A.-A. Dorion

Antoine-Aimé Dorion

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dorion.
Antoine-Aimé Dorion, Montréal, 1863

Antoine-Aimé Dorion (17 janvier 1818 à Sainte-Anne-de-la-Pérade - 31 mai 1891 à Montréal) est un homme politique canadien.

Sommaire

Origines

Il naquit à Sainte-Anne–de-la Pérade dans une famille aux idées libérales, proche des Patriotes de 1837-1838. Son père, Pierre-Antoine Dorion, marchand, fut député du parti patriote à la chambre d’Assemblée du Bas-Canada de 1830 à 1838.

Après des études au séminaire de Nicolet de 1830 à 1837, il commence une carrière en droit à Montréal et est admis au barreau en 1842.

Engagement

En 1849, il participe à la fondation du Club national démocratique avec plusieurs libéraux en vue et, pour la première fois, énonce ses principes politiques : suffrage universel, éducation populaire et libre-échange. La même année, il participera à la signature du « Manifeste annexionniste », initiative de la bourgeoisie anglophone de Montréal demandant l’annexion du Canada aux États-Unis en réaction à l’abolition des Corn Laws par la Grande-Bretagne.

La crise politique qui secoue la colonie cette année-là amènera l’Acte d’Union des deux Canadas. En 1851, Dorion participe à la fondation du journal le Pays, organe des rouges modérés qui, à cette date se séparent des radicaux dont le plus connu est Jean-Baptiste-Éric Dorion, frère cadet d’Antoine-Aimé.

En 1853, Dorion ne participera pas au débat sur l’abolition de la tenure seigneuriale, héritage du régime français au Bas-Canada, bien que le Pays fut en faveur de l’abolition. Il faut dire que son cabinet d’avocat représente les intérêts de plusieurs seigneurs.

Député

En 1854, il est élu député d’une circonscription montréalaise. Libéral modéré, il s’est déclaré pour un Conseil Législatif électif, la « réciprocité » (libre-échange) avec les États-Unis et l’éducation populaire. Il est le leader incontesté du groupe libéral à la Chambre d’Assemblée de 1854 à 1867. Il se fait surnommer « Dorion le Juste » par sa lutte contre la corruption, mais son alliance avec les Réformistes du Haut-Canada dirigés par Georges Brown incommode les nationalistes conservateurs du Bas-Canada qui se méfient de l’anticatholicisme des libéraux anglophones. Le gouvernement Brown-Dorion formé en 1857 ne dure même pas une journée et succombe à une motion de censure !

Le régime de l’Union devenant de plus en plus ingouvernable à cause de l’impossibilité de recueillir une majorité dans les deux sections de la colonie, le Canada-Ouest anglo-protestant et le Canada-Est, franco-catholique, l'idée d’une fédération des colonies britanniques commence à faire son chemin. Dorion est partisan d’une « petite fédération » qui regrouperait les deux parties du Canada-Uni, par opposition à la « grande fédération » (ou Confédération) des colonies britanniques d’Amérique du Nord, à laquelle se rallient progressivement les libéraux du Canada Ouest dans la « Grande coalition » du conservateur John A. Macdonald après 1864.

Antoine-Aimé Dorion, 1873

Membre du gouvernement de John Sanfield Macdonald et de Louis-Victor Sicotte de 1863 à 1864, Dorion entreprend une campagne active contre la Confédération après son retour dans l’opposition mais en vain car l'Acte de l'Amérique du Nord britannique devient une réalité en 1867.

En 1869, il démissionne de l’Institut canadien de Montréal, condamné par la congrégation de l’index et perçu comme le foyer des rouges radicaux. Contrairement à son frère cadet, il n’a rien d’un « enfant terrible » radical et représentera toujours le libéralisme modéré de tradition britannique. Quoique libéral, il est aussi un catholique pratiquant, sans une trace d’anticléricalisme.

Jusqu’en 1874, Dorion reste à la tête du parti libéral, puis se retire de la politique active. Il devient alors juge en chef de la Cour du banc de la reine dans la province de Québec. Il occupe se poste jusqu’à sa mort, en 1891.

Voir aussi

Liens externes

Commons-logo.svg


Précédé par
George-Étienne Cartier
Premier ministre du Canada-Uni
Canada-Est

2 août 18586 août 1858
Suivi par
George-Étienne Cartier
Louis-Victor Sicotte 15 mai 186330 mai 1864 Étienne-Paschal Taché


  • Portail du Québec Portail du Québec
Ce document provient de « Antoine-Aim%C3%A9 Dorion ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article A.-A. Dorion de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Dorion, Jean Baptiste Eric — (1826 1866)    Brother of preceding. One of founders of L Avenir, 1848. Sat in the Legislature, 1854 1857, and again in 1861.    Index: E Member of Parti Rouge, 108. C A Liberal leader in Lower Canada, 25; nicknamed L enfant terrible, 25.    Bib …   The makers of Canada

  • Dessaules, Louis A. —    Born 1819. Member of Legislative Council, 1856 1863. Edited Le Pays at Montreal.    Index: E Member of Parti Rouge, 108. C One of Liberal leaders in Quebec, 25; protests against Dorion entering Cartier s ministry, 106 107.    Bib.: Works:… …   The makers of Canada

  • Brown, George — (1818 1880)    B His place as a Maker of Canada, ix; complains that Upper Canada is inadequately represented and dominated by Lower Canada, ix; an ardent advocate of Confederation, x; relations with John A. Macdonald, x; and with Roman Catholic… …   The makers of Canada

  • Drummond, Lewis Thomas — (1813 1882)    Born in Londonderry, Ireland. Came to Canada with his mother, 1825. Educated at Nicolet College; studied law, and called to the bar, 1836. Elected to the Assembly for Montreal, 1843, but prevented from taking his seat by the… …   The makers of Canada

  • Abbott, Sir John Joseph Caldwell — (1821 1893)    Educated at McGill University; studied law and called to the bar of Lower Canada, 1847. A candidate for the Legislative Assembly for Argenteuil, 1857, but defeated by Sydney Bellingham. Bellingham subsequently unseated and Abbott… …   The makers of Canada

  • Doutre, Joseph — (1825 1886)    Born in Beauharnois, Quebec. Called to the bar, 1847. Early became a leader of the Liberal party. One of the founders of Le Pays, besides contributing to other newspapers. As a result of one of his articles, fought a duel with… …   The makers of Canada

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”