Bataille de Manchourie

Bataille de Mandchourie

Bataille de Mandchourie
Informations générales
Date 9 aout2 septembre 1945
Lieu Mandchourie, Mongolie-Intérieure, Sakhaline, Îles Kouriles et Corée
Issue Victoire soviétique
Belligérants
Flag of the Soviet Union 1923.svg Union soviétique
Flag of Mongolia.svg Mongolie
Japon Empire du Japon
Flag of Manchukuo.svg Mandchoukouo
Menjiang Flag (1945).svg Mengjiang
Commandants
Flag of the Soviet Union 1923.svg Aleksandr Vassilievski Japon Otozō Yamada
Forces en présence
Flag of the Soviet Union 1923.svg
1 577 225 hommes,
26 137 pièces d’artillerie
5 500 chars,
5 368 avions
Flag of Mongolia.svg
21 000-80 000 hommes,
200 pièces d’artillerie
60 chars,
180 avions
Japon
1 200 000 hommes,
6 700 pièces d’artillerie,
1 000 chars,
1 800 avions,
1 215 véhicules
Flag of Manchukuo.svg

200 000 hommes
Menjiang Flag (1945).svg
10 000 hommes

Pertes
Estimations soviétiques :
8 219 morts
22 264 blessés
Estimations japonaises :
20 000 morts
50 000 blessés
Estimations soviétiques :
83 737 morts
594 000 prisonniers
Estimations japonaises :
21 000 morts
Batailles
Seconde Guerre mondiale - Guerre sino-japonaise

Bataille du pont Lugou · Bataille de Shanghai · Bataille de Taiyuan · Bataille de Xinkou ·Bataille de Pingxingguan ·Bataille de Taierzhuang · Bataille de Xuzhou · Bataille de Nankin ·Bataille de Wuhan · Bataille de Nanchang · Bataille de Halhin Gol · Bataille de Suixian-Zaoyang · 1re Bataille de Changsha · Bataille du sud de Guangxi · Bataille du sud de Henan · Bataille de Zaoyang-Yichang ·Offensive des cent régiments · Bataille de Shanggao · Bataille du Sud-Shanxi · 2e Bataille de Changsha · 3e Bataille de Changsha · Bataille de l'ouest d'Hubei · Bataille de Changde · Opération Ichi-Go · 4e Bataille de Changsha · Bataille de Guilin-Liuzhou · Reconquête chinoise de 1945 · Bataille de Mandchourie


Guerre en Asie et dans le Pacifique


Front d'Europe de l'ouest


Front d'Europe de l'est


Campagnes d'Afrique et du Moyen-Orient


Bataille de l'Atlantique


Campagnes de Méditerranée et d'Europe du Sud

La Bataille de Mandchourie, ou Opération tempête d'août, vit l’invasion de la Mandchourie par l'Armée rouge.

Reddition de soldats japonais.

Le 8 août 1945, l'Union soviétique, pressée depuis longtemps par les Alliés de déclarer la guerre au Japon, et s'y étant engagée lors des accords de Yalta, dénonça le pacte de non-agression soviéto-japonais signé en 1941. Le lendemain, l'Armée rouge envahit la Mandchourie, occupée depuis 1931 par les Japonais qui y avaient installé l'État du Mandchoukouo, ainsi que la Mongolie-Intérieure, la partie sud de Sakhaline (occupée par le Japon depuis la guerre russo-japonaise de 1905), les Îles Kouriles et le nord de la Corée.

Historique

L'armée du Guandong fut écrasé par la 1re armèe soviétique.

Conséquences

Le 15 août, l'empereur Hirohito annonça la capitulation du Japon et un cessez-le-feu fut déclaré dans la région. Les gouvernements collaborateurs du Mandchoukouo et du Mengjiang cessèrent d'exister.

Située entre les deux bombardements atomiques américains, l'attaque soviétique fut, avec les frappes nucléaires, l'un des facteurs décisifs de la reddition du Japon. Le gouvernement japonais souhaitait notamment éviter une attaque et une occupation soviétiques sur son territoire national, ce qui aurait risqué de compromettre la survie du système impérial.

Les soviétiques profitèrent de leur présence sur place pour opérer un pillage en règle de la Mandchourie, notamment en démantelant et transférant en URSS une grande partie des infrastructures de l'ex-Mandchoukouo[1].

Tchang Kaï-chek n'ayant pas de troupes en Mandchourie, il négocia avec les soviétiques pour éviter qu'ils ne se retirent trop tôt, ce qui aurait eu pour conséquence une prise de contrôle de la région par les communistes. Il fit transmettre aux troupes japonaises restées sur place l'ordre de ne pas remettre leurs armes aux communistes et d'attendre l'arrivée des soldats du Kuomintang[2]. Tchang ne put cependant empêcher qu'une partie des territoires conquis par l'armée soviétique en Mandchourie ne soient investis par les troupes du Parti communiste chinois, qui gagna ainsi de précieuses bases d'opération, tandis que la guérilla communiste locale opérait sa jonction avec les troupes régulières du PCC[3]. La conquête définitive de la Mandchourie par les communistes fut, à la fin 1948, l'un des points tournants de la guerre civile chinoise.

L'occupation du nord de la Corée par l'URSS fournit le terrain pour la naissance du régime communiste coréen et fut le prélude à la guerre de Corée.

Notes et références

  1. Encyclopedia Britannica
  2. Peter Zarrow, China in War and Revolution, 1895-1949, Routledge, 2005, p.338
  3. Encyclopedia Britannica
  • Portail de l’URSS Portail de l’URSS
  • Portail du Japon Portail du Japon
  • Portail de la Seconde Guerre mondiale Portail de la Seconde Guerre mondiale
  • Portail du monde chinois Portail du monde chinois
  • Portail du monde mongol Portail du monde mongol
Ce document provient de « Bataille de Mandchourie ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bataille de Manchourie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bataille De Manchourie — Bataille de Mandchourie Bataille de Mandchourie Informations générales Date 9 aout – 2 septembre 1945 Lieu Mandchourie, Mongolie Intérieure, Sakhaline, Îles Kouriles et Corée Issue Victoire soviétique …   Wikipédia en Français

  • Bataille de manchourie — Bataille de Mandchourie Bataille de Mandchourie Informations générales Date 9 aout – 2 septembre 1945 Lieu Mandchourie, Mongolie Intérieure, Sakhaline, Îles Kouriles et Corée Issue Victoire soviétique …   Wikipédia en Français

  • Histoire de l'Armée impériale japonaise — Armée impériale japonaise Armée impériale japonaise 大日本帝國陸軍 L étendard de l armée impériale Période 1867 – 1945 Pays …   Wikipédia en Français

  • Histoire de l'armée impériale japonaise — Armée impériale japonaise Armée impériale japonaise 大日本帝國陸軍 L étendard de l armée impériale Période 1867 – 1945 Pays …   Wikipédia en Français

  • Crimes De Guerre Japonais — Crimes de guerre du Japon Shōwa Les crimes de guerre du Japon Shōwa désignent les crimes de guerre qui ont été commis par les Japonais au cours de la période de l’impérialisme japonais, à partir de la fin du XIXe siècle jusqu’en 1945,… …   Wikipédia en Français

  • Crimes de guerre du Japon — Shōwa Les crimes de guerre du Japon Shōwa désignent les crimes de guerre qui ont été commis par les Japonais au cours de la période de l’impérialisme japonais, à partir de la fin du XIXe siècle jusqu’en 1945, principalement durant la… …   Wikipédia en Français

  • Crimes de guerre japonais — Crimes de guerre du Japon Shōwa Les crimes de guerre du Japon Shōwa désignent les crimes de guerre qui ont été commis par les Japonais au cours de la période de l’impérialisme japonais, à partir de la fin du XIXe siècle jusqu’en 1945,… …   Wikipédia en Français

  • Massacre de Changjiao — Crimes de guerre du Japon Shōwa Les crimes de guerre du Japon Shōwa désignent les crimes de guerre qui ont été commis par les Japonais au cours de la période de l’impérialisme japonais, à partir de la fin du XIXe siècle jusqu’en 1945,… …   Wikipédia en Français

  • Crimes de guerre du Japon Shōwa — Civils chinois enterrés vivants. Les crimes de guerre japonais désignent les crimes de guerre qui ont été commis par les Japonais au cours de la période de l’impérialisme japonais, à partir de la fin du XIXe siècle jusqu’en 1945,… …   Wikipédia en Français

  • Histoire militaire de la Chine — Articles détaillés : Histoire de la Chine et Chronologie de la Chine. Cet article établit l historique des conflits ayant eu la Chine pour champ de bataille ou ayant impliqué ce pays Sommaire 1 Chine Intérieure 1.1 Chine ancienne 1.2 …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”