Bastien-Thiry

Jean-Marie Bastien-Thiry

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thiry.
Jean Bastien-Thiry-portrait.jpg

Jean-Marie Bastien-Thiry, dit Jean Bastien-Thiry, né le 19 octobre 1927 à Lunéville, fusillé le 11 mars 1963 au fort d'Ivry, était un ingénieur militaire français, lieutenant-colonel de l'armée de l'air, qui organisa en 1962 l'attentat du Petit-Clamart dans le but d'assassiner le général de Gaulle, alors président de la République.

Sommaire

Biographie

Aîné des sept enfants d'une famille de tradition militaire – son père, fervent gaulliste, est lieutenant-colonel d'artillerie et son grand-père a servi comme capitaine de cavalerie –, Jean-Marie Bastien-Thiry étudie à Nancy puis au lycée privé Sainte-Geneviève avant d'être reçu en 1947 à l'École polytechnique ; diplômé de SUPAERO, il choisit d'entrer dans le corps des ingénieurs de l'armement et se spécialise dans les engins air-air ; il devint ingénieur militaire principal de l'Air en 1957. De son mariage avec Geneviève Lamirand, fille d'un ancien secrétaire général à la Jeunesse dans le Gouvernement de Vichy (Georges Lamirand de septembre 1940 à mars 1943), il a bientôt trois filles : Hélène, née en 1955, Odile, en 1957 et Agnès, en 1960.

Partisan de l'Algérie française

Partisan de l'Algérie française, il perçoit la séparation d'avec l'Algérie comme « plus grave encore que celle d'avec l'Alsace-Lorraine ». Mais c'est pour tenter de mettre fin à ce qu'il voit comme l'immobilisme de la France face à la persécution des harkis et des Français d'Algérie qu'il organise contre le général de Gaulle l'attentat du Petit-Clamart le 22 août 1962. Il estimait trouver dans les propos de saint Thomas d'Aquin – sur la légitimité que peut avoir dans certains cas le régicide – la conciliation entre son projet et sa religion catholique.

Extrait de sa déclaration lors de son procès : « [...] nous étions sincèrement partisans de l'Algérie française, [...] mais nous concevions qu'il y eût d'autres solutions pour l'avenir algérien, solutions pouvant être défendues de façon honnête et sincère ; l'impératif absolu [...] étant [...] de faire respecter la vie, la liberté et les biens des millions de Français de souche et de Français musulmans vivant sur cette terre. »

Arrestation, procès et condamnation

Arrêté en septembre 1962 à son retour d’une mission scientifique en Grande-Bretagne, il est inculpé devant la Cour militaire de justice présidée par le général Roger Gardet. Son procès se déroule du 28 janvier au 4 mars 1963 au fort de Vincennes. Son avocat est maître Jacques Isorni. Il est condamné à mort en tant que commanditaire de cette tentative d'assassinat, tout comme les tireurs du commando. Il est déchu de son titre de chevalier de la Légion d'honneur et emprisonné à la prison de Fresnes au quartier des condamnés à mort

Les deux tireurs obtiennent la grâce du président de la République, mais le général de Gaulle refuse celle du colonel Bastien-Thiry, décision qu'il explique par quatre raisons : Bastien-Thiry a fait tirer sur une voiture occupée par une femme[1], mis en danger de mort des innocents, dont trois enfants[1], se trouvant dans la voiture circulant sur l'autre voie et placée sur la trajectoire des coups de feu[1], il a payé des étrangers à l'affaire pour tuer le chef de l'État[1], et, contrairement aux autres membres du commando, il n'a pas pris de risques directs : « le moins que l'on puisse dire est qu'il n'était pas au centre de l'action[1] », dit-il.

Le dernier des fusillés

Suivant les règles des condamnations à mort par la Cour militaire, le colonel Jean Bastien-Thiry fut fusillé devant un peloton d'exécution au fort d'Ivry le 11 mars 1963[2] à 6 h 39, une semaine après que le verdict eut été rendu. Ce sera le dernier condamné à mort par une cour militaire, et donc le dernier à être fusillé en France[3]. Son corps fut enfoui dans le carré des suppliciés du cimetière de Bourg-la-Reine. Xavier Lenormand écrit dans son ouvrage sur cette ville qu'il fut inhumé dans le cimetière le samedi saint suivant son exécution où sa tombe est surmontée d'un drapeau tricolore[4].

Une considération médicale aurait néanmoins pu obtenir cette grâce : Bastien-Thiry aurait « séjourné plusieurs mois dans une maison de santé pour « dérangement intellectuel », « nervosité excessive », « manque d'équilibre dû à une grande fatigue »[1] » ; mais par décision du condamné, la demande de recours en grâce n'en fit pas état[5]. D'ailleurs l'expertise psychiatrique menée peu après son arrestation avait conclu « Il n'existe pas de tendances dépressives, même liées à sa situation actuelle.[...] Il n'est absolument pas un passionné, au sens psychiatrique du terme, ni un exalté. »

Déclarations au procès

  • « Il n'y a pas de sens de l'Histoire, il n'y a pas de vent de l'Histoire car ce qui fait l'Histoire, selon notre conception occidentale et chrétienne qui est vérifiée par tous les faits historiques, c'est la volonté des hommes, c'est l'intelligence des hommes, ce sont leurs passions, bonnes ou mauvaises[6]. »
  • « Nous n’avons pas à nous justifier, devant votre juridiction, d’avoir accompli l’un des devoirs les plus sacrés de l’homme, le devoir de défendre des victimes d’une politique barbare et insensée[6]. »
  • « Devant l'Histoire, devant nos concitoyens et devant nos enfants, nous proclamons notre innocence, car nous n'avons fait que mettre en pratique la grande et éternelle loi de solidarité entre les hommes[6]. »

Notes, sources et références

  1. a , b , c , d , e  et f Max Gallo, De Gaulle, tome 4, La Statue du commandeur, éd. Robert Laffont, Paris, 1998 (ISBN 2-266-09305-3) ; rééd. Pocket, Paris, 2006, p. 29
  2. Max Gallo, De Gaulle, op. cit., p. 30
  3. Agnès Bastien-Thiry, Mon père le dernier des fusillés, éd. Michalon, 2005, (ISBN 2-84-186-266-6), [présentation en ligne].
  4. Xavier Lenormand, Histoire des rues de Bourg-la-Reine, Imprimerie nouvelle, Orléans, 1994 (ISBN 2-9509068-0-X), p. 131
  5. Max Gallo, De Gaulle, op. cit., p. 30 :
    « Ces faits n'ont jamais été évoqués à l'audience [...] Il [de Gaulle] reçoit [...] l'avocat de Bastien-Thiry, venu présenter le recours en grâce, mais l'avocat ne peut et ne veut apporter la justification des troubles mentaux de Bastien-Thiry. Bastien-Thiry a-t-il choisi le sacrifice ? Il faut trancher. »
  6. a , b  et c « Déclaration du colonel Bastien-Thiry », 2 février 1963, sur le site du Cercle Jean Bastien-Thiry, bastien-thiry.com.

Bibliographie

  • Agnès Bastien-Thiry, Mon père, le dernier des fusillés, éd. Michalon, Paris, 2005 (ISBN 2-84186-266-6)
  • Gabriel Bastien-Thiry, Plaidoyer pour un frère fusillé, éd. La Table ronde, Paris, 1966
  • Jean-Pax Méfret, Bastien-Thiry : jusqu'au bout de l'Algérie française, éd. Pygmalion, Paris, 2003 (ISBN 2-85704-815-7)
  • Lajos Marton, Il faut tuer de Gaulle, Éditions du Rocher, Monaco, 2002 (ISBN 2-26804-366-5)
  • François Caviglioli et Jean-Marie Pontaut, La Grande Cible, Mercure de France, Paris, 1972

Filmographie

Annexes

Articles connexes

Ce document provient de « Jean-Marie Bastien-Thiry ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bastien-Thiry de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jean-Marie Bastien-Thiry — Pour les articles homonymes, voir Thiry. Jean Marie Bastien Thiry Photographie du colonel Bastien Thiry. Surnom Germain (à Pont sur Seine), Didier (au Petit Clamart) Naiss …   Wikipédia en Français

  • Affaire Bastien-Thiry — Attentat du Petit Clamart L’attentat du Petit Clamart, désigné par ses auteurs sous le nom d’opération Charlotte Corday, est le nom d une action d un groupe dirigé par le lieutenant colonel Bastien Thiry, visant à assassiner le président Charles… …   Wikipédia en Français

  • Déclaration du colonel Bastien-Thiry — Attentat du Petit Clamart L’attentat du Petit Clamart, désigné par ses auteurs sous le nom d’opération Charlotte Corday, est le nom d une action d un groupe dirigé par le lieutenant colonel Bastien Thiry, visant à assassiner le président Charles… …   Wikipédia en Français

  • Jean Bastien-Thiry — Born 19 October 1927 Lunéville, France …   Wikipedia

  • Jean Bastien-Thiry — Jean Marie Bastien Thiry Pour les articles homonymes, voir Thiry. Jean Marie Bastien Thiry, dit Jean Bast …   Wikipédia en Français

  • Jean bastien-thiry — Jean Marie Bastien Thiry Pour les articles homonymes, voir Thiry. Jean Marie Bastien Thiry, dit Jean Bast …   Wikipédia en Français

  • Jean-Marie Bastien-Thiry — Jean Bastien Thiry. Jean Marie Bastien Thiry (19 de octubre 1927 – 11 de marzo 1963) fue un ingeniero militar francés especializado en armamento aéreo que intentó asesinar al Presidente de Francia Charles de Gaulle el 22 de agosto de 1962,… …   Wikipedia Español

  • Jean-Marie Bastien-Thiry — Jean Bastien Thiry (* 19. Oktober 1927 in Lunéville; † 11. März 1963 in Fort d Ivry (Département Seine)) war ein französischer Lieutenant colonel und der Organisator eines Attentats auf den französischen Präsidenten Charles de Gaulle.… …   Deutsch Wikipedia

  • Jean Bastien-Thiry — (* 19. Oktober 1927 in Lunéville; † 11. März 1963 in Fort d Ivry, Département Seine, heute Val de Marne) war ein Oberstleutnant der französischen Luftwaffe und Organisator eines Attentats auf den französischen Präsidenten Charles de Gaulle im… …   Deutsch Wikipedia

  • Thiry — ist der Familienname folgender Personen: Bruno Thiry (* 1962), belgischer Rennfahrer Jean Bastien Thiry (1927–1963), französischer Lieutenant colonel und Organisator eines Attentats Jules Thiry (1898–1931), belgischer Polospieler Louis Thiry (*… …   Deutsch Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”