Bataille de Montichiari
Bataille de Montichiari
Naviglio Grande Bresciano a Gavardo Ponte arco 20080723.jpg
Le nouveau pont de Gavardo,
la pierre a remplacé le bois
Informations générales
Date 7 et 8 mai 1373
Lieu Montichiari et Gavardo
Casus belli Siège du château de Montichiari par Raymond de Turenne et Othon de Brunswick
Issue écrasement des troupes des Visconti au Pont de Gavardo
Belligérants
Ligue pontificale Troupes milanaises des Visconti Troupes de Francesco d’Este
Commandants
Raymond de Turenne, Othon de Brunswick, John Hawkwood, Enguerrand de Coucy, Amanieu de Pomiers, Galéotto Malatesta et Hugolin de Savignac Galéas de Saluces, Bernabò et Gian-Galéas Visconti Francesco d’Este et Anichino de Baumgarten
Forces en présence
700 lances et 400 archers 1 000 hommes d’armes et 300 archers 1 500 lances et
3 000 hommes d’armes
Ligue pontificale contre les Visconti

La bataille de Montichiari (mai 1373), est l'un des épisodes les plus importants de la guerre menée par la Ligue pontificale de Grégoire XI contre les Visconti pour préparer son retour à Rome.

Le but du pape était de réduire complètement les potentats de Milan, chefs traditionnels des Gibelins, qui faisaient peser une menace constante sur les territoires des États pontificaux.

Sommaire

Une défaite qui se transforme en victoire

Raymond de Turenne
par Girolamo di Benvenuto
fresque de l’Ospedale Santa-Maria della Scala à Sienne

Au début mai 1373, à Montichiari, près du Chiese, Raymond de Turenne et Othon de Brunswick assiègent une forteresse tenue par les Milanais. L’affaire est d’autant plus importante que dans celle-ci sont retranchés Galéas de Saluces, Bernabò et Gian-Galéas Visconti. Les capitaines pontificaux sont rejoints par John Hawkwood, Enguerrand de Coucy, Galéotto Malatesta et Hugolin de Savignac. Les forces de la Ligue s’élèvent alors à 700 lances et 400 archers[1].

La faute d'Enguerrand de Coucy

Le château de Montichiari

Le 7 mai, les troupes de Francesco d’Este, à la solde de Gian-Galéas et la compagnie d’Anichino de Baumgarten surprennent l’armée pontificale. Enguerrand de Coucy contre-attaque avec son habituelle furia francese. Cette fougue inconsidérée fait tourner la bataille en défaite. Les troupes de la Ligue ployant sous le nombre, 1 500 lances et 3 000 hommes d’armes, sont mises en fuite et poursuivies jusqu’au château de Gavardo, près du lac de Garde. Il y a près de 700 morts des deux côtés tandis que 500 cavaliers et 700 hommes d’armes de la Ligue sont capturés. Du côté des Milanais, seuls Andrea et Romeo Pepoli ont été faits prisonniers. Mais Hawkwood et Amanieu de Pomiers ont contraint Jacopo dal Verme à faire retraite vers Crémone[1].

John Hawkwood rétablit la situation

Le 8 mai, la Ligue transforme sa défaite en victoire à Gavardo. John Hawkwood et sa Compagnie surprennent les troupes viscontiennes s’avançant à découvert et en désordre sur le pont de bois du Chiese. Les Anglais sont rejoints par Enguerrand de Coucy, Nicolas d’Este, Othon de Brunswick, Raymond de Turenne, Louis de Valentinois et Nicolas Roger de Beaufort. Les 600 pontificaux écrasent les forces milanaises, fortes de 1 000 hommes d’armes, 300 archers et de nombreux piétons, sur le pont et les rives du Chiese[1].

Une victoire à la Pyrrhus

Dans ce carnage, sont capturés François d’Este, Hugolin et Galéas de Saluces, Castellino Beccaria, Gabriotto de Canossa, Federigo Gonzague, Francesco da Sassuolo, Beltramo dei Rossi, Balzarino Pusterla, Rosso de Parme, Gianvannola de Casate qui paieront pour leur rançon 100 000 ducats. Jean-Galéas Visconti, jeté à terre, est près d’être fait prisonnier par Raymond de Turenne. Mais l’un de ses fidèles lui offre son cheval et il réussit à fuir. En dépit de la victoire, l’âpreté de la bataille a été telle que Hawkwood et sa Compagnie se retirent à Bologne par le Parmesan, dans l’attente surtout que l’Église envoie les soldes. Othon de Brunswick rentre au Montferrat, Amanieu de Pomiers rejoint le Piacentinois et Coucy se rend à Modène chez le marquis d’Este avec Raymond de Turenne[2].

Le chef de la Ligue temporise

Le Comte Vert, Amédée VI de Savoie, chef de la Ligue

La victoire est d’importance. Grégoire XI, malgré les sollicitations de Charles V, refuse de faire la paix. Le 25 mai, le pape félicite Hawkwood et Coucy et il leur intime de se joindre à Amédée VI de Savoie dans la Lombardie supérieure afin que les ennemis ne puissent reprendre confiance. Ce même jour, le Comte Vert qui fait croire qu’il est déconfit de ne pas avoir combattu à Montichiari, reste cantonné à Gorlago avant de se replier sur Ciserano puis Mapello[2].

Le 29 mai 1373, Grégoire XI, inquiet, demande à Lapo Ricasoli d’être mis au courant des intentions d’Amédée VI pour Bergame. En dépit de ses proclamations guerrières, le comte de Savoie, chef de la Ligue, préfère tempérer les ordres pontificaux et préserver ses intérêts auprès des Visconti auxquels il est allié par son épouse[2].

Notes et références

  1. a, b et c Jean-Pierre Saltarelli, op. cit., p. 100.
  2. a, b et c Jean-Pierre Saltarelli, op. cit., p. 101.

Bibliographie

  • Arveno Sala, « La cospirazione antiviscontea in Bergamo del 1373 », Rivista del Centro Studia et Ricerche Archivio Bergamasco, 1983.
  • B. Galland, « Le rôle du comte de Savoie dans la ligue de Grégoire XI contre les Visconti (1372-1375) », Mélanges de l’École française de Rome, Vol. 105, n° 105-2, 1993.
  • Jean-Pierre Saltarelli, La campagne d'Italie de Raymond de Turenne (1372-1373), Bulletin de la Société scientifique, historique et archéologique de la Corèze, T. 130, 2008.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bataille de Montichiari de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bataille de Castiglione — Bonaparte donnant ses ordres sur le Mont Medolano Informations générales Date 5 août 1796 Lieu …   Wikipédia en Français

  • Liste de batailles du Moyen Âge — Cette page donne une liste de batailles s étant déroulées au Moyen Âge (période fixée arbitrairement pour les besoins de l article de 477 à 1492). À cette époque, une bataille a aussi le sens d une division de l armée : tactiquement sur le… …   Wikipédia en Français

  • Nicolas Roger de Beaufort — (1340 1415), comte de Beaufort, vicomte de La Mothe, seigneur de Saint Exupéry, Ligny, Savennes, Chambon, Rosiers, est le fils de Guillaume II Roger, comte de Beaufort, seigneur de Rosiers d Égletons, et de Marie de Chambon. Il est le frère de… …   Wikipédia en Français

  • Enguerrand VII De Coucy — Armes d Enguerrand VII de Coucy Ecartelé : 1 et 4, fascé de vair et de gueules; 2 et 3, de gueules à la fasce d argent Enguerrand VII de Coucy (1339 – 1397), seigneur de Coucy, de Marle, de La Fère, de …   Wikipédia en Français

  • Enguerrand VII de Coucy — Armes d Enguerrand VII de Coucy Ecartelé : 1 et 4, fascé de vair et de gueules; 2 et 3, de gueules à la fasce d argent Enguerrand VII de Coucy (1339 – 1397), seigneur de Coucy, de Marle, de La Fère, de Crécy sur Serre, d’Oisy …   Wikipédia en Français

  • Enguerrand vii de coucy — Armes d Enguerrand VII de Coucy Ecartelé : 1 et 4, fascé de vair et de gueules; 2 et 3, de gueules à la fasce d argent Enguerrand VII de Coucy (1339 – 1397), seigneur de Coucy, de Marle, de La Fère, de …   Wikipédia en Français

  • Raimond De Turenne — Pour les articles homonymes, voir Turenne. Raymond de Turenne …   Wikipédia en Français

  • Raimond de Turenne — Pour les articles homonymes, voir Turenne. Raymond de Turenne …   Wikipédia en Français

  • Raimond de turenne — Pour les articles homonymes, voir Turenne. Raymond de Turenne …   Wikipédia en Français

  • Raymond De Turenne — Raimond de Turenne Pour les articles homonymes, voir Turenne. Raymond de Turenne …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”