Bataille De Cérisoles

Bataille de Cérisoles

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ceresole.
Bataille de Cérisoles
Battle of Ceresole (preliminary).png
Mouvements des troupes avant le choc : en rouge, progression des Impériaux depuis Asti ; en bleu, marche du duc d'Enghien depuis Carignano.
Informations générales
Date 11 avril 1544
Lieu Cérisoles (actuelle Ceresole Alba) au sud-est de Turin, dans le Piémont
Casus belli Revendication françaises sur le duché de Milan
Changements territoriaux Piémont
Issue Victoire française décisive et Trêve de Crépy-en-Laonnois
Belligérants
Royaume de France Royaume de France Saint Empire romain germanique après 1400 Saint-Empire
Empire colonial espagnol Empire espagnol
Commandants
François de Bourbon, comte d'Enghien Alfonso de Àvalos
Forces en présence
~11 000 à 13 000 fantassins,
~1 500 à 1 850 cavaliers,
~20 canons
~12 500 à 18 000 fantassins,
~800 à 1000 cavaliers,
~20 canons
Pertes
~1 500 à 2 000 tués ou blessés ~5 000 à 6 000 tués ou blessés,
~3 150 prisonniers
Neuvième guerre d'Italie
Batailles
Solvay Moss - Nice - Cérisoles - Saint-Dizier - Boulogne

La bataille de Cérisoles a lieu le 11 avril 1544 lors de la neuvième guerre d'Italie près du village piémontais de Cérisoles (actuelle ville de Ceresole Alba). Elle oppose les Français - parmi lesquels le jeune Gaspard II de Coligny - commandés par François de Bourbon, comte d'Enghien, aux troupes de Charles Quint commandées par Alfonso de Àvalos, marquis du Guast [1].

Les combats[2], d'une durée inhabituelle, se soldent par une victoire française. Toutefois, malgré les pertes infligées à l'ennemi, les Français n'exploitent pas leur avantage jusqu'au bout, alors que Milan se trouve sans défense, comme l'a indiqué Monluc.

Le comte d'Enghien et le marquis d'Àvalos déploient leurs armées sur deux crêtes parallèles : du fait de la topographie du champ de bataille, les actions individuelles s'engagent sans réelle coordination. La bataille s'ouvre par plusieurs heures de tirs d'arquebuse et d'artillerie à l'efficacité douteuse, après quoi le marquis d'Àvalos donne l'ordre de marcher sur l'ennemi sur toute la largeur du front. Au centre, les lansquenets viennent au contact des mercenaires suisses au service de la France, et subissent d'énormes pertes. Au sud, l'infanterie piémontaise, harassée par les charges de la cavalerie française, ne se replie qu'à l'annonce que le centre allemand est enfoncé. Au nord, l'infanterie française se débande, le comte d'Enghien entreprenant une série de charges de cavalerie aussi coûteuses qu'inutiles contre les lignes austro-espagnoles, jusqu'à ce que celles-ci finissent par battre en retraite sous la menace d'enveloppement par les mercenaires suisses victorieux au centre.

Cérisoles est l'une des rares batailles rangées des dernières guerres d'Italie. Connue des historiens pour le combat à outrance qui suit le choc des arquebusiers et des piquiers au centre, elle témoigne de l'importance conservée par la cavalerie lourde dans des engagements désormais dominés par les fantassins armés d'arquebuses et de piques.

Sommaire

Contexte

François Ier considérant que Charles Quint a rompu la trêve d'Aigues-Mortes en léguant le Milanais à son fils Philippe, la Neuvième guerre d'Italie s'ouvre sur le siège de Nice, une opération combinée franco-ottomane en août 1543 ; entretemps, les forces impériales s'ébranlent depuis la Lombardie vers Turin, abandonnée aux Français lors de la guerre précédente en 1538[3]. Au cours de l'hiver 1543–44, les Français, menés par le capitaine Guigues Guiffrey, seigneur de Boutières, et les Impériaux du marquis d'Àvalos arrivent à une paix armée dans le Piémont[4]. Les positions françaises, centrées autour de Turin, sont bornées par quelques places fortes : Pignerol, Carmagnola, Savigliano, Susa, Moncalieri, Villanova d'Asti, Chivasso, et quelques autres ; d'Àvalos, de son côté, contrôle plusieurs forteresses alentour : Mondovì, Asti, Casale Monferrato, Verceil, et Ivrea[5]. Les deux armées attaquent mutuellement leurs places frontières ; Boutières s'empare ainsi de San Germano Vercellese, près de Verceil, et met le siège devant Ivrée; d'Àvalos prend Carignan, à 23 km seulement au sud de Turin, et entreprend d'y loger une garnison et d'en renforcer les fortifications[6].

Portrait d'Alfonso de Àvalos, marquis du Guast, en armure avec son page (huile sur toile du Titien, vers 1533).

Alors que les deux armées prennent leurs quartiers d'hiver, François Ier relève Boutières de son commandement et nomme à sa place François de Bourbon-Vendôme, comte d'Enghien, un prince encore dépourvu d'expérience militaire[7]. Il dépêche en outre des renforts vers le Piémont : plusieurs lances, quelques compagnies de fantassins du Dauphiné et du Languedoc, et des piquiers de Gruyères[8]. En janvier 1544, Enghien met le siège devant Carignan, défendue par la garnison de Pirro Colonna[9].

Les Français estiment que le marquis d'Àvalos sera forcé de porter secours à la ville assiégée, et qu'il est ainsi possible de le contraindre à une bataille rangée ; mais de telles batailles étant désormais jugées aléatoires, Enghien préfère dépêcher Blaise de Monluc auprès du roi pour faire approuver son plan[10].

Apparemment, Monluc parvient à convaincre François Ier (sous réserve, cependant, que les capitaines du comte d'Enghien approuvent l'attaque) contre les avis du comte de Saint-Pol, lequel observe qu'une défaite exposerait la France à une invasion par le marquis d'Àvalos au moment même où Charles Quint et Henri VIII d'Angleterre s'en prennent à la Picardie[11].

Monluc, en retournant en Italie, amène avec lui une centaine de jeunes nobles volontaires, dont le jeune Gaspard de Coligny[12].

La bataille

Ordre des troupes

Les troupes d'Enghien prennent position sur une ligne de crête plus élevée au centre que sur les ailes, si bien que les deux ailes françaises ne peuvent se voir l'une l'autre[13]. L'armée française est ordonnée de façon traditionnelle : le corps de bataille, l'avant-garde et l'arrière-garde avaient respectivement pris position au centre, à l'aile droite et à l'aile gauche du front[14]. À l'extrémité de l'aile droite française a pris position un corps de cavalerie légère composé des trois compagnies des capitaines de Thermes, Bernadino et Mauré, soit près de 500 cavaliers[15]. Ils sont flanqués des fantassins de de Tais, près de 4 000 hommes, et, plus à gauche encore, d'un escadron de 80 gens d'armes commandés par Boutières, commandant en titre de l'aile droite française[16]. Le centre français comporte treize compagnies de vétérans suisses, près de 4 000 fantassins emmenés par Wilhelm Frülich de Soleure et un capitaine du nom de Saint-Julien[17]. À leur gauche, le comte d'Enghien commande trois compagnies de chevaliers, un escadron de cavalerie légère, et les jeunes chevaliers venus de Paris, soit au total près de 450 cavaliers, ou 45 lances[18]. L'aile gauche consiste en deux colonnes de fantassins, soit 3 000 hommes levés dans la région de Gruyères et 2 000 Italiens, tous commandés par Descroz[19]. À l'extrémité gauche, 400 archers montés sont déployés comme cavalerie légère ; ils sont commandés par Dampierre, qui a la responsabilité de toute l'aile gauche des Français[20].

Les lignes des Impériaux sont en position sur une crête parallèle à celle des Français[21]. À l'extrémité de son aile gauche, face aux chevaliers de de Thermes, se tiennent 300 cavaliers florentins commandés par Rodolphe Baglioni; ils sont appuyés sur leur droite par 6 000 fantassins italiens sous les ordres de Ferrante Sanseverino, prince de Salerne[22]. 7 000 lansquenets sous les ordres d'Eriprando Madruzzo tiennent le centre[23]. À leur droite, le marquis d'Àvalos et 200 chevaliers commandés par Carlo Gonzaga[24]. L'aile droite des Impériaux compte environ 5 000 fantassins allemands et espagnols commandés par Raimond de Cardona ; ils sont appuyés sur leur droite par les 300 cavaliers italiens de Philippe de Lannoy, prince de Sulmona[25].

Mouvements de troupes

Comme les troupes du général d'Àvalos, venues de Cérisoles, arrivent sur le champ de bataille, les deux armées cherchent à tromper l'adversaire sur leur effectif et leurs positions : ainsi le comte d'Enghien ordonne aux Suisses de se coucher derrière la ligne de crête, cependant que seule l'aile gauche des Impériaux est visible des Français [26]. D'Àvalos dépêche des escouades d'arquebusiers pour tenter de débusquer les ailes des Français ; Enghien, de son côté, détache près de 800 arquebusiers emmenés par Monluc pour gêner la progression des Impériaux[27]. L'arquebusade entre les deux camps dure près de quatre heures. « C'était », nous dit Martin Du Bellay, témoin de cet engagement, « un assez joli spectacle pour tous ceux qui étaient à couvert et sans ordres, car ils usèrent de toutes les ruses et stratagèmes de la guérilla »[28]. » Lorsque la position et la taille des deux armées est reconnue, Enghien et d'ÀAvalos mettent leur artillerie en batterie[29]. La cannonade qui s'ensuit dure plusieurs heures, mais n'a guère de résultat du fait de l'espace et des abris disponibles aux soldats des deux camps[30].

Première phase de la bataille, marquée par l'assaut des Impériaux, la déroute de la cavalerie florentine, l'enfoncement des rangs des lansquenets, la charge puis la retraite de la chevalerie espagnole.

L'arquebusade prend fin avec la charge de la cavalerie impériale sur les arquebusiers français ; Montluc sollicite l'assistance de des Thermes, qui fait donner tous ses escadrons légers[31]. D'Àvalos, voyant le mouvement des Français, ordonne à ses troupes d'avancer sur toute la largeur du front[32]. À l'extrémité sud du champ de bataille, la cavalerie légère française repousse les Florentins du régiment Baglioni sur les lignes de Sanseverino et entreprend de charger directement les colonnes d'infanterie[23]. Mais la formation italienne tient bon, et des Thermes lui-même, blessé, est capturé ; pourtant, lorsqu'enfin Sanseverino a remis les troupes en ordre de progression, le combat au centre est terminé[33].

Le choc

L'infanterie française (essentiellement formée de Gascons) descend à présent vers Sanseverino[23]. Monluc, remarquant que la confusion dans les rangs italiens les a réduits à l'inaction, suggère que le sieur de Tais attaque d'abord la colonne lansquenette de Madruzzo ; cet avis est suivi, et la formation française oblique vers la gauche pour prendre en tenaille les lansquenets[34]. Madruzzo réagit en divisant ses troupes en deux groupes, l'un parant l'attaque de flanc des Français tandis que l'autre reprend la progression vers le haut de la colline pour en découdre avec les mercenaires suisses[35].

Choc de mercenaires suisses et de lansquenets (gravure de Hans Holbein le Jeune, début du XVIe siècle).

L'infanterie, dans les deux camps, a adopté une formation mêlant arquebusiers et piquiers, les armes à feu étant disséminées au sein de larges formations de piquiers[36]. Cette combinaison de piques et de mousquets rend le combat rapproché extrêmement sanglant[37]. Les formations d'infanterie mixtes comprennent normalement des pelotons d'arquebusiers et de piquiers bien distincts, les armes à feu appuyant une colonne centrale de piquiers ; mais à Cerisoles, l'infanterie française consiste en un premier rang de piquiers, suivi immédiatement par un rang d'arquebusiers ayant reçu l'ordre de soutenir leur feu jusqu'à ce que les deux colonnes entrent au contact. Montluc[38], qui affirme avoir mis au point cette formule, écrit à ce propos :

« De cette manière, nous devions tuer tous leurs capitaines au premier rang. Mais nous avons constaté qu'ils étaient tout aussi ingénieux que nous-mêmes, car derrière leur première ligne de piques ils avaient rangé leurs arquebusiers. Aucune des deux parties n'ouvrit le feu avant le choc, puis il se fit une grande tuerie : tous les coups portaient, de sorte que le premier rang de chaque camp fut décimé[39]. »

Les Suisses, en voyant les Français engager l'une des colonnes de lansquenets, descendent à la rencontre de l'autre colonne, qui monte lentement à l'assaut du côteau[40]. Les deux corps d'infanterie restent au contact jusqu'à ce que l'escadron de cavalerie lourde de Boutières charge les lansquenets par le flanc, rompant leur formation et leur progression vers la crête[41]. La cavalerie lourde impériale, qui tient l'aile droite des lansquenets, et qui a reçu du général d'Àvalos l'ordre d'attaquer les Suisses, prend la fuite devant le barrage des piques et se replie à l'arrière, laissant capturer Carlo Gonzaga[42]. Les Suisses et les Gascons massacrent le reste des lansquenets (dont l'ordre serré empêche une retraite suffisamment rapide) qui tentent de se replier[43]. La route de Cérisole est jonchée de cadavres. Les Suisses, en particulier, désireux de venger les mauvais traitements infligés à la garnison suisse de Mondovì en novembre précédent, ne font pas de quartier[43]. La plupart des officiers lansquenets trouvent la mort, et si les estimations de l'époque exagèrent sans doute le nombre de morts, il est clair qu'à la suite de ce combat, l'infanterie allemande cesse d'exister en tant qu'unité combattante[44]. Sanseverino, voyant la tournure prise par les combats, décide que la bataille est perdue et fait retraite sur la place-forte d'Asti avec l'essentiel de l'infanterie italienne et les vestiges de la cavalerie florentine de Baglioni. Quant à la cavalerie légère française, elle se met en chasse des fuyards lansquenets[45].

Combats au nord

À l'extrémité nord du champ de bataille, les événements prennent une tournure très différente. Dampierre met la compagnie de cavalerie légère de Lannoy en déroute, tandis que les Italiens et les contingents de Gruyères rompent les rangs et fuient, laissant leurs officiers se faire tuer[46]. Comme les régiments d'infanterie de Cardona débordent les lignes françaises, le comte d'Enghien fait donner toute sa cavalerie lourde. L'engagement a lieu sur la contre-pente de la crête, à l'insu des autres combattants[47].

Seconde phase de la bataille : déroute de la cavalerie napolitaine et des lansquenets, repli de Sanseverino, charges successives de la cavalerie du comte d'Enghien, retraite de l'infanterie austro-espagnole, et retour des fantassins français et suisses depuis Cérisoles.

À la première charge, la cavalerie d'Enghien pratique une brèche dans la formation impériale, la traverse de bout en bout perdant dans cette action une bonne partie des jeunes chevaliers volontaires de la cour[48]. Comme les rangs des hommes de Cardona se referment, la cavalerie française fait volte-face et charge à revers sous des tirs d'arquebuse nourris, une action plus meurtrière encore, sans parvenir à briser la colonne impériale[49]. Enghien, désormais rejoint par la cavalerie légère de Dampierre, entreprend une troisième charge ,aussi peu décisive que les précédentes, et qui ne laisse qu'une centaine de gens d'armes en vie[50]. Selon Monluc, Enghien croit alors la bataille perdue et pense à se poignarder[51] quand Saint-Julien, le commandant suisse, débouche du centre du champ de bataille et fait connaître que les forces impériales ont été mises en déroute[52].

La nouvelle de la défaite des lansquenets parvient à Cardona à peu près en même temps qu'à Enghien; les Impériaux se replient vers leurs positions initiales[53]. Enghien les poursuit avec le reste de sa cavalerie et reçoit bientôt le renfort d'arquebusiers montés italiens, en garnison à Racconigi et qui ont rejoint le champ de bataille au son des premiers coups de canon[54]. Ces arquebusiers, qui mettent pied à terre pour faire feu et se remettent en selle ensuite, harcelent suffisamment la colonne impériale pour ralentir sa retraite[55]. Pendant ce temps, l'infanterie française et suisse victorieuse au centre, après avoir atteint Cérisoles, fait demi-tour et rejoint le champ de bataille ; Monluc, qui est avec eux, écrit :

« Après avoir entendeu ce que Monsieur d'Anguien nous mandoit, incontinent la bataille[56] des Suisses et la nostre tournasmes devers Monsieur d'Anguien : et ne viz jamais deux batailles si tost reffaictes, car de nous-mesmes nous mismes en bataille en cheminant, et allions toujours joinctz cousté à cousté. Les ennemis, qui s'en alloinct le grand pas[57], tirant toujours harcquebuzades, faizoinct tenir nostre cavalerie à la largue[58] ; nous commensa à descouvrir, et comme ilz virent que nous leur estions à quatre ou cinq cens pas, et la cavalerie sur le devant, qui les vouloinct charger, ilz jectarent les picques, se jectans entre les mains de la cavalerie. Les ungs en thuoinct, et d'autres en sauvoinct[59], y en ayant tel qu'en avoict plus que quinze ou vingt entour de luy[60], les fuyans toujours de la presse, pour crainte de nous autres qui voulions tout esgorger.[61]. »

Peut-être la moitié des fantassins autrichiens périssent alors qu'ils tentent de se rendre ; le reste, soit environ 3 150 hommes, sont faits prisonniers[62]. Quelques-uns, dont le baron de Seisneck, qui commande les fantassins allemands, parviennent à s'échapper.

Conséquences

Pour l'époque, le nombre de tués, environ 28% de l'effectif engagé, est inhabituellement élevé[63]. Les contemporains évaluent de 5 000 à 6 000 morts dans les rangs des troupes impériales, bien que de source française on trouve des chiffres aussi élevés que 12 000 morts[64]. Un grand nombre d'officiers périssent, en particulier chez les lansquenets ; la plupart de ceux qui survivent, comme Raimond de Cardona, Carlo Gonzaga, et Eriprando Madruzzo, sont faits prisonniers[65]. Le nombre des victimes françaises, plus réduit, ne peut toutefois être inférieur à 1 500-2 000 morts[66]. La plupart sont des officiers des régiments d'infanterie gascons et de Gruyères, et un nombre important des gens d'armes menés par le comte d'Enghien[67]. Le seul prisonnier français célèbre est Paul de La Barthe de Thermes, qui, désarçonné, est encerclé pendant le repli des fantassins italiens du régiment de Sanseverino[68].

Malgré la désintégration de l'armée impériale, cette bataille n'a pas de conséquence stratégique en Italie même[69]. Sur ordre de François Ier, l'armée française est chargée de reprendre d'abord la place de Carignan, que le gouverneur Colonna parvient encore à défendre plusieurs semaines de suite ; peu après sa reddition, Enghien doit renvoyer 23 compagnies de fantassins italiens et gascons ainsi que près de la moitié de sa cavalerie en Picardie, envahie par Charles Quint depuis les Pays-Bas espagnols[70]. Privé d'une armée digne de ce nom, Enghien n'essaie pas d'attaquer Milan ; d'Àvalos, entretemps, met en déroute des troupes de relève italiennes menées par Pierre Strozzi et le Comte de Pitigliano lors de la bataille de Serravalle[71]. On revient ainsi à un statu quo sur le théâtre d'opération italien.

Historiographie

Plusieurs récits d'époque de la bataille nous sont parvenus. Parmi les chroniqueurs français, il y a d'abord les narrations détaillées de Martin du Bellay et de Blaise de Monluc, qui tous deux assistèrent au combat. Le Sieur de Tavannes, qui accompagnait le comte d'Enghien, fournit quelques anecdotes dans ses Mémoires[72]. Cependant, le récit le plus détaillé est celui de Paolo Giovio, qui donne le point de vue des Impériaux. Quoiqu'entaché de confusions avec d'autres altercations, l'historien anglais Charles Oman y trouve « des remarques utiles sur certains aspects négligés des observateurs français »[73].

Les spécialistes d'histoire militaire se sont surtout intéressés à ce combat pour le rôle qu'y a joué l'armement individuel et le carnage qui s'est produit sur les lignes centrales[74]. L'ordre serré selon lequel piquiers et arquebusiers furent rangés a été jugé a posteriori trop coûteux et ne fut plus suivi avant longtemps. Lors des batailles ultérieures, on utilisa les arquebuses pour les combats d'escarmouche ou en appui à l'aile de grandes formations de piquiers[75]. La bataille de Cérisoles montre également qu'encore à cette époque, la cavalerie lourde conserve son rôle traditionnel sur les champs de bataille[76]. Malgré l'échec des charges du comte d'Enghien au nord (selon Bert Hall, les Français croyaient toujours à l'efficacité de la cavalerie lourde pour rompre les rangs de fantassins), il n'en reste pas moins que quelques gendarmes avaient suffi à mettre en déroute les colonnes de lansquenets déjà aux prises avec les mercenaires suisses[77]. Hormis son utilité tactique, la cavalerie joue un rôle évident dans la conclusion du combat, car les gendarmes français étaient les seuls officiers pouvant recevoir une proposition de cesser le combat de l'ennemi : les fantassins français et les mercenaires suisses, en effet, combattaient à outrance et d'ordinaire ne faisaient pas de prisonniers. Selon Hall, la cavalerie était « presque naturellement portée aux pourparlers »[78].

Notes et références

Notes

  1. Hall, Weapons and Warfare, p. 187. Jeremy Black observe également que « tous les compte-rendus de la bataille en reflètent la confusion » (Black, « Dynasty Forged by Fire », 43).
  2. incroyablement confus (« marvelously confused ») d'après le cinéaste américain Bert Hall
  3. Arnold, Renaissance at War, p. 180; Blockmans, Emperor Charles V, pp. 72–73; Oman, Art of War, p. 213.
  4. Oman, Art of War, p. 229.
  5. Oman, Art of War, p. 229. D'Àvalos vient juste de s'emparer de Mondoví.
  6. Oman, Art of War, p. 229. Oman, citant du Bellay, dit que les nouvelles fortifications comportent « cinq bastions, joints par de bons remparts, et un fossé profond ».
  7. Oman, Art of War, 229–30.
  8. Oman, Art of War, p. 230. Les piquiers ne sont cette fois plus des mercenaires des Cantons suisses, mais sont recrutés par le comte de Gruyères parmi ses sujets ; Oman cite la description que Giovio donne de ces hommes « recrutés dans toutes les régions du Haut-Rhône et du Lac Léman ».
  9. Knecht, Renaissance Warrior, p. 490; Oman, Art of War, p. 230. Oman signale que cette garnison comportait les meilleures troupes du marquis d'Àvalos.
  10. Knecht, Renaissance Warrior, p. 490; Oman, Art of War, p. 230. Oman rapporte que du Bellay, qui visiblement n'aimait pas Monluc, tait le nom de l'émissaire du comte, et évoque simplement « un gentilhomme »...
  11. Knecht, Renaissance Warrior, p. 490; Oman, Art of War, pp. 230–231. La source essentielle sur la teneur du discours de Monluc au roi, et sur le débat qui suivit, est la propre autobiographie de Monluc ; Oman rappelle que si « on ne peut croire complètement ce récit », dans la mesure où Monluc se voit toujours au centre de l'action, « il n'est pas possible que Monluc ait pu inventer tous les détails du débat entre les conseillers, ni son propre plaidoyer pour l'action ». Hackett donne une description semblable des événements (Hackett, Francis the First, pp. 421–423). Le fait qu'Enghien doive recueillir l'approbation de ses capitaines avant d'engager le combat est un détail donné par le seul du Bellay ; Monluc n'y fait même pas allusion.
  12. Knecht, Renaissance Warrior, p. 490; Oman, Art of War, p. 231. Une liste complète des noms de ces chevaliers est donnée par du Bellay : on y relève les noms de Dampierre, Saint-André, Vendôme, Rochefort et Jarnac.
  13. Hall, Weapons and Warfare, 186; Oman, Art of War, p. 234. Hall estime que le manque de coordination des Français au cours de l'affrontement s'explique principalement ainsi. Black est également d'avis que la topographie a eu sa part dans la confusion des combats (Black, "Dynasty Forged by Fire", p. 43).
  14. Oman, Art of War, p. 234. Oman affirme que cette stratégie était une recommandation à l'époque.
  15. Oman, Art of War, p. 234. Oman penche plutôt pour un effectif de 650 cavaliers.
  16. Oman, Art of War, p. 234. L'escadron de Boutières était amoindri, il aurait dû compter une centaine de chevaliers.
  17. Oman, Art of War, p. 234. Saint-Julien commande six compagnies, et Wilhelm Frülich les sept autres. Selon André Thévet (Hommes illustres, tome VI), Frühlich est sénateur de la ville de Soleure et passe 40 ans au service de la France. Il meurt à Paris en 1562 « dans un âge fort avancé ».
  18. Oman, Art of War, p. 234. Les chevaliers en armure, commandés par Charles de Crussol, d'Accier et Montravel, ne sont pas à effectif complet ; et la compagnie de cavalerie légère, emmenée par d'Ossun, ne compte que 150 hommes.
  19. Oman, Art of War, pp. 232–235. Descroz prend le commandement en l'absence de M. de Gruyères, retardé.
  20. Oman, Art of War, p. 235. Les archers avaient été détachés de la cavalerie lourde, qu'ils accompagnaient d'ordinaire.
  21. Oman, Art of War, pp. 234–235. La crête occupée par les troupes du marquis d'Àvalos s'abaisse, elle aussi, vers les ailes : d'Àvalos se poste sur un monticule au centre, d'où il peut voir l'ensemble du front.
  22. Oman, Art of War, pp. 231 et 236.
  23. a , b  et c Oman, Art of War, p. 236.
  24. Oman, Art of War, p. 236. La cavalerie lourde impériale faisait exactement face à la chevalerie française d'Enghien
  25. Oman, Art of War, pp. 231 et 236. l'infanterie de Cardona est formée de vétérans des campagnes africaines de Charles Quint.
  26. Oman, Art of War, p. 235.
  27. Hall, Weapons and Warfare, p. 187; Oman, Art of War, p. 235. Les arquebusiers de Montluc ont été recrutés dans les compagnies italiennes et gasconnes.
  28. Oman, Art of War, p. 235. Hall, lui aussi, fait état de cette arquebusade (Hall, Weapons and Warfare, p. 187).
  29. Oman, Art of War, p. 235. L'artillerie impériale est rangée en deux batteries abritées par deux fermes situées devant le centre et l'aile droite autrichienne, tandis que l'artillerie française, elle aussi répartie en deux batteries, jouxte les mercenaires suissses au centre et le contingent de Gruyères à l'aile gauche.
  30. Hall, Weapons and Warfare, 186; Oman, Art of War, p. 235. Hall remarque que l'artillerie « était soigneusement en retrait... et les officiers des deux camps veillaient à ne pas exposer inutilement l'infanterie à ses tirs. »
  31. Oman, Art of War, p. 235.
  32. Oman, Art of War, pp. 235–236.
  33. Oman, Art of War, p. 236. Oman, qui s'appuie sur les récits de du Bellay et Monluc, remarque que des Thermes, « ne doutant pas qu'il entraînerait ses hommes après lui », s'enfonce profondément dans les rangs ennemis, est désarçonné et fait prisonnier.
  34. Oman, Art of War, p. 236. Ce détail est rapporté par Monluc lui-même.
  35. Hall, Weapons and Warfare, p. 187; Oman, Art of War, p. 237. Oman, rendant hommage au talent tactique de Madruzzo lors de la manœuvre de division, cite la description que du Bellay donne du mouvement des troupes : « Voyant que les Français avaient changé leur plan, les Impériaux modifièrent eux-mêmes leur formation, et de leur grand bataillon ils en firent deux, l'un pour combattre les Suisses, l'autre les Français, et pourtant si pressés l'un à l'autre que vu de côté on avait l'impression qu'ils ne formaient qu'une seule masse compacte ». Hall qualifie ce mouvement de « manœuvre extrêmement délicate ».
  36. Hall, Weapons and Warfare, pp. 186–187. Hall rappelle que les carrés de piquiers, avec les arquebusiers placés au centre, un type de formation typique de la fn du XVIe siècle, n'est probablement pas au point au moment de la bataille de Cérisoles.
  37. Hall, Weapons and Warfare, p. 187.
  38. Hall, Weapons and Warfare, pp. 187–188; Oman, Art of War, p. 237.
  39. Cité par Oman, Art of War, p. 237 et Hall (Weapons and Warfare, p. 187). Ce dernier se demande comment Montluc a pu se tirer en vie du carnage qu'il avait lui-même suscité.
  40. Oman, Art of War, p. 237. Les Suisses attendent que les Français soient à douze portées de pique de leurs vis-à-vis avant de s'ébranler à leur tour vers les colonnes ennemies.
  41. Black, Dynasty Forged by Fire, p. 43 ; Hall, Weapons and Warfare, p. 187; Oman, Art of War, pp. 237–238.
  42. Oman, Art of War, p. 238. Oman signale que, si le comportement de la cavalerie impériale est passé sous silence par les chroniqueurs français, Giovio rapporte qu'elle « se déshonora ».
  43. a  et b Hall, Weapons and Warfare, p. 187; Oman, Art of War, p. 238.
  44. Oman, Art of War, p. 238. Oman est d'avis que le chiffre donné à l'époque (5 000 victimes sur 7 000 combattants) est exagéré, mais il relève que la liste des victimes dressée par Giovio conclut que « pratiquement tous leurs capitaines furent tués ». Black se borne à affirmer que « plus de 25% des lansquenets furent décimés » (Black, Dynasty Forged by Fire, p. 43).
  45. Oman, Art of War, p. 238. Les Florentins de l'escadron Baglioni, qui ne sont pas poursuivis par les Français après le choc, sont parvenus à se reformer.
  46. Black, "Dynasty Forged by Fire," 43; Oman, Art of War, 238–239.
  47. Hall, Weapons and Warfare, p. 187; Oman, Art of War, p. 239. Oman critique les décision d'Enghien, qui « ne tint aucun compte de la tournure de la bataille sur l'ensemble du front... perdant de vue les devoirs d'un commandant ».
  48. Hall, Weapons and Warfare, p. 187; Oman, Art of War, p. 239. Oman compare cette charge (« purely a matter of infantry versus cavalry ») à celle de la bataille de Marignan.
  49. Black, "Dynasty Forged by Fire," p. 43; Hall, Weapons and Warfare, p. 187; Oman, Art of War, p. 239. Oman s'appuie sur les récits de du Bellay et de Monluc lorsqu'il évoque la tuerie de la deuxième charge de cavalerie.
  50. Oman, Art of War, pp. 239–240. Oman signale que la troisième charge est apparemment une idée de Gaspard de Saulx, sieur de Tavannes ; ce dernier, de son propre aveu, aurait dit au comte d'Enghien : « Monsieur, il faut boire le calice ».
  51. « ... ils se donna de la poincte de l'espée dans son gorgerin, se volant thuer soy-mesmes ; et me dict au retour qu'il s'estoict veu en tel estat lors qu'il eust voulu qu'on luy eust donné de l'espée dans la gorge. Les Romains pouvoinct fere cela, mais non pas les chrestiens. » (Montluc, Commentaires, tome I, éd. Libr. Sté Hist. de France, 1864, p. 275.
  52. Hall, Weapons and Warfare, p. 187; Oman, Art of War, p. 240. Oman met en cause le récit de Monluc, porté à romancer les faits (« Montluc loves a tragic scene »).
  53. Hall, Weapons and Warfare, p. 187; Oman, Art of War, p. 240.
  54. Oman, Art of War, p. 240. On avait détachés ces arquebusiers pour surveiller les gués de la Mera, à 12 km environ du champ de bataille.
  55. Oman, Art of War, p. 240.
  56. c'est-à-dire ici la troupe, le régiment.
  57. « à toute allure »
  58. « ... tenaient notre cavalerie au large », c'est-à-dire à distance.
  59. Les chevaliers français tuaient les uns, épargnaient les autres.
  60. Certains chevaliers avaient plus de quinze ou vingt ennemis autour d'eux.
  61. Blaise de Montluc, Commentaires, tome I, éd. Libr. Sté Hist. de France, 1864, p. 279.
  62. Hall, Weapons and Warfare, 188; Oman, Art of War, 240–241. Hall cite Montluc : « Plus de la moitié furent tués, car nous avions envoyés tous les hommes que nous pouvions trouver ». Selon Oman, il y avait parmi les prisonniers 2 530 Allemands et 630 Espagnols.
  63. Hall, Weapons and Warfare, 217.
  64. Oman, « Art of War », p. 241. Oman juge ce dernier chiffre peu plausible.
  65. Oman, Art of War, p. 241. Oman renvoie vers Giovio pour la liste complète des capitaines tués, parmi lesquels l'héritier du comté de Fürstenberg, le baron de Gunstein, deux frères Scaliger (Christopher et Brenno), Michael Preussinger, Jacob Figer, etc. Madruzzo , grièvement blessé, est même un temps laissé pour mort, mais il s'en tire finalement.
  66. Selon Oman, Art of War, p. 241. Oman est d'avis que les 500 victimes reconnues par les chroniqueurs français sont « évidemment très en dessous de la réalité ».
  67. Oman, Art of War, p. 241. Oman cite cinq capitaines du régiment de Gascogne (la Molle, Passin, Barberan, Moncault, et Sainte-Geneviève) et tous les officiers du régiment de Gruyères, parmi lesquels Descroz et Charles du Dros, le gouverneur de Mondovì. Parmi les chevaliers, se trouvent deux des écuyers du comte d'Enghien et plusieurs jeune nobles de la cour, dont d'Accier, D'Oyn, Montsallais, de Glaive, Rochechouart, Courville, et plusieurs autres.
  68. Oman, Art of War, p. 241.
  69. Black, « Dynasty Forged by Fire », p. 43.
  70. Oman, Art of War, p.242.
  71. Knecht, « Renaissance Warrior », p. 490; Oman, Art of War, pp. 242–243. Oman situe cet affrontement le 2 juin, mais Knecht parle du 4 juin.
  72. Cf. Oman, « Art of War », 243.
  73. Oman, « Art of War », p. 243. Oman relève toutefois une erreur flagrante dans l'ordre de bataille donné par Giovio, où les formations des Suisses et des Gascons sont manifestement inversées.
  74. Hall, Weapons and Warfare, p. 188.
  75. Hall, Weapons and Warfare, p. 188. Hall remarque que l'armée du Saint Empire, dont l'armement individuel était supérieur à celui des Français, fut cependant vaincue.
  76. Hall, Weapons and Warfare, pp. 188–190.
  77. Hall, Weapons and Warfare, pp. 188–189. Hall remarque qu'Enghien pouvait s'attendre à de meilleurs résultats que ceux finalement obtenus par sa cavalerie, car l'infanterie de Cardona était encore désorganisée lorsque l'assaut de cavalerie fut lancé.
  78. Hall, Weapons and Warfare, pp. 189–190. Hall écrit de cet épisode (avec le massacre final d'une grande partie des fantassins autrichiens malgré leur proposition de reddition) qu'« on ne peut mieux illustrer la brutalité inhabituelle des combats armés du XVIe siècle ».
  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu d’une traduction de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Battle of Ceresole ».

Commons-logo.svg

Sources primaires

Blaise de Monluc
  • Blaise de Monluc, Commentaires (1521-1576), Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », Paris (réimpr. édition de Paul Courteault) 
  • Martin du Bellay, Mémoires de Martin et Guillaume du Bellay, Société de l'histoire de France, Paris, 1908–19 (réimpr. V. L. Bourrilly et F. Vindry), 4 vol., 865 p. 
  • Paul Jove, Pauli Iovii Opera, vol. 3 : Historiarum sui temporis, D. Visconti, Rome, 1957, partie 1 
  • Saulx, Gaspard de, Seigneur de Tavanes. Mémoires de très noble et très illustre Gaspard de Saulx, seigneur de Tavanes, Mareschal de France, admiral des mers de Levant, Gouverneur de Provence, conseiller du Roy, et capitaine de cent hommes d'armes. Château de Lugny: Fourny, 1653.

Sources secondaires

  • Arnold, Thomas F. The Renaissance at War. Smithsonian History of Warfare, edited by John Keegan. New York: Smithsonian Books / Collins, 2006. ISBN 0-06-089195-5.
  • Black, Jeremy. "Dynasty Forged by Fire." MHQ: The Quarterly Journal of Military History 18, no. 3 (Spring 2006): 34–43. (ISSN 1040-5992).
  • Blockmans, Wim. Emperor Charles V, 1500–1558. Translated by Isola van den Hoven-Vardon. New York: Oxford University Press, 2002. ISBN 0-340-73110-9.
  • Paul Courteault, Blaise de Monluc historien, Alphonse Picard et Fils, Paris, 1908, 865 p. 
  • Hackett, Francis. Francis the First. Garden City, New York: Doubleday, Doran & Co., 1937.
  • Hall, Bert S. Weapons and Warfare in Renaissance Europe: Gunpowder, Technology, and Tactics. Baltimore: Johns Hopkins University Press, 1997. ISBN 0-8018-5531-4.
  • Knecht, Robert J. Renaissance Warrior and Patron: The Reign of Francis I. Cambridge: Cambridge University Press, 1994. ISBN 0-521-57885-X.
  • Ferdinand Lot, Recherches sur les effectifs des armées françaises des guerres d'Italie aux guerres de religion, 1494–1562, École Pratique des Hautes Études, Paris, 1962, 865 p. 
  • Oman, Charles. A History of the Art of War in the Sixteenth Century. London: Methuen & Co., 1937.
  • Phillips, Charles and Alan Axelrod. Encyclopedia of Wars. Volume 2. New York: Facts on File, 2005. ISBN 0-8160-2851-6.
  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
  • Portail de la Renaissance Portail de la Renaissance

Ce document provient de « Bataille de C%C3%A9risoles ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bataille De Cérisoles de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bataille de Cerisoles — Bataille de Cérisoles Pour les articles homonymes, voir Ceresole. Bataille de Cérisoles Mouvements des troupes avant le choc&# …   Wikipédia en Français

  • Bataille de cérisoles — Pour les articles homonymes, voir Ceresole. Bataille de Cérisoles Mouvements des troupes avant le choc&# …   Wikipédia en Français

  • Bataille de Cérisoles — 44°48′N 7°49′E / 44.8, 7.817 …   Wikipédia en Français

  • Bataille de Muros — Informations générales Date 25 juillet 1544[1] Lieu Muros, Galice, Espagne Issue Victoire espagnole …   Wikipédia en Français

  • Rue de Cerisoles — Rue de Cérisoles Pour les articles homonymes, voir Ceresole. 8e arrt …   Wikipédia en Français

  • Rue de Cérisoles — Pour les articles homonymes, voir Ceresole. 8e arrt …   Wikipédia en Français

  • Cérisoles — Ceresole (homonymie) Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Variantes : (it) Ceresole, Ceresola, Ceresoli, (es) Ceresola, (fr) Cérisoles, Ceresole, Cérésole …   Wikipédia en Français

  • Liste des batailles de l'histoire de France — Bataille d Austerlitz le 2 décembre 1805, l Armée napoléonienne bat les forces autrichiennes et russes. Voici la liste de batailles de l Histoire de France depuis la Guerre des Gaules au Ier siècle av. J. C. menée par le chef gaulois… …   Wikipédia en Français

  • Francois de Scepeaux — François de Scépeaux François de Scépeaux Surnom maréchal de la Vielleville Naissance 1509 Décès …   Wikipédia en Français

  • François De Scépeaux — Surnom maréchal de la Vielleville Naissance 1509 Décès …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”