Before Common Era

Ère commune

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir EC et Ère.

L’ère commune (ÈC) est l'un des noms du système utilisé pour comptabiliser les années écoulées depuis l’Anno Domini (AD), date supposée de la naissance de Jésus de Nazareth, en ne faisant référence à aucune religion, à la différence de l'expression ère chrétienne. L'an 1 correspond à l'an 753 de Rome, ab Urbe condita. L'abréviation « ÈC » a donc la même signification que « après Jésus-Christ ».

Bien que le terme « ère commune » ait été utilisé par des chrétiens à une époque où le christianisme était la religion occidentale prédominante, il est actuellement préféré par certains auteurs, qui considèrent qu'il ne force pas le lecteur et le rédacteur à accepter l'hégémonie chrétienne et qu'il reconnaît l'existence de personnes de foi non chrétienne. D'autres le tiennent pour un euphémisme superflu ou une tentative de politiquement correct, puisque l'année pivot (l’an 1) est toujours centrée sur la naissance de Jésus.

Sommaire

Notation

En France, l'abréviation « ap. J.-C. » est considérée comme étant la norme conventionnelle, reflétant le point de vue de la majorité, ou le point de vue dominant d'un groupe politiquement, économiquement ou culturellement dominant. Beaucoup estiment qu'elle constitue la seule norme utilisable en français, avec parfois sa variante latine « AD » (anno Domini). D'autres soutiennent au contraire l'utilisation de l'abréviation « EC », car ils estiment qu'elle participe au respect de la neutralité et de l'ouverture vers l'autre. En utilisant cette nomenclature le premier homme a marché sur la Lune pendant l'année 1969 de l'ère commune et la Révolution française a débuté en 1789 de l'ère commune. À de rares occasions, on peut également trouver l'abréviation « ÈV » en lieu et place de « ÈC ». Cette notation vient d’« Era Vulgaris », « Ère Vulgaire ».

En anglais, les années précédant l'Ère commune se notent BCE (pour Before Common Era). Les abréviations se notent derrière l'année dont il est question. Ainsi, Aristote est né en 384 BCE (ou 384 av. J.-C.) et Genghis Khan est mort en 1227 CE (ou 1227 ap. J.-C.). Comme pour anno Domini, l'année 0 n'est pas utilisée, excepté pour des usages astronomiques. Donc 1 CE est immédiatement précédé dans la chronologie par l'année 1 BCE.

D'autres pays ont une abréviation équivalente : par exemple, depuis que la République populaire de Chine a clos l'ère de la République de Chine en 1949, la langue chinoise utilise la traduction littérale de « ère commune », gōngyuán (公元), pour ses datations.

Une notation alternative plus récente est BP de l'anglais Before Present, traduit avant le présent et comptant à reculons depuis l’année 1950 du calendrier grégorien.

Origines

La numérotation des années à partir de la date supposée de la naissance de Jésus de Nazareth a été créé en 525 par le moine Dionysius Exiguus qui la baptisa Anno Domini. Deux siècles plus tard, l'historien anglo-saxon Bède le Vénérable utilisa le terme latin ante incarnationis dominicae (qui est proche du français avant Jésus-Christ ou de l’anglais Before Christ « BC ») pour nommer les années écoulées avant la première année de cette période.

Selon Peter Daniels (linguiste confirmé à l’Université Cornell et à l’Université de Chicago) :

Les notations anglaises CE et BCE commencèrent à être utilisées ces dernières années probablement au début dans les cercles d’études sur le proche orient ancien où :

  • beaucoup d’étudiants sont Juifs ;
  • la datation par rapport à l’ère chrétienne est hors de propos.
Il s’agit en fait d’une question de sensibilité.

Quoi qu’il en soit, le terme de « common era » a déjà été utilisé par le passé. Ainsi en 1716, dans son livre Hypomnemata, l’évêque de Worcester John Prideaux écrit « L’ère vulgaire, par laquelle nous comptons les années depuis Son incarnation… ». En 1835 dans son livre Living Oracles, Alexander Campbell écrit « l’ère vulgaire ou Anno Domini, la quatrième année de Jésus Christ, dont la première ne compta que huit jours… ». De même à l’entrée « chronologie », la Catholic Encyclopedia de 1908 utilise la phrase : « La plus utilisée d’entre elles [les ères de datation] et celle adoptée par toutes les peuples civilisés et connue sous le nom d’ère chrétienne, vulgaire ou commune pour laquelle nous vivons au XXe siècle. »

Le terme « vulgaire » vient du latin vulgāris (de vulgus, le peuple, la plèbe), et signifie venant ou appartenant à la plèbe et signifie que l’expression est d’usage commun, généralisé même chez les personnes ne croyant pas à la divinité du Christ. À la fin des années 1800, le mot vulgaire ayant pris le sens de cru, indécent le mot latin fut remplacé par son équivalent anglais : commun.

La première utilisation juive de cette datation est une inscription mortuaire dans le cimetière juif de Plymouth (Angleterre)

Ici est enterré l’honoré Judas fils de l’honoré Joseph, un prince et honoré entre tous les philanthropes qui a accompli de bonnes actions, mort en sa maison de Bath, mardi et enterré ici le dimanche, 19 Sivan de l’année 5585. À la mémoire de Lyon Joseph Esq. (marchand de Falmouth Cornouailles), mort à Bath juin AM 5585 / VE 1825. Aimé et respecté de tous

Cette inscription utilise le calendrier juif (5585), mais se termine en utilisant la datation de l’ère commune (1825). Vraisemblablement la notation « VE » signifie « Vulgar Era » et on peut supposer qu’elle était utilisée en lieu et place de Ap. J.-C. pour éviter la référence au christianisme.

Usage

Certains spécialistes juifs ou musulmans et d’autres n’appartenant pas à la culture Judéo-chrétienne ont utilisé cette notation. Certains chrétiens ont également utilisé la notation CE pour signifier « Christian era » (Ère chrétienne). Les Témoins de Jehovah l’utilisent dans toutes leurs publications et ont expliqué qu’elle était plus appropriée que les notations BC ou Av. J.-C. Beaucoup d’universitaires non religieux dans les domaines de l’histoire, de la théologie, de l’archéologie et de l’anthropologie ont adopté ce système ces dernières années.

Une utilisation bien plus visible de la notion d’ère commune : son utilisation dans les grands musées du monde anglophone. La Smithsonian Institution préfère également l’usage de l’ère commune, bien que les musées ou galeries liés à l’institution ne soient pas contraints de l’appliquer[1]. De même de nombreux guides utilisent cette notation ou mentionnent son usage[2]. Même certains guides des églises chrétiennes l’utilisent[3].

L’usage du BCE/CE est également grandissant dans les traités littéraires. Il est utilisé par le College Board (institution américaine fournissant des tests standardisés à près de 4 500 institutions de l’enseignement supérieur), dans ses tests d’histoire. La notation est également employée par la National Geographic Society et le United States Naval Observatory[4]

La chaîne histoire américaine (History Channel) utilise également la notation dans ses sujets sur des thèmes non reliés spécifiquement au christianisme comme l’importance religieuse de Jérusalem dans le Judaïsme[5] et la notation anglaise BC/AD dans d’autres cas[6].

Partisans

Les partisans de la notation CE la mettent en avant car elle est religieusement neutre et donc adaptée à une utilisation dans un contexte multiculturel et/ou religieux.

Parmi les arguments développés en faveur de la notation CE on peut citer :

  • le calendrier occidental est devenu un standard mondial (présent dans tous les ordinateurs par exemple). Il devrait donc être religieusement et culturellement neutre par considération envers les cultures contraintes de l’utiliser[7].
  • ce système a été largement utilisé par la communautés des chercheurs et universitaires depuis presque un siècle : ce n’est donc pas un système de datation qui n’est pas familier.
  • dater les années selon un système théologique chrétien pourrait être diviseur sur le plan culturel quand il est employé à l’échelle planétaire. Nommer les jours et les mois en faisant référence à la religion romaine ou la mythologie nordique pose peu de problèmes car ces deux religions ont virtuellement disparu. Tous les utilisateurs sont donc sur un même pied d’égalité. Aucun système alternatif de dénomination des jours et des mois n’est particulièrement en usage. De plus, les noms des jours de la semaine dérivent des noms des planètes et autres objets célestes, et quatre mois sont nommés d’après leur numérotation. Les gens peuvent librement nommer les jours et les mois avec des appellations qui sont propres à leurs cultures (et ils le font) mais les années sont juste des chiffres et il est donc plus facile de les rendre moins spécifiques sur le plan culturel[7]
  • Si on poursuit la réflexion sur la dénomination des jours de la semaine le « mercredi »" n’implique plus une vénération au dieu Mercure (tout comme en anglais « Wednesday » jour traditionnellement consacré à Odin n’a plus d’implication religieuse). De même appeler une planète Jupiter n’implique pas que l’on vénère ce dieu romain ni même qu’on le considère comme une divinité. En revanche les significations de Ap-JC et Av-JC sont telles qu’elles impliquent l’acceptation de Jésus en tant que Christ et incarnation de Dieu. Dire « aujourd’hui est mercredi » n’implique pas l’on considère Mercure comme une divinité. Mais dire « nous sommes en 2006 Ap-JC » veut en réalité dire « c’est l’année 2006 du règne de Jésus »(an de grâce).
  • L’utilisation de CE met en avant l’œcuménisme d’autant que « Christian Era » (Ere chrétienne) est interchangeable dans la notation CE.
  • Il est facile de remplacer la notation Ap-JC/Av-Jc par la notation CE/BCE car la numérotation des années est exactement la même dans les deux système (33Av-JC devient 33 BCE). Il n’est pas besoin de convertir les années.
  • L’utilisation de « Anno Domini » est en revanche semble-t-il erronée, la naissance de Jésus de Nazareth ayant vraisemblablement eu lieu en 4 Av-JC (BCE donc), l’année de la mort d’Hérode Ier le Grand.
  • La force avec laquelle certains chrétiens s’opposent au passage des notations classiques à BCE/CE indique que bien que certains assurent le contraire la notation Av-JC/Ap-JC n’est pas dénuée de toute « connotation religieuse ».
  • La notation d’Ere Commune est possible avec les siècles alors qu’Anno Domini (qui s’applique à des années et non à une période) est, elle, impossible. (« Au XVIIIe siècle de l’ère commune » est acceptable mais pas « au XVIIIe siècle de l’an de grâce »)

Détracteurs

Les efforts effectués pour appliquer la notation CE/BCE ont donné lieu à une opposition parfois assez forte. Parmi les arguments avancés par les détracteurs on peut citer :

  • Le terme d’ère commune est considéré comme un euphémisme de l’expression Anno Domini, Encarta donne comme définition « Ere chrétienne (ou commune) : période s’étendant après la naissance de Jésus Christ » [8] et utilise la notation Av-JC/Ap-JC dans ses articles (et AD/BC pour la version anglaise)[9]
  • Av-JC et Ap-JC sont utilisés depuis très longtemps et sont devenus en quelque sorte des termes génériques, ayant perdu leur contenu religieux.
  • La notation BCE/CE n’est encore pas assez répandue et doit être comprise par tous.
  • « BCE » et « CE » sont très similaires et risquent d’entraîner des confusions pour les lecteurs. Changer la notation risque de désorienter le public au profit d’une minorité.
  • Certains reprochent au système de l’ère commune de retenir comme première année de référence la naissance du Christ [réf. nécessaire]. Cela induirait une vision centrée sur le christianisme aux dépens d’un système de datation mondial totalement areligieux [réf. nécessaire]. Ces personnes sont les tenants d’une modification plus radicale du calendrier, qui induirait le changement de toutes les dates [réf. nécessaire].
  • Certains pensent également que l’imposition d’un calendrier à base chrétienne (par le choix de son année de référence) sous la dénomination religieusement neutre d’ère commune est trompeur [réf. nécessaire].
  • Le système d’ère commune ne résout pas le principal problème posé par le calendrier chrétien : l’absence d’année 0. Il serait préférable de basculer vers un système où 1Av-JC deviendrait 0, 2 Av-JC devenant alors 1 Av-JC et ainsi de suite. Pour résumer leur argumentaire : rien ne sert de changer de système de datation si cela ne règle pas de problème.
  • Comme il n’existe pas d’autres mouvements militant pour la suppression des connotations religieuses dans les systèmes de datation (comme par exemple pour le renomage des jours de la semaine faisant appel à des dieux de la mythologie nordique), le mouvement visant à imposer la datation BCE/CE est spécifiquement anti-chrétien.
  • Certains voient les notations comme une tradition (qu’ils soient chrétiens ou non) et s’interrogent sur un changement qu’ils n’estiment pas opportun.
  • D’autres avancent l’argument suivant : utiliser la notation BCE/CE, alors qu’il n’existe pas à l’heure actuelle de définition de cette ère commune n’a aucune signification. Par exemple en quoi l’année 2 BCE n’est elle pas « commune » (i.e. n’appartient pas à l’ère commune) par rapport à l’année 1CE qui elle fait partie de l’ère commune ? Pour certains, il s’agit encore une fois d’un euphémisme essayant de gommer une signification chrétienne de cette ère commune.

Exemples d’opposition :

  • quand la notation BCE a été utilisée lors d’examens dans l’état de Nouvelle-Galles-du-Sud en Australie, début 2005, le parlement de l’état ainsi que le ministère de l’éducation local reçurent de nombreuses protestations ;
  • quand l’état anglais en 2002 souhaita introduire dans les programmes scolaires des informations sur le système BCE/CE, de nombreux journaux nationaux reçurent des lettres perplexes quant à l’intérêt de la démarche ;
  • quand le Musée royal de l'Ontario adopta la nouvelle notation, il fut l’objet de moqueries ainsi que de plaintes relayées par la presse nationale canadienne.


Références

  1. (en)World History Content Standards sur smithsonianeducation.org (version archivée par Internet Archive)
  2. (en)Submission Guidelines for The Ostracon on egyptstudy.org (version archivée par Internet Archive)(en)« Historical Context » sur chass.colostate-pueblo.edu, [(en)http://www.press.jhu.edu/journals/american_journal_of_philology/guidelines.html Guidelines of American Journal of Philology], (en)Manuscrit submission guidelines on sagepub.com, Canadian Journal of Cultural Studies, Style Guideline
  3. Celui-ci par exemple traite des églises anglicanes du diocèse de Maryland (en)Manuscrit submission guidelines
  4. (en)Introduction to Calendars sur le site [1]
  5. (en)Jerusalem Timeline on History Channel
  6. (en)Timeline sur History.com
  7. a  et b (en)Guideline : « The 'Common Era' - a Secular Term for Year Definition » sur le site de la BBC, publié le 19 novembre 2004
  8. Common Era sur Encarta
  9. J-C on Encarta

Liens externes

Ce document provient de « %C3%88re commune ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Before Common Era de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Common Era — BCE redirects here. For other uses, see BCE (disambiguation). Era Vulgaris redirects here. For the Queens of the Stone Age album, see Era Vulgaris (album). Common Era (sometimes Current Era[1] or Christian Era[2]), abbreviated as CE, is an… …   Wikipedia

  • Common Era — Ère commune Pour les articles homonymes, voir EC et Ère. L’ère commune (ÈC) est l un des noms du système utilisé pour comptabiliser les années écoulées depuis l’Anno Domini (AD), date supposée de la naissance de Jésus de Nazareth, en ne faisant… …   Wikipédia en Français

  • Before the Common Era — Before the Christian Era, before the birth of Christ, BCE …   English contemporary dictionary

  • Era Vulgaris (album) — Infobox Album Name = Era Vulgaris Type = studio Artist = Queens of the Stone Age Released = June 12, 2007 Recorded = July 2006 – April 2007 (see below) Genre = Hard rockcite news| url=http://www.rekordsrekords.com/asktheband/100406/newrecord.mov… …   Wikipedia

  • Common (entertainer) — Common Performing at Ilosaarirock, Finland in 2008. Background information Birth name Lonnie Corant Jaman Shuka Rashid Lynn, Jr …   Wikipedia

  • Common Lisp — Paradigm(s) Multi paradigm: procedural, functional, object oriented, meta, reflective, generic Appeared in 1984, 1994 for ANSI Common Lisp Developer ANSI X3J13 committee Typing discipline …   Wikipedia

  • Common Pheasant — Male ( cock ) of hybrid stock in Poland Note thin white neck band due to a ring necked subspecies contribution to hybrid gene pool …   Wikipedia

  • Common (rapper) — Infobox musical artist Name = Common Img capt = Common at the Tufts University Spring Fling 2008. Img size = Background = solo singer Birth name = Lonnie Rashid Lynn, Jr. Alias = Common Sense Born = Birth date and age|mf=yes|1972|3|13 Chicago,… …   Wikipedia

  • Common law — For other uses, see Common law (disambiguation). Common law (also known as case law or precedent) is law developed by judges through decisions of courts and similar tribunals rather than through legislative statutes or executive branch action. A… …   Wikipedia

  • Common Sense (pamphlet) — This article is about the American revolutionary war pamphlet by Thomas Paine. For other uses, see Common sense (disambiguation). Common Sense   …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”