Bedos-Peyralle

Saint-Affrique

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Afrique (homonymie).
Saint-Affrique

Saint-Affrique vu de la Quille, à l'est de la ville.
Saint-Affrique vu de la Quille, à l'est de la ville.

Saint-Affrique#L'histoire
Détail
Administration
Pays France
Région Midi-Pyrénées
Département Aveyron
Arrondissement Millau
Canton Saint-Affrique
(chef-lieu)
Code Insee abr. 12208
Code postal 12400
Maire
Mandat en cours
Alain Fauconnier
2008 - 2014
Intercommunalité Saint-Affricain
Site internet http://www.ville-saint-affrique.info/
Démographie
Population 8 022 hab. (2006)
Densité 72 hab./km²
Gentilé Saint-Affricains, Saint-Affricaines
Géographie
Coordonnées 43° 57′ 33″ Nord
       2° 53′ 14″ Est
/ 43.959167, 2.887223
Altitudes mini. 279 m — maxi. 720 m
Superficie 110,96 km²

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Saint-Affrique est une commune française, située dans le département de l'Aveyron et la région Midi-Pyrénées. Elle fait donc partie de l'ancienne province du Rouergue ou l'on communique grâce à une forme d'Occitan: le patois ou dialecte rouergat. Ses habitants sont les Saint-Affricains.

Sommaire

Géographie et climat

Le territoire de la commune matérialise une fraction sud du Massif Central.

La commune est traversée par la Sorgues, qui, avec ses affluents, a découpé 7 « montagnes » : des Anglais, de la Quille, de la Fous, de la Serre, des Cazes, de Nougayrolle et du Rocher de Caylus. Cinq ponts permettent la circulation, par ordre d'ancienneté : le pont Vieux, le pont Neuf, le pont du Centenaire (ou des Frères), le pont Ferroviaire et le pont de la Résistance. (Photos des ponts sur Structurae).

La commune est le centre administratif, politique et commercial d'un territoire essentiellement rural aux contours flous appelé le Saint-Affricain.

À la frontière de zones géologiques très différentes,

le Saint-Affricain présente des paysages, une flore, une faune et un patrimoine très diversifiés en bordure du Parc naturel régional des Grands Causses.

Le climat, avec des contrastes importants entre la rudesse des altitudes et la douceur relative du fond des vallées est à la fois de types continental et méditerranéen.

Bien que dépendant administrativement de la région de Toulouse, les échanges et les relations se font surtout avec Rodez et Montpellier, beaucoup plus proche.

Mois Janv Fév Mars Avril Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc
Moyenne haute °C 6 8 11 13.5 17.5 22 27 25 22.5 17 11 8
Moyenne basse °C 0 2 4 5 8.5 11 14 14 12 9 4.5 2
Précipitations moyennes: mm 68 55 49 68 80 68 42 61 72 82 63 68
Source: Météo France à partir de Millau- Soulobres[1]

Habitat

Saint-Affrique est une commune rurale très vaste (environ 10 fois la taille moyenne des communes françaises de métropole), dont la surface (110 km²) est supérieure à celle de Paris intra-muros. Plusieurs bourgs et villages, dont la population est parfois supérieure à celle des plus petites communes du département (Arnac-sur-Dourdou, Le Viala-du-Pas-de-Jaux) parsèment son territoire :

Villages et hameaux

  • Bedos
  • Boussac
  • Bournac
  • Le Cambon
  • Crassous
  • Saint-Étienne de Naucoules
  • Savignac
  • Tiergues
  • Truans
  • Vailhauzy
  • Vendeloves

Hameaux, lieux-dits ou écarts

Camaras, la Capelle, les Cazes, la Cazotte, Caylus, Couat, Fregebise, Maxiliou, Monhargues, Moulin du Juge, Roc-Blanc, Saint-Amans, Saint-Vincent, Touloupy, Vaxergue, le Vern, la Vernière, Vispens.

Communes limitrophes

Place de la liberté en 1870

Elles sont toutes situées dans l'arrondissement de Millau

Économie

  • Depuis le Moyen Âge, la ville chef-lieu de commune, au centre d'un territoire essentiellement agricole, est un important lieu de commerce du sud Aveyron dont les marchés et foires actuels sont la survivance.
  • Avec son statut d'ex-sous-préfecture c'est également un centre administratif et d'enseignement important :
    • Lycée et collège publics avec sections techniques (cité scolaire Jean-Jaurès),
    • Lycée privé (Saint-Gabriel),
    • Collège privé (Sainte-Jeanne-d’Arc),
    • Lycée d'enseignement agricole public,
    • Lycée d’enseignement privé rural (Vaxergues),
    • CFPPA (Centre de formation professionnelle pour adultes agricole),
    • Et pendant près de trente ans une école des métiers (ISFME) d'EDF repris par la Chambre de commerce et d'industrie de Millau Sud-Aveyron. Elle gère aussi :
    • L'École des métiers de l'animation et des techniques d'ambiance (The village).
  • Tout au long du XIXe siècle, l'industrie du textile a dominé l'activité industrielle.
  • Au XXe siècle, l'industrie agroalimentaire avec en particulier le roquefort, puis le tourisme ont remplacé l'industrie textile.
  • Hormis l'activité industrielle liée à l'agriculture (machinisme agricole, construction métalliques…), la seule industrie notable est la SEFEE (Société d'études et de fabrications électroniques et électriques) qui avec un effectif de 110 salariés dégage un chiffre d'affaire de 10 millions d'euros en 2004 (source : portail de la société)


Histoire

Le dolmen de Tiergues

Les données archéologiques

  • La commune est occupée dès le néolithique, avec, comme signaux visibles, le dolmen de Tiergues, celui de Crassous ou de Boussac.
  • Une occupation quasi continue du territoire est attestée par la présence, en divers lieux, de tessons de poteries depuis le néolithique, jusqu'aux Ve - VIe siècles. (Caylus - Le Saint-Affrique d'avant Saint-Affrique, Chapitre I : L'environnement archéologique, Jean Poujol, 1995, Publié à compte d'auteur)

La légende

  • La tradition locale veut que vers 470, Affricanus, évêque de Comminges persécuté par les Wisigoths ariens, se réfugie dans la Vicaria Curiensis qui prend ensuite le nom de Sain l’Affrique.

L'histoire

  • En fait, si plusieurs chartes du cartulaire de Vabres-l'Abbaye mentionnent la Vicaria Curiensis à partir de 868, sa localisation exacte fait encore polémique chez les historiens, dont certains la situent dans la vallée voisine du Dourdou.
  • En 942, le nom de Saint-Affrique est attesté pour la première fois dans le Cartulaire de Vabres-l'Abbaye, (charte 47, an 942 : "… Vicaria Sancti Affricani in Valle Sorica…" ).
  • Jusqu'au milieu du Moyen Âge, le territoire et sa ville est sous la domination de la famille Caylus.
  • Vers 1270, le Pont-Vieux est construit.
  • En 1349, la ville est le siège d'une viguerie
D'or à la croix fleurdelysée d'azur chargée en pointe d'un croissant du même, au chef aussi d'azur chargé de trois fleurs de lys du champ.
  • Au XIVe siècle, grâce à ses remparts, la ville résiste à l'attaque des Anglais.
  • Le 14 septembre 1572 au lendemain de la Saint-Barthélemy, les habitants de Saint-Affrique informés des massacres à Paris, refusant la violence, et scellent entre eux un pacte urbain de tolérance.
  • En 1628, contre la politique de Richelieu, la population à majorité protestante utilise les remparts pour résister aux troupes royales du prince de Condé et du duc d'Epernon. Femmes et filles de la ville s’illustrent dans la bataille et les assaillants sont contraints de lever le siège.
  • Après la reddition de La Rochelle et la paix d'Alès en 1629 toutes les places de sûreté doivent être supprimées. Les remparts de la ville ont été détruits sur ordre de Richelieu de 1632 à 1655.
  • Pendant la Révolution française, la ville prend le nom de Montagne-sur-Sorgues. Le décret du 22 décembre 1795 supprime ce nom et redonne à la ville l’appellation Saint-Affrique.
  • La ville devient après la Révolution française chef-lieu de district puis siège de sous-préfecture et le reste jusqu’en 1926.
  • En 1806, construction du nouveau temple protestant.
  • En 1840, annexion des communes de Bedos-Peyralle, Bournac, Saint-Étienne-de-Naucoules et Vendeloves.
  • En 1854, une épidémie de choléra ravage la ville. Des vierges votives placées sur les façades des maisons (visibles encore actuellement) ont été disposées ainsi pour remercier la vierge d'avoir protégé les habitants, très croyants à cette époque.

L'histoire contemporaine

Toponymie

Saint-Affrique doit son nom à Africanus, évêque du Comminges au VIe siècle.[2]

La desserte ferroviaire[3]

Saint-Affrique avait espéré être sur le tracé d'une ligne joignant Rodez à Montpellier par les Causses mais, le passage par Tournemire et Millau fut décidé en 1867. En compensation, un embranchement joignant Tournemire-Roquefort à Saint-Affrique fut accordé.

  • 10 août 1868 : déclaration d'utilité publique et concession à la Compagnie du Midi.
  • 18 octobre 1874 : mise en service de la ligne de Tournemire-Roquefort à Saint-Affrique.
  • 20 juin 1881 : déclaration d'utilité publique d'une ligne de Saint-Juéry à Saint-Affrique.
  • 20 novembre 1883 : concession de Saint-Juéry-Saint-Affrique à la Compagnie du Midi.
  • 1904 : adjudication de dix lots concernant la construction de la ligne de Saint-Juéry à Saint-Affrique.
  • 1914 : de la main d'œuvre d'origine étrangère travaille sur le chantier.
  • 1915-1917 : des prisonniers allemands sont réquisitionnés pour travailler sur le chantier.
  • 1er avril 1932 : l'État, responsable des infrastructures, livre celles-ci à la Compagnie du Midi qui proteste contre ce nouveau « fardeau » et en réfère à l'avis du Conseil National Économique qui classe la ligne en travaux de seconde urgence.
  • Avril 1934 : le concessionnaire est autorisé à ne pas entreprendre les travaux de superstructure à sa charge (pose de la voie, signalisation, communications, mobilier des gares...) dans l'attente de jours meilleurs.
  • fin 1938 : la ligne de Tournemire-Roquefort à Saint-Affrique est coordonnée.
  • 30 novembre 1941 : déclassement de la ligne de Saint-Juéry à Saint-Affrique qui aura coûté 63.700.000 francs aux contribuables.
  • 1975 : pose de quelques centaines de mètres de voie en direction de Saint-Juéry pour desservir la nouvelle zone industrielle de Saint-Affrique.
  • années 1980 : fermeture de Tournemire-Roquefort - Saint-Affrique au trafic marchandises.
  • 12 février 2001 : cession par RFF des terrains aux collectivités territoriales qui transforment la plate-forme en piste cyclable.
    Ainsi la ligne de Tournemire-Roquefort est devenue une piste cyclable alors que la ligne de Saint-Juéry est devenue une route touristique procurant un très agréable itinéraire suivant la vallée du Tarn.

Les trains

  • Avant 1914, des trains assuraient une correspondance à Tournemire-Roquefort avec presque tous les trains sillonnant la ligne des Causses. Il y avait cinq navettes l'hiver et six l'été.
  • Durant l'Entre-deux-guerres, la desserte avait été ramenée à quatre trains mixtes quotidiens.
  • Après la fusion PO-Midi (1934), il n'y eut plus que deux trains légers et un mixte jusqu'à la coordination de fin 1938.
  • Jusqu'à la fermeture, la ligne fut alors desservie par trois trains hebdomadaires remorqués par des Y7400 de Béziers.


Administration

Saint-Affrique est chef-lieu du canton de Saint-Affrique.

Saint-Affrique est également le nom donné à l'agglomération urbaine incluant la ville de Vabres-l'Abbaye pour une population totale de 9556 habitants et une superficie de 152,32 km².

Avant la réforme administrative de 1926, Saint-Affrique était également chef-lieu de l'arrondissement de Saint-Affrique, supprimé à cette occasion, qui groupait 6 cantons et 56 communes.

Pendant la Révolution française (au moment de la Terreur), la ville a été temporairement rebaptisée Montagne-sur-Sorgues par les autorités révolutionnaires.

Liste des derniers maires
Période Identité Parti Qualité
2001  ? Alain Fauconnier PS Sénateur
1995 2001 Fernand Sambucy DVD Medecin




(Vers. 12/11/2006)


Démographie

Évolution démographique
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
4527 5590 5348 6008 6336 6421 6208 6760 6618
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
6760 6807 7046 7214 7622 7598 7177 7223 7026
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
6699 6571 6495 6211 6181 6592 6881 7455 7236
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 - -
7142 7674 8223 8475 7798 7507 8022 - -

Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes

Graphique d'évolution de la population 1794-1999
(les communes annexées en 1840 ne sont pas comptabilisées pour le graphique en 1794 & 1800)


Personnalités liées à la commune

Personnalités nées à Saint-Affrique

Sarrussophone

Autres personnalités liées à la ville

  • Stéphane Gomez (1976- ), né à Millau, est un nageur français spécialiste de la nage en eau libre. Il s'entraîne au club de Saint-Affrique.
  • Jacques Godfrain (1943- ), né à Toulouse, député de l'aveyron (UMP) de 1978 à 2007, ancien ministre de la coopération (1995-1997) et maire-adjoint de Saint-Affrique (1983-1989).


Culture et patrimoine

Patrimoine religieux

Le Vieux Pont et l'église
  • Églises XIXe siècle : du Cambon, de Boussac, de Vendeloves, de Vailhauzy, de Tiergues,
  • Ruines de la chapelle Saint-Martin de Boussac.
  • Niches avec statuettes votives de la Vierge dans les façades des maisons.

Saint Etienne de Naucoules existait en 1678

Patrimoine civil

Le rocher de Caylus


Principales manifestations

Le Grand Prix de Saint-Affrique

Le Grand Prix de Saint-Affrique est un prix de peinture qui a été attribué pendant la seconde moitié du XXe siècle à des peintres de la "Jeune Peinture" exposant dans les principaux salons parisiens. Ce prix consistait en un séjour d'un mois dans l'hôtel du fameux cuisinier François Decucq et permettait aux artistes invités de visiter et de peindre l'une des plus belles régions de France. Les lauréats du prix les plus connus sont Maurice Boitel et Daniel du Janerand.

Le Salon des Amis des Arts

Exposition et concours de peinture organisé pendant une quinzaine de jours vers la fin de l'été.

Le tournoi international d'échecs de Saint-Affrique

Le Challenge Armand Vaquerin

Cette compétition estivale de rugby est organisée chaque année depuis 1994 au mois d'août, sur plusieurs stades du Sud Aveyron (Millau, Saint-Affrique et Camarès).

Mais aussi

  • Marché : tous les samedis matins sur le boulevard Victor-Hugo.
  • Foire : le troisième samedis de chaque mois sauf en mai : le 4.
  • Le "4 mai" : C'est la plus importante foire de l'année, la fête foraine envahit deux des principales places pendant la journée du 4 mai d'où son nom. Elle est également l'occasion de présentation de machinisme agricole.

La foire aux bestiaux, qui l'accompagnait, tombe petit à petit en désuétude : Dans les années 1950, chaque place avait sa spécialité animale et était surnommée par son nom (à l'origine en patois) : la "place aux cochons" était la place François-Fabié

  • La fête de Saint-Affrique, avec diverses manifestations (bals publics, corso fleuri…), a lieu pour la foire du mois de juin.
  • La fête de la Musique est très animée.
  • Depuis quelques années de nouvelles occasions de festivités rencontrent un grand succès :
    • Marchés aux puces les samedi matin des mois de juillet et août.
    • La foire aux produits biologiques est organisée le premier dimanche d'avril.
    • Plusieurs marchés de producteurs (ou marchés paysans), en juillet et août, dont deux en nocturne sont le prétexte de banquets géants de près de 1000 convives, sur des tables installées dans le jardin public.
  • Ville étape sur le trajet des 100 km de Millau


Les médias


Jumelages

Localisation des villes jumelées avec Saint-Affrique
City locator 14.svg
Driffield

Notes et références

  1. Données climatiques
  2. Bénédicte et Jean-Jacques Fénié, Toponymie occitane, 1997 
  3. José Banaudo : Le P.O. - Le Midi. (Trains oubliés) ; Vol. 3 ; Éd.du Cabri ; Breil-sur-Roya, Février 1982 ; 151 p. : ill. en NB ; (ISBN 2-903310-21-2)
  4. La ville a donné son nom à un kiosque à musique
  5. La ville a donné son nom à un boulevard
  6. La ville a donné son nom à un boulevard et à l'hôpital
  7. La ville a donné son nom à un groupe scolaire
  8. La ville a donné son nom à une rue
  9. a  et b La ville a donné son nom à une avenue
  10. Recensement de Saint-Affrique en 2006
  11. (en) http://idrs.colorado.edu/Publications/DR/DR10.3/DR10.3.Conrey.html
  12. Clément de CASTELNAU (1849-1907)


Voir aussi

Commons-logo.svg

Bibliographie

  • Le Cartulaire de l'abbaye de Vabres au Diocèse de Rodez, Étienne Fourniel, Archives historiques du Rouergue - XXI, 1989
  • La Ville de Saint-Affrique à travers les âges de l'Antiquité à 1900, abbé Denis Teissier, Éd. du château de Montaigut, 2004

Articles connexes

Liens externes


Blason Rouergue.svg Portail Aveyron
Accédez directement aux articles de Wikipédia concernant l'Aveyron.
  • Portail de l’Aveyron et du Rouergue Portail de l’Aveyron et du Rouergue
  • Portail de l’Occitanie Portail de l’Occitanie
  • Portail des communes de France Portail des communes de France
Ce document provient de « Saint-Affrique ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bedos-Peyralle de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bournac (Aveyron) — Saint Affrique Pour les articles homonymes, voir Afrique (homonymie). Saint Affrique Saint Affrique vu de la Quille, à l est de la ville …   Wikipédia en Français

  • Saint-Affrique — Pour les articles homonymes, voir Affrique. 43° 57′ 33″ N 2° 53′ 14″ E …   Wikipédia en Français

  • Saint-Afrique — Saint Affrique Pour les articles homonymes, voir Afrique (homonymie). Saint Affrique Saint Affrique vu de la Quille, à l est de la ville …   Wikipédia en Français

  • Saint-affrique — Pour les articles homonymes, voir Afrique (homonymie). Saint Affrique Saint Affrique vu de la Quille, à l est de la ville …   Wikipédia en Français

  • Saint-Étienne-de-Naucoules — Saint Affrique Pour les articles homonymes, voir Afrique (homonymie). Saint Affrique Saint Affrique vu de la Quille, à l est de la ville …   Wikipédia en Français

  • Saint Affrique — Pour les articles homonymes, voir Afrique (homonymie). Saint Affrique Saint Affrique vu de la Quille, à l est de la ville …   Wikipédia en Français

  • Vendeloves — Saint Affrique Pour les articles homonymes, voir Afrique (homonymie). Saint Affrique Saint Affrique vu de la Quille, à l est de la ville …   Wikipédia en Français

  • Anciennes Communes De L'Aveyron — Cette page retrace toutes les anciennes communes du département de l Aveyron qui ont existé depuis la Révolution française, ainsi que les créations et les modifications officielles de nom. Sommaire 1 Remarques 2 Fusion 2.1 1975 …   Wikipédia en Français

  • Anciennes communes de l'Aveyron — Cette page retrace toutes les anciennes communes du département de l Aveyron qui ont existé depuis la Révolution française, ainsi que les créations et les modifications officielles de nom. Sommaire 1 Remarques 2 Fusion 2.1 1975 …   Wikipédia en Français

  • Anciennes communes de l'aveyron — Cette page retrace toutes les anciennes communes du département de l Aveyron qui ont existé depuis la Révolution française, ainsi que les créations et les modifications officielles de nom. Sommaire 1 Remarques 2 Fusion 2.1 1975 …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”