Bataille de Messines (1917)

50° 46′ N 2° 54′ E / 50.76, 2.9

Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Bataille de Messines
Bataille de Messines
Battle of Messines - Map.jpg
Informations générales
Date 7 juin 1917
Lieu Village de Messines, au sud d'Ypres (Flandres)
Issue Victoire britannique rapide et totale
Belligérants
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni Drapeau: Empire allemand Empire allemand
Commandants
Drapeau du Royaume-Uni Herbert Plumer Drapeau de l'Allemagne Friedrich Bertram Sixt von Armin
Forces en présence
9 divisions, 72 tancks 5 divisions
Pertes
17 000 hommes 20 000 hommes
dont 7 500 prisonniers
65 canons
94 mortiers
300 mitrailleuses
Première Guerre mondiale
Batailles
Front de l’Ouest

Frontières (08-1914)Liège (08-1914)Anvers (09-1914)Grande Retraite (09-1914)1re Marne (09-1914)Course à la mer (09-1914)Yser (10-1914)1re Ypres (10-1914)1re Messines (10-1914)Hartmannswillerkopf (01-1915)Neuve Chapelle (03-1915)2e Ypres (04-1915)Artois (05-1915)Artois (09-1915)Loos (09-1915)Verdun (02-1916)Hulluch (04-1916)Somme (07-1916)Arras (04-1917)Vimy (04-1917)Chemin des Dames (04-1917)2e Messines (06-1917)3e Ypres (07-1917)Côte 70 (08-1917)1re Cambrai (11-1917)2e Cambrai (10-1918)4e Ypres (04-1918)Michael (05-1918)2e Marne (05-1918)Aisne (05-1918)Bois Belleau (06-1918)Château-Thierry (07-1918)Le Hamel (07-1918)Amiens (08-1918)Cent-Jours (08-1918) - L'Ailette (09-1918)


Front italien
1re Isonzo (06-1915)2e Isonzo (07-1915)3e Isonzo (10-1915)4e Isonzo (11-1915)5e Isonzo (03-1916)6e Isonzo (08-1916)7e Isonzo (09-1916)8e Isonzo (10-1916)9e Isonzo (11-1916)10e Isonzo (05-1917)Mont Ortigara (06-1917)11e Isonzo (08-1917)Caporetto (12e Isonzo) (10-1917)Piave (06-1918)Vittorio Veneto (10-1918)


Front de l’Est
Stallupönen (08-1914)Gumbinnen (08-1914)Tannenberg (08-1914)Lemberg (08-1914)Krasnik (08-1914)Lacs de Mazurie (I) (09-1914)Przemyśl (09-1914)Vistule (09-1914)Łódź (11-1914)Bolimov (01-1915)Lacs de Mazurie (II) (02-1915)Gorlice-Tarnów (05-1915)Varsovie (06-1915)Lac Naroch (03-1916)Offensive Broussilov (06-1916)Offensive Kerensky (07-1917)


Front du Moyen-Orient
Mésopotamie - CaucasePerse - Sinaï et Palestine - 1re Gaza - 2de Gaza - 3e Gaza - Beer-Sheva - Aqaba - Megiddo - Magdhaba - Rafa


Afrique et Méditerranée
Lai (08-1914)Sandfontein (09-1914)Tanga (11-1914)Naulila (12-1914)Jassin (01-1915)Dardanelles (02-1915)Gibeon (04-1915)Bukoba (06-1915)Salaita (02-1916)Beringia (05-1916)Negomano (11-1917)


Batailles navales
1re Heligoland (08-1914)Penang (10-1914)Coronel (11-1914)Falklands (12-1914)Dogger Bank (01-1915)Gotland (07-1915)Juttland (05-1916)Funchal (12-1916)Pas-de-Calais (04-1917)Détroit de Muhu (10-1917)2e Heligoland (11-1917)Zeebruges (04-1918)1er Ostende (04-1918)2e Ostende (05-1918)

La seconde bataille de Messines se déroule pendant la journée du 7 juin 1917 au sud du saillant d'Ypres et est remportée par la IIe armée du général Herbert Plumer.

Sommaire

Contexte et préparation de la bataille

Contexte militaire sur le front Ouest

Après le désastre de l'offensive Nivelle et la « boucherie du Chemin des Dames », Philippe Pétain décide de rester sur la défensive en attendant les chars et les troupes américaines. Douglas Haig, commandant en chef du BEF, opte, quant à lui, pour une grande offensive dans les Flandres. L'action préliminaire de cette dernière consiste alors à capturer la crête de Wytschaete (8 kilomètres de long et parfois 84 mètres d'altitude) afin de réduire le saillant (autour de Wytschaete) au sud d'Ypres. Cette tâche est confiée à la IIe armée du général Herbert Plumer qui devra attaquer le 7 juin 1917.

L'utilisation massive des sapes

La crête est tenue par les Allemands depuis 1914 et ces derniers ont mis à profit cette longue période pour la fortifier, la rendant ainsi quasiment inexpugnable. En conséquence, et pour éviter un nouveau bain de sang inutile, une longue préparation est nécessaire avant de lancer l'assaut. Les Britanniques ont alors recours à la vieille méthode des sapes dont le creusement a débuté, pour certaines d'entre elles, plus d'un an avant la bataille. 20 sapes ont ainsi été creusées entre la Cote 60 au nord et le village de Saint-Yves au Sud, certaines à plus de 30 mètres de profondeur, d'autres à 50 mètres derrière la première ligne allemande.

Pendant leur dur travail, les mineurs étaient confrontés à de multiples dangers : manque d'air, éboulements, bombardements, sondages et contre-sapes allemandes. Ils devaient, de plus, camoufler la terre dégagée afin d'éviter que les reconnaissances aériennes ennemies ne suspectent l'existence d'une sape au vu des tas de débris.

Le déroulement de l'assaut

Plumer avait disposé neuf divisions en première ligne et trois en réserve, il avait en outre ordonné une préparation d'artillerie de 17 jours précédant le jour de l'attaque. Dans la nuit du 6 au 7, un violent orage éclate et, quand il cesse, 19 sapes (une seule sape avait été découverte par les Allemands) contenant 454 tonnes d'explosif sautent sous les positions allemandes (il n'y avait aucune mine en dessous de la crête). Le bruit de l'explosion est effroyable et on raconte que le Premier ministre britannique David Lloyd George, l'aurait entendu depuis son cabinet du 10 Downing Street. Ce n'est donc pas un hasard si Plumer déclare à son état-major avant la bataille de Messines

« Gentlemen, we may not make history tomorrow, but we shall certainly change the geography. »
« Messieurs, nous n'écrirons peut-être pas l'Histoire demain, mais nous changerons certainement la géographie. »

Après les explosions, les Britanniques et les ANZAC (Australian and New Zealand Army Corps) passent à l'attaque et réussissent à coiffer le point sud de la crête rapidement. En deux heures seulement, certaines unités atteignent la deuxième ligne allemande et à 7 heures les villages de Messines et de Wytschaete (libéré par les troupes Irlandaises : 16th Irish et le 36th Ulster division) tombent aux mains des Alliés. Les troupes de sa Majesté commencent alors à descendre le versant est de la crête et l'artillerie est poussée en avant. En début d'après-midi, les tanks et les troupes en réserve entrent en action. Enfin à 15 h 10, les objectifs sont atteints, la crête est tenue, les Britanniques s'enterrent et réussissent à contenir les contre-attaques allemandes.

Bilan et suites de la bataille

La victoire est totale, rapide et constitue un signe d'encouragement pour l'Entente. Lors de la bataille, les Britanniques perdent 17 000 hommes contre 20 000 hommes côté allemand dont 7 500 prisonniers. En outre les Britanniques parviennent à capturer 65 canons, 94 mortiers et 300 mitrailleuses. Découragé, fatigué, le Kronprinz Rupprecht, responsable du front ouest, s'attend à de nouvelles attaques et envisage de se retirer du plat-pays à l'ouest de Luys. Herbert Plumer souhaite lui aussi mener une telle campagne, mais Douglas Haig et Hubert Gough refusent, perdant ainsi l'initiative et surtout une occasion en or de repousser les troupes allemandes.

Finalement le succès de Messines démontre que la surprise, des objectifs limités et tenables constituent la bonne tactique. Mais Haig ne retient pas les enseignements de cette bataille et continue à lancer des offensives aussi meurtrières qu'inutiles.

Sur les autres projets Wikimedia :

Filmographie

  • Commandos de l'ombre, (titre original : Beneath Hill 60), de Jeremy Sims (2010). Auteurs et scénaristes : David Roach ; avec : Brendan Cowell (Capitaine Oliver Woodward), Harrison Gilbertson (Frank Tiffin), Steve Le Marquand (Sergent Bill Fraser), Gyton Grantley (Norman Morris), Alex Thompson (Walter Sneddon), Duncan Young (Tom Dwyer)


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bataille de Messines (1917) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bataille De Messines (1917) — 50° 46′ N 2° 54′ E / 50.76, 2.9 …   Wikipédia en Français

  • Bataille de messines (1917) — 50° 46′ N 2° 54′ E / 50.76, 2.9 …   Wikipédia en Français

  • Bataille De Cambrai (1917) — Pour la deuxième bataille de Cambrai voir Bataille de Cambrai (1918) Bataille de Cambrai Informations générales Date 20 novembre 7 décembre …   Wikipédia en Français

  • Bataille de cambrai (1917) — Pour la deuxième bataille de Cambrai voir Bataille de Cambrai (1918) Bataille de Cambrai Informations générales Date 20 novembre 7 décembre …   Wikipédia en Français

  • Bataille De Heligoland (1917) — Pour les articles homonymes, voir Bataille de Heligoland. Bataille de Heligoland (1917) Informations générales Date 17 novembre 1917 Lieu archipel de Heligol …   Wikipédia en Français

  • Bataille de Helgoland (1917) — Bataille de Heligoland (1917) Pour les articles homonymes, voir Bataille de Heligoland. Bataille de Heligoland (1917) Informations générales Date 17 novembre 1917 Lieu archipel de Heligol …   Wikipédia en Français

  • Bataille de heligoland (1917) — Pour les articles homonymes, voir Bataille de Heligoland. Bataille de Heligoland (1917) Informations générales Date 17 novembre 1917 Lieu archipel de Heligol …   Wikipédia en Français

  • Bataille de Cambrai (1917) — Pour la deuxième bataille de Cambrai voir Bataille de Cambrai (1918) Bataille de Cambrai Informations générales Date 20 novembre 7 décembre 1917 …   Wikipédia en Français

  • Bataille de Heligoland (1917) — Pour les articles homonymes, voir Bataille de Heligoland. Bataille de Heligoland (1917) Informations générales Date 17 novembre 1917 Lieu archipel de Heligoland Issue …   Wikipédia en Français

  • Bataille De Messines —     Cette page d’homonymie contient une liste de différentes batailles, sièges ou guerres partageant le même nom. Si un lien interne vous a conduit sur cette page alors qu il existe un article détaillé, merci de le mettre à jour pour qu …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”