7e régiment de tirailleurs algériens
7e régiment de tirailleurs algériens
7e Régiment de Tirailleurs Algériens, type 3.jpg

Insigne régimentaire du 7e RTA (Type 3 Fabrication Drago PARIS,25 rue Béranger III )

Période 19131964
Pays Drapeau de France France
Branche Armée de Terre
Type Régiment de tirailleurs
Rôle Infanterie
Garnison constantine
(détachements à Batna
et à Guelma)
Sétif (1941)
Metz (1946-1950)
Trèves (1950-1951)
Coblence (1951-1953)
Indochine (1953-1955)
Barika (1960)
Épinal (1962-1964).
Devise La victoire ou la mort
Inscriptions sur l’emblème Artois 1915
Champagne 1915
Verdun 1915
Soissonnais 1918
Picardie 1918
L'Aisne 1918
Levant 1920-1921
Maroc 1925-1926
Fondouk El Okbi 1943
Rome 1944
marseille 1944
Vosges 1944
Indochine 1947-1954
AFN 1952-1962
Guerres Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Guerre d'Indochine
Batailles Bataille de la Marne
Bataille des Flandres
Bataille de la Somme
Bataille de Verdun
Fourragères a la couleur du ruban de la Croix de la Légion d'honneur
Décorations Légion d’Honneur
Croix de guerre 1914-1918
6 palmes
1 étoile de vermeil
Croix de Guerre 1939-1945
3 palmes
Croix de Guerre TOE
Mérite Militaire Chérifien.

Le 7e régiment de tirailleurs algériens, ou 7e RTA, est un régiment d'infanterie de l’armée de terre française qui appartenait à l'Armée d'Afrique.

En activité entre 1913 et 1964, il est l'un des régiments les plus décorés de l'armée française. Il se distingue particulièrement lors de la Première Guerre mondiale, au cours de laquelle il est cité six fois à l'ordre de l'Armée et son drapeau décoré de la Légion d'honneur, puis lors de la Seconde Guerre mondiale, tout d'abord lors de la campagne d'Italie au sein du corps expéditionnaire français du général Juin puis lors de la campagne de France; il est à nouveau cité trois fois à l'ordre de l'Armée.

Dissous en 1964 il devient le 170e RI.

Sommaire

Création et différentes dénominations

Historique des garnisons, campagnes et batailles

Campagnes

Garnisons

Première Guerre mondiale

Il fait partie de la division marocaine et combat aux côtés des RMLE, 4e RTA ainsi que du 8e RMZ.

1914

1915

1916

1917

  • 17 avril : Mont-sans-Nom, Auberive
  • Verdun

1918

  • 26 avril : Villers-Bretonneux, Bois du Hangard
  • 29 mai - 1er juin : Montagne de Paris, Missy-aux-Bois, Chaudun
  • 12 juin : Amblémy
  • Saint-Pierre-l'Aigle, Daumiers
  • 18 juillet : Chaudun
  • 28 août - 17 septembre : Tunnel de Vauxaillon, Neuville-sous-Marginal

Entre-deux-guerres

Seconde Guerre mondiale

Guerre d'Indochine

Quatre bataillons de marche seront constitués successivement pour combattre en Indochine. Le 5e bataillon de marche (V/7e RTA), du chef de bataillon de Mecquenem, va s’illustre pendant la Bataille de Diên Biên Phu lors de la défense du centre de résistance Gabrielle.

Guerre d'Algérie

Le 7e RTA combat en Algérie, au sein de la 21e division d'infanterie, dans le secteur Aurès Némenchas. Il revient en France en 1962, s'installe à Épinal jusqu'en 1964 où il est dissous pour former le 170e RI

Traditions

Devise

La victoire ou la mort (Al nasr aou l mout)

Insigne

Cf Site de l'Infanterie d'Afrique les différents modèles du 7e RTA

Drapeau

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[1],[2]:

drapeau du 7e RTA en 1917, les honneurs à ses braves à nos frères d'armes.

7e régiment de tirailleurs algériens - drapeau.svg

Le Drapeau du 7° RTA : infaf.free.f

Décorations

Sa cravate est décorée de la Légion d’Honneur Medaille-legion-chevalier.jpg. Il porte également la Croix de guerre 1914-1918 avec 6 palmes et une étoile de vermeil, la Croix de Guerre 1939-1945 avec 3 palmes, Croix de guerre 1939-1945 (France) du Colonel brébant avec palmes de bronze et d'argent..jpg la Croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieures Croix de guerre des théâtres d’opérations extérieurs (France) du colonel Brébant.jpg, ainsi que le Mérite Militaire Chérifien.

Il a été le premier régiment indigène à recevoir la Fourragère à la couleur du ruban de la Croix de la Légion d'honneur (1914-1918) Fourragère aux couleurs de la Légion d'honneur


Citations collectives

Première Guerre mondiale
  • Décret du 5 juillet 1919 portant attribution de la croix de chevalier de la Légion d'honneur au drapeau du 7e RMT[3] :

« Digne héritier des Turcos de Wissembourg et Froeschwiller, unissant sous son Drapeau les fils de l'Algérie, de la Tunisie et du Maroc, image vivante de l'Afrique du Nord, venus se donner corps et âme à la mère Patrie. En août 1914, aussitôt débarqués et lancés dans la bataille, les Tirailleurs, sous les ordres du Lieutenant-colonel Cros, retardent pied à pied la marche de l'envahisseur à la Fosse à l'eau, Bertoncourt, Ablancourt. En septembre, ils rejettent la Garde Impériale dans les marais de Saint-Gond, puis écrasent l'ennemi, contraint à la retraite, sous les murs du Château de Mondement. Le 9 mai 1915, en Artois, sous les ordres du Lieutenant-colonel Demetz, ils s'emparent de la Cote 140 et le 25 septembre, en Champagne, enlèvent brillamment les ouvrages ennemis au Nord de Souain. Le 11 juillet 1916, dans la Somme, ils se distinguent encore devant Belloy-en-Santerre. En Champagne, le 17 avril 1917, ils s'emparent des formidables positions du Mont Sans-Nom sous les ordres du Lieutenant-colonel Schultz qui, à Verdun, le 20 août les lance à l'assaut des puissantes organisations fortifiées qu'ils réduisent, en faisant 1 100 prisonniers. Au cours de l'épopée sublime de 1918, devant Villers-Bretonneux, ils enlèvent, le 26 avril 1918, sous les ordres du Lieutenant-colonel Schultz les positions de Cachy. Dans l'Aisne, le 18 juillet, sous les ordres du Lieutenant-colonel Mensier, ils percent les lignes ennemies, progressent de 11 kilomètres et font un grand nombre de prisonniers sur le même terrain où, les 29 et 30 mai, ils avaient soutenu des combats acharnés pour arrêter la marche de l'ennemi vers Compiègne. Du 2 au 16 septembre, sous le même commandement, à Sorny et à Vauxaillon, ils bousculent dans des conditions exceptionnellement dures, sur la ligne Hindenburg, les régiments allemands les plus réputés et progressent de plus de 7 kilomètres, préparent ainsi par leur héroïsme la marche sur Laon et la grande victoire. »

— Décret du 5 juillet 1919 portant attribution de la Croix de Chevalier de la Légion d'Honneur au drapeau 7e R.M.T - Le Président de la République

  • Texte des six citations à l'ordre de l'Armée obtenues au cours de la Première Guerre mondiale:

« Le 9 mai, sous les ordres du lieutenant-colonel Demetz, a enlevé à la baïonnette, avec un entrain superbe, les positions ennemies, traversant sans arrêt quatre lignes successives de tranchées allemandes et gagnant 4 kilomètres de terrain, s'y est énergiquement maintenu pendant deux jours, malgré de très violentes contre-attaques et un bombardement intensif et ininterrompu de front et d'écharpe. »

— 1re citation obtenue de la Bataille de l'Artois (mai 1915), Ordre du 16 septembre 1916

« Sous les ordres du lieutenant-colonel Demetz, le 23 septembre 1915, a brillamment enlevé plusieurs lignes de tranchées allemandes, s'emparant à la baïonnette de plusieurs batteries, prenant de nombreuses mitrailleuses et faisant un butin considérable. A poursuivi l'ennemi à travers un terrain particulièrement difficile avec un remarquable allant, a atteint et même dépassé l'objectif qui lui était assigné. »

— 2e citation obtenue lors de la Seconde bataille de Champagne (septembre 1915), Ordre du 4 janvier 1916

« Magnifique régiment qui vient, sous le commandement du lieutenant-colonel Schultz. de faire preuve, une fois de plus, de toute sa valeur offensive. Après une préparation minutieuse, dans laquelle Français et indigènes ont rivalisé d'ardeur, s'est élancé, le 20 août 1917, à l'assaut d'une position ennemie puissamment fortifiée et où l'existence d'un tunnel exigeait une manœuvre sûre et rapide. S'en est rendu maître, obligeant les défenseurs à se rendre, après vingt-quatre heures de lutte, et capturant 1.100 prisonniers, 13 mitrailleuses, 14 minenwerfers et détruisant 4 canons. »

— 3e citation obtenue à Verdun (août 1917), Ordre du 30 septembre 1917

« Partiellement engagé, les 11 et 12 avril 1918, sous les ordres du lieutenant-colonel Schultz, et ayant subi des pertes sérieuses et de dures fatigues, s'est néanmoins porté à l'attaque le 26 avril, avec un allant remarquable, malgré les nombreuses mitrailleuses qui lui étaient opposées. Privé d'une partie de ses cadres, n'en a pas moins poursuivi son avance. Arrêté par ordre dans un mouvement en avant qui allait le placer dans une position critique, s'est organisé sur sa position et l'a conservée jusqu'à relève, malgré toutes les contre-attaques ennemies. »

— 4e citation, Ordre du 14 juillet 1918

« Régiment d'attaque de premier ordre, qui, pendant les journées du 29 au 31 mai 1918, a soutenu les plus durs combats contre un ennemi nombreux et ardent. Par sa vaillance, son endurance et son esprit de sacrifice, a partout maintenu ses positions, arrêtant net les progrès de l'adversaire et lui infligeant des pertes terribles. Le 18 juillet sous les ordres du lieutenant-colonel Mensier, vient encore d'affirmer sa valeur offensive portant à l'attaque avec un entrain remarquable, enlevant après une marche d'approche de quelques kilomètres, plusieurs points d'appui fortement organisés capturant de nombreuses pièces de canon, faisant des centaines de prisonniers, a atteint d'un seul élan l'objectif normal, distant de plus de 4 kilomètres de sa base de départ. Au cours des journées des 19 et 20 juillet, a accentué cette progression en résistant à plusieurs contre-attaques ennemies et en n'abandonnant, malgré leur violence aucune parcelle du terrain conquis. »

— 5e citation obtenue lors de la Seconde bataille de la Marne (juillet 1918), Ordre du 13 octobre 1918

« Régiment animé du plus haut esprit offensif, à peine reformé, comprenant un bataillon composé de jeunes indigènes qui n'avaient jamais vu le feu, a, sous les ordres du lieutenant-colonel Mensier, été engagé du 2 au 16 septembre 1918, dans des conditions exceptionnellement dures. Malgré des tirs d'artillerie particulièrement violents, a arraché à l'ennemi des positions formidablement garnies de mitrailleuses auxquelles celui-ci se cramponnait désespérément. Opposé aux régiments allemands les plus réputés, les a bousculés, en leur causant de lourdes pertes et en leur faisant 561 prisonniers, dont 5 officiers. A progressé de plus de 7 kilomètres, capturant de nombreuses pièces d'artillerie et un matériel considérable. »

— 6e citation, Ordre du 10 novembre 1918

Seconde Guerre mondiale

« Magnifique régiment qui sous les ordres du colonel Chappuis […] s'est montré digne de son passé légendaire. Le 12 janvier 1944, dans une action hardie et opiniâtre soutenue, s'est emparé du Monna Casale, clé de la position ennemie, âprement défendue par un ennemi qui a lancé trois furieuses contre-attaques sur le premier objectif. S'est ensuite emparé du Passero et a rejeté, le 15 janvier 1944, après un combat sanglant, un adversaire brave et déterminé au-delà du Rapido. Sans se laisser désemparer par la résistance ennemie sur le Carella, a épaulé dès le 27 janvier, le 4e R.T.T sur la position clé du Belvédère, repoussant les furieuses contre-attaques ennemies, s'accrochant avec détermination au terrain conquis et progressant héroiquement avec une énergie farouche malgré les pertes subies et la fatigue d'une bataille de trois semaines dans un pays des plus difficiles. A capturé de nombreux prisonniers et un important matériel. »

— 1re citation à l'ordre de l'Armée attribuée au 7e R.T.A lors de la bataille du Belvédère en Italie du 25 janvier au 4 février 1944, Ordre général n° 096, 25 mars 1944 - général Giraud

« Magnifique Régiment, héritier des plus belles traditions de l'Armée d'Afrique, […] vient de prendre une part capitale dans les opérations qui ont amené la libération de Marseille. Engagé dans la région d'Aubagne, le 20 août 1944, contre un ennemi encore solide et combatif, grâce à une audacieuse et habile manœuvre, a réussi à trouer son dispositif, en n'hésitant pas à escalader les massifs difficiles du Plan de l'Aigle et de la Grande Etoile. Faisant preuve d'une très belle endurance, malgré l'ennemi, a poussé sans désemparer sur Marseille, dont il a été le premier à atteindre les faubourgs à Camoins, à la Valentine et à la Rose. Le 23 au matin, s'est jeté seul dans la ville défendue par une garnison forte d'une dizaine de milliers d'hommes. A mené courageusement et méthodiquement un difficile combat de rues, traquent sans arrêt l'ennemi et l'a acculé au port. A capturé de nombreux prisonniers et un important matériel. »

— 2e citation à l'ordre de l'Armée attribuée au 7e R.T.A lors de la prise de Marseille en août 1944, Décision n° 158, le 21 novembre 1944 - général de Gaulle

« Glorieux régiment qui, après s'être distingué en Tunisie, en Italie et dans les combats de Marseille, prend une part non moins glorieuse à une dure campagne d'hiver dans les Vosges et en Alsace. Le 4 octobre 1944, se heurtant dans la forêt de Longegoutte à un ennemi particulièrement mordant, le Régiment […] bouscule l'adversaire en sept jours de combats acharnés et malgré de furieuses contre-attaques, le rejette au nord de la Moselotte, libère Saulxures et Bamon le 11 octobre et s'empare de la Tête des Cerfs le 14. Après avoir tenu dans des conditions particulièrement difficiles le Haut du Faing, le 7e RTA […] se lance ardemment dans la bataille pour les Cols des Vosges. Du 25 novembre au 1er décembre 1944, bouscule la résistance opiniâtre de l'ennemi dans la vallée de Ventron, s'empare de l'important passage du Col d'Oderen et ouvre ainsi à la Division la route de l'Alsace. Descendant ensuite hardiment dans la vallée de la Thur, libère le village de Kruth et pousse ses avants-gardes jusqu'à proximité immédiate de l'ennemi retranché sur la route des crêtes. Le 30 janvier 1945, achève, avec la même ardeur, le nettoyage de la tête de pont allemande au sud de Strasbourg, et atteint le Rhin sur toute l'étendue de son secteur… »

— 3e citation à l'ordre de l'Armée attribuée au 7e R.T.A après les batailles des Vosges et d'Alsace, Décision n° 594, le 3 avril 1945 - général de Gaulle

Citations individuelles

  • Benammar Ahmed ben Si-Miliani, chef de bataillon, engagé volontaire 1914-1918, Citations, Médaillé militaire, Croix de guerre, Officier de la légion d'honneur, invalide militaire 100%.
  • Décret du 6 décembre 2000 portant concession de la Médaille militaire.
  • M. Kahlerras (Messaoud), de nationalité algérienne, ancien soldat de 1re classe au 7e régiment de tirailleurs algériens, 2 citations et 1 blessure de guerre.
  • M. Serhani (M'hamed), de nationalité algérienne, ancien soldat au 7e régiment de tirailleurs algériens, 1 citation et 1 blessure de guerre.
  • M. Koribi Cherif CHALANI, de nationalité algérienne, 3e Division d'Infanterie Algérienne, 7e Régiment de Tirailleurs Algériens, 9e compagnie. Promu sergent-chef, il a fait l'objet de plusieurs citations :

Extrait de l'Ordre Général n° 257: "Gradé courageux qui s'est particulièrement distingué le 27 janvier 1949, pendant la défense du Centre et de la Plantation de Phuoc-Hoa (Bien-Hoa), attaquée par une forte bande rebelle. Progressant sous un feu nourri, a réussi à mettre une mitrailleuse en batterie et, la servant seul, a interdit un point particulièrement menacé".

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre des Théâtres d'Opérations Extérieures avec étoile de bronze à la demande du général de brigade de Latour, commandant les forces franco-vietnamiennes du Sud.

Extrait de l'Ordre Général n° 303: "Tirailleur très courageux et calme au feu. le 6 octobre 1944 dans la forêt de Longegoutte, a repoussé à la grenade à fusil une contre-attaque ennemie qui menaçait d'encercler son groupe. Légèrement blessé au cours de l'action, a refusé de se laisser évacuer".

Extrait de l'Ordre Général n° 271: "Tirailleur courageux volontaire pour toutes les missions difficiles. S'est fait remarquer le 23 août 1944 aux Olives en attaquant à la grenade une tranchée allemande".

Ces 2 citations comportent l'attribution de la Croix de Guerre 1939-1945 avec étoile de bronze à la demande du colonel Chappuis, commandant le 7e régiment de tirailleurs algériens.

Extrait de l'Ordre Général n° 462: "Caporal d'un courage admirable. Au cours des différentes affaires auxquelles il a participé avec la section, s'est signalé par son cran et son mépris du danger. Toujours à la tête de son groupe pour les missions dangereuses. Le 5 février 1945, a été volontaire pour participer à la patrouille de nuit à la station d'Oberhoffen où il est rentré le premier avec son éclaireur de nuit."

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre 1939-1945 avec étoile d'argent à la demande du général Guillaume, commandant la 3e division d'infanterie algérienne.

Chefs de corps

  • Avril 1913 - Juillet 1914  : Colonel Mathieu
  • Juillet 1914 - Mars 1916  : Lt Colonel Laurent
  • Mars 1916 - Avril 1916  : Lt Colonel Demaris
  • Avril 1916 - Octobre 1916  : Lt Colonel Delom
  • Octobre 1916 - Décembre 1917  : Cdt Pimont
  • Décembre 1917 - Janvier 1918  : Lt Colonel Felici
  • Janvier 1918 - Mars 1918  : Cdt Conneau
  • Mars 1918 - Août 1918  : Lt Colonel Vaissières
  • Août 1918 - Octobre 1918  : Colonel Fropot
  • Novembre 1918 - Avril 1919  : Colonel Lamiable
  • Avril 1919 - Février 1920  : Lt Colonel Fadat
  • Février 1920 - Mars 1920  : Cdt de Font Reaulx
  • Mars 1920 - Mai 1920  : Cdt Diard
  • Mai 1920 - Juillet 1920  : Lt Colonel Fadat
  • Juillet 1920 - Septembre 1920  : Cdt Diard
  • Septembre 1920 - Septembre 1920  : Cdt de Font Reaulx
  • Septembre 1920 - Juin 1924  : Colonel Lemaître
  • Juin 1924 - Juillet 1928  : Colonel Pidaud
  • Juillet 1928 - Juin 1930  : Colonel Pichon
  • Juin 1930 - Juillet 1933  : Colonel de Tassy de Montluc
  • Septembre 1933 - Mars 1937  : Colonel Watrin
  • Mai 1937 - Mars 1940  : Colonel Richard
  • Mars 1940 - Mai 1942  : Colonel Cortot
  • Mai 1942 - Juin 1943  : Colonel Regnault
  • Juin 1943 - Octobre 1944  : Colonel Chappuis
  • Octobre 1944 - Novembre 1944  : Lt Colonel Pichot
  • Novembre 1944 - Avril 1945  : Colonel Goutard
  • Avril 1945 - Juin 1947  : Colonel Lardin
  • Juin 1947 - Novembre 1948  : Colonel Allard
  • Novembre 1948 - Octobre 1950  : Colonel Du Passage
  • Octobre 1950 - Août 1952  : Colonel Costantini
  • Août 1952 - Juillet 1954  : Colonel Derville
  • Juillet 1954 - Décembre 1956  : Colonel Arfouilloux
  • Décembre 1956 - Décembre 1958  : Colonel de Raffin de la Raffinie
  • Décembre 1958 - Décembre 1960  : Colonel Chevallier
  • Décembre 1960 - Octobre 1961  : colonel Rafa[4]
  • Octobre 1961  : Colonel Breil

Chefs de corps du 7ème rgt de marche de tirailleurs Algériens

  • Lt Colonel Fellert  : Août 1914 - Septembre 1914
  • Lt Colonel Levêque  : Octobre 1914 - Décembre 1914
  • Cdt Jacquot  : Décembre 1914 - Janvier 1915
  • Lt Colonel Demetz  : Janvier 1915 - Février 1916
  • Lt Colonel Schuhler  : Février 1916 - Mai 1916
  • Lt Colonel Schultz  : Mai 1916 - Mai 1918
  • Lt Colonel Mensier  : Juin 1918

Faits d'armes faisant particulièrement honneur au régiment

Personnalités ayant servi au sein du régiment

  • Général Jacques Schmitt (1919-2005), engagé volontaire en 1941. 12 citations, commandeur de la Légion d'honneur, auteur du "Journal d'un officier de Tirailleurs (1944)".

Notes et références

  1. Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, n°27, 9 novembre 2007
  2. Arrêté relatif à l'attribution de l'inscription AFN 1952-1962 sur les drapeaux et étendards des formations des armées et services, du 19 novembre 2004 (A) NORDEF0452926A Michèle Alliot-Marie
  3. Bulletin des lois de la République française, éd. Imprimerie royale, Paris, 1919, p. 2028
  4. Photo du colonel Rafa

Sources et bibliographie

  • Les Africains, Historama, hors-série n° 10, 1970
  • Anthony Clayton, Histoire de l'Armée française en Afrique 1830-1962, Albin Michel, 1994
  • Robert Huré, L'Armée d'Afrique: 1830-1962, Charles-Lavauzelle, 1977
  • Jean LAPOUGE, "De Sétif à Marseille, par Cassino", Editions Anovi 2007
  • Général Jacques Schmitt, "Journal d'un officier de Tirailleurs (1944)", préface du colonel Ortholan, Editions Bernard Giovanangeli, 2010.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article 7e régiment de tirailleurs algériens de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • 7e regiment de tirailleurs algeriens — 7e régiment de tirailleurs algériens 7e régiment de tirailleurs algériens insigne régimentaire du 7e RTA Période 1913 – 1964 Pays …   Wikipédia en Français

  • 4e régiment de tirailleurs algériens — 4e régiment de tirailleurs tunisiens 4e régiment de tirailleurs tunisiens Insigne régimentaire du bataillon de marche du 4e RTT Période Décembre 1884 – 1956 Pays …   Wikipédia en Français

  • 5e régiment de tirailleurs algériens — Le 5e régiment de tirailleurs algériens est un régiment d infanterie de l armée de terre française, créé en 1913. Il est dissous en 1940, recréé de 1951 à 1961 comme 5e B.T (bataillon de tirailleurs) puis en 1961 comme 5e R.T (régiment de… …   Wikipédia en Français

  • 3e régiment de tirailleurs algériens — insigne régimentaire du 3e R.T.A Période 1856 – 1962 Pays …   Wikipédia en Français

  • 5e regiment de tirailleurs algeriens — 5e régiment de tirailleurs algériens Le 5e régiment de tirailleurs algériens est un régiment d infanterie de l armée de terre française, créé en 1913. Il est dissous en 1940, recréé de 1951 à 1961 comme B.T (bataillon de tirailleurs) puis en 1961 …   Wikipédia en Français

  • 3e regiment de tirailleurs algeriens — 3e régiment de tirailleurs algériens 3e Régiment de Tirailleurs Algériens insigne régimentaire du 3e R.T.A Période 1856 – 1962 Pays …   Wikipédia en Français

  • 18e régiment de tirailleurs algériens — Période 1919 – 1940 Pays  France Branche Armée de terre Type …   Wikipédia en Français

  • 13e regiment de tirailleurs algeriens — 13e régiment de tirailleurs algériens Le 13e Régiment de Tirailleurs Algériens est un régiment d infanterie de l armée de terre françaises. Créé en 1914 comme 2e régiment Mixte de Zouaves et de Tirailleurs. En 1918 RMT, puis 13e RTA en 1920, 1940 …   Wikipédia en Français

  • 1er Régiment de tirailleurs algériens — Insigne du 1er RTA Dans un croissant d argent dont les 2 branches se rejoignent sur une main de fatma chargée du chiffre 1 figure la devise du régi …   Wikipédia en Français

  • 1er regiment de tirailleurs algeriens — 1er régiment de tirailleurs algériens 1er régiment de tirailleurs algériens Insigne du 1er RTA Dans un croissant d argent dont les 2 branches se rejoignent sur une main de fatma chargée du chiffre 1 figure la devise du régi …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”