Bartolomé Esteban Murillo
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Murillo.
Bartolomé Esteban Murillo
Autoportait (vers 1670-1672)
Autoportait (vers 1670-1672)

Naissance 1er janvier 1618
Séville, Drapeau d'Espagne Espagne
Décès 3 avril 1682)
Séville
Nationalité espagnole
Activité(s) peintre
Maître Juan de Castillo, Pedro de Moya
Mouvement artistique Peinture baroque, Siècle d'or espagnol
Œuvres réputées Le Jeune Mendiant (vers 1645-1650)
La Vierge du Rosaire (vers 1645-1650)
Jeunes garçons mangeant des melons et du raisin (1645-1646)
Influencé par Titien, Rubens, Van Dyck, Velazquez, Zurbaran, Ribera
Influença Réalisme et Rococo du XVIIIe siècle siècle espagnol
Le Jeune Mendiant (vers 1650, Musée du Louvre, Paris

Bartolomé Esteban Murillo (né à Séville en décembre 1617 ou janvier 1618 – mort à Séville, le 3 avril 1682)[1], est un peintre baroque espagnol du XVIIe siècle. Il est avec Diego Velazquez, Francisco de Zurbaran et José de Ribera, un des principaux représentants du Siècle d'or en peinture et le chef de file de l'école de Séville, second centre artistique de l'Espagne au XVIIe siècle après Madrid. Contrairement à ses prédécesseurs et contemporains andalous, il n'a jamais quitté Séville[1],[2] et n'a reçu aucune commande de la Cour d'Espagne. C'est pour cette raison qu'il est longtemps resté moins connu que Velazquez qui s'est installé à Madrid ou que Zurbaran qui peint pour la Cour des Habsbourg.

Bien que l'essentiel de ses œuvres soit religieuses comme « la Vierge du Rosaire », il est très renommé pour ses peintures de genre, particulièrement des portraits de femmes et surtout d'enfants pauvres, tel le portrait du « jeune mendiant » conservé au Musée du Louvre, qui ont donné aux scènes de vie quotidiennes leur lettre de noblesse à l'âge baroque et ont fait sa renommée. Redécouvert au XIXe siècle, il a eu une influence déterminante sur le réalisme et le rococo du XVIIIe siècle espagnol.

Sommaire

Biographie

Enfance-Jeunesse

Dernier d'une fratrie de 14 enfants[1], Bartolomé naît probablement à Séville en Andalousie, en décembre 1617 puisqu'il est baptisé le 1er janvier 1618. Son père Gaspar Esteban est un médecin[1], probablement chirurgien-barbier qui meurt le 25 juillet 1627. Sa mère, Maria Perez Murillo meurt à son tour l'année suivante, le 8 janvier 1628. Orphelin précoce à l'âge de 10 ans[1], l'enfant est recueilli par un de ses beaux-frères, Juan Agustín Lagares, un riche chirurgien-barbier marié à sa sœur Ana[3].

Formation

Son tuteur le place en 1633, à l'âge de 15 ans en apprentissage chez Juan del Castillo (1584-1640)[1],[2], un artiste italianisant médiocre qui lui enseigne la peinture. Il quitte Séville pour Cadix en 1639 et, plutôt que d'entrer dans un autre atelier comme beaucoup de jeunes apprentis soucieux de parfaire leur formation, il préfère rester indépendant et peint des toiles bon marché qui plaisent pourtant au public et révèle un certain talent chez le jeune artiste[3]. Puis, il rencontre vers 1640 un élève de Van Dyck du nom de Pedro de Moya qui l'initie à la technique flamande. Il effectue un séjour à Madrid, sa seule escapade hors de Séville, en 1642[1] ou 1658[2]. Il y subit l'influence du ténébrisme de Zurbarán et de Ribera.

Carrière

Sa Vierge du Rosaire de 1645 est l'œuvre la plus ancienne qui lui soit attribuée. Les franciscains lui passent la même année commande d'une série de onze tableaux pour le cloître de leur couvent à Séville, son premier travail d'envergure qui le rendra célèbre[1]. Ces peintures sont aujourd'hui dispersées. Certains historiens d'art considèrent que cette série lui a pris 4 ans entre 1642 et 1646.Les peintures sont de différents styles. Certains tableaux comme « La Cuisine des Anges (Le Miracle de Saint Jacques de Alcada) » sont inspirés de Ribera; « La Mort de Sainte Claire » de Van Dyck et « Saint Jacques donnant la Charité » de Velazquez[3].

Il connaît ensuite un grand succès grâce à ses œuvres religieuses et ses scènes de genre et il est même évoqué en 1656 comme étant « le meilleur peintre de la ville ». Il y dirige un atelier avec de nombreux aides et apprentis puis fonde et préside en 1660 l'Académie des beaux-arts de Séville dont l'objectif principal est de compléter la formation des jeunes peintres, jugée insuffisante en dessin. En effet, les ateliers privilégient les aspects pratiques du métier et négligent les aspects théoriques et le dessin. Au sein de l'Académie, les peintres se réunissent tous les soirs à la Casa de la Lonja pour s'entraîner à peindre d'après des modèles vivants. Soutenue également par Herrera le jeune, l'Académie ferme pourtant à cause de problèmes financiers en 1674[2].

Il devient le chef de file de cette école sévillane dont il est le peintre le mieux payé et le plus représentatif[1]. L'École de Séville, la plus importante école de peinture espagnole du XVIIe siècle est en plein essor et rivalise avec Madrid dont le déclin est avéré depuis la fin du Siècle d'Or par la baisse des commandes royales. Elle combine une tradition typiquement espagnole du clair-obscur qui remonte aux origines flamandes et post-maniéristes de la Renaissance espagnole et l'influence du Caravage. Murillo et Zurbaran en sont les principaux représentants; leur peinture présente notamment des similitudes par l'emploi de tons chauds et terreux, bruns et ocre réduisant au minimum la structure chromatique du tableau dans un domaine semi-chromatique voire achromatique[4].

Murillo est un des rares peintres baroques à peindre la pauvreté sous des aspects dénués de commisération et de pathos - caractéristique auquel se genre s'adonne fréquemment - et à représenter la misère et la pauvreté sous des aspects aimables et bienfaisants, dans une perspective chrétienne[5].

Ses œuvres religieuses, notamment ses « Madonnes », sont représentatives de la piété sensible et simple des gens du peuple andalou, ce qui lui vaut un immense succès.

De 1671 à 1674, il peint plusieurs tableaux pour l'Église de la Confraternité de la Charité à Séville. Ces œuvres sont aujourd'hui dispersées entre plusieurs musées à Saint-Pétersbourg, Londres et Madrid[3].

Le 3 avril 1682, il chute d'un échafaudage alors qu'il peint un retable au couvent des capucins de Cadix et meurt peu de temps après.

Famille

Le mangeur de melon et de raisin

Il se marie le 26 février 1645 avec Beatriz Barera avec laquelle il aura au moins 5 enfants (José Esteban, Francisco Maria, Gabriel, Gaspar Esteban, Maria)[3].

Style

Influences

La Sainte Famille à l'oisillon, 1632, Musée du Pardo, Madrid

Son œuvre est influencée par ses compatriotes Velazquez, Zurbaran dont il reprend les effets de clair-obscur dans ses œuvres de jeunesse, ainsi que Ribera et ses couleurs froides[1]. Ses peintures de jeunesse sont ainsi marqué par le réalisme de Zurbaran et Velazquez et le naturalisme caravagesque[6]. Ce n'est qu'en s'inspirant aussi des grands maîtres de la Renaissance italienne comme le Titien et Raphaël et ses contemporains (Rubens, Van Dyck..) dont il a pu admirer les tableaux dans les collections de Séville que son style personnel se développe de manière plus émotive, plus vibrante. Il adopte des formes plus douces, des tons plus chauds à l'image des peintures de la Renaissance flamande et vénitienne[1].

Postérité

Ses scènes de genre, jugées mièvres aujourd'hui comme « Le mangeur de raisin et de melon » (Alte Pinakothek de Munich) ou « La petite marchande de fruits » sont pourtant novatrices. Il donne ainsi ses lettres de noblesse à un genre peu prisé et considéré à l'âge baroque dominé par la peinture religieuse de ses contemporains du « Siècle des saints ». Il a eu une influence décisive sur la peinture du siècle suivant en tant que précurseur du réalisme du XVIIIe siècle espagnol où la sensibilisation aux objets et aux sentiments simples atteint son plein épanouissement[1]. Ce n'est pourtant qu'au XIXe siècle que Murillo est redécouvert pleinement en-dehors de l'Espagne au moment où on le considérait comme le représentant typique de l'art espagnol de son époque. Napoléon III fait acheter plusieurs de ses tableaux qui figurent actuellement dans les collections du musée du Louvre. Le Musée du Prado à Madrid abrite également énormément d'œuvres de Murillo.

Œuvres

Liste des œuvres principales

Rebecca et Éliézer

Notes et références

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l (fr) Ingo F. Walther, Les maîtres de la peinture occidentale, une histoire de l'art en 900 études de tableaux, Cologne, Taschen, 2002, 760 p. (ISBN 2-7434-4209-3) , p.732 (Biographie de Murillo)
  2. a, b, c et d (fr) Rolf Toman, L'art du baroque; Architecture, Sculpture, Peinture, Cologne, Köneman, 1998, 503 p. (ISBN 3-89508-918-4) , p.412
  3. a, b, c, d et e (en) Biographie de Murillo sur Safran-arts.com
  4. (fr) Les maîtres de la peinture occidentale, op. cit.; p.223
  5. (fr) Les maîtres de la peinture occidentale; op. cit., p.266
  6. (fr) Mar Sanchez Ramon, Petit guide Museo del Prado, Madrid, Aldeasa, 2001, 126 p. (ISBN 84-8003-256-1) , p.98
  7. Musei di Genova

Voir aussi

Bibliographie

Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article : Ouvrage utilisé comme source pour la rédaction de cet article

  • (fr) Ingo F. Walther, Les maîtres de la peinture occidentale, une histoire de l'art en 900 études de tableaux, Cologne, Taschen, 2002, 760 p. (ISBN 2-7434-4209-3)  Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (fr) Rolf Toman, L'art du baroque; Architecture, Sculpture, Peinture, Cologne, Köneman, 1998, 503 p. (ISBN 3-89508-918-4)  Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (fr) Mar Sanchez Ramon, Petit guide Museo del Prado, Madrid, Aldeasa, 2001, 126 p. (ISBN 84-8003-256-1)  Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bartolomé Esteban Murillo de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bartolomé Esteban Murillo — «Murillo» redirige aquí. Para otras acepciones, véase Murillo (desambiguación). Autorretrato, hacia 1670, óleo sobre lienzo, 122 x 107 cm. Londres, National Gallery. Inscripción: Bartus Murillo seipsum depin/gens pro filiorum votis acpreci/bus… …   Wikipedia Español

  • Bartolomé Esteban Murillo — Born late December 1617; baptised January 1, 1618 Seville, Spain Died April 3, 1682 (aged 64) …   Wikipedia

  • Bartolome Esteban Murillo —     Bartolomé Esteban Murillo     † Catholic Encyclopedia ► Bartolomé Esteban Murillo     Spanish painter; b. at Seville, 31 December, 1617; d. there 5 April, 1682. His family surname was Esteban; that of Murillo, which he assumed in accordance… …   Catholic encyclopedia

  • Bartolome Esteban Murillo — Bartolomé Esteban Murillo Pour les articles homonymes, voir Murillo. Le jeune Mendiant Barto …   Wikipédia en Français

  • Bartolomé Esteban Murillo — Statue Murillos in Madrid. Bartolomé Esteban Murillo (* 1. Januar 1618 in Sevilla; † 3. April 1682 ebenda) war ein spanischer Maler des Barock. Inhaltsverzeichnis …   Deutsch Wikipedia

  • Bartolomé Esteban Murillo — Para otros significados de Murillo, ver Murillo (desambiguación). Bartolomé Esteban Murillo (Sevilla, 1617 Cádiz, 1682) Pintor español. Nació en 1617 en el seno de una familia de catorce hermanos, de los que fue el benjamín. Quedó huérfano de… …   Enciclopedia Universal

  • Bartolome Esteban Murillo — noun Spanish painter (1617 1682) • Syn: ↑Murillo • Instance Hypernyms: ↑painter …   Useful english dictionary

  • Bartolome Esteban Murillo — n. (1617 1682) Spanish painter …   English contemporary dictionary

  • Bartolomé Esteban Perez Murillo — Statue Murillos in Madrid. Bartolomé Esteban Murillo (* 1. Januar 1618 in Sevilla; † 3. April 1682 ebenda) war ein spanischer Maler des Barock. Inhaltsverzeichnis …   Deutsch Wikipedia

  • Esteban Murillo — Statue Murillos in Madrid. Bartolomé Esteban Murillo (* 1. Januar 1618 in Sevilla; † 3. April 1682 ebenda) war ein spanischer Maler des Barock. Inhaltsverzeichnis …   Deutsch Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”