Bas-Meudon

Meudon

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Meudon (homonymie).
Meudon

L'observatoire.
L'observatoire.

Meudon#Héraldique
Détail
Administration
Pays France
Région Île-de-France
Département Hauts-de-Seine
Arrondissement Boulogne-Billancourt
Canton Chef-lieu du canton de Meudon
Canton d'Issy-les-Moulineaux-Ouest
Code Insee abr. 92 048
Code postal 92190 ou 92360
Maire
Mandat en cours
Hervé Marseille (NC)
2008-
Intercommunalité Communauté d'agglomération Arc de Seine
Site internet http://www.ville-meudon.fr/
Démographie
Population 44 745 hab. (2006)
Densité 4 520 hab./km²
Gentilé Meudonnais
Géographie
Coordonnées 48° 48′ 27″ Nord
       2° 14′ 25″ Est
/ 48.8075, 2.24027777778
Altitudes mini. 28m m — maxi. 179m m
Superficie 9,9 km²

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Meudon est une commune francilienne des Hauts-de-Seine, située dans la banlieue sud-ouest de Paris, en France. Elle est célèbre pour sa tranquillité (sur les 990 hectares de la ville, 520 sont boisés) et pour ses activités scientifiques. La forêt de Meudon se trouve principalement au sud-ouest de la ville.

Sommaire

Géographie

Localisation

Vue de la commune de Meudon en rouge sur la carte de la « Petite Couronne » d'Île-de-France

Meudon se situe dans la partie sud des Hauts-de-Seine, les villes voisines sont: au nord-ouest, Sèvres (92), au nord, Boulogne-Billancourt (92), au nord-est, Issy-les-Moulineaux (92), à l'est et au sud-est, Clamart (92), au sud et au sud-ouest, Vélizy (78) et à l'ouest, Chaville (92).


Sèvres

Boulogne-Billancourt

Issy-les-Moulineaux

Chaville

Meudon

Clamart

Vélizy-Villacoublay

Vélizy-Villacoublay

Clamart

Géologie et relief

Climat

Voies de communication et transports

Voies routières

Pistes cyclables

Transports en commun

Meudon est une commune résidentielle bien desservie par les transports en commun : 3 gares SNCF, 2 stations de tramway et 15 lignes de bus.

Train/RER
Tramway
Bus

15 lignes de bus relient Meudon à Paris et aux communes limitrophes, via les réseaux de bus de l'Île-de-France :

Urbanisme

Morphologie urbaine

Comme beaucoup de villes, Meudon est composée de différents quartiers (Centre-Ville, Bellevue, Val-Fleury, Bas-Meudon et Meudon-la-Forêt), qui ont chacun ses caractéristiques et ambiance propres.

Centre-Ville

Ce quartier est très urbanisé et donc majoritairement composé d'immeubles en copropriétés et de quelques logements sociaux le long de la rue de la République : les Sablons (environs 300 logements), République/Trivaux dit la ZAC (environ 90 logements), Maison Rouge (environ 60 logements)... On y retrouve un grand nombre de commerces : épiciers, supermarchés, boulangeries, boucheries, traiteurs...

Lorsque l'on remonte vers le parc de l'Observatoire de Meudon, on retrouve une zone composée de jolies maisons, à la limite du quartier de Bellevue. Du haut du parc, on a accès à la plus jolie vue de la ville et des environs. En effet, on peut voir en panorama les quartiers du Val-Fleury, un bout du Bas-Meudon, de l'autre côté de la colline on peut voir le quartier des Épinettes à Issy-les-Moulineaux, mais on peut aussi voir Paris, de la Tour Montparnasse jusqu'à La Défense, et les villes environnantes : Malakoff, Vanves, Clamart, Issy-les-Moulineaux, Boulogne-Billancourt, Suresnes, Puteaux, Rueil-Malmaison, Nanterre...

Bellevue

Église de Bellevue au début du XXe siècle

Quartier regroupant les ménages les plus aisés de la ville en moyenne, il voit se côtoyer les plus belles propriétés de la ville (vers la rue du 11 novembre 1918, à la limite de Sèvres et l'avenue du Château, à la limite du centre-ville) et de multiples immeubles en résidence (le long de la route des Gardes, du boulevard Verd de Saint Julien, de la rue Marcel Allegot et vers la gare de Bellevue, sur la ligne Transilien Paris-Montparnasse.

À deux pas de la forêt de Meudon, le quartier jouit d'une grande tranquillité de par sa fonction exclusivement résidentielle. On y retrouve quelques ensembles HLM : Bellevue (environ 90 logements) et Logis Transport dit la 77 (environ 220 logements). Le quartier rassemble également les deux lycées-collèges-écoles privés de la ville: La Source et Notre Dame, un collège public: Bel-Air, ainsi qu'une école élémentaire: Ernest Renan, et plusieurs écoles maternelles.

Ses habitants sont les « Bellevusiens ».

Val-Fleury

L'avenue du château relie le quartier de Bellevue à l'Observatoire de Paris

Le quartier est essentiellement résidentiel, composé de petites maisons resserrées, et parsemé d'espaces verts, partant de la rue d'Arthelon (du nom du cours d'eau aujourd'hui souterrain) où l'on trouve la gare de RER C Meudon - Val-Fleury, délimité par le viaduc, et remontant jusqu'aux hauteurs de la forêt de Meudon, sur la colline de Clamart. Ce quartier comporte également de nombreuses résidences du parc locatif HLM communal telles que les Larris/les Acacias/les Fossés dit les Larris (environ 370 logements), Banès/Mozart dit Banès (environ 80 logements), les Châtaigniers/Parc de Fleury dit les Châtaigniers (environ 250 logements), les Vertugadins/Sainte Marie dit les Vertugadins (environ 100 logements) ou d'autres encore. En contrebas du quartier se trouve le Viaduc de Meudon sur lequel passe la ligne de chemin de fer Transilien Paris-Montparnasse. Construit en 1840 et d'une hauteur de 36 mètres, il permit la traversée de la vallée d'Arthelon séparant les collines de Meudon de celles de Clamart, lors de la construction du chemin de fer reliant la gare Montparnasse à celle de Versailles. C'est sur cette ligne qu'a eu lieu, le 8 mai 1842 à Meudon, le premier accident grave de chemin de fer, dans lequel périt l'explorateur Jules Dumont d'Urville. Plus haut, on trouve le complexe sportif René Leduc (du nom de l'ancien maire de Meudon) équipé d'un stade de football, d'une piste d'athlétisme, du club de tennis de Meudon, d'un gymnase équipé de salles polyvalentes et de la piscine olympique municipale, baptisée en 2001 du nom de Guy Bey (ancien maire-adjoint en charge des sports à Meudon).

Vue du quartier Val Fleury, prise des hauteurs de la terrasse de l'Observatoire

Sur les hauteurs de Fleury s'impose une immense bâtisse néo-gothique qui fait face à la terrasse de l'Observatoire. Construite dans les années 1800 par la riche Duchesse de Galliera pour accueillir les orphelins et les frères des écoles chrétiennes, l'imposante demeure abrite de nos jours le « Village éducatif Saint-Philippe » géré par la Fondation des Orphelins Apprentis d'Auteuil qui forme des jeunes en difficulté venus de toute l'Île-de-France. Cet établissement a notamment compté parmi ses élèves Didier Morville (alias JoeyStarr), du groupe NTM de Saint-Denis (93).

Avec ses 33 000 m2 d'espaces verts au cœur du quartier Val Fleury, le parc Paumier, du nom de son généreux donateur à la ville, est un véritable écrin de verdure sur les hauteurs de Meudon. Agrémenté d'un jardin d'enfants avec aire de jeux, de terrains de basket-ball et de tables de ping-pong, il offre une vue panoramique sur la terrasse de l'Observatoire et compte de nombreux arbres remarquables dont des catalpas et séquoias. Il abrite en outre des œuvres de sculpteurs de renom, Day Schnabel et François Stahly. En 1997, est inaugurée la Maison de la Nature. Structure d'éducation à l'environnement d'Arc de Seine, la démarche s'appuie sur un principe simple : on protège ce qu'on aime. La Maison de la Nature propose des expositions et animations pédagogiques pour les scolaires, ateliers pour les enfants et les adultes, des débats et conférences. À cela, s'ajoute un coin lecture proposant de nombreux documents sur la nature ou les problématiques environnementales et un jardin botanique.

À la lisière de la forêt de Meudon, et jouxtant le complexe de l'ONERA, le lycée Rabelais regroupe collège et lycée, formant le principal groupe scolaire de la commune. Le quartier de Val Fleury est également le quartier qui a vu grandir les membres du groupe de rap Less du Neuf: Vasquez, DJ Ol' Tenzano et Jeap 12, qui a notamment collaboré avec les collectifs Beat 2 Boul de Boulogne-Billancourt (92) ou One Shot, avec Disiz la Peste.

Bas-Meudon (ou Meudon-sur-Seine)

C'est historiquement le quartier le plus populaire de Meudon. Dès l'antiquité ce quartier, situé au bord de Seine à la limite d'Issy-les-Moulineaux, accueille des briquetteries et autres tuileries qui bénéficient de la présence d'argile pour la matière première et du fleuve pour la logistique. Plus tard, ce seront les pêcheurs et les lavandières qui s'installeront au bord de la Seine, avant d'être délogés par une usine de verrerie lors de la révolution industrielle. Cette usine est revendue à Louis Renault qui y installe les usines qui portent son nom. C'est notamment la construction de cette usine et les emplois créés qui feront voir le jour aux cités de logements de Meudon-la-Forêt. Les Forges de Meudon et les Établissements Chausson suivront, attirant une population ouvrière aux provenances régionales et aux nationalités variées.

À cette époque, le quartier était peu fréquentable le soir, au milieu des usines et des cités ouvrières. Aujourd'hui le quartier est en pleine restructuration, comme le témoigne la volonté de certains de le rebaptiser Meudon-sur-Seine. Il s'ouvre aux entreprises et aux immeubles de logements aisés. Cette restructuration s'est notamment enclenchée suite à la destruction et au réaménagement de l'Île Seguin, à laquelle le Bas-Meudon fait face. Cependant, les bords de la Seine sont toujours délaissés, les logements sociaux côtoient des immeubles en ruine ou à l'abandon jalonnant toujours la route de Vaugirard, mais de nombreux projets d'aménagement des berges sont sur le point de voir le jour, annonçant l'embellie de ce quartier marqué par son passé industriel. Le quartier et ses HLM situés le long de la route de Vaugirard, en face des anciennes usines Renault tels que les Landes/Vaugirard dit Vaugirard (environ 150 logements) ou les Gardes (environ 60 logements) ont également été désenclavés avec l'arrivée en 1997 du Tramway T2 partant de Issy-les-Moulineaux pour aller jusqu'au quartier d'affaire de La Défense.

Mais le quartier ne se résume pas aux bords de la Seine, il s'étend en effet jusqu'au viaduc de Meudon, à la limite du quartier de Val-Fleury. Cette partie du Bas-Meudon a été totalement reconstruite avec des immeubles neufs, ce qui lui donne une continuité avec le quartier de la Ferme à Issy-les-Moulineaux. Cependant, quelques vieilles usines subsistent encore sur la colline de Clamart, près du secteur du Val, situé dans le quartier de Val-Fleury. Par ailleurs le secteur des Montalets située directement en contrebas du Viaduc est essentiellement composé de logements sociaux dont les Allées (environ 70 logements), les Blancs/les Montalets (environ 150 logements) et les Lampes/les Cascades/Paris (environ 270 logements).

Meudon-la-Forêt

Dans les années 1960, l’histoire de la commune est liée à l’histoire de France : le rapatriement des pieds-noirs d’Algérie, suite à la guerre, la demande de main d'œuvre des usines Renault du Bas-Meudon ou du nouveau centre commercial Vélizy 2, situé de l'autre côté de la voie rapide N118 provoquent un nouveau besoin en logements qui accroît la pression. Le choix est donc fait d’urbaniser la plaine agricole qui subsiste sur le plateau : Meudon-la-Forêt voit le jour[1].

René Leduc, le maire de l'époque, s'assure en 1957 du soutien financier du ministre de la Construction, Jacques Maziol, pour lancer une procédure de Zone à urbaniser en priorité (ZUP) sur le plateau forestois en vue de la construction massive de logements (majoritairement sociaux) qui donnera le grand ensemble de Meudon-la-Forêt.

De nos jours, Meudon-la-Forêt représente 13 740 habitants pour environ 6 500 logements, soit environ un tiers de la population communale. C'est un architecte de 40 ans, Fernand Pouillon, qui s'attellera à la tâche, du moins pour la première tranche des travaux (de 1959 à 1961) qui s'annoncent impressionnants. L'homme a déjà à son actif la réalisation de nombreuses cités de logements notamment en Afrique et en Asie. C'est en prenant modèle sur les étendues d'eau et les parcs de Versailles que Fernand Pouillon entend faire de « une cité heureuse, l'un des rares grands ensembles où la vie soit encore gaie et où les humbles soient traités en rois[2] Meudon-la-Forêt' ». Son entreprise sera reprise par trois architectes Boulet, Choquier et Herpe qui la termineront à la fin des années 1960. La construction du quartier aura donc duré moins de dix ans.

Meudon-la-Forêt se caractérise par un ensemble d'immeubles très homogène. Pratiquement tous les bâtiments ont dix étages et tous s'organisent plus ou moins selon le même modèle.

Ce grand ensemble est composé de plusieurs résidences:

  • les Verrières (environ 1050 logements)
  • le Parc (environ 2635 logements à caractère social)
  • le Lac (environ 150 logements)
  • le Centre (environ 230 logements)
  • les Magnolias (environ 20 logements)
  • les Oliviers/les Mûriers/les Mimosas (environ 100 logements à caractère social)
  • Villebon/IRP De Tassigny/IRP De Gaulle/Louis Bouchet dit la BNP (environ 1720 logements sociaux)
  • la Pépinière/le Stade/IRP Pierre aux Moines/Ambroise Paré dit la Pépinière (environ 720 logements sociaux)

Le quartier diffère donc beaucoup par son caractère de grand ensemble du reste de la ville, avec lequel il est d'ailleurs totalement coupé géographiquement. En effet, le quartier est enclavé avec, d'un côté la forêt, de l'autre la RN118, avec pour seul contact urbain les lotissements HLM du plateau de Clamart (la cité de la Plaine, le Pavé Blanc dit la FFF et la Garenne-Trivaux). Meudon-la-Forêt constitue à ce jour la principale zone de grands ensembles HLM dans la ville, avec plus de 2 400 logements sociaux et plus de 2 700 logements à caractère social.

À partir de fin 2009, elle sera desservie par deux stations du tramway T6 : Synagogue et Meudon-La-Forêt, stations qui devraient permettre de désenclaver le quartier et de l'ouvrir sur les centres urbains proches.

Ses habitants sont les "Forestois".

Logement

Projets d'aménagements

Toponymie

Le vieux mot gaulois dunos, château, forteresse, a laissé sa trace dans les noms de beaucoup de villes françaises même lorsque ceux-ci ont été latinisés par les Romains. Le plus souvent, il est associé au nom d’un chef gaulois comme à Meudon justement mais aussi à Verdun ou Loudun. Ou encore au nom de dieu gaulois le plus vénéré Lug comme c'est le cas à Laon et à Lyon dont les deux noms dérivent de Lugduno. À Châteaudun, on remarque que le nom de la ville dit donc deux fois la même chose la première fois en latin et la seconde en gaulois/celtique.

Histoire

  • À environ 4 kilomètres au sud-ouest de Paris, cette commune est établie sur des collines et au sud d'une boucle de la Seine. Les emplacements archéologiques prouvent que Meudon a été peuplée depuis des périodes néolithiques. Les Gaulois nommaient ce lieu Mole-Dum (dun), les Romains l'appelèrent Moldunum.
  • Le 8 mai 1842, déraillement puis incendie du train Versailles-Paris. Ce fut l'une des premières catastrophes ferroviaires dans le monde. À l’époque les portes étaient fermées à clé par les chefs de trains, d’où un terrible bilan : 55 morts. Dès lors les portes durent rester ouvertes en marche et cette disposition ne disparut qu’en 2003. Un évêque français prononça une homélie retentissante sur cette leçon que Dieu donnait à l'arrogance des hommes, et y vit un courroux du ciel contre les chemins de fer. Hélas pour lui, le même mois, le Vatican se dotait précisément d'un train pontifical sur l'initiative du pape Grégoire XVI. Parmi les victimes se trouvait l'amiral Dumont d'Urville et sa famille. Parmi les rescapés, le grand père de Marguerite Yourcenar (récit dans Archives du Nord).
Article détaillé : Catastrophe ferroviaire de Meudon.
  • Charles Verd de Saint-Julien a été maire de la Ville de Meudon au xixe siècle. Il est notaire royal. Il est nommé maire de Meudon par Louis Napoléon Bonaparte, prince président en 1852. Suspendu durant une année, il restera ensuite premier magistrat de la cité jusqu'à la guerre de 1870. Il s'opposa notamment aux Bellevusiens lors de la construction de l'église Notre-Dame de l'Assomption de Meudon. En 1864, il dote la commune de l'éclairage au gaz grâce à Napoléon Jérôme, hôte du domaine de Meudon. Meudon est par conséquent la première commune de banlieue à être dotée de l'éclairage public au gaz.
  • Les établissements de Galliera, sur la colline de Fleury, ont été fondés par la duchesse de Galliera pour le soin des personnes âgées et des orphelins. Les bâtiments ont été construits en 1885.

Politique et administration

Meudon, ville fleurie

Le canton de Meudon ne comprend qu'une partie de la commune. L'autre partie appartient au canton d'Issy-les-Moulineaux-Ouest.

Meudon est membre d'Arc-de-Seine, une Communauté d'agglomération fondée le 1er janvier 2003 par les 5 villes de Chaville, Issy-les-Moulineaux, Meudon, Vanves et Ville-d’Avray.

Depuis le 27 novembre 2008, Meudon fait aussi parti de la Communauté d'agglomération Grand Paris Seine Ouest qui regroupe Arc de Seine mais aussi les communes de Boulogne-Billancourt et Sèvres.

Tendances politiques et résultats

Administration municipale

En 2008, Meudon a reçu le label « Ville Internet @@@ »[3].

Liste des maires

Liste des maires successifs[4]
Période Identité Parti Qualité
1999 Hervé Marseille (réélu en mars 2008[5]) UDF puis NC -
1983 1999 Henry Wolf UDF-PSD -
1971 1983 Gilbert Gauer UDF-PR -
1947 1971 René Leduc UDR -
1945 1947 Lucien Feuchot ? -
1944 1945 Alfred Tribert ? -
1941 1944 Roger Hamelin ? -
1936 1940 Henry Daselme ? -
1935 1936 Marcel Thoreux ? -
1929 1935 Joseph Loiret ? -
1925 1929 Henry Daselme ? -
1923 1925 Emile Bertinot ? -
1922 1925 Charles Alliot ? -
1912 1922 Henry Daselme ? -
1908 1912 Georges Maillard ? -
1892 1908 Edouard Marbeau ? -
1884 1892 Louis Aimé Le Corbeiller ? -
1870? 1884 ... ? -
1852 1870? Charles Verd de Saint-Julien Bonapartiste -
1848 1852 ... ? -
1838 1848 Côme Obeuf ? -
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Instances judiciaires et administratives

Politique environnementale

Jumelages

Population et société

Démographie

Au XVIe siècle, la population meudonnaise est évaluée à 1200/1300 habitants, les prénoms les plus répandus sont Guillot ou Eudes pour les hommes et Jehanne ou Thomasse pour les femmes. A la veille de la Révolution française, la population meudonnaise est de 2 491 habitants. La durée de vie est de 47 ans pour un homme et de 58 ans pour une femme[6].

Évolution démographique
(Source : Cassini[7] et INSEE[8])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 250 2 015 2 311 2 265 3 026 3 233 3 174 3 680 3 783
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 789 5 157 6 620 12 037 6 425 6 080 7 621 8 005 8 892
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
9 702 10 289 12 292 15 649 18 123 20 870 20 749 20 797 24 729
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 - -
34 878 50 623 52 806 48 450 45 339 43 694 44 745 - -

Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes


Enseignement

Meudon est située dans l'académie de Versailles.

Établissements scolaires

La ville administre xx écoles maternelles et xx écoles élémentaires communales.

Le département gère xx collèges et la région Île-de-France xx lycées :

  • Lycée Rabelais
  • Lycée Notre-Dame
  • Lycée La Source
  • Collège Bel Air
  • Collège Saint-Edmond

Vie universitaire

Carte postale du CNRS de Meudon Bellevue - 1ere moitié du XXe siècle

De nombreux établissements publics scientifiques et de recherche y sont également installés (CNRS, ONERA et Observatoire de Paris).

Manifestations culturelles et festivités

Santé

Sports

Médias

Cultes

Économie

Revenus de la population et fiscalité

Emploi

Entreprises et commerces

Culture et patrimoine

Monuments et lieux touristiques

La Ville de Meudon possède de très nombreux monuments et bâtiments.

Avant le XIXe siècle
XIXe siècle
Viaduc de Meudon tel que fin XIX et début XXe sièble
Orphelinat de Meudon - Fin XIXe siècle ou début XXe
XXe siècle
  • La tombe de Rodin ainsi que sa maison la Villa des Brillants, sont devenus un musée comportant de nombreuses œuvres de l'artiste.
  • Le musée de l'air a été localisé sur le site aéronautique de 1921 à 1981, jusqu'à ce qu'il se soit déplacé à l'aéroport du Bourget.
  • La maison Marcel Dupré se situe au 40 boulevard Anatole-France. Dans la maison se trouve une petite salle de concert de l'organiste et compositeur. Cette salle abrite l’orgue Cavaillé-Coll/Mutin de Dupré, classé monument historique en 1991.
  • Le lotissement M R U de maisons industrialisées par l'architecte Jean Prouvé se situe en haut de la route des Gardes.
  • La tour hertzienne de Meudon se situe dans la forêt de Meudon.
  • La tour solaire de Meudon se situe proche du Château et a été construire par l'observatoire de Paris.
  • La maison atelier de Theo van Doesburg qui sert toujours de résidence d'artiste.
  • La maison Bloc qui se situe au 6 rue des Capucins.
  • Meudon Campus, un programme immobilier de grande envergure sur les berges de Seine, en face de l'Ile Seguin.

Patrimoine culturel

La Ville abrite aussi de nombreuses curiosités liées à son histoire et à sa nature.

Personnalités liées à la commune

Buste de Rabelais à Meudon
Écrivains

Avant le XIXe siècle

XIXe siècle

  • L'écrivain Balzac (1799-1850) séjourna à Meudon.
  • Le dramaturge Eugène Scribe résida à Bas-Meudon.

XXe siècle

Peintres et artistes

Avant le XIXe siècle

XIXe siècle

  • Le peintre et graveur Jean-François Raffaëlli (1850 – 1924) travailla à Meudon.
  • Le compositeur Richard Wagner y composa son "Vaisseau Fantôme" entre le 29 avril et le 30 octobre 1841 et résida au 27 avenue du Château autrefois le 3 avenue du Château. Le scénario lui a été inspiré par sa traversée Riga-Boulogne sur Mer, qu'il a faite en bateau pour rejoindre Paris et où il a essuyé une terrible tempête en doublant les côtes de Norvège.
  • L'organiste et compositeur Alexandre Guilmant (1837-1911) y vécut et mourut.
  • Le peintre Louis Tauzin (1842-1915) vécu à Meudon au 4 sentier des Pierres Blanches.
  • Le peintre Jules Machard (1839-1900) meurt à Meudon, rue Mélanie.
  • Le peintre Alfred Sisley (1839-1899) travailla à Meudon.
  • Le sculpteur Auguste Rodin (1840-1917) est enterré à Meudon.
  • Le sculpteur Charles Desvergnes (1860-1928) avait installé son atelier sur les Hauts de Meudon.
  • Le peintre Edouard Manet séjournera à Bellevue dans une maison rue Charles Desvergnes. Il peindra de nombreux paysages dont une maison située sentier des Pierres Blanches.
  • Le peintre Paul Cézanne travailla à Meudon.
  • Le peintre Maurice de Vlaminck travailla à Meudon.

Les peintres impressionnistes fréquentent assidument les rives de la Seine et la forêt de Meudon trouvant là des paysages campagnards à quelques kilomètres de Paris.

XXe siècle

Hommes politiques
Scientifiques, industriels et entrepreneurs

Avant le XIXe siècle

XIXe siècle

XXe siècle

Sportifs

Héraldique

Armes de Meudon

Elles peuvent se blasonner ainsi aujourd’hui :

Gironné d'or et de gueules de douze pièces, au lambel de trois pendants d'argent.

Compléments

Bibliographie

Iconographie

Commons-logo.svg

Articles connexes

Liens externes

Références

  1. Diagnostic Territorial de Meudon-La-Forêt sur www.scribd.com, décembre 2007 [[{{{3}}}|{{{3}}}]]. Consulté le 7 juillet 2009
  2. [1]
  3. Palmares 2008 sur www.villes-internet.net. Consulté le 10 septembre 2009
  4. Source : liste des maires sur la plaque commémorative dans le hall d'entrée de la Mairie de Meudon - Uniquement pour la liste des Maires et des dates remontant à 1892
  5. (fr) Résultats officiels du premier tour des élections municipales à Meudon sur le site officiel du Ministère de l'Intérieur
  6. http://www.ville-meudon.fr/l-actu-en-bref/archives/view Archives de Meudon
  7. http://cassini.ehess.fr/ Population avant le recensement de 1962
  8. INSEE: Population depuis le recensement de 1962
  9. Le Gavroche de Meudon | Le Sblorf
  10. http://cuisine.elle.fr/elle/elle-a-table/menus-de-stars/stars/jean-luc-petitrenaud
  • Portail des Hauts-de-Seine Portail des Hauts-de-Seine
Ce document provient de « Meudon#Bas-Meudon .28ou Meudon-sur-Seine.29 ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bas-Meudon de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bas Meudon — Meudon Pour les articles homonymes, voir Meudon (homonymie). Meudon L observatoire …   Wikipédia en Français

  • Le Bas-Meudon — Meudon Pour les articles homonymes, voir Meudon (homonymie). Meudon L observatoire …   Wikipédia en Français

  • Le Bas Meudon — Meudon Pour les articles homonymes, voir Meudon (homonymie). Meudon L observatoire …   Wikipédia en Français

  • Porte du Bas Meudon — La porte du Bas Meudon est une porte de Paris, en France, dans le 15e arrondissement. Sommaire 1 Situation 2 Histoire 3 Quartier 4 Transpor …   Wikipédia en Français

  • Porte du Bas-Meudon — La porte du Bas Meudon est une porte de Paris, en France, dans le 15e arrondissement. Sommaire 1 Situation 2 Histoire 3 Quartier 4 Transport …   Wikipédia en Français

  • Meudon-la-Forêt — Meudon Pour les articles homonymes, voir Meudon (homonymie). Meudon L observatoire …   Wikipédia en Français

  • Meudon (ville) — Meudon Pour les articles homonymes, voir Meudon (homonymie). Meudon L observatoire …   Wikipédia en Français

  • Meudon la Forêt — Meudon Pour les articles homonymes, voir Meudon (homonymie). Meudon L observatoire …   Wikipédia en Français

  • Meudon — Town hall Paris and inner ring départements …   Wikipedia

  • Meudon — Meudon …   Deutsch Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”