Bergen-Belsen


Bergen-Belsen

52°45′28″N 9°54′28″E / 52.75778, 9.90778

Localisation de Bergen-Belsen
Localisation du camp de Bergen-Belsen

Bergen-Belsen, parfois appelé Belsen, était un camp de concentration nazi situé au sud-ouest de la ville de Bergen, près de la localité de Belsen, à une douzaine de kilomètres au nord-ouest de la ville de Celle, en Basse-Saxe (Allemagne), dans la lande de Lunebourg.

Sommaire

Histoire

Stèle d'entrée du camp.

D'abord camp de travailleurs, camp d'entrainement de la Wehrmacht, puis dépôt de matériel et d'armes, il est transformé en camp d'internement de prisonniers de guerre (1940), agrandi en vue de la guerre contre l'URSS. Il est transformé en camp d'échange 1943-1944, accueillant notamment des Juifs possédant une nationalité de pays neutre comme des Turcs ou des Espagnols de Salonique, des Juifs avec des papiers sud-américains, des Polonais à double nationalité, des Juifs « palestiniens », des femmes françaises de prisonniers de guerre, et leurs enfants, venues de Drancy en mai et juillet 1944, qui sont au camp de l'étoile.

Le camp de Bergen-Belsen est aussi un « camp de repos » en mars 1944 pour les détenus d'autres camps (Dora, Sachsenhausen, Dachau), incapables de travailler, épuisés ou trop âgés.

Le 2 décembre 1944 le camp est transformé en camp de concentration par le SS Josef Kramer venu d'Auschwitz avec des Kapos, des SS et des « Souris grises » (auxiliaires féminines de l’armée allemande). Les conditions s'aggravèrent avec l'arrivée de nombreux prisonniers transférés des camps d’Auschwitz, Buchenwald, Ravensbrück, Flossenburg, Mauthausen… devant l'avance des armées alliées.

Avec le surpeuplement, la désorganisation, les épidémies, la mortalité est très forte. Les Juifs d'échange du camp de l'étoile, du camp des Hongrois, du camp des neutres et du camp spécial, sont évacués par 3 trains pour Theresienstadt. Le troisième train, « le transport perdu », arrive près de Tröbitz en Saxe le 23 avril. Il est libéré par l'Armée rouge.

Le camp fut libéré par les troupes britanniques le 15 avril 1945. La mortalité resta toutefois élevée en raison d'une épidémie de typhus que les Britanniques ne purent circonscrire rapidement faute de moyens et d'avoir perçu immédiatement l'ampleur du problème. Le camp fut finalement mis en quarantaine et les baraques furent brûlées. Les cadavres furent ensevelis dans des fosses communes.

Environ 70 000 personnes y ont trouvé la mort, dont 20 000 prisonniers soviétiques. Parmi les victimes, Anne Frank et sa grande sœur Margot Frank, mortes en février (la date exacte reste inconnue) et le 31 mars 1945 à la suite du typhus, et deux anciens députés français : Claude Jordery, mort le 9 février de cette année, et Augustin Malroux, le 10 avril.

Prisonniers de guerre soviétiques

À partir de juin 1940, des baraquements furent construits pour les prisonniers de guerre, dont les premiers furent 600 soldats français et belges. À partir de mai 1941, il abrite le Stalag 311 (XI C). En juillet 1941, il y a déjà 20 000 prisonniers de guerre soviétiques qui ne sont pas internés dans des baraquements, mais internés en plein air. Les cinq baraques en pierre n'étaient pas encore construites. Jusqu'au début de l'année 1942, sur les 18 000 prisonniers de guerre soviétiques encore présents, 14 000 moururent de froid, de faim et de maladie. Les prisonniers soviétiques restants sont éliminés ou déportés ailleurs en avril 1943, tandis que les Français sont transférés à Fallingbostel.

Une petite partie du camp abrite un Lazaret ou hôpital militaire pour de nouveaux prisonniers de guerre, tandis que la plus grande partie du camp est donnée aux SS qui y font venir majoritairement des déportés juifs venus de pays extérieurs à l'Allemagne.

Un grand nombre de prisonniers de guerre soviétiques est enterré à un kilomètre du camp. Quatorze stèles rappellent le souvenir de ces 50 000 morts soviétiques (officiellement l'Allemagne en a reconnu ici 23 215).

Morts au Camp Bergen-Belsen

Parmi les milliers de personnes décédées à Bergen-Belsen on relève notamment les noms de :


Survivants du camp Bergen-Belsen

après la libération du camp en 1945

Plus de 125 000 personnes furent emprisonnées à Bergen-Belsen. Parmi les survivants, on note les noms de :

  • Boris Pahor (né en 1913), écrivain slovène
  • Émile Bollaert (1890-1978), haut fonctionnaire et résistant français
  • Israël Shahak (1933-2001), auteur et militant politique radical israélien
  • Jean Améry (1912-1978), écrivain et essayiste autrichien
  • Léon Delarbre (1889-1974), résistant, artiste peintre et conservateur de musée français
  • Léon Meyer (1868-1948), ancien député-maire du Havre
  • Pierre Bridonneau, résistant, historien et essayiste français
  • Zvi Koretz (1884-1945) grand rabbin de Salonique, mort du typhus très peu de temps après la libération du camp
  • Abbé Froidure (1899-1972), prêtre belge, fondateur d'œuvres sociales
  • Yves Castet (1922-1968) résistant français
  • Francine Christophe (née ne 1933), écrivaine française
  • Paulette Esther Lévy
  • Moshe Peer (1933-) écrivain, IBB inoubliable Bergen-Belsen (1993)

Commandants nazis et le personnel du camp

  • Adolf Haas (1893-1945), lieutenant-colonel SS, mit en place le camp en mai 1943 et le commanda jusqu'en décembre 1944. Il prit ensuite la tête d'un bataillon panzer SS et disparut le 1er mai 1945.
  • Josef Kramer (1906-1945), commandant SS du camp de décembre 1944 à avril 1945, condamné à mort à la Libération
  • Dr. Fritz Klein, médecin SS du camp
  • Dr. Siegfried Seidl, médecin SS du camp
  • Irma Grese (1923-1945), gardienne du camp, condamnée à mort à la Libération
  • Johanna Bormann
  • Elisabeth Volkenrath (1919-1945), gardienne du camp, condamnée à mort à la Libération
Libération du camp Bergen-Belsen 1945


Bibliographie

  • Albert BIGIELMAN, J’ai eu douze ans à Bergen-Belsen, préface de Simone Veil, Paris, éd. Le Manuscrit-Fondation pour la mémoire de la Shoah, (FMS), 2005, 150 p.
  • Francine CHRISTOPHE, Une petite fille privilégiée, Paris, L’Harmattan, Collection Mémoire du XXe siècle, 1996, 176 p. Une petite fille privilégiée : une enfant dans le monde des camps : 1942-1945, rééd. Paris, Pocket, 2001, 216 p.
  • Eberhard KOLB, Bergen-Belsen. Du « camp d’hébergement » au camp de concentration, 1943-1945, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1986, rééd. All. 2002, 106 p.
  • Monika GÖDECKE, Gedenkstätte Bergen-Belsen, Begleitheft zur Dauerausstellung, Celle, Stiftung niedersächsische Gedenkstätten, 2007, 72 S. (Le mémorial de Bergen-Belsen, guide de l’exposition, Fondation pour les mémoriaux de Basse-Saxe)

Voir aussi

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bergen-Belsen de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • BERGEN-BELSEN — BERGEN BELSEN, Nazi concentration camp near Hanover, Germany. It was established in July 1943 as an Aufenthaltslager ( transit camp ) in part of a prisoner of war camp, Stalag 311, and intended for prisoners whom the German government wished to… …   Encyclopedia of Judaism

  • Bergen-Belsen — Saltar a navegación, búsqueda Bergen Belsen, antiguo campo de concentración nazi situado a 11 millas al norte de Celle, en el estado de Baja Sajonia, Alemania. Monumento en el campo de concentración de Bergen Belsen …   Wikipedia Español

  • Bergen-Belsen — may refer to: * Stalag XI C Bergen Belsen (1940 1943), prisoner of war camp * Bergen Belsen concentration camp (1942 1945), on the site of the POW camp. * Bergen Belsen DP camp, a displaced persons camp set up by British forces in 1945 near the… …   Wikipedia

  • Bergen-Belsen — (izg. bèrgen bèlzen) m DEFINICIJA pov. u 2. svjetskom ratu nacistički logor smrti, blizu Lüneburga, Njemačka …   Hrvatski jezični portal

  • Bergen-Belsen — Stein am Eingang zum Friedhof auf dem historischen Lagergelände Friedhof auf dem historischen Lagergelände, mit Obelisk und Inschriftenwand, Jüdi …   Deutsch Wikipedia

  • Bergen-Belsen — Ger. /berdd geuhn bel zeuhn/; Eng. /berr geuhn bel seuhn/, n. Belsen. * * * or Belsen Nazi concentration camp near Bergen and Belsen, villages in what was then Prussian Hannover, Germany. Established in 1943 partly as a prisoner of war camp and… …   Universalium

  • Bergen-Belsen —    The concentration camp, which was located in Lower Saxony, was constructed in April 1943 as a detention camp designed to exchange German prisoners for German nationals in Allied countries whom the Reich wanted to repatriate. At the time Bergen …   Historical dictionary of the Holocaust

  • Bergen-Belsen — o Belsen Campo de concentración nazi ubicado cerca de las aldeas de Bergen y Belsen, en lo que por entonces era la provincia de Hannover, en Prusia, Alemania. Establecido en 1943, en parte como un campo de prisioneros de guerra y en parte como un …   Enciclopedia Universal

  • Bergen-Belsen — geographical name see Belsen …   New Collegiate Dictionary

  • Bergen-Belsen — Ber•gen Bel•sen [[t]ˈbɜr gənˈbɛl sən, zən, ˈbɛər [/t]] n. why See under Belsen …   From formal English to slang


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.