Bataille des Haies
Bataille des Haies
Bocagenormandy.jpg
Carte des opérationsdu bocage normand
Informations générales
Date 13 juin au 24 juillet 1944
Lieu bocage normand
Issue Victoire américaine
Belligérants
États-Unis États-Unis Drapeau : Allemagne Reich allemand
Seconde Guerre mondiale
Batailles
Bataille de Normandie
Neptune · Tonga · Utah Beach · Omaha Beach · Gold Beach · Juno Beach · Sword Beach · Pointe du Hoc · Manoir de Brécourt · Perch · Carentan · Villers-Bocage · Haies · Cherbourg · Epsom · Jupiter · Charnwood · Caen · Goodwood · Atlantic · Crête de Verrières · Spring · Cobra · Bluecoat · Totalize · Mortain · Tractable · Colline 262 · Poche de Falaise · Brest · Paris

La bataille des Haies est le nom donné à une phase de la bataille de Normandie qui impliqua majoritairement l'armée Américaine face aux troupes allemandes, du 13 juin, quelques jours après le débarquement, jusqu'au 24 juillet 1944 et le début de la percée d'Avranches. Cette bataille se déroula dans le bocage normand marqué par ses innombrables haies d'où le nom que lui donneront après la guerre les historiens.

Sommaire

Historique

Face au blocage de la situation à l'est du front et l'impossibilité pour les troupes anglo-canadiennes de prendre Caen (voir bataille de Caen), les troupes alliées, principalement américaines, se voient obligées de progresser au sud-ouest dans une zone de bocage, une zone très favorable à la défense et dont les troupes allemandes, plus expérimentées, savent profiter.

D'un point de vue opérationnel, cette succession de prés et de haies empêche l'alignement du front d'attaque américain et facilite les prises de flanc. D'un point de vue tactique, chaque haie présente un nouveau retranchement à conquérir, exposant aux coups des défenseurs, l'infanterie et les blindés alliés à courte portée de tir telle une succession d'embuscades. Or l'état-major américain n'avait pas prévu de disputer des combats intenses dans cette zone et sous-estima les difficultés de la configuration du terrain, rendant difficile tout mouvement de chars ou la progression des hommes disposant de peu de visibilité.

Les haies favorisent les positions défensives allemandes et leur camouflage. Les troupes de la Wehrmacht auxquelles les Alliés doivent faire face sont plus expérimentées que les troupes qui stationnaient sur les côtes du débarquement. Notamment les Fallschirmjäger qui savent tirer profit de ces petits prés clôturés par des talus et des hautes haies. Elles s'y camouflent facilement, rendant la suprématie aérienne alliée moins déterminante et l'artillerie américaine peu efficace. Les Allemands pratiquent une tactique où chaque point défensif d'un pré peut soutenir celui du pré d'à côté.

Les blindés alliés ne peuvent progresser sur ce terrain, les routes sont étroites et bordées de hautes haies où les chars sont exposés aux tirs de l'artillerie allemande. Et quand ils arrivent à franchir les haies, la manœuvre découvre le dessous du char, non blindé, pour les tirs de panzerschrecks (l'équivalent des bazookas américains) de soldats allemands embusqués. La bataille des haies est une guerre d'infanterie qui peut être comparée par certains de ses aspects à une guerre de jungle.

L'avancée américaine est très lente et très coûteuse en vies humaines. Il faut quelquefois plusieurs dizaines de morts alliés pour prendre un pré ou une haie. 7 000 GI sont tués ou blessés pour libérer le simple bourg de Sainteny, entre Carentan et Périers. 10 000 autres subiront le même sort pour prendre la Haye-du-Puits le 8 juillet puis Lessay une semaine plus tard alors que cette ville n'est distante que de 8 km. Le moral des troupes américaines est atteint dans cette guerre d'usure où une haie prise avec difficulté ressemble terriblement à la haie précédente, au point que le bocage normand est surnommé l'hedgrox hell (l'« enfer des haies »). Début juillet, les Américains perdent un homme par mètre de progression de la ligne de front. Les pertes seront encore plus terribles pour prendre la ville de Saint-Lô, âprement défendue par un régiment parachutiste allemand depuis les collines au nord de la ville. Le mois de juillet sera sans doute le mois le plus difficile pour les Alliés sur le front de l'Ouest. Selon leurs plans, à D+60 (60 jours après le débarquement) ils auraient déjà dû libérer la Bretagne et avoir atteint la Loire alors qu'ils sont bloqués au nord d'une ligne Caen-Saint-Lô, n'ayant progressé que de quelques kilomètres en plus de trois semaines. L'état-major américain est inquiet ; à ce rythme, ils craignent de devoir livrer un mois de combat supplémentaire pour atteindre Coutances.

Franchissement des haies par les blindés

Afin de permettre un accompagnement blindé des troupes, l'US Army chercha des solutions pour que les chars percent facilement les haies et une fois franchies, les chars ne s'avanceront plus dans les prés et soutiendront l'infanterie à distance pendant qu'elle remontera de chaque côté pour attaquer la haie suivante.

Des bulldozers furent utilisées mais ceux-ci n'étaient présents qu'en petit nombre. Des canons de gros calibre pour pulvériser les haies furent testés. Des unités de blindés ou de génie développèrent leur propre technique par explosifs mais dont les résultats restaient mitigés[1] (temps de mise en œuvre, perte de l'effet de surprise, difficulté à placer l'explosif, etc.). Lors d'un test de pose d'explosifs par tube, les hommes du 747e bataillon blindé découvrirent qu'un tank équipé de tuyaux pouvait parfois traverser par lui-même certaines petites haies. Mais la manœuvre tordait fréquemment les tuyaux. Après avoir observé de telles traversées de haies, le premier lieutenant Charles B. Green du 747e équipa un tank Sherman d'un gros butoir[1] faits à partir de rails de voie ferrée. Ainsi équipé, le tank se révéla assez puissant pour déchirer et traverser presque toutes les haies. Les équipes de maintenance équipèrent ainsi plusieurs Sherman du 747e[1].

Un sergent tankiste, Curtis G. Culin, mit alors au point alors un dispositif simple mais ingénieux. Il fixa à l'avant de son char des lames d'acier leur permettant de franchir les haies en les tranchant à leur base. Ces lames avaient été fabriquées à partir des hérissons tchèques, sorte de chevaux de frise en poutrelles d'acier, que les Allemands avaient disposés sur les plages normandes pour éviter le débarquement des chalands et péniches alliés.

Le général Omar Bradley fut invité[2] le 15 juillet[1] à venir voir une démonstration du dispositif et convaincu ordonna immédiatement que le plus de tanks possibles en soient équipés, d'autant que le lancement d'une grande opération, l'opération Cobra s'annonçait. Ainsi lors de la percée sur Saint-Lô, environ 3 tanks sur cinq possédaient un hedge-cutter[3]. L'aspect du dispositif valut aux tanks équipés le surnom de « rhino » pour sa ressemblance avec la corne de l'animal.

Fin de la bataille

Les Alliés ne sortiront de ce piège du bocage qu'avec le lancement de l'opération Cobra et le percement des lignes allemandes avec une nouvelle tactique définie par le général Omar Bradley dite du « tapis de bombes ». Le 25 juillet, 1 500 bombardiers saturent de bombes un corridor étroit de quelques kilomètres seulement entre les villages de La Chapelle-en-Juger et Hébécrevon, au nord de la grande route joignant Saint-Lô à Coutances, afin d'annihiler toute défense allemande et de créer la brèche dans laquelle s'engouffreront les armées américaines, marquant la fin de la guerre des haies. Les troupes allemandes, usées elles aussi par 2 mois de combats et manquant d'effectifs ne pourront reconstituer rapidement une ligne de défense, permettant la percée d'Avranches et une guerre de mouvement plus favorable aux Alliés.

Galerie photos

Notes et références

  1. a, b, c et d "Busting the Bocage: American Combined Arms Operations in France 6 June--31 July 1944", Command and General Staff College, US Army.
  2. GI Ingenuity, p 125, par James Jay Carafano, éd. Greenwood Publishing Group, 2006 (ISBN 9780275986988).
  3. The The Fall of the Reich, p. 96, par Duncan Anderson, éd. MBI Pub. Co., 2000 (ISBN 0760309221).

Bibliographie

  • The Battle of the Hedgerows : June-July 1944, de Stephen Hart, Zenith Imprint, (ISBN 0760311668)
  • Battle of the Hedgerows : Bradley's First Army in Normandy, June-July 1944, de Leo Daugherty, (ISBN 0760311668)
  • Mourir pour Saint-Lô : Juillet 1944 la bataille des haies de Didier Lodieu, Éditions Histoire & Collections, (ISBN 2-35250-034-6)

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bataille des Haies de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bataille Des Haies — Carte des opérationsdu bocage normand Informations générales Date 13 juin au 24 juillet 1944 Lieu bocage norm …   Wikipédia en Français

  • Bataille des haies — Carte des opérationsdu bocage normand Informations générales Date 13 juin au 24 juillet 1944 Lieu bocage norm …   Wikipédia en Français

  • Guerre des Haies — Bataille des Haies Bataille des Haies Carte des opérationsdu bocage normand Informations générales Date 13 juin au 24 juillet 1944 Lieu bocage norm …   Wikipédia en Français

  • Guerre des haies — Bataille des Haies Bataille des Haies Carte des opérationsdu bocage normand Informations générales Date 13 juin au 24 juillet 1944 Lieu bocage norm …   Wikipédia en Français

  • Bataille De Normandie — Un LCVP (Landing Craft Vehicle Personnel) le 6 juin 1944 Informations générales D …   Wikipédia en Français

  • Bataille de Carentan — Bataille de Normandie Bataille de Normandie Un LCVP (Landing Craft Vehicle Personnel) le 6 juin 1944 Informations générales D …   Wikipédia en Français

  • Bataille de normandie — Un LCVP (Landing Craft Vehicle Personnel) le 6 juin 1944 Informations générales D …   Wikipédia en Français

  • Bataille de Normandie — 49°20′N 0°34′W / 49.333, 0.567 …   Wikipédia en Français

  • Bataille de Mortain — Contre attaque de Mortain Contre attaque de Mortain Colonne blindée allemande détruite près de Mortain Informations générales Date Du 6 août au …   Wikipédia en Français

  • Bataille du Rocher de La Piochais — Le bataillon carré, peinture de Julien Le Blant, 1880. Informations générales Date 21 décembre 1795 Lieu Entre Landéan et Louvigné …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”