3eme reich

Troisième Reich

Großdeutsches Reich (de)
(Grand Reich allemand)


1933 — 1945

Flag of Germany 1933.svg Reichsadler.svg
Drapeau Armoiries

Devise : « Ein Volk, ein Reich, ein Führer. »
« Un Peuple, un Empire, un Chef. »
 
Hymne : Das Lied der Deutschen
suivi de Horst-Wessel-Lied

Carte des Gaue du Troisième Reich en 1943.
Carte des Gaue du Troisième Reich en 1943.

Informations générales
 Statut Dictature nazie
 Capitale Berlin
 Langue(s) Allemand
 Religion(s) {{{religion}}}
 PIB {{{pib}}}
 PIB/hab. {{{pib hab}}}
 Monnaie Reichsmark
 Fuseau horaire {{{fuseau horaire}}}
 Dom. internet {{{domaine internet}}}
 Ind. tél. {{{indicatif téléphonique}}}
 {{{infgen1 titre}}} {{{infgen1}}}
 {{{infgen2 titre}}} {{{infgen2}}}
 {{{infgen3 titre}}} {{{infgen3}}}
 {{{infgen4 titre}}} {{{infgen4}}}
 {{{infgen5 titre}}} {{{infgen5}}}

Population
69 314 000 hab. (1939)
{{{population2}}}
{{{population3}}}
{{{population4}}}
{{{population5}}}

Superficie
633 786 km² (1939)
{{{superficie2}}}
{{{superficie3}}}
{{{superficie4}}}
{{{superficie5}}}

Histoire et événements
 30 janvier 1933 Élection d'Hitler
 27 février 1933 Gleichschaltung
 31 mars 1933 Plein pouvoirs
 10 avril 1938 Anschluss
 8 mai 1945 Capitulation
 5 juillet 1945 Dissolution
{{{evt7}}}
{{{evt8}}}
{{{evt9}}}
{{{evt10}}}
{{{evt11}}}
{{{evt12}}}

Pouvoir exécutif
   {{{titre leaderA}}}
{{{leaderA1}}}
{{{leaderA2}}}
{{{leaderA3}}}
{{{leaderA4}}}
{{{leaderA5}}}
   {{{titre leaderB}}}
{{{leaderB1}}}
{{{leaderB2}}}
{{{leaderB3}}}
{{{leaderB4}}}
{{{leaderB5}}}
   {{{titre leaderC}}}
{{{leaderC1}}}
{{{leaderC2}}}
{{{leaderC3}}}
{{{leaderC4}}}
{{{leaderC5}}}
   {{{titre leaderD}}}
{{{leaderD1}}}
{{{leaderD2}}}
{{{leaderD3}}}
{{{leaderD4}}}
{{{leaderD5}}}
   {{{titre leaderE}}}
{{{leaderE1}}}
{{{leaderE2}}}
{{{leaderE3}}}
{{{leaderE4}}}
{{{leaderE5}}}

Pouvoir législatif
{{{parlement}}}
{{{parlement1}}}
{{{parlement2}}}
{{{parlement3}}}
{{{parlement4}}}
{{{parlement5}}}

Entités précédentes Entités suivantes
République de Weimar (1933) République de Weimar (1933)
Territoire du Bassin de la Sarre (1935) Territoire du Bassin de la Sarre (1935)
Première République d'Autriche (1938) Première République d'Autriche (1938)
Première République tchécoslovaque (1938) Première République tchécoslovaque (1938)
Ville libre de Dantzig (1939) Ville libre de Dantzig (1939)
Deuxième République de Pologne (1939) Deuxième République de Pologne (1939)
Luxembourg (1940) Luxembourg (1940)
France (Alsace-Lorraine) (1940) France (Alsace-Lorraine) (1940)
Royaume de Yougoslavie (Haute-Carniole, Styrie) (1941) Royaume de Yougoslavie (Haute-Carniole, Styrie) (1941)
Zones d'occupation alliées en Allemagne Zones d'occupation alliées en Allemagne
Zones d'occupation alliées en Autriche Zones d'occupation alliées en Autriche
Troisième République tchécoslovaque Troisième République tchécoslovaque
République populaire de Pologne République populaire de Pologne
Luxembourg Luxembourg
France France
FD de Yougoslavie FD de Yougoslavie
Histoire de l’Allemagne
Modifier

On appelle Troisième Reich ou Allemagne nazie l'État allemand dirigé par Adolf Hitler lorsqu'il fut parvenu au pouvoir et l'eut monopolisé. Le nom officiel du régime était, comme pour l'Empire allemand et la République de Weimar, Deutsches Reich (Reich allemand, pouvant être traduit par Nation allemande ou État allemand), puis, à partir de 1943, Großdeutsches Reich (Grand Reich allemand).

Hitler était chef du Parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP). Le mot nazisme est un acronyme représentant la doctrine définie par Hitler et le régime politique qu'il dirigea ; il est tiré de lettres du nom de cette doctrine, devenu nom du parti : nationalsozialismus.

Ce régime dura douze ans, de la nomination de Hitler comme chancelier le 30 janvier 1933 à la capitulation sans condition du Reich vaincu le 8 mai 1945, suivie de l'arrestation le 23 mai du dernier gouvernement nazi de Karl Dönitz. La Propagande nazie destinait le Troisième Reich ou « Grand Reich allemand » (Großdeutschland) à durer « mille ans ». Il en dura douze, la République de Weimar n'ayant d'ailleurs jamais été formellement abrogée par les nazis.

État policier et de type totalitaire, reposant avant tout sur le « pouvoir charismatique » absolu exercé par son Führer Adolf Hitler, le Troisième Reich est responsable du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale en Europe, pendant laquelle il perpétra, entre autres crimes de masse, le génocide des Juifs (Shoah) et des Tziganes (Porajmos) d'Europe.

Sommaire

La destruction de la démocratie et l'instauration du régime

Bien que n'ayant obtenu qu'un tiers des voix aux élections libres de 1932, et bien qu'Hitler ait été battu à la présidentielle par Paul von Hindenburg, le NSDAP arrive au pouvoir quand son Führer est appelé à la Chancellerie le 30 janvier 1933.

Beaucoup d'industriels et d'hommes de droite, réunis autour de Franz von Papen et d'Alfred Hugenberg, pensaient ainsi « lever l'hypothèque » nazie et se servir de Hitler pour ramener l'ordre dans l'Allemagne en crise, avant de s'en séparer dès qu'il n'y aurait plus besoin de lui. De fait, le gouvernement Hitler ne comporte que deux nazis : Hermann Göring, chargé en particulier de la Prusse, et Wilhelm Frick à l'Intérieur.

Or loin de se laisser instrumentaliser par les conservateurs, Hitler parvient en quelques mois à mettre l'Allemagne au pas (Gleichschaltung). Le démantèlement de la République de Weimar au profit de la dictature nazie permet la proclamation du Troisième Reich dès le 15 mars 1933, lors d'une grandiose cérémonie de propagande tenue à Potsdam, sur le tombeau de Frédéric II de Prusse.

« Mise au pas » et répression

Articles connexes : Gleichschaltung et Nuit des Longs Couteaux.

Dès le 1er février, Hitler fait dissoudre le Reichstag par Hindenburg. Pendant la campagne électorale, la SA et les SS, milices du parti nazi, reçoivent des pouvoirs d'auxiliaires de la police. Les réunions du Parti communiste (KPD), du Parti social-démocrate (SPD) et des autres partis d'opposition sont marquées par de nombreux décès. Des opposants sont déjà brutalisés ou torturés.

Dans la nuit du 27 au 28 février survient l'énigmatique incendie du Reichstag. D'après les historiens actuels, tels Ian Kershaw, les nazis s'en sont servi, mais ne l'ont pas provoqué eux-mêmes comme on le supposait traditionnellement.[réf. nécessaire] Saisissant l'occasion, Hitler fait adopter par Hindenburg un « décret pour la protection du peuple allemand  » qui suspend toutes les libertés garanties par la Constitution de Weimar. Un autre décret institue la Schutzhaft ou « détention de protection » préventive, qui permet d'arrêter et d'emprisonner sans aucun contrôle ni limite de temps.

La terreur s'accélère. En deux semaines, Göring fait ainsi arrêter 10 000 communistes en Prusse, dont le chef du KPD, Ernst Thälmann, le 3 mars. En avril, près de 30 000 arrestations ont lieu dans la seule Prusse. À l'été, la Bavière compte 4 000 internés, la Saxe 4 500. Entre 1933 et 1939, un total de 150 000 à 200 000 personnes sont internées, et entre 7 000 et 9 000 sont tuées par la violence d’État. Des centaines de milliers d'autres devront fuir l'Allemagne[1].

De nombreuses figures de la gauche littéraire et scientifiques s'exilent, comme Thomas Mann, Bertolt Brecht et Albert Einstein dès le 28 février 1933. D'autres sont jetées en prison comme le pacifiste Karl von Ossietsky. Les nazis condamnent l'« art dégénéré » et les « sciences juives », et détruisent ou dispersent de nombreuses œuvres des avant-gardes artistiques.

Les premiers camps de concentration provisoires apparaissent, où affluent militants communistes et sociaux-démocrates. Dès le 20 mars 1933, Heinrich Himmler ouvre le premier camp permanent à Dachau, près de Munich. Il sera suivi en 1937 de Buchenwald et en 1939 de Ravensbrück pour les femmes.

Le 5 mars 1933, les nazis obtiennent 43,9 % des voix aux élections législatives. Dans tous les Länder d'Allemagne, les nazis s'emparent par la force des leviers locaux du pouvoir. Le 23 mars 1933, Hitler se fait voter les pleins pouvoirs pour quatre ans. Le 2 mai, les syndicats sont dissous et leurs biens saisis. Les ouvriers sont enrôlés dans l'organisation corporatiste du Deutsche Arbeitsfront (DAF). Le 10 mai, le ministre de la Propagande Joseph Goebbels préside à Berlin à une nuit d'autodafé pendant laquelle des milliers de « mauvais livres » d'auteurs juifs, marxistes, démocrates ou psychanalystes sont brûlés pèle-mêle en public par des étudiants nazis ; la même scène se tient dans les autres grandes villes. Le KPD est officiellement interdit en mai, le SPD en juin[2]. Les autres partis politiques se sabordent ou se rallient. Le 14 juillet, une loi fait du NSDAP le parti unique en Allemagne. Les jeunes Allemands sont obligatoirement embrigadés dans les Jeunesses hitlériennes (Hitlerjugend), seul mouvement de jeunesse autorisé à partir du 1er décembre 1936.

Les SA de Ernst Röhm exigent que la « révolution nationale-socialiste » prenne un tour plus anticapitaliste et rêvent de prendre le contrôle de l'armée. Hitler fait massacrer une centaine de leurs chefs le 30 juin 1934 au cours de la Nuit des Longs Couteaux. Le IIIe Reich s'oriente dès lors vers un « État SS » (Eugen Kogon).

Les nazis liquident aussi à cette occasion plusieurs dizaines de personnalités diverses, ainsi le docteur Klausener, dirigeant de l'Action catholique.

Après la mort de Paul von Hindenburg le 3 août 1934, Hitler est à la fois chancelier et chef de l'État. Il est entouré d'un culte de la personnalité intense qui le célèbre comme le sauveur messianique de l'Allemagne, et fait prêter un serment de fidélité à sa propre personne, notamment par les militaires. Le Führerprinzip devient le fondement de toute autorité.

Mouvement néopaïen et antichrétien, le nazisme tente de soumettre les Églises, et certains de ses dirigeants tels Martin Bormann rêvent même d'éradiquer le christianisme à long terme. Le pouvoir provoque ainsi une scission au sein des protestants allemands, par la mise sur pied de l'Église dite des « chrétiens allemands », qui professe sans réserves le racisme et le culte du Führer. Il combat aussi l'Église confessante des pasteurs résistants Martin Niemöller et Dietrich Bonhoeffer, déportés.

En 1933, le puissant parti catholique, le Zentrum, s'était sabordé en échange de la signature d'un concordat entre l'ADO (en allemand, Ausland Deutsches Organisation) et le Vatican. Mais en 1937, le pape Pie XI dénonce dans l'encyclique Mit brennender Sorge les violations répétées du concordat, les tracasseries contre des hommes d'Églises, le racisme d'État et l'idolâtrie entourant le Reich et son chef. Son texte est interdit de lecture et de diffusion en Allemagne et ses exemplaires en circulation détruits par la Gestapo. Cependant, dans l'ensemble, « les Églises allemandes n'ont pas activé tout leur potentiel de résistance » (Jacques Sémelin), et le successeur de Pie XI, Pie XII, ancien nonce en Allemagne, évitera pendant la guerre de dénoncer les atrocités nazies, notamment par peur d'attirer des représailles sur l'Église allemande qu'il connaît bien.

Au printemps 1938, Hitler accentue la prédominance nazie dans le régime. Il évince les chefs d'état-major Werner von Fritsch et Werner von Blomberg et soumet la Wehrmacht en plaçant à sa tête les serviles Alfred Jodl et Wilhelm Keitel. Le conservateur Konstantin von Neurath est remplacé par le nazi Joachim von Ribbentrop aux Affaires étrangères, et Göring prend en main l'économie autarcique aux dépens du Dr Hjalmar Schacht.

La franc-maçonnerie est mise hors la loi et ses membres pourchassés par une section spéciale de l'appareil policier.

Les Témoins de Jéhovah, objecteurs de conscience, refusent par principe le service militaire et le travail dans l'industrie de guerre, tout comme le salut nazi et tout signe d'allégeance à l'idolâtrie entourant le Führer. Près de 6 000 d'entre eux sont enfermés en camp de concentration.

Eugénisme et politiques racistes

Dès février 1933, la persécution antisémite se déchaîne. Une loi permet à Hitler de faire révoquer 2 000 hauts fonctionnaires et 700 universitaires juifs. Le boycott des magasins juifs est lancé le 1er avril par les SA. Des Juifs sont humiliés en public, des couples mixtes promenés dans les rues avec des pancartes insultantes autour du cou. La contribution juive à la culture allemande est niée : la musique de Mendelssohn ou de Meyerbeer est interdite, et le célèbre poème de Heinrich Heine, la Lorelei, n'a officiellement plus d'auteur. Les lois de Nuremberg, en 1935, retirent la citoyenneté allemande aux Juifs et interdisent tout mariage mixte. La liste des métiers interdits s'allonge sans fin, toute vie quotidienne normale leur est rendue impossible. Cependant, si plusieurs dizaines de milliers de Juifs s'exilent, beaucoup persistent à rester malgré les brimades, pensant qu'Hitler apaisera son courroux et parce qu'ils devaient abandonner toutes leurs richesses pour quitter le pays[3]. Le pogrom de la Nuit de Cristal, le 9 novembre 1938, annonce leur élimination physique ainsi que leur spoliation systématique (aryanisation). À partir de 1941, ils doivent porter une étoile jaune, puis sont déportés dans les ghettos de Pologne et les camps de la mort.

Seuls sont provisoirement épargnés les Mischlinge (métis), ou les Juifs mariés à des Allemandes « aryennes », tels Victor Klemperer. En 1943, en plein Berlin, des conjointes de Juifs manifesteront dans la Rosenstrasse pour empêcher la déportation de leurs époux.

En juillet 1933, le régime adopte une loi sur la stérilisation forcée, conforme à son objectif de « purifier la race aryenne ». Des dizaines de milliers de personnes en sont victimes. Elle concerne surtout les malades mentaux, mais aussi des Tziganes, ou encore des Noirs : en 1937, Hitler ordonne de stériliser les 400 enfants nés dans les années 1920 de soldats noirs français et de femmes allemandes[4]. Des milliers de femmes tsiganes ne survivent pas à la stérilisation.

Les homosexuels sont condamnés à la stérilisation ou à la déportation en camp en vertu du paragraphe 175 du code pénal : on compte 25 000 condamnés en deux ans (J.M. Argelès).

L'opinion et le nazisme : adhésions et réticences

Alors que la Gestapo n’a que 6 000 hommes en 1938, et seulement 32 000 en 1944[5], toute opposition organisée au nazisme a pratiquement disparue après 1934. La police politique ne pourrait donc avoir autant d'efficacité sans l'aide de nombreux délateurs, mouchardant pour régler des comptes personnels, par peur ou par adhésion idéologique. Il n'est pas rare non plus que des enfants, soumis à l'embrigadement intense des Jeunesses hitlériennes, finissent par dénoncer leurs parents.

Les rares groupes constitués de la résistance allemande au nazisme émergent à nouveau à partir de 1938. Ils sont très isolés, surtout lorsqu'après l'entrée en guerre, les résistants à Hitler sont assimilés par l'opinion à des traîtres à leur pays. Ce qui amène les historiens allemands au concept d'une « résistance sans le peuple ».

Dans l'ensemble, la société allemande s'est vite accommodé du régime nazi du moment qu'il mettait fin à l'instabilité politique et économique, et entreprenait de déchirer le Diktat du traité de Versailles. Les réalisations sociales du régime, les cérémonies grandioses de propagande comme lors des Congrès du NSDAP à Nuremberg, la peur, l'indifférence ou le conformisme ont entraîné de nombreux Allemands à céder à la « fascination du nazisme » (Peter Reichel).

Environ 11 millions de citoyens allemands ont adhéré au NSDAP, dont beaucoup de carriéristes et d'opportunistes, soit une part considérable de la population adulte. Quelque 100 000 Allemands, selon Annette Wieviorka, ont pris part activement au génocide des Juifs. L'historien de la Wehrmacht Omer Bartov (L'Armée de Hitler, 1999) a montré qu'une bonne part des combattants allemands avaient intégré le discours nazi, et que nombre d'entre eux furent, avec leurs officiers et leurs généraux, à peine moins compromis que les SS dans les tueries à l'Est.

L'historien britannique Paul Johnson (Une Histoire des Juifs, 1986) souligne que les Autrichiens, intégrés au Grand Reich en 1938, sont surreprésentés dans les instances supérieures du régime (outre Hitler lui-même, on peut citer Adolf Eichmann, Ernst Kaltenbrunner, Arthur Seyss-Inquart ou Hans Rauter) et qu'ils ont en proportion beaucoup plus participé à la Shoah que les Allemands. Un tiers des tueurs des Einsatzgruppen étaient ainsi autrichiens, tout comme quatre des six commandants des principaux camps d'extermination et près de 40 % des gardes des camps. Sur 5 090 criminels de guerre recensés par la Yougoslavie en 1945, on compte 2 499 Autrichiens.

L'historiographie allemande distingue depuis Martin Broszat la résistance organisée au nazisme (Widerstand) et des formes de dissidence civiles (Resistenz), sans ambition de contestation politique, mais démontrant une certaine réticence envers l'embrigadement et l'idéologie officiels.

Par exemple, des groupes de jeunes gens (les Edelweiss) se réunissaient en pleine guerre pour écouter la musique swing proscrite par le régime, et adoptaient un habillement et une coiffure qui défiaient l'ordre moral officiel. De nombreuses Allemandes bravèrent les interdictions officielles des relations amoureuses avec les travailleurs étrangers occidentaux ou slaves. Des centaines d'Allemands furent exécutés pour avoir écouté la BBC, ou proféré des paroles méprisantes ou sceptiques contre le régime et sur l'issue de la guerre. Certains tentèrent discrètement de venir en aide à des Juifs, ou eurent du moins le courage de gestes et de paroles de sympathie. D'autres se débrouillèrent pour ne jamais faire le salut nazi. En Bavière catholique, un mouvement d'opinion empêcha le régime néo-païen de retirer les crucifix des classes[6].

Mgr Clement von Galen, évêque de Münster, relaya une vague d'indignation contre l'euthanasie des handicapés mentaux, protesta en chaire contre celle-ci, et obtint ainsi l'arrêt officiel théorique de l'aktion T4 (août 1941). Dans les années 1930, les Églises ont également souvent résisté aux ingérences du régime et aux tracasseries de ses agents. Mais leurs hiérarchies n'ont fait porter leurs refus que sur des points matériels et confessionnels, et se défendaient toujours de « faire de la politique ». Les Églises en tant que telles n'ont condamné ni les guerres d'agression, ni la politique raciale, ni les crimes contre l'humanité dans les pays occupés, dont des échos parvenaient pourtant en Allemagne.

La nature du pouvoir sous le IIIe Reich

Un totalitarisme

Hitler n'a jamais aboli formellement la constitution de Weimar et se souciait peu des constructions juridiques élaborées. Mais il a d'emblée supprimé toutes les garanties juridiques protégeant les citoyens allemands contre la toute-puissance de la répression policière et contre les persécutions raciales ou idéologiques.

À partir de 1933, tous les partis, syndicats, mouvements de jeunesse ou associations non-nazis ont été dissous ou absorbés, les opposants exilés ou envoyés dans des camps de concentration, les Églises exposées à des tracasseries, les autonomies régionales supprimées au profit du premier État centralisé qu'ait connu l'Allemagne, la population soumise à la surveillance étroite de la Gestapo, certes relayée par une multitude de délateurs. La justice a pareillement été soumise au régime, le sinistrement célèbre Tribunal du Peuple (Volksgerichtshof) de Roland Freisler ayant prononcé des milliers de condamnations à mort au cours de parodies de justice n'essayant même pas de respecter les apparences élémentaires. Plus de 30 000 condamnés à mort furent guillotinés ou pendus sous le IIIe Reich, souvent pour de simples paroles d'hostilité ou de mécontentement. Il n'était pas rare que la Gestapo arrête des gens acquittés ou ayant fini leur peine, et les déporte à sa guise.

L'historiographie allemande caractérise donc traditionnellement le IIIe Reich comme un « état de non-droit » (Unrechtsstaat). En juin 1934, le célèbre juriste Carl Schmitt, penseur de « l'état d'exception », approuve le massacre des SA lors de la Nuit des Longs Couteaux et théorise publiquement que la simple parole du Führer a force de loi, et qu'elle prime sur le droit.

Interprétations intentionnaliste et fonctionnaliste

L'école historique allemande dite des « intentionnalistes » insiste sur la primauté de Hitler dans le fonctionnement du régime. La forme extrême de pouvoir personnel et de culte de la personnalité autour du Führer ne serait pas compréhensible sans son « pouvoir charismatique ». Cette notion importante est empruntée au sociologue Max Weber : Hitler se considère et est considéré sincèrement comme investi d'une mission providentielle.

Sans l'idéologie (Weltanschauung, ou vision du monde) redoutablement cohérente qui animait Hitler et ses fidèles, le régime nazi ne se serait pas engagé dans la voie de la guerre et de l'extermination de masse, ni dans le reniement des règles juridiques et administratives élémentaires régissant les États modernes. Par exemple, sans son pouvoir charismatique d'un genre inédit, Hitler n'aurait pas pu autoriser l'euthanasie massive des handicapés par quelques simples mots sur papier à en-tête de la chancellerie (opération T4, 3 septembre 1939), et encore moins déclencher la Shoah sans rédiger un seul ordre écrit. Aucun exécutant du génocide des Juifs ne demanda jamais, justement, à voir un ordre écrit : le simple mot de Führerbefehl (ordre du Führer) était suffisant pour faire taire toute question.

Comme l'a démontré l'école rivale des « fonctionnalistes » (conduite par Martin Broszat), le IIIe Reich n'a jamais tranché entre le primat du pouvoir du parti unique et celui du pouvoir de l'État, d'où des rivalités de compétence incessantes entre les hiérarchies doubles du NSDAP et du gouvernement du Reich. Surtout, l'État nazi apparaît comme un singulier enchevêtrement de pouvoirs concurrents aux légitimités comparables. C'est le principe de la « polycratie »[7].

Or, entre ces groupes rivaux, Hitler tranche rarement et décide peu. Fort peu bureaucratique, travaillant de façon irrégulière (sauf dans la conduite des opérations militaires), le Führer, « dictateur faible » ou « paresseux » selon M. Broszat, laisse chacun libre de se réclamer de lui, et attend seulement que l'on marche dans le sens de sa volonté.

Dès lors, a démontré son biographe Ian Kershaw, dont les travaux font la synthèse des acquis des écoles intentionnalistes et fonctionnnalistes, chaque individu, chaque clan, chaque bureaucratie, chaque groupe fait de la surenchère et essaye d'être le premier à réaliser les projets nazis fixés dans leurs grandes lignes par Adolf Hitler. C'est le cas en particulier dans le domaine de la persécution antisémite, qui s'emballe et passe ainsi graduellement de la simple persécution au massacre puis au génocide industriel. Ce qui explique que le IIIe Reich obéit structurellement à la loi de la « radicalisation cumulative », et que le système ne peut en aucun cas se stabiliser.

Ce « pouvoir charismatique » explique aussi que beaucoup d'Allemands soient spontanément allés au devant du Führer. Ainsi, en 1933, les organisations d'étudiants organisent d'eux-mêmes les autodafés de livres honnis par le régime, tandis que les partis et les syndicats se rallient au chancelier et se sabordent d'eux-mêmes après avoir exclu les Juifs et les opposants au nazisme. L'Allemagne se donne largement au Führer dans lequel elle reconnaît ses rêves et ses ambitions, plus que ce dernier ne s'empare d'elle. Selon Kershaw, le Führer est l'homme qui rend possible les plans caressés de longue date à la « base » : sans qu'il ait besoin de donner d'ordres précis, sa simple présence au pouvoir autorise par exemple les nombreux antisémites d'Allemagne à déclencher boycotts et pogroms, ou les médecins d'extrême-droite à pratiquer les expériences pseudo-médicales et les opérations d'euthanasie dont l'idée préexistait à 1933.

Ce qui explique aussi, toujours selon Ian Kershaw et la plupart des fonctionnalistes, la tendance du régime à l'« autodestruction » (Selbstzerstörung). Le IIIe Reich, retour à l'« anarchie féodale » (Kershaw) se décompose en une multitude chaotique de fiefs rivaux. C'est ainsi qu'en 1943, alors que l'existence du Reich est en danger après la bataille de Stalingrad, tous les appareils dirigeants du IIIe Reich se disputent pendant des mois pour savoir s'il faut interdire les courses de chevaux, sans trancher. Le régime substitue aux institutions rationnelles modernes le lien d'allégeance personnelle, d'homme à homme, avec le Führer. Or, aucun dirigeant nazi ne dispose du charisme d'Hitler. Le culte de ce dernier existe dès les origines du nazisme et est consubstantiel au mouvement puis au régime. Chacun ne tire sa légitimité que de son degré de proximité avec le Führer. De ce fait, en l'absence de tout successeur (« En toute modestie, je suis irremplaçable »[8]), la dictature de Hitler n'a aucun avenir et ne peut lui survivre[9]. La mort du IIIe Reich et celle de son dictateur se sont d'ailleurs pratiquement confondues.

Appellation Troisième Reich

L'inspiration de la dénomination « IIIe Reich » (Drittes Reich) mérite des développements détaillés dans la mesure où elle a des implications, voulues par Hitler, jusque dans l'histoire de France.

Le mot allemand Reich signifie « domaine », « empire ». Il est utilisé dans des mots tels que Königreich « royaume » ou « domaine d'un roi » (König), Frankreich « France » ou « empire des Francs », ou Österreich « Autriche » ou « empire de l'Est » (Ost). le terme de "Reich" est au reste difficile à traduire car il désigne à la fois la notion d'Empire et d'État.

« Ier Reich »

La dénomination « Ier Reich » fait référence en premier lieu au Saint Empire romain germanique qui serait, a posteriori, le « Ier Reich ». En allemand, Heiliges Römisches Reich Deutscher Nation, « Saint-Empire romain de LA nation allemande ».

Napoléon Ier, en 1806, n'avait pas pu abolir cet empire puisque l'empereur François II l'avait devancé en « déposant le titre impérial » ; pour dissoudre l'empire, Napoléon aurait dû d'abord « relever le titre », ce qui avait dû paraître politiquement inconcevable, et les choses en étaient restées là.

« IIe Reich »

La dénomination « IIe Reich » fait référence en second lieu à l'Empire allemand proclamé en 1871 dans la Galerie des Glaces de Versailles (Guillaume Ier et Otto von Bismarck), qui serait le « IIe Reich» mais dont l'intitulé officiel était, cependant, Deutsches Reich, « Empire allemand », bien loin de la titulature du précité Saint Empire romain, et de la portée de celle-ci, en tout cas dans sa version originale en langues allemande ou latine, lesquelles seules font foi à cet égard.

Validité du terme

La dénomination « IIIe Reich » est donc purement politique au sens d'un instrument de propagande totalement dénuée de fondement juridique — plus encore, en contradiction juridique formelle avec l'acte conservatoire de François II : « la jurisprudence de la Cour constitutionnelle de l'Allemagne actuelle, constatant la continuité ininterrompue de la personnalité juridique du Heiliges Römisches Reich Deutscher Nation sans contestation de la part d'aucune chancellerie actuelle, a pour portée le néant de toute espèce de légitimité de la titulature même du régime ultérieur, ainsi ramené de fait et de droit purement et simplement à son caractère hitlérien. »

L'expression « Troisième Reich » n'a pas en soi de valeur constitutionnelle. À partir de 1933, les institutions de la République de Weimar restent en vigueur, et ce, malgré les nombreuses modifications effectuées par les dirigeants nazis en vue d'une orientation totalitaire du régime. De fait, officiellement, Hitler fut "Führer du NSDAP" et "Chancelier" de la République. Toutefois, en 1934, à la mort du Maréchal von Hindenburg, il devient également "Président de la République", cumulant ainsi les deux fonctions de "Chancelier" et de "Président de la République". Bien que le terme de "Führer" n'ait pas non plus de valeur constitutionnelle, il devient très vite un terme d'usage dans les administrations de l'État.

Arts, culture et sport sous le Reich hitlérien

L'arrivée de Hitler au pouvoir marque brutalement la fin de l'âge d'or culturel qu'avait représenté la République de Weimar pour l'Allemagne. En effet, de nombreux autodafés ont lieu, surtout des livres d'auteurs juifs, communistes, etc. Ainsi tous les livres de Marx, d'Einstein et d'auteurs célèbres à cette époque finissent brûlés en place publique. La culture est dirigée : Hitler met en place un contrôle total de la presse écrite par le parti nazi, choisit les films qui passent au cinéma... La propagande passe par ces moyens de communication ; tout a pour but de mettre en avant le parti. L'organisation des jeux olympiques d'été de 1936 sera instrumentalisée pour consolider l’image de marque du régime hitlérien sur la scène internationale.

Proscriptions, exils, ralliements

De nombreux artistes, écrivains et savants doivent fuir d'emblée l'Allemagne nazie en raison de leurs origines juives, et/ou de leurs convictions politiques pacifistes, de gauche, antinazies, ou encore de la nature avant-gardiste de leur art.

On peut citer parmi eux les écrivains Thomas Mann et son frère Heinrich Mann, ainsi que Bertolt Brecht, Alfred Döblin, Erich Maria Remarque, Kurt Tucholsky, ou encore Lion Feuchtwanger, Walter Benjamin, Arthur Koestler. Il en va de même pour les metteurs en scène berlinois Max Reinhardt et Erwin Piscator. Sont aussi notamment proscrits les philosophes Husserl, Hannah Arendt ou Wilhelm Reich, la théologienne Edith Stein (juive convertie et religieuse carmélite, gazée en 1942 à Auschwitz), le peintre d'avant-garde Paul Klee, l'architecte Walter Gropius, le physicien et mathématicien Albert Einstein. En 1938, l'annexion de l'Autriche oblige le vieux fondateur de la psychanalyse, Sigmund Freud, à partir pour Londres - sa famille entière sera exterminée. L'écrivain viennois Stefan Zweig, qui a du fuir les nazis autrichiens dès 1934, se suicide en 1942.

Les nazis brûlent en public les livres proscrits, 10 mai 1933.

Quelques artistes pourtant sondés par Goebbels font choix de partir par acte de résistance au régime, ainsi le cinéaste Fritz Lang ou l'actrice Marlene Dietrich.

Un certain nombre d'artistes et d'écrivains restés en Allemagne se voient interdire de peindre ou d'écrire, et sont placés sous surveillance policière.

Les Juifs sont exclus de la presse, du cinéma, du monde du spectacle. Les œuvres d'auteurs juifs ne peuvent plus être jouées ou interprétées, et Goebbels devra intervenir contre certains fanatiques de son propre parti qui souhaitaient interdire Mozart parce que franc-maçon.

L'autodafé spectaculaire des livres interdits, le 10 mai 1933, permit à beaucoup de commentateurs de rappeler la célèbre phrase de Heinrich Heine : « là où on brûlera des livres, on brûlera des hommes ». En 1937, une « exposition d'art dégénéré » très visitée sillonne l'Allemagne pour tourner en dérision les œuvres des plus célèbres artistes d'avant-garde, taxées de « bolchevisme culturel » ou de « gribouillages juifs et cosmopolites » par Hitler. Beaucoup de ces œuvres sont ensuite dispersées ou détruites par les nazis.

Un nombre non négligeable d'esprits se rallient toutefois plus ou moins durablement au régime hitlérien. Le philosophe Martin Heidegger prend sa carte au NSDAP et accepte quelques mois les fonctions de recteur à Fribourg. Le théoricien du droit Carl Schmitt devient le juriste nazi officiel. Nombre de musiciens et d'interprètes entretiennent des relations très cordiales avec le régime et ses plus hauts dirigeants, acceptant ou sollicitant les commandes officielles : ainsi les compositeurs Carl Orff et Richard Strauss, la cantatrice Elisabeth Schwarzkopf, ou les chefs d'orchestre Wilhelm Furtwängler et Herbert von Karajan.

Voir aussi Liste des compositeurs persécutés pendant le nazisme.

L'art officiel nazi

Dès 1933, Goebbels impose la création des Reichskulturkammer, organisation corporatiste des métiers de la culture. Nul ne peut publier ou composer s'il n'en est membre.

Les cérémonies nazies récupèrent particulièrement la musique de Richard Wagner et celle de Anton Bruckner, favorites du Führer. Un "art nazi" conforme aux canons esthétiques et idéologiques du pouvoir se manifeste au travers des œuvres de Arno Breker en sculpture, de Leni Riefenstahl au cinéma ou de Albert Speer, confident de Hitler, en architecture. Relevant souvent de la propagande monumentale, comme le Stade olympique de Berlin destiné aux Jeux de 1936, ces œuvres au style très néo-classique développent aussi souvent l'exaltation de corps "sains", virils et "aryens".

Le Führer confia à Albert Speer le projet pharaonique (et inabouti) de reconstruction de la capitale Berlin. Celle-ci aurait dû prendre le nom de Germania et se couvrir de monuments Néoclassiques au gigantisme démesuré : la coupole du nouveau Reichstag aurait été 13 fois plus grande que celle de St-Pierre de Rome, l'avenue triomphale deux fois plus large que les Champs-Elysées et l'Arche triomphale aurait pu contenir dans son ouverture l'Arc de Triomphe parisien (40 m de haut). Le biographe de Speer, Joachim Fest, décèle à travers ces projets mégalomanes une "architecture de mort"[10]. En pleine guerre, Hitler se réjouira que les ravages des bombardements alliés facilitent pour l'après-guerre ses projets grandioses de reconstruction radicale de Berlin, Hambourg ou Linz.

L'instrumentalisation du sport

Les jeux olympiques d'été de 1936 furent un jalon non négligeable dans la consolidation de l’image de marque du régime hitlérien sur la scène internationale, cela en dépit de son caractère notoirement raciste et ouvertement belliqueux. Les attitudes des gouvernements occidentaux qui, en faisant confiance à Hitler et à ses promesses en faveur des Juifs et de la non-discrimination raciale en général, entamaient une série de capitulations dont les Accords de Munich seront l’apothéose. Le Comité international olympique lui-même a été accusé d'avoir une part de responsabilité dans l’édification de l'image positive de l’hitlérisme[11].

Économie sous le Troisième Reich

Article détaillé : Économie du Troisième Reich.

Situation économique et sociale à l'arrivée de Hitler au pouvoir

La Grande dépression de 1929 s'était traduite par une montée importante du chômage dans les pays développés. En Allemagne, il y avait environ 3 500 000 chômeurs en 1930.

Robert Ley, adhérant du parti nazi dès 1923, et élu député au Reichstag en 1932, fut chargé de l'élimination des syndicats, qui furent remplacés par le Deutsche Arbeitsfront en 1933, organisation de type corporatiste. Liée au DAF, la Kraft durch Freude (Force par la Joie) fut chargée d'offrir aux classes populaires des loisirs de masse étroitement encadrés. Elle offrit par exemple à des milliers d'ouvriers des croisières en mer Baltique sur ses deux paquebots.

À la fois anticapitaliste et antimarxiste, et soucieux de se rallier la classe ouvrière, le régime nazi voulut comme tout fascisme expérimenter une troisième voie entre libéralisme et collectivisme. L'État nazi intervint ainsi largement dans l'économie. Il mena une politique de grands travaux (essor du réseau autoroutier), lança un programme ambitieux de logements sociaux, de réfection des cantines ouvrières, ou de loisirs de masse. En 1936, Hitler fit concevoir par Ferdinand Porsche les premières Volkswagen ou "voiture du peuple", censées être accessibles aux Allemands les plus modestes - en réalité, peu seront construites sous le IIIe Reich, leurs usines de montage étant vite affectés à la construction de chars. Mais aussi, le régime imposa la planification et une stricte autarcie, obligeant les industriels et les particuliers à remplacer par des ersatz de moindre qualité les produits interdits d'importation.

Dès l'origine, l'économie du Troisième Reich s'est orientée vers la remilitarisation de l'Allemagne, puis la préparation de la guerre. Cette politique s'est appuyée dès 1933-1934 sur une série de lois économiques qui favorisèrent la réorganisation complète de l'industrie, puis fut accentuée à partir de 1936 avec le lancement du Plan de Quatre Ans confié à Hermann Göring. Celui-ci constitua le tout-puissant cartel des Hermann-Göring Reichswerke, devenu très vite l'une des plus grosses entreprises d'Allemagne puis, après la mise sous tutelle des industries des pays conquises, une des plus grosses du monde.

Le développement de l'industrie de l'armement fut grandement facilité par la technologie de la mécanographie et de la carte perforée Hollerith, fournie par la Dehomag. Les méthodes de comptabilisation, qui permettaient de connaître avec précision la nature du travail effectué par les ouvriers, orientèrent l'industrialisation dans ce sens.

À partir de 1941, l'État-major SS a entériné le programme d'exploitation de travailleurs forcés et de prisonniers de guerre, dans des conditions extrêmes pour les dits « travailleurs ». Très fréquemment, ces travaux étaient d'ailleurs simplement une manière « économiquement efficace » de liquider les ennemis du régime en maximisant leur utilité économique. Littéralement, on les tuait à la tâche. Le camp Auschwitz-Birkenau n'est qu'un exemple parmi d'autres.

Les entreprises IG Farben, Krupp Ag, BMW, Mercedes-Benz, Volkswagen ont toutes participé à ce système, mais également des entreprises étrangères, telles Fordwerke, filiale allemande du groupe Ford, et Opel, filiale du groupe General Motors. Henry Ford notamment participa activement à la constitution de l'arsenal de la Wehrmacht avant l'entrée en guerre de l'Allemagne, et accepta en 1939, la même année que Mussolini, la plus grande décoration que Hitler pouvait décerner à un étranger, la Grande Croix de l'Ordre de l'Aigle Germanique.

Évolution du chômage pendant le IIIe Reich

Le drapeau de guerre, utilisé notamment par la Kriegsmarine

Adolf Hitler avait résolu le problème du chômage par une économie de plein emploi mais pour une proportion importante dans l'industrie de l'armement et par la xénophobie. Il y avait 3 500 000 chômeurs en 1930, alors qu'il n'y en avait plus que 200 000 en 1938 (soit 17,5 fois moins).

En comparaison avec les États-Unis ou l'Angleterre, ces chiffres sont très flatteurs, sur le papier. Mais, outre le surendettement de l'État qu'impliquait la politique de militarisation et de plein emploi, il faut ajouter que :

« Cette performance apparente fut obtenue au moyen de mesures de plus en plus attentatoires aux libertés. Ainsi, le 22 juin 1938, une ordonnance ouvrit le droit pour les autorités de réquisitionner la main-d'œuvre pour une tâche précise. Le 1er septembre 1939, c'est la fin de toute liberté en matière de choix d'un emploi. La militarisation de la classe ouvrière s'était esquissée dès avant la guerre. La ligne Siegfried (Westwall ou « mur de l'ouest ») fut construite au moyen de la réquisition de 400 000 ouvriers (22 juin 1938). »

— (Source : Alfred Wahl, L'Allemagne de 1918 à 1945, Paris, Armand Colin, 1993, ISBN 2-200-21338-7 - page 136)

Catégories sociales perdantes

À cela, s'ajoute le fait que l'indice des salaires (100 en 1932) était retombé à 97 en 1938. En 1937, le niveau des salaires était à peu près celui de 1929. Le pouvoir d'achat de la classe ouvrière est inférieur en 1939 à celui de 1933. À partir de juin 1938, les salaires sont fixés d'autorité.

Les paysans, nombreux à avoir voté pour les nazis, ne virent pas l'exode rural s'arrêter (elle eut même tendance à s'accélérer) ni leur situation s'améliorer réellement. Les petits commerçants et artisans menacés par la modernisation économique, et qui avaient fourni de gros bataillons aux SA, furent aussi pareillement floués : au nom de l'efficacité économique et par souci de préparer la guerre, les nazis encouragèrent légalement la concentration des petites entreprises, dont plus de 400 000 disparurent entre 1933 et 1939[12].

Enfin, en raison de la conception que les nazis avaient de la femme[13], celles-ci furent peu à peu cantonnées à leur rôle traditionnel[14]. Dès 1933, les femmes sont poussées hors de la fonction publique, ne peuvent plus être directrices dans l'enseignement, n'ont plus le droit d'être avocates, ni juges. Les ouvrières sont poussées vers l'agriculture. Les ouvrières célibataires de moins de 25 ans furent ainsi contraintes à faire une année dans les champs. 1,3 million de femmes supplémentaires furent employées dans l'agriculture entre 1933 et 1939. La politique vis-à-vis des femmes s'est cependant un peu assouplie à l'approche de la guerre[15].

Expansionnisme nazi

Carte des agressions nazies avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale : l'Allemagne procède à des annexions de terres où vivent des germanophones, au mépris de la SDN; le régime confortant ainsi sa popularité auprès de l'opinion publique allemande (l'utopie nationaliste de la Grande Allemagne remonte au XIXe).

Les fondements idéologiques

La justification de l’expansionnisme nazi se trouve déjà dans Mein Kampf (1926). Le régime nazi se réclame du fascisme, défini par Mussolini comme un régime militariste et anti-pacifiste. Il nourrit le culte de la virilité et de la violence guerrière, et vit dans le souvenir permanent de l'expérience de la Grande Guerre. Enfin, Hitler viole constamment le traité de Versailles, imposé à l’Allemagne en 1919. Méprisant les institutions internationales, posant le primat de la force sur le droit, il traite les traités internationaux conclus en "chiffons de papier". D'emblée Hitler se met à bafouer ouvertement le traité de Versailles, dont il ne reste plus grand chose dès 1938-1939. Le 14 octobre 1934, l'Allemagne quitte la Société des Nations tout en proposant des discussions bilatérales sur la sécurité[16]. En janvier 1935, les Sarrois votent massivement leur rattachement à l'Allemagne. Cette victoire améliore l'image des Nazis à l'étranger[17]. La conscription est réintroduite le 16 mars 1935, en violation ouverte du Traité de Versailles. Les effectifs de la Wehrmacht sont portés à 550 000 hommes[18]. En même temps, Hitler négocie avec les Britanniques. Le 18 juin 1935, un accord anglo-germanique autorise l'Allemagne à se doter d'une flotte équivalente à 35% de celle du Royaume-Uni. En fait, les Allemands cherchent à dessiner un nouveau partage du monde qui leur réserverait l'Est de l'Europe[19].

Le projet nazi reprend en partie les vieux thèmes du pangermanisme. Selon Hitler, la réunification du « sang allemand » est un impératif moral, même si cette communauté se révélait nuisible sur le plan économique. Il revendique donc des territoires qui étaient allemands avant la Première Guerre mondiale, et invoque la communauté de sang et de culture pour annexer d'abord l’Autriche, puis le Région des Sudètes en 1938. À partir de 1939, Adolf Eichmann est aussi chargé de "rapatrier" les minorités allemandes dispersées depuis des siècles à travers toute l'Europe centrale et orientale.

Mais au désir de regrouper tous les Allemands s'ajoute l'idée que les Aryens, "Race des Seigneurs" (Herrenvolk) auraient besoin d’un espace vital (Lebensraum) pour survivre, et que celui-ci, potentiellement illimité, doit être conquis par la force à l’Est (Drang nach Osten). Considérant les Slaves comme une race inférieure (des « sous-hommes », Untermenschen), le projet nazi ambitionne donc de conquérir l’Europe orientale et de réduire ses populations en esclavage. La Tchécoslovaquie, jeune démocratie abritant une population allemande, est le premier pays démantelé par les Allemands. La Pologne, qui abrite une large population juive, est particulièrement visée par le Troisième Reich.

Vers la guerre

Le Führer prépare la société allemande à la guerre. Dans les Jeunesses hitlériennes, organisations obligatoires (à partir de 1936) pour les adolescents, l’entraînement physique et moral doit former des hommes nouveaux, courageux jusqu’à l’extrême et capables de tuer sans éprouver la moindre pitié. Habillés en uniformes, les jeunes allemands apprennent à être fidèles à Hitler. L’économie est militarisée et tournée vers la production d’armes. Hitler prend lui-même le commandement de l’armée en 1938. Le 7 mars 1936, la Wehrmacht entre en Rhénanie, démilitarisée depuis le Traité de Versailles. La Grande-Bretagne et la France condamnent cette action mais n'interviennent pas[18] alors qu'Hitler avait prévu de reculer s'il rencontrait une résistance. L'inaction des démocraties conforte la volonté d'Hitler de réaliser la grande Allemagne et en protestant publiquement de son pacifisme. Hitler ensuite multiplie les pressions sur le chancelier autrichien Schuschnigg pour qu'il cède le pouvoir au nazi Arthur Seyss-Inquart. Sans soutien extérieur, le chancelier cède et le 1er mars 1938, Hitler entre en Autriche. Il annonce le rattachement du pays au Reich et obtient 99 % de oui de la part des Autrichiens au plébiscite d'avril[20]. L’Anschluss ne rencontre aucune opposition internationale. Après les accords de Munich, le Royaume-Uni et la France laissent Hitler s’emparer des Sudètes.

Les deux pays sont mis devant le fait accompli lorsque la Bohême-Moravie, Memel et Dantzig sont annexés en 1939.

Les réactions des démocraties

À la fin des années 1930, les démocraties européennes sont dans une situation difficile. La Grande Crise de 1929 n'est pas entièrement résolue. Le pacifisme est extrêmement puissant dans les opinions publiques. La spécificité du nazisme est rarement perçue, et beaucoup persistent longtemps à voir en Hitler un nationaliste allemand comme les autres. La SDN n’a pas de réel pouvoir et les États-Unis sont isolationnistes.

Une grande partie de l’Europe est aux mains de dictatures autoritaires (Espagne, Portugal, Autriche…) fascistes (Italie) ou communistes (URSS). L’Allemagne a conclu une série d’alliances qui la renforce : Axe Rome-Berlin puis pacte d'Acier avec l’Italie, enfin, en août 1939, pacte germano-soviétique avec l’URSS de Staline. Franco, que Hitler a aidé activement à arriver au pouvoir pendant la guerre civile espagnole par l'envoi de la Legion Condor, est l'allié moral du Reich. Les États des Balkans, qui ont conclu des accords commerciaux de clearing avec le Reich, sont sous l'influence économique voire diplomatiques de Berlin. La Belgique et la Hollande se replient dans des neutralités frileuses. La France et le Royaume-Uni sont isolées et vivent dans le spectre de la Grande Guerre.

Malgré l’alliance qui les unit à la Tchécoslovaquie, la France et le Royaume-Uni se gardent bien d’intervenir lorsque Hitler déclare son intention de rattacher les Sudètes. Les accords de Munich de 1938 marquent l'ultime tentative de conciliation des démocraties devant les prétentions territoriales nazies : elles laissent Hitler s’emparer des Sudètes en octobre 1938.

À cette époque, beaucoup de partisans de "l'apaisement" avec l'Allemagne nazie croient qu'Hitler s'en tiendra à démolir les dispositions les plus humiliantes du traité de Versailles et aux traditionnels projets pangermanistes. Pour le Premier Ministre britannique Neville Chamberlain, l'annexion de l'Autriche n'est ainsi qu'"une affaire entre Allemands", et la Tchécoslovaquie "un petit pays dont nous ne savons presque rien". Mais le 15 mars 1939, Le Reich s'empare de Prague et détruit l'État tchécoslovaque, absorbant donc des populations slaves et nullement allemandes. Les opinions occidentales basculent, les gouvernements comprennent que le IIIe Reich nourrit des ambitions hégémoniques illimitées.

Lorsque les armées allemandes pénètrent en Pologne, elles ne peuvent plus reculer et doivent déclarer la guerre. Toutefois, les démocraties n'entreront pas en Allemagne, alors qu'elles auraient pu tirer profit de la division de l'armée allemande pendant la campagne de Pologne.

Le Reich en guerre

Article détaillé : Seconde Guerre mondiale.

Le 1er septembre 1939 à 04:45 du matin, le Reich envahit la Pologne sans déclaration de guerre, déclenchant la Seconde Guerre mondiale. L'occupation militaire allemande de la plus grande partie du continent européen a lieu rapidement et, jusqu'en 1941, le territoire contrôlé par les nazis va du Cercle Polaire et de la Manche jusqu'à l'Afrique du Nord et aux portes de Moscou. Dans tous les pays, le IIIe Reich trouve des forces de collaboration pour l'assister, mais sa domination est combattue par les mouvements de résistance. La Grande-Bretagne cependant refuse de se retirer de la guerre même après la défaite de la France et l'armistice du 22 juin 1940. Elle est le seul adversaire du Reich entre juin 1940 et juin 1941, quand Hitler envahit brusquement l'Union Soviétique, violant le pacte de non-agression et s'ouvrant un autre front de bataille.

Or, à partir de la défaite devant Moscou (6 décembre 1941), Hitler perd l'espoir d'une guerre courte. Trois gigantesques potentiels humains et industriels sont désormais alliés contre lui : l'URSS, l'empire britannique et les États-Unis, auxquels, après l'agression japonaise sur Pearl Harbor, il a déclaré la guerre le 11 décembre 1941, sans bénéfice aucun pour l'Allemagne.

Se résignant à proclamer la mobilisation totale voulue par Goebbels et Speer, Hitler accentue le pillage des pays occupés et met en œuvre la guerre totale. À partir de début 1942, la production d'armements s'accroît, et elle est encore supérieure en février 1945 à ce qu'elle était en 1942, malgré des attaques aériennes massives des Alliés contre les cibles civiles et industrielles.

Le totalitarisme nazi se renforce encore avec la guerre. Sous la direction de Himmler (1900-1945), l'appareil policier développe des pouvoirs illimités. Se radicalisant sans fin, le IIIe Reich perpètre sur son territoire et à travers les pays occupés, surtout à l'Est, les pires crimes contre l'humanité jamais commis dans l'Histoire : le lancement du génocide industriel des Juifs est entériné par la conférence de Wannsee le 20 janvier 1942 ; l'extermination s'abat aussi sur les handicapés mentaux allemands, les Tziganes, les Polonais et les Slaves ; d'innombrables résistants de toute l'Europe affluent dans les camps de concentration en territoire allemand, tandis que la Wehrmacht et les SS perpètrent à l'extérieur massacres et tortures. En juillet 1942, au cours d'une cérémonie au Reichstag, Hitler se fait donner officiellement droit de vie et de mort sur tout citoyen allemand. Le putsh du 20 juillet 1944, mené par des résistants allemands, est réprimé dans le sang : plus de 5 000 personnes sont suppliciées après des parodies de procès, leurs familles déportées en vertu du principe totalitaire de la responsabilité collective (Sippenhaft).

À partir de 1943, les armées allemandes ne cessent de reculer.

À partir de novembre 1944, tous les Allemands sont appelés à servir dans la Volkssturm, une milice sous-équipée : les derniers défenseurs du IIIe Reich seront souvent des vieillards et des pré-adolescents armés de vieux fusils. Dans les ruines de Berlin et de Vienne assaillies par l'Armée Rouge, les SS pendront encore en public tous ceux qui parlent de cesser un combat sans espoir.

Au printemps 1945, le Troisième Reich, bombardé quotidiennement, sillonné de millions de réfugiés fuyant l'avancée soviétique, et assailli de toutes parts se trouve en ruines.

Déclarant que le peuple allemand ne mérite pas de lui survivre puisqu'il ne s'est pas montré le plus fort, Hitler donne l'ordre en mars 1945 d'une politique de terre brûlée d'une radicalité jamais égalée : il s'agit de détruire non seulement les usines et toutes les voies de communication, mais aussi les centrales thermiques et électriques, les stations d'épuration, et tout ce qui est indispensable à la vie des Allemands. Dans la pratique, toutefois, ces ordres furent peu appliqués sur le terrain[21].

Hitler se suicide le 30 avril 1945 quand l'Armée Rouge arrive à quelques centaines de mètres du bunker berlinois du dictateur. Son successeur, l'amiral Karl Dönitz ne peut que capituler sans condition le 8 mai 1945. Il est arrêté avec le dernier vestige de gouvernement allemand, le 23 mai 1945, à Flensburg. La destruction du nazisme était irréversible.

Bilan des pillages, crimes de masse et destructions

  • Mise au pillage des pays conquis: en 1942, 40 % de la Trésorerie du Reich est faite de tributs financiers prélevés sur les vaincus. la France du Ml Pétain dut ainsi payer 400 millions de F. par jour de "frais d'occupation", de quoi en réalité entretenir une armée de plus de 10 millions d'hommes[22]. Les Allemands ne furent pas soumis au rationnement avant fin 1944 grâce aux prélèvements agricoles massifs dans les pays occupés, condamnés aux privations, à la disette voire à la famine (Grèce, URSS). Bien des Allemands reçurent aussi des dépouilles de l'aryanisation (spoliation des biens juifs) effectuée sur le territoire du Reich ou à l'étranger. Hermann Göring et Alfred Rosenberg dérobèrent à grande échelle les trésors artistiques de l'Europe occupée, collections juives en tête, remplissant pour des centaines de trains de chefs-d'œuvres et d'objets d'art.
  • De même, pour compenser la mobilisation de millions d'ouvriers sur le front de l'est, le gauleiter Fritz Sauckel transféra de force 8 millions de travailleurs civils en Allemagne, sans compter les millions de prisonniers de guerre mis au travail : la moitié de l'emploi agricole et le tiers de l'emploi industriel du IIIe Reich était assumé par des travailleurs étrangers en 1944[23] . La Gestapo surveillait étroitement ces derniers, soumis à de multiples discriminations. Ainsi les ouvriers polonais et soviétiques devaient porter un insigne "P" ou "Ost" bien visible sur la poitrine ; ils touchaient généralement un salaire misérable correspondant à peine au minimum physiologique indispensable ; ils n'avaient pas le droit de prendre le tram ou de monter à bicyclette, ni d'entrer dans une église allemande ; les relations sexuelles avec une Allemande étaient punies de mort pour l'homme, et la femme humiliée en public puis déportée en camp. La police pratiquait régulièrement des rafles qui en menèrent des dizaines de milliers en camp de concentration au moindre geste déviant.
  • Des centaines de milliers d'enfants européens "germanisables" furent arrachés à leurs familles et transférés dans les Lebensborn ouverts par Martin Bormann. Dans ces foyers, véritables "haras pour SS", il s'agissait aussi d'étudier l'amélioration de la "race aryenne".
Camp de Lager Nordhausen
  • Extermination de 50 000 membres des élites polonaises par les SS à partir de 1939 - aristocrates, militaires, prêtres. Les lycées, les universités, les séminaires furent fermés, ainsi que les théâtres. Le but avoué était de transformer les Polonais en peuple de "sous-hommes". Trois millions de Polonais catholiques, autant de Polonais juifs furent exterminés par les nazis (20 % de la population totale).
  • Extermination de plus de 3 millions de prisonniers de guerre soviétiques dans des camps en Allemagne. L'historien de la Wehrmacht Omer Bartov estime qu'en URSS même, 600 000 autres prisonniers furent assassinés par les troupes allemandes, et 1 400 000 autres laissés délibérément mourir de faim. Le "décret des commissaires" (mai 1941), préparé dès avant l'agression de l'URSS, ordonnait de fusiller tous les commissaires politiques communistes capturés.
  • Affamement délibéré de la ville de Leningrad assiégée, qui fit 700 000 morts (1941-1944). Hitler avait interdit qu'on enlève d'assaut la ville qui avait vu naître le bolchevisme haï. Une commission d'experts mise en place par Göring pour planifier la future exploitation méthodique de l'URSS avait conclu dès mai 1941 que "nos projets devraient entraîner la mort d'environ 10 millions de personnes".
  • Extermination d'environ un tiers des Tziganes européens (Henriette Asséo) au cours du Porajmos.
  • Génocide de 5,5 millions de Juifs (Shoah). Entre 1941 et 1945 les nazis firent périre les trois quarts des Juifs de l'Europe occupée. Le génocide fut pratiqué selon des méthodes industrielles et bureaucratiques sans précédent dans l'histoire humaine ; ce fut aussi la première fois qu'un génocide visa à éliminer jusqu'au dernier enfant ou vieillard un peuple désarmé, lié à aucun État, dispersé sur tout un continent, n'occupant aucun territoire disputé, et ne représentant aucune menace militaire ou politique sinon dans l'imagination des bourreaux. Ce génocide fut opéré par la faim dans les ghettos de Pologne (où furent déportés aussi de nombreux Juifs allemands et autrichiens, prélude à leur extermination), par balles sur le front de l'Est par les unités mobiles de tuerie des Einsatzgruppen, par le travail forcé dans les camps de concentration, ou dans les chambres à gaz des camps d'extermination.
  • Le seul camp de concentration et d'extermination d'Auschwitz-Birkenau vit périr un million de Juifs entre 1942 et fin 1944. Les autres centres de mise à mort furent Chelmno, Sobibor, Treblinka, Belzec, Maïdanek, où des centaines de milliers de Juifs étaient gazés dès leur arrivée. Des fours crématoires faisaient ensuite disparaître toute trace des victimes. Les nazis récupéraient leurs bagages et leurs vêtements, mais aussi les chevelures et les dents en or des cadavres, et faisaient du savon à partir des cendres.
  • Conséquences de la guerre voulue par le IIIe Reich, les bombardements et les batailles de rue dans les villes du IIIe Reich amenèrent la destruction de nombreuses villes allemandes à plus de 50, 75 ou 90 %. Ainsi Berlin, Dresde, Hambourg, Cologne ou Breslau. Une part considérable du patrimoine artistique fut perdue[24].

« Legs politique » et mémoire

La défaite finale du IIIe Reich laisse l'Allemagne en ruines et la fait disparaître en tant qu'État indépendant jusqu'en 1949, et en tant que pays unifié jusqu'en 1990. 5 millions de soldats allemands sont morts au front et 3 millions de civils sous les bombes. 11 millions d'Allemands présents depuis des siècles sont chassés des pays d'Europe centrale et orientale en représailles aux exactions du IIIe Reich. L'actuel territoire de la République Fédérale d'Allemagne est inférieur d'un tiers à celui du Reich de 1914.

Après leur capture, les 16 plus hauts dirigeants du IIIe Reich encore vivants sont jugés au procès de Nuremberg en 1946, lequel déclare également organisation criminelle plusieurs piliers du régime : le NSDAP, la SS, la Gestapo et le cabinet du Reich. Plusieurs chefs nazis se sont suicidés, tels Adolf Hitler, Heinrich Himmler, Joseph Goebbels. D'autres, en fuite, seront traqués et retrouvés, tels Adolf Eichmann, jugé et pendu à Jérusalem en 1962. D'autres sont morts libres après s'être réfugiés en Amérique du Sud (Josef Mengele) ou dans le monde arabe. La dénazification imposée à l'Allemagne après 1945, ainsi qu'une série de procès et de révocations, n'a pas empêché de très nombreux serviteurs du IIIe Reich de faire de bonnes carrières administratives, économiques ou politiques après la guerre, sans être jamais inquiétés, même lorsque très compromis. Tout comme les Russes, les Américains recyclèrent des agents gestapistes, tels Klaus Barbie, entré au service de la CIA, ou des scientifiques compromis tels Wernher von Braun.

Adolf Hitler partage avec Staline le privilège d'avoir brisé la continuité historique de son pays[25] ; de surcroît, la "catastrophe allemande"[26] ne s'est pas produite dans un pays arriéré aux mœurs traditionnellement brutales. Les Nazis accèdent au pouvoir légalement, dans l'un des pays les plus développés et les plus cultivés du monde, célèbre pour son abondance de philosophes, d'artistes et de savants. Dès lors la question de la "culpabilité" du peuple allemand dans l'avènement du IIIe Reich et de son degré d'adhésion à ses actes (Schuldfrage) n'a cessé de hanter la conscience nationale depuis la fin de la guerre. Elle a longtemps pesé lourdement sur l'image de l'Allemagne et des Allemands à l'étranger, et sur sa place en Europe et dans le monde. Pendant la Guerre froide, RFA et RDA se renvoyèrent l'accusation d'être les continuateurs du IIIe Reich. Des personnalités comme le philosophe Martin Heidegger ou le chef d'orchestre Herbert von Karajan ont traîné toute leur vie comme un boulet d'avoir adhéré au parti nazi et de s'être montrés incapables de s'expliquer clairement sur leur adhésion au IIIe Reich.

Camp de Buchenwald, près de Weimar, le 24 avril 1945.

En dépit de ce passé, quelques nostalgiques, ainsi que les néo-nazis ou les négationnistes, vantent encore aujourd'hui la grandeur du IIIe Reich, prétendant par exemple que "le procès de Nuremberg [c'] est celui de l'homme blanc, que les chambres à gaz n'ont jamais existé, elles sont tout droit sorties du néant"[27]. Ces individus, parfois apparentés au mouvement skinhead nazi, sont ultra-minoritaires et guère médiatisés, et ce sont surtout leurs frasques violentes qui les mettent en lumière, comme en Angleterre avec le paki bashing, ou encore dans certaines tribunes de supporters de football dites ultras.

Du fait de l'ampleur inédite de ses crimes, le IIIe Reich est reconnu aujourd'hui comme l'un des épisodes les plus noirs et les plus traumatisants de l'histoire de l'Allemagne et de celle de l'humanité. Ses emblèmes et son apologie sont interdits dans la plupart des pays occidentaux. Certains ont aussi adopté des lois contre les négateurs de ses crimes contre l'humanité, comme en France, en Autriche ou en Allemagne même. Sans équivalents même dans l'URSS stalinienne, sa "violence congénitale"[28], son idéologie raciste et ses volontés expansionnistes et génocidaires, et surtout la spécificité radicale amplement établie de la Shoah, singularisent communément le IIIe Reich comme un régime intrinsèquement criminel. Il pose de ce fait à l'historiographie mais aussi à la conscience universelle des angoisses et des interrogations jamais totalement résolues.

Notes et références

  1. J.M. Argelès, « La terreur en Allemagne avant 1939 », in Une si longue nuit, dir. St. Courtois, 2003.[réf. incomplète]
  2. Pierre Milza, Les Fascismes, Imprimerie Nationale, 1985, p. 242.
  3. Le système concentrationnaire nazi->L’histoire des camps->Étape 1: la terreur politique et totalitaire : 1933-1937
  4. Jean-Yves Le Naour, La Honte noire, 2000
  5. Eric Johnson, La Terreur nazie. La Gestapo, les Juifs et les Allemands ordinaires, 1999, tr. fr. Albin Michel, 2001
  6. Ian Kershaw, L'opinion publique en Bavière sous le nazisme, 1975
  7. Martin Broszat
  8. Propos d'Hitler à ses généraux rapporté par Hannah Arendt
  9. Kershaw
  10. Albert Speer, Perrin, 2001
  11. J-M Brohm, 1936, Les Jeux olympiques à Berlin, Bruxelles, André Versaille éditeur, 2008.
  12. Atlas du IIIe Reich, coll. Autrement
  13. les 3 K : Kirche, Kinder, Küche en français « église, enfants, cuisine »
  14. Du moins si leurs caractéristiques raciales le leur permettaient : jusqu'en 1945, 200 000 femmes furent stérilisées
  15. Alfred Wahl, L'Allemagne de 1918 à 1945, op. cit.
  16. Alfred Wahl, L'Allemagne de 1918 à 1945, Armand Colin 1999, p 118-119
  17. Alfred Wahl, p 144
  18. a  et b ushmm, l'expansion allemande avant la guerre, encyclopédie de la Shoah, consulté le 5 novembre 2007
  19. Alfred Wahl, p 144
  20. Alfred Wahl, p 147
  21. Joachim Fest, Albert Speer, Perrin, 2001
  22. J.P. Azéma
  23. Selon Ulrich Herbert dans Hitler's foreign workers, Cambridge, 1997
  24. Jörg Friedrich, L'Incendie. L'Allemagne sous les bombes, 2004
  25. Selon François Furet dans Le passé d'une illusion, Gallimard, 1995
  26. Friedrich Meinecke
  27. Citation extraite d'une chanson du groupe de RAC 9e Panzer Symphonie intitulée Le procès
  28. Philippe Burrin

Voir aussi

Articles connexes

Commons-logo.svg

Bibliographie

  • Pierre Ayçoberry, La société allemande sous le IIIe Reich, 1933-1945, Éditions du Seuil, coll. Points Histoire, 1998.
  • Pierre Ayçoberry, La question nazie, Le Seuil, 1979
  • Martin Broszat, L'État hitlérien, Fayard, 1985
  • Stéphane Courtois (dir.), Une si longue nuit. L'apogée des régimes totalitaires en Europe, 2004
  • François-Georges Dreyfus, Le IIIe Reich, Le Livre de Poche Références, 1997
  • Saul Friedländer, L’Allemagne nazie et les Juifs. T. 1, Les Années de Persécution (1933-1939), Seuil, 1997
  • Ian Kershaw, Hitler, 2 vol., Flammarion, 2000
  • Ian Kershaw, Qu’est-ce que le nazisme ? Problèmes et perspectives d’interprétation, tr. fr. Gallimard, 1992
  • Eugen Kogon, L'État SS, Le Seuil, 1970
  • Eric Michaud, Un art de l'éternité. L'image et le temps du national-socialisme, Paris, Gallimard, 1996
  • Léon Poliakov, Bréviaire de la haine. Le IIIe Reich et les Juifs, Gallimard, 1959
  • William L. Shirer, Le Troisième Reich des origines à la chute (titre original : "The Rise and Fall of the Third Reich", publié par Simon & Schuster en 1960), traduction non attribuée, Stock, Paris, novembre 2007 (1er édition en 1961), 2 vol., 1275 p., (ISBN 2234022983)
  • Peter Reichel, La Fascination du nazisme, Odile Jacob, 1993
  • Alfred Wahl, L'Allemagne de 1918 à 1945, Armand Colin, coll. Cursus Histoire, 2001.
  • Günter Weisenborn, Une Allemagne contre Hitler, Ed. du Félin, 2000
  • Portail de l’Allemagne Portail de l’Allemagne
  • Portail du nazisme Portail du nazisme
  • Portail de la Seconde Guerre mondiale Portail de la Seconde Guerre mondiale

Ce document provient de « Troisi%C3%A8me Reich ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article 3eme reich de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • 3ème reich — Troisième Reich Großdeutsches Reich (de) (Grand Reich allemand) ↓ 1933   1945 …   Wikipédia en Français

  • 33ème Division SS de Cavalerie (3ème Hongroise) — 33e division SS de grenadiers volontaires Charlemagne Pour les articles homonymes, voir Charlemagne (homonymie). 33e Waffen Grenadier Division der SS Charlemagne Blason de la Division Charlemagne …   Wikipédia en Français

  • 39-45 (magazine) — 39/45 Magazine Pays  France Langue Français Périodicité Mensuel …   Wikipédia en Français

  • Kolonialpolitisches Amt der NSDAP — Das Kolonialpolitische Amt der NSDAP wurde 1934 gegründet. Aufgabe war die Planungen zur erneuten Inbesitznahme der ehemaligen deutschen Kolonien. Nachdem das Amt zu Beginn des Zweiten Weltkrieges an Bedeutung gewonnen hatte, wurde es nach der… …   Deutsch Wikipedia

  • Werner Mölders — W. Mölders en octobre 1940 Werner Mölders, né le 18 mars 1913 à Gelsenkirchen et mort le 22 novembre 1941 à Breslau, était un officier de la Luftwaffe et un as de la chasse aérienne durant la …   Wikipédia en Français

  • Henri Ueberschlag — Henri Ueberschlag, né le 13 mars 1912 à Hamborn Duisbourg en Allemagne et mort le 15 avril 1976 à Pau, est un médecin psychiatre français. Promoteur de l hôpital psychiatrique ouvert sur le monde en rupture totale avec l’asile …   Wikipédia en Français

  • Langatte — 48° 45′ 24″ N 6° 58′ 54″ E / 48.7567, 6.9817 …   Wikipédia en Français

  • Loi Fabius-Gayssot — Loi Gayssot Loi Gayssot Titre Loi no 90 615 du 13 juillet 1990 tendant à réprimer tout acte raciste, antisémite ou xénophobe Code NOR : JUSX9010223L Pays  France Type …   Wikipédia en Français

  • Loi Gayssot — Titre Loi no 90 615 du 13 juillet 1990 tendant à réprimer tout acte raciste, antisémite ou xénophobe Code NOR : JUSX9010223L Pays  France Type …   Wikipédia en Français

  • Élodie Varlet — Elodie Varlet Données clés Nom de naissance Elodie Varlet Surnom Elo Naissance 21 juin 1984 (1984 06 21) (27 ans) Villeneuve d Ascq …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”