Louis Armand (ingénieur)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Louis Armand et Armand.

Louis Armand, né à Cruseilles (Haute-Savoie), le 17 janvier 1905 et mort le 30 août 1971 à Villers-sur-Mer (Calvados), est ingénieur, haut fonctionnaire et résistant français. Il est dirigeant d'entreprises publiques, dans le domaine ferroviaire et de l'énergie atomique.

Sommaire

Biographie

Il est dispensé des classes de sixième et de cinquième, pour entrer directement en classe de quatrième au lycée Berthollet à Annecy, puis au lycée du Parc à Lyon, avant de poursuivre ses études supérieures à l’École polytechnique (promotion 1924). Il en sort deuxième et choisit le corps des Mines, et en 1926, il sort major de l’École des mines.

En 1928, il épouse Geneviève Gazel, fille d'un enseignant de Cruseilles.

À partir de 1929, il est ingénieur aux Mines de Clermont-Ferrand et il se consacre à des travaux sur les eaux minérales, puis entre en 1934 à la Compagnie du chemin de fer Paris-Lyon-Méditerranée (PLM), dont il sera directeur général adjoint. En 1938, il devient ingénieur en chef de la SNCF nouvellement créée.

Plaque commémorative,
30, avenue de Villiers, Paris

En février 1943, il organise le groupe « Résistance-fer » avec le soutien de Jean-Guy Bernard du réseau Noyautage des Administrations Publiques. Après l’arrestation de Jean-Guy Bernard en janvier 1944, il prend la direction du réseau secondé par Jean Marthelot. Le 25 juin 1944, Louis Armand est arrêté par la Gestapo. Il sort de la prison de Fresnes grâce à la libération de Paris et reçoit la Croix de la Libération par décret du 18 novembre 1944.

En 1945, il est nommé directeur général adjoint de la SNCF, puis directeur général en juin 1949. De 1951 à 1959, il est président de l'Union internationale des chemins de fer. En 1957, il crée la Société du tunnel sous la Manche et relance les études, qui n'auront pas de suite, avec des Britanniques. En 1958 et 1959, il préside aussi la communauté européenne de l'énergie atomique (Euratom).

À la tête de la SNCF, il attache une grande importance à la recherche industrielle et est responsable d'innovations capitales dans le domaine de la traction ferroviaire. Il améliore le système de traitement des eaux d'alimentation des locomotives à vapeur et est à l'origine du choix de la traction électrique alimentée en courant alternatif à fréquence industrielle de 50 Hz. La locomotive intègre un transformateur abaisseur de tension qui alimente soit des moteurs directs (système abandonné par la suite),soit un convertisseur mono-triphasé suivi de moteurs triphasés, soit un redresseur (ou un convertisseur) suivi de moteurs à courant continu . La tension efficace,à la caténaire a été fixée à 20 puis 25 kV. La ligne Aix-les-Bains - La Roche-sur-Foron servira de ligne d'expérimentation. C'est le système d'électrification le plus récent, le plus performant, et le plus économique[réf. souhaitée], utilisé dans le monde entier, et sur les lignes à grande vitesse.

En 1960, il est un des rédacteurs du plan Rueff-Armand. Ce plan, préfigurant le Marché commun, alors en formation, et rédigé en collaboration avec Jacques Rueff, à la tête d'un comité d'experts ad hoc, recommande l'ouverture à la concurrence et la suppression des obstacles à l'expansion économique.

En décembre 1960, il est élu à l'Académie des sciences morales et politiques, en décembre 1962, il est nommé président de l'AFNOR, avant d'être élu à l’Académie française le 13 juin 1963.

Œuvres

  • 1961 : Plaidoyer pour l’avenir (en collaboration avec Michel Drancourt)
  • 1965 : De la Savoie au Val d’Aoste par le tunnel du Mont-Blanc
  • 1968 : Simples propos
  • 1969 : Propos ferroviaires
  • 1970 : De la cybernétique à l’intéressement (en collaboration avec Michel Drancourt)
  • 1970 : L’Entreprise de demain
  • 1971 : Le Pari européen (en collaboration avec Michel Drancourt)
  • 1974 : Message pour ma patrie professionnelle (posthume)
  • 1961 : Expérience d'urbanisme provincial, Jacques Riboud, préface de Louis Armand (ingénieur), Éditions Mazarine

Citation célèbre

« Le chemin de fer sera le moyen de transport du XXI siècle, s'il parvient à survivre au XXe siècle. »[1]

Contribution scientifique : le TIA

Article détaillé : Traitement intégral Armand.

Louis Armand est à l'origine d'un procédé chimique destiné à éviter la formation de tartre dans les tuyauteries des locomotives à vapeur. Inventé dans les années 1940, ce procédé est appelé « traitement intégral Armand » (TIA). Il a été déployé avec succès sur le parc de locomotives à vapeur de la SNCF.

Décorations

Hommages

Sources

Références

  1. cité dans Gares d'Europe, José Antonio Pruneda et Inaki Barron de Angoiti, édition française Mengès, Paris, 2005, page 245

Bibliographie

  • Henri Teissier du Cros, Louis Armand, visionnaire de la modernité, Éditions Odile Jacob (1987).
  • Josette Buzaré, Louis Armand, le Savoyard du siècle, Saint-Julien-en-Genevois, Éditions La Salévienne (2000).

Compléments

Articles connexes

Liens externes


Précédé par
Henri Mondor
Fauteuil 38 de l’Académie française
1963-1971
Suivi par
Jean-Jacques Gautier

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Louis Armand (ingénieur) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Louis Armand (Ingenieur) — Louis Armand (* 17. Januar 1905 in Cruseilles; † 30. August 1971 in Villers sur Mer) war ein französischer Bergbauingenieur, Eisenbahner und Präsident der Europäischen Atomgemeinschaft (EURATOM). Louis Armand absolvierte ein Studium als… …   Deutsch Wikipedia

  • Louis Armand — ist der Name folgender Personen: Louis Armand (Höhlenforscher) (1854–1922), französischer Höhlenforscher Louis Armand (Ingenieur) (1905–1971), französischer Ingenieur, Präsident der Europäischen Atomgemeinschaft Diese Seite ist eine …   Deutsch Wikipedia

  • Louis Armand — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Louis Armand peut désigner : Louis Armand (1854 1922), un spéléologue français. Louis Armand (1905 1971), un ingénieur, haut fonctionnaire et… …   Wikipédia en Français

  • Armand — ist ein französischer, (aktuell wenig gebräuchlicher) männlicher Vor und auch Nachname. Er stammt aus der germanischen Etymologie und leitet sich von Hermann (Herman « heri » = « armée » und « man » =… …   Deutsch Wikipedia

  • Armand Considère — Armand Considère, né en 1841 à Port sur Saône (Haute Saône) et mort en 1914 à Paris, est un ingénieur des Ponts et Chaussées qui, après avoir créé sa société d études, a développé les applications du béton armé. Il a inventé le béton fretté. Il… …   Wikipédia en Français

  • Louis leprince-ringuet — Pour les articles homonymes, voir Leprince Ringuet. Louis Leprince Ringuet, né le 26 mars 1901 à Alès et décédé le 23 décembre 2000 à Paris, est un physicien, ingénieur en télécommunications, historien des sciences et… …   Wikipédia en Français

  • Armand — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Armand est un nom propre qui peut désigner : Sommaire 1 Prénom et patronyme 2 Saints chrétiens …   Wikipédia en Français

  • Louis Leprince-Ringuet — Pour les articles homonymes, voir Leprince Ringuet. Louis Leprince Ringuet, né le 27 mars 1901 à Alès et mort le 23 décembre 2000 à Paris, est un physicien, ingénieur en télécommunications, historien des sciences et essayiste… …   Wikipédia en Français

  • Armand De Gramont — Antoine Auguste Agénor Armand de Gramont, duc de Guiche puis 12e duc de Gramont (1925) est un industriel et un scientifique français né le 29 septembre 1879 et mort le 2 août 1962. Armand de Gramont, Portrait par Philip Alexius de Laszlo …   Wikipédia en Français

  • Armand de gramont — Antoine Auguste Agénor Armand de Gramont, duc de Guiche puis 12e duc de Gramont (1925) est un industriel et un scientifique français né le 29 septembre 1879 et mort le 2 août 1962. Armand de Gramont, Portrait par Philip Alexius de Laszlo …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”