Campagne de Portugal

Campagne de Portugal

Guerre d'indépendance espagnole

Page d'aide sur l'homonymie Cet article traite de la guerre de 1808-1814, appelée également Guerre d’Espagne. Pour la guerre d’Espagne de 1936-1939, voir l’article Guerre d'Espagne
Guerre d'Espagne
Goya - Second of May 1808.jpg
Le 2 mai 1808 : La charge des Mamelouks, de Francisco Goya
Informations générales
Date 1808 - 1814
Lieu Espagne, Portugal, sud-ouest de la France.
Issue Traité de Fontainebleau
Victoire des alliés
Belligérants
Drapeau de l'Empire français Empire français
National Flag of Poland.svg Duché de Varsovie
Flag of Spain (1785-1873 and 1875-1931).svg Royaume d'Espagne
Flag Portugal (1707).svg Royaume du Portugal
Drapeau du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Royaume-Uni
Commandants
Napoléon Ier
Joseph Bonaparte
Nicolas Jean-de-Dieu Soult
André Masséna
Louis Gabriel Suchet
Joseph Mortier
Arthur Wellesley de Wellington
Joaquín Blake y Joyes
Francisco Javier Castaños
Gregorio García de la Cuesta
John Moore
Guerre d’Espagne
Batailles
Bruc — Saragosse (1er) — Medina del Rio Seco — Bailén — Roliça —Vimeiro — Durango — Valmaseda — Burgos (1e) — Espinosa — Tudela — Somosierra — Saragosse (2e) — Sahagún — Castellón — Uclés — La Corogne — Valls — Villafranca — Medellin — Oporto —Gérone — Talavera — Almonacid — Ocaña — Alba de Tormes — 1er Ciudad Rodrigo — Buçaco — Gebora — Barrosa — Figueres — Fuentes de Oñoro — Albuera — Sagonte — Badajoz — 2e Ciudad Rodrigo — Arapiles — Burgos (2e) — Vitoria — Sorauren — Nivelle — Nive — Orthez — Toulouse
Histoire de l'Espagne
Alhambra-petit.jpg
Préhistoire de l'Ibérie
Celtibères
L’Hispanie antique
Espagnes médiévales
- Hispanie wisigothe
- Conquête musulmane
- al-Andalus
- Reconquista
Maison de Habsbourg
Succession d'Espagne (1680-1701)
Guerre de succession
Succession d'Espagne (1701-1883)
Maison de Bourbon
L’Espagne des Lumières
Guerre d'indépendance
Restauration absolutiste
Règne d'Isabelle II
Révolution de 1868
Sexenio Democrático
Ire République
Restauration des Bourbons
Dictature de Primo de Rivera
IIe République
Guerre d'Espagne
Régime franquiste
Transition démocratique
Miracle économique espagnol
Thèmes connexes
L’empire colonial espagnol
La politique de l’Espagne
Les rois d'Espagne
Les présidents du Gouvernement

Ce conflit du début du XIXe siècle porte aussi les noms suivants selon les pays :

  1. campagne d’Espagne pour les Français, ou encore guerre d’Espagne, à ne pas confondre avec d’autres conflits désignés aussi sous le même terme ;
  2. guerre d’indépendance pour les Espagnols ;
  3. guerre péninsulaire pour les Portugais et les anglophones.

La guerre commença en 1808 lorsque Madrid se souleva contre l’armée française stationnée dans la capitale espagnole. L’insurrection se généralisa à tout le pays après que Napoléon obtint l’abdication du roi d’Espagne au profit du frère de l’empereur, Joseph. L’armée française se heurta à une guérilla, puis à l’armée britannique, venue aider le Portugal. Débordés, les soldats de l’empereur durent refluer en deçà des Pyrénées en 1813. L’invasion de la France par les Espagnols, Britanniques, et Portugais commandés par Wellington, devenait imminente.

Sommaire

Origines : la crise monarchique espagnole et l’occupation française

La défense du parc d'artillerie de Montéléon par Joaquín Sorolla y Bastida

L’Espagne était, après le traité de San Ildefonso signé par le prince Manuel Godoy en 1796, une fidèle alliée de la France et c’est avec elle qu’elle subit la terrible défaite de Trafalgar en 1805. La perte de toutes communications avec ses colonies d’outre-mer lui fit rechercher des compensations territoriales sur le royaume voisin du Portugal, dont la monarchie était favorable au Royaume-Uni (ce fut la guerre dite des oranges qui se conclut le 27 octobre 1807 par le traité de Fontainebleau). De son côté, Napoléon désirait envoyer ses troupes dans la péninsule, officiellement pour envahir le Portugal qui constituait une faille notable dans son dispositif de blocus continental. Le roi d’Espagne Charles IV accepta que le général français Junot traversât son royaume pour châtier les Portugais. Napoléon commença alors à se mêler des affaires espagnoles. Sous prétexte d’envoyer des renforts à Junot, il fit entrer en Espagne une armée commandée par Murat. Au même moment, un coup d’État dirigé en sous-main par l’infant Ferdinand, renversa le roi Charles IV. Ferdinand, devenu Ferdinand VII, prit le pouvoir. Le roi déchu en appela à l’arbitrage de Napoléon. Celui-ci convoqua le père et le fils à la conférence de Bayonne (avril-mai 1808). Voyant l’état de décrépitude de la monarchie espagnole, l’empereur tenta de profiter de la situation pour mettre la main sur l’Espagne. Ses conseillers le poussaient : le ministre Champagny écrivait par exemple : « il est nécessaire qu’une main ferme vienne rétablir l’ordre dans son administration [celle de l’Espagne] et prévienne la ruine vers laquelle elle [l’Espagne] marche à grands pas »[1]. Habitué à sa popularité et à la docilité de l’Italie et des Polonais, Napoléon crut bien sincèrement que les afrancesados (les partisans des Français) constituaient la majorité des Espagnols ; il se trompa grandement.[2]

El Tres de Mayo par Francisco Goya

À Madrid, des rumeurs affirmaient que la famille royale espagnole était retenue en otage par Napoléon à Bayonne. Le 2 mai 1808, appréhendant l’enlèvement de l’infant de la famille royale par la France, la population madrilène se souleva contre les troupes françaises, au moment même où Ferdinand et Charles se disputaient le trône d'Espagne devant l'Empereur. La rébellion fut écrasée dans le sang par Murat. Le célèbre tableau de Goya, Tres de mayo, rappelle les fusillades nées de cette répression. Napoléon crut pouvoir poursuivre son objectif : il força les deux souverains à abdiquer puis offrit la couronne vacante à son frère Joseph. C’était une grave erreur d’appréciation. L’Empire s’engageait dans une guerre qui allait miner ses forces pendant près de 6 ans.

Descriptif des opérations

Une cruelle guérilla

La reddition de Bailén par José Casado del Alisal

Le guet-apens de Bayonne déclencha l’embrasement de l’Espagne. Malgré sa rapide répression, le soulèvement de Madrid inspira d’autres villes du pays : Carthagène, León, Santiago, Séville, Lérida et Saragosse. L’armée française était partout attaquée. Le 18 juillet 1808, le général Pierre Dupont de l'Étang et ses 20 000 hommes furent vaincus près de la petite ville andalouse de Bailén. Ce fut la première défaite retentissante de l’armée impériale en Europe continentale. En soi la défaite ne rendait pas la situation militaire des Français catastrophique mais elle eut un énorme impact psychologique pour leurs ennemis : les soldats de Napoléon pouvaient être battus.

Joseph, roi d'Espagne

Deux jours plus tard, malgré cet échec, Joseph Bonaparte, le nouveau roi d’Espagne, parvint à entrer à Madrid. Mais il ne put y rester longtemps. Puis, le général Junot dut évacuer le Portugal face à l’offensive des Britanniques du futur duc de Wellington. La dégradation de la situation inquiétait Napoléon. L’empereur se rendit en personne en Espagne, à la tête de 80 000 soldats qu’il avait tirés d’Allemagne. Il ne resta que quelques mois (novembre 1808-janvier 1809) en Espagne mais son intervention assura la reprise en main des villes par les Français

Madrid, menacé d’un assaut, ouvrit ses portes au conquérant. Le 4 décembre 1808, dans une proclamation qu’il adressa aux habitants, il menaça de traiter l’Espagne en pays conquis, si elle persistait à ne pas reconnaître Joseph Napoléon pour roi[3]. À regret, les Madrilènes virent une nouvelle fois le frère de l’empereur s’installer au palais royal.

Malgré la brillante campagne napoléonienne et les réformes mises en place (abolition des droits féodaux et de l’Inquisition), le pays était loin d’être soumis. Le contrôle des campagnes restait difficile. Les prêtres espagnols appelaient leurs fidèles à la croisade contre les Français. Les difficultés de l’occupant résidaient surtout dans la particularité du combat : les Espagnols pratiquaient la guérilla. [4] Si les Français remportaient régulièrement des victoires contre l’armée régulière espagnole et prenaient d’assaut les villes, ils peinaient contre les petits groupes de résistants embusqués qui les harcelaient.

Une guerre civile

La guérilla réussit à provoquer l'enlisement du conflit. Les Français, qui avaient affaire à une hydre à mille têtes, ne manquaient pourtant pas de partisans, qu'on appelait afrancesados. Pour beaucoup imprégnés des idées des Lumières, ces derniers espéraient que l’occupation française mette à bas la féodalité et l’absolutisme espagnols. Cette guerre d’Espagne se doublait donc d’une guerre civile. Des atrocités - saccages, viols, profanations, agressions sadiques - furent commises par tous les camps.


Constitution espagnole de 1812

Allégorie de la constitution de 1812 par Francisco Goya

Le 12 mars 1812, à Cadix, les Cortes adoptent la première Constitution espagnole. Cette constitution n'a pas toujours été appliquée, elle fut abrogée et rétablies deux fois. Elle a cependant eu un rayonnement assez exceptionnel[réf. nécessaire]. Elle est en partie inspirée de la Constitution française de 1791 puisqu'elle opte pour un monocaméralisme et est aussi inspirée de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789. Elle consacre d'importants droits de l'homme et notamment un droit de suffrage quasiment universel (seules les femmes en sont exclues à cette époque). Cette Constitution a été appliquée à Naples et à Turin et a largement influencé la Russie, dans la mesure où cette constitution s'appliquait aux Indes, alors colonies espagnoles[réf. nécessaire]. La Constitution de Cadix a eu une influence non négligeable puisque certaines de ses dispositions se retrouvent dans la Constitution espagnole actuelle.

Un conflit international

Arthur Wellesley de Wellington par Francisco Goya

La campagne de Russie obligea l’empereur à dégarnir de troupes l’Espagne. Wellington en profita et pénétra à Madrid le 11 août 1812. Les troupes britanniques, espagnoles et portugaises battirent les troupes françaises lors de la Bataille de Vitoria le 21 juin 1813. La fin pour les Français ? Non puisque le 3 novembre, Joseph put retourner dans la capitale espagnole. Mais ce n’était que le dernier sursaut. En quelques semaines, de mai à juillet 1813, Joseph et l’armée française reculèrent jusqu’aux Pyrénées. Napoléon comprit sa défaite et accepta, par le traité de Valençay, le retour de l’ancien roi d’Espagne, Ferdinand VII, dans son royaume. Début 1814, la Catalogne était reconquise par les Espagnols. La guerre d’Espagne s’achevait, mais à l’inverse débutait pour les Hispano-Britanniques la campagne de France qui allait amener la chute de Napoléon.

Liste des batailles et combats

1808

La bataille de Tudela par January Suchodolskia
Charge polonaise à la bataille de Somosierra par Janvier Suchodolski

1809

1810

1811

1812

1813

Nicolas Jean-de-Dieu Soult

1814

Conséquences de la guerre

Napoléon l’avoua à Sainte-Hélène : « cette malheureuse guerre d’Espagne a été une véritable plaie, la cause première des malheurs de la France ». On estime que le conflit retint 300 000 soldats français. L’Espagne fut un piège et un boulet pour la politique expansionniste de l’empereur.

Les Espagnols gardent un fier souvenir de cette guerre. Unis malgré leur divergences, ils ont réussi à repousser l'armée française. Grande animatrice de la résistance, l’Église catholique retrouva une nouvelle vigueur. Toutefois à la sortie de la guerre, le pays était dévasté. Il rata d’ailleurs le virage de la modernisation agricole et industrielle au XIXe siècle. Autre point négatif du côté espagnol, les colonies d’Amérique du Sud profitèrent de la guerre pour s’émanciper de la métropole. Enfin, alors que le retour de Ferdinand VII en 1813 nourrissait beaucoup d’espoirs chez ses sujets, son règne ne permit pas de résoudre la crise politique. Le front commun né de la lutte contre Napoléon se brisa. L’Espagne retrouva ses divisions entre libéraux et ultra-conservateurs. Les Espagnols qui luttaient dans l’espoir de rétablir leur roi sur le trône, finirent par se révolter contre ce même roi en 1820.

Notes et références

  1. « Il faut qu’un prince ami de la France règne en Espagne ; c’est l’ouvrage de Louis XIV qu‘il faut recommencer. Ce que la politique conseille, la justice l’autorise ! »
  2. Mullié affirme que "cette nation fière, qui était comme assoupie depuis assez longtemps, indignée de ce que des étrangers se permettaient de régler ses destinées, de changer la dynastie de ses rois sans la consulter, oubliant l’extrême faiblesse de ses moyens, jura l’extermination de tous les Français ; toutes les classes, tous les sexes, les prêtres, les moines, les religieuses, les mendiants feront tout ce qui dépendra d’eux pour repousser les armées du conquérant usurpateur de leurs droits. Les Espagnols se battent rarement en bataille rangée, mais ils parviendront à lasser, à détruire leurs ennemis par une guerre d’embuscade, de partisans, d’assassins. Pour atteindre ce but, le poignard, le poison, tous les genres de destruction, de vengeance, leur sembleront légitimes ; le sol de la péninsule deviendra pour les Français un véritable cimetière, où ils trouveront la mort sans profit et sans gloire"
  3. « Je mettrai alors la couronne d’Espagne sur ma tête, et je saurai la faire respecter des méchants : car Dieu m’a donné la force et le caractère pour surmonter tous les obstacles. »
  4. L’historien Jean-René Aymes considère d’ailleurs cette guerre d’Espagne comme la première guerre de guérilla de l’histoire. Une thèse tout à fait contestable dans la mesure où la guérilla est la conséquence logique d'une guerre asymétrique. Sans porter officiellement le nom de "guérilla", le harcèlement des troupes britanniques par celles de Du Guesclin durant la guerre de Cent Ans en ont, par exemple, toutes les caractéristiques

Voir aussi

Bibliographie

Jean-René Aymes, L’Espagne contre Napoléon. La guerre d’indépendance espagnole 1808-1814, Paris, Nouveau Monde éditions, fondation Napoléon, 2003

Autres lectures

  • Imbach, Jean-Philippe, Le Duc de Fer: L'armée anglaise en Espagne, revue Vae Victis no.29, nov.-déc. 1999
  • Juhel, Pierre, Baylen, 1808: l’armée impériale prise dans le bourbier espagnol, Les Grandes Batailles de l’histoire no.28, Socomer Éditions, 1994.
  • Marcel, Nicolas capitaine, Campagnes en Espagne et au Portugal: 1808-1814, Éditions du Grenadier, 2001, ISBN 2-914576-01-3
  • Mistler, Jean et autres, D'Austerlitz à Madrid, Napoléon Tome 7, Éditions Rencontre Lausanne, 1969.
  • Palluel-Guillard, André et autres, La capitulation de Madrid, La revue Napoléon no.36, novembre 2008.
  • Pigeard, A. & autres, 1808-1809 Napoléon en Espagne: Tudela - Somosierra - La Corogne, revue Gloire & Empire no.19, juillet-Août 2008
  • Pigeard, Alain, La guerre d'Espagne et du Portugal 1807-1814, (1ère partie:1807-1809), Tradition Magazine HS no.16, 2001.
  • Reynaud, Jean-Louis, Contre-guerilla en Espagne (1808-1814): Suchet pacifie l'Aragon, Éd. Économica, 1992 ISBN 2-7178-2286-0
  • Tranie, J. & Carmigniani, J.-C., Napoléon et la campagne d'Espagne (1807-1814), Éd. Copernic, 1978.

Filmographie

  • Les Fantômes de Goya (Goya's Ghosts), de Milos Forman, Studio Canal, 2005, ASIN B00118S6A6
  • La Guérilla ou les désastres de la guerre, de Carlos Ramon, Antenne 2 France, 1983
  • Orgueil et Passion (The Pride and the Passion) (sous-titré en français), de Stanley Kramer, MGM, 1957, ASIN B000062XF1
  • Sharpe's Eagle, par [Malcolm Craddock, Central Independant TV, 1993, ISBN 0-7733-1580-2
  • Sharpe's Company, par Malcolm Craddock, Central Independant TV, 1994, ISBN 0-7733-1598-5
  • Sharpe's Gold, par Malcolm Craddock, Central Independant TV, 1995, ISBN 0-7733-1605-1
  • Sharpe's Battle, par Malcolm Craddock, Central Independant TV, 1995, ISBN 0-7733-1606-X
  • Sharpe's Sword, par Malcolm Craddock, Central Independant TV, 1995, ISBN 0-7733-1607-8
  • Sharpe's Regiment, par Malcolm Craddock, Central Independant TV, 1996, ISBN 07733-1629-9
  • Sharpe's Siege, par Malcolm Craddock, Central Independant TV, 1996, ISBN 0-7733-1630-2

Source partielle

Charles Mullié, Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer de 1789 à 1850, 1852 [détail de l’édition](Wikisource)

  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
  • Portail de l’Espagne Portail de l’Espagne
  • Portail du Premier Empire Portail du Premier Empire

Ce document provient de « Guerre d%27ind%C3%A9pendance espagnole ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Campagne de Portugal de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Campagne d'Allemagne (1813) — Campagne d Allemagne de 1813 La Bataille de Leipzig par A.I. Zauerweid Informations générales Date janvier octobre 1813 Lieu …   Wikipédia en Français

  • Campagne de France (1814) — Campagne de France de 1814 Scène de la campagne de France, toile d Horace Vernet Informations générales Date octobre 1813 mars  …   Wikipédia en Français

  • Campagne en Afrique de l'Est (Première Guerre mondiale) — Campagne d Afrique de l Est (Première Guerre mondiale) Campagne d Afrique de l Est (Première Guerre mondiale) Informations générales Date du 4 août 1914 au 13 novembre 1918 Lieu Afrique de l Est Issue Défaite de l Empire colonial allemand… …   Wikipédia en Français

  • Campagne D'Allemagne Et D'Autriche (1809) — Pour les articles homonymes, voir Campagne d Autriche. Cinquième coalition Informations générales Date 10 avril 14 octobre 1809 Lieu Europe centrale …   Wikipédia en Français

  • Campagne d'allemagne et d'autriche (1809) — Pour les articles homonymes, voir Campagne d Autriche. Cinquième coalition Informations générales Date 10 avril 14 octobre 1809 Lieu Europe centrale …   Wikipédia en Français

  • Campagne de Russie (1812) — Campagne de Russie La retraite de Moscou par Adolph Northern XIXe siècle Informations générales Date 22 juin 14 décembre …   Wikipédia en Français

  • PORTUGAL — Malgré l’absence de frontières naturelles nettement dessinées, le Portugal constitue une région dont la personnalité n’a cessé de s’affirmer au cours de l’histoire. Les limites politiques séparant le domaine linguistique du galégo portugais de… …   Encyclopédie Universelle

  • Campagne du Large (1691) — Campagne du Large Informations générales Date 25 juin au 14 août 1691 Lieu Manche Océan Atlantique Issue Indécise Victoire tactique française Belligérants …   Wikipédia en Français

  • Campagne 2009-2011 de l'équipe de France de football féminin — Campagne 2009 2011 équipe de France féminine Présentation de l équipe de France avant son match contre l Allemagne le 5 juillet 2011 Compétitions …   Wikipédia en Français

  • Campagne des Indes orientales néerlandaises — Informations générales Date 16 décembre 1941 10 février 1943 Lieu …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.