A.D.G.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir ADG, Alain Fournier, Fournier et Alain.
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec Alain-Fournier, auteur du Grand Meaulnes
A.D.G.
Nom de naissance Alain Fournier
Autres noms Alain Camille
Alain Dreux Gallou
Activités Écrivain, journaliste, scénariste
Naissance 19 décembre 1947
Tours, Drapeau de France France
Décès 1er novembre 2004 (à 56 ans)
Paris, Drapeau de France France
Langue d'écriture Français
Mouvement Néo-polar
Genres Roman policier, roman d'aventures
Œuvres principales
  • Les Panadeux (1971)
  • La Nuit des grands chiens malades (1972)
  • Pour venger Pépère (1980)
  • La Nuit myope (1981)

A.D.G. (initiales du pseudonyme Alain Dreux Gallou), de son vrai nom Alain Fournier dit Camille, est un romancier et journaliste français, né le 19 décembre 1947 à Tours[1] (Indre-et-Loire) et mort le 1er novembre 2004 à Paris, des suites d'un cancer. Un an avant sa mort qu'il savait proche, il souhaita être inhumé à Véretz en déclarant à la Nouvelle République du Centre-Ouest, édition d'Indre-et-Loire : « J'ai réservé ma place au cimetière de Véretz ; ça fera trois écrivains pour le prix d'un avec Paul-Louis Courier et Eugène Bizeau ».

A.D.G. fut, pendant une dizaine d'années, l'un des « auteurs-phares » de la Série noire des éditions Gallimard. Il reste célèbre pour avoir représenté une sensibilité de droite, voire d'extrême droite (vers laquelle il évoluera plus nettement dans les années 1980, lorsqu'il deviendra le principal animateur du Front national en Nouvelle-Calédonie). Cette position le singularisait au sein du mouvement de renouveau du roman noir français des années 1970, un mouvement dominé alors par des écrivains de sensibilité de gauche, d'extrême gauche ou anarchiste, à l'instar de l'autre figure marquante de la Série noire de cette décennie, Jean-Patrick Manchette. Que ce soit dans les titres de ses romans policiers ou dans ses chroniques journalistiques, il est également connu pour sa propension aux jeux de mots.

Sommaire

Le réactionnaire du roman noir

Après avoir été enfant de troupe à l'âge de douze ans et être sorti du système scolaire avec pour seul bagage son BEPC, il débute dans la vie active comme employé au Crédit lyonnais, puis exerce les métiers de bouquiniste et de brocanteur. Un temps proche du pamphlétaire Michel-Georges Micberth, qui préside la Jeune Force poétique française, il devient son collaborateur et directeur littéraire aux éditions de la JFPF (de 1966 à 1971), où il écrit sous le pseudonyme d'« Alain Dreux-Gallou », Dreux et Gallou étant les noms de famille de deux de ses grands-parents. Son véritable nom est difficile à porter en littérature, du fait de l'homonymie avec Alain-Fournier, et il conservera donc le sigle de ce pseudonyme, A.D.G., toujours écrit avec trois points, comme nom de plume. Il pensera changer de pseudonyme pour signer du nom d'Alain Camille, mais reviendra rapidement à sa première signature. Camille est d'ailleurs le nom de famille qu'il adoptera légalement, trouvant son patronyme de naissance trop pesant.

Son premier roman, La Divine Surprise, est inspiré des confidences de Jo Attia, truand et résistant dont il rédigeait alors la biographie en qualité de nègre. Faute de connaître sa réelle identité, quelques journalistes imaginatifs émirent un temps l'hypothèse qu'A.D.G. était un pseudonyme pour Raymond Queneau, tandis que d'autres y virent les mémoires d'un ancien truand reconverti dans la littérature.

Dans ses romans, il se garde bien, à l'inverse des autres auteurs de la Série noire, de faire l'éloge du milieu des truands qu'il juge constitué « de sombres idiots, inconséquents, stupides, qui se servent de la gloire que certains auteurs comme Auguste Le Breton et José Giovanni leur ont créée ». Admirateur d'Albert Simonin, A.D.G. parsème ses premiers romans, notamment Les Panadeux, d'expressions argotiques. Il signe chacun de ses romans en y insérant une allusion au pamphlétaire Paul-Louis Courier dont le monument commémoratif se trouve sur la place principale de Véretz depuis 1878.

En 1972, il publie une chronique berrichonne, La Nuit des grands chiens malades, portée au cinéma par Georges Lautner sous le titre Quelques messieurs trop tranquilles, où l'on voit une communauté hippie s'installer dans un petit village et s'opposer à une bande de truands en s'alliant aux paysans du coin. Suit un hommage discret à Louis-Ferdinand Céline, Cradoque's Band, le récit d'un hold-up, les Trois Badours, publié sous le pseudonyme d'Alain Camille (et depuis réédité sous le nom d'A.D.G.), et un retour en Berry, Berry story. En 1977, il imagine dans le Grand Môme, le retour d'Augustin au pays perdu, hommage et parodie du chef-d'œuvre de son grand aîné.

Dans Pour venger pépère (1980), un roman à suspense que Jean-Patrick Manchette jugea « très cohérent, très abouti, excellent », un jeune avocat au barreau de Tours enquête sur la mort de son grand-père tué lors de la fusillade d'un hold-up. On y aperçoit en arrière-plan son personnage fétiche, le journaliste alcoolique et anarchisant Sergueï Djerbitskine, alias Machin (en partie inspiré de son ami Serge de Beketch, mais qui devient un double d'A.D.G. lui-même dans les romans situés en Nouvelle-Calédonie).

En 1981, il s'essaie à un court récit de 100 pages, la Nuit myope, qualifié de « cent pour cent littéraire » par Jean Cochet, qui serait une « sorte d'épopée dérisoire d'un rêveur velléitaire ».

En 1981, il part s'installer en Nouvelle-Calédonie où il entreprend la rédaction d'un roman historique consacré à la colonisation de l'île, Le Grand Sud, qui remportera, à sa sortie en 1987, un succès de librairie. Il prévoyait d'en rédiger une suite mais ne s'arrêtera finalement au premier volume. Les trois romans policiers qu'il publie également entre 1987 et 1991 contiennent des attaques contre les indépendantistes : de l'avis de leur auteur, ces ouvrages ne sont pas, qualitativement, à la hauteur de ses précédents romans. A.D.G. mène sur l'île une activité politique virulente contre les indépendantistes kanaks, et se charge d'organiser les sections locales du Front national.

Il retourne en France en 1991. Victime d'une crise d'inspiration, il ne parvient pas à retrouver la motivation pour publier de nouveaux romans et se retrouve un temps au chômage, suite à son licenciement de Minute. Il est le seul auteur de renom de la Série noire à ne pas être réédité lors du cinquantenaire de la collection en 1997[2]. Il publie en 2003 un nouvel ouvrage se déroulant dans un cadre australien, Kangouroad movie, qui, après une longue absence, marque son vrai retour au roman policier.

Il envisageait la rédaction, avant l'aggravation finale de sa maladie, d'un essai sur l'écrivain Jacques Perret.

En 2007, un dernier roman est publié de manière posthume, J'ai déjà donné… aux éditions Le Dilettante. Celui-ci est une sorte d'apothéose romanesque où se retrouvent les principaux héros de ses précédents romans[3].

Le journaliste d'extrême droite

En parallèle à sa carrière d'écrivain, il a exercé le métier de journaliste pour la presse socialiste, gaulliste et anarchiste de droite :

Enfin pour la presse dite d'extrême droite où il fut successivement :

  • de 1974 à 1981 : journaliste puis grand reporter pour l'hebdomadaire Minute ;
  • au cours des années 1980 : fondateur de Combat calédonien, hebdomadaire anti-indépendantiste en Nouvelle-Calédonie, où il aura vécu de 1981 à 1991. Sa participation, durant un an, à cette aventure de presse vaudra à A.D.G. un certain nombre d'amendes et de condamnations, A.D.G. finissant par déclarer forfait, tandis qu'Edgard Pisani, cible favorite de l'hebdomadaire, sortit lui aussi quelque peu « éreinté » de cette période ;
  • de 1991 à 1994 : chroniqueur à Minute ;
  • depuis 1994 : membre de la rédaction de l'hebdomadaire Rivarol, dont il deviendra secrétaire général en 1998, et pour lequel il travaillait encore un an avant sa disparition, jusqu’à ce que l'aggravation de sa maladie ne le contraigne à s'éloigner. Il a collaboré au Figaro littéraire en 2003-2004.

Les obsèques d'A.D.G., célébrées le 5 novembre 2004 en l'église Saint-Eugène Sainte-Cécile à Paris, avant son inhumation dans sa terre natale de Véretz, ont donné l'occasion de voir réunies diverses personnalités de la « droite nationale », séparées depuis la crise intervenue au Front national en 1998-1999. On a ainsi pu voir, par exemple, dans l'assistance, sans qu'ils se soient autrement côtoyés que par leur présence commune, Jean-Marie Le Pen, président du Front national, et Serge Martinez (qui fut secrétaire général du Front national scissionniste), Marine Le Pen et sa sœur aînée Marie-Caroline Le Pen (elle aussi ayant suivi l'aventure « mégrétiste »), mais encore diverses personnalités telles qu'Emmanuel Ratier, Yann Clerc, Dominique Jamet ou Jean Raspail. L'hebdomadaire Rivarol a d'ailleurs titré son compte rendu des obsèques « A.D.G. le fédérateur », sans doute pour faire allusion à l'attitude de son journaliste qui, durant la crise de 1998-1999, s'était attaché sinon à « recoller les morceaux », du moins à ne pas envenimer le conflit.

Amitiés littéraires

La cordialité des relations entre A.D.G. et Frédéric H. Fajardie, autre auteur de romans noirs, est rappelée, après le décès de Fajardie le 1er mai 2008, par l'écrivain Jérôme Leroy, dans un article publié le 10 mai 2008 dans l'hebdomadaire Marianne, sous le titre « Fajardie : mort d'un bernanosien rouge », dans les termes suivants : « Il avait beau devenir un auteur culte pour nombre de jeunes hussards royalistes, il avait beau être ami avec A.D.G., Fajardie demeurait un écrivain “de terrain”[4]. »

Par contre, la nature exacte des relations entre A.D.G. et Jean-Patrick Manchette semble plus complexe. Une rumeur a fait état, pendant plusieurs années, notamment dans les milieux politiques proches des idées d'A.D.G., d'une supposée amitié de longue durée entre A.D.G. et Jean-Patrick Manchette, assertion réaffirmée le 6 juin 2008 par Sébastien Lapaque, à l'occasion d'une édition expurgée des chroniques d'A.D.G. parues dans le Libre Journal de la France courtoise. Sébastien Lapaque indiquait, le 6 juin 2008, que, selon lui, « Les deux hommes venaient de se rencontrer dans les bureaux de la “Série noire” et avaient noué une amitié paradoxale qui ne se démentirait pas. Ils ont même entretenu une correspondance que la mafia gauchiste du polar bien-pensant n'est pas pressée de voir exhumer. Manchette y avoue lire Minute avec plaisir[5] ».

Cette version a été fermement démentie par Doug Headline, fils de Manchette, qui, en précisant que Sébastien Lapaque était un « ancien militant du mouvement d'extrême droite Action française lycéenne et animateur du journal royaliste Action française hebdo », a affirmé au contraire dans une tribune libre publiée par Libération que les relations entre les deux auteurs n'auraient pas été au-delà de la période 1972-1977, ce qu'indique l'universitaire Bertrand Tassou, se seraient principalement déroulées dans le cadre de leur collaboration commune à la Série noire et se seraient terminées par une brouille, immanquable au vu de leurs positions politiques opposées. Toujours selon Doug Headline, leur correspondance se serait limitée à l'échange d'une dizaine de lettres[6].

Clés

L'avocat Pascal Delcroix, personnage récurrent de plusieurs de ses romans, a été vu par certains comme inspiré par Éric Delcroix, défenseur fréquent des négationnistes. Or, selon A.D.G. lui-même, il ne s'agissait que d'une coïncidence, le personnage étant inspiré par l'un de ses amis (le père de Loïc Decrauze). De même, il fut reproché d'avoir dédié son livre Joujoux sur le caillou « à Jean-Marie, mon p'tit mec ». Il ne s'agissait non plus pas d'une adresse à Jean-Marie Le Pen comme cela fut écrit, mais au fils d'A.D.G., prénommé ainsi en hommage à son grand-père.

Autres réalisations

Outre le roman et le journalisme, A.D.G. a également écrit des scénarios de bande dessinée, notamment dans le mensuel Pilote, et des feuilletons pour la télévision (Chéri Bibi adapté du roman de Gaston Leroux et diffusé 1973, Les Mystères de New York écrit en collaboration avec Jean-Pierre Richard et diffusé en 1976).

En 1981, il est au cœur d'un mini-scandale à la suite de la parution dans un numéro spécial du journal (À Suivre) d'une bande dessinée, Léopold Micheteau, détective, dont il est le scénariste et Benoît Sokal le dessinateur. Certains lecteurs y ayant perçu quelques traits d'antisémitisme, la direction fit paraître quelques semaines plus tard un éditorial embarrassé dans laquelle elle présentait ses excuses. Les physiques des personnages israélites, source de la polémique, étaient pourtant dus uniquement aux dessins de Sokal et ne relevaient nullement du scénario d'A.D.G.

Œuvres

  • 1969 : Lettre ouverte à un magistraillon (Micberth, Illustrations de Bernard Deyriès).
  • 1971 : La Divine Surprise (Gallimard, coll. « Série Noire », no 1429, rééd. en coll. « Carré Noir », no 545)
  • 1971 : Les Panadeux (Gallimard, coll. « Série Noire », no 1443, rééd. en coll. « Carré Noir », no 518)
  • 1972 : La Marche Truque… (Gallimard, coll. « Série Noire », no 1473, rééd. en coll. « Carré Noir », no 554)
  • 1972 : La Nuit des grands chiens malades (Gallimard, coll. « Série Noire », no 1482, rééd. en coll. « Carré Noir », no 197 sous le titre Quelques messieurs trop tranquilles, rééd. en coll. « Folio », no 2224) – adapté au cinéma sous le titre Quelques messieurs trop tranquilles
  • 1972 : Cradoque's band (Gallimard, coll. « Série Noire », no 1493, rééd. en coll. « Carré Noir », no 373)
  • 1972 : Les Trois Badours (Gallimard, coll. « Série Noire » no 1544, rééd. en coll. « Folio policier », no 229) - Pour la première édition, A.D.G. utilise le pseudonyme Alain Camille.
  • 1973 : Berry Story (Gallimard, coll. « Série Noire », no 1586)
  • 1974 : Notre frère qui êtes odieux… (Gallimard, coll. « Série Noire », no 1662, rééd. en coll. « Carré Noir », no 566, rééd. en coll. « Folio policier », no 171)
  • 1974 : Je suis un roman noir (Gallimard, coll. « Série Noire », no 1692, rééd. en coll. « Carré Noir », no 468)
  • 1976 : L'otage est sans pitié (Gallimard, coll. « Super noire », no 43)
  • 1977 : Le Grand Môme (Gallimard, coll. « Série Noire », no 1717) – Titre qui était un hommage discret à son homonyme Alain-Fournier
  • 1977 : Juste un rigolo (Gallimard, coll. « Série Noire », no 1721, rééd. en coll. « Carré Noir », no 506)
  • 1980 : Pour venger pépère (Gallimard, coll. « Série Noire », no 1806, rééd. en coll. « Folio policier », no 153)
  • 1980 : Les Enquêtes de l'inspecteur Alfred Beaugat (Dargaud, coll. « Pilote ») – Scénario de textes d'A.D.G., dessins de Loro et North – Réunit : Une Aventure de l'inspecteur Alfred Beaugat, le Sale Grand Meaulnes, l'Inspecteur Beaugat monte à Paris et Fripe-futaille contre Lèche-douzils
  • 1981 : La Nuit myope (Balland, coll. « L'Instant romanesque », rééd. en 2003 chez Christian Durante, coll. « Poche-numérique »)
  • 1981 : Balles nègres (Gallimard, coll. « Série Noire », no 1825)
  • 1982 : On n'est pas des chiens (Gallimard, coll. « Série Noire », no 1862, rééd. en coll. « Folio policier », no 189)
  • 1987 : Joujoux sur le caillou (Gallimard, coll. « Série Noire », no 2089) « roman calédonien » de politique-fiction.
  • 1987 : Le Grand Sud (Jean-Claude Lattès) roman d'aventures néo-calédonien
  • 1988 : Les Billets Nickelés (Gallimard, coll. « Série Noire », no 2124)
  • 1988 : C'est le bagne ! (Gallimard, coll. « Série Noire », no 2134)
  • 2003 : Kangouroad movie (Gallimard, coll. « la Noire ») thriller australien
  • 2007 : J'ai déjà donné (Le Dilettante, 278pp)
  • 2008 : Papiers gommés (Le Dilettante, 320pp)
  • Quelques idées [pas trop] tranquilles, Association « Les Amis d'A.D.G. », Paris, 2009, 48 p.. — Regroupe les six chroniques publiées par A.D.G., de 1976 à 1978, dans la revue Item.

Bibliographie

  • Pour venger A.D.G. : documents et témoignages (édités par Jean-Baptiste Chaumeil), éditions Godefroy de Bouillon, Paris, 2007, 111 p., (ISBN 978-2-84191-207-0). — Inclut plusieurs textes d'A.D.G., de diverses provenances, publiés entre 1976 et 2002.

Notes

  1. Les sources sur son lieu de naissance sont divergentes. Les unes le donnent pour natif de Tours tandis que d'autres indiquent une naissance survenue à Véretz, lieu de son inhumation.
  2. RING # Surlering.fr - Mort d'ADG, écrivain et gentleman
  3. Mauvais Genres sur France Culture, émission du samedi 23 juin 2007.
  4. Jérôme Leroy, « Fajardie : mort d'un bernanosien rouge », « Les chroniqueurs associés », Marianne, 10 mai 2008 ; reproduit sur le site marianne2.fr
  5. Sébastien Lapaque, « Et c'est ainsi qu'Alain est grand », Le Figaro littéraire, 6 juin 2008.
  6. « Prétendre qu'A.D.G. et Manchette étaient de grands amis est une supercherie qu'il est facile de faire voler en éclats. Mais prétendre, comme le fait Lapaque dans son dernier article du Figaro, que dans leur correspondance « Manchette avoue lire Minute avec plaisir », sans citer la phrase hypothétique où Manchette dirait cela, ni le moindre contexte, et essayer ainsi de transformer un auteur d'extrême gauche en lecteur satisfait de Minute, voilà qui relève de la malhonnêteté intellectuelle. » (Doug Headline, « Manchette victime du révisionnisme littéraire », Libération, 4 juillet 2008).

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article A.D.G. de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • D. G. Yuengling & Son — Infobox Brewery name = D.G. Yuengling Son caption = location = Pottsville, Pennsylvania, USA Port Carbon, Pennsylvania, USA Tampa, Florida, USA owner = Richard L. Yuengling opened = 1829 production = 1.2 million barrels active beers = brewbox… …   Wikipedia

  • D. G. Jones — Douglas Gordon Jones (born January 1, 1929) is a Canadian poet, translator and educator. Born in Bancroft, Ontario, Jones was educated at a private school in Quebec s Eastern Townships, at McGill University and at Queen s University. He received… …   Wikipedia

  • G.A.D. — Infobox Album Name = G.A.D. Type = studio Longtype = Artist = Hladno Pivo Released = May, 1995 Recorded = February, 1995 Genre = Punk rock Length = Label = Producer = Reviews = Last album = Džinovski (1993) This album = G.A.D. (1995) Next album …   Wikipedia

  • D. G. Anderson — Dominis Garrida Anderson (born February 10, 1930), also popularly known as D.G. Anderson and Andy Anderson, is an American politician and businessman from Honolulu, Hawai i. A popular businessman in Honolulu, Anderson owns the John Dominis… …   Wikipedia

  • D. G. Astley — Major D. G. Astley is an Irish curler. He is generally believed to be the only person in an Olympic Games to win two medals in the same event for two different nations. Astley was a winner of the curling gold medal in the 1924 Winter Olympics for …   Wikipedia

  • D. G. Champernowne — David Gawen Champernowne (9 July 1912 – 19 August 2000)[1][2][3] was an English economist and mathematician. After academic work at Cambridge and the London School of Economics, he worked at the London School of Economics and Cambridge University …   Wikipedia

  • Robin D.G. Kelley — (born 1962) is a professor of history and American studies and ethnicity at the University of Southern California. From 2003 2006, he was the William B. Ransford Professor of Cultural and Historical Studies at Columbia University. From 1994 2003 …   Wikipedia

  • List of aircraft manufacturers D-G — NOTOC This is a list of aircraft manufacturers sorted alphabetically by International Civil Aviation Organization (ICAO)/common name. It contains the ICAO/common name, manufacturers name(s), country and other data, with the known years of… …   Wikipedia

  • National Register of Historic Places listings in Texas, Counties D-G — The following is a list of places within the state of Texas that are listed in the National Register of Historic Places. The names on the list are as they were entered in the register; some place names are inaccurate or have changed since being… …   Wikipedia

  • H. D. G. Leveson-Gower — Infobox Historic Cricketer nationality = English country = England country abbrev = Eng name = H D G Leveson Gower picture = Cricket no pic.png batting style = Right handed batsman (RHB) bowling style = Leg break tests = 3 test runs = 95 test bat …   Wikipedia

  • Apocalyptic Raids 1990 A.D. — Infobox Album | Name = Apocalyptic Raids 1990 A.D. Type = EP Artist = Hellhammer Released = 1990 Recorded = March 2 7, 1984 at the Caet Studio in Berlin, Germany Genre = Black metal, death metal Length = 27:03 Label = Noise International Futurist …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”