutschland), Société par Actions Simplifiée (Airbu …   Deutsch Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”