Cent-Suisses
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Suisse (homonymie).

En 1497, le roi Charles VIII créait la compagnie des Cent-Suisses de la garde. Il s'agissait de la première unité suisse permanente au service d'un souverain étranger, corps de parade plutôt que militaire. Quand les mercenaires Suisses apprennent que le roi Charles VIII prépare une expédition contre Naples, ils se précipitent en masse pour être recrutés. À la fin de l'année 1494, ils sont présents par milliers à Rome, de passage, avec l'armée française qui occupera Naples au mois de février suivant. En 1495, le roi a sa vie sauvée grâce à la fermeté inébranlable de ses fantassins suisses. En 1496, le roi Charles VIII crée les Cent-Suisses, la Compagnie des Cent Gardes Suisses du corps du Roi[1]. Cette première unité suisse permanente au service d'un souverain étranger, fait partie de la maison militaire du roi de France. Charles VIII a l'ambition d'avoir une garde nombreuse, mais malgré leurs beaux habillements et leurs enseignes peintes à l’or fin, les Cent-Suisses sont surtout là pour gagner les batailles. Ils sont hallebardiers, archers, arbalétriers, se servent de mousquetons et montent, protègent le roi et la famille royale[2]. Les Cent-Suisses comptent 127 hommes. Louis de Menthon en est le premier commandant en 1496, avec le titre de capitaine surintendant[3]. Il faisait partie de la maison militaire du roi.

Le corps est supprimé en 1792 par l'Assemblée nationale, rétabli en 1814 par Louis XVIII et subsiste jusqu'en 1830.

Lors de la bataille de Pavie (1525) les Cent-Suisses sont décimés.

Les Cent-Suisses servirent de modèle à la création en 1579 d'une unité comparable au service de la Savoie puis du royaume de Piémont-Sardaigne, dissoute en 1798. On trouvait encore des Cent-Suisses en Toscane, en Autriche (1745]), ou en Brandebourg (1696-1713). La Garde suisse pontificale, créée en 1506, fait partie de cette tradition.

La devise inscrite sur la croix blanche : EA EST FIDUCIA GENTIS (telle est la fidélité de cette Nation).

Il existe une "Marche des Cents-Suisses" que nous devons à Charles-Henri Bovet (1943- ).

Sommaire

Organisation

La garde était commandée par un capitaine suisse avec deux lieutenants sous ses ordres (un Suisse et un Français). Lors du sacre, le capitaine et ses officiers étaient vêtus de satin blanc avec de la toile d'argent dans les entaillures, les soldats portaient des casques de velours. La milice jouissait des mêmes privilèges que les sujets nés dans le royaume, dont l'exemption d'imposition pour le garde et sa famille, même en cas de décès[4].

Lors des parades, la milice avec 100 hommes se présentait comme suit :

  • le capitaine
  • les deux lieutenants
  • le premier sergent
  • quatre trabans (hallebardiers) pour la défense du capitaine
  • les caporaux
  • les anspessades (grade inférieur au caporal)
  • les tambours
  • les mousquetaires
  • deux trabans pour la défense de l'enseigne
  • deux tambours
  • l'enseigne
  • les piquiers
  • les mousquetaires de la seconde marche
  • les sous-lieutenants à la fin de la compagnie
  • des sergents sur les côtés

Colonels généraux des Cent-Suisses et Grisons

Liens externes

Références

  1. La Sabretache, La maison du roi sous la Régence, J.F. Lyot, p.1.
  2. Dictionnaire de la conversation et de la lecture inventaire raisonné des ..., par William Duckett, p.140.
  3. Rodolphe de Castella de Delley, I. Les colonels généraux des suisses et grisons. II. Les Cent-Suisses de la garde du Roi (1481-1792) devenus gardes à pied ordinaires du corps du Roi (1814-1830), p. 13 et Général Michel Hanotaux, Fastes militaires, la compagnie des Cent-Suisses de la garde ordinaire du corps du roy
  4. Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Diderot, d'Alembert, 1751 — 1772

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Cent-Suisses de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • cent-suisses — ● cent suisse, cent suisses nom masculin Soldat suisse appartenant à la compagnie des cent suisses, créée en 1481 par Louis XI. cent suisses [sɑ̃sɥis] n. m. pl. ÉTYM. 1732; de cent, et suisse. ❖ ♦ Hist. Corps d infanterie suisse créé par Louis XI …   Encyclopédie Universelle

  • CENT-SUISSES — s. m. pl. Il se disait d Une partie de la garde du roi, qui était composée de Suisses, au nombre de cent. Le capitaine des Cent Suisses. On disait au singulier, Un Cent Suisse, pour dire, Un des Cent Suisses …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • cent-suisses — (san sui s ) s. m. plur. Les cent suisses, corps de cent Suisses qui faisait partie de la garde royale.    Un cent suisse, un soldat de ce corps. ÉTYMOLOGIE    Cent, et Suisse …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • suisses — (gardes) ou gardes suisses soldats de la garde pontificale, instituée en 1505. Michel Ange dessina leur tenue de cérémonie. suisses (les Cent ) compagnie de soldats suisses qui, à partir de 1496, veilla à la sécurité personnelle des rois de… …   Encyclopédie Universelle

  • cent-suisse — ● cent suisse, cent suisses nom masculin Soldat suisse appartenant à la compagnie des cent suisses, créée en 1481 par Louis XI …   Encyclopédie Universelle

  • cent-suisse — CENT SUISSE. s. m. Un des Cent Suisses de la garde du Roi …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • cent — 1. cent [ sɑ̃ ] adj. numér. et n. • 1080; lat. centum I ♦ REM. On fait la liaison devant un nom : cent ans [ sɑ̃tɑ̃ ] ; [ sɑ̃ ] dans les autres cas : cent un [ sɑ̃œ̃ ] . Adj. numér. card. (inv., sauf s il est précédé d un nombre qui le multiplie… …   Encyclopédie Universelle

  • Suisses — Suisse 46°48′04″N 8°13′36″E / 46.80111, 8.22667 …   Wikipédia en Français

  • Gardes suisses (France) — Sapeur des gardes suisses, 1779 Période 1616 1792 – 1815 1830 Pays France Branche …   Wikipédia en Français

  • Gardes suisses (france) — Sapeur des gardes suisses, 1779 Période 1616 1792 – 1815 1830 Pays France Branche Maison m …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”