Bataille des Trois Rois
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec la Bataille des trois empereurs.
Bataille des Trois Rois
Bataille des Trois Rois
Informations générales
Date 4 août 1578
Lieu Oued al-Makhazin à côté de Ksar el-Kébir
Issue Victoire décisive du Maroc
Belligérants
Flag of Morocco 1258 1659.svg Maroc

Allié:
Flag of the Ottoman Empire (1453-1844) Empire ottoman[réf. nécessaire]
Flag Portugal (1578).svg Portugal

Allié:
Armée du roi marocain déchu Muhammad al-Mutawakkil
Commandants
Abu Marwan Abd al-Malik
Ramazan Pacha
Sébastien Ier
Muhammad al-Mutawakkil
Forces en présence
15 000 fantassins et 40 000 cavaliers 20 000 fantassins, 24 000 cavaliers et 36 canons
Pertes
environ 365 hommes environ 8 000 hommes
Tentative portugaise de conquérir le Maroc

La bataille des Trois Rois eut lieu le lundi 4 août 1578 sur les rives de l'oued al-Makhazin, un affluent du Loukkos, près de la ville de Ksar el-Kébir dans le nord du Maroc, entre d'une part les armées musulmanes du sultan marocain Abu Marwan Abd al-Malik, comprenant des cavaliers marocains, des artilleurs turcs et des arquebusiers andalous (castillans) et, d'autre part, l'armée « chrétienne » commandée par Sébastien Ier, roi du Portugal et des Algarves, incluant l'Algarve d'Outre-mer, c'est-à-dire le Maroc Portugais, et celle de Moulay Mohammed, le sultan du Maroc déposé par Abu Marwan Abd al-Malik, et comprenant également des mercenaires italiens, allemands et flamands.

Le roi de Portugal avait été appelé à intervenir dans la guerre civile marocaine : il était venu au secours de son allié, le sultan Moulay Mohammed, detrôné en 1576 par Abu Marwan Abd al-Malik, soutenu par les Turcs. Ces derniers, ennemis des Portugais en Orient depuis 1498, ouvrirent ainsi un deuxième front entre l'Empire ottoman et l'Empire Portugais.

Cette bataille se solda par une victoire nette du sultan Abu Marwan Abd al-Malik et du parti turc, mais ces trois rois y trouvèrent la mort.

Elle est aussi connue en tant que « bataille de l'Alcazar Kébir », orthographiée de différentes façons : « bataille d'Alcácer-Quibir » (en portugais), « bataille de l'Alcácer Quibir » (en français), et « bataille d’Alcazarquivir » (en langue castillane).

Sommaire

Contexte

La lutte contre l'expansion turque et la guerre de course de leurs alliés barbaresques en Mediterranée avait déjà donné lieu à plusieurs actions militaires de Charles Quint et Philippe II, avec l'aide navale décisive espagnole et vénitienne, notamment à la bataille de Lépante[réf. nécessaire].

Pourtant, à l'entrevue diplomatique de Guadaloupe, en Castille, entre Dom Sebastião et son oncle, Philippe II, celui-ci lui refusa son aide militaire pour une nouvelle intervention contre la Turquie et ses alliés, cette fois-ci au Maroc.

Les États portugais, tout au long de la deuxième partie du XVIe siècle, n'ont pas cessé de demander au roi de passer en Afrique pour terminer la conquête de l'Algarve d'Outremer, et sécuriser ainsi la navigation des navires revenant de l'Inde portugaise, en confinant les corsaires et la navigation turque en Méditerranée. En effet, la conquête progressive du Maroc depuis 1415 était considérée comme la deuxième partie de la Reconquête, terminée en 1249 avec la conquête de Faro.

Préparatifs

Refusant les conseils de son oncle de ne pas partir en guerre, en 1578 le roi Sébastien Ier, âgé de vingt-quatre ans, rassemble dans le port de Lagos, la plus grande baie portugaise, capable de rassembler toute la flotte portugaise en eaux profondes, une armée chrétienne forte de seize mille hommes capable de conquérir le Maroc, de remettre son allié sur le trône, et de fermer ce pays et le détroit de Gibraltar, qu'il contrôlait déjà avec Ceuta, et ainsi stopper l'expansion militaire continentale vers l'Atlantique de l'Empire ottoman. L'armée portugaise comptait aussi de nombreux mercenaires allemands, italiens et castillans[1].

El Kasr El-Kébir, rives du Loukos (ou Loukkes)

À Tanger, l'attend al-Mutawakkil qui, chassé du trône marocain par son oncle[réf. nécessaire], espère le regagner grâce au soutien des Portugais. Les Portugais avaient conquis depuis 1415 toutes les places fortes côtières atlantiques et leur arrière-pays : Ceuta, Tanger, Mazagan, Asilah, Álcácer-Ceguer, etc. Partis de Lisbonne le 24 juin, ils s'arrêtent à Tanger, où le roi et le sultan déposé se rencontrent. Sébastien choisit ensuite de faire faire à l'armée le parcours par terre, ce qui épuise ses troupes.

L'armée portugaise commet ensuite l'erreur tactique de s'enfoncer dans l'intérieur marocain, loin du soutien de sa flotte, à la rencontre de son adversaire, Abu Marwan Abd al-Malik. Encombrée par un lourd convoi de charrettes, l'armée portugaise se dirige d'Asilah ou Arzila[2] (ville récemment à nouveau dévolue au Portugal par le sultan détrôné en payement de son aide pour récupérer le trône), vers la ville intérieure marocaine de Larache, commençant l'invasion du sultanat du Maroc, qui occupe à ce moment-là juste la partie intérieure du pays, sans accès à la mer.

Le 3 août 1578, l'armée portugaise campe sur les bords de l'oued Mekhazen[1], avec la rivière dans le dos et sa droite bloquée par un autre cours d'eau, l'oued Loukos. L'infanterie chrétienne est disposée en carré, avec de chaque côté une ligne de charrettes pour protéger ses flancs, l'artillerie en avant des fantassins et la cavalerie aux deux ailes.

À l'imitation de Dom Sébastien, les Marocains avaient placé leur artillerie sur le front des fantassins et les cavaliers aux ailes.

Déroulement

La bataille s'engagea le 4 août 1578 au matin. La cavalerie portugaise, le roi à sa tête, commence par enfoncer le centre marocain au cours d’une charge furieuse, et y provoque un début de panique. Mais handicapée par des effectifs trop faibles, elle ne tarde pas à faiblir sous le nombre de ses adversaires. Les Marocains prennent alors l'offensive et le combat devient si violent que l'air fut obscurci par la poussière des chevaux et la fumée des canons.

Abd-el Malek, malade, meurt dans sa litière dès le début du combat[réf. nécessaire]. Son chambellan, Redouan, dissimule sa mort et crie aux soldats : Le sultan vous ordonne de marcher contre les Infidèles.[réf. nécessaire] D'autre part, Dom Sebastião veut combattre personnellement, et charge en tête de la cavalerie portugaise, qui perd très vite son chef et son commandement, restant désorganisée et confuse. En plus, la multiplicité des langues présentes dans l'armée rendent difficiles les ordres de commandement, dispersés dans la confusion du pêle-mêle.

Moulay Ahmed, très malade, prend alors le commandement, mais son ennemi, attaquant l'arrière de l'armée chrétienne, parvient à s'emparer de son artillerie. Le roi Sébastien avait en effet le commandement en chef, et n'ayant désigné personne pour commander en arrière en dehors de lui, la confusion fut énorme. Accablés, désorganisés, les Portugais sont mis en déroute.

Après avoir un moment cru en la victoire, les Portugais sont donc mis en déroute par les Marocains et Turco-Algérois[3].

El-Moutaouakel se noie en voulant traverser l'oued et ses soldats sont presque tous massacrés ou faits prisonniers.

Conséquences

Disputée entre le monarque et le saint, la mémoire de la bataille des Trois Rois suscite en terre marocaine une pluralité de récits : historiques, hagiographiques, folkloriques. Mais elle ne fait l'objet d'aucune célébration. Seules les communautés juives établies dans le nord du pays et habitées par le ressentiment contre ceux qui les ont expulsées de la Péninsule ibérique fêtent la défaite du roi Sébastien lors du Pûrim de los cristianos, le premier eloul de chaque année. Le texte biblique est mobilisé pour donner la signification de l'événement : la dévastation de la communauté juive de Marrakech par Muhammad al-Mutawakkil est identifiée à la destruction du Temple, le roi Sébastien au Haman du Livre d'Esther qui a décidé l'extermination de tous les juifs[4], sa défaite et l'exécution de ce dernier. Comme Pûrim célèbre l'éloignement de la menace de destruction qui pesait sur Mardochée et les siens, le nouveau pûrim, institué par les rabbins après la bataille de 1578 (5338 dans le calendrier juif), rend grâce à Dieu d'avoir détourné un péril mortel.

Au Portugal, les lendemains de la défaite sont ceux du refus de mémoire. C'est en 1607[5]qu'est publiée la première relation en portugais de la bataille qui jusqu'alors n'avait fait l'objet que de textes manuscrits, accusant le roi de légèreté et d'imprudence. Malgré les inhumations réitérées de Sébastien (à Ksar el-Kébir au lendemain de la bataille, à Ceuta, dans l'église des Trinitaires, en décembre 1578, à Belem, dans le couvent des Hiéronymites en novembre 1582), la croyance s'installe que le roi n'a point été tué sur le champ de bataille et qu'il fera retour, restaurant la grandeur du Portugal. Après d'autres, Lucette Valensi s'attache à comprendre le mystère du sébastianisme, ce messianisme puissant et durable qui convertit en mythe central de l'identité nationale le souvenir d'un roi vaincu.

Elle en montre les raisons : l'incertitude sur le sort du roi au soir de la défaite, l'opposition au roi de Castille qui, en 1580, s'est emparé militairement de la couronne du Portugal en empêchant les États portugais de proclamer un héritier(e), l'impossibilité du travail du deuil pour ceux restés en terre africaine.

Le retour attendu, prophétisé du roi, donne force à l'espérance : ceux que l'on dit morts ne le sont peut-être pas, et le royaume ne saurait demeurer longtemps entre des mains étrangères. Elle en marque, aussi, les récurrences : au Portugal où les faux Sébastien se multiplient jusqu'au début du XVIIe siècle et où la croyance prophétique resurgit dans chaque moment de crise (par exemple dans les années qui précèdent 1640 et le retour à l'indépendance ou lors de l'occupation des troupes napoléoniennes), mais aussi au Brésil où le mythe prend au XIXe siècle la dimension d'une protestation sociale et d'une promesse eschatologique.

À noter de plus qu'après la bataille, peu à peu, de nombreux nobles portugais reviennent chez eux, un à un, après le paiement de fortes rançons, qui épuisent le royaume, mais laissent ouverte la porte à l'espoir qu'une rançon sera encore demandée pour le roi, que personne n'ose dire avoir vu mourir. Dom Sebastião, le "Désiré", épithète qu'on lui avait donné dès avant sa naissance, restera le « Désiré » bien après sa mort : la preuve en est que Jean IV de Portugal dut faire promesse solennelle de restituer le trône à Sébastien, en 1640, s'il revenait.

Luís Vaz de Camões écrira dans une lettre à D. Francisco de Almeida, parlant du désastre d'Alcacer Quibir, de la ruine subséquente de la Couronne portugaise, de la menace de Philipe II de Castille sur le Portugal : Enfin, je finirai de vivre et tous verront que j'ai tant aimé ma patrie que je ne me suis pas contenté de mourir chez elle, mais avec elle.

Notes et références

  1. a et b J. M. Anderson, The history of Portugal, Ed. Greenwood Publishing Group, 2000, pp. 94 et suivantes (ISBN 0313311064 et 9780313311062) (lire en ligne)
  2. Asilah/Arzila est portugaise entre 1471 et 1550, et à nouveau entre 1577 e 1589.
  3. Lucette Valensi, « Fables de la mémoire. La glorieuse bataille des trois Rois », BiblioMonde. Consulté le 18 octobre 2011
  4. Ce ne fut pas lui, mais son arrière-grand-père, le roi Emmanuel Ier, qui expulsa les juifs, comme contre-partie à l'alliance castillane dont il avait besoin en ce moment.
  5. IORNADA DE AFRICA COMPOSTA POR HIERONYMO de Mendoça, natural da cidade do Porto : em a qual se responde a Hieronymo Franqui, & outros, & se trata do successo da batalha, cativeiro, & dos que nelle padecerão por não serem Mouros, com outras cousas dignas de notar... Com licença da Sancta inquisição. EM LISBOA. Impresso por Pedro Crasbeeck ANNO 1607 ("Expédition d'Afrique composée par Jérôme de Mendonça, naturel de la ville de Porto : dans laquelle on répond à Jérôme Franqui, & à d'autres, & l'on traite du résultat de la bataille, de la captivité, & de ceux qui en cette captivité souffrirent pour n'être pas Maures, avec d'autres choses dignes d'être notées... Avec l'autorisation de la Sainte Inquisition. À Lisbonne. Imprimé par Pedro Crasbeeck ANNO 1607")

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

  • Lucette Valensi, La glorieuse bataille des trois Rois, Le Seuil, Collection Univers historique, 1992
  • « Une victoire mémorable : la bataille des Trois Rois (4 août 1578) », dans Michel Abitbol, Histoire du Maroc, Paris, Perrin, coll. « Pour l'histoire », 2009, 673 p. (ISBN 2262023883 et 9782262023881) [présentation en ligne], p. 182-188 

Liens externes

Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article : Utilisé pour la rédaction de cet article


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bataille des Trois Rois de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bataille Des Trois Rois — Bataille des Trois Rois Informations générales …   Wikipédia en Français

  • Bataille des trois rois — Bataille des Trois Rois Informations générales …   Wikipédia en Français

  • Bataille Des Champs Du Pelennor — Carte de la bataille Informations générales Date 3019 T.A. Lieu Champs du Pelennor …   Wikipédia en Français

  • Bataille des champs du Pelennor — Carte de la bataille Informations générales Date 3019 T.A. Lieu Champs du Pelennor …   Wikipédia en Français

  • Bataille des champs du Pelenoor — Bataille des champs du Pelennor Bataille des Champs du Pelennor Carte de la bataille Informations générales Date 3019 T.A. Lieu Champs du Pelennor …   Wikipédia en Français

  • Bataille des champs du pelennor — Carte de la bataille Informations générales Date 3019 T.A. Lieu Champs du Pelennor …   Wikipédia en Français

  • Bataille des Champs du Pelennor — Informations générales Date 3019 T. Â. Lieu Champs du Pelennor, devant Minas Tirith, Gondor Issue Défaite des armées de Sauron Belligérants …   Wikipédia en Français

  • Guerres Des Trois Royaumes — Les Guerres des Trois Royaumes (anglais : Wars of the Three Kingdoms ou Wars of the Three Nations) désignent une série intriquée de conflits qui se déroulèrent en Angleterre, en Écosse et en Irlande entre 1639 et 1651, alors que ces trois… …   Wikipédia en Français

  • Guerres des Trois Royaumes — Les Guerres des Trois Royaumes (anglais : Wars of the Three Kingdoms ou Wars of the Three Nations) désignent une série imbriquée de conflits qui se déroulèrent en Angleterre, en Écosse et en Irlande entre 1639 et 1651, alors que ces trois… …   Wikipédia en Français

  • Guerres des Trois royaumes — Les Guerres des Trois Royaumes (anglais : Wars of the Three Kingdoms ou Wars of the Three Nations) désignent une série intriquée de conflits qui se déroulèrent en Angleterre, en Écosse et en Irlande entre 1639 et 1651, alors que ces trois… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”