Édouard Auguste Nousveaux
Pirogue franchissant les brisants de Guet-N'Dar, aquarelle inédite de Nousveaux publiée en noir et blanc dans Côte occidentale d'Afrique (1890)

Édouard Auguste Nousveaux (né à Paris en 1811 et décédé dans la même ville en 1867) est un peintre paysagiste et un aquarelliste français. Après une série de paysages remarqués au Salon de Paris, l'occasion lui est donnée de rejoindre le capitaine de vaisseau Bouët-Willaumez sur les côtes africaines et il devient ainsi un témoin privilégié de la société coloniale au Sénégal pendant la Monarchie de Juillet[1],[2]. Telles quelles ou réinterprétées par d'autres artistes, plusieurs de ses œuvres illustrent des ouvrages et des revues de voyage, Nousveaux a également produit des lithographies de sites parisiens, avant et après son expérience africaine.

Sommaire

Biographie

Né à Paris le 4 septembre 1811, il se forme à l'École des beaux-arts de Paris sous la direction de Dufresnois[2]. À partir de 1831, à peine âgé de 20 ans, il expose au Salon de Paris. Cette année-là il se déclare domicilié au no 56 de la rue du Faubourg-Saint-Denis[3]. Le Salon de 1834 lui prodigue ses encouragements : « Nous engageons M. Nousveaux à suivre la voie dans laquelle il débute si bien ; nous le retrouverons sans doute l'année prochaine en progrès, s'il continue comme il a commencé[4] ». En 1835 il vit au no 28 de la rue des Petits-Hôtels, dans le futur 10e arrondissement[5].

Une revue critique de la quatrième exposition annuelle des Beaux-Arts au Musée de Rouen en 1836 porte un jugement mitigé sur l'unique œuvre présentée par Nousveaux et y décèle déjà des velléités exotiques :

« Un paysage (209) : au centre un grand arbre probablement étudié avec soin sur la nature, mais d'une configuration si insolite, avec des embranchemens si contournés, si tourmentés, si capricieux, qu'il ressemble bien plutôt à quelqu'une de ces végétations presque fantastiques dont les voyageurs aux rives du Niger ou du Gange, garnissent leurs albums, qu'au prosaïque poirier de nos masures qui, cependant, a dû servir de modèle. Des terrains accidentés, des arbres coupés, les fondrières obligées d'un chemin vicinal, tout cela étudié avec minutie, mais rendu avec quelque sécheresse et peint avec lourdeur[6]. »

Lorsque le peintre Stanislas Darondeau – qui était chargé de représenter les paysages et les mœurs des régions explorées au cours de l'expédition conduite par le gouverneur Bouët-Willaumez – meurt en 1842 à son retour en France, des suites d'une maladie contractée au Sénégal[7], son collègue Nousveau, alors âgé de 31 ans, « arriva à la côte pour continuer ses œuvres et compléter un magnifique album pittoresque, que le département de la marine se dispose à publier incessamment »[8].

De retour en France, Nousveaux expose neuf aquarelles lors du Salon de 1845. Arthur Guillot les commente ainsi :

« [elles] appartiennent au ministère de la marine et font partie d'un ouvrage sur le Sénégal et les côtes occidentales d'Afrique. Ces aquarelles, dont plusieurs ne sont, à vrai dire, que des croquis, offrent cependant beaucoup d'intérêt, en ce sens qu'elles représentent des contrées où nos paysagistes s'aventurent rarement, et qu'elles permettent de saisir çà et là quelques traits de la vie de ces pays lointains[9]. »

Il vit à Paris et, en 1847, son atelier se trouve au no 31 de la rue du Faubourg-du-Roule[10]. Il achève encore dans la capitale quelques travaux sur le thème du Sénégal.

Puis, autour de l'année 1850 il réalise une série de lithographies de sites parisiens, tels que la Sorbonne ou le Collège des Cholets, qui ont fait l'objet de critiques parfois sévères. Nousveaux, fidèles à des modèles – notamment ceux de François Alexandre Pernot – fort éloignés de la réalité, aurait donc contribué à diffuser des inexactitudes, comme l'affirme A. Bonnardot :

« Je suis désolé, je l'avoue, de pouvoir si rarement citer une pièce de cet artiste de talent et d'imagination, sans être obligé de faire une sévère critique de ses œuvres qui, à peu d'exceptions près, donnent du vieux Paris, des portraits faux ou pleins d'anachronismes[11]. »

Il y a peu de traces d'une production artistique significative au-delà de cette période. Édouard Auguste Nousveaux meurt à Paris en 1867, au retour d'une expédition militaire[2].

Passionné de voyages, il avait collaboré à plusieurs périodiques tels que Le Magasin pittoresque ou L'Illustration.

Distinctions

Titulaire de la médaille de 3e classe du Salon de Paris (1839), il était également chevalier de la Légion d'honneur (1847)[12].

Postérité

Des périodiques tels que Le Tour du monde publient des dessins inspirés des aquarelles de Nousveaux. C'est ainsi que l'article « Voyages et expéditions au Sénégal et dans les contrées voisines[13] » publié en 1861 est notamment illustré de quatre dessins d'Évremond de BérardSaint-Louis, chef-lieu des établissements français du Sénégal ; Ancien fort de Richard-Toll ; Fort de Lampsar dans le Oualo ; Fort de Mérinaghem dans le Oualo, sur le lac de Guiers – et de deux dessins de G. Boulanger – Signare dame de couleur et négresses de Saint-Louis au bain de mer ; Signare et négresse de Saint-Louis en toilette –, tous réalisés d'après des œuvres de Nousveaux.

Femme peule (1847)

Une vingtaine d'années après sa disparition, le colonel Frey utilise quelques-unes de ses aquarelles pour illustrer son ouvrage Côte occidentale d'Afrique : vues, scènes, croquis, publié en 1890[14]. La diffusion de l'ouvrage contribue à la notoriété de l'artiste.

Plus généralement, l'œuvre sénégalaise de Nousveaux a été abondamment reproduite, non seulement ses paysages, mais aussi les personnages qu'il met en scène, les signares, ainsi que les types ethniques, les Peuls (le berger, le guerrier, la femme)[15] ou les Wolofs[16] principalement. On retrouve ainsi les figures peules dans La France coloniale illustrée (1888), sans indication d'auteur et avec des légendes simplifiées[17]. La réflexion contemporaine, par exemple le colloque L'idée de « race » dans les sciences humaines et la littérature (XVIIIe - XIXe siècles) (2000)[18], souligne la place de l'iconographie dans la propagation des stéréotypes. De fait « l'album pittoresque », confié à Darondeau puis à Nousveaux, était bien destiné à la propagande maritime et coloniale auprès des jeunes Français[19]. Comme d'autres illustrateurs de la littérature coloniale, il a contribué à fixer une certaine vision du continent[20].

Sélection d'œuvres

Place et marché de Gorée (d'après une aquarelle inédite de Nousveaux, in Côte occidentale d'Afrique, 1890)
Le Collège de Sorbonne en 1550 (d'après Pernot, vers 1850)
  • Ustensiles textiles de la Sénégambie, peinture, non daté, Musée Crozatier, Le Puy-en-Velay[24]
  • Le Val de Grâce, mine de plomb et aquarelle, 13 x 18,5 cm
  • Le Collège de Sorbonne en 1550, lithographie en couleurs d'après François Alexandre Pernot, vers 1850, 22,3 x 13,5 cm[29]
  • Le Collège de Navarre (An 1440), lithographie coloriée d'après François Alexandre Pernot, vers 1850, 26,9 x 20,6 cm[29]
  • Restes du Collège des Cholets en 1820, lithographie d'après François Alexandre Pernot, vers 1850[29]

Notes

  1. Revue française d'histoire d'outre-mer, vol. 76, 1989, nos 282-285, p. 252
  2. a, b, c et d X. Ricou, Trésors de l'iconographie du Sénégal colonial, Riveneuve, Marseille, 2007, p. 224
  3. Explication des ouvrages de peinture, sculpture, gravure, lithographie et architecture des Artistes vivans : exposés au Musée Royal, le 1er mai 1831, Vinchon, Paris, 1831, p. 230
  4. Lettres sur le Salon de 1834, Delaunay, Paris, 1834, p. 334
  5. a, b et c Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure, et lithographie des artistes vivans exposés au Musée royal le 1er mars 1835, Vinchon, Paris, 1835, p. 161
  6. Revue de Rouen et de Normandie, Société des émules, Rouen, 1836, p. 65
  7. « Un jeune peintre paysagiste que nous avons eu occasion de citer quelquefois avec éloge, M. Nousveaux, vient d'être attaché, comme dessinateur, à la station extérieure d'Afrique, sous le commandement de M. Bouet, gouverneur provisoire du Sénégal. M. Nousveaux succède à M. Darondeau, dont nous avons eu à déplorer la mort récente, alors qu'il rentrait en France pour recueillir le fruit de ses travaux et de ses études », in L'Artiste, 1842, p. 181
  8. Édouard Bouët-Willaumez, Description nautique des cotes de l'Afrique occidentale, comprises entre le Sénégal et l'Équateur : commencée en 1838 et terminée en 1845 par les ordres de M. le contre-amiral Montagnies de la Roque, Impr. administrative de Paul Dupont, 1849 (2e éd.), p. XIV
  9. a, b, c, d et e « Salon de 1845 : Aquarelles, pastels , dessins », in La Revue indépendante, vol. 18-19, 1845, p. 507
  10. Annuaire des lettres, des arts et des théâtres avec gravures et illustrations, L'Époque, Paris, 1847, p. 286
  11. « Iconographie du vieux Paris », in Revue universelle des arts, vol. 9, 1859, p. 395-396
  12. H. W. Janson (dir.), Paris. Salon de 1866, vol. 46 de Catalogues of the Paris Salon, 1673 to 1881, Taylor and Francis, 1866, p. XLIV
  13. Le Tour du monde, 1er semestre 1861, p. 17-32
  14. Côte occidentale d'Afrique : vues, scènes, croquis, Marpon et E. Flammarion, Paris, 1890, 543 p. (en ligne sur Gallica [1])
  15. « Costumes de Peuls » in Le Magasin pittoresque, 1847, vol. 15, p. 174
  16. « Costumes Iolofs [sic] », in Le Magasin pittoresque, 1846, vol. 15, p. 324
  17. « Femme peule des bords du Sénégal » devient ainsi « Femme peule » dans Alexis-Marie Gochet, La France coloniale illustrée : Algérie, Tunisie, Congo, Madagascar, Tonkin et autres colonies françaises considérées au point de vue historique, A. Mame et fils, Tours, 1888, p. 171
  18. L'idée de « race » dans les sciences humaines et la littérature (XVIIIe - XIXe siècles), Actes du colloque international de Lyon, (16-18 novembre 2000), textes réunis et présentés par Sarga Moussa), L'Harmattan, 2003, 455 p. (ISBN 2-7475-4350-1)
  19. Dr. Cariou, « Un peintre colonial méconnu : Édouard Nousveaux », in Notes africaines, no 36-56, 1948, p. 46
  20. Voir aussi Jean-Marc Boutonnet-Tranier (dir.), L'Afrique fantastique par les explorateurs et les dessinateurs du XIXe siècle, Aethiopia Editions, Ivry-sur-Seine, 1993, 303 p. (ISBN 2-9507646-0-6) (une sélection d'articles publiés dans Le Tour du monde entre 1860 et 1890)
  21. National Library of Australia [2]
  22. National Library of Australia [3]
  23. In Voyages pittoresques et romantiques dans l'ancienne France, décrit dans Base documentaire régionale, Montpellier [4]
  24. a, b, c et d Base Joconde, Ministère de la Culture [5]
  25. Planche no 47 in Paris et ses environs reproduit par le daguerréotype, sous la direction de M. Ch. Philipon, chez Aubert et Cie, Paris, 1840
  26. Réunion des musées nationaux [6]
  27. Notice dans la base Joconde [7]
  28. Réunion des musées nationaux [8]
  29. a, b et c Notice dans la base Mnemosyne, INRP [9]

Voir aussi

Bibliographie

Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article : Ouvrage utilisé comme source pour la rédaction de cet article

  • Jean Luc Angrand, Céleste ou le temps des Signares (Éditions Anne Pépin).
  • Pierre André Cariou, « Un peintre colonial méconnu : Édouard Nousveaux », in Notes africaines, no 36-56, 1948, p. 46
  • Pierre André Cariou, « Un peintre colonial méconnu : Édouard Nousveaux », in Notes africaines, no 45, 1950, p. 46-47 (avec une liste d'aquarelles)
  • Xavier Ricou, Trésors de l'iconographie du Sénégal colonial, Riveneuve, Marseille, 2007, p. 224 (ISBN 978-2-914214-15-5) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Édouard Auguste Nousveaux de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Mary de Saint Jean — Signare1000BISPPM.jpg Sommaire 1 Biographie 2 Bibliographie …   Wikipédia en Français

  • Anna Colas Pépin — Sommaire 1 Historique 2 La Maison d Anna Colas Pépin 3 Iconographie d Anna Colas Pépin en France 4 Bibliographie …   Wikipédia en Français

  • Collection de peintures du musée Condé — La collection de peinture du musée Condé à Chantilly, comprend 800 peintures datant du XVe siècle au XIXe siècle. Les tableaux sont répartis dans presque toutes les salles selon le goût et les volontés du duc d Aumale. Ils sont… …   Wikipédia en Français

  • Barthélémy Durand Valantin — Portrait de Barthélémy Valantin. Barthélémy Durand Valantin (5 décembre 1806 1864), fils de la Signare Rosalie Aussenac de Carcassone de Gorée et de Durand Valantin natif de Marseille, était un notable métis de l île de Gorée et de Saint Louis du …   Wikipédia en Français

  • Stanislas Darondeau — Pour les articles homonymes, voir Darondeau. Stanislas Henri Benoît Darondeau, né à Paris en 1807 et mort à Brest le 12 juillet 1842[1]. Sa concession a été achetée par son frère Bénoni, le 22 juillet 1842. C est un peintre et un… …   Wikipédia en Français

  • Musée Rolin — Informations géographiques Pays France Ville Autun Coordonnées …   Wikipédia en Français

  • Le Magasin pittoresque — Pays  France Langue Fran …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”