Bataille des downs

Bataille des Downs

Bataille des Downs
Reinier Nooms - Before the Battle of the Downs - c.1639.jpg
Avant la Bataille des Downs
par Reinier Nooms
Informations générales
Date 31 octobre 1639
Lieu Les Downs, Manche
Issue Victoire hollandaise décisive
Belligérants
Provinces-Unies Provinces-Unies Empire colonial espagnol Empire espagnol
Commandants
Maarten Tromp Antonio de Oquendo
Forces en présence
117 navires 70 navires
Pertes
1 000 morts
1 navire détruit[1]
6 000 morts
43 navires pris ou détruits
Guerre de Trente Ans
Batailles
Pilsen — Sablat — Montagne Blanche — Bataille du cap Saint-Vincent (1621) — Wiesloch — Wimpfen — Höchst — Fleurus — Stadtlohn — Dessau — Lutter — Magdebourg — Breitenfeld — Rain am Lech — Lützen — Nördlingen — Tornavento — Wittstock — Rheinfelden — Guetaria — Fontarrabie — Downs — Montjuic — Marfée — Honnecourt — Barcelone — 1er Lérida — Leipzig — Rocroi — Cathagène — Tuttlinghem — Fribourg — Jankau — Alerheim — Orbetello — Mardyck — Dunkerque — 2e Lérida — Cavite — 3 e Lérida — Zusmarshausen — Lens — Valenciennes

La bataille des Downs ou bataille des Dunes, se déroule le 31 octobre 1639 pendant la guerre de Quatre-Vingts Ans, qui se confond, à partir de 1618 avec la guerre de Trente Ans. La flotte hollandaise, commandée par l'amiral Maarten Tromp, y remporte une victoire décisive sur les Espagnols, commandés par l'amiral Antonio de Oquendo.

Sommaire

Contexte

En 1639, l'Espagne envoie une puissante expédition navale, composée de 77 navires, embarquant 24 000 marins et soldats, dans la Manche. Elle cherche désespérément à envoyer des renforts et du ravitaillement en Flandre, alors que les troupes françaises en interdisent l'accès par les routes terrestres. La flotte quitte La Corogne le 16 septembre, sous le commandement de l'amiral Antonio de Oquendo. Elle se propose de rejoindre Dunkerque, le dernier grand port catholique des côtes de la mer du Nord. Le 25 septembre, elle est aperçue dans la Manche par l'escadre hollandaise de Tromp. Ce dernier n'a que quinze navires : aussi se contente-t-il dans un premier temps de dépêcher l'un de ses vaisseaux pour aller chercher de l'aide, tandis qu'il recule simplement avec les autres devant l'armada ibérique.

Le 27 septembre, lorsqu'il est rejoint par le vice-amiral Witte de With et qu'il dispose de 16 vaisseaux supplémentaires, il décide de se rapprocher et d'attaquer. Concentrant ses feux sur les navires espagnols les plus puissants, il réussit à en endommager sérieusement plusieurs, démoralisant ainsi les équipages de la flotte adverse. La férocité de De With, qui ne peut s'empêcher de rompre sa ligne pour attaquer au plus près les bâtiments espagnols, sans que ceux-ci soient en mesure de lui opposer une défense efficace, a probablement contribué également au découragement des marins ibériques. Le jour suivant, les 12 navires du contre-amiral zélandais Joost Banckert viennent renforcer l'escadre de Tromp.

Pour les Espagnols, la priorité n'est pas de livrer un combat naval, à l'issue de surcroît bien compromise, mais de préserver les troupes transportées. Aussi, choisissent-ils de rompre la bataille et de chercher refuge au large des côtes anglaises, dans un mouillage appelé les Downs, entre Douvres et Deal, dans le Kent, près d'une escadre anglaise commandée par le vice-amiral John Pennington. Ils espèrent que les tempêtes automnales habituelles disperseront rapidement la flotte hollandaise.

Dans la nuit du 28, Tromp et de With se retirent pour se ravitailler, notamment en poudre, car les munitions commencent à manquer. Ils sont inquiets car ils ignorent où est passée la flotte espagnole et craignent qu'elle ne leur ait échappé. Le 30, ils découvrent qu'elle mouille aux Downs et la soumettent à un étroit blocus tout en adressant une demande pressante de renfort aux autorités néerlandaises. Celles-ci réquisitionnent tous les navires de taille suffisante qu'elles peuvent trouver tandis que les volontaires affluent, attirés par la promesse d'un riche butin. À la fin du mois d'octobre, Tromp réunit sous ses ordres 105 navires et 12 brûlots.

Pendant ce temps, les Espagnols commencent à transporter leurs troupes et leur argent en Flandre, à bord de bâtiments britanniques, battant pavillon anglais. Tromp met un frein à cette pratique en arraisonnant les bateaux anglais suspects et en s'emparant des soldats espagnols qui sont à bord. Inquiet quant à une éventuelle réaction hostile anglaise, il affirme à Pennington qu'il obéit contre son gré à des ordres secrets des États-Généraux des Provinces-Unies et lui présente "confidentiellement", une lettre lui intimant d'attaquer l'armada espagnole où qu'elle se trouve et de prévenir, par la force si nécessaire, l'interférence éventuelle d'un État tiers.

Tromp demande également officiellement à d'Oquendo pourquoi il refuse la bataille alors qu'il dispose d'une puissance de feu supérieure à la sienne. D'Oquendo répond que sa flotte doit préalablement subir d'importantes réparations, mais qu'en raison du blocus auquel la soumettent les Hollandais, elle ne peut recevoir les mâts et les autres mâtériaux dont elle a besoin. Apprenant cela, Tromp fait aussitôt le nécessaire pour que ses adversaires obtiennent ce qu'ils souhaitent! Cependant le matériel commandé ne quitte pas les côtes anglaises.

Déroulement

Maarten Tromp

Le 31 octobre, profitant d'un vent d'est favorable, Tromp détache De With avec une escadre pour observer les Anglais et les empêcher éventuellement d'intervenir, envoie une escadre au nord (sous Cornelis Jol) et une autre au sud (commandée par Jan Heindriksz de Nijs) pour interdire toute voie de repli, et attaque avec les trois escadres restantes. Quelques uns des lourds navires espagnols, quasiment impossibles à manœuvrer, paniquent à la vue des Hollandais et s'échouent délibérément. Ils sont aussitôt assaillis et pillés par la populace anglaise, venue en nombre sur la grève observer le spectacle de la bataille. D'autres vaisseaux tentent une percée à travers les lignes néerlandaises.

Le navire amiral d'Oquendo, le Santiago, sort le premier, suivi du Santa Teresa, le vaisseau amiral portugais. Cinq brûlots en flammes sont lancés au milieu des bâtiments espagnols. Le Santiago réussit à éviter les trois premiers mais ceux-ci atteignent le Santa Teresa qui vient de repousser l'attaque des deux autres. Trop gros et trop lourd (c'est le plus gros navire de l'armada d'Oquendo), il ne peut leur échapper et il est incendié par l'un d'eux. Son commandant, l'amiral Lope de Hoces, est tué ainsi qu'une grande partie de l'équipage.

Les lourds bateaux espagnols impossibles à manœuvrer, incapables de résister, sont presque tous détruits ou capturés . Antonio de Oquendo échappe au désastre et à la faveur du brouillard parvient à ramener sept bâtiments (pour la plupart dunkerquois) rescapés à Dunkerque.

Les pertes humaines sont énormes: 15 200 morts et 1 800 prisonniers selon les rapports de l'époque. Cependant, ces chiffres sont aujourd'hui considérés comme très exagérés, d'autant qu'un tiers des troupes espagnoles avaient réussi à débarquer en Flandre avant la bataille grâce aux navires anglais. L'estimation des pertes (qui demeurent considérables) est désormais de 7 000 marins et soldats tués et 2 000 autres capturés pour les Espagnols et entre 1 000 et 500 morts pour les Hollandais qui perdent également un bâtiment[1].

Conséquences

Cette bataille met un terme à la suprématie navale espagnole. Les Hollandais et les Anglais tirent rapidement profit de cette situation pour attaquer et tenter de s'emparer des possessions coloniales ibériques.

Cependant, la bataille des Downs constitue aussi une humiliation pour l'Angleterre: sa neutralité et ses eaux territoriales ont été bafouées devant sa flotte impuissante. Le ressentiment qui en résulte n'est peut-être pas étranger à la dégradation des relations avec la Hollande et conduit les deux pays à s'affronter militairement une dizaine d'années plus tard.

Ordre de bataille

Provinces-Unies (Maarten Tromp)

(incomplet)
Fredrik Hendrik 36 (navire amiral de de With)
Groot Christoffel 28 - détruit
Deventer (Govert Voorns)

Espagne/Portugal (Antonio de Oquendo)

Santiago 60 (Castille) - Capitana Real ou vaisseau amiral royal- s'échappe à Dunkerque, le 1er novembre 1639
San Antonio (pinace)-(Masibradi) - échoué le 31 octobre
San Agustin (pinace)-(Martin Ladron de Guevara) - échoué le 31 octobre
Santa Tereza 60 (Portugal)-(Don Lope de Hoces)- detruit le 31 octobre
San Jeronimo
San Agustin (Naples) - Vice-Amiral - échoué le 31 octobre, coulé 3 ou 4 jours plus tard
El Gran Alejandro (Martin Ladron de Guevara) - capturé
Santa Ana (Portugal)
San Sebastian
Santa Catalina (Guipuzcoa) - échoué le 31 octobre
San Lazaro
San Blas (Masibradi) - échoué le 31 octobre
San Jeronimo (Masibradi) - brûlé le 31 octobre
San Nicolas
Santiago (Castille) - Brûlé au large de Douvres dans la nuit du 2 novembre
San Juan Bautista (Guipuzcoa) - coulé le 31 octobre
Esquevel 16 (loué au Danemark) - pris le 28 septembre
San Jose (Dunkerque)
Los Angeles (Castille) - échoué le 31 octobre
Santiago (Portugal) - échoué le 31 octobre
Delfin Dorado (Naples) - échoué le 31 octobre
San Antonio (Naples) - échoué le 31 octobre
San Juan Evangelista (Dunkerque)
El Pingue (navire loué) - coulé le 31 octobre
San Carlos (Masibradi)
San Nicolas (Masibradi)
San Miguel
Orfeo 44 (Naples) - perdu aux Goodwin sands le 31 octobre
San Vicente Ferrer (Dunkerque)
San Martin (Dunkerque)
Nuestra Senora de Monteagudo (Dunkerque) - s'échappe à Dunkerque le 1er novembre
Santiago 60? (Galice) - pris le 31 octobre
? (pavillon de Masibradi) - pris le 28 septembre, repris le même jour, échappé à Dunkerque, le 1er novembre, naufrage 4 jours plus tard
Santo Tomas (Martin Ladron de Guevara) - échoué le 31 octobre
Nuestra Senora de Luz
Santa Clara
San Gedeon (Dunkerque)
San Jacinto
San Carlos (Dunkerque) - coulé le 31 octobre
Santo Cristo de Burgos (San Josef) - perdu le long de la côte française le 31 octobre
San Paulo (Masibradi)
San Miguel
La Corona (navire loué)
La Presa or San Pablo La Presa (Castille)
San Esteban (Martin Ladron de Guevara) - pris le 31 octobre
San Pedro de la Fortuna (navire loué) - échoué mais parvient à se dégager le 31 octobre
Los Angeles (navire loué)
Aguila Imperial
La Mujer
Santo Domingo de Polonia (loué à la Pologne) - échoué le 31 octobre
San Jose (vaisseau amiral de l'escadre de Biscaye) - capturé le 31 octobre
San Salvador (vaisseau amiral de l'escadre de Biscaye) - s'échappe à Dunkerque le 1 novembre
Sao Balthasar (vice-amiral de l'escadre du Portugal) - 800 tonneaux - regagne Lisbonne en 1640
San Francisco 50? (Dunkerque) - s'échappe à Dunkerque le 1er novembre
San Pedro el Grande (vaisseau amiral de l'escadre de Ladron de Guevara)
Santiago (Martin Ladron de Guevara)
Jesus Maria (pinace)
San Pedro Martir (urca) - (navire loué) - échoué le 31 octobre
Fama (Urca)- (navire loué) - échoué le 31 octobre
Santa Cruz (Masibradi)
San Daniel (Guipuzcoa) - échoué le 31 octobre
San Juan Evangelista (loué à Hambourg) - échoué le 31 octobre
Santa Agnes (frégate) (Naples) - échouée, mais dégagée le 3 novembre
Grune? (Castille) - échoué le 31 octobre
Santa Teresa (Saetia) (Castille) - pris par un corsaire français le 31 octobre
Exchange (transporteur anglais loué) -
Peregrine (transporteur anglais loué)
Assurance (transporteur anglais loué)
5 autres transporteurs anglais

Notes & Références

  1. a  et b An encyclopedia of naval history page 114

Bibliographie

  • Anthony Bruce et William Cogar, An encyclopedia of naval history, Facts on File, New-York, 1997, (ISBN 9780816026975)
  • (en) George Edmundson, Cambridge Modern History, Cambridge University Press, 1906, « Frederick Henry, Prince of Orange » 
  • (en) Oliver Warner, Great Sea Battles, Cambridge Ferndale Edns, 1981 
  • (en) R. B Prud'homme van Reine, Schittering en schandaal - Biografie van Maerten en Cornelis Tromp, Arbeiderspers, 2001 
  • (en) Francis Vere, Salt in their blood: The lives of the famous Dutch admirals, Cassell, 1955 
  • (en) J.C.M. Warnsick, Drie zeventiende-eeuwsche admiraals. Piet Heyn, Witte de With, Jan Evertsen., van Kampen, 1938 
  • (en) J.C.M. Warnsick, 12 doorluchtige zeehelden, van Kampen, 1941 

Référence

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu d’une traduction de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Battle of the Downs ».
  • Portail du monde maritime Portail du monde maritime
  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
  • Portail du Nord-Pas-de-Calais Portail du Nord-Pas-de-Calais
Ce document provient de « Bataille des Downs ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bataille des downs de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bataille Des Downs — Avant la Bataille des Downs par Reinier Nooms Informations générales Date …   Wikipédia en Français

  • Bataille des Downs — source:enwiki 51° 12′ N 1° 30′ E / 51.2, 1.5 …   Wikipédia en Français

  • Bataille des Dunes (1639) — Bataille des Downs Bataille des Downs Avant la Bataille des Downs par Reinier Nooms Informations générales Date …   Wikipédia en Français

  • Bataille Des Dunes — Pour les articles homonymes, voir Dune (homonymie).     Cette page d’homonymie contient une liste de différentes bataill …   Wikipédia en Français

  • Bataille des dunes — Pour les articles homonymes, voir Dune (homonymie).     Cette page d’homonymie contient une liste de différentes bataill …   Wikipédia en Français

  • Bataille des Dunes — Pour les articles homonymes, voir Dune (homonymie).     Cette page d’homonymie …   Wikipédia en Français

  • Bataille Des Dunes (1658) — Pour les articles homonymes, voir Bataille des Dunes. Bataille des Dunes La bataille des dunes par Charles Philippe Lariv …   Wikipédia en Français

  • Bataille des dunes (1658) — Pour les articles homonymes, voir Bataille des Dunes. Bataille des Dunes La bataille des dunes par Charles Philippe Lariv …   Wikipédia en Français

  • Bataille Des Açores — Débarquement des troupes espagnoles sur l ile de Terceiras Informations générales Date 26 juillet 1582 Lieu …   Wikipédia en Français

  • Bataille des Acores — Bataille des Açores Bataille des Açores Débarquement des troupes espagnoles sur l ile de Terceiras Informations générales Date 26 juillet 1582 Lieu …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”