Collégiale Saint-Frambourg de Senlis
Collégiale Saint-Frambourg de Senlis
Image illustrative de l'article Collégiale Saint-Frambourg de Senlis
Présentation
Nom local Chapelle royale Saint-Frambourg - Fondation Cziffra
Culte Catholique romain (désaffectée)
Type Collégiale
Début de la construction 1169
Fin des travaux c.1230
Autres campagnes de travaux 1974-1977 (restauration et transformation en auditorium)
Style(s) dominant(s) Gothique
Protection  Classé MH (1862)
Géographie
Pays Drapeau de France France
Région Picardie
Département Oise
Ville Senlis
Coordonnées 49° 12′ 21″ N 2° 35′ 11″ E / 49.205731, 2.58637449° 12′ 21″ Nord
       2° 35′ 11″ Est
/ 49.205731, 2.586374
  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Collégiale Saint-Frambourg de Senlis

La collégiale Saint-Frambourg est une ancienne église consacrée à saint Fraimbault, située à Senlis dans le département de l'Oise. C'est actuellement une salle de concert consacrée à la musique classique, propriété de la Fondation Cziffra.

Sommaire

La fondation de la chapelle royale

Cette chapelle royale est fondée à la toute fin du Xe siècle par Adélaïde reine de France et épouse d'Hugues Capet, après le couronnement de celui-ci dans la ville en 987. Cette chapelle est dans le même temps une collégiale puisque 12 chanoines y sont affectés. Ceux-ci sont nommés directement par le roi et ne dépendent d'aucune autorité ecclésiastique sinon du Saint-Siège. Ils sont chargés de prier pour le roi et seule la famille royale peut assister aux offices. Faisant l'objet de soins particuliers de la part du roi, la collégiale est dotée d'un grand nombre de reliques.

Elle accueille alors les dépouilles de saint Fraimbault, déplacées de Lassay-les-Châteaux dans Comté du Maine jusque dans la chapelle. On ne sait pas précisément quand le transfert eut lieu, ce saint n'ayant eu aucun contact avec la ville de Senlis au cours de sa vie. On parle de religieux fuyant les Normands et trouvant refuge dans la ville avec les reliques, de seigneur de Senlis ayant combattu avec un comte du Maine, le transfert ayant alors lieu à la fin du IXe siècle. On dit aussi que la reine elle-même fit opérer ce transfert de relique, à la fin du Xe siècle parce que le saint était réputé contribuer à la prospérité de la famille royale et à la tranquillité du royaume. Le corps du saint fut déposé dans une chasse d'argent, hormis le chef demeuré à Lassay.

Aucune trace de bâtiment antérieur au Xe siècle n'a été retrouvée au cours des fouilles archéologiques sur le site. Le bâtiment le plus ancien retrouvé date sans doute de la fin de ce siècle, ce qui correspond à la date de fondation par la reine Adélaïde. C'est alors un bâtiment rectangulaire de petite taille, situé à l'intérieur de l'ancien rempart gallo-romain de la ville.

La collégiale gothique

L'église actuelle est construite à partir de 1169  : sont construits jusque vers 1200 le chœur et les deux premières travées de la nef. En 1177, une grande cérémonie d'exposition des reliques est organisée par les chanoine, en présence du roi Louis VII de France, afin d'encourager les donations en faveur de la construction de l'édifice. Cette nef est achevée, ainsi que la base du clocher au cours d'une seconde campagne de construction de 1205 à 1230. Le clocher est achevé à la fin du XIIIe siècle, ainsi que des chapelles latérales.

Elle est fermée en 1790, transformée en Temple de la raison puis vendue comme bien national en 1798. Le portail est alors mutilé et le clocher en partie démoli. Le bâtiment sert tour à tour de manège par l'Armée prussienne en 1815, de magasin et d'entrepôt.

Restaurations et usages actuels

Vue de la nef et du chœur de la collégiale. Les dessins des vitraux sont de Joan Miró

Le pianiste d'origine hongroise Georges Cziffra rachète les bâtiments en 1973 pour accueillir sa fondation créée en 1974 et entame la restauration intérieure. À cette occasion, des fouilles archéologiques sont réalisées et mettent au jour les restes de la chapelle royale du Xe siècle. Des constructions parasites au sud de la nef et au chevet sont démolies. De nouveaux vitraux sont installés en 1977, dont huit d'entre eux sont décorés par l'artiste catalan Joan Miró, ami de Cziffra, en collaboration avec le maître-verrier Charles Marcq.

Inaugurée le 24 septembre 1977, l'église sert désormais d'auditorium, baptisé Franz Liszt, pour des concerts de musique de chambre tout au long de l'année. Manque encore la reconstruction du toit. En effet, depuis le début du XIXe siècle, le pignon ouest ainsi que la plupart de la charpente (sauf sur le chœur) font défaut ; l'église est simplement couverte par des plaques de zinc disposées horizontalement. En février 1990, une tempête en arrache une partie, remplacées provisoirement par des bâches ; situation qui perdure au moment du décès de Georges Cziffra en 1994. Sa veuve prend ensuite en main la reconstruction totale de la toiture et du pignon, travaux qui s'achèvent le 4 septembre 2002[1], redonnant enfin son aspect d'origine à l'église (exception faite du clocher, à jamais perdu).

Le prix Cizffra est remis chaque année à des lauréats, âgés de 15 à 25 ans, aux cours d'auditions qui se déroulent dans la collégiale. Des expositions d'œuvres d'arts contemporaines sont organisées ponctuellement.

Voir aussi

Bibliographie

  • Nicole Bianchina, « Saint-Frambourg de Senlis. Étude historique et archéologique », dans Revue archéologique de l'Oise, vol. 20, no 20, 1980, p. 5-16 [texte intégral (page consultée le 27 septembre 2009)] 
  • Nicole Bianchina, « Saint-Frambourg de Senlis. IIe partie: l'édifice gothique », dans Revue archéologique de l'Oise, vol. 22, no 22, 1981, p. 13-31 [texte intégral (page consultée le 28 septembre 2009)] 

Liens internes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Références

  1. Cf. le bulletin municipal Senlis en bref, n° 169, novembre 2002, 8 p. ; p. 7 ; Lire en ligne sur le site de la bibliothèque municipale.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Collégiale Saint-Frambourg de Senlis de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Collégiale Saint-Pierre de Gerberoy — Collégiale Saint Pierre La Collégiale vue de la rue Saint Amant Présentation Culte Catholique romaine Type Collég …   Wikipédia en Français

  • Collégiale Saint-Vulfran d'Abbeville — Église Saint Vulfran d Abbeville Église Saint Vulfran d Abbeville Vue générale de l édifice Latitude Longitude …   Wikipédia en Français

  • Collégiale Saint Vulfran — Église Saint Vulfran d Abbeville Église Saint Vulfran d Abbeville Vue générale de l édifice Latitude Longitude …   Wikipédia en Français

  • Villers-Saint-Frambourg — Pour les articles homonymes, voir Villers. 49° 15′ 21″ N 2° 38′ 24″ E …   Wikipédia en Français

  • Villers-saint-frambourg — Pays …   Wikipédia en Français

  • Senlis (Oise) — Pour les articles homonymes, voir Senlis. 49° 12′ 29″ N 2° 35′ 15″ E …   Wikipédia en Français

  • Saint-Fraimbault (ermite) — Saint Fraimbault Pour les articles homonymes, voir Saint Fraimbault. Catholicisme Religions sœurs (branches) Catholicisme · Orthodoxie · Protestantisme Spécificités …   Wikipédia en Français

  • Saint-Fraimbourg — Saint Fraimbault Pour les articles homonymes, voir Saint Fraimbault. Catholicisme Religions sœurs (branches) Catholicisme · Orthodoxie · Protestantisme Spécificités …   Wikipédia en Français

  • Saint Fraimbault — Pour les articles homonymes, voir Saint Fraimbault. Catholicisme Religions sœurs (branches) Catholicisme · Orthodoxie · Protestantisme Spécificités …   Wikipédia en Français

  • Monastere de Saint-Frambault — Collégiale Saint Frambourg de Senlis Collégiale Saint Frambourg de Senlis Vue générale de l édifice Nom local Chapelle royale Saint Frambourg Fondation Cziffra …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”