Beit Jala

31° 42′ 54″ N 35° 11′ 14″ E / 31.715, 35.1871 Beit Jala (ce qui signifie en araméen: Tapis d'herbe) est une ville arabe chrétienne de Cisjordanie sous l'autorité palestinienne, située à 10 km au sud de Jérusalem à 2 km de Bethléem, et à côté de Beit Sahour. En 2007, Beit Jala comptait 11 758 habitants, majoritairement chrétiens avec une minorité musulmane. Beaucoup d'habitants chrétiens émigrent ou ont émigré en Amérique centrale et en Amérique du Sud[1]

Sommaire

Géographie

La ville se trouve à 825 m d'altitude en moyenne (son point culminant est à 925 m) à l'ouest de la route d'Hébron et s'étend sur 14 km2.

Sa pluviométrie est de 700mm. Les précipitations tombent surtout en hiver, entre fin novembre et fin février, avec rarement de la neige. La température monte parfois à 39 degrés à midi en été.

Les températures moyennes sont de 9 à 18° en hiver et de 26 à 30° en été.

Histoire

Des traces de peuplement datent de l'âge de pierre vers 200 000 av JC. Il est certain que l'endroit était peuplé par les Cananéens en 3 000 av JC comme à Bethléem.

Les ruines les plus anciennes attestant de l'implantation d'une communauté permanente datent de l'époque byzantine aux IIIe et IVe siècles, lorsque des moines, comme saint Nicolas se sont installés ici pour être près du lieu de naissance du Christ. C'est ainsi qu'est construit le monastère Saint-Georges sur la colline. Ses vestiges sont visibles dans la crypte de l'église Saint-Nicolas actuelle, ainsi qu'une grotte où saint Nicolas aurait vécu. Depuis cette époque le village s'est peuplé de chrétiens sans discontinuer.

Beit Jala et Bethléem ont été ravagés par la rébellion samaritaine de 529 et la région est conquise par le calife Oumar en 637. Les croisés installent un clergé catholique en 1099 qui est expulsé en 1187 par Saladin. La Palestine est conquise par les Ottomans en 1516 et Beit Jala connaît une vie prospère jusq'au XVIIe siècle, date à laquelle la décadence de l'Empire ottoman impose de plus en plus de taxes et de conscriptions forcées d'enfants chrétiens obligés d'abjurer leur foi pour devenir entre autres janissaires. Mohammed Ali d'Égypte occupe la région de 1831 à 1840 et il en est chassé par les Turcs revenus grâce à l'aide des Britanniques. L'émigration des chrétiens, plus éduqués que la moyenne, commence alors à la fin du XIXe siècle, notamment en Argentine et au Chili. C'est à cette époque aussi que les missionnaires orthodoxes russes, catholiques français, britanniques anglicans et allemands luthériens s'intéressent à la région et obtiennent le droit d'ouvrir des écoles et des missions.

Les autorités israéliennes ont confisqué depuis 1967 10 000 dunnums sur les 15 000 dunnums appartenant à la commune, pour la fondation des colonies juives de Gilo, Har Gilo, et Givat Hamatos.

Religion

La ville comprend six églises et deux mosquées, dont:

  • Église Saint-Nicolas, église grecque-orthodoxe (la plus importante) recontruite en 1925
  • Église Sainte-Marie, église grecque-orthodoxe (la plus ancienne)
  • Église Saint-Georges, église grecque-orthodoxe
  • Église catholique de l'Annonciation
  • Église de la Réformation, église luthérienne fondée par la Jerusalemsverein
  • Couvent des Salésiens de Don Bosco (1885) sur les ruines d'un monastère byzantin (VIIe siècle), comprenant un chai renommé pour la viticulture des vignes alentour

Éducation

la ville accueille quatre écoles élémentaires et secondaires publiques qui scolarisent 45% des élèves (1 774 élèves) et six écoles privées confessionnelles qui scolarisent 55% des élèves (2 133 élèves) dont la célèbre école Tabitha Kumi fondée ici en 1951. Les programmes des écoles privées sont ceux du ministère de l'éducation de Palestine.

  • École et lycée Talitha Kumi (1951), fondée par l'Église luthérienne: neuf cents élèves du jardin d'enfant aux terminales
  • École du patriarcat latin: mille élèves du jardin d'enfant aux terminales
  • Séminaire du patriarcat latin de Jérusalem (1936), comprenant neuf années d'études, dont une en France
  • École hôtelière
  • Filiale de l'université Al Qods, avec 2 500 étudiants en sciences, technologie, agriculture, management, sciences économiques et administratives, développement social et familial, etc.
  • Annexe du Conservatoire de musique de Bethléem

Agriculture

La ville est entourée de vignobles, d'oliveraies (certains oliviers étant millénaires), de vergers d'abricotiers, de pommiers, de pruniers, etc.

Sport

La ville vue de Gilo.

Notes

  1. Selon le site officiel de la ville 100 000 de ses descendants vivent en Amérique latine, principalement au Chili.

Lien externe


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Beit Jala de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Beit Jala — Saltar a navegación, búsqueda Beit Jala (en árabe بيت جالا , pronunciado como Bet Yala ) es una ciudad de Cisjordania, una de las más antiguas de Palestina. Se localiza a 825 msnm sobre la ladera de un cerro cubierto de árboles de olivo (muchos… …   Wikipedia Español

  • Beit Jala — Infobox Palestinian Authority muni name=Beit Jala imgsize= caption= arname=بيت جالا meaning=Carpet of Grass founded= type=munb typefrom= altOffSp= altUnoSp=Bayt Jala governorate=bl latd=31|latm=42|lats=53.82|latNS=N longd=35… …   Wikipedia

  • Beit Jala — DMS …   Deutsch Wikipedia

  • Beit Jala Lions — لايونز بيت جالا is the first rugby football club in Palestine, situated in the town of Beit Jala, near Bethlehem. The club is known for being passionate players, crazy drinkers, and great guys always in for a good fun. Bar Maria is the… …   Wikipedia

  • 1952 Beit Jala raid — The Beit Jala reprisal raid was an Israeli attack on Beit Jala, an Arab town on the border between Jordan and Israel (today part of the Palestinian territories) on January 6, 1952. Seven Palestinian Arab civilians were killed in the attack. Based …   Wikipedia

  • United Beit Jala — was a joint list of Fatah and the Palestinian People s Party for the May 2005 municipal elections in Beit Jala, the West Bank. The list won six seats. The top candidate of the lits was Raji George Jadallah Zeidan. [… …   Wikipedia

  • Sons of the Land (Beit Jala) — Sons of the Land was a joint list of the Popular Front for the Liberation of Palestine and independents for the May 2005 municipal elections in Beit Jala, the West Bank. The list won 5 seats. The top candidate of the lits was Nadir Antoun Issa… …   Wikipedia

  • Jala — steht für: Journal of the African Literature Association, ein US amerikanisches wissenschaftliches Magazin Jala bezeichnet: Beit Jala, eine palästinensische Stadt 10 km südlich von Jerusalem Jala (Fluss), ein Fluss in Bosnien und Herzegowina Jala …   Deutsch Wikipedia

  • JALA — steht für: Journal of the African Literature Association, ein US amerikanisches wissenschaftliches Magazin Jala bezeichnet: Beit Jala, eine palästinensische Stadt 10 km südlich von Jerusalem Jala (Fluss), ein Fluss in Bosnien und Herzegowina Jala …   Deutsch Wikipedia

  • Beit Shemesh — Infobox Israel municipality name=Beit Shemesh caption=Emblem of Beit Shemesh imgsize=70 imgsize3=250 caption3=The modern city of Beit Shemesh, taken from Tel Beth Shemesh hebname=Hebrew|בֵּית שֶׁמֶשׁ arname= meaning=House of the sun founded= type …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”