Batman
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Batman (homonymie).
Batman
Personnage de fiction apparaissant dans
Batman
Batman cossplay.JPG
Cosplay de Batman
Alias Bruce Wayne
Origine américain
Activité(s) Propriétaire de Wayne Enterprises
Pouvoirs Aucun. Excellente condition physique, détective de génie, maître en arts martiaux, accès à un équipement de très haute technologie.
Famille Thomas Wayne (père, décédé),
Martha Wayne (mère, décédée),
Phillip Wayne (oncle et père adoptif, décédé),
Alfred Pennyworth (maître d'hôtel et père adoptif),
Dick Grayson (fils adoptif),
Jason Todd (fils adoptif),
Tim Drake (fils adoptif)
Damian Wayne (fils),
Helena (fille avec Catwoman).
Affiliation Catwoman, Jim Gordon, Oracle, Alfred Pennyworth,
JLA,
Outsiders,
Justice Society of America,
All-Star Squadron
Ennemi(s) Le Joker, Le Pingouin, L'Homme mystère, Bane, Killer Croc, Double-Face, Poison Ivy, Harley Quinn, Ra's Al Ghul et sa fille (Thalia)
Créé par Bob Kane
Bill Finger
Interprété par Adam West (Batman, 1966),
Michael Keaton (Batman, 1989; Batman : Le Défi, 1992)
Kevin Conroy (Batman contre le fantôme masqué, 1993)
Val Kilmer (Batman Forever, 1995)
George Clooney (Batman & Robin, 1997)
Christian Bale (Batman Begins, 2005; The Dark Knight : Le Chevalier noir, 2008)
Première apparition Historique:
Detective Comics #27 (mai 1939)
Moderne:
Crisis on Infinite Earths #11 (février 1986)
Éditeur(s) DC Comics

Batman est un personnage de fiction créé par Bob Kane et Bill Finger dans Detective Comics #27 en 1939. C'est un super-héros sans pouvoirs. L'homme qui se cache sous ce costume est connu sous le nom de Bruce Wayne[1], bien que le costume et le nom aient été quelquefois utilisés par d'autres. Batman a été classé deuxième parmi les meilleurs personnages de comic books[2],[3].

Sommaire

Biographie fictive

À travers les années, les origines de Batman ont subi des changements, majeurs et mineurs. Certains éléments ont été radicalement revus, d'autres — comme la mort de ses parents — sont restés constants. Plus généralement, les éléments invariables de l'histoire de Batman sont les suivants : Batman est l'alter ego de Bruce Wayne, un riche industriel et philanthrope, il combat le crime qui gangrène Gotham City et ses parents, Martha et Thomas Wayne, ont été assassinés par Joe Chill. Les auteurs, Bob Kane et Bill Finger, lors d'une discussion sur les origines de Batman, ont déclaré « [qu]'il n'y a rien de plus traumatisant que d'assister au meurtre de ses parents »[4].

Il est élevé par Alfred Pennyworth, le majordome du manoir. Bruce Wayne fait le serment de débarrasser la ville du mal qui la ronge.

Il commence un entraînement intensif dans tous les domaines, physiques et intellectuels. Il étudie la chimie, la criminologie, la médecine légale, les arts martiaux, la gymnastique, l'art du camouflage, de la fuite, et la ventriloquie. Toutefois, il se rend compte que cela ne suffira pas pour mener sa guerre contre le crime. Il lui faut un symbole pour terroriser les criminels de Gotham[5]. Signe du destin, une chauve-souris lui apparaît à la fenêtre, inspirant à Bruce de devenir Batman.

L'Âge d'or des comics (Golden Age)

Lors de sa première apparition dans Detective Comics #27 (mai 1939), Batman est déjà le combattant du crime que nous connaissons. Ce ne sera que dans le #33 de novembre 1939 que l'on nous dévoile un peu plus ses origines. Il faudra attendre Batman #47 pour en savoir plus et apprendre le nom de l'assassin de ses parents : Joe Chill. Batman devient aussi un des membres fondateurs de la Société de Justice d'Amérique[6]. Il participe toutefois assez peu à leurs missions. Les relations de Batman avec la police ne sont pas conflictuelles. Il collabore même avec la police de Gotham et devient même un membre honorifique de celle-ci[7].

Au début, Batman combat essentiellement des criminels ou des gangsters mais rapidement, ceux-ci adoptent un comportement similaire au justicier et les super-vilains costumés font leur apparition. À commencer par le Joker, clown cruel et sadique qui devient véritablement l'ennemi numéro un de Batman ou encore Double-Face dont la véritable identité est Harvey Dent, ami de Wayne et procureur incorruptible. Défiguré lors d'un procès, Dent sombre dans la folie et décide de faire justice lui-même.

D'autres super-vilains font leur apparition à Gotham City comme le Pingouin, le Sphinx, le Chapelier fou, l'Épouvantail, Hugo Strange, Gueule d'argile ou encore Catwoman avec qui le chevalier noir entretient une relation ambiguë. Face au nombre croissant d'ennemis, Batman est heureusement rejoint par un partenaire pour l'épauler : Robin. En réalité, Bruce recueille Dick Grayson dont les parents ont été assassinés. Dick est issu d'une famille de trapézistes et travaillait dans un cirque. Bruce ne peut pas garder le secret de sa double identité bien longtemps et le jeune Dick lui force la main pour le rejoindre et endosse le costume de Robin[8].

À la fin des années 1950, les éléments composant le mythe de Batman ont été pratiquement tous introduits. À l'arrivée de l'âge d'argent, ces éléments spécifiques seront considérés comme se déroulant sur une Terre parallèle : Terre II.

Il est à noter que, durant cet âge, les bandes dessinées françaises, à l'instar de L'Astucieux, nommaient ce héros Ailes Rouges. Ce fait obligea les artistes à le colorer de cette couleur durant cette période.

L'Âge d'argent des comics (Silver Age)

Il est communément admis que l’âge d'argent des comics commence en 1956, quand Barry Allen devient le nouveau Flash. Batman n’est pas véritablement affecté par les changements de la fin des années 1950, puisque l’on admettra que ses aventures se situent sur Terre I. Après les explications de DC concernant le multivers dans les années 1960, il est rétroactivement établi que les histoires de Batman de l’âge d'or des comics (Golden Age) se sont en réalité passées sur Terre II, donc un Batman d’un univers parallèle. Cela a créé par la suite quelques confusions, certains auteurs faisant référence à des aventures de l’âge d'or (par exemple, Englehart et Rogers, dans les années 1970, reviennent sur des éléments ayant eu lieu dans Batman #1). Certains détails de son histoire ont été altérés à travers les années. En 1980, l’éditeur Paul Levitz a créé la mini-série Untold Legend of the Batman afin de déterminer avec précision les origines de Batman. Durant l’âge d'argent, Batman collabore régulièrement avec d’autres héros, principalement Superman (surtout depuis 1954 avec la série World's Finest Comics). Batman et Superman sont des amis proches. Batman est membre fondateur de la JLA dont la première histoire est publiée dans Brave and the Bold #28 (1960). Dans les années 1970 et 1980, Brave and the Bold fut associé aux titres Batman, puisque dans chaque numéro ce dernier s’associait chaque fois avec un héros DC différent. Les histoires de Batman devinrent plus sombres, plus violentes, avec le retour d’un Joker meurtrier et l’arrivée de Ra's Al Ghul. Dans le dernier numéro de Brave and the Bold en 1983, Batman quitte la JLA et forme une nouvelle équipe, les Outsiders. Il est le leader de cette équipe jusqu'à Batman and the Outsiders #32 (1986).

Le Batman moderne

Après la maxi-série Crisis on Infinite Earths, DC change rétrospectivement l'histoire de quelques personnages majeurs. Frank Miller redéfinit les origines de Batman dans Année 1 en donnant à Batman une personnalité plus sombre. Bien que le Batman de Terre-II soit éradiqué de l'Histoire, la plupart des histoires de Batman de l'âge d'argent de Terre-I ont gardé la même essence originelle dans l'univers DC post-Crisis. Par exemple, la Police de Gotham est essentiellement corrompue, le passé de Dick Grayson reste inchangé. Batman n'est plus un membre fondateur de la JLA, bien qu'il en devienne pour un certain temps le leader en 1987. Toutes ces révisions de l'histoire de Batman sont plus détaillées dans le titre Legends of the Dark Knight. D'ailleurs, la plupart des histoires créées par Jeph Loeb et Mark Waid se situent dans cette période. La majorité des histoires de Batman depuis le début des années 1990 sont fait sous la forme de cross-overs entre les titres Batman.

Sa carrière de vigilant est au départ vue d’un très mauvais œil par une police corrompue. Il a malgré tout un allié en la personne du commissaire James Gordon. À la même époque, Batman rejoint la JLA et fait équipe avec d'autres super héros comme Superman.

Lorsqu'il devient adulte, Dick Grayson commence à s'éloigner de Batman. Bruce Wayne quitte le Manoir Wayne pour aller s’installer dans un appartement situé au sommet du Wayne Foundation Building dans le centre-ville de Gotham. Batman recommence aussi à travailler en solo[9] et fait occasionnellement équipe avec Robin ou Batgirl. D'autres super-vilains ont fait leur apparition à Gotham comme Deadshot, Killer Moth, Firefly, Mr Freeze, Poison Ivy, Man-Bat, ou Lady Shiva. Batman fait aussi la connaissance de Ra's Al Ghul. D'abord ennemis, Ra's et Batman finirent par être alliés pour un temps. Batman entretient même une relation avec sa fille, Talia, avec qui il a un fils, Damian, dont il ignore l'existence[10]. Alors que la relation entre Batman et Robin s'envenime, suite à des divergences d'opinions, Dick Grayson quitte définitivement Batman et devient Nightwing. Batman, lui, quitte la JLA et forme les Outsiders dont il reste un temps le leader.

Batman ne reste pas seul longtemps car un nouveau Robin fait son apparition en la personne de Jason Todd. Mais le duo est de courte durée car ce deuxième Robin est assassiné par le Joker[11]. Suite à cette perte, Batman s'endurcit et devient plus radical dans sa lutte contre le crime. Il travaille de nouveau en solitaire jusqu'à l'arrivée de Tim Drake qui devient le troisième Robin[12]. D'autres héros se joignent à Batman au cours des ans comme Huntress ou Azrael. Barbara Gordon, alias Batgirl, devient Oracle et cède son costume à d'autres jeunes filles qui successivement prennent l'identité de Batgirl.

En 1993, DC publie dans la même année La mort de Superman et Batman : Knightfall. Avec les années, Batman est devenu l'homme à abattre. De nombreux vilains tentent de l'éliminer pourtant un seul y parviendra : Bane. Après un combat titanesque contre Bane, Batman est hospitalisé et est remplacé par Jean-Paul Valley/Azrael dont la façon d'opérer est beaucoup plus violente[13]. Lorsque Bruce Wayne comprend que les méthodes de Valley outrepassent ses principes, il le destitue de son rôle par la force. Nightwing endosse ensuite le costume de Batman, le temps que Bruce prépare définitivement son retour.

En 1994, le cross-overs Zero Hour provoqua encore des changements dans la continuité de l'Univers DC. Entre autres, Joe Chill n'est pas identifié et le meurtrier des parents de Wayne devient un anonyme.

Batman finit par réintégrer l'équipe de JLA[14]. Il est vu comme « l'homme le plus dangereux du monde »[15] et il est sans conteste l'élément le plus important de la JLA. Toutefois, lorsque Gotham est ravagée par un tremblement de terre[16], la JLA intervient peu (Gotham City dévastée n'étant plus « territoire américain », la JLA n'a plus le droit d'y pénétrer). Batman doit se battre ardemment afin de reprendre la ville qui était alors tombée aux mains de gangs[17]. Alors que Lex Luthor participe financièrement à la reconstruction de Gotham (en tentant de s'emparer des titres fonciers de la plupart des terrains), ce dernier poursuit Bruce Wayne en justice pour meurtre[18]. Wayne sera bien sûr acquitté.

Batman, toujours tourmenté par la perte de Jason Todd, est confronté à un nouvel ennemi qui va remuer le couteau dans la plaie : Silence[19]. En réalité, il s'agit de Tommy Elliot, un ami d'enfance de Bruce Wayne. Ce dernier a essayé de tromper Batman en lui faisant croire que Jason Todd était revenu à la vie avec la complicité de Gueule d'argile qui a pris son apparence. Pourtant, plus tard, Jason Todd revient d'entre les morts. Il prend le pseudonyme de Red Hood. Red Hood, car c'est le nom que portait le Joker avant de tomber dans la cuve de produits chimiques qui l'a défiguré. Red Hood veut se venger de Batman. Il estime injuste le fait que Batman ait laissé le Joker en vie. Peu à peu, Batman prend du recul vis-à-vis de la JLA[20]. Il perd confiance envers les super-héros, particulièrement les membres de la JLA[21]. En réalité, c'est Zatanna qui a effacé certains souvenirs de la mémoire de Batman. Ceci le mène à créer le satellite de surveillance Brother I pour garder un œil sur l'activité des super-héros. Maxwell Lord détourne ce satellite pour en faire une arme contre les super-héros[22].

Dans un futur possible, les années ont passé et le fils de Batman et Talia a grandi. Damian décide de retrouver son père. La découverte de cette paternité et la personnalité agressive de Damian laisse Batman perplexe et provoque quelques troubles au sein de son équipe. Damian prit place dans la lutte contre le crime à Gotham avec Dick Grayson. Dick laisse son costume de Nightwing pour devenir Batman. Damian devient Robin. Tim Drake quant à lui s'émancipe et devient le Red Robin.

En 2009, Final Crisis, nous montre que Batman semble avoir été tué par Darkseid. Il n'en reste plus que le costume et son squelette. Mais en réalité, Bruce Wayne est coincé dans le passé à cause de la particularité des pouvoirs de Darkseid.

En 2010, on assiste au retour de Bruce Wayne. Il revient du passé et assiste à l'évolution apparue durant son absence.

Batman Incorporated, l'initiative du Héros

Batman est de retour dans le présent et arbore un nouveau costume, suite à l'histoire Batman : The Return of Bruce Wayne. Il laisse Dick Grayson continuer son activité de justicier sous le nom de Batman et de son fils Damian Wayne en tant que nouveau Robin, trouvant qu'il font de l'excellent travail à Gotham City. Il décide de parcourir le globe pour former un groupe (une "corporation") de héros ayant une similarité avec lui, s'étant résolu à une vérité : le monde entier à besoin d'un Batman.

Biographies alternatives

  • La retraite de Batman

Dans Batman : Dark Knight de Frank Miller (qui se passe dans un univers différent des autres comics), Batman a 55 ans. Il a été contraint de cesser ses activités, le gouvernement étant obligé de considérer comme ennemi tout contre-pouvoir sur son sol. Mais face à l'augmentation du crime à Gotham, il revient, plus impitoyable encore que par le passé.

Dans Batman, la relève, Bruce Wayne a rangé son costume définitivement. Âgé de 70 ans, il est rattrapé par le temps. Il se voit contraint de créer un ultime costume qui pallie ses faiblesses physiques dues à l'âge. Pourtant, lors d'une intervention, Batman a une attaque cardiaque. Il utilise une arme à feu pour échapper à la mort, trahissant la promesse qu'il s'était faite au début de sa carrière. Après cet événement, Bruce Wayne décide de mettre fin à sa carrière de héros.

Dans Justice digitale, c'est le petit-fils du commissaire Gordon, le sergent James Gordon qui sera guidé par la mémoire virtuelle de Bruce Wayne pour reprendre le flambeau vers 2060.

Description

Personnalités

Sous le pseudonyme de Batman se cache en réalité le play-boy milliardaire Bruce Wayne. Le meurtre de ses parents perpétré devant ses yeux l'amènera à développer ses facultés afin de combattre le crime. Batman ne possède aucun pouvoir, sa force réside ailleurs : dans ses capacités de détective, son intelligence, ses capacités physiques, et l'accès à une technologie de pointe. Il est d'une intelligence extrême (certains prétendent qu'il possède la mémoire eidétique c'est-à-dire la mémoire absolue des détails qui l'entourent…une théorie qui se vérifie quand on sait que Batman est très observateur) et reconnu comme étant un des meilleurs scientifique, détective, tacticien… Il est un véritable polymathe et accessoirement il est polyglotte (dans ses diverses apparitions dans les séries télé on peut le voir parler la plupart des langues européennes comme le russe, l'italien ou même le latin et le grec, il parle également le chinois et le japonais, ainsi que le kryptonien). À l'instar de Superman, les deux personnalités de Bruce Wayne varient avec le temps. Les représentations modernes de Batman nous montrent que Bruce Wayne n'est qu'une façade, et que Batman est l'incarnation de sa véritable personnalité. Depuis Infinite Crisis et le film Batman Begins, les auteurs ont tendance à nous montrer un Bruce Wayne dont le caractère est situé quelque part entre les deux.

Aux yeux du monde, Bruce Wayne est vu comme un milliardaire irresponsable vivant aux crochets de la fortune familiale et des Wayne Enterprises. Forbes Magazine, dans un article consacré aux personnalités fictives les plus riches, classe Bruce Wayne à la 7e place avec une fortune évaluée à 6,8 milliards de dollars[23]. Wayne est aussi réputé pour sa participation à des œuvres de charité et une attitude favorable au développement d'une économie écologique. Il a d'ailleurs créé la Fondation Wayne qui est une association d'aide aux victimes. Bruce se fait passer pour un play-boy puéril et égoïste; c'est Alfred Pennyworth (qui était un ancien acteur) qui l'a aidé à se forger sa « fausse » identité. Garder le secret de son identité est la priorité de Batman.

  • Batman

Bruce Wayne a créé Batman pour inspirer la peur dans les bas-fonds de Gotham. Il use d'artifices afin d'intimider au maximum ses adversaires. Autant Bruce Wayne paraît immature, autant Batman est un être froid et sans merci. Bruce Wayne change aussi le ton de sa voix lorsqu'il est Batman. Batman œuvre surtout la nuit. Dans Batman : Un long Halloween, il constate lui-même que "son apparence est plus efficace la nuit". Certains des ennemis de Batman ont réussi à découvrir sa véritable identité, comme Ra's Al Ghul, Docteur Hugo Strange, le Sphinx, Bane, et Silence. Le Joker semble également la connaître mais ne paraît pas s'en soucier, considérant que Batman est sa véritable identité.

  • Matches Malone

"Matches" Malone est le déguisement civil de Batman. Celui-ci manquait d'un "nom" pour avoir ses entrées dans le milieu du crime, il devint "Matches" Malone pour s'y infiltrer. Le surnom "Matches" correspond à sa manie de s'amuser avec des allumettes (il s'agissait d'un pyromane de petite envergure qui a disparu et dont Batman a repris l'identité).

Physique

Bien qu'il n'ait aucun réel superpouvoir, Batman n'en reste pas moins un super-héros digne de ce nom. Son entraînement, ses ressources, sa rigueur ont fait qu'il a largement compensé le manque d'un pouvoir spécifique. Physiquement, il est un maître dans de nombreuses disciplines martiales (tout spécialement à mains nues) et a des capacités physiques d'un niveau olympique. Dans la série Batman : L'Alliance des héros, épisode Symphonie en crime majeur, où il affronte un bandit qui utilise sa voix et le chant pour hypnotiser ses victimes et les soumettre à sa volonté, Batman révèle qu'il a une voix de baryton.

  • Costume

Les détails du costume de Batman ont changé avec le temps, mais certains éléments sont restés invariables : La cape aux extrémités acérées, le masque lui recouvrant la majorité du visage avec des oreilles pointues, la ceinture multifonctions et le fameux symbole sur la poitrine. C'est d'ailleurs ce dernier qui a subi le plus de changements au fil du temps. En 1964 une ellipse jaune fut rajoutée, puis retirée, puis les couleurs sont passées de bleu nuit à gris clair, puis de noir à gris foncé. La longueur de la cape ou des oreilles dépend beaucoup des dessinateurs.

  • Équipement
La Batmobile de la série TV

C'est Batman qui réalise tout son équipement (costumes, véhicules, armes) à travers les entreprises Wayne (qu'il vole et fait passer en pertes dans ses bilans financiers) et Kordtronics. Il est aidé un temps par Harold son assistant sourd-muet, génie de la mécanique. Il est fréquent que ce soit d'autres personnes qui fassent usage des inventions de Batman, voire les modifient. Il arrive aussi que Batman utilise une technologie développée par un ennemi (exemple : dans l'épisode de la JLA "Tour de Babel", il utilise le gaz paniquant de l'Epouvantail). Avec le temps, Batman a accumulé un arsenal impressionnant de gadgets très divers. Le design de ces objets reste toujours basé sur un thème sombre, rappelant la forme d'une chauve-souris. Les meilleurs exemples en sont la Batmobile et les batarang (des boomerangs/shurikens). Il utilise aussi le Batplane, le Batboat, le Bat-Sub, et le Batcycle. Ce "bat"-préfixe a surtout été utilisé dans les années 1960, avec l'avènement de la série télévisée. Il a même été utilisé jusqu'à l'écœurement (avec des bat-ordinateurs cherchant des bat-fichiers, des bat-radars, des bat-caméras à système bat-optique)… Vu la nature taciturne de Batman, il est peu probable qu'il soit à l'origine de ces appellations. Batman a le plus souvent recours à sa ceinture utilitaire. Elle contient en effet la majorité des objets dont il a besoin sur le terrain. Selon les dessinateurs, cette ceinture a un design extrêmement différent.

À ses débuts, il n'était pas rare de voir Batman utiliser des armes (voir par exemple Detective Comics #32, septembre 1939), mais il en utilisa moins avec le temps, arguant que c'est à cause de leur existence que ses parents sont morts. Batman n'utilise ses armes qu'à des fins principalement défensives, ou pour désarmer l'adversaire.

Vie éditoriale

Création du personnage

Bill Finger au sujet de la création de Batman

Kane avait une idée pour un personnage nommé Batman, et il souhaitait me montrer les dessins. Il dessina un personnage qui ressemblait très fort à Superman avec des espèce de... collants rouges, je crois, avec des bottes... sans gants, sans gantelets... avec un petit masque loup. Il avait deux ailes rigides qui dépassaient, ressemblant à des ailes de chauve-souris. Et en-dessous, il y avait un signe... BATMAN[24].

Originellement connu sous le nom de the Bat-Man, Batman est un personnage de comics dont les aventures sont publiées par DC Comics. Il est devenu, avec Superman et Spider-Man, un des super-héros les plus populaires[25]. Le personnage de Batman a été créé par Bob Kane et Bill Finger, mais seul Kane reste officiellement crédité.

Au début de l'année 1939, le succès de Superman dans la revue Action Comics a poussé les éditeurs de National Publications (qui deviendra plus tard DC Comics) à faire intervenir plus de super-héros pour leurs histoires. C'est ainsi que Bob Kane créa "the Bat-Man"[26]. Bill Finger, son collaborateur, a donné certaines indications sur la forme que devrait prendre le personnage : lui mettre une cagoule plutôt qu'un simple masque, une cape plutôt que des ailes, lui faire porter des gants, ainsi que d'autres détails du même genre[27]. C'est aussi Finger qui a trouvé le nom Bruce Wayne, expliquant dans le livre History of the Comics, vol. 1 de Jim Steranko que « le prénom de Bruce vient de Robert Ier d'Écosse. (…) j'ai cherché un nom de famille suggérant le colonialisme. J'ai essayé Adams, Hancock… puis j'ai pensé à Anthony Wayne »[28]. Les autres sources d'inspirations pour la personnalité, le visuel et l'équipement de Batman ont été puisées dans des films tels que Le Signe de Zorro de Douglas Fairbanks, The Bat et Dracula ; et dans des personnages comme The Shadow, The Phantom, Sherlock Holmes, Dick Tracy, Jimmie Dale, Le Frelon vert, Spring Heeled Jack. Même les dessins des machines volantes de Léonard de Vinci ont été utiles pour la création du personnage.

Kane céda les droits de propriété du personnage en échange d'une petite phrase devant apparaître dans chaque histoire de Batman. À l'origine, il n'était pas écrit « Batman créé par Bob Kane » ; son nom apparaissait simplement à côté du titre de chaque histoire. Au milieu des années 1960, son nom est retiré au profit des noms des scénaristes et dessinateurs. Ce ne sera qu'à la fin des années 1970 que le fameux « créé par Bob Kane » sera rajouté définitivement aux crédits, suivant l'exemple des histoires de Superman, où apparaît "créé par Jerry Siegel et Joe Shuster".

Finger n'a pas eu la même reconnaissance. Bien qu'il ait travaillé sur d'autres séries DC depuis les années 1940, on sous-estima sa participation à la création de Batman. Par exemple, dans le courrier des lecteurs de Batman #169 (février 1965), l'éditeur Julius Schwartz indique que Finger a créé le Sphinx. Toutefois, son contrat n'indiquait pas une obligation de le créditer sur les histoires. Finger, tout comme Shuster, Siegel et d'autres créateurs après l'âge d'or, se sentirent lésés par DC Comics. À la mort de Finger en 1974, DC n'avait toujours pas rétabli l'importance du rôle de ce dernier. Quelques années plus tard, Kane confirma les contributions de Finger (« Batman était au début un super-héros, un justicier; Bill en a fait un détective scientifique»), tout en insistant sur son propre rôle dans la création du personnage[29].

Les débuts (1939-1949)

La première histoire de Batman, "The Case of the Chemical Syndicate, " est apparue dans Detective Comics #27, mai 1939. Finger a écrit le tout premier strip de Batman, et Kane l'a dessiné. Finger indiqua que Batman a été écrit dans le style des pulps[30] et cela se ressentait dans le fait que Batman n'avait aucun remords à tuer ou battre des criminels. The Bat-Man fut un tel succès que dès 1940 il eut droit à sa propre série. À cette époque, National était le plus gros vendeur et l'éditeur le plus influent de l'industrie des comics, et Batman et Superman étaient la raison de leur succès[31]. Ces deux personnages eurent des histoires communes dans World's Finest Comics. Jerry Robinson et Dick Sprang travaillèrent aussi sur les strips à cette période.

Dès les premiers strips, on sentit l'évolution physique du personnage. En un an, il était complet, mon Batman définitif déclara Kane[32]. La ceinture remplie de gadgets fut introduite dans Detective Comics #29, suivies par le batarang et le premier "bat-vehicule" dans le #31. C'est dans le #33 que l'on connaîtra les origines du personnage. Le côté "pulp" commence à s'estomper dès 1940 dans Detective Comics #38 avec l'introduction de Robin, le partenaire de Batman[33]. Robin (dont le nom a été inspiré par Robin des Bois et par le nom anglais du rouge-gorge) a été créé selon l'idée de Finger que Batman avait besoin d'un docteur Watson qui lui donnerait la réplique[34]… Le premier numéro de la série "Batman" est un élément important, dans le fait qu'apparaissent pour la première fois le Joker et Catwoman mais aussi parce que Batman tue un personnage en lui tirant dessus. L'éditeur de l'époque décida que Batman n'aurait plus le droit de tuer ou d'utiliser un fusil[35]. Le ton général de la série resta assez léger dans les décennies suivantes.

Tout comme pour Batman, il existe un conflit quant à savoir à qui l'on doit la création du Joker. Jerry Robinson dit qu'il a créé le personnage. La position de Kane est que Bill Finger et moi avons créé le Joker. (…) Jerry Robinson est venu me voir avec une carte à jouer du joker. C'est ainsi que je résume l'histoire. Le Joker ressemble à Conrad Veidt – vous savez, l'acteur de L'Homme qui rit, le film de 1928 adapté du roman de Victor Hugo… Bill Finger avait un bouquin avec une photo de Conrad Veidt, il me l'a montré et m'a dit "Voilà le Joker.". Jerry Robinson n'a absolument rien à voir avec ça. Mais il maintiendra le contraire jusqu'à sa mort. Il a apporté une carte à jouer que nous avons utilisée dans quelques numéros afin que le joker s'en serve.[36].

Les années 1950 et le début des années 1960 (1950-1963)

Batman fera équipe avec Superman pour la première fois dans Superman #76, et découvre son identité secrète. La série World's Finest Comics continuera jusqu'en 1986. Les histoires sont basées sur leur proche amitié, et sur des affaires nécessitant leurs talents combinés.

Batman fut une des rares séries de super-héros à continuer à être publiée dans les années 1950, alors que le genre était en train de dépérir. Au milieu des années 1950, les histoires de Batman prennent un tournant plus science-fiction, à l'instar de Superman. De nouveaux personnages apparaissent : Batwoman, Ace the Bat-Hound, et Bat-Mite (ces deux derniers faisant écho à Krypto le Superchien et Mr Mxyztplk). Batman doit alors affronter des menaces d'outre espace. Il est alors un personnage public important, apparaissant dans des œuvres de charité et même en pleine lumière du jour. En 1960, Batman devient un membre de la Ligue de justice d'Amérique, dans The Brave and the Bold #28.

Le Batman "New Look" (1964-1969)

En 1964, les ventes des titres Batman chutent de façon dramatique ; Bob Kane pensa même que "[DC] était en train de planifier la mort de Batman."[37] Quand Julius Schwartz fut chargé de prendre en charge les séries autour de Batman, il ordonna des mesures draconiennes. Tout d'abord, dans Detective Comics #327 (1964) Batman fut re-designé afin de lui donner un aspect plus contemporain. Ce fut le dessinateur Carmine Infantino qui aida dans cette tâche. Les personnages apparus dans les années 1950 ainsi que les extra terrestres furent abandonnés. Même Alfred Pennyworth fut tué et remplacé par la Tante Harriet.

Le début de la série télévisée en 1966 a eu une profonde influence sur le personnage. En plus du retour d'Alfred et de l'introduction de Batgirl, le côté kitsch de la série s'est ressenti dans le comic. Bien que la série TV et le comic aient eu un certain succès, l'aspect kitsch commença à lasser et la série TV fut arrêtée en 1968. Les ventes des comics baissèrent à nouveau. Comme Julius Schwartz l'indiquait, Quand la série TV était un succès, on m'a demandé de faire du kitsch, et bien sûr quand la série a périclité, les comics ont suivi[38].

O'Neil et Adams (1970-1985)

Le scénariste Dennis O'Neil et le dessinateur Neal Adams ont tout fait pour libérer Batman de la légèreté qu'il avait pris suite à la série télévisée afin de revenir vers le véritable « vengeur nocturne » qu'il était au départ."[39] L'ère O'Neil / Adams débute avec Detective Comics #395 (1970), dans une histoire à l'atmosphère plus gothique. Dans une histoire écrite par Frank Robbins, Dick Grayson retourne à l'université, faisant de Batman un héros solitaire une fois de plus. Le ton général donné par O'Neil a influencé les histoires de Batman à travers les années 1970 et 80 ; les histoires de Detective Comics de Steve Englehart et Marshall Rogers sont considérés par de nombreuses personnes comme étant le point culminant de cette période.

The Dark Knight Returns et le Batman moderne (de 1986 à nos jours)

La série limitée de Frank Miller Batman : Dark Knight (1986) racontant l'histoire d'un Batman à la retraite reprenant du service, a ré-ancré le personnage dans ses racines les plus sombres. The Dark Knight Returns fut un succès commercial et depuis lors devenu une pierre angulaire de l'histoire des comics[40]. La série a aussi relancé la popularité de Batman[41]. La même année Dennis O'Neil devint rédacteur en chef de tous les titres Batman et s'occupa de son image post-Crisis. O'Neil a affirmé qu'on lui a donné la charge de relooker le personnage, mais il a plutôt essayé de donner un autre ton à la série, différent de tout ce qui a été fait avant[42]. C'est avec Batman : Année 1 de Frank Miller et David Mazzucchelli, publié dans Batman #404 à 407 que ce changement se fait sentir. Les origines de Batman sont même redéfinies. Alan Moore and Brian Bolland ont continué dans cette direction avec le célèbre Rire et mourir de 1988, dans lequel le Joker essaye de pousser à bout le Commissaire Gordon, le kidnappe, le torture et rend infirme Barbara Gordon. Cette histoire et d'autres du même acabit ont changé l'image des comics en visant un public plus adulte. Même les rapports entre Batman et Superman devinrent plus conflictuels.

Depuis la publication de "Year One", de nombreux scénaristes ont placé leurs histoires dans les premières années de Batman, souvent dans la série régulière Legends of the Dark Knight. Ce concept de "Year One" a eu un tel succès qu'il a été repris par l'ensemble de l'industrie du comics. Spider-Man et la Ligue de justice d'Amérique par exemple, ont eu droit au traitement "Year One".

Batman a attiré l'attention du public en 1988 lorsque DC Comics a mis en place un numéro d'appel pour laisser le public décider si Jason Todd, le second Robin, devait mourir ou non. Sa mort a été votée avec une faible majorité de 28 votes[43]. En 1993, Bane, un super-vilain, apparaît dans l'histoire "Batman : Knightfall", blessant grièvement Batman. Jean-Paul Valley, un héros connu sous le nom d'Azrael est amené à endosser le costume de Batman durant la convalescence de ce dernier. Doug Moench, Chuck Dixon, et Alan Grant ont travaillé sur les titres Batman pendant toute la durée de "Knightfall", et s'occupèrent de tous les crossovers de Batman pendant les années 1990. Le crossover "Cataclysm" a servi d'introduction à "No Man's Land" (1999), une histoire sur an qui a eu un impact sur tous les titres Batman (dépeignant un Gotham ravagé par un séisme). Une fois cette histoire finie, Dennis O'Neil cède sa place à Bob Shreck.

En 2003, Jeph Loeb et Jim Lee entament une histoire sur 12 numéros. Jim Lee n'avait plus travaillé sur une série régulière depuis plus de dix ans. Jim Lee travaille depuis 2005 sur All-Star Batman and Robin, the Boy Wonder avec Frank Miller. Batman a depuis joué un rôle important dans l'Univers DC, principalement dans Identity Crisis et Infinite Crisis.

En 2006, ce sont Grant Morrison et Paul Dini qui sont les principaux auteurs de Batman et Detective Comics, puis sort "Batman - City of Crime" de David Lapham, Ramon Bachs & Nathan Massengill.

En 2008, DC décide d'arrêter la publication de Batman. Dans la série Countdown to Final Crisis puis Final Crisis, Bruce Wayne (sous les traits de Batman), confronté à Darkseid, est alors projeté par ce dernier à la préhistoire. La série s'arrête donc au numéro 681[44] à seulement 6 mois des 70 ans du héros. Dick Grayson devient désormais son successeur en juin 2009 avec comme coéquipier dans le rôle de Robin, Damian Wayne. Jason Todd et Tim Drake était aussi pressenti pour revêtir la cape du Dark Knight.

En 2010, Bruce Wayne est réapparu dans la mini série en 6 volumes "The Return of Bruce Wayne" et signée Grant Morrison.

L'univers de Batman

Gotham City

Article détaillé : Gotham City.

Inspirée par des villes comme Chicago, New York, Boston et Pittsburgh, Gotham City est située sur la côte nord-est des États-Unis. C'est une ville sale, corrompue, ravagée par le crime, à l'opposé d'une ville futuriste comme Metropolis. On a souvent dit de Gotham City que c'était "New York at night", en référence au fort taux de criminalité de la ville américaine. Thomas et Martha Wayne furent tués dans Crime Alley, un ancien quartier branché devenu un bidonville. Gotham City est en quelque sorte une représentation urbaine de la personnalité de Batman. Cette ville fut à la base une ville très prospère et accueillante jusqu'au meurtre non résolu de la bienveillante famille Wayne, ce qui envoya un message comme quoi le crime peut payer. De plus la fin des Wayne -qui étaient des philanthropes- a permis aux actionnaires de l'entreprise d'être moins moralistes. Comme d'autres, ils se mirent aussi aux pots de vins et permirent alors aux entreprises de prospérer -ainsi qu'à la criminalité. Le fait que les entreprises soient intouchables leurs permit de faire de plus en plus d'expériences et de lâcher leurs déchets un peu partout. Il peut exister à Gotham des quartiers très bourgeois mais aussi des quartiers très pauvres. L'argent y fait loi et la ville est corrompue, des policiers jusqu'aux adjoints du maire.

Il est à noter que de mai 1939 à décembre 1940, Batman était le héros de la ville de New York. Gotham City n'apparut qu'en janvier 1941.

La Batcave

La Batcave (dont le nom n'apparaît qu'en 1944) est le quartier général secret de Batman. C'est un entrelacement de souterrains situés sous le Manoir Wayne. Il s'en sert comme centre de commandes pour la surveillance locale, nationale et internationale. C'est aussi dans la Batcave qu'il garde précieusement tous ses véhicules et son équipement. La Batcave est aussi une sorte de musée dans lequel il garde des reliques lui rappelant certains faits de sa vie. De ses rares ennemis qui ont vu la Batcave, peu connaissent sa localisation. Pendant le no man's land, la Batcave et le manoir Wayne ont été détruits. Batman utilisa alors des Batcaves auxiliaires dont une se trouvait sous l'asile d'Arkham. Lors de la reconstruction de Gotham, Batman changea l'emplacement de la Batcave. La nouvelle Batcave était beaucoup plus profonde que l'ancienne.

Le Bat-Signal

Le Bat-Signal est utilisé lorsque la police de Gotham a besoin de l'aide de Batman. C'est un projecteur dessinant dans le ciel nocturne de Gotham l'insigne de Batman. Ce signe est visible de n'importe quel endroit de la ville.

Ses alliés

Article détaillé : Alliés de Batman.

Malgré sa réputation de héros solitaire, Batman collabore avec de nombreux personnages, et en particulier Robin. Le premier Robin, Dick Grayson, quitte son mentor afin de devenir Nightwing et ira vivre à Bludhaven, une ville proche de Gotham.. Le second Robin, Jason Todd, est tué par le Joker mais revient plus tard comme ennemi de Batman, sous le nom de Red Hood. Tim Drake, le troisième Robin, fait sa première apparition en 1989 et rêve de devenir un aussi bon détective que Batman. Alfred Pennyworth est le fidèle serviteur de Bruce Wayne, mais il est aussi une figure paternelle. Le commissaire Gordon est un proche collaborateur de Batman malgré leur vision différente de la justice. Lucius Fox aussi est un allié de choix pour le Dark Knight, celui-ci travaillant dans le département des sciences appliquées de Wayne Entreprises, il aide le justicier avec ses gadgets dont le costume et la Batmobile.

En plus de collaborer avec Robin ou d'autres personnes, Batman est un membre de la Ligue des Justiciers et des Outsiders. Il a souvent travaillé avec Superman. Cependant, ses rapports avec lui sont complexes. Ils ont des visions différentes de la vie, et bien qu'ils se respectent et sont des bons amis, ils ont une relation conflictuelle. Batman garde un anneau de kryptonite, donné par Superman, au cas où ce dernier serait manipulé et se retournerait contre ses proches, mais aussi à cause de sa méfiance envers Superman, car il craint que la puissance de son ami ne lui monte à la tête. Par exemple, dans l'avant-dernier épisode de Batman Beyond, Bruce Wayne remet un morceau de kryptonite verte à Terry, lorsque celui-ci lui apprend que le traître est Superman, et on voit que Bruce n'est pas surpris et il fait comprendre à Terry que cela devait arriver un jour ou l'autre, même s'il s'est avéré que Superman était manipulé.

Sentimentalement, Batman a eu des aventures avec un certain nombre de femmes, même des ennemies comme Catwoman ou Talia Al Ghul (avec laquelle il a eu un fils Damian qu'il a cru mort-né dans un premier temps[45]). Il y a eu les reporters Vicki Vale et Vesper Fairchild ; les héroïnes Wonder Woman et Zatanna ; Sasha Bordeaux ; Silver St. Cloud, Julie Madison, Shondra Kinsolving, Linda Page et même Lois Lane[réf. nécessaire]. Bien que ces relations aient toutes été de courte durée, l'attirance de Batman pour Catwoman est un élément constant du comic. Bruce Wayne est, quant à lui, le « meilleur célibataire de Gotham ». Une seule femme a vraiment compté pour lui plus que toute autre : Andrea Baumont. Il l'a connu lorsqu'il débutait sa carrière de justicier. Elle est la fille de l'homme d'affaire Carl Beaumont, sa mère étant, apparemment morte quand elle était enfant. Bruce Wayne et Carl font affaire ensemble, et c'est là qu'il rencontre Andrea, la fille de Carl, de laquelle il tombe amoureux. Les sentiments sont réciproques et ils finiront par sortir ensemble. Entre temps Bruce Wayne tente de combattre le crime mais il s'aperçoit que son « costume » n'effraie pas les criminels (un semble gilet pare-balles, un gilet gris et une cagoule. Cependant, ses sentiments pour Andrea se font plus pressants et il sent qu'il doit faire un choix. C'est lorsqu'il vient confier son désarroi sur la tombe de ses parents, qu'Andrea arrive et répond à ses questions en lui disant que ses parents lui ont déjà envoyé un signe. De fait, Bruce va lui demander sa main (et par conséquent arrêter de vouloir être un justicier), elle accepte à la grande joie de Bruce. Mais hélas, alors qu'ils devaient se revoir à un rendez-vous, celle-ci doit partir et envoie un mot à Bruce Wayne lui expliquant les raisons de son départ. Ce n'est que des années plus tard, en tant que Batman qu'il la retrouve de retour à Gotham City mais sous les traits du fantôme masqué. Dans le film Batman Begins, la seule femme qu'il aime est son amour de jeunesse : Rachel Dawes, assistante du procureur et fiancée de Harvey Dent (dans The Dark Knight : Le Chevalier noir)

Batman est aussi entouré entre autres de Barbara Gordon, la fille du Commissaire Gordon, qui après avoir combattu activement sous le masque de Batgirl, aide toute la communauté des super-héros grâce à ses talents de hacker, en prenant le pseudonyme d'Oracle. Il est aussi entouré de Spoiler/Stéphanie Brown qui a aussi porté le costume de Robin, de Batgirl/Cassandra Cain dans sa lutte contre le crime.

Ses ennemis

Article détaillé : Ennemis de Batman.

Les ennemis de Batman sont parmi les plus notables dans l'histoire des comics. La plupart des ennemis récurrents de Batman ont été créés dans les années 1930 et 1940 : Le Joker, Catwoman, le Pingouin, Double-Face, le Sphinx, le Chapelier fou, l'Épouvantail, Hugo Strange et Gueule d'argile. D'autres émergent dans les années 1950, 60 et 70, avec Deadshot, Killer Moth, Firefly, Mr Freeze, L'Empoisonneuse (Poison Ivy), Man-Bat, Ra's Al Ghul et Lady Shiva. Killer Croc, Black Mask ainsi que le Ventriloque sont imaginés dans les années 1980. Mr Zsasz, Bane, Rupert Thorne et Harley Quinn dans les années 1990 et depuis l'an 2000 sont apparus Silence, Enigma et David Cain. On peut même ajouter dans cette liste Jason Todd (qui a pris l'identité de Red Hood lors de la série Batman Hush). Il existe également depuis peu, le duo Stargirl et la Plume.

Œuvres où le personnage apparaît

Comics

Article détaillé : Liste des comics Batman.

Voici quelques ouvrages recommandés :

  • 1939 : Batman 1939-1941 de Bob Kane : les débuts de Batman.
  • 1967 : Batman Anthologie Neal Adams 1967-1969 : quelques épisodes par le grand Neal.
  • 1986 : Batman : Dark Knight (Batman: The Dark Knight Returns) de Frank Miller, Klaus Janson et Lynn Varley : l'histoire d'un Bruce Wayne âgé de presque 60 ans qui reprend du service après dix ans d'arrêt.
  • 1987 : Batman : Année 1 (Batman: Year One) de Frank Miller et David Mazzucchelli : les débuts de Batman revus par Frank Miller.
  • 1988 : Rire et mourir (Batman: The Killing Joke) de Alan Moore et Brian Bolland : Batman sauve le Commissaire Gordon d'un piège vicieux tendu par Le Joker.
  • 1988 : Un deuil dans la famille (A Death in the Family) de Jim Starlin et Jim Aparo : la mort du deuxième Robin, alias Jason Todd.
  • 1993 : Knightfall (Part One : Broken Bat) : recueil d'aventures qui retracent le premier affrontement entre Batman et Bane.
  • 1993 : Knightfall (Part Two: Who Rules The Night) : suite de cette série où brisé, Bruce Wayne doit laisser la cape de Batman à Azrael.
  • 1996 : Un long Halloween (Batman: The Long Halloween) de Jeph Loeb et Tim Sale : une série de Batman plutôt réussie revenant sur la période d'un Batman débutant, à la suite de Year One.
  • 2002 : Dark Victory de Jeph Loeb et Tim Sale : la suite d’"Un long Halloween", le tout prenant les allures d'un film policier.
  • 2003 : Silence de Jeph Loeb et Jim Lee : une saga récente de Batman, qui l'oppose à un nouvel adversaire qui en sait très long sur lui.
  • 2006 : Année 100 (Year One Hundred) de Paul Pope : 2039, à Gotham City, opprimée et plus sombre que jamais, un nouveau Batman apparaît.
  • 2008 : Batman R.I.P de Grant Morrison : une des œuvres les plus recherchées de Grant Morrison, qui dépeint le mental usé de Batman et qui marque un tournant majeur dans l'histoire du justicier masqué.

Serials

Série

Adam West, qui incarna Batman pour la série télévisée de 1966 à 1968.

Séries animées

Longs métrages

Article détaillé : Batman (films).
Tétralogie des années 1990
  1. Batman (Tim Burton, 1989) avec Michael Keaton (VF: Patrick Osmond ; VQ : Éric Gaudry), Jack Nicholson et Kim Basinger
  2. Batman : Le Défi (Tim Burton, 1992) avec Michael Keaton (VF : Patrick Osmond ; VQ : Éric Gaudry), Danny DeVito et Michelle Pfeiffer
  3. Batman Forever (Joel Schumacher, 1995) avec Val Kilmer (VF : Robert Guilmard ; VQ : Éric Gaudry), Jim Carrey, Tommy Lee Jones, Chris O'Donnell et Nicole Kidman
  4. Batman et Robin (Joel Schumacher, 1997) avec George Clooney (VF : Patrick Noérie ; VQ : Daniel Picard), Arnold Schwarzenegger, Uma Thurman, Chris O'Donnell et Alicia Silverstone
Trilogie des années 2000
  1. Batman Begins (Christopher Nolan, 2005) avec Christian Bale (VF : Philippe Valmont ; VQ : Antoine Durand), Michael Caine, Liam Neeson, Cillian Murphy, Morgan Freeman, Gary Oldman ; Katie Holmes
  2. The Dark Knight : Le Chevalier noir (Christopher Nolan, 2008) avec Christian Bale (VF : Philippe Valmont ; VQ : Antoine Durand), Michael Caine, Heath Ledger, Aaron Eckhart, Morgan Freeman, Gary Oldman, Maggie Gyllenhaal et Cillian Murphy.
  3. The Dark Knight Rises (Christopher Nolan, 2012) avec Christian Bale (VF : Philippe Valmont ; VQ : Antoine Durand), Michael Caine, Morgan Freeman, Joseph Gordon-Levitt, Gary Oldman, Tom Hardy et Anne Hathaway.
Films hors séries

OAV

Téléfilm

  • Legendes des Super-héros (Legends of the Superheroes, Bill Carruthers, Chris Darley, 1979) avec Adam West
  • Dans la grotte de Batman (Return to the Batcave, The Misadventures of Adam and Burt, Paul A. Kaufman, 2003) avec Adam West

Courts métrages

  • Batman: Dead End (Sandy Collora, 2003) avec Clark Bartram
  • Superman/Batman : Au service du monde (alias World's Finest, Sandy Collora, 2004)

Jeux vidéo

Plusieurs jeux vidéo sur l'homme-chauve-souris sont également sortis depuis, notamment Batman Vengeance, Batman Begins et Batman: Rise of Sin Tzu, sans compter les différentes adaptations vidéoludiques des films et des séries animées.

  • Batman: Dark Tomorrow (HotGen, , Kemco, 2003)
  • Batman: Arkham Asylum (Rocksteady Studios, Eidos, 2009) est un jeu de la licence Batman qui comme son nom l'indique se déroule dans l'asile d'Arkham
  • Batman: Arkham City (Rocksteady, Warner Interactive, 2011)

Pour la liste des jeux vidéo de Batman : Catégorie:Jeu vidéo Batman.

Produits dérivés

Article détaillé : Produits dérivés de Batman.

Batman a, dès ses débuts, captivé les foules, notamment les enfants. La licence a donc été rapidement exploitée pour donner lieu à des produits dérivés, notamment des jouets, de toute sorte. Une véritable explosion s'opéra en 1989, au moment de la sortie du film Batman de Tim Burton. La batmania déferla alors sur le monde. Pour avoir un panorama des produits dérivés de Batman, consulter l'article de D.-D. Fleurier, « Batman éternel », dans le magazine Dixième Planète no 35, juin 2005.

Notes et références

  1. On pourrait dire que Bruce Wayne est sa véritable identité, mais d'un point de vue interne comme externe à l'univers certains défendent qu'il est lui-même quand il est Batman et dissimule sa vraie nature quand il est Bruce Wayne
  2. The 200 Greatest Comic Book Characters of All Time, Wizard juin 2008
  3. http://www.abovetopsecret.com/forum/thread355571/pg1
  4. Daniels (1999), p. 31
  5. « Les criminels sont superstitieux et lâches » dit Bruce Wayne dans Detective Comics #33, « ainsi, mon costume devra leur inspirer la terreur. Je dois devenir une créature de la nuit, noire, effrayante… »
  6. DC Special #29
  7. Batman #7 (1941)
  8. Detective Comics #38 (1940)
  9. dans les années 1970 et 1980
  10. Dans Le Fils du démon.
  11. En 1988, dans Un deuil dans la famille.
  12. A Lonely Place of Dying
  13. Dans KnightsEnd
  14. Quand Grant Morrison relance la JLA en 1996.
  15. JLA #4 (1997)
  16. Batman: Cataclysm
  17. No Man's Land (1999)
  18. Bruce Wayne: Murderer? et Bruce Wayne: Fugitive
  19. Dans Batman : Silence
  20. Dans Identity Crisis
  21. arc narratif Tour de Babel
  22. début de la saga Infinite Crisis
  23. Noer Michael, David M.Ewalt, The Forbes Fictional 15, Forbes 20/11/2006
  24. "Kane had an idea for a character called 'Batman', and he'd like me to see the drawings. I went over to Kane's, and he had drawn a character who looked very much like Superman with kind of ... reddish tights, I believe, with boots ... no gloves, no gauntlets ... with a small domino mask, swinging on a rope. He had two stiff wings that were sticking out, looking like bat wings. And under it was a big sign ... BATMAN." dans Steranko, Jim. The Steranko History of Comics 1, Reading, PA: Supergraphics, 1970. ((ISBN 0-517-50188-0)).
  25. Le quotidien britannique The Guardian, dans un article sur l'anniversaire de Batman, a défini ce dernier en ces termes : "l'élément culturel parfait du XXIe siècle " Batman's big birthday.
  26. Daniels, Les. Batman: The Complete History. Chronicle Books, 1999. (ISBN 0-8118-4232-0), pg. 18.
  27. Daniels (1999), pg. 21, 23
  28. Batman & Me, Eclipse Books, Forestville CA, 1989. (ISBN 1-56060-017-9), p. 44
  29. Batman and Me par Bob Kane et Tom Andrae.
  30. Daniels (1999), pg. 25
  31. Wright, Bradford W. Comic Book Nation. Johns Hopkins, 2001. (ISBN 0-8018-7450-5), p. 19
  32. Daniels (1999), pg. 29
  33. Wright, pg. 17
  34. Daniels (1999), pg. 38
  35. Daniels (1999), p. 42
  36. Le site officiel du journaliste d'Entertainment Weekly Frank Lovece : Web Exclusives - interview de Bob Kane
  37. Daniels (1999), pg. 94
  38. Daniels (1999), pg. 115
  39. Wright, pg. 233
  40. Daniels (1999), p. 147, 149
  41. Wright, p. 267
  42. Daniels (1999), p. 155, 157
  43. Daniels (1999), pg. 161
  44. http://www.dccomics.com/dcu/comics/?cm=10341
  45. Voir les titres Batman: Son of the Demon et Batman and Son.

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Documentation

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Batman de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Batman — (engl. für „Fledermausmann“) ist ein Comic Held, der von Bob Kane geschaffen und von Bill Finger vor dem Erscheinen weiterentwickelt wurde. Finger veränderte das ursprünglich steife Cape in ein wallendes und konzipierte Batman als zweite… …   Deutsch Wikipedia

  • BATMAN — Pour les articles homonymes, voir Batman (homonymie). Bruce Wayne Personnage de Batman …   Wikipédia en Français

  • Batman — Bat man (b[a^]t m[a^]n), n. [Turk. ba[.t]man.] A weight used in the East, varying according to the locality; in Turkey, the greater batman is about 157 pounds, the lesser only a fourth of this; at Aleppo and Smyrna, the batman is 17 pounds.… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Batman — Batman, también conocido como el Hombre Murciélago es un personaje ficticio y superhéroe creado por el escritor Bill Finger y el artista Bob Kane (aunque solo Kane recibe crédito oficial) para una de las historietas del número 27 del comic book… …   Enciclopedia Universal

  • batman — batmán s. m., pl. batmáni Trimis de siveco, 10.08.2004. Sursa: Dicţionar ortografic  BATMÁN s.m. (Sport) Jucător din ofensiva unei echipe de crichet. [< engl. batsman]. Trimis de LauraGellner, 13.09.2007. Sursa: DN  BATMÁN s. m. Jucător din… …   Dicționar Român

  • Batman — Bat man (b[add] man or b[a^]t man), n.; pl. {Batmen} (b[a^]t men). [F. b[^a]t packsaddle + E. man. Cf. {Bathorse}.] A man who has charge of a bathorse and his load. Macaulay. [1913 Webster] || …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Batman — Batman, türkisches u. persisches Gewicht. In der Türkei ist ein großes B. = 20,4 Zollpfd., ein kleines B. = 1/4 des großen. In Constantinopel 1 B. persische Seide = 73/4 Zollpfd., in Persien 1 B. = 11,56 Zollpfd …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Batman — (türk.), a) Gewicht bei den kaukas. Tataren, = 20 Girwengker (Pfund); entsprechend die Aussaatfläche für so viel Samen, etwa 10–12 in einer Deßjätine. Ein tilani b. von 54 tilani styl für gewöhnliche Waren = 13,841 kg. b) Gewicht in Südrußland… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Batman — Batman, Handelsgewicht, in der ganzen asiatischen Türkei hauptsächlich in Gebrauch und dort = 6 Oka oder 7,7 kg. In Persien, meist abgekürzt als Man bezeichnet = 640 Miskal oder 2,944 kg. Es gibt indessen in Persien neben diesem amtlichen auch… …   Lexikon der gesamten Technik

  • Batman — Batman, Man, pers. Handelsgewicht von 2,9 13,8 kg, das neue Man von Täbrìs = 4,6 kg; in Buchara = 127,768, in China = 19,657, in der Türkei = 7,698 kg …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Batman — Batman, türk. und pers. Gewicht von verschiedener Größe, in der Türkei z.B. das große B. = 20,4 Zollpfund, das kleine 1/4 des großen …   Herders Conversations-Lexikon

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”