Bateaux marchands de l'epoque classique

Bateaux marchands de l'époque classique

Les bateaux marchands de l'antiquité classique peuvent être classés selon plusieurs critères. Il existe très peu de représentations de bateaux marchands de l’époque classique, mais en combinant ces derniers avec les conclusions faites par des archéologues sur les épaves, les historiens ont aujourd’hui une idée assez précise des caractéristiques de ces vaisseaux.

Sommaire

Matériaux de construction et forme générale

Les bateaux marchands de l’époque classique étaient construits principalement avec du pin et du chêne. Ils étaient lourds et arrondis ou ‘pontés’ comme les vaisseaux ‘bien pontés’ dont parle Homère dans l’Odyssée . Ils naviguaient à l’aide d’une voile carrée sur un seul mât, comme ceux dont nous entendons parler aussi dans L’Odyssée, et dont on peut voir les représentations sur des céramiques.

  • Homère compare le pieu en bois d’olivier qu’il enfonce dans l’œil du cyclope au mât d’un noir vaisseau de transport, à vingt bancs de rames qui franchit l’immensité des mers, tant elle était longue, tant elle était grosse à voir.
  • Une coupe de la fin du VIe siècle, qui se trouve au British Museum, montre un bateau marchand arrondi et comportant une voile carrée (fig. 4).
  • La célèbre peinture murale du cinquième siècle, trouvée dans une tombe étrusque de Tarquinia, montre également un vaisseau marchand à voile carré .
  • Un morceau de bol datant d’environ 520 représente un bateau marchand à voile carrée. La forme de ce bateau est très arrondie aux deux extrémités, et nous voyons dans le bateau au moins cinq figures humaines en posture de travail.
  • Les travaux effectués sur l’épave classique de Kyrénia ont permis de reconstituer le bateau. Il a plus au moins la forme qui est représentée par les artistes de l’époque. Les analyses ont permis également de montrer que l’essentiel de ce bateau marchand a été construit en pin d'Alep. Des pièces d’accastillage et des anneaux de cargues retrouvées indiquent qu’un seul mât portant une voile carrée a été utilisée par ce bateau. Les conclusions des travaux ont aussi relevé que le bateau était équipé d’une cabine située à l’arrière, et d’une petite cambuse dans la partie avant.
  • Une épave du sixième siècle, trouvée sur la côte sud de la France, portait aussi une voile carrée.

Les moyens de propulsion

Les bateaux marchands de l’époque classique naviguaient à l’aide d’une voile carrée, mais pouvait avoir recours à la rame.

  • Dans L’Odyssée, Homère évoque des vaisseaux de transport à vingt rames et un équipage de vingt rameurs.
  • Après une lecture de l'historien antique Hérodote, certains historiens actuels, notamment Humphreys et Snodgrass, maintiennent que les Phéniciens utilisaient des pentécontères pour le transport de marchandises à longue distance et que les Samiens du sixième siècle utilisaient une sorte de pentécontère adaptée spécifiquement pour le transport de gros tonnage. Pourtant, Hérodote dit seulement que les Phéniciens ont fait des longs voyages dans ces vaisseaux et ne suggère pas nécessairement un usage commercial. Trevor Hodge montre bien les désavantages de ce vaisseau dans le commerce dans son livre Ancient Greek France. Ces vaisseaux sont propulsés à la rame et ont besoin d’un grand équipage de cinquante rameurs.

Il apparaît à certains que, pour des fins commerciales, l’usage de vaisseaux nécessitant beaucoup de rameurs n’était pas la règle mais plutôt l’exception. De plus, sur les représentations des bateaux marchands on ne voit pas de rames. Elles devaient être utilisées en cas de nécessité, en cas de manque de vent ou pour remonter un courant contraire.

  • Dans un des plaidoyers de Démosthène il est dit qu’un certain Hyblésios commandait un bateau marchand de vingt rameurs; il y avait aussi un pilote et au moins un homme de proue. Il faisait un voyage au Pont sur un bateau capable de transporter trois milles amphores de vin. Ce vaisseau devait être d’assez grande taille, comme l’épave retrouvée près d’Alonessos. On peut supposer que Hyblésios n’aurait pas besoin de rames pour le voyage de retour en septembre quand les vents favorables suffiraient à pousser un vaisseau jusqu’en Grèce. Mais en revanche, il pouvait en avoir besoin pour naviguer contre les courants et lutter contre les vents en allant vers le Pont.

La taille des navires

La plupart des épaves classiques retrouvées en Méditerranée sont en très mauvais état ; la coque est souvent écrasée, voire éparpillée, et très déformée après des siècles passés sous l’eau. Il est donc souvent difficile de reconstituer le plan exact du bateau, et en conséquence seulement une idée très approximative de la taille du vaisseau peut être proposée. Plusieurs éléments pemettent cependant de faire une estimation raisonnable.

  • La Kyrénia a été entièrement reconstruite à partir des plans de l’épave. Ce qui permet d'estimer la taille de ce navire à 14,50 m de longueur et 4 m de largeur et dont la capacité de charge était à une vingtaine de tonnes. Il s’agit donc ici d’un petit caboteur pour l’époque.
  • D’autres épaves de l’époque ont permis à des archéologues de proposer des tailles différentes. La coque de l’épave de Porticello (lieux ?) a été estimée à environ 20 m de longueur pour une capacité de charge d’une trentaine de tonnes.
  • Des vaisseaux de plus grandes tailles ont été trouvés il y a quelques années. Tout d’abord, la découverte de l’épave classique à Alonessos (lieu ?) a été d’une grande importance car il s’agissait d’un vaisseau d’une capacité de charge d’environ 120 tonnes. Ceci est un des plus grands navires marchands de l’époque étudiés par des archéologues.
  • Il est probable que d’autres navires de cette taille se trouvent au fond de la mer ailleurs, et des indices soutenant cette dernière idée sont là. Par exemple, un cargo de barres de litharge a été trouvé dans l’Étang de Berre, près d’Adge. Il s’agit d’un cargo d’origine grecque, difficile à dater avec précision, mais nous pensons qu’il doit être d’entre le cinquième et le troisième siècle. Le cargo occupe une superficie de 20 m x 14 m et il pourrait peser une centaine de tonnes.

Les tonnages

Des navires de grandes capacités ont évidemment transportés des produits lourds, tels le fer et le marbre à cette époque.

  • Nous savons par Thucydide que les Athéniens utilisaient tels navires. Il parle d’un navire de fort tonnage utilisé lors du siège de Syracuse à la fin du Ve siècle.
  • Snodgrass pense que des quantités de marchandises lourdes tel que le marbre et le métal ont souvent été transportées par mer depuis la période archaïque. Il reprend l’idée de Coulton qui maintient que les sculpteurs ou architectes étaient capables de déplacer des blocs de plus de 60 tonnes.
  • De très grandes épaves romaines ont été trouvées près de Syracuse : une épave d’un cargo de 350 tonnes de marbre, dont une partie était de Paros, a été trouvée à Isole delle Correnti, et une autre de 172 tonnes de marbre des mines près d’Athènes a été trouvée à Marzameni. Ce qui amène à penser que les navires grecs qui les précédaient de peu était capable de porter au moins la moitié du poids voire le même.
  • Bolkestein pense que des navires de 300 tonnes existaient déjà à l’époque classique.
  • Huvelin propose le chiffre de 160 tonnes.
  • Casson pensait que des navires de 100 à 150 tonnes étaient courants pour l’époque classique.
  • On peut estimer la capacité de charge d’un bateau marchand en utilisant quelques renseignements que nous apporte Démosthène. Dans quelques plaidoyers, il parle des marchandises transportées par des négociants et donne parfois des chiffres. Dans le Contre Lacritos, il parle d’un navire transportant trois mille amphores, ce qui est du même ordre que l’épave d’Alonessos, qui, elle, comportait trois à quatre mille. Si une amphore pesait en moyenne 26.5 litres, le calcul donne un résultat de 105 tonnes ; sachant que des navires transportaient non seulement des amphores mais aussi d’autres produits ainsi que des personnes, il est raisonnable de conclure que des navires marchands de bien au-dessus de cent tonnes prenaient la mer à l’époque classique.

Les épaves trouvées ces dernières années révèlent d’abord une variété de tailles et en conséquence une variété de capacité de charge.

Les ancres

Les bateaux marchands utilisaient des ancres depuis ou avant l’époque archaïque et nous les rencontrons dans L’Odyssée. Il semble qu’au moins deux sortes d’ancres étaient utilisées à l’époque classique :

  • l’ancre pyramidale en pierre était utilisée par les bateaux marchands. L’ancre de ce type retrouvé dans l’épave de La Madonnina (lieu ?) confirme cet usage. Une autre ancre de ce type a été retrouvé sur une épave classique à Ognina en Italie .

En revanche, l’épave de Bon Porté, dont nous ne savons pas encore si elle est grecque ou étrusque, comprenait une ancre à remplissage en plomb tout comme celle retrouvé dans l’épave de Porticello.

La vitesse des navires

Des estimations sur la vitesse des navires marchands antiques sont possible :

  • D’après Hérodote, il fallait quinze jours pour traverser la longueur de la mer Caspienne à la rame et huit jours pour la traverser dans sa plus grande largeur. D’après Hérodote, un navire pouvait faire sept cent stades en une journée et par vent favorable.
  • D’après Thucydide, il fallait quatre jours et quatre nuits pour un vaisseau marchand, que le vent pousse continuellement, pour faire le voyage d’Abdère à l’embouchure de l’Istres, sur le Pont-Euxin , ce qui donne une vitesse de 5.2 nœuds. Le voyage de Néapolis carthaginois et la Sicile mentionné plus haut est d’environ 125 miles et prends deux jours et une nuit ce que donne une vitesse de 3,5 nœuds.
  • Diodore de Sicile nous laisse aussi des indications sur les longueurs de traversées : d’après ce dernier la traversée de Rhodes à Alexandrie est de 325 miles et prend trois jours et demi pour une vitesse de 3,9 nœuds et celle de la mer d’Azov à Rhodes est de neuf jours et demi pour une distance de 880 miles et une vitesse de 3,9 nœuds.
  • Pline l'Ancien évoque une traversée d’Ostie jusqu’en Afrique en deux jours à une vitesse de six nœuds pour 270 miles, et de Messénie à Alexandrie, neuf jours pour mille miles ce qui donne une vitesse de 4,6 nœuds.
  • Xénophon d'Éphèse parle également d’un bateau de pirates qui avait effectué le voyage de quatre cent miles de Rhodes à Tyr en Phénicie en quatre jours, ce qui fait cent miles par jours ou une vitesse de 4 nœuds. Il dit que ce vaisseau a été retardé par des conditions défavorables ce qui veut dire que normalement le voyage pourrait se faire plus rapidement.
  • R. Van Compernolle a évalué la vitesse des vaisseaux grecs à l’époque classique à 125 km par 24h au minimum, 250 km au maximum à la voile et par vent favorable . Ceci correspondrait à une vitesse moyenne de 3,2 à 6,5 nœuds. Au cinquième siècle les navires étaient capables de traverser la mer Egéenne d’ouest en est en deux jours, et pouvaient atteindre Panticapée après seulement dix jours de navigation.

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

Cet article manque de sources, d'autant qu'il cite des auteurs antiques et contemporains. Quels sont leurs ouvrages ?

Liens externes

  • Site Greek Merchant Ships BC ([1]) (réalisé par le premier auteur de l'article wikipedia).


  • Portail du monde maritime Portail du monde maritime
  • Portail de la Grèce antique Portail de la Grèce antique
Ce document provient de « Bateaux marchands de l%27%C3%A9poque classique ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bateaux marchands de l'epoque classique de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bateaux Marchands De L'époque Classique — Les bateaux marchands de l antiquité classique peuvent être classés selon plusieurs critères. Il existe très peu de représentations de bateaux marchands de l’époque classique, mais en combinant ces derniers avec les conclusions faites par des… …   Wikipédia en Français

  • Bateaux Marchands de l'epoque classique — Bateaux marchands de l époque classique Les bateaux marchands de l antiquité classique peuvent être classés selon plusieurs critères. Il existe très peu de représentations de bateaux marchands de l’époque classique, mais en combinant ces derniers …   Wikipédia en Français

  • Bateaux marchands de l'époque classique — Les bateaux marchands de l antiquité classique peuvent être classés selon plusieurs critères. Il existe très peu de représentations de bateaux marchands de l’époque classique, mais en combinant ces derniers avec les conclusions faites par des… …   Wikipédia en Français

  • L'histoire de l'automobile — Histoire de l automobile Célèbre photo représentant Dorothea Lange sur une Ford Modèle B, en 1936. L histoire de l automobile rend compte de la naissance et de l évolution de l automobile, invention technologique majeure qui a considérablement… …   Wikipédia en Français

  • Histoire de l'Acadie — L’histoire de l Acadie, au sens large, commence vers le IXe millénaire av. J.‑C., par l arrivée des Paléoaméricains, un peuple de chasseurs cueilleurs employant la pierre taillée. Le grand hiatus, une période s étalant du VIIIe au IVe… …   Wikipédia en Français

  • Histoire de l'homme occidental — L’histoire de l’homme occidental est l’étude des faits qui concernent l’identité culturelle de l’homme occidental à travers son histoire. Elle évacue toute composante événementielle dans le but d’illustrer comment ce dernier a évolué dans ses… …   Wikipédia en Français

  • Histoire de l'Yonne — L histoire de l Yonne est celle d un département créé à la Révolution française, le 4 mars 1790 et dont le territoire recouvrait une partie des Anciennes provinces de France qu étaient la Bourgogne (qui n était plus le Duché de… …   Wikipédia en Français

  • Culture de l'Écosse — Statue du poète Robert Burns à Dumfries. La culture de l Écosse forme une synthèse des différentes cultures, celtes, pictes et anglaises principalement, ayant baigné le pays. Les reliefs naturels, délimitant géographiquement les Highlands,… …   Wikipédia en Français

  • Histoire De L'automobile — Célèbre photo représentant Dorothea Lange sur une Ford Modèle B, en 1936. L histoire de l automobile rend compte de la naissance et de l évolution de l automobile, invention technologique majeure qui a considérablement modifié les sociétés de… …   Wikipédia en Français

  • Histoire de l'automobile — Célèbre photo représentant Dorothea Lange sur une Ford Modèle B, en …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”