Beaucourt
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beaucourt (homonymie).

47° 29′ 12″ N 6° 55′ 34″ E / 47.4866666667, 6.92611111111

Beaucourt
Vue de la ville de Beaucourt
Vue de la ville de Beaucourt
Armoiries
Détail
logo
Administration
Pays France
Région Franche-Comté
Département Territoire de Belfort
Arrondissement Arrondissement de Belfort
Canton Canton de Beaucourt
(chef-lieu)
Code commune 90009
Code postal 90500
Maire
Mandat en cours
Cédric Perrin
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes du Sud Territoire
Site web Site officiel
Démographie
Population 5 008 hab. (2008)
Densité 1 012 hab./km²
Gentilé Beaucourtois, Beaucourtoises
Géographie
Coordonnées 47° 29′ 12″ Nord
       6° 55′ 34″ Est
/ 47.4866666667, 6.92611111111
Altitudes mini. 375 m — maxi. 575 m
Superficie 4,95 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Beaucourt est une commune française, située dans le département du Territoire de Belfort et la région Franche-Comté.

Sommaire

Géographie

La ville est située à 15 km de Montbéliard et 28 km de Belfort, à cheval entre le Doubs et le Territoire de Belfort. Au pied du Grammont, elle est entourée par plusieurs villages, et situé dans l'Aire urbaine de Montbéliard. Beaucourt est un village encaissé entre les collines. Une des particularités de Beaucourt est qu'il n'y a aucun cours d'eau qui coule dans la commune.

Toponymie-Etymologie

Le nom de la ville de Beaucourt vient du mot bo(o), boe (bois) en langue d'oil et du terme latin "curtis", domaine avec habitation rurale, village ; Beaucourt est donc le "village des bois". Le nom s'est orthographié initialement Boocar, Bocour[1], puis Bocourt et a subi ensuite une francisation en Beaucourt[2].

Histoire

Faits historiques

Tout près de Beaucourt se trouve un plateau, le Grammont, sur lequel l'homme du Néolithique établit un camp fortifié important abritant entre autres de nombreuses sépultures. Plus tard fut construite par les Romains une route militaire importante reliant Mandeure à l'Alsace et qui traversait le territoire de la commune, venant de Dasle et se dirigeant vers Delle ; des traces de constructions romaines ont été mises au jour. Le nom de Beaucourt est cité déjà au XIIe siècle, le village est alors à la frontière entre l'évêché de Bâle et celui de Besançon. Il faisait partie au Moyen Âge de la mairie de Saint-Dizier-l'Évêque et de la prévôté de Delle. En décembre 1320, Jeanne de Montbéliard, fille de Renaud de Bourgogne et comtesse de Ferrette, affranchit deux serfs de Beaucourt, pratique courante à cette époque où la propriété du sol va de pair avec celle des gens qui le cultivent.

L'histoire de la ville, que devient Beaucourt au cours du XIXe siècle, est indissociable de celle de la famille Japy, implantée à Beaucourt depuis le XVIe siècle. Frédéric Japy, né en 1749, fils de forgeron, a appris le métier d'horloger au Locle (Suisse). De retour à Beaucourt, il invente machines et outillages qui permettent la fabrication de pièces d'horlogerie en série par des ouvriers peu qualifiés. Ces derniers sont regroupés dans un familistère, ensemble immobilier regroupant ateliers, logements, lieu de culte, école, magasin d'alimentation...

L'entreprise Japy se développe très rapidement et d'environ 50 ouvriers en 1777, elle emploie 3 200 personnes en 1851. La diversification des fabrications est grande : quincaillerie, lampes, outillage, matériel agricole et par la suite : pompes, moteurs à explosion, matériel électrique, casseroles et objets ménagers, machines à écrire... Des établissements sont construits dans les localités voisines : Fesches-le-Châtel, Audincourt...

La construction de bâtiments par les Japy ne concerne pas seulement les châteaux familiaux et les usines : un temple et un presbytère protestant, des maisons et cités pour le personnel et divers établissements publics sont financés par la grande famille bourgeoise. Beaucoup de ces constructions ont survécu au démantèlement de la société dans les années 1950 et ont été réhabilitées. L'une d'elle abrite le Musée Frédéric Japy.

Histoire de la Caserne

La création du corps communal des sapeurs-pompiers de Beaucourt fut proposée par la Société Japy. Alors que les troupes autrichiennes et prussiennes envahissent la France suite à la capture de l'Empereur Napoléon Ier, le samedi 1er juillet 1815, un régiment de hussards hongrois investit la ville. Impatients de recevoir les 1 000 louis d'or exigés aux Beaucourtois pour ne pas détruire la fabrique complète, un violent incendie est allumé. Le 23 août 1837, après de nombreuses réflexion sur la création d'un corps de soldats du feu suite à l'incident du 1er juillet 1815, une délibération indique que les gardes nationaux font offices de pompiers.

Ils sont alors équipés d'une pompe tirée à bras d'hommes, puis plus tard, tractée par des chevaux, comme le 19 août 1849, à l'occasion de la visite de l'empereur Napoléon III à Belfort. Le 11 janvier 1852, la garde nationale est supprimée, cela, heureusement, peu de temps après la création du corps de sapeurs-pompiers de Beaucourt, en 1851. Un décret du 29 décembre 1875 établit que l'entretien de la caserne, l'achat du matériel et la rétribution des sapeurs-pompiers est du ressort de la commune, cette décision ne plût pas du tout au maire d'alors, M. Adolphe Japy qui écrit à la préfecture pour expliquer que les finances communales ne lui permettent pas d'appliquer ce décret. Mais le sort le fera changer d'avis six ans plus tard.

En effet, le 23 janvier 1881, vers 2 heures du matin, un incendie se déclare au centre des ateliers de visseries, de quincaillerie et d'horlogerie. Activé par des vents violents, il se propage très rapidement dans les étages. Le froid terrible a gelé les conduites d'eau, cette situation n'a pu que compliquer le travail des pompiers beaucourtois, malgré le renfort de collègues, de villageois et de la population des villages voisins. Ils ne parviennent à circonscrire le feu que vers 10 heures du matin. Mais cette réussite n'en cache pas moins les dégâts, estimés à 4 millions de francs de l'époque. Une polémique voit le jour sur le manque d'équipement du centre de secours local. Ce dernier détail d'équipement n'a pas échappé à la société Japy Frères.

En 1884, elle met à disposition cinq pompes à incendies avec chariot, deux dévidoirs, trois avant-trains, une grande échelle, sans oublier des casques, clairons, des tenues et flambeaux. Une grande partie de ce matériel est d'ailleurs fabriquée par les Japy. En plus, la société Japy verse une subvention de 1 franc par pompier et par manœuvre et habille gratuitement les pompiers qui travaillent dans l'entreprise. La compagnie compte alors, en 1884, trois officiers, cinq sous-officiers, huit caporaux et quarante sapeurs. Un arrêté municipal en date du 18 février 1897 fixe le nombre maximum de sapeurs pompiers dans la ville de Beaucourt à 62 hommes.

À partir de 1898, l'effectif se stabilise donc à environ 60 sapeurs-pompiers. Jusqu'en 1942, les industriels fournissent en plus du matériel, les chevaux. Après cette date, la commune, dont le maire est Alfred Pechin, achètera une auto-pompe Delahaye. Munie d'une pompe de 60 m3 et d'une échelle de 8 mètres, elle est armée par huit sapeurs-pompiers. Inaugurée le 5 juillet 1942, cette "demoiselle" comme l'appellent les beaucourtois, a été conservée par le corps. Elle est aujourd'hui entièrement rénovée. Les sous-sols de la mairie devenaient trop petits et le nombre croissant des interventions ne permettaient plus de s'agrandir. En sa qualité de centre de secours, la ville de Beaucourt devait à sa compagnie de sapeurs-pompiers un poste fixe et des locaux modernes pour son important matériel. C'est chose faite en 1965, la caserne s'élève sur 272 m², spacieuse, pratique, elle a couté à l'époque 232 000 Francs. Le centre se situe encore de nos jours au même endroit.

Héraldique

Armes de Beaucourt

Les armes peuvent se blasonner ainsi : Écartelé, au premier coupé d'or à trois demi-ramures de cerf de sable et de gueules à deux bars adossés d'or, au deuxième coupé de sable et d'or, au troisième d'argent à la croix d'azur cantonnée de quatre échiquetés de trois tires d'azur et d'argent, au quatrième de sinople à la roue d'or.

Aspects positifs de la présence des Japy à Beaucourt

La présence de la Famille Japy, et notamment de Frédéric Japy a eu un effet positif sur le développement économique de la ville. L'évolution démographique de la population a multiplié le nombre d'habitants par 22 en seulement 70 ans[réf. nécessaire].

Frédéric Japy a fait construire 12 châteaux à Beaucourt, destinés à ses enfants. À l'heure actuelle, ces 12 châteaux sont pour la plupart en bon état voire habités, même si certains ont été plus ou moins endommagés lors de différents incendies.

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 mars 2001 Jean Maillard PS  
mars 2001 mars 2008 Antoine Morandini SE  
mars 2008 en cours Cédric Perrin UMP Conseiller général
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Jumelage

Population et société

Démographie

Ses habitants sont appelés les Beaucourtois.

Évolution démographique
(Source : Ehess[3] et Insee[4])

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
397 397 640 1 053 1 353 1 426 1 805 2 179 2 228
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 602 2 966 3 545 4 314 4 505 4 210 4 439 4 514 4 538
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 526 4 583 4 465 4 157 4 259 4 206 3 537 3 771 4 170
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
4 570 4 924 5 521 5 682 5 569 5 348 5 055 5 013 5008

Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes


Le développement rapide au cours du XIXe siècle, dû à l'industrialisation, multiplia le nombre d'habitants par 22 en 70 ans. Après le déclin de l'industrie Japy, Beaucourt a subi la perte de nombreux de ses commerces, ce qui est principalement dû au vieillissement la population Beaucourtoise, devenue moins active.

Principaux quartiers de Beaucourt

  • Le Centre Ville
  • Les Monts de Dasle
  • Les Champs Blessonniers
  • Les Mésanges
  • Quartier du Château d'eau

Enseignement

La Ville de Beaucourt possède de nombreux aménagements scolaires et péri-scolaires :

  • Collège Saint Exupéry
  • École Primaire Groupe A
  • École Primaire Frédéric Bolle (Groupe B)
  • École Primaire Les Canetons (CP et CE1 uniquement)
  • École Maternelle Les Canetons
  • École Maternelle Les Oisillons
  • École Maternelle Bornèque (Ancienne demeure Japy)
  • Maison de l'enfance (Crèche)

Santé

Beaucourt possède une maison médicale, rue Frédéric Japy, comprenant deux médecins généralistes. Un autre médecin généraliste exerce à l'opposé. La Ville possède aussi deux maisons de retraite (Maison Belot, Maison Blanche).

Installations sportives

Afin de permettre la pratique sportive qui est très présente à Beaucourt, la ville a consacré beaucoup d'installations sportives à ses habitants :

  • Salle Omnisport de Beaucourt (Gymnase) : Au dessus du Collège St-Exupéry.
  • Le Champ de Mars (Terrain de foot stabilisé) : Après le cimetière en traversant le bois.
  • Terrains du SCB (Terrains en herbe appartenant au club de football de Beaucourt) : Au dessus du champ de Mars.
  • Terrains de Pétanque : En dessous des terrains du SCB.
  • Terrains de Tennis extérieurs (En projet de démolition) : A côté de la caserne des pompiers.
  • Gymnase Jacques Vernier : A côté de l'école Frédéric Bolle.
  • Terrains de Tennis couverts : A côté de la piste d'Athlétisme.
  • Piste d'Athlétisme Guy Walker : A côté des terrains de Tennis couverts.
  • Terrains de Tennis extérieur (en projet de construction) : A côté du Collège St-Exupéry.
  • Mini-terrain de Football (Synthétique) : Aux Champs Blessonniers

Personnalités liées à la commune

Économie

Tourisme

Troisième ville du département, Beaucourt se situe au cœur du Grammont, un des sommets de la chaîne jurassique du Lomont.

Des parcours balisés sillonnent la commune et son territoire et permettent de découvrir des habitations familiales, le Parc des Cèdres, site présentant diverses essences rares comme des séquoias géants, des hêtres pourpres… et aussi découvrir quelques richesses du patrimoine bâti beaucourtois (Châteaux, Orangerie, Écuries, Chalet Warnery, Pavillons de garde…).

Le Temple, l'Église Saint-François de Sales (chœur classé) et le clocheton de la Pendulerie…

Ses équipements sociaux (deux maisons de retraites, Maison de l'Enfant, Halte Garderie et Crèche) et culturels (Musée Japy[7], Bibliothèque municipale, École de Musique et d'Arts Plastiques) dont le Foyer Georges Brassens participe au confort de ses habitants. Différents projets urbains comme la réalisation d'un lotissement de près de 100 maisons aux Grands-Champs l'aménagement du centre ville, la reconversion de friches industrielles Japy, etc, vont redessiner la ville pour les années futures[réf. nécessaire].

Patrimoine

Le Musée Japy
  • Musée de l'industrie Japy
  • Église Saint-François de Sales
  • Temple
  • Usine dite du Fer à Cheval
  • Demeures de la Famille Japy

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes

Notes et références

  1. http://www.beaucourt.com/page3.html
  2. Dr. Etienne Muston, Histoire d'un village. Beaucourt : De la préhistoire à la Révolution, vol. 1, Le Livre d'histoire, 1882 (ISBN 978-2-7586-0073-2) 
  3. http://cassini.ehess.fr/ Population par commune avant 1962 (résultats publiés au journal officiel ou conservés aux archives départementales)
  4. Insee : Population depuis le recensement de 1962
  5. a et b « 11 Novembre, le Beaucourtois Sellier a sonné l'Armistice », Le Pays, 5 novembre 2008, sur le site lepays. fr.
  6. Frédéric Plancard, « Le clairon de l’Armistice », 8 novembre 2008, sur le site de L'Est républicain, estrepublicain. fr, consulté le 9 novembre 2009.
  7. Musée Japy sur http://www.ville-beaucourt.fr. Consulté le 13 août 2010

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Beaucourt de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Beaucourt — Saltar a navegación, búsqueda Beaucourt Escudo …   Wikipedia Español

  • Beaucourt — ist die Bezeichnung mehrerer Gemeinden und eines Kantons in Frankreich: Beaucourt (Territoire de Belfort), Gemeinde im Département Territoire de Belfort Kanton Beaucourt, Kanton im Département Territoire de Belfort mit Namenszusatz: Beaucourt en… …   Deutsch Wikipedia

  • Beaucourt — (spr. Bohkuhr), Dorf im Bezirk Belfort des französischen Departements Oberrhein, große Fabriken von Uhren u. Quincaillerien; 1400 Ew …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Beaucourt — (spr. bokuhr), prot. Dorf im Territoire de Belfort, (1901) 2505 E.; Uhrenfabrikation …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Beaucourt — Porté dans le Nord Pas de Calais et la Moselle, c est un toponyme signifiant le beau domaine . Variantes : Beaucour (57, 59), Belcour (67, 54, 65, 19), Belcourt (88) …   Noms de famille

  • Beaucourt — French commune nomcommune=Beaucourt caption= x=221 y=113 lat long=coord|47|29|12|N|6|55|34|E|region:FR type:city insee=90009 cp=90500 région=Franche Comté département=Territoire de Belfort arrondissement=Belfort canton=Beaucourt (chief town)… …   Wikipedia

  • Beaucourt — Original name in latin Beaucourt Name in other language Beaucourt, Bokur, bo ku er, Бокур State code FR Continent/City Europe/Paris longitude 47.4899 latitude 6.92407 altitude 428 Population 5565 Date 2012 01 18 …   Cities with a population over 1000 database

  • Beaucourt (Territoire de Belfort) — Beaucourt …   Deutsch Wikipedia

  • Beaucourt-sur-l'Hallue — Beaucourt sur l’Hallue DEC …   Deutsch Wikipedia

  • Beaucourt-sur-l’Hallue — Beaucourt sur l’Hallue …   Deutsch Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”