Bataille de guadalcanal

Bataille de Guadalcanal

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guadalcanal (homonymie).
Bataille de Guadalcanal
Marines rest in the field on Guadalcanal.jpg
Marines durant la Bataille de Guadalcanal
Informations générales
Date 7 août 1942 - 9 février 1943
Lieu Guadalcanal, îles Salomon
Issue victoire alliée décisive
Belligérants
États-Unis États-Unis Japon Empire du Japon
Commandants
Frank J. Fletcher (commandant tactique), Alexander Vandegrift (commandant des troupes au sol) Hyakutake Haruyoshi (forces au sol), Gunichi Mikawa (forces navales)
Forces en présence
60 000 hommes 36 200 hommes
Pertes
1 768 morts (combats au sol)
4 911 morts (combats en mer)
420 morts (dans l'aviation)
29 navires perdus
615 avions détruits
~ 25 000 morts (combats au sol)
3 543 morts (combats en mer)
1 200 morts (dans l'aviation)
38 navires perdus
683 à 880 avions détruits
Seconde Guerre mondiale - Pacifique
Batailles
Campagne des îles Salomon
GuadalcanalSavoSalomon orientalesCap EspéranceÎles Santa CruzCarlson's patrol - Guadalcanal (navale)TassafarongaÎle de RennellDétroit de BlackettNouvelle-GéorgieGolfe de KulaKolombangaraGolfe de VellaVella LavellaHoraniuVella Lavella (navale)BougainvilleBaie de l'Impératrice AugustaCap Saint-George

Guerre en Asie et dans le Pacifique


Guerre sino-japonaise


Front d’Europe de l’Ouest


Front d’Europe de l’Est


Campagnes d'Afrique et du Moyen-Orient


Campagnes de Méditerranée et d'Europe du Sud


Bataille de l’Atlantique

La bataille de Guadalcanal fut une bataille importante de la Seconde Guerre mondiale dans le théâtre d'opérations de l'océan Pacifique. L'assaut sur l'île occupée par les Japonais à Guadalcanal par les marines alliées débarquant seize mille hommes à partir du 7 août 1942 était la première phase de l'offensive. Des attaques amphibies simultanées eurent lieu sur les îles de Florida, Tulagi, Gavutu et Tanambogo.

Sommaire

Cadre

Guadalcanal est située au milieu de la longue chaîne des îles Salomon, au nord-est de l'Australie. Ce qui en faisait un emplacement clé pour perturber les communications maritimes entre les États-Unis et l'Australie. Le Japon tenait aussi une grande base dans l'extrême nord de la chaîne à Rabaul, mais l'archipel est si long que les avions ne pouvaient pas en patrouiller la totalité depuis la base septentrionale.

La marine impériale japonaise voulait transformer les Salomons en une base stratégique majeure : en 1942 un programme d'occupation de l'île commença, avec la construction d'aérodromes pour les bombardiers de patrouille. Guadalcanal était la principale base au milieu de la chaîne dans la zone de transfert de Rabaul. Si cela avait réussi, les lignes de communication des Alliés se seraient considérablement allongées par de long détours au sud.

Les Alliés, connaissant les plans japonais, décidèrent que Guadalcanal servirait au contraire de base d'opérations contre Rabaul et ils formèrent une flotte pour la conquérir.

Opération Watchtower

Débarquement

Le 7 août 1942, la première division de Marines débarqua à l'est de la rivière Tenaru. L'opération était une véritable surprise pour les Japonais qui n'étaient arrivés eux-mêmes sur l'île que début juillet afin d'y aménager un aéroport sur la pointe de Lunga, un des premiers objectifs des Marines. Comme il n'y avait quasiment que du personnel du génie et de soutien, il fut facile d'occuper l'aérodrome et la base, où les Japonais abandonnèrent quantité de matériel qui vint à point lorsque les Marines durent terminer l'aménagement de l'aérodrome sans leur matériel de génie qui n'avait pas été débarqué. L'aérodrome, rebaptisé Henderson, fut un point central des combats.

Les premiers jours

Dans un premier temps, le travail des Marines de Vandergrift ne fut pas facile. En effet, non seulement l'opération dans son ensemble avait été montée rapidement, et seul l'équipement minimum avait été emporté, mais de plus l'amiral Turner prit la décision de retirer les transports et les cargos le 9 août au matin, alors que la moitié du ravitaillement était encore dans les cales. Après la bataille de Savo, les Marines se retrouvèrent seuls. Ils se bornèrent donc à sécuriser comme ils le pouvaient le périmètre immédiat de Henderson et à lancer quelques patrouilles.

Malgré les bombardements journaliers par des navires japonais qui pouvaient se déplacer sans opposition près de l'île et par des bombardiers venant de Rabaul, les Marines réussirent à rendre Henderson opérationnel. Le 20 août, 19 chasseurs et 12 bombardiers légers atterrissaient à Henderson qui devenait une base opérationnelle. Comme le code allié pour l'île était Cactus, rapidement ce fut le nom donné aux forces aériennes qui y opéraient. À la fin du mois d'août, l'aérodrome de Henderson abritait un peu plus de 60 avions.

La bataille de Tenaru

Article détaillé : Bataille de Tenaru.
Soldats japonais, tués lors de l'assaut contre les positions américaines, sur un banc de sable à Guadalcanal après la bataille, le 21 août 1942.

Entre-temps, un bataillon japonais d'environ 900 hommes (les Américains disposaient de cinq bataillons) avait débarqué à l'est de la position des Marines le 18 août. Le 20 août, Ichiki attaqua les Marines à travers les bancs de sable de la rivière Tenaru. Le bataillon d'Ichiki se fit tailler en pièces, notamment grâce au nouveau support aérien dont disposaient les Marines. Les attaquants furent presque tous tués et leur commandant se suicida (les restes de ce bataillon furent responsables d'une atrocité, à savoir la torture et le meurtre de deux prêtres et de deux sœurs, tous européens, qui avaient refusé de quitter l'île lors de son évacuation plus tôt dans l'année).

Opération Ka

La première tentative sérieuse d'amener des renforts japonais sur l'île fut l'opération Ka-Go, planifiée par l'amiral Yamamoto et exécutée par le lieutenant général Hyakutake Haruyoshi. Entre-temps cependant, la Task Force 61 de Fletcher était revenue dans les Salomons et les Japonais n'avaient plus la maîtrise absolue des environs de l'île. L'opération résulta donc dans la bataille des Salomon orientales les 24 et 25 août et les renforts japonais ne purent être débarqués comme prévu.

À partir de cette date, les Japonais se montrèrent plus prudents, d'autant plus que les avions de Henderson se montraient efficaces. Dès lors, des débarquements de renforts se firent de nuit : le 29 août, 900 hommes (ceux qui n'avaient pu être débarqués lors de la bataille des Salomon orientales), quelques centaines le lendemain et 1 200 le 31 août. Le général Kiyotake Kawaguchi, commandant de la 35e Brigade d'Infanterie, débarqua au cours de cette période et dirigea les opérations. La plupart de ces débarquements avaient lieu à l'est de la position des Marines, et les forces japonaises commencèrent un mouvement tournant vers le sud de cette position.

Un marine américain se tenant près des positions de combat de la "colline 123" sur la côte Edson.

La bataille de la côte Edson

Le 11 septembre, 6 000 soldats japonais montèrent un assaut nocturne depuis le sud avec le but de reprendre l'aérodrome. La bataille qui suivit se concentra sur la côte "Edson", ou Edson Ridge, aussi appelé Bloody Ridge, une colline à un peu plus d'un kilomètre au sud de l'aérodrome d'Henderson, qui tient son nom du colonel Merritt A. Edson, l'officier qui la défendit avec ses Marines. La bataille dura trois jours au cours desquels plusieurs assauts japonais, parfois appuyés par des raids d'avions venant de Rabaul, furent repoussés avec de lourdes pertes, estimées à 1 500 hommes tandis que les pertes américaines se limitaient à une trentaine de tués et une centaine de blessés.

Une patrouille de marines américains traversant la rivière Matanikau en septembre 1942.

Premières offensives hors du périmètre

Le 18 septembre, 4 262 Marines du 7e Régiment de Marines débarquèrent sur l'île. Grâce à ce renfort, Vandegrift pouvait enfin envisager une stratégie autre que purement défensive. Le 23 septembre les Marines commencèrent une poussée pour établir des positions défensives le long de la rivière Mantanikau, à l'ouest de la position américaine. Une attaque au sol fut combinée avec un petit assaut amphibie sur le flanc. Pourtant, Vandegrift se rendit rapidement compte que les forces japonaises étaient plus importantes et mieux installées qu'il ne le pensait et l'opération fut repoussée par les Japonais. Une nouvelle attaque fut menée le 7 octobre. Mieux préparée grâce à de meilleurs renseignements, cette attaque, qui coûta la vie à environ 700 soldats japonais, aboutit à un élargissement du périmètre américain vers l'ouest. Grâce à des documents trouvés sur un officier japonais, les Américains découvrirent que la concentration japonaise correspondait à une préparation d'offensive qui aurait dû avoir lieu le lendemain.

Renforts et intensification des combats

Le 11 octobre, la marine américaine fut enfin capable de remettre en cause la supériorité japonaise dans les eaux des Salomon. Lors de la bataille du Cap Espérance, le contre amiral Scott empêcha le débarquement de nouvelles forces sur l'île. Une accalmie dans les combats intervint alors comme les Japonais se préparaient pour une nouvelle attaque. Le 13 octobre, le 164e Régiment d'infanterie américain débarqua sur Guadalcanal. Le même jour et le lendemain, la marine japonaise bombarda l'aérodrome pour en empêcher l'utilisation. Il subit de forts dommages mais fut remis en service. Le 21 octobre commença une nouvelle séries d'offensives des Japonais, qui étaient maintenant 22 000 sur l'île.

L'amiral Yamamoto avait exigé du général Hyakutake, qui dirigeait les forces de Guadalcanal depuis Rabaul, que l'armée se décide enfin à reprendre l'aérodrome de Henderson, afin qu'il puisse enfin écraser la flotte américaine qui le narguait. Après une préparation d'artillerie et quelques accrochages, le général Maruyama, qui commandait les troupes sur place, lança une première importante attaque à l'ouest du périmètre qui fut repoussée par les Marines le 23 octobre. À partir du 24 octobre, les Japonais attaquèrent en force le sud de la position américaine. Le 164e régiment d'infanterie américain et le premier bataillon du 7e Marine défendirent la position et après une bataille intense l'attaque fut finalement brisée le 26 octobre, avec des pertes terribles pour les Japonais (3 000 tués pour 500 Américains tués), tandis que la flotte japonaise, qui voulait amener de nouveaux renforts, était repoussée lors de la bataille des îles Santa Cruz.

Le début de la fin

En novembre les Japonais voulurent engager la 38e division d'infanterie, 10 000 hommes qui devaient être débarqués sur l'île. Cependant, au cours de la bataille navale de Guadalcanal, les transports qui amenaient ces renforts furent sévèrement endommagés et la division fut réduite à l'effectif d'un régiment (2 000 hommes) débarqués quasiment sans matériel.

Les Japonais commencèrent alors à envisager d'abandonner Guadalcanal. Au cours de novembre, leurs difficultés pour ravitailler les combattants sur l'île allèrent en s'aggravant.

Pendant le mois de novembre des actions furent menées par les forces alliées pour élargir le périmètre hors du rayon d'action de l'artillerie. Finalement la zone de la rivière Mantanikau fut nettoyée après une forte résistance japonaise.

La fin

En décembre, la première division de Marines fut relevée par le XIVe Corps américain. Les forces militaires japonaises sur l'île diminuaient alors que les Alliés ne cessaient d'amener des hommes et du matériel.

Début décembre, il y avait 60 000 soldats américains sur l'île, tandis que les 8 000 Japonais restants avaient été repoussés vers le nord de l'île, vers le Cap Espérance. Outre les sanglantes batailles, la malnutrition et la malaria avaient coûté la vie à 9 000 soldats japonais.

L'offensive reprit le 10 janvier 1943. Les Japonais décidèrent d'évacuer leurs troupes restantes et à la suite de la bataille de l'île de Rennell, les derniers Japonais restants étaient évacués à partir de cap Espérance le 7 février. Le lendemain les autorités alliées déclaraient l'aérodrome hors de danger après six mois de combats.

Tokyo express

Les opérations de jour étant devenues très risquées et occasionnant des pertes considérables, les forces navales japonaises avaient pris l'habitude d'intervenir de nuit avec des bâtiments rapides, débarquant leurs cargaisons au Cap Espérance, au nord de Guadalcanal. Dissimulés aux vues de l'aviation en demeurant le long des rives, sous le couvert de la jungle, presque chaque nuit, ils venaient bombarder les forces américaines jusqu'aux abords de l'aérodrome de Henderson Field, puis disparaissaient. L'amiral Ernest King, le nouveau Chef des Opérations navales de la Marine des États-Unis relate en style laconique: « Nos hommes avaient fini par appeler les navires participant à cette attaque régulière le Tokyo Express ».

Importance historique

La campagne de Guadalcanal a coûté 24 000 hommes aux Japonais contre 1600 "marines" au sol et 5000 marins Américains lors des batailles navales face à l'île de Guadalcanal. Les belligérants ont subi des pertes en avions et en navires de guerre à peu près équivalentes, les Japonais étant incapables de remplacer leurs pertes.

Les Américains n'ont plus qu'un porte-avions : l'Enterprise, et les Britanniques mettront à leur disposition le porte-avions Victorious, qui opérera avec la marine américaine sans prendre part à aucune action importante.

Les mois suivants seront difficiles pour les Alliés, surtout les Américains, jusqu'à ce que la puissance industrielle de ces derniers atteigne un niveau de production qui leur permette de déverser sur les théâtres d'opération une profusion de matériel qui a contrario fera défaut aux Japonais.

C'était cependant la première brèche dans le périmètre que le Japon avait établi dans les six premiers mois de la guerre et la preuve que désormais les Alliés avaient l'initiative. La reconquête pouvait maintenant débuter.

Sources

Voir aussi

Commons-logo.svg

  • ordre de bataille de Guadalcanal

Filmographie

  • Les films basés sur cette bataille :
    • Les diables de Guadalcanal v.f. de Flying Leathernecks, par Nicholas Ray, 1951
    • Les blousons de cuir volant
    • Journal de Guadalcanal
    • La Ligne rouge (film) Page d'aide sur l'homonymie
  • La mince ligne rouge v.f. de The Thin Red Line, par Terrence Malik, 1998, ASIN B00005PJ8T
  • Guadalcanal: l'île de la mort v.f. de Guadalcanal The Island Of Death, Time Media Group, 2001 ASIN B00005K2XK
  • Dans le ciel de Guadalcanal v.f. de Guadalcanal de la série Dogfights, History Channel, 2008
  • Portail de la Seconde Guerre mondiale Portail de la Seconde Guerre mondiale
  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
  • Portail du monde maritime Portail du monde maritime

Ce document provient de « Bataille de Guadalcanal ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bataille de guadalcanal de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bataille De Guadalcanal — Pour les articles homonymes, voir Guadalcanal (homonymie). Bataille de Guadalcanal Mar …   Wikipédia en Français

  • Bataille de Guadalcanal — Pour les articles homonymes, voir Guadalcanal (homonymie). Bataille de Guadalcanal Marines durant la Bataille de Guadalcanal …   Wikipédia en Français

  • Bataille de la Nouvelle-Géorgie — Vue de Segi Point, lieu de débarquement des Marines sur la Nouvelle Géorgie Informations générales Date 20 juin 1943 25 août 1943 Lieu …   Wikipédia en Français

  • Bataille De La Nouvelle-Géorgie — Vue de Segi Point, lieu de débarquement des Marines sur la Nouvelle Géorgie Informations générales Date 20 juin 1943 …   Wikipédia en Français

  • Bataille de la Nouvelle-Georgie — Bataille de la Nouvelle Géorgie Bataille de la Nouvelle Géorgie Vue de Segi Point, lieu de débarquement des Marines sur la Nouvelle Géorgie Informations générales Date 20 juin 1943 …   Wikipédia en Français

  • Bataille de la Nouvelle Géorgie — Vue de Segi Point, lieu de débarquement des Marines sur la Nouvelle Géorgie Informations générales Date 20 juin 1943 …   Wikipédia en Français

  • Bataille de la nouvelle-géorgie — Vue de Segi Point, lieu de débarquement des Marines sur la Nouvelle Géorgie Informations générales Date 20 juin 1943 …   Wikipédia en Français

  • Bataille De Bougainville — Des Marines débarquent sur Bougainville Informations générales Date 1er novembre …   Wikipédia en Français

  • Bataille De Vella Lavella — Des soldats néo zélandais débarquent à Baka Baka sur Vella Lavella le 17 septembre 1943 …   Wikipédia en Français

  • Bataille de Vella Lavella — Des soldats néo zélandais débarquent à Baka Baka sur Vella Lavella le 17 septembre 1943 Informations générales …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”