Baïonnette (Arme)

Baïonnette (arme)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baïonnette.
Baïonette à douille, XIXe siècle
Vue éclatée d'une baïonnette M6, utilisable sur le fusil M14 et le M1A, sa version civile. Le logement de fixation est visible sur la garde.

Une baïonnette est une arme blanche conçue pour s'adapter au canon d'un fusil ou d'une arme similaire. Elle est destinée au combat rapproché.

Sommaire

Histoire

Son origine remonte à un événement fortuit. Au cours des conflits sporadiques qui agitèrent les campagnes françaises du milieu du XVIIe siècle, les paysans de Bayonne se trouvèrent à court de poudre et de projectiles. Ils fichèrent leurs longs couteaux de chasse dans les canons de leurs mousquets, confectionnant des lances improvisées. Ainsi la nécessité donna naissance à l'arme auxiliaire qui allait influencer les techniques de l'infanterie européenne jusqu'au début du XXe siècle.

Les avantages d'une arme cumulant deux fonctions apparurent rapidement. Les premiers mousquets souffraient d'une faible cadence de tir (un tir par minute avec une poire à poudre et des balles) et d'un manque de fiabilité. Les baïonnettes devinrent un complément utile au système d'arme quand la charge de l'ennemi dans la zone de tir utile du mousquet (100 mètres dans le meilleur des cas) ne l'exposait qu'à une seule décharge avant qu'il n'atteigne les défenseurs. Une baïonnette de 30 centimètres de long (certaines tailles réglementaires atteignirent 43 cm lors de la période napoléonienne), sur un mousquet de près de deux mètres assurait une allonge comparable à la lance d'infanterie, et plus tard même de la hallebarde, utilisée auparavant.

Les premières baïonnettes étaient de type « bouchon ». Elles possédaient une poignée cylindrique qui s'ajustait directement à l'intérieur du canon du mousquet empêchant l'arme de tirer.

Plus tard, les baïonnettes à tenon effacent la lame de l'embouchure. La baïonnette se fixe sur l'extérieur du canon par un logement en forme d'anneau. Sur des modèles ultérieurs, elle sera fixée par un cran à ressort sur la bouche du canon du mousquet.

De nombreuses baïonnettes étaient triangulaires et offraient une meilleure stabilité latérale de la lame sans accroissement significatif du poids. Ce modèle ne comportait pas de poignée permettant de l'utiliser indépendamment du fusil.

Les tactiques militaires des XVIIIe et XIXe siècle intégraient diverses charges et défenses groupées utilisant la baïonnette. L'armée britannique était renommée pour son usage de la baïonnette, bien qu'au début du XIXe siècle où les techniques de guerre napoléoniennes se développent, la supériorité d'un tir de salve rapide et régulier permit aux Britanniques d'éclipser leurs adversaires dans les combats de ligne.

Maniement

Des rumeurs circulent parmi les vétérans d'avant la Première Guerre mondiale, sur des techniques de combat à la baïonnette très élitistes, aussi complexes et exigeantes que l'escrime. On suppose qu'au-delà des blocages et frappes modernes simplifiées, il existait des coupes, des parades et des désarmements, pendant lesquels un blocage fluide devenait propice à attaquer ou désarmer. Ces techniques auraient aussi enseigné la frappe d'estoc et de taille ainsi que les vulnérabilités particulières que constituent les chevilles, les poignets, le cou, les artères brachiales et fémorales. On prétend aussi que les mouvements se pratiquaient dans toutes les orientations et positions des deux combattants grâce à des méthodes d'entraînement proches d'un haut niveau d'escrime. L'émergence de ces techniques fut rendue possible par les longues périodes d'entraînement continu que connurent les armées professionnelles avant cette période. De vieux manuels d'entraînement français des années 1850 en témoignent encore. Des copies reproduites sur internet semblent soutenir ces affirmations.

Au Japon, l'art du combat à la baïonnette est appelé juken jutsu.

Types

La convention de Genève interdit l'usage des baïonnettes triangulaires, cruciformes ou dentelées. En effet, les blessures qu'elles entraînent cicatrisent difficilement et ces armes furent considérées comme inhumaines. Pourtant, il n'est pas rare de trouver de tels modèles aujourd'hui.

Baïonnette prussienne de la fin du XIXe siècle

La plupart des baïonnettes modernes ont une gouttière (visible sur la partie supérieure de la lame montrée ci-dessus). C'est une dépression concave conçue pour réduire le poids et accroître la rigidité de la lame. Elle permet aussi à l'air de rentrer dans la blessure, empêchant la création d'un vide, ce qui rend la baïonnette plus facile à retirer après pénétration et moins sujette à rester coincée. En aucun cas cette gouttière n'a vocation à canaliser le sang qui s'égoutte de la lame.

La baïonnette est encore utile à la guerre moderne. Bien que la plupart des combats aient lieu à distance, les opérations de « nettoyage » imposent d'approcher l'ennemi. La baïonnette est utile comme couteau et soutien le moral des troupes au combat. La plupart des armées équipent et entraînent leurs troupes à son maniement. La baïonnette moderne sawback U.S. M9, officiellement déployée en 1984, est fournie avec un fourreau spécial qui fait fonction de pince coupante, imitant en cela ce qui avait déjà été fait précédemment par les Russes avec le modèle équipant les AK-47 qui permet de sectionner du fil barbelé. Certaines éditions de la M9 ont une gouttière, d'autres non, selon le sous-traitant qui a fabriqué le lot et le cahier des charges du moment. La baïonnette M9 remplace la M7 des années 60, bien que dans la pratique de l'US Marine Corp, le couteau de combat Ka-bar de la Seconde Guerre mondiale est toujours fourni. Depuis l'été 2004, l'US Marine Corp fournit une petite quantité de baïonnettes de conception différente du M9. Il s'agit d'une lame de 20 cm (8 pouces) sans gouttière adoptant la forme du couteau Bowie.

Les baïonnettes modernes ont souvent la forme d'un couteau avec une poignée et un tenon, ou sont fixées de façon permanente au fusil, comme dans le cas du SKS. Selon le lieu et la date de fabrication d'un SKS donné, il peut disposer d'une baïonnette fixe avec une lame de type couteau (Russie, Roumanie, Yougoslavie, Chine ancienne), cruciforme (Chine moderne), triangulaire (Albanie) le type qui est interdit par la convention de Genève ou d'aucune baïonnette.

Argot

  • En France, de nombreux termes ont été utilisés en argot militaire pour la baïonnette : fourchette (aller à la fourchette : charger à la baïonnette), fourchette à une dent, Rosalie (« la Rosalie de Mlle Lebel »), Joséphine, Isabelle, cure-dents, cure-ongles, curette, aiguille à tricoter, aiguille à tricoter les côtes, clou, épingle à chapeau, tâchette, tourne-broche, tue-boches, tire-boches, bouillon-pointu, fourchettouse, taille-crayon, machine à boutonnière, etc. Le soldat qui « embroche » (ou qui « cloue ») l’ennemi avec sa « Rosalie » lui fait une « boutonnière »[1].
  • S’il « tombe des baïonnettes », c’est qu’il pleut fort (désuet).

Notes et références

  1. Delvau, Alfred « Dictionnaire de la langue verte ». C. Marpon et E. Flammarion, Paris, 1883, xxxiii + 562 pp. Sainéan, Lazare L'argot des tranchées d'après les lettres des poilus et les journaux du front E. de Boccard, ed., Paris, 1915, 165 pp.


  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
Ce document provient de « Ba%C3%AFonnette (arme) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Baïonnette (Arme) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Baionnette (arme) — Baïonnette (arme) Pour les articles homonymes, voir Baïonnette. Baïonette à douille, XIXe siècle …   Wikipédia en Français

  • Baïonnette (arme) — Pour les articles homonymes, voir Baïonnette. Une baïonnette est une arme blanche conçue pour s adapter au canon d un fusil ou d une arme similaire et destinée au combat rapproché …   Wikipédia en Français

  • baïonnette — [ bajɔnɛt ] n. f. • 1575; de Bayonne, où cette arme fut d abord fabriquée 1 ♦ Arme pointue qui s ajuste au canon du fusil et que l on peut retirer à volonté. Fixer la baïonnette au canon du fusil. Charge à la baïonnette. 2 ♦ Par anal. À… …   Encyclopédie Universelle

  • arme — [ arm ] n. f. • 1080; lat. plur. arma I ♦ A ♦ 1 ♦ Instrument ou dispositif servant à tuer, blesser ou à mettre un ennemi dans l impossibilité de se défendre. Armes de guerre. ⇒ armement. Armes de chasse. Fabrication, fabrique d armes. ⇒ armurerie …   Encyclopédie Universelle

  • armé — arme [ arm ] n. f. • 1080; lat. plur. arma I ♦ A ♦ 1 ♦ Instrument ou dispositif servant à tuer, blesser ou à mettre un ennemi dans l impossibilité de se défendre. Armes de guerre. ⇒ armement. Armes de chasse. Fabrication, fabrique d armes. ⇒… …   Encyclopédie Universelle

  • Baionnette — Baïonnette Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. La baïonnette est une arme blanche montée le plus souvent au bout d un fusil. La Baïonnette journal satirique de la Première Guerre mondiale La …   Wikipédia en Français

  • Baionnette (fixation) — Baïonnette (fixation) Pour les articles homonymes, voir Baïonnette. Fixation de type baïonnette Les baïonnettes sont des systèmes de fixation. Ils sont u …   Wikipédia en Français

  • Baïonnette (Fixation) — Pour les articles homonymes, voir Baïonnette. Fixation de type baïonnette Les baïonnettes sont des systèmes de fixation. Ils sont u …   Wikipédia en Français

  • Arme D'hast — Maniement d un nunti, une arme d hast Une arme d hast est composée d une lame ou d une pointe métallique fixée au bout d un long manche, généralement en bois, appelé hampe. Elle est utilisée pour le combat rapproché. La plus répandue est la lance …   Wikipédia en Français

  • arme — ARME. s. f. Instrument qui sert à attaquer ou à se défendre. Arme offensive. Arme défensive. Arme à feu. Arme blanche. Le fusil et le pistolet sont des armes à feu. L épée et la baïonnette sont des armes blanches. Arme à l épreuve. Arme d une… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”