Basilique Saint-Martin de Tours
Basilique Saint-Martin de Tours
Image illustrative de l'article Basilique Saint-Martin de Tours
Présentation
Culte catholique
Type Basilique
Rattaché à Archidiocèse de Tours
Début de la construction 1886
Fin des travaux 1924
Architecte(s) Victor Laloux
Style(s) dominant(s) néo-byzantin
Protection  Classé MH (1840)
Site web www.basiliquesaintmartin.com/
Géographie
Pays France
Région Centre
Département Indre-et-Loire
Ville Tours
Coordonnées 47° 23′ 35″ N 0° 40′ 58″ E / 47.39306, 0.6827847° 23′ 35″ Nord
       0° 40′ 58″ Est
/ 47.39306, 0.68278
  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Basilique Saint-Martin de Tours

La basilique Saint-Martin de Tours, dont la crypte abrite le tombeau de Martin de Tours, a été reconstruite pour la seconde fois entre 1886 et 1924 par Victor Laloux dans un style néo-byzantin. Pour les peintures murales, l'architecte s'adressa à Pierre Fritel, et les travaux de décoration furent executés avec l'aide de l'artiste-peintre et décorateur Adrien Lavieille, fils d'Eugène Lavieille. La basilique a été consacrée le 4 juillet 1925.

Ce monument fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1840[1].

Sommaire

Histoire de l'édifice

La basilique du Ve siècle

Tombeau abrité dans la crypte de la basilique

L'évêque Brice (lat. Brictius) avait fait construire en 437 un édifice en bois pour abriter le tombeau et le manteau (chape) de Martin de Tours, appelé pour cette raison chapelle. Constatant le rayonnement de ce sanctuaire, l'évêque Perpétuus fit construire à la place la première basilique hébergeant le tombeau de Martin en 471. Grégoire de Tours en donne la description suivante :

« L'évêque Perpétuus […] fit construire la grande basilique qui subsiste encore aujourd'hui, et qui est à cinq cent cinquante pas de la ville. Elle a cent soixante pieds de long et soixante de large. Elle a en hauteur, jusqu'à la voûte, quarante-cinq pieds. Elle a trente-deux fenêtres du côté de l'autel et vingt dans la nef qui est ornée de quarante-et-une colonnes. Dans tout l'édifice, il y a cinquante-deux fenêtres, cent vingt colonnes, huit portes, trois du côté de l'autel et cinq dans la nef […] Comme la boiserie de la première chapelle était d'une structure élégante, le pontife ne crut pas à propos de détruire cet ouvrage : il fit bâtir, en l'honneur des apôtres Pierre et Paul, une autre basilique dans laquelle il fit placer cette boiserie »[2].

Le corps de Martin fut transporté de la chapelle de l’ermitage de Candes jusqu’à Tours et son sarcophage fut inhumé derrière le maître-autel de la nouvelle basilique[3]. Un grand bloc de marbre surplombant le tombeau, don de l'évêque Euphronius d’Autun (472-475), en marquait l'emplacement aux fidèles assemblés derrière cet autel et, selon Werner Jacobsen[4] aux pèlerins installés sur l’atrium de la basilique qui, contre l’usage, se trouvait derrière l'église, c'est-à-dire du côté de l’abside, le bloc étant visible depuis une fenestrelle du mur d'abside.

La basilique romane (XIe siècle - 1860)

Tour de l'horloge (vestige)

Collégiale en 818, elle est incendiée par les Normands en 848, et à nouveau reconstruite au début du XIe siècle. Elle fut consacrée en 1014, mais presque entièrement reconstruite entre 1070 et 1100 pour en faire une étape importante sur la Via Turonensis du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle. Elle est alors l'une des cinq églises de pèlerinage majeures (avec Sainte-Foy de Conques, Saint-Martial de Limoges, Saint-Sernin de Toulouse et Saint-Jacques-de-Compostelle).

Suite aux saccages des protestants en 1562, la châsse de saint Martin est brûlée et seuls sont conservés un morceau du crâne et un os du bras. L’ancien édifice survivra jusqu’à la Révolution. On enleva le chaînage de la basilique et la nef s'effondra. L’orgue monumental de JBN Lefevre (5 claviers, double 32'), expertisé par Dom Bédos, disparut également dans la destruction de cette immense basilique. De tout ceci, seules subsistent la Tour Charlemagne (à moitié effondrée en 1928, restaurée en 1963) et la tour de l’Horloge. Un pavage au sol permet de visualiser l'emplacement des piliers de la nef originelle.

L’édifice actuel

La basilique actuelle d'extérieur

Classé « Monument historique » en 1840, et confirmé à l'Inventaire en 1858 puis 1862, la basilique romane fait l'objet de travaux de reconstruction à l'instigation du militant catholique Léon Dupont, qui en 1860 annonce la redécouverte du tombeau de Martin de Tours[5]. Face à cette découverte, il est décidé de bâtir un nouvel édifice, sur l'emplacement de l'ancienne collégiale Saint-Martin (devenue écuries en 1797 et détruite en 1798 lors de la percée d'une rue pour accéder aux Halles de Tours), mais avec de nouvelles dimensions plus modestes. Perpendiculaire à l'ancienne église (c'est-à-dire orientée nord-sud), la basilique en partage l'ancien chevet. Elle est construite en calcaire, pierre de taille, granit et marbre, et couverte en ardoise.

La crypte est inaugurée en 1889, la basilique en 1890 avant d'être consacrée en 1925.



Compléments

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe

Notes et références

  1. Ministère de la Culture, base Mérimée, « Notice no IA00071347 » sur www.culture.gouv.fr.
  2. Histoire des Francs, livre II, chap. 14. Cf. également Grégoire de Tours, Libri historiarum 10.31 : « Hic aedificavit basilicam parvulam super corpus beati Martini, in qua et ipse sepultus est. »
  3. Cf. May Vieillard-Troiëkouroff, La basilique de Saint-Martin de Tours de Perpetuus (470) d'après les fouilles archéologiques, Budapest, 1972, vol. 2, p. 839-46  ; Charles Lelong, La basilique de Saint-Martin de Tours (Chambray-lès-Tours 1986).
  4. Cf. Werner Jacobsen, « Saints' Tombs in Frankish Church Architecture », dans Speculum, no 72.4, octobre 1997, p. 1108 et suiv. 
  5. May Vieillard-Troiekouroff, « Le tombeau de Saint M. retrouvé en 1860 », dans RHÉF, no 47, 1961, p. 151-183 

Sources


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Basilique Saint-Martin de Tours de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Basilique Saint-Martin De Tours — Vue générale de l édifice Latitude Longitude …   Wikipédia en Français

  • Basilique saint-martin de tours — Vue générale de l édifice Latitude Longitude …   Wikipédia en Français

  • Saint-Martin de Tours — Basilique Saint Martin de Tours Basilique Saint Martin de Tours Vue générale de l édifice Latitude Longitude …   Wikipédia en Français

  • Saint Martin de Tours — Martin de Tours « Saint Martin » redirige ici. Pour Les noms de lieu, voir Saint Martin. Pour Les personnes, voir Martin. Pour les articles homonymes, voir Sai …   Wikipédia en Français

  • Basilique Saint-Martin de Liège — Pour les articles homonymes, voir Collégiale Saint Martin. Basilique Saint Martin de Liège Gravure de la Collégiale Saint Martin en 1735 …   Wikipédia en Français

  • Basilique Saint-Martin de Bingen — 49° 58′ 00″ N 7° 53′ 32″ E / 49.9667, 7.89211 …   Wikipédia en Français

  • Abbaye Saint-Martin de Tours — Basilique Saint Martin de Tours Basilique Saint Martin de Tours Vue générale de l édifice Latitude Longitude …   Wikipédia en Français

  • Collégiale Saint-Martin de Tours — Basilique Saint Martin de Tours Basilique Saint Martin de Tours Vue générale de l édifice Latitude Longitude …   Wikipédia en Français

  • Martin De Tours — « Saint Martin » redirige ici. Pour Les noms de lieu, voir Saint Martin. Pour Les personnes, voir Martin. Pour les articles homonymes, voir Sai …   Wikipédia en Français

  • Martin de tours — « Saint Martin » redirige ici. Pour Les noms de lieu, voir Saint Martin. Pour Les personnes, voir Martin. Pour les articles homonymes, voir Sai …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”