6 février 1934

6 février 1934

La date du 6 février 1934 fait référence à une manifestation antiparlementaire organisée à Paris par des groupes de droite et les ligues d’extrême droite et qui tourne à l'émeute sur la place de la Concorde.

Sommaire

La crise des années 1930 et l'Affaire Stavisky

La France a été touchée à partir de 1931 par la Grande dépression, née en 1929 aux États-Unis. La crise économique et sociale frappe particulièrement les classes moyennes, soutien traditionnel de la République. Or, le pouvoir se révèle incapable d'apporter des solutions, ce qui se traduit par une très forte instabilité ministérielle (six gouvernements de mai 1932 à février 1934) contribuant à alimenter le rejet du parlementarisme.

L'antiparlementarisme a aussi été alimenté par une succession de scandales politico-financiers : affaire Hanau (Marthe Hanau avait utilisé ses appuis politiques pour attirer, grâce à son journal La Gazette du franc, les économies des petits épargnants), affaire Oustric (la faillite frauduleuse du banquier Oustric précipita en 1930 la chute du gouvernement d'André Tardieu, dont le Garde des Sceaux était mêlé à l’affaire), et enfin, cause directe des événements du 6 février, affaire Stavisky.

Ce nouveau scandale, impliquant le Crédit municipal de Bayonne, éclate en décembre 1933. Apparaît alors le personnage d'Alexandre Stavisky, escroc lié à plusieurs parlementaires radicaux, dont un ministre du gouvernement du radical Camille Chautemps. La presse révèle ensuite qu'Alexandre Stavisky a bénéficié de dix-neuf remises de son procès, alors que le Parquet est dirigé par le beau-frère de Camille Chautemps. Le 8 janvier 1934, Alexandre Stavisky est retrouvé mort. Selon la version policière, il se serait suicidé, ce qui suscite l’incrédulité générale. Pour la droite, il a été assassiné sur l'ordre de Chautemps, afin d’éviter des révélations. Dès lors, la presse se déchaîne, l’extrême droite manifeste et, à la fin du mois, après la révélation d’un nouveau scandale, Camille Chautemps démissionne. C'est un autre radical, Édouard Daladier, qui lui succède le 27 janvier.

Depuis le 9 janvier, treize manifestations ont eu lieu à Paris. Tandis que la droite tente d’utiliser l’Affaire Stavisky pour remplacer la majorité issue des élections de 1932, remportées par le Cartel des gauches, l’extrême droite exploite ses thèmes traditionnels : antisémitisme, xénophobie (Alexandre Stavisky est un Juif ukrainien naturalisé), hostilité à la franc-maçonnerie (dont Chautemps est un dignitaire), antiparlementarisme. Selon l'historien Serge Berstein, l'affaire Stavisky n'est exceptionnelle ni par sa gravité ni par les personnalités mises en cause, mais par la volonté de la droite de faire chuter un gouvernement de gauche sur ce thème, profitant du fait que les radicaux n'ont pas la majorité absolue à la Chambre des députés et forment donc des gouvernements fragiles.

C'est toutefois le limogeage du préfet de police Jean Chiappe qui provoque les manifestations massives du 6 février. Homme de droite, Chiappe manifestait en effet une grande indulgence à l’égard de l'extrême droite. Pour la gauche, son déplacement est lié à son implication dans l’affaire Stavisky, tandis que la droite dénonce le résultat d’un marchandage avec les socialistes : départ de Chiappe contre soutien au nouveau gouvernement.

Le soir du 6 février 1934

Les forces en présence

Au cœur des manifestations de janvier, les ligues d’extrême droite. Phénomène ancien (la Ligue des patriotes a été fondée par Paul Déroulède dès 1882), les ligues jouent un rôle très important dans l'entre-deux-guerres, notamment lorsque la gauche est au pouvoir, ce qui est le cas depuis les élections législatives de 1932.

Parmi les principales ligues d’extrême droite présentes le 6 février, il faut d'abord mentionner la plus ancienne, l'Action française. Fondée en 1898/1899 par Maurice Pujo, Henri Vaugeois et Charles Maurras (60 000 membres) a pour but de renverser « la gueuse » (la République) afin de restaurer la monarchie. Elle s’appuie sur les Camelots du Roi, qui, malgré des effectifs assez limités, sont très actifs dans la rue. De fondation plus récente (1924), les Jeunesses patriotes, qui revendiquent l’héritage de la Ligue des patriotes, comptent 90 000 membres dont 1 500 font partie des « groupes mobiles ». Créées par Pierre Taittinger, député de Paris, elles entretiennent des rapports étroits avec des hommes politiques de droite, et comptent dans leurs rangs plusieurs conseillers municipaux de la capitale. Quant à la Solidarité française, fondée en 1933 par le richissime parfumeur François Coty, elle est dépourvue d’objectif politique précis et ses effectifs sont moins élevés. Mentionnons enfin, bien que ses effectifs soient insignifiants, le francisme de Marcel Bucard.

Parmi les principaux protagonistes, il faut aussi évoquer les Croix-de-feu. Créées en 1926 sous la forme d’une association d’anciens combattants, leur recrutement s’est élargi à d’autres catégories sous l’impulsion de leur chef depuis 1931, le colonel de la Rocque, et elles s’apparentent désormais à une ligue, la première en nombre d’adhérents. Elles aussi sont dotées de groupes de combat et de défense, les « dispos ».

Appelle enfin à manifester dès le mois de janvier la Fédération des contribuables, dont les dirigeants ont des objectifs politiques proches de ceux des ligues.

En plus des manifestants de janvier, les très puissantes associations d’anciens combattants appellent aussi à la mobilisation le 6 février. La plus importante d’entre elles, l'Union nationale des combattants (UNC), dont les idées sont proches de la droite et qui est présidée par un conseiller municipal de Paris, compte pas moins de 900 000 membres. Mais l'Association républicaine des anciens combattants (ARAC), satellite officieux du Parti communiste français, appelle également ses troupes à défiler le 6 février, bien que sur des mots d’ordre différents.

L'émeute

Les ligues rassemblent les mécontents de tout poil. Ils se sont multipliés à droite comme à gauche, en marge des partis parlementaires, à cause de la crise économique.[réf. nécessaire]

Les ligues appellent donc à manifester le jour même de l'investiture de Daladier, à Paris, place de la Concorde, en face de la Chambre des députés (le Palais Bourbon).

Parmi les organisateurs de la manifestation figure l'association d'anciens combattants, Croix-de-feu, qui se veut apolitique. Ses adhérents constituent le groupe le plus nombreux. Sont aussi présents la ligue monarchiste Action française, la ligue des Jeunesses patriotes ainsi que le groupe Solidarité française.

En marge de ces groupes orientés à droite ou à l'extrême droite, on relève la présence d'un mouvement communiste, l'Association républicaine des anciens combattants.

Au total 30 000 manifestants dont une bonne majorité d'anciens combattants. Tous se mobilisent sur le thème : « À bas les voleurs ! » et réclament davantage de civisme, d'honnêteté.

À l'appel du lieutenant-colonel de La Rocque, les Croix-de-feu se dispersent rapidement. Bien que proches du Palais-Bourbon, siège de la Chambre des députés, ils se refusent à occuper celui-ci. Leur dispersion rend vaine toute possibilité de renverser le régime par la force.

Mais autour de la place de la Concorde, la manifestation dégénère.

Des milliers de militants en armes tentent de marcher sur le Palais Bourbon. La Garde mobile tire. Les affrontements se prolongent pendant la nuit. Seize manifestants et un policier sont tués. On compte un millier de blessés.

La gauche parlementaire dénonce dans la manifestation du 6 février une tentative de coup d'État fasciste. Elle appelle au rassemblement des forces progressistes. Trois jours plus tard, une contre-manifestation à laquelle participent les socialistes et les communistes dégénère à son tour et fait 15 morts et 1 500 blessés.

Le président du Conseil Édouard Daladier, qui a été porté au pouvoir par la majorité socialiste et radicale élue en 1932, doit céder la place à l'ancien président de la République Gaston Doumergue (71 ans). Dans le nouveau gouvernement entrent Édouard Herriot et les chefs de la droite battus deux ans plus tôt, dont André Tardieu.

Mobilisation à gauche. Les militants socialistes et communistes croient voir dans les émeutes du 6 février et le changement de gouvernement une tentative de coup d'État d'extrême-droite. Ces militants poussent leurs chefs à s'unir pour faire front à la droite et gagner les prochaines élections législatives. Leurs aspirations rejoignent le calcul de Staline.

Staline s'inquiète de l'accession au pouvoir de Hitler en Allemagne l'année précédente. Il craint une contagion des régimes fascistes antisocialistes en Europe. Pour la prévenir, il demande aux chefs des partis réunis au sein de l'Internationale communiste, le Komintern, de faire alliance avec les autres partis de gauche, y compris les partis sociaux-démocrates ou socialistes abhorrés.

La portée du 6 février

Démission de Daladier et formation d'un gouvernement d'Union nationale

Dans la nuit, Daladier prend les premières mesures pour obtenir le rétablissement de l’ordre public (il envisage notamment d'instaurer l'état de siège). Mais le lendemain, ses consignes sont peu suivies par la justice et la police. De plus, il enregistre la défection de la plupart de ses ministres et de son parti. Il se résout finalement à démissionner. C’est la première fois qu’un gouvernement doit démissionner sous la pression de la rue.

La crise se résout finalement avec la formation d’un nouveau gouvernement sous la présidence de l'ancien président de la République (1924-1931) Gaston Doumergue, rappelé par Albert Lebrun, ce dont les ligues semblent se contenter. Qualifié de gouvernement d’«union nationale», il regroupe surtout les principales figures de la droite parlementaire (André Tardieu, Louis Barthou, Louis Marin), même si plusieurs radicaux ou le maréchal Pétain (ministre de la Guerre, c’est sa première expérience ministérielle) en font également partie.

Vers l'union de la gauche

La gauche interprète les événements du 6 février comme la preuve d’un complot fasciste. Les socialistes et les communistes contre-manifestent le 7 février. Les incidents qui les opposent aux forces de l'ordre font neuf victimes. Le 12 février, la CGT (socialiste) et la CGTU (communiste) décident d’une journée de grève générale et la SFIO et le Parti communiste appellent à une manifestation parisienne qui n’a pas vocation à être commune mais voit pourtant les deux cortèges se mêler à l’initiative de la base. Cette journée marque donc un premier et timide rapprochement entre socialistes et communistes. Elle porte en germe l’union antifasciste entre les deux partis marxistes, ennemis depuis 1920, qui a abouti en 1936 au gouvernement de Front populaire, composé de radicaux et de socialistes avec le soutien communiste.

La radicalisation de la droite

Les méthodes violentes des ligues, leur allure paramilitaire, le culte du chef, font qu’elles sont souvent assimilées au fascisme. Mais au-delà des apparences et de leur volonté de voir le régime parlementaire céder la place à un régime fort et efficace, il est difficile pour certains historiens (Serge Berstein, René Rémond, Michel Winock) de distinguer chez elles un réel projet fasciste. D'autres, comme Michel Dobry, Zeev Sternhell les considèrent au contraire comme relevant du fascisme. Brian Jenkins de son côté estime qu'il est vain de chercher une essence fasciste en France et préfère établir des comparaisons, qui aboutissent selon lui à une nette convergence entre le fascisme italien et une bonne partie des ligues françaises, notamment l'Action française. D'autre part, l'idée même d’un complot semble exclue par l’absence de concertation et le manque d’objectifs précis des ligues.

Après le 6 février, la droite parlementaire commence à durcir son discours et à se rapprocher de l'extrême droite. Plusieurs de ses leaders perdent confiance dans les institutions parlementaires. Cette droitisation s'accélère après 1936, avec le Front populaire et la guerre d'Espagne.

Pour l'extrême droite, le 6 février représente une occasion manquée de renverser le régime, occasion qui ne se retrouvera qu’en 1940. La déception qu’ont suscitée les ligues conduit à la radicalisation de certains qui se tournent alors vers le fascisme ou le national-socialisme.

Voir aussi

Bibliographie

  • Serge Berstein, Le 6 février 1934, Julliard, Paris, 1975, coll. « Archives » (ISBN 207029319X) ;
  • Michel Dobry, « Février 1934 et la découverte de l’"allergie" de la société française à la Révolution fasciste », dans la Revue française de sociologie, juillet-décembre 1989, XXX, 3-4 ;
  • Michel Dobry (dir.), Le Mythe de l'allergie française au fascisme, Albin Michel, Paris, 2003, coll « Bibliothèque Albin Michel : Idées » (ISBN 2226137181) ;
  • Robert Soucy, Fascismes français ? : 1933-1939, Autrement, Paris, 2004 (ISBN 2-7467-0452-8) ;
  • Danielle Tartakowsky, Les Manifestations de rue en France : 1918-1968, Publications de la Sorbonne, Paris, 1997 (ISBN 285944307X) ;
  • Michel Winock, La Fièvre hexagonale : Les grandes crises politiques de 1871 à 1968, Le Seuil, Paris, 2001, coll. « Points Histoire » (ISBN 2020285169).
  • William Karel, La Cagoule, enquête sur une conspiration d'extrême droite, 1996, Arte Video (film documentaire sur "La Cagoule", avec un passage sur les évênements du 6 février 1934);
  • Guillaume Gros, Le Temps des Croix-de-Feu, Montauban, revue Arkheia, n°20, 2008.

Liens externes

Ce document provient de « 6 f%C3%A9vrier 1934 ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article 6 février 1934 de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Émeute du 6 février 1934 — 6 février 1934 La date du 6 février 1934 fait référence à une manifestation antiparlementaire organisée à Paris par des groupes de droite et les ligues d’extrême droite et qui tourne à l émeute sur la place de la Concorde. Sommaire 1 La …   Wikipédia en Français

  • Émeutes du 6 février 1934 — 6 février 1934 La date du 6 février 1934 fait référence à une manifestation antiparlementaire organisée à Paris par des groupes de droite et les ligues d’extrême droite et qui tourne à l émeute sur la place de la Concorde. Sommaire 1 La …   Wikipédia en Français

  • Crise du 6 février 1934 — La date du 6 février 1934 fait référence à une manifestation antigouvernemantale organisée à Paris devant la Chambre des députés par des groupes de droite et les ligues d’extrême droite pour protester contre le limogeage du préfet de… …   Wikipédia en Français

  • FÉVRIER 1934 (JOURNÉE DU 6) — FÉVRIER 1934 JOURNÉE DU 6 Accident ou complot, le 6 février 1934 est la plus grande journée parisienne de colère depuis la Commune. Daladier a formé un nouveau gouvernement le 30 janvier. Il déplace le préfet de police Jean Chiappe, suspect… …   Encyclopédie Universelle

  • 6 February 1934 crisis — The 6 February 1934 crisis refers to an anti parliamentarist street demonstration in Paris organized by far right leagues that culminated in a riot on the Place de la Concorde, near the seat of the French National Assembly. It was one of the… …   Wikipedia

  • 6 février — Pour les articles homonymes, voir Six Février. Éphémérides Février 1er 2 3 4 5 6 …   Wikipédia en Français

  • Février 1934 — (journée du 6) journée où les ligues de droite organisèrent, à Paris, une manifestation pour protester, après l affaire Stavisky, contre le parlementarisme. Place de la Concorde, la fusillade de la police fit 20 morts. La gauche organisa une… …   Encyclopédie Universelle

  • 1934 en France — Années : 1931 1932 1933  1934  1935 1936 1937 Décennies : 1900 1910 1920  1930  1940 1950 1960 Siècles : XIXe siècle  XXe siècl …   Wikipédia en Français

  • 1934 — Années : 1931 1932 1933  1934  1935 1936 1937 Décennies : 1900 1910 1920  1930  1940 1950 1960 Siècles : XIXe siècle  XXe …   Wikipédia en Français

  • 6 mars — Éphémérides Mars 1er 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”