Batoumi

41°39′N 41°39′E / 41.65, 41.65

Batoumi
ბათუმი
Blason de Batoumi Flag of Batumi.svg

Géolocalisation sur la carte : Géorgie

Voir la carte administrative
Batoumi

Géolocalisation sur la carte : Géorgie

Voir la carte topographique
Batoumi
Pays Drapeau de Géorgie Géorgie
Subdivision Adjarie
Maire Robert Chkhaïdzé
Fondation VIIIe siècle av. J.-C.
Première mention IVe siècle av. J.-C.
Statut Ville depuis 1866
Ancien(s) nom(s) Bathys
Population en augmentation 122 100 hab. (2006)
Densité 6 426 hab./km²
Altitude 0 m
Superficie 19 km2
Site officiel www.batumi.ge
Liste des villes de Géorgie
Le port de Batoumi en 1881.
Baie de Batoumi et mer Noire.

Batoumi (en géorgien : ბათუმი) est une ville de Géorgie dans le Caucase, capitale de la région autonome d'Adjarie, port sur la mer Noire. Sa population est de 122 100 habitants en 2006.

Sommaire

Histoire

Batoumi était autrefois l'une des villes principales des Lazes et connue sous les Grecs et les Romains comme un des ports de la Colchide. Au Moyen Âge, elle fait partie d'une vice-royauté soumise à la Géorgie.

Ville portuaire, elle fut prise par l'Empire ottoman, au XVIIe siècle ; commence alors son islamisation.

Après la guerre russo-turque de 1877-78 et le traité de San Stefano, elle est intégrée officiellement à l'Empire russe. Avec le traité de Berlin de 1878, la plus grande partie de l'Arménie revient à l'Empire ottoman mais pas l'Adjarie.

Après l'écroulement de l'Empire russe et la guerre civile qui s'ensuit, elle est occupée par les Turcs en 1918, qui y tiennent une conférence et signent avec la République démocratique d'Arménie le Traité de Batoumi. La ville est évacuée fin 1919, puis occupée par les Britanniques début 1920. S'établit alors dans la ville un gouvernement connu sous le nom de « République de Batoumi » jusqu'à son union quelques mois plus tard avec la Géorgie, qui elle-même est intégrée à l'URSS, jusqu'en 1991.

Ville considérée comme stratégique durant la Seconde Guerre mondiale, l'Allemagne nazie envisageait son annexion directe au Troisième Reich.

À la chute de l'URSS en 1991 et jusqu'en 2004, la région est gouvernée de façon autonome par Aslan Abachidzé.

La flotte russe stationnée dans le port le quitte le 13 novembre 2007, selon l'accord convenu lors du Sommet de l'OTAN à Istanbul en 2004[1] et signé le 30 mai 2005, avec 2008 pour échéance[2].

Architecture

La ville de Batoumi possède un jardin botanique et parmi ses monuments la forteresse de Tamara (XIe et XIIIe siècles).

À l'époque soviétique, le théâtre dramatique (1952), l'hôtel Intourist (1939) et le cinéma Tbilissi (1964) sont construits.

La ville possède aussi des statues à la gloire de Pouchkine, du poète géorgien Vaja Pshavela et de Chota Roustaveli.

Population

1979 : 122 815 (recensement)
1989 : 136 930 (recensement)
2002 : 121 800 (recensement)
2004 : 120 200 (estimation)
2005 : 121 200 (estimation)
2006 : 122 100 (estimation)

Économie

Batoumi est le terminus de la ligne ferroviaire partant de Tbilissi. La ville est également un terminal pétrolier d'une capacité de 9 millions de tonnes par an, pour le brut venant des rives kazakhes et turkmènes de la mer Caspienne. Cette situation en fait le principal port géorgien, dont le terminal a conduit au financement par la famille Rothschild du chemin de fer la reliant à Bakou, via Tbilissi, et à son ouverture en 1883[3].

La société Greenoak Holdings Ltd, basée dans les Îles Vierges britanniques, détenait en 2004 la Compagnie maritime de Batoumi et la majorité des parts du terminal pétrolier de Batoumi[4].

Transports

Batoumi possède un aéroport (code AITA : BUS). Le nouvel édifice est inauguré en 2007[5]. Il est construit et géré par la société turque Tepe Akfen Ventures.

Personnalités

Sport

Le principal club de la ville est le Dinamo Batoum.

Jumelages

La ville de Batoumi est jumelée avec[6] :

Liens Web

Notes et Références

  1. Florence Mardirossian « Géopolitique du Sud-Caucase : risques d'exacerbation des rivalités aux confins de la Géorgie, de la Turquie et de l'Arménie », Outre-Terre 2/2007 (n° 19), p. 283-302.
  2. Silvia Serrano et Michèle Kahn « Géorgie 2005 », Le Courrier des pays de l'Est 1/2006 (n° 1053), p. 121-134.
  3. Yasha Haddaji « Les hydrocarbures dans le Sud-Caucase », Le Courrier des pays de l'Est 3/2004 (no 1043), p. 12-23.
  4. Silvia Serrano et Michèle Kahn « Géorgie 2004 », Le Courrier des pays de l'Est 1/2005 (n° 1047), p. 120-136.
  5. Silvia Serrano et Michèle Kahn « L'heure des désillusions », Le Courrier des pays de l'Est 1/2008 (n° 1065), p. 106-119.
  6. Sister Cities

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Batoumi de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Batoumi — ou Batoum v. de Géorgie; 132 000 hab.; capitale de la rép. autonome d Adjarie. Port pétrolier import. sur la mer Noire …   Encyclopédie Universelle

  • Batoum — Batoumi Batoumi ბათუმი …   Wikipédia en Français

  • Batum (ville) — Batoumi Batoumi ბათუმი …   Wikipédia en Français

  • Batumi — Batoumi Batoumi ბათუმი …   Wikipédia en Français

  • ბათუმი — Batoumi Batoumi ბათუმი …   Wikipédia en Français

  • Batoum — Batoumi ou Batoum v. de Géorgie; 132 000 hab.; capitale de la rép. autonome d Adjarie. Port pétrolier import. sur la mer Noire …   Encyclopédie Universelle

  • Campagne du Caucase — De haut en bas et de gauche à droite : destruction de la ville d Erzurum ; Troupes russes ; Troupes ottomanes ; Réfugiés musulmans ; Réfugiés arméniens Informations générales Date …   Wikipédia en Français

  • Championnat du monde d'échecs de la jeunesse — Le Championnat du monde d échecs de la jeunesse est une compétition d échecs ouverte aux garçons et aux filles de moins de 18 (U18), 16, 14, 12, 10 et 8 ans. Le championnat a généralement lieu dans une seule ville, bien qu à plusieurs occasions,… …   Wikipédia en Français

  • Georgie (pays) — Géorgie (pays) Pour les articles homonymes, voir Géorgie. საქართველო Sakartvelo …   Wikipédia en Français

  • Géorgie (pays) — Pour les articles homonymes, voir Géorgie. საქართველო Sakartvelo …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”