61e compagnie de circulation
61e Compagnie de Circulation Routière
Période 1945
Pays Drapeau de France France
Branche Train
Type Compagnie
Rôle Circulation routière
Guerres Guerre d'Indochine
Décorations Croix de Guerre TOE 1 étoile d'Argent

La 61e compagnie de circulation est une unité militaire française.

Lors de la réorganisation de l'armée de Terre en 1984, la 6e Division Blindée de Strasbourg est dissoute et son escadron de circulation (le 6e EC) fait mouvement vers Auxonne pour devenir l'escadron de circulation de la force d’action rapide. Arrivé à Auxonne le 22 juin 1984, il prend le 1er juillet l'appellation de 61e Escadron de Circulation et hérite des traditions de la 61e Compagnie de Circulation Routière (61e CCR). De 1995 à 1999, les traditions de la 61e Compagnie de Circulation Routière sont activement reprises par le 1er escadron de circulation routière (1er EC) du 516e Régiment du Train (516e RT) à Toul.

Sommaire

Historique et filiation de la 61e Compagnie de Circulation Routière

Cet historique ne traite que du passé de l'unité sous son appellation de 61e Compagnie de Circulation Routière sous laquelle elle s'est brillamment comportée en Cochinchine et a gagné la Croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieures avec étoile d'Argent.

  • 1945 - Création à Saint-Raphaël (Var) du 61e détachement de circulation routière (61e DCR) affecté à la 3e Division d'Infanterie Coloniale (3e DIC) qui fait mouvement vers l'Indochine.
  • 1946 - Le 1er mai est créé à Saïgon, à partir du DCR 61, la 61e Compagnie de circulation routière, elle est stationnée à l'hippodrome de Phu-To
  • 1954 - Le 1er novembre la 61e CCR devient 261e CCR
  • 1955 - À sa création le Groupement de circulation routière 603 intègre la 261e CCR qui devient 2/603
  • 1956 - Le 603e GCR est dissout à Constantine après son transfert en Afrique du Nord et la 2/603 devient alors 223e CCR
  • 1963 - La 223e CCR devient 252e CCR au 1er janvier puis elle est rapatriée en métropole avant d'être dissoute en décembre au camp de Sissonne (Aisne).
  • 1984 - Le 1er juillet le 6e Escadron de circulation devient 61e EC et hérite des traditions de la CCR d'Indochine.

Les commandants d'unité

  • 1946-1947 : lieutenant Vignardou (Mort au combat)
  • 1947-1949 : capitaine Jais
  • 1949-1950 : capitaine Mazeiraud
  • 1950-1951 : capitaine Reynaud
  • 1951 : capitaine Latry
  • 1951-1952 : capitaine Paillot
  • 1952-1953 : capitaine Esvan
  • 1953-1954 : lieutenant Thevenet
  • 1954 : capitaine Thevenet
  • 1984-1985 : capitaine B. Steinmetz
  • 1985 : capitaine E. Segura

Missions de la 61e Compagnie de circulation routière de 1946 à 1954

En novembre 1946, la 61e CCR rejoint le corps expéditionnaire chargé de récupérer les provinces rétrocédées par le Siam. À cette occasion, elle assure la protection de nombreux convois et effectue des reconnaissances de type cavalerie légère. En février 1947, de retour à Saïgon, après avoir laissé son deuxième peloton détaché au Cambodge, la CCR prend à son compte le contrôle et la régulation de la circulation civile et militaire du Sud de l'Indochine : autour de Saïgon vers Ban Me Thuot, Dalat et My-Tho et autour de Phnom Penh vers Kampot, Siem Riep, Kompong Cham et Phu Lam, autour de Phnom Penh à Neack Luong, Kompong Cham et Kompong Luong. Ces postes isolés ainsi que le P.C. de la Compagnie installé à l'hippodrome de PhU To seront très souvent attaqués jusqu'en 1954; à chaque fois, l'assaillant sera repoussé. En plus de ces missions extérieures, la CCR participe aux patrouilles de sécurité de jour comme de nuit à l'intérieur de l'agglomération de Saigon-Cholo. Elle assure, en outre, de nombreux piquets d'honneur et escortes d'autorité (Haut Commissaire, Général commandant supérieur du Cambodge…)

Son activité principale, la plus dangereuse et la plus délicate à l'époque, était la participation au guidage, à la défense et la sûreté des convois. La Compagnie y a payé un lourd tribut. Le 25 avril 1947, son premier commandant d'unité, le Lieutenant Vignadou ainsi qu'un sous-officier, chef de peloton, et 5 conducteurs disparaissaient dans une embuscade à My-Tho ; le 19 décembre 1947, une patrouille en escorte de convoi submergée par le nombre des assaillants laisse 4 morts et 2 blessés.

Suite à l'embuscade meurtrière de la Lagna, où la CCR a 4 tués, le 1er mars 1948, le commandement s'oriente vers une nouvelle solution. Au lieu des convois escortés, on décide d'une technique nouvelle : celle de la « route gardée ». L'effectif des postes est renforcé afin de permettre une surveillance mobile des itinéraires, par ailleurs les convois sont formés et mis en route à partir de gares routières (la 61er CCR en tient 4 : Bienh Hoa, Bencat, Thu Dau Mot puis après le départ de la 73er CCR de Saigon).

Les distances entre véhicules étant augmentées (300 mètres), l'accompagnement par un élément de circulation devient indispensable pour assurer la police des convois. La CCR accompagne les colonnes vers Vinh Long jusqu'à My-Tho, vers Dalat jusqu'à Dinh Quan et vers Ban Me Thuot jusqu'à Bu Dangs Rey l'accompagnement était alors pris en charge par la 73e CCR

Du fait des effectifs peu importants d'une compagnie, de la zone de responsabilités très étendue, de l'insécurité permanente et des missions nombreuses (reconnaissances, fléchage, surveillance, accompagnement, contrôle et régulation, service des gares routières à quoi il faut ajouter patrouille en ville, piquets d'honneurs et escortes), le personnel de la 61er CCR a été soumis à rude épreuve. Malgré tout, leurs missions ont toujours été remplies et leur comportement a toujours été exemplaire, aussi la compagnie s'est elle vue récompensée en 1953 par l'attribution d'une Croix de Guerre des Théâtres d'Opérations Extérieures avec étoile d'Argent (texte de la citation à l'ordre de la Division). La fin des hostilités voit l'afflux de réfugiés du Tonkin. Après tant de combats, l'unité se dévoue totalement à sa nouvelle tâche toute humanitaire : accueillir cette foule désemparée et déracinée, diriger ces pauvres gens sur des foyers provisoires et leur donner un premier réconfort.

Le 1er novembre, la 61e CCR devient 261e CCR En dépit des difficultés de toutes sortes, tant au combat qu'en effectifs, qu'en matériel, la 61e CCR est fière d'avoir rempli sa tâche jusqu'au bout, consciente d'avoir en même temps que toutes les unités d'Indochine, participé à l'œuvre gigantesque de civilisation et de pacification que la France a entreprise dans ses possessions d'Extrême-Orient.

Journal de marche et des opérations de 1946 à 1954

Année 1946

  • 1946 :

Le 20 janvier 1946, le Détachement de la circulation routière de la 3e division d'infanterie coloniale embarque à Marseille pour l'Indochine. L'arrivée des premiers éléments se fait le 12 février à Saïgon. Le 25 avril, tous les éléments du DCR ont rejoint leur unité. Ce jour-là, le DCR de la 3e DIC est constitué en Compagnie et devient la 61e Compagnie de circulation routière. C'est à partir du 1er mai 1946 que la CCR devient Compagnie autonome. À cette date, l'unité est commandée par le lieutenant Vignardou ; son adjoint est le sous-lieutenant Lallart. Le 10 juillet, la 61e CCR remplace dans ses positions la 73e CCR partant pour le Laos et le Cambodge (gares routières, patrouilles de jour et de nuit). Elle assure le service d'ordre au Port. Le 15 juillet, elle repasse sous les ordres de la 3e DIC. Du 6 au 13 novembre, elle repasse ses consignes de circulation de Saïgon-Cholon à la 73e CCR (fléchages d'itinéraires, liaisons). Durant cette année, la 61e CCR assure essentiellement des patrouilles de police de la route et de sécurité ainsi que de missions de jalonnement, de service d'ordre de reconnaissance et de contrôle.

Année 1947

  • 1947 :

En février, elle participe aux opérations des provinces rétrocédées au Cambodge. On lui confie la circulation de l'axe Saïgon-Dalat. Par ses postes fixes de Baqueo Binh Loi, Phu Lam, Neack Luong, Kompong Luong, elle contrôle toutes les principales routes d'Indochine Sud et y régule tout le trafic routier dans ses principaux axes : Saïgon vers My-Tho et Dalat, Phnom Penh vers Kampot, Siemreap, Kompong Cham, Battambang. Elle contrôle également la circulation routière à l'intérieur de la place de Saïgon Cholon en faisant des patrouilles de jour et de nuit. Elle participe à de nombreuses opérations de nuit en liaison avec les commandos à l'intérieur ou dans les environs de la ville de Cholon.

En avril 1947, un peloton de la 61e CCR est détaché au Cambodge sous l'autorité du commandement des forces de ce royaume. Il fournira toutes les escortes et piquets d'honneur lors du voyage du haut-commissaire et du général commandant supérieur du Cambodge à Phnom Penh, les patrouilles de nuit du 2e peloton assurent des missions de circulation et de sécurité sur ordre du colonel commandant les forces du Cambodge. Le peloton de circulation routière, chargé du contrôle aux points sensibles, est lui fractionné à Sway Rieng, Neack Luong, Kompong Luong et Kompong Cham ; deux postes en réserve assurent la police de circulation à Phnom Penh. Le 25 avril 1947, le convoi de Cantho est attaqué : un convoi de 13 véhicules militaires et 28 véhicules civils, dont 2 V.L. transportant le ministre de l'Éducation Nationale de Cochinchine et le sous-secrétaire d'État à l'information, tombe à 10H45, dans une grosse embuscade, dans le village de Tan Hiep, à l'ouest de My-Tho. Plusieurs mines explosent au passage du camion de l'escorte et des deux V.L. dont tous les occupants sont tués. Aussitôt, les rebelles déclenchent le tir de leurs armes automatiques. Un conducteur de la 2/519 C.T. est tué à son volant. Les autres chauffeurs de cette compagnie, le poste de circulation de la 61e CCR, ripostent et tiennent jusqu'à l'arrivée des A.M. de secours que le maréchal-des-logis Denis, de la 2/519°, après avoir réussi à faire demi-tour sous le feu adverse, est allé chercher à une dizaine de kilomètres en arrière. Le bilan est lourd : 42 tués et 4 disparus, parmi lesquels outre les deux ministres, le lieutenant Vignardou, 1 sous-officier et 5 conducteurs de la 61e CCR, 1 conducteur de la 2/519 et le chef de convoi, 12 blessés, 8 véhicules militaires détruits et 4 civils tués.

Le 23 mai 1947, un nouvel accrochage léger se produit sur la route de Vinh Long. Durant les mois suivants, les nombreux convois sur Vinh Long sont réorganisés ; ils seront désormais sous la conduite d'un officier des blindés, un officier et un sous-officier du Train devenant son adjoint. L'espacement des véhicules sera de 300 mètres, des éléments mobiles de circulation assurant la police du convoi sont fournis par la C.C.R ; ces éléments sont en liaison radio avec les éléments mobiles de sécurité, d'intervention rapide. Des barrages (tranchées ou abattis) ralentissent souvent ces convois. En août 1947, la CCR reçoit un nouvel armement : les mitraillettes Sten en remplacement des mitraillettes Thompson.

Le 19 décembre sur la route de Ban Me Thuot, un convoi est attaqué. Un convoi de 80 véhicules (10 militaires et 70 civils) roule en direction de Ban Me Thuot. Il comporte outre une rame spéciale de 18 véhicules civils chargés d'essence et de munitions, 1 escorte d'infanterie et 2 A.M. aux ordres du lieutenant Petitfils de la Compagnie auto du Sud Annam, 1 poste de circulation de la 61e CCR -5 hommes et 2 radio- et l'élément de dépannage fourni par le GT 511. A 11H40, l'escorte de tête atteint le village de Dong Xoai au P.K. 105, au moment où une mine saute devant le véhicule du P.C.R. au P.K. 101. Simultanément, la fusillade éclate. Le combat se poursuit jusqu'à 12H30, moment où l'intervention d'une patrouille d'avions provoque le décrochage des rebelles. Au total, le convoi compte 9 morts dont 2 agents de circulation, 15 blessés parmi lesquels le lieutenant Petitfils et 2 conducteurs de la 61e CCR vingt véhicules sont détruits.

Réveillés tous les matins à 3 heures, le personnel de la CCR au complet assure inlassablement la mise en route des convois de la gare routière. Elle tient les postes de contrôle des itinéraires d'accès à Saïgon et effectue régulièrement des patrouilles sur la route Saïgon - Nha Be, escorte sur sa demande le général commandant les Troupes Françaises d'Indochine du Sud (T.F.I.S..). Elle fait des contrôles systématiques dans l'agglomération Saïgon Cholon et a entamé le fléchage des itinéraires relevant des T.F.I.S.. Enfin, dans le cadre du quartier VI et malgré son déficit en personnel, la CCR 61 a eu à cœur de seconder des unités voisines en reprenant son tour normal de patrouilles de nuit et en effectuant quelques fois des patrouilles exceptionnelles dictées par les circonstances.

Parallèlement à ses missions, un travail obscur est effectué par le personnel des Services Généraux dont on ne dira jamais assez l'esprit de dévouement. Dans une CCR, il n'y a presque jamais d'actions de masse, mais souvent au contraire, travail par petits groupes isolés et sorties individuelles sans horaire déterminé. Les missions n'ont pu s'accomplir que dans la mesure où les services généraux réduits du reste à leur strict minimum, se sont adaptés à ce rythme : les cuisiniers s'efforçant de garder à manger chaud quelle que soit l'heure d'entrée des conducteurs en service, les indisponibles et inaptes se chargeant des travaux d'intérêt général et de la confection des flèches ; les dépanneurs s'affairant à la réparation d'un matériel qui, lâchant de tout côté n'est remis en service journellement qu'à la suite d'efforts extraordinaires.

En dernier lieu, les aménagements à apporter aux cantonnements et aux postes de contrôle ont été poursuivis. Il semble que dans leurs rares moments de loisirs, les conducteurs aient pris un certain plaisir « à se servir de leurs dix doigts », qu'ils aient été employés à la peinture ou à la fabrication de petits meubles rustiques pour leurs chambrées. C'est là une application des ateliers artisanaux dont l'ouverture a été recommandée dans tous les corps de troupe de France. Les difficultés de toutes sortes rencontrées sur la route n'ont pas modifié la fréquence et la régularité des convois. Elles ont été surmontées grâce à une spécialisation de plus en plus poussée du personnel.

À Saïgon, une gare routière de départ fonctionne à Dong Xoai. Les embouteillages au bac de My Thuan ont été évités par deux « dispatching » respectivement assurés au départ de Saïgon et de An Huu. Les postes de contrôle ont été aménagés et rappellent maintenant par leurs installations pratiques et particulièrement visibles, leurs signalisations et bureaux de renseignements, ceux de l'armée. Au cours de cette année, les efforts ne se sont pas relâchés : il a fallu en permanence, niveler, colmater, instruire, rechercher en un mot le rendement maximum et le progrès dans tous les domaines. La 61e CCR est fière de participer à la « Répression de la rébellion et Pacification » suppléant aux difficultés de toutes sortes par une bonne volonté et un allant qui ne démentiront jamais.

Année 1948

  • 1948 :

Presque quotidiennement des accrochages légers ont lieu entre les convois et les rebelles. Les avions de reconnaissance signalent les barrages, les tranchées et la présence de rebelles. La compagnie est renforcée de 10 sous-officiers et 40 militaires du rang. Attaque du convoi de Dalat le 1er mars 1948 : le convoi comprend 69 véhicules dont 53 civils. L'escorte, composée de deux auto-mitrailleuses et de 4 sections de protection (22e R.I.C. et 4e B.D.P.), est répartie en 3 éléments : tête, milieu et queue de la colonne. La circulation est assurée par un poste de la 61e CCR disposant d'un scout-car radio. L'élément de dépannage est fourni par la 2/519 C.T..

Au cours de la journée la colonne est d'abord accrochée par 3 fois. Une intervention de la chasse a été nécessaire le matin ; le poste de circulation, chaque fois, a remis le convoi en ordre et l'élément de dépannage a procédé à diverses réparations. Vers 16H30, la tête de la colonne arrive à hauteur du P.K 112 au moment où le scout-car du chef de convoi saute sur une mine. C'est le signal de l'attaque déclenchée par le Viet Minh sur toute la longueur du convoi. Le scout-car de la 61e CCR saute à son tour sur une mine. Le combat se poursuit jusqu'à 20H15, au moment du décrochage d'une partie des rebelles cédant sous les coups de l'aviation de chasse. Vers 21H00, les premiers secours arrivent de Dalat. La plupart des véhicules du convoi ont été détruits ou brûlent encore. On compte au total une cinquantaine de morts, dont le lieutenant-colonel de Sairigné(13e DBLE) qui avait pris place dans sa jeep dans la colonne, 3 tués du P.C.R. parmi lesquels le maréchal-des-logis Lenoir, chef de poste et 1 du GT 511 et de nombreux blessés et disparus dont 2 du P.C.R., 2 du GT 511 et 2 de la 2/519° CT.

La mise en route tous les matins des convois à la gare routière s'est effectuée avec une ponctualité remarquable. Le fonctionnement des gares routières têtes de ligne et des gares routières d'arrivée s'est révélé toujours satisfaisant. Toutes les modifications survenues au réseau routier ont été journellement signalées au commandement. Sur certains axes et à certaines heures, la circulation est rendue libre : Saïgon à Bien Hoa, de Saïgon à Thu Dau Mot, et de Saïgon à Cant Ho.

La CCR reçoit un renfort de 4 sous-officiers et 20 militaires du rang. Le fléchage mis en place par la CCR fait des essais de liaison par pigeons voyageurs lors d'attaques des convois. De nombreux véhicules isolés sont arrêtés, pillés, et leurs occupants faits prisonniers. Pas un seul mouvement au départ de Saïgon qui n'ait été régulé par les postes de contrôle. Pas une seule mission de surveillance de la circulation à laquelle la Compagnie n'ait participé. Les renseignements de tous ordres (circulation, transports, matériel) recueillis et centralisés ont fait l'objet de suggestions particulières ou d'études d'ensemble. Au cours de l'année 1948, le peloton de circulation détaché au Cambodge a effectué 1 800 km de reconnaissances routières et patrouilles de sécurité tout en assurant en outre le contrôle routier et de nombreuses escortes.

Insensiblement et parce que la formule du convoi escorté a fait faillite, on s'est acheminé vers la protection indirecte de la route. Cette solution qui donne d'excellents résultats, n'apporte pas de modifications profonde aux méthodes d'emploi des unités de circulation dont le rôle ne change pas. « Aller au-devant des besoins des usagers de la route » telle demeure la mission de la 61e CCR. Les rapatriements massifs au cours de cette année ont posé un grave problème d'effectifs et par une coincidence bizarre, les missions n'ont fait qu'augmenter. Constamment sur la brêche, les officiers, les sous-officiers et hommes de troupe ont rivalisé d'allant et de combativité pour faire honneur aux traditions de la Compagnie. Il a fallu sans arrêt réorganiser, adapter les méthodes, centraliser les renseignements, améliorer, proposer, décider et exécuter avec initiative.

La récompense, si modeste soit-elle, est dans cette phrase du colonel commandant la zone et qui dit en substance :

« La CCR 61 n'est pas une police destinée à tracasser les usagers de la route, mais une unité combattante, spécialisée dans l'organisation de la circulation sur les grands itinéraires et qui constitue un des éléments essentiels de la sécurité de la route. »

Dans son message du jour de l'an, le général commandant les TFIS écrit :

« les principaux itinéraires routiers de la Cochinchine ont été ouverts à la circulation libre ou au passage en sécurité, de courants de circulation contrôlée ».

Année 1949

  • 1949 :

Les embuscades contre les camions et les cars sont presque devenues quotidiennes, les véhicules capturés après avoir été pillés, sont incendiés. Les convois sont également harcelés et le nombre des victimes est important. De plus à chaque passage des convois, les routes se dégradent de plus en plus et les ponts sont souvent en mauvais état. Le convoi dit « opérationnel » mis au point fin 1949, est une véritable opération interarmes qui met en œuvre toutes les unités disponibles -tabors, légionnaires, parachutistes, blindés, génie, artillerie train- pour assurer la sécurité de la colonne automobile. Avant le départ, le convoi formé dans la gare routière est articulé de la manière suivante : en tête, escorte blindée composée d'un à deux véhicules blindés -auto-mitrailleuse ou half track- et d'un soutien porté ; P.C. opérationnel comprenant les moyens radio nécessaires à la liaison avec le P.C. du commandant du Train de la zone frontière à Lang Son et avec l'escorte, le réseau Train du convoi, un détachement de liaison de l'artillerie d'appui direct ; P.C. Train avec un poste de circulation, un véhicule radio et 1 escorte sur GMC; un nombre variable de rames de 10 à 12 heures; en queue, un élément lourd disposant d'un poste de circulation d'un véhicule de dépannage et d'une escorte blindée de composition analogue à celle de tête.

Les garnisons des postes, tout au long de l'itinéraire, assurent la protection rapprochée et statique du convoi avant et pendant son passage; Les rames quittent la gare de départ toutes les dix minutes environ.

Année 1950

  • 1950 :

L'action rebelle contre les voies de communication s'intensifie et s'étend sur le territoire. Les embuscades dont sont victimes les unités du Train sont multiples.

Le 30 mars 1950, c'est au tour du convoi de Dalat d'être attaqué par environ 1 000 rebelles sur 25 kilomètres, entre les P.K. 64 et 89. Les Viet Minh restent maîtres de la route jusque vers 15 heures. On compte alors 22 véhicules brûlés dont 1 militaire, 10 tués ou disparus, 3 blessés. Le poste de circulation de la 61e CCR, qui n'a pas été pris dans l'embuscade, donne l'alerte, dégage la route et évacue les blessés. Cette année se déroule avec les mêmes incidents que l'année 1949 : embuscades, agressions de convois isolés, pillés et incendiés.

Année 1951

  • 1951 :

Les attaques contre les véhicules se font moins nombreuses que les années précédentes.

Existait à Nancy en 1951, une base de la 252 Compagnie de circulation routière à la caserne Landremont (Verneau par la suite) rue du sergent (Blandan aujourd'hui).

Année 1952

  • 1952 :

Les diverses unités du Train au Sud Viêt Nam remplissent désormais leurs missions dans des conditions améliorées. L'aide massive accordée par les États-Unis permet un certain renouvellement du parc automobile et l'accroissement du potentiel des unités ; l'extension de la pacification facilite l'exécution des mouvements et transports : le nombre des embuscades et des incidents est en régression, sans toutefois disparaître totalement.

C'est par exemple l'attaque du convoi de Ban Me Thuot survenue le 12 février 1952 entre les postes de Phuoc Hoa et An Binh (P.K. 71 à 81). La colonne comprend 60 véhicules dont 24 camions de la 2/566 C.T. ; elle est articulée en une première rame de 11 camions avec une escorte d'un scout-car et son soutien porté, une deuxième rame de 13 véhicules, l'élément du chef de convoi et un scout-car de l'escorte, une troisième rame d'une dizaine de camions civils dont 6 sont chargés d'essence et, en queue du convoi, l'élément de dépannage et le reste de la protection. Un Morane survole la colonne.

A 12H30, les rebelles déclenchent une attaque générale de la tête à l'extrémité de la colonne; au moment de l'attaque, trois mines sur cinq avaient été relevées pour « l'ouverture de la route » fournie par la 61e CCR dont le soutien immédiat était assuré par les scout-cars de la 73e CCR. Dès le début, le GMC de tête saute sur une mine et bloque la colonne, car la route est sinueuse, encaissée et bordée par une forêt très dense. Les éléments de protection s'efforcent de riposter; une auto-mitrailleuse saute sur une mine au cours de l'action et immobilise l'élément de protection central au P.K. 74. En queue, le dépannage est pris à partie. L'arrivée de l'aviation de chasse, alertée par le Morane, met un terme à l'assaut des rebelles. Au total, 7 camions, dont 3 militaires ont été incendiés, 2 militaires tués et 8 blessés, mais l'essentiel du convoi a pu être sauvé.

C'est encore l'attaque du poste de la 61e CCR à Binh Loi au cours de la nuit du 5 au 6 août 1952 : à 23H15, le conducteur de faction, blessé par un rebelle qu'il a aperçu, peut néanmoins donner l'alerte. Le poste de circulation rejoint aussitôt ses positions de combat sous le commandement du maréchal-des-logis Fontenay qui prévient immédiatement le secteur de Thu Duc. Environ deux sections Viet attaquent le poste; l'une au Nord-est tente d'y pénétrer à travers la défense de pointes de bambous et de barbelés ; l'autre au Sud, bloque l'entrée du poste et empêche l'arrivée de renforts. La section Nord est arrêtée par les tirs de la garnison, dans les défenses. L'arrivée d'une patrouille blindée, envoyée par le secteur, contraint l'adversaire à se replier en direction de Thu Duc, jusqu'à une ligne de paillotes située à environ 200 mètres en retrait de la route. Le feu continue jusque vers 00H15, puis les rebelles disparaissent emportant leurs morts et leurs blessés. Le poste n'a pas eu de nouvelles pertes au cours du combat.

Année 1953

  • 1953 :

La 61e CCR perçoit de nouvelles motos : Harley Davidson.

Année 1954

  • 1954 :

Le 1er novembre la 61e CCR devient 261e CCR Aucune modification dans sa composition et son organisation.

Bilan de 1946 à 1954

Le total des pertes de la Compagnie pour la période de 1946 à fin 1954 s'élève à :

  • Morts au Champ d'Honneur : 16
  • Morts en Service Commandé : 12
  • Blessés au Combat : 10
  • Blessés en Service Commandé : 21
  • Disparus : 6

Récompenses individuelles obtenues par le personnel de la Compagnie :

  • Médailles militaires : 9
  • Citations à l'Ordre du Corps de l'Armée : 2
  • Citations à l'Ordre de la Division : 12
  • Citations à l'Ordre de la Brigade : 58
  • Citations à l'ordre du Régiment : 111

La CCR 61 par le travail acharné qu'elle a fourni et le nombre de tombes qui portent son inscription, croit ne pas avoir failli à sa tâche.

Annexes

L'attaque du convoi Saigon-Ban Me Thout du 19 décembre 1947

Le convoi comprend 70 véhicules militaires. Il a été articulé au départ en :

  • une patrouille de tête, composée d'une auto-mtrailleuse. et d'un groupe de combat transporté sur une camionnette.
  • une camionnette de la 61e CCR avec un poste de circulation 1 brigadier chef de poste, 4 hommes et une équipe radio de deux hommes.
  • le scout-car du chef de convoi conduit par 1 conducteur de la 2/511 et disposant d'une équipe radio.

Le lieutenant Petitfils, de la Compagnie auto du Sud, Annam, chef de l'escorte, a pris place sur la camionnette de tête.

  • Une première rame « spéciale » de 18 véhicules civils dont 15 sont chargés d'essence pour le compte des F.T.E.O..
  • Une deuxième rame forte de 47 véhicules dont 4 camions militaires chargés de matériel.
  • L'élément de queue constitué par le dépannage, une auto-mitrailleuse et le reste de l'escorte.

Le chef de convoi, en liaison radio avec les deux auto-mitrailleuse et le véhicule de la CCR peut entrer en contact avec les postes à terre long de l'itinéraire et avec l'aviation de reconnaissance. Le convoi est arrivé normalement à Phuoc Hoa à 9H45. L'avion ayant signalé un petit rassemblement aux environs du PK 80, le chef de convoi envoie la patrouille de tête en reconnaissance. À 10H15, après le signal RAS, le convoi se remet en route, cependant que la patrouille atteint Dong Xoai sans avoir rien remarqué de suspect.

Les environs de Dong Xoai sont couverts d'une forêt dense qui enserre la route et l'observation des fourrés n'est possible qu'à quelques mètres à l'intérieur des lisières.

A 11h40, au km 101,5, une mine saute tout à coup devant la camionnette de la 61e CCR en même temps que des coups de feu partent du côté gauche de la route. Le chauffeur stoppe, le personnel saute à terre, se poste sur le côté droit de la route et riposte tandis que le brigadier radio, resté à bord, fait feu avec le fusil-mitrailleur du véhicule. Il confie ensuite le fusil-mitrailleur à un camarade abrité, poursuit le combat à la grenade avant de tomber grièvement blessé. Dès le début de l'action le brigadier adjoint au chef de poste, un conducteur et le tireur au F.M. sont tués. Un autre conducteur s'empare du F.M., tire une rafale, est à son tour blessé puis enlevé par les rebelles non sans avoir eu le temps de rendre l'arme inutilisable. Seul le chef du poste de circulation - brigadier chef Rousseau - est indemne et réussit à rejoindre en arrière les éléments en état de se défendre.

Le chef du convoi a prescrit immédiatement à la patrouille partie en reconnaissance vers l'avant, de revenir sur la colonne et, à l'auto-mitrailleuse de queue, de remonter le convoi. En revenant de Dong Xoai, l'A.M. de tête saute sur deux mines et la patrouille, ralentie dans sa marche, arrive un quart d'heure après le début de l'attaque à hauteur de la 61e CCR. Des renforts de Dong Xoai se sont joints à la patrouille. L'auto-mitrailleuse ouvre le feu sur les rebelles déjà occupés à piller les camions puis tombe en panne son réservoir d'essence ayant été crevé lors de l'explosion des mines.

Remorquée sur une vingtaine de mètres afin de permettre à l'équipage indemne, d'amorcer la pompe sur le réservoir de secours, elle peut reprendre sa mission, remonter jusqu'aux véhicules entassés et en flammes, mais ne peut aller plus loin. A 12H30, une patrouille d'avions de chasse surgit et commence ses passages, provoquant le décrochage des assaillants. L'auto-mitrailleuse de queue, qui a péniblement réussi à remonter la colonne a rejoint le scout-car du chef de convoi. Ce n'est qu'à 16H00, après que la route a été dégagée des véhicules incendiés l'obstruant, que le convoi peut repartir pour être regroupé à Dong Xoai.

Les pertes sont élevées : 8 tués, une quinzaine de blessés ; 20 véhicules détruits ou incendiés. Le poste de la 61e CCR qui a eu pour sa part 3 tués, 3 blessés - dont un mourra de ses blessures - et son véhicule incendié, est donc pratiquement anéanti. Le lieutenant Petitfils et le chauffeur de la 2/511 C.T ont été également blessés au cours des combats.

L'attaque du convoi de Dalat du 1er mars 1948

Le convoi est constitué de 69 véhicules dont 53 civils. Son escorte, composée de 2 auto-mitrailleuses de 4 sections de protection fournies par la 4e B.D.P. et le 22e R.I.C., est articulé en 3 éléments placés respectivement en tête, au milieu et en queue de la colonne.

Le chef de convoi dispose en outre d'un scout-car radio, d'un poste de circulation de la 61e CCR et d'un élément de dépannage de la 2/519 C.T.. Avant même de subir l'attaque principale, le convoi est victime de trois accrochages successifs. Vers 08H30, alors que l'auto-mitrailleuse de tête arrive à hauteur du P.K. 37, elle doit s'arrêter devant un abattis obstruant la route. Une arme automatique rebelle, qui a laissé passer l'auto-mitrailleuse, ouvre le feu sur l'escorte de tête qui réagit aussitôt violemment et parvient à mettre les Viet-Minh en fuite : elle déplore en fin d'action 1 tué et 3 blessés dont un conducteur de la 61e CCR. L'élément de dépannage aide au déblaiement de la route et le poste de circulation remet de l'ordre dans le convoi. À 10H00, la colonne repart après une intervention de la chasse.

Alors que la première moitié du convoi est passée sans nouvel incident, une deuxième embuscade au P.K. 47 bloque l'escorte du milieu et le reste du convoi. Les occupants des camions civils fuient dans les couverts sous un tir dense d'armes automatiques. L'escorte essaie de manœuvrer mais son tireur au fusil-mitrailleur est tué. Le brigadier-chef de pièce, qui l'a remplacé, est à son tour mis hors de combat. Mais le tir de la mitrailleuse de 12,7 du scout-car du chef de convoi et l'intervention de l'élément de dépannage contraignant les rebelles à décrocher. Le convoi peut alors se regrouper au poste de Trang Bom, à quelques kilomètres de là, et repartir vers 11H45. L'élément roulant à hauteur de la plantation d'hévéas de Tuc Trung -P.K. 85- est harcelé sans grand effet à son passage. Il repart peu après vers 15H15.

En arrivant au P.K. 95, l'auto-mitrailleuse de tête tombe en panne. Le chef de convoi prend alors la tête de la colonne avec son scout-car et laisse à l'élément de dépannage le soin de procéder à la remise en route de l'engin blindé. Aux alentours de 16H30, alors que la tête du convoi arrive au P.K. 112, le scout-car saute sur une mine. C'est le signal du déclenchement d'une attaque générale sur toute la longueur de la colonne, soit sur une dizaine de kilomètres. Seuls échappent à l'embuscade, l'auto-mitrailleuse en panne, l'élément de dépannage et l'escorte de queue retenus auprès d'elle. Les rebelles ont bien choisi leur terrain : la route tracée au flanc de coteau est taillée dans la forêt dense ; étroite, dominée à gauche, elle interdit toute possibilité de débordement. Le chef de convoi réussit à se dégager à la grenade de son véhicule inutilisable, rejoint à pied la section de tête et organise la défense. Mais celle-ci devient rapidement illusoire en raison de l'affolement des nombreux passagers civils, de l'explosion de plusieurs mines qui ont renversé un camion de l'escorte et le véhicule du P.C.R., et elle faiblit peu à peu sous le nombre des assaillants. Au centre du convoi, l'escorte totalement surprise, est rapidement désorganisée et n'a bientôt plus de réaction. Certains civils qui essaient encore de se défendre sont impitoyablement massacrés. En queue, l'absence de l'élément de protection resté en arrière avec le dépannage, permet aux assaillants de piller sans risque les véhicules et de les incendier. C'est alors qu'arrivent, accourus au bruit de la fusillade, l'escorte et l'élément de dépannage qui ont laissé l'auto-mitrailleuse en panne. Ce détachement surprend les rebelles, parvient à dégager la route en queue du convoi, mais doit bientôt s'arrêter, ne pouvant doubler les camions en flammes.

Citation à l'ordre de la division

Ordre Général N°283

Le général de corps d'armée Salan Commandant en chef des Forces Terrestres, Aériennes & Navales en Indochine

Cité

À l'ordre de la division

61e Compagnie de circulation routière

« Débarquée en Extrême-Orient au printemps 1946, la 61e CCR, devait bien vite, par les qualités manœuvrières, la rapidité d'excécution et le cran de son personnel, s'imposer comme une unité de valeur.

Basée à Saïgon, elle assurait dès 1947, en zone d'insécurité totale, de nombreuses missions de circulation et de protection de colonnes automobiles dans toute la Cochinchine. Son activité, au cours des années suivantes devait s'accroître dans tous les domaines, et s'étendre en 1948 jusqu'au Cambodge.

Durement éprouvée dans les affaires de My Tho (avril 1947), de Dong Xoai (décembre 1947) de Dalat (5 mars 1948) dans lesquelles elle perd un officier, 2 sous-officiers, et 13 conducteurs ; elle voit d'année en année grandir son champ d'action au fur et à mesure des progrès de la pacification.

Totalisant près d'un million et demi de kilomètres sur les routes et pistes de l'Indochine du Sud, la 61e CCR, par la volonté sans défaillance de ses chefs, l'abnégation et l'allant de ses conducteurs, a toujours été et demeure dans la main du Commandement, l'Unité d'élite que doit être une Compagnie de circulation routière.

Dès l'apparition des C.T., elle prend une part active à leur protection. Rôle ingrat dans lequel son personnel aura bien souvent l'occasion de faire le coup de feu soit pour attaquer ou se défendre, soit pour récupérer des véhicules détournés par les rebelles, soit enfin pour secourir des éléments amis engagés.

- Le 30 décembre 1948 à Chanh-Luu, la patrouille de la CCR dégage une auto-mitrailleuse attaquée en tuant et blessant quelques rebelles. - Le 8 janvier 1949 : Route de Ben-Cat, une bande rebelle attaquant 3 camions civils, se disperse sous le feu d'une de ses patrouilles. - Le 7 juin 1949 : Route de Dalat alors que la tête du convoi est attaquée, le poste de la CCR accourt et grâce à ses armes automatiques prend rapidement le dessus. - Le 24 avril 1950 : prêtant main forte à des éléments du 3e RTA, l'escorte de la CCR repousse victorieusement les attaques de 2 sections Viet-min. - Le 30 janvier 1951 : toujours sur Ban-Me-Thuot, le poste de la CCR, après un violent accrochage, dégage quatre camions détournés, récupérant un pistolet-mitrailleur et laissant un mort sur le terrain. - Le 6 août 1952 : Le poste de Binh-Loi, attaqué par deux sections rebelles se défend âprement, infligeant des pertes à l'ennemi et lui faisant deux prisonniers.

Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre des théâtres d'opérations extérieures avec étoile d'argent

Destinataire :

-M. le général de division, commandant les F.T. Sud-VIETNAM

Copie à :

-M. le secrétaire d'État à la Guerre Cabinet-Bureau des Décorations (2 ex.) -M. le Lt. Colonel, Chef de l'État-Major Particulier - Saïgon

Signé : Salan

Visitez le site non officiel de l'Arme du Train : tringlot.fr


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article 61e compagnie de circulation de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • 6e régiment de commandement et de soutien — 6e Régiment de Commandement et de Soutien Insigne régimentaire du 6e Régiment de Commandement et de Soutien …   Wikipédia en Français

  • Liste de devises militaires françaises — Voici 1091 devises militaires françaises au 23 mars 2009. Une devise est une phrase courte ou un aphorisme choisi par une organisation sociale. Elle est un des moyens de communication interne et/ou externe de cet organisme. Sommaire 1 Armée de… …   Wikipédia en Français

  • Liste De Devises Militaires Françaises — Voici 1091 devises militaires françaises au 23 mars 2009. Une devise est une phrase courte ou un aphorisme choisi par une organisation sociale. Elle est un des moyens de communication interne et/ou externe de cet organisme. Sommaire 1 Armée de… …   Wikipédia en Français

  • Liste de devises militaires francaises — Liste de devises militaires françaises Voici 1091 devises militaires françaises au 23 mars 2009. Une devise est une phrase courte ou un aphorisme choisi par une organisation sociale. Elle est un des moyens de communication interne et/ou externe… …   Wikipédia en Français

  • Camp De Canjuers — Le Camp de Canjuers[1] et son polygone de tir sont des terrains militaires de l Armée de terre française situés dans le Var, France. Créé en 1970, avec ses 35 000 ha de terrain, dont 14 hectares de camp bâti, le camp de Canjuers est le plus… …   Wikipédia en Français

  • Camp de Canjuers — Le Camp de Canjuers[1],[2] et son polygone de tir sont des terrains militaires de l Armée de terre française situés dans le Var, France. Créé en 1970, avec ses 35 000 ha de terrain, dont 14 hectares de camp bâti, le camp de Canjuers est …   Wikipédia en Français

  • Camp de canjuers — Le Camp de Canjuers[1] et son polygone de tir sont des terrains militaires de l Armée de terre française situés dans le Var, France. Créé en 1970, avec ses 35 000 ha de terrain, dont 14 hectares de camp bâti, le camp de Canjuers est le plus… …   Wikipédia en Français

  • Armee de terre (France) — Armée de terre (France)  Pour les autres articles nationaux, voir Armée de terre. L Armée de terre est l une des quatre composantes des forces armées françaises. Comme les trois autres armées (la Marine nationale, l Armée de l air et la… …   Wikipédia en Français

  • Armée De Terre (France) —  Pour les autres articles nationaux, voir Armée de terre. L Armée de terre est l une des quatre composantes des forces armées françaises. Comme les trois autres armées (la Marine nationale, l Armée de l air et la Gendarmerie nationale), elle …   Wikipédia en Français

  • Armée de Terre française — Armée de terre (France)  Pour les autres articles nationaux, voir Armée de terre. L Armée de terre est l une des quatre composantes des forces armées françaises. Comme les trois autres armées (la Marine nationale, l Armée de l air et la… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”