2e régiment de tirailleurs algériens

Le 2e Régiment de Tirailleurs Algériens était un régiment d'infanterie appartenant à l'Armée d'Afrique qui dépendait de l'armée de terre française.

En activité entre 1842 et 1962, il se distingue notamment au cours de la guerre du Mexique, lors de la bataille de San Lorenzo, qui lui vaut la Légion d'honneur puis surtout lors de la Première Guerre mondiale, au cours de laquelle il reçoit la fourragère aux couleurs du ruban de la croix de la Légion d'honneur (cité six fois à l'ordre de l'Armée) et voit son drapeau décoré de la Médaille militaire.

Le drapeau du 2e Régiment de Tirailleurs Algériens est l'un des 4 drapeaux de régiments de l'Armée française décorés à la fois de la Légion d'honneur et de la Médaille Militaire[1],[2],[3].

Il est dissout en 1962.

2e Régiment de Tirailleurs Algériens
2e RTA.jpg

insigne régimentaire du 2e R.T.A

Période 18561962
Pays Drapeau de France France
Branche Armée de Terre
Type Régiment de Tirailleurs
Rôle Infanterie
Garnison Mostaganem (détachement à Tiaret et Mascara) puis Oran.
Ancienne dénomination 2eBataillon de Tirailleurs Indigènes d'Oran.
Devise Dieu avec nous, avec notre Drapeau et avec la France
Inscriptions sur l’emblème Laghouat 1852
Sébastopol 1854-1855
Solférino 1859
San Lorenzo 1863
Champagne 1915
Verdun 1916
L'aisne 1917
Picardie 1918
Tunisie 1942-1943
Indochine 1947-1954
AFN 1952-1962
Guerres guerre de Crimée
guerre du Mexique
Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Guerre d'Indochine
Batailles Bataille de San Lorenzo
Fourragères Légion d'honneur
Décorations Légion d'honneur
Médaille militaire
Croix de guerre 1914-1918
six palmes
Croix de guerre 1939-1945
une palme
Une Citation à l'Ordre de l'Armée (en janvier 1951)

Sommaire

Création et différentes dénominations

  • 1842 : 2e Bataillon de Tirailleurs Indigène d'Oran
  • 1856 : 2e Régiment de Tirailleurs Algériens
  • 1962 : dissolution du régiment

Campagnes

Colonels/chef-de-brigade

  • 28/03/1913 - 25/08/1914 : Colonel Deshayes de Bonneval **

(*) Officier qui devint par la suite général de brigade. (**) Officier qui devint par la suite général de division.

Historique des garnisons, combats et batailles du 2e Régiment de tirailleurs algériens

De 1842 à 1852

Second Empire

De 1871 à 1914

Première Guerre mondiale

  • Combat sur le front français
  • 1914: Vers Charleroi : Oret, Mettet (23 août), Florennes (24 août).Retraite des IIIe et IVe Armées : Courgivaux, Petit-Morin. Bataille de la Marne : Cuts-la-Pommeraye (15-17 septembre).
  • 1915: Ire et IIIe Armées en Argonne et sur la Meuse : Plateau des Loges o Bataille de Champagne : attaque du 25 septembre, Epine de Védegrange.
  • 1916: Bataille de Verdun : Louvemont, Côte-du-Poivre (février), Souville (juillet). Reprise des Forts de Douaumont et de Vaux : Bois le Chaume, Bezonveaux (15 décembre).
  • 1917: Verdun : Cote 304
  • 1918: Moreuil (8 août), Noyon (28 août). Chauny, Ternier.

Entre-deux-guerres

Seconde Guerre mondiale

Le 2e RTA participe à la campagne de Tunisie où il se distingue au col du Faid. Lors de la campagne d'Italie, il vient renforcer la 2e D.I.M du Corps expéditionnaire français, commandé par le général Juin puis est dissous en aôut 1944. Ses bataillons remplacent leurs homologues au sein des 5e, 6e, et 8e R.T.M.

De 1945 à nos jours

Faits d'arme faisant particulièrement honneur au régiment

Prise d'un drapeau mexicain à la bataille de San Lorenzo, par le tirailleur Khalel Ali.

Devise

« Dieu avec nous, avec notre Drapeau et avec la France »

Drapeau

Drapeau du 2e RTA décoré de la Légion d'honneur et de la médaille militaire le 13 juillet 1919 à Paris, place de l'Hôtel-de-Ville

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[4],[5]:

2e régiment de tirailleurs algériens - drapeau.svg

Décorations

fourragère à la couleur du ruban de la croix de la Légion d'honneur

Medaille-legion-chevalier.jpgMédaille militaire de l'adjudantchef Mespléde.jpgCroix de Guerre 1914 met negen palmen.jpgCroix de Guerre 39 45.jpg

Citations militaires

Première Guerre mondiale

Décret du 5 juillet 1919 portant attribution de la Médaille Militaire au drapeau du 2e RMT[6] 

« Héroïque régiment qui a surpassé, au cours de la campagne, les plus glorieuses traditions d'une histoire qui lui avait déjà valu la croix de la Légion d'honneur. Engagé à fond, dès le 22 août 1914, sur la Sambre, il fait énergiquement tête à l'ennemi, le 23 à Oret, le 24 à Florennes et le 29 à Guise, où il enlève à la baïonnette la ferme de Bertaignemont. Les 15, 16 et 17 septembre, après l'héroïque résistance de Cuts (Oise), il marque, à Tracy-le-Mont et à Quennevières, le terme définitif de l'offensive des armées allemandes sur la route de Noyon à Paris. Le 25 septembre 1915, il prend, à la bataille de Champagne, une part des plus glorieuse, attache ensuite son nom à la défense de Verdun, où il déploie pendant deux années consécutives, ses plus belles qualités militaires : inébranlable dans le sacrifice, irrésistible dans l'attaque. Héroïquement, il arrête la ruée allemande à Louvemont les 23, 24 et 25 février 1916, et à Avocourt, d'avril à juillet. Le 15 juillet, il engage, devant Fleury, la magnifique contre-offensive qui se poursuivra ensuite sans arrêt jusqu'au 15 décembre 1916, date à laquelle dans un élan splendide, il rejette définitivement l'ennemi en Woëvre, au-delà du Bois la Chaume. Après avoir cueilli une nouvelle palme, le 16 avril 1917, devant Brimont, il termine la brillante série de ses combats devant Verdun par l'enlèvement de la côte 344, le 25 novembre 1917. Porté devant Amiens en avril 1918, il contient l'ennemi, reprenant le terrain perdu pied à pied pendant trois mois. Enfin, les 8, 9 et 10 août, il brise le front allemand en enlevant le bois de Moreuil, le Plessier, Guerbigny, dans une course de 22 kilomètres qui ouvre la route de Roye. Transporté sur la Divette, il s'empare de vive force de Noyon, Chauny, Tergnier, bouscule l'ennemi dans une poursuite ardent jusqu'aux portes de La Fère. À peine retiré des combats, il est reporté de nouveau sur la Serre et continue la poursuite en direction d'Hirson et de la Belgique où il s'arrête le 11 novembre, à Baileux, capturant, au cours de cette magnifique épopée, 73 canons dont 19 lourds, plus de 1000 prisonniers et un énorme matériel de guerre. »

— Décret du 5 juillet 1919 portant attribution de la Médaille Militaire au drapeau du 2e R.M.T

Texte des six citations à l'ordre de l'Armée obtenues au cours de la Première Guerre mondiale

« Le 25 septembre 1915, aux ordres du colonel Bourgue, après avoir, en face d'objectifs particulièrement difficiles, fourni six compagnies à l'assaut des premières vagues, a gagné d'un élan sous les tirs de barrage et les feux de mitrailleuses, une position très avancée par rapport aux unités voisines. A fourni trois attaques dans la journée du 26, marquant deux fois un progrès nouveau, parvenant au contact de la deuxième position ennemie et prenant deux canons. Est resté en ligne jusqu'au 1er octobre, sous un jeu très dur d'artillerie lourde, organisant énergiquement et solidement le terrain conquis. »

— 1re citation obtenues lors de la Seconde bataille de Champagne (septembre 1915),Ordre du 28 janvier 1916

« Le 15 décembre 1916, sous le commandement du lieutenant-colonel de Saint-Maurice, s'est élancé à l'attaque avec un superbe élan, malgré les difficultés du terrain et la violence du bombardement. Après avoir surmonté dès le début les résistances opiniâtres de l'ennemi, a atteint son objectif et s'y est maintenu malgré de violentes contre-attaques. A fait de nombreux prisonniers, capturé 9 canons et un matériel de guerre important. »

— 2e citation obtenue lors de la Bataille de Verdun (décembre 1916), Ordre du 5 janvier 1917

« Le 16 avril 1917, enlevé et soutenu par l'indomptable énergie de son chef, le lieutenant colonel de Saint-Maurice, a atteint la deuxième position allemande, maintenant étroitement la liaison qu'il était chargé d'assurer avec une division voisine. Bien qu'à bout de forces, a accompli imperturbablement sa mission pendant trois jours, et s'est élancé de nouveau à l'attaque le 19 avril avec son intrépidité habituelle. »

— 3e citation obtenue lors de la Bataille du Chemin des Dames (avril 1917), Ordre du 23 septembre 1918

« Sous les ordres du lieutenant-colonel d'Auzac de La Martinie, a montré une fois de plus, au cours des trois journées des 8, 9 et 10 août 1918, les qualités guerrières qui font de lui une merveilleuse troupe d'attaque, irrésistible et dévouée jusqu'à l'héroïsme. À traversé les lignes ennemies sur une profondeur de plus de 22 kilomètres, enlevant d'assaut des villages, nettoyant des bois, franchissant l'Avre en amont de Guerbigny sur des passerelles et sous un jeu violent. À capturé 23. canons dont 12 lourds, des mitrailleuses, un matériel considérable, ainsi que plusieurs centaines de prisonniers. »

— 4e citation obtenue lors de la 3e bataille de Picardie (août 1918), Ordre du 30 septembre 1918

« Régiment d'assaut qui a conservé dans cette guerre les rudes et éclatantes traditions de l'arme blanche et de la baïonnette française, sous le commandement énergique et l'impulsion irrésistible de son chef, le lieutenant-colonel d'Auzac de La Martinie, a franchi de vive force le Canal du Nord le 29 août 1918. Le même jour a emporté d'assaut, après de rudes combats de rues, une ville importante (Noyon) dont il conservait la possession malgré une violente contre-attaque brisée à la baïonnette. Malgré les durs sacrifices stoïquement consentis, sous une réaction très violente d'artillerie, s'est élancé le 30 août à l'attaque frontale d'un piton dominant la ville de 100 mètres (Mont Saint-Siméon), enlevant encore à la baïonnette des prisonniers appartenant à 2 bataillons différents et 26 mitrailleuses en action. »

— 5e citation obtenue lors de la 2e bataille de Noyon (septembre 1918), Ordre du 13 octobre 1918

« Rude et glorieux régiment qui s'est couvert de gloire au cours de la campagne et notamment à Verdun. À peine retiré des combats brillants qui lui valaient une citation à l'ordre de l'armée, a été réengagé, le 27 octobre 1918, sous le commandement du lieutenant-colonel d'Auzac de La Martinie. A montré beaucoup d'endurance et de vaillance dans l'attaque de la forte position de Hérie-la-Viéville. Dans une poursuite acharnée, s'est distingué par son mordant et son âpreté au combat, bousculant les arrière-gardes ennemies de jour et de nuit. S'est emparé d'Hirson en empêchant l'ennemi d'achever la destruction des ponts. A capturé 35 canons, dont 10 lourds, et un important matériel. »

— 6e citation obtenue lors de la 2e bataille de Guise (novembre 1918), Ordre du 8 février 1919

Personnages célèbres ayant servi au 2e RTA

Notes

  1. 2e régiment de tirailleurs algériens, Régiment de marche de la Légion étrangère (RMLE), Régiment d’infanterie coloniale du Maroc (RICM), 3e Régiment de Zouaves
  2. La Médaille Militaire
  3. La Légion d'Honneur
  4. Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, n°27, 9 novembre 2007
  5. Arrêté relatif à l'attribution de l'inscription AFN 1952-1962 sur les drapeaux et étendards des formations des armées et services, du 19 novembre 2004 (A) NORDEF0452926A Michèle Alliot-Marie
  6. Bulletin des lois de la République française, éd. Imprimerie royale, Paris, 1919, p. 2032

Bibliographie

  • Pierre Paul Jean Jacques Maurice Martin, Historique de 2e régiment de tirailleurs algériens, rédigé sur l'ordre du colonel, Publié par H. Charles-Lavauzelle, 1894, 551 p.

Voir aussi

Liens internes

Lien externe



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article 2e régiment de tirailleurs algériens de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • 2e Régiment de tirailleurs algériens — Le 2e Régiment de Tirailleurs Algériens est créé en France en 1842, à partir du 2e bataillon de tirailleurs indigènes d Oran. En 1856, sous le second Empire, il devient 2e R.T.A. Il se distingue notamment lors de la guerre du Mexique (bataille de …   Wikipédia en Français

  • 2e regiment de tirailleurs algeriens — 2e régiment de tirailleurs algériens Le 2e Régiment de Tirailleurs Algériens est créé en France en 1842, à partir du 2e bataillon de tirailleurs indigènes d Oran. En 1856, sous le second Empire, il devient 2e R.T.A. Il se distingue notamment lors …   Wikipédia en Français

  • 2e Régiment de Tirailleur Algériens — 2e régiment de tirailleurs algériens Le 2e Régiment de Tirailleurs Algériens est créé en France en 1842, à partir du 2e bataillon de tirailleurs indigènes d Oran. En 1856, sous le second Empire, il devient 2e R.T.A. Il se distingue notamment lors …   Wikipédia en Français

  • 5e régiment de tirailleurs algériens — Le 5e régiment de tirailleurs algériens est un régiment d infanterie de l armée de terre française, créé en 1913. Il est dissous en 1940, recréé de 1951 à 1961 comme 5e B.T (bataillon de tirailleurs) puis en 1961 comme 5e R.T (régiment de… …   Wikipédia en Français

  • 13e regiment de tirailleurs algeriens — 13e régiment de tirailleurs algériens Le 13e Régiment de Tirailleurs Algériens est un régiment d infanterie de l armée de terre françaises. Créé en 1914 comme 2e régiment Mixte de Zouaves et de Tirailleurs. En 1918 RMT, puis 13e RTA en 1920, 1940 …   Wikipédia en Français

  • 5e regiment de tirailleurs algeriens — 5e régiment de tirailleurs algériens Le 5e régiment de tirailleurs algériens est un régiment d infanterie de l armée de terre française, créé en 1913. Il est dissous en 1940, recréé de 1951 à 1961 comme B.T (bataillon de tirailleurs) puis en 1961 …   Wikipédia en Français

  • 3e régiment de tirailleurs algériens — insigne régimentaire du 3e R.T.A Période 1856 – 1962 Pays …   Wikipédia en Français

  • 7e régiment de tirailleurs algériens — Insigne régimentaire du 7e RTA (Type 3 Fabrication Drago PARIS,25 rue Béranger III ) …   Wikipédia en Français

  • 7e regiment de tirailleurs algeriens — 7e régiment de tirailleurs algériens 7e régiment de tirailleurs algériens insigne régimentaire du 7e RTA Période 1913 – 1964 Pays …   Wikipédia en Français

  • 13e régiment de tirailleurs algériens — Le 13e Régiment de Tirailleurs Algériens était un régiment d infanterie appartenant à l Armée d Afrique qui dépendait de l armée de terre française. Créé en 1914 comme 2e régiment mixte de zouaves et tirailleurs, il devient le 13e RMT en 1918… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”