Bataille des Arapyles

Bataille des Arapiles

Bataille des Arapiles
Bataille de Salamanque
Estampe de la bataille par M. Dubourg sur une gravure de J. Clarke-Hooke.
Informations générales
Date 22 juillet 1812
Lieu Salamanque
Issue Défaite française
Belligérants
France France Royaume-Uni Royaume-Uni
Espagne Espagne
Portugal Portugal
Commandants
Auguste Marmont Arthur Wellesley
Forces en présence
environ 47 000 soldats environ 50 000 soldats
Pertes
13 000 morts ou blessés ou prisonniers 5 067 morts ou blessés
Guerre d'indépendance espagnole
Batailles
Bruc — Saragosse (1er) — Medina del Rio Seco — Bailén — Roliça —Vimeiro — Durango — Valmaseda — Burgos (1e) — Espinosa — Tudela — Somosierra — Saragosse (2e) — Sahagún — Castellón — Uclés — La Corogne — Valls — Villafranca — Medellin — Oporto —Gérone — Talavera — Almonacid — Ocaña — Alba de Tormes — 1er Ciudad Rodrigo — Buçaco — Gebora — Barrosa — Figueres — Fuentes de Oñoro — Albuera — Sagonte — Badajoz — 2e Ciudad Rodrigo — Arapiles — Burgos (2e) — Vitoria — Sorauren — Nivelle — Nive — Orthez — Toulouse
Map of the battlefield

La bataille des Arapiles, appelée bataille de Salamanque par les Britanniques, fut livrée le 22 juillet 1812 aux Arapiles près de Salamanque, entre les troupes françaises commandées par Auguste Marmont et les troupes britanniques, espagnoles et portugaises sous le commandement de Arthur Wellesley, duc de Wellington.

Les pertes ont été de 3 129 Britanniques et 2 038 Portugais contre environ 13 000 Français. On a dit que Wellington avait défait une armée de 40 000 hommes en 40 minutes. La conséquence a été que son armée a pu avancer et libérer Madrid, mais seulement deux mois plus tard.

Sommaire

Mouvements préliminaires

La bataille a lieu après une période de six semaines éprouvantes pour Wellington. Son avancée dans l'Espagne centrale au printemps 1812 a été stoppée par l'armée de Marmont, qui, par des marches rapides et des manœuvres sans pertes, maintient la pression sur les lignes d'approvisionnement britanniques. Wellington décide finalement de se retirer au Portugal. Quand il apprend que Marmont a commis l'erreur tactique de séparer son flanc gauche du corps principal, on raconte que Wellington jete le poulet qu'il est en train de manger en criant « By God, that will do! ». Il ordonne que la partie principale de son armée attaque immédiatement l'aile gauche isolée.

La bataille

La bataille est une succession d'attaques en ordre oblique. La brigade de cavalerie des Portugais et la 3e division de Pakenham engagent la bataille, qui se poursuit par l'attaque de la cavalerie lourde et les 4e, 5e et 6e divisions britannique. L'aile gauche française est anéantie. Par chance pour les alliés, à la fois Marmont et le commandant en second sont blessés par un shrapnel dans les premières minutes de l'engagement. La confusion dure jusqu'à ce que Clausel, troisième en ancienneté, ne prenne le commandement et ordonne une contre-attaque avec le corps principal sur le centre des Alliés déployés. Il est sur le point de réussir quand Wellington envoie des renforts.

Par deux fois en quelques minutes, la cavalerie allemande (King's German Legion) de Wellington accomplit l'exploit de briser le carré et de transpercer un groupe d'infanterie placé en arrière-garde. Cependant une mauvaise communication entre le commandement britannique et les Espagnols chargés de défendre la route, permet aux Français de se dégager par le pont à Alba de Tormes. C'est sans doute la cause de l'échec de la poursuite. L'ampleur de la victoire en est diminuée.

Conséquences

Cette victoire établit la réputation de Wellington.

La perte de Madrid affaiblit considérablement le gouvernement de Joseph Bonaparte, placé sur le trône d'Espagne par son frère.

Liens internes

Liens externes

Bibliographie

  • Jean Sarramon, La Bataille des Arapiles,
  • Jean Tulard, Dictionnaire Napoléon, librairie Arthème Fayard, (ISBN 0980850120)
  • Perez Galdo Benito, La Batalla De Los Arapiles/ The Battle of the Arapiles: Episodios Nacionales, Alianza Editorial Sa, 2006, 300p, ISBN 978-8420672687
  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
  • Portail du Royaume-Uni Portail du Royaume-Uni
  • Portail de l’Espagne Portail de l’Espagne
  • Portail du Portugal Portail du Portugal
  • Portail de la Révolution française Portail de la Révolution française
  • Portail du Premier Empire Portail du Premier Empire
Ce document provient de « Bataille des Arapiles ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bataille des Arapyles de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Claude-François Ferey — Naissance 20 septembre 1771 Auvet et la Chapelotte Décès 24 juillet 1812 (à 40 ans) Olmedo …   Wikipédia en Français

  • Maximilien Sébastien Foy — Pour les autres membres de la famille, voir : Maximilien Sébastien Auguste Foy. Pour les articles homonymes, voir Foy. Maximilien Sébastien Foy …   Wikipédia en Français

  • Joseph François Fririon — Naissance 12 septembre 1771 Pont à Mousson (Meurthe) Décès 1er mai 1849 (à 77 ans) …   Wikipédia en Français

  • Joseph Francois Fririon — Joseph François Fririon Joseph François Fririon Naissance septembre 1771 Pont à Mousson (Meurthe) Décès mai 1849 Strasbourg …   Wikipédia en Français

  • Maximilien Foy — Maximilien Sébastien Foy  Pour les autres membres de la famille, voir : Maximilien Sébastien Auguste Foy. Pour les articles homonymes, voir Foy. Maximilien Sébastien Foy …   Wikipédia en Français

  • Maximilien Sebastien Foy — Maximilien Sébastien Foy  Pour les autres membres de la famille, voir : Maximilien Sébastien Auguste Foy. Pour les articles homonymes, voir Foy. Maximilien Sébastien Foy …   Wikipédia en Français

  • Francois Negrier — François Négrier Pour les articles homonymes, voir Négrier. François Marie Casimir Négrier (27 avril 1788 au Mans en France 1848 à Lille en France) était un général français. Sommaire 1 Biographie …   Wikipédia en Français

  • François-Marie-Casimir Négrier — François Négrier Pour les articles homonymes, voir Négrier. François Marie Casimir Négrier (27 avril 1788 au Mans en France 1848 à Lille en France) était un général français. Sommaire 1 Biographie …   Wikipédia en Français

  • François Négrier — Pour les articles homonymes, voir Négrier. François Marie Casimir Négrier (27 avril 1788 au Mans en France 1848 à Lille en France) était un général français. Sommaire 1 Biographie …   Wikipédia en Français

  • François de Négrier — Naissance 27 avril 1788 Le Mans Décès 1848 (à 60 ans) Lille Origine …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”