Bataille de moscou

Bataille de Moscou

Bataille de Moscou
Soviet Offensive Moscow December 1941.jpg
Décembre 1941. Fantassins soviétiques en tenue d'hiver soutenus par des chars engagent la contre-attaque contre l'armée allemande
Informations générales
Date 2 octobre 1941 - 22 janvier 1942
Lieu Moscou, Union soviétique
Issue Victoire soviétique décisive
Belligérants
Flag of Germany 1933.svg Troisième Reich Flag of the Soviet Union.svg Union soviétique
Commandants
Fedor von Bock Georgi Joukov
Forces en présence
~ 1 500 000 ~ 1 500 000
Pertes
250 000 700 000
Seconde Guerre mondiale
Batailles
Seconde Guerre mondiale - Front de l’Est

Campagne de Pologne · Guerre d’Hiver · Opération Barbarossa · Guerre de Continuation · Opération Silberfuchs · 1re bataille de Smolensk · Seconde bataille de Kharkov · Siège de Léningrad · Bataille de Moscou · Opération Fall Blau ·Poche de Demiansk · Poche de Kholm · Bataille de Stalingrad · Opération Uranus · Bataille de Koursk · 2e bataille de Smolensk · Bataille du Dniepr · Opération Bagration · Insurrection de Varsovie · Guerre de Laponie · Bataille de Budapest · Bataille de Seelow  · Bataille de Berlin (et prise du Reichstag) · Insurrection de Prague · Offensive de Prague


Front d’Europe de l’Ouest


Campagnes d'Afrique et du Moyen-Orient


Bataille de l’Atlantique


Campagnes de Méditerranée et d'Europe du Sud


Guerre en Asie et dans le Pacifique


Guerre sino-japonaise

La bataille de Moscou désigne la défense de Moscou, alors capitale de l'Union soviétique et la contre-attaque qui suivit, entre octobre 1941 et janvier 1942, sur le Front de l'Est, pendant la Seconde Guerre mondiale. La victoire de l'Armée rouge face à la Wehrmacht constitue le tournant géopolitique de la Seconde Guerre mondiale en Europe.

Sommaire

Invasion allemande

Depuis le 22 juin 1941, et le déclenchement de l'opération Barberousse, la Wehrmacht progresse rapidement en Union soviétique, et appliquant les tactiques de la blitzkrieg, la guerre éclair, et met à mal les défenses de l'Armée rouge. Les pertes de cette dernière sont colossales, et l'avance ne semble pas pouvoir être stoppée. Cependant, l'acharnement des Soviétiques autour de Smolensk pendant l'été, a retardé les forces allemandes dans l'accomplissement de leurs objectifs. Ce retard peut être aussi imputé à la décision de l'OKW, le commandement militaire allemand, d'envoyer une partie des blindés du groupe d'armées Centre aider le groupe d'armées Sud à réaliser l'encerclement et la destruction des forces soviétiques défendant Kiev et l'Ukraine occidentale.

Fin septembre, Von Bock lance à nouveau son groupe d'armées Centre à l'offensive pour l'opération Typhon dont l'objectif est Moscou. Cependant, le répit a été mis à profit par les Soviétiques, qui ont déployé des armées nouvelles ou reconstituées et imposeront encore de rudes batailles aux Allemands.

L'opération Typhon

Avec l'envoi de tous les hommes au front, les femmes creusent des tranchées anti-char autour de Moscou en 1941.

La Wehrmacht va attaquer sur deux axes pour s'emparer de la capitale soviétique ; le but final de l'offensive est de déborder celle-ci à la fois par le nord et le sud pour obtenir une capture facile. Les deux groupements allemands profitent de leur mobilité supérieure et vont comme durant l'été réaliser deux grands encerclements, où 665 000 soldats soviétiques seront capturés. Le succès semble complet et la route de Moscou à nouveau ouverte en grand, mais cette fois-ci les unités de l'Armée rouge, bien qu'encerclées, vont continuer à combattre sans faillir, posant de gros problèmes aux forces allemandes, déjà handicapées par une logistique problématique du fait de la distance et l'éloignement de leur base. Cette résistance inattendue va empêcher les Allemands d'exploiter leur succès rapidement pour envelopper Moscou.

Orel et de Briansk

Le 30 septembre, le 2e groupe de Panzer et la deuxième armée allemande qui constitue le flanc sud du groupe d'armées Centre passent à l'offensive contre le front de Briansk. Ces unités rassemblant quinze divisions, dont dix mécanisées, parviennent assez rapidement à percer le front des 13e et 50e armées soviétiques et à pousser des pointes blindées vers Briansk et Orel (sur le fleuve Oka, à 360 km au sud-ouest de Moscou). La prise de ces deux villes, le 3 octobre, enferme les 3e et 13e armées dans une poche. Les blindés du 24e et 47e Panzer Korps, poursuivent alors en direction de Toula, pendant que les unités d'infanterie s'occupent de réduire les forces soviétiques encerclées. Cependant, contrairement aux encerclements de l'été, il n'y aura pas de redditions massives d'unités encore organisées. Cette résistance empêchera Guderian de foncer vers Toula, alors encore non préparée à se défendre, et finalement les armées encerclées parviendront à échapper à la capture en perçant à travers les positions allemandes, en direction du sud-est. Elles purent ainsi reprendre le combat à partir du 23 octobre.

Viazma

Le 2 octobre, un peu plus au nord, le 3e groupe de Panzer et le 4e détaché par le groupe d'armée Nord, effectuent un mouvement en pince contre les 19e, 16e, 20e et 24e armées du Front Ouest. Les deux attaques blindées allemandes, appuyées par les 4e et 9e armées, se rejoignent le 7 octobre à Viazma, encerclant seize divisions des 19e, 20e et 32e armées. Le 9 octobre Gjatsk tombe, le 13 c'est Kalouga. Contrairement à la poche sud, l'encerclement allemand fut plus étroit, mais là encore, les divisions soviétiques, sous le commandement du lieutenant-général M.F. Loukine, ne capitulèrent qu'une fois à cours de munitions, et elles pressèrent en direction de l'est. Cette combativité surprit les Allemands, qui se retrouvèrent contraints d'employer pas moins de 28 divisions pour réduire la poche.

Le dernier effort

La poche de Kiev et les offensives de l'opération Typhon.

Le 27 octobre, la Wehrmacht décide de marquer une pause dans son offensive. Cet arrêt est motivé principalement par des raisons météorologiques, un phénomène typiquement russe, la raspoutitsa due à la saison des pluies, qui transforme routes et champs en bourbier, rendant les unités motorisées très peu mobiles. Le répit est mis à profit pour recompléter et réapprovisionner les unités, tandis que les responsables de la Wehrmacht sur le front de l'Est se réunissent à Orcha pour déterminer la suite des opérations. Le chef du groupe d'armée Nord, occupé à investir Léningrad et privé du 4e groupe de panzer, annonce son intention d'adopter une posture défensive pour passer l'hiver. Celui du groupe Sud le suit, du fait de l'étirement de ses lignes de communication et de la contre-offensive qu'il subit à Rostov sur le Don. Von Bock est hésitant, mais avec l'étendue de son succès à Viazma et Briansk, la présence de Hoth aux abords de Kalinine, de Guderian dans ceux de Toula et de Hoepner de ceux de Kline, il espère reprendre l'offensive dès que le gel aura rendu les voies de nouveau praticables, contre une Armée rouge au bout du rouleau.

La "grande guerre patriotique" est le nom que Staline donna au conflit opposant l'Allemagne nazie à l'URSS. Nécessitant un sacrifice énorme pour les populations, le pays fut celui qui versa le plus de sang pour obtenir la victoire de 1945. Afin de mobiliser les effectifs de l'Armée rouge saignée à blanc par les premières batailles contre la Wehrmacht, la propagande soviétique en appelle au patriotisme et à la défense de la nation face à l'ennemi en nommant ainsi la guerre.
Photo prise le 7 novembre 1941 du défilé célébrant la Révolution russe. Les fantassins partaient au front directement après leur passage sur la place Rouge.

Kalinine

Pendant ce temps, le 3e groupe de panzer continue sa progression au nord-est, et atteint Kalinine, sur les arrières du front nord-ouest, donnant aux Allemands la possibilité de dépasser Moscou par le nord. Les Soviétiques lancent alors leurs réserves dans la bataille pour conserver cette ville verrou où passe l'autoroute de Moscou à Léningrad. Ces nouvelles unités engagées avec ce qui reste des 22e, 29e, 30e et 31e armées sont regroupées dans un nouveau front, créé pour l'occasion : le front de Kalinine, sous le commandement de Koniev. Contre-attaquant, les unités de Konev vont empêcher les Allemands de contrôler complètement la ville et obtenir une tête de pont sur la rive gauche de la Volga. Elles tiendront jusqu'au début de la contre offensive générale de l'Armée rouge, le 4 décembre.

Kline et Solnechnogorsk

Le 4e groupe de panzer pousse en direction du nord de Moscou, essayant de créer une faille entre la 16e et la 5e armées défendant cette direction, à partir du 1er novembre. Mais à l'approche de la capitale, la résistance des Soviétiques devient fanatique, et les contre-attaques continuelles décidées par Staline et Joukov, qui emploient pour la première fois des troupes rapatriées de Sibérie, usent et ralentissent l'avance d'Hoepner. Une unité se distinguera particulièrement pendant cette défense pied à pied, la 316e division de fusiliers, qui défend le long de l'autoroute de Volokolamsk. Elle recula pas à pas, sans cesser de combattre pendant tout le mois de novembre, ses effectifs fondant, malgré les renforts, jusqu'à ne représenter que quelques centaines d'hommes.

Toula

Dans la partie sud du groupe d'armée Centre, Guderian, à la tête de son 2e groupe de panzer, essaye de se porter sur le sud de Moscou, appuyé par l'aile Sud de la 4e armée. Mais, outre la plus grande distance, il rencontre aussi une forte défense soviétique. Celle-ci s'appuie sur un verrou constitué à la hâte dans la ville de Toula, 170 km au sud de Moscou. Il n'arrivera jamais à s'emparer de celle-ci transformée en véritable forteresse. Malgré un débordement par l'est et un demi-encerclement, il butte sur une résistance sans faille des 49e et 50e armées soviétiques.

La contre-offensive soviétique

La contre-offensive soviétique des armées sibériennes, 5 décembre 1941 jusqu'au 7 mai 1942

Début décembre 1941, par des températures de -20 °C, les soldats soviétiques des armées de Sibérie, retirées du front de Mongolie, qui sont bien équipés pour l'hiver et bien entraînés pour des combats dans ces conditions, contre-attaquent au nord et au sud de Moscou. Les armées allemandes, déjà bloquées depuis quelques semaines, sont éventrées. Elles manquent d'équipement d'hiver. Les moteurs des chars et des avions gèlent et les soldats aussi. Pour les Allemands le spectre du général Hiver devient obsédant.

Pendant décembre, janvier et février, les Russes continuent leur attaque sous des températures oscillant entre -20 et -50 °C, libérant définitivement le secteur de Moscou et décimant une cinquantaine de divisions allemandes qui parviennent néanmoins à stabiliser le front en évitant de grands encerclements. Seules quelques divisions allemandes sont piégées dans la ville de Demiansk, Adolf Hitler ordonnant le ravitaillement par les airs.

Les Russes auront bien d'autres défaites : le vent n'a pas encore tourné pour de bon en défaveur de l'Axe. Mais en mars, lorsque la contre-offensive russe s'arrête, la situation s'est indéniablement améliorée pour les Soviétiques. Au quartier-général de Rastenburg, les nazis devront reconnaître que l'opération Barbarossa n'a pu aboutir.

La tentative allemande de poussée vers le Caucase durant l'été 1942 et la bataille de Stalingrad qui s'ensuivit marque ensuite le début de la fin pour des forces de l'Axe de plus en plus contraintes à la défensive.

Forces en présence

Axe

Groupe d'armées Centre (Feld-maréchal Fedor von Bock)

Union soviétique

Voir aussi

Liens internes

Commons-logo.svg

Front de l'Est

Liens externes

Notes

Bibliographie

  • Yves Buffeteau, La Bataille de Moscou, Editions Heimdal, 1987, 96p, (ISBN 978-2902171248)
  • Hagen Schulze, Petite Histoire de l'Allemagne, Paris, Hachette littérature, 2001, 317p.
  • Andrew Nagorski, la Bataille de Moscou, Paris, éd. de Fallois, 2008, 343 p.


  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
  • Portail de la Seconde Guerre mondiale Portail de la Seconde Guerre mondiale

Ce document provient de « Bataille de Moscou ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bataille de moscou de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bataille de Moscou — Décembre 1941. Des fantassins soviétiques en tenue d hiver, soutenus par des chars, contre attaquent l armée allemande Informations générales Date 2 octobre 1941 …   Wikipédia en Français

  • Bataille De Moscou — Décembre 1941. Fantassins soviétiques en tenue d hiver soutenus par des chars engagent la contre attaque contre l armée allemande Informations générales Date …   Wikipédia en Français

  • Ordre de bataille lors de la bataille de Moscou — Article principal : Bataille de Moscou. Ce qui suit est l ordre de bataille des forces militaires en présence lors de la bataille de Moscou, qui eut lieu du 22 octobre 1941 au 22 janvier 1942 lors de opération Typhon composante de l… …   Wikipédia en Français

  • Bataille De Smolensk (1943) — Pour les articles homonymes, voir Bataille de Smolensk. Bataille de Smolensk …   Wikipédia en Français

  • Bataille de smolensk (1943) — Pour les articles homonymes, voir Bataille de Smolensk. Bataille de Smolensk …   Wikipédia en Français

  • Bataille De Stalingrad — Infanterie soviétique progressant dans Stalingrad en ruine Informations générales Date Septembre 1942 …   Wikipédia en Français

  • Bataille de stalingrad — Infanterie soviétique progressant dans Stalingrad en ruine Informations générales Date Septembre 1942 …   Wikipédia en Français

  • Bataille De Koursk — Pour les articles homonymes, voir Koursk (homonymie). Bataille de Koursk …   Wikipédia en Français

  • Bataille de Kursk — Bataille de Koursk Pour les articles homonymes, voir Koursk (homonymie). Bataille de Koursk …   Wikipédia en Français

  • Bataille de koursk — Pour les articles homonymes, voir Koursk (homonymie). Bataille de Koursk …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”