Bataille de bruyères

Bataille de Bruyères

Bataille de Bruyères
légende=
Informations générales
Date 14 octobre - 30 octobre 1944
Lieu Bruyères et Biffontaine, Vosges, France
Issue Dégagement des troupes américaines prises au piège
Belligérants
US flag 48 stars.svg États-Unis Flag of Germany 1933.svg Allemagne nazie
Forces en présence
554 700
Pertes
117 morts, 40 disparus  ?
Seconde Guerre mondiale
Batailles
Seconde Guerre mondiale-Front d'Europe de l'Ouest

Campagnes du Danemark et de Norvège · Bataille de France ·Bataille de Belgique ·Bataille des Pays-Bas  ·Bataille d'Angleterre ·Blitz · Débarquement de Dieppe · Sabordage de la Flotte française à Toulon · Campagne d'Italie · Bataille de Normandie · Débarquement de Provence · 2e campagne de France · Opération Market Garden · Bataille du Benelux · Bataille de l’Escaut · Bataille d'Aix-la-Chapelle ·Bataille de Bruyères · Bataille des Ardennes · Poche de Colmar · Traversée du Rhin ·Opération Varsity · Poche de la Ruhr


Front d’Europe de l’Est


Campagnes d'Afrique et du Moyen-Orient


Bataille de l’Atlantique


Campagnes de Méditerranée et d'Europe du Sud


Guerre en Asie et dans le Pacifique


Guerre sino-japonaise

2e campagne de France
Bataille du Vercors · Bataille des Glières · Bataille du Mont Gargan · Bataille du Mont Mouchet · Bataille de Normandie · Débarquement de Provence · Bataille de Nice · Bataille de Nancy · Libération de Guéret · Libération de Paris · Bataille de Bruyères · Poche de Saint-Nazaire


Front d'Europe de l'Ouest


Front d'Europe de l'Est


Campagnes d'Afrique et du Moyen-Orient


Bataille de l'Atlantique


Guerre en Asie et dans le Pacifique


Guerre sino-japonaise

La bataille de Bruyères (opération Dogface) eut lieu du 14 octobre au 30 octobre 1944 aux environs de Saint-Dié-des-Vosges pendant la Seconde Guerre mondiale.

Sommaire

Campagne précédant la bataille

En septembre 1944, la 7e armée de Patch et la 1re armée française de De Lattre, venant de Provence, foncent vers l'Alsace. La 3e armée de Patton, épaulée par la 2e DB de Leclerc, arrivent, elles, de Normandie. Les Alliés se rejoignent sur les rives de la Moselle le 16 septembre et atteignent Bruyères dans les Vosges le 30 septembre. La météo n'est pas bonne, il pleut.

Déroulement

La 36e division a pour ordre de prendre Bruyères, le général John E. Dahlquist indiquant que les collines avoisinantes sont faiblement protégés[1]. Or celles ci sont aux mains d'Allemands bien camouflés. La 36e réussit à prendre les collines après 4 jours de combat sous une pluie glaciale et malgré un terrain très favorable à la défense.

Cette division avait été décimée lors de la bataille de Monte Cassino en Italie l'hiver précédent[1] et en partie reconstituée. On lui a adjoint le 100e bataillon et le 442e RCT, deux unités composées quasi exclusivement de volontaires nippo-américains, originaires d'Haiwaii et de Californie, employés pour les plus périlleuses missions[2]. Des petits gabarits, nerveux et sec, qui montent à l'assaut en transportant deux fois plus que nécessaire, en cas de besoin.

Le 21 octobre, le général ordonne ensuite au 141e régiment d'infanterie de la 36e division, dite du Texas, d'avancer vers la crête au-delà des lignes et de prendre la colline de Biffontaine pour ouvrir l'accès à Saint-Dié et ce malgré les avertissement d'officiers aguerris du régiment de la forte concentration allemande cachée dans les collines.

Dotées de cartes d'état-major insuffisamment précises, quatre compagnies s'égarent en secteur ennemi et se retrouvent rapidement encerclées par 700 hommes de la Wehrmacht : 275 des 554 soldats américains sont coupés de leur base. Ils vont être pillonnés pendant deux jours.

Aux États-Unis, l'encerclement du 141e fait la une des journaux et évoque le lost battalion (le bataillon perdu). Le président Roosevelt en personne prend les choses en mains. Au Sénat, un groupe de sénateurs adresse au gouvernement un message lourd de menace : « Tirez-les de là, sinon gare ! ».[réf. nécessaire] Pour les hommes perdus au sommet de la colline du « trapin des Saules », derrière la borne 6, un message est réceptionné : « Tenez bon... D'importants renforts viennent vous relever ».

Deux tentatives pour les dégager se soldent par un échec[1]. Dahlquist envoie alors le 26 octobre pour les secourir le 442e bien que ce dernier soit fatigué par dix jours de combats interrompus.

Le colonel Pence réunit les hommes et leur dit textuellement : « Il faut que nous les tirions de là ! C'est un ordre du président des États-Unis en personne. Gagnez cette bataille et vous aurez gagné votre guerre ! » La réponse ne tarde pas : « Nous les ramènerons ! »[réf. nécessaire]

Après une première tentative infructueuse et meurtrière, le commandant du bataillon propose un repli au général qui refuse. Le combat se déroule dans le brouillard et dans le froid, pratiquement d'arbre en arbre. Le 29 octobre, trois avions parachutent des vivres aux assiégés. Mission périlleuse compte tenu du relief et du mauvais temps. Après cinq jours de combats, le 442e n'est plus qu'à 900 mètres du bataillon texan. Mais ils sont bloqués sur un flanc escarpé sous le feu des mitrailleuses allemandes. Il faudra une charge furieuse des compagnies I et K pour détruire les nids de mitrailleuses allemandes. Après 6 jours de combats, le 442e parvient à faire la jonction et à secourir les 230 hommes restants du « bataillon perdu ». Mais pour cela 800 hommes du 442e auront été mis hors de combat[1]. La compagnie I comptait 185 hommes au départ, huit seulement rentrent indemnes[1], idem sur la compagnie K, 186 au départ pour 17 valides à la fin des combats. Mais malgré ses pertes importantes, le général Dalquist leur ordonne de sécuriser la forêt pendant encore neuf jours. Le 442e est finalement relevé, ayant perdu plus de la moitié de ses combattants. Le 12 novembre, le général Dalquist ordonne alors que le 442e soit rassemblé pour qu'il puisse les remercier de leur bravoure. Quand il vit le peu d'hommes rassemblés, il admonesta le colonel Miller en charge du 442e : « Vous avez désobéi à mes ordres, je vous avais dit tout le régiment.» Le colonel, les yeux en larmes, répondit : « Général, c'est le régiment, le reste est mort ou à l'hôpital, voila ce que vous nous avez fait.» [1].

Beaucoup du 442e garderont longtemps après la guerre, une rancune contre le général Dahlquist et lui reprocheront son commandement[1]. Ils estiment qu'il poussait trop fort et trop loin le 442e, le conduisant à des pertes inconsidérées. Cette attitude du général vient peut être du fait qu'il avait failli par deux fois être suspendu de son commandement en Provence du fait que les troupes qu'il commandait alors étaient jugées à la traîne par l'État-Major allié[1].

Les États-Unis qualifieront cette bataille de « second Cassino » et ils la classeront comme l'une des dix plus importantes de l'histoire des États-Unis.

Bilan

117 tués, 40 GI portés disparus et 657 blessés. Un monument représentant l'île d'Hawaii est érigé en souvenir.

Références

  1. a , b , c , d , e , f , g  et h Documentaire The War de Ken Burns, épisode 10 Les hasards de la guerre, diffusé sur Arte le 2 avril 2008.
  2. (en) asian-nation.org, « 442nd: Rescue of the Lost Battalion »
  • U.S. samouraïs en Lorraine : chronique de Bruyères en Vosges (1988), Pierre Moulin (ISBN 2907016032)
  • Portail des Vosges Portail des Vosges
  • Portail de la Seconde Guerre mondiale Portail de la Seconde Guerre mondiale
Ce document provient de « Bataille de Bruy%C3%A8res ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bataille de bruyères de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bataille De Bruyères — légende= Informations générales Date 14 octobre 30 octobre 1944 Lieu Bruyères et Biffontaine, Vosges, France Issue Dégagement des troupes américaines prises au piège …   Wikipédia en Français

  • Bataille de Bruyeres — Bataille de Bruyères Bataille de Bruyères légende= Informations générales Date 14 octobre 30 octobre 1944 Lieu Bruyères et Biffontaine, Vosges, France Issue Dégagement des troupes américaines prises au piège …   Wikipédia en Français

  • Bataille de Bruyères — Informations générales Date 14 octobre 30 octobre 1944 Lieu Bruyères et Biffontaine, Vosges, France Issue Dégagement des troupes américaines prises au piège Belligérants …   Wikipédia en Français

  • Bataille De Scheldt — Bataille de l’Escaut Bataille de l’Escaut Informations générales Date 2 octobre 1944 au 8 novembre  …   Wikipédia en Français

  • Bataille de Scheldt — Bataille de l’Escaut Bataille de l’Escaut Informations générales Date 2 octobre 1944 au 8 novembre  …   Wikipédia en Français

  • Bataille de l'Escaut — Bataille de l’Escaut Bataille de l’Escaut Informations générales Date 2 octobre 1944 au 8 novembre  …   Wikipédia en Français

  • Bataille de l’Escaut — Informations générales Date 2 octobre 1944 au 8 novembre 1944 Lieu …   Wikipédia en Français

  • Bataille de scheldt — Bataille de l’Escaut Bataille de l’Escaut Informations générales Date 2 octobre 1944 au 8 novembre  …   Wikipédia en Français

  • Bataille de Groningue — Les troupes canadiennes en opération à Groningue. Informations générales Date du 13 avril& …   Wikipédia en Français

  • Bataille De France — Avancée des armées allemandes entre le 13 et le 25 juin 1940 et tentative d attaque italienne à partir du 21 juin Informations générales Date 10 mai 22 juin 1940 Lieu …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”