Bataille de fort carillon (fort ticonderoga)

Bataille de Fort Carillon

Bataille de Fort Carillon
The Victory of Montcalms Troops at Carillon by Henry Alexander Ogden.JPG
Victoire des troupes de Montcalm à Carillon par Henry Alexander Ogden
Informations générales
Date 8 juillet 1758
Lieu Ticonderoga
Issue Victoire française décisive
Belligérants
Royaume de France Royaume de France
Abénaquis
Union flag 1606 (Kings Colors).svg Royaume de Grande-Bretagne
Iroquois
Commandants
Louis-Joseph de Montcalm James Abercrombie
Forces en présence
3 600 hommes 16 000 hommes
Pertes
104 morts
273 blessés
551 morts
1 356 blessés
77 disparus
Guerre de Sept Ans
Batailles
Europe

Minorque (navale) • Lobositz • Reichenberg • Prague • Kolin • Hastenbeck • Gross-Jägersdorf • Moys • Rossbach • Breslau • Leuthen • Krefeld • Domstadl • Zorndorf • Saint-Cast • Tornow • Hochkirch • Lutzelberg (1758) • Bergen • Kay • Minden • Kunersdorf • Neuwarp (navale) • Hoyerswerda • Maxen • Meissen • Landshut • Emsdorf • Warburg • Legnica • Kloster Kampen • Torgau • Villinghausen • Kolberg • Wilhelmstahl • Burkersdorf • Lutzelberg (1762) • Freiberg • Baie de Quiberon (navale)


Amérique du Nord

Jumonville Glen • Fort Necessity • Fort Beauséjour • Monongahela • Petitcoudiac • Lac George • Fort Bull • Fort Oswego • Kittanning • Fort William Henry • Louisbourg • Le Cran • Fort Carillon • Fort Frontenac • Fort Duquesne • Fort Ligonier • Fort Niagara • Beauport • Plaines d'Abraham • Sainte-Foy • Ristigouche (navale) • Mille-Îles • Signal Hill


Asie

Plassey • Gondelour • Negapatam (navale) • Pondichéry (navale) • Wandiwash • Manille

La bataille de Fort Carillon eut lieu le 8 juillet 1758 à Ticonderoga, au sud du lac Champlain (de nos jours dans l'État de New York) dans le cadre de la guerre de Sept Ans.

Sommaire

Prélude à la bataille

Le fort Carillon est situé sur une pointe au sud du lac Champlain et au nord du lac George, un point naturel de conflit entre les forces françaises se déplaçant vers le sud du Québec par la rivière Richelieu à travers la vallée du lac Champlain vers la vallée de l'Hudson, et des bandes iroquoises au début de la colonie et des forces britanniques par la suite, remontant vers le nord. Le fort est entouré d'eau sur trois côtés, et sur une moitié du quatrième côté par un marécage. La portion restante a été fortement fortifié par de haut retranchements, soutenu et accompagné par trois batteries de canon, et devant l'ensemble de cette partie fut bloqué avec des arbres abattus, puis les bouts des branches furent durci par le feu, créant ainsi une formidable défense. Toujours est-il que le fort Carillon contrôlait le sud du lac Champlain et l'accès à la rivière Hudson. C'est par ce fort que les troupes du marquis de Montcalm partirent détruire le fort William-Henry, en août 1757.

Les armées en présence

Les 3 600 hommes (dont les 400 Canadiens du chevalier de Lévis) de Louis-Joseph de Montcalm et 300 Abenakis brisèrent l'assaut des 16 000 britanniques (dont 6000 Tuniques rouges et 10 000 provinciaux[1]) et de leurs alliés les Mohawks (qui ne prirent pas part à la bataille) sous les ordres du major général James Abercrombie.

La bataille du 8 juillet

Abercromby fit faire une attaque brusquée de 12 h à 19 h sans son artillerie sur la face la mieux protégée du bastion. Le capitaine-ingénieur Pierre Pouchot laissa le récit détaillé de la terrible bataille et de la glorieuse victoire. C'est lui qui commanda le feu quand les ennemis, croyant voir un drapeau parlementaire, s'étaient approchés du retranchement: 300 anglais tombaient foudroyés à bout portant.

Après avoir déploré 500 morts, 1000 blessés et 20 disparus, les assaillants se retirèrent vers le lac du Saint-Sacrement (avant lac Horican et aujourd'hui lac George), abandonnant armes, munitions et blessés. Le 42e régiment royal des Highlands (Black Watch) perdit la moitié de sa dotation. Duncan Campbell mourut le 18 juillet.

Du côté français, les pertes furent nettement moindres : 104 tués et 273 blessés.

Montcalm fit un rapport à ses chefs en doublant ces chiffres.

L'année suivante, soit le 27 juillet 1759, le fort, dont la garnison fut retirée pour défendre Québec, fut occupé par Jeffrey Amherst et celui-ci le renomma fort Ticonderoga (du mot iroquois Cheonderoga, qui signifie "la place entre deux eaux").

Réactions européennes

Pour cette victoire éclatante, dont les échos étaient parvenus jusqu'à la cours de Louis XV, «Montcalm, de son côté, fut célébré à Versailles et dans la colonie comme le sauveur du Canada[2]

Rôle contemporain

Le fort a été rénové en 1909 et est devenu un site touristique.

Un des quatre bastions porte le nom de "Germain" en l'honneur du chevalier Joseph de Germain qui fut l'un des principaux artisans de la construction du fort.

Par le mariage ( décembre 1755, à Montréal) de Joseph de Germain avec Agnès Le Moyne, fille de Charles Le Moyne, second baron de Longueuil, les Germain sont aujourd'hui de la descendance des barons de Longueuil.

Références

  1. Gilles Havard et Cécile Vidal, «Histoire de l'Amérique française», Paris, Flammarion, 2006 [2003], p. 648.
  2. Ibid., p. 648.

Jeu de guerre

  • Batailles pour la Nouvelle-France, par Luc Olivier & Benoit Larose, Vae Victis no.44, 2002

Photos

  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
  • Portail de la Nouvelle-France Portail de la Nouvelle-France
Ce document provient de « Bataille de Fort Carillon ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bataille de fort carillon (fort ticonderoga) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bataille De Fort Carillon (Fort Ticonderoga) — Bataille de Fort Carillon Bataille de Fort Carillon Victoire des troupes de Montcalm à Carillon par Henry Alexander Ogden Informations générale …   Wikipédia en Français

  • Bataille de Fort Carillon (Fort Ticonderoga) — Bataille de Fort Carillon Bataille de Fort Carillon Victoire des troupes de Montcalm à Carillon par Henry Alexander Ogden Informations générale …   Wikipédia en Français

  • Bataille de Ticonderoga — Bataille de Fort Carillon Bataille de Fort Carillon Victoire des troupes de Montcalm à Carillon par Henry Alexander Ogden Informations générale …   Wikipédia en Français

  • Bataille De Fort Frontenac — Informations générales Date Lieu Kingston Issue Victoire britannique …   Wikipédia en Français

  • Bataille de fort frontenac — Informations générales Date Lieu Kingston Issue Victoire britannique …   Wikipédia en Français

  • Fort Carillon — Présentation Date de construction XVIIIsiècle Destination initiale Fort militaire Propriétaire État Protection …   Wikipédia en Français

  • Bataille de Fort Carillon — 43°50′29″N 73°23′17″O / 43.84139, 73.38806 …   Wikipédia en Français

  • Fort Ticonderoga (anciennement Fort Carillon) — Fort Ticonderoga Fort Ticonderoga/Fort Carillon …   Wikipédia en Français

  • Bataille de Ticonderoga (1759) — 43°50′29″N 73°23′17″O / 43.84139, 73.38806 …   Wikipédia en Français

  • Bataille de Fort Frontenac — 44°14′00″N 76°28′43″O / 44.233333, 76.47861 …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”