Bartman

Bart Simpson

Bartholomew Jo-Jo Simpson
Personnage de Les Simpson
Alias Bart
Origine États-Unis
Genre Masculin
Activité(s) Élève à l'école élémentaire de Springfield
Famille Père : Homer Simpson
Mère : Marge Simpson
Sœurs : Lisa Simpson, Maggie Simpson
Tantes : Patty et Selma Bouvier
Grands-parents : Abraham Simpson, Mona Simpson, Clancy Bouvier, Jackie Bouvier
Créé par Matt Groening
Série(s) Les Simpson
Première apparition Good Night
Doublage Drapeau des États-Unis Nancy Cartwright
Drapeau de la France Joëlle Guigui
Québec Johanne Léveillée

Bartholomew JoJo « Bart » Simpson est un des personnages principaux de la série animée télévisée Les Simpson et fait partie de la famille éponyme. Il est doublé par Nancy Cartwright dans la version originale, par Joëlle Guigui dans la version française et par Johanne Léveillée en québécois. Bart est apparu pour la première fois à la télévision avec le reste de la famille dans le court métrage Good Night, le 19 avril 1987. Il a été créé par le dessinateur Matt Groening, à qui il avait été fait appel pour lancer une série de courts métrages basée sur Life in Hell, mais celui-ci a décidé de créer un nouvel ensemble de personnages. Alors que les autres personnages de la famille Simpson sont nommés d'après la famille de Groening, le nom de Bart est une anagramme du mot anglais brat, signifiant « môme ». Après avoir fait l'objet de courts métrages durant trois ans, la famille Simpson a eu droit à sa propre série sur le réseau Fox dès le 17 décembre 1989.

Âgé de dix ans, Bart est le seul garçon d'Homer et Marge, l'aîné, et le frère de Lisa et Maggie. Les traits de caractère les plus importants de Bart sont son espièglerie, son attitude rebelle et son manque de respect envers l'autorité. Il est apparu dans d'autres médias sur le thème des Simpson, dont des jeux vidéo, un film, The Simpsons Ride, des publicités et des bandes dessinées et a inspiré toute une gamme de produits dérivés.

Durant les deux premières saisons des Simpson (de 1989 à 1991), Bart était le personnage principal de la série, ce qui a entraîné un phénomène qui a été nommé « Bartmania ». Les tee-shirts arborant différentes phrases récurrentes de Bart sont devenus très populaires, se vendant à un million d'exemplaires par jour à leur niveau maximum. Son attitude rebelle et la fierté qu'il tire de ses sous-performances ont amené plusieurs parents et éducateurs à l'accuser d'être un mauvais modèle pour les enfants. Aux alentours de la saison 3, la série a commencé à se concentrer davantage sur la famille entière, bien que Bart soit resté l'un des personnages les plus importants de la série. Le magazine Time a répertorié Bart dans les cent personnes les plus influentes du siècle et Nancy Cartwright a remporté plusieurs récompenses pour son doublage de Bart, dont un Primetime Emmy Award en 1992 et un Annie Award en 1995.

Sommaire

Rôle dans Les Simpson

La série d'animation Les Simpson se place dans une chronologie généralement admise comme se déroulant durant l'année actuelle, mais où les personnages ne vieillissent pas physiquement. Dans plusieurs épisodes, les événements sont liés à des périodes spécifiques mais la chronologie s'est ensuite parfois contredite[1]. L'année de naissance de Bart est spécifiée dans Vive les mariés (saison 3, 1991) comme étant 1981 (il aurait été conçu après que Homer et Marge ont vu Star Wars, épisode V : l'Empire contre-attaque)[2]. Il a vécu avec ses parents dans le Lower East Springfield jusqu'à ce que la famille Simpson achète sa première maison. Lorsque Lisa est née, le garçon a d'abord été jaloux de l'attention qu'elle recevait, mais fut heureux de découvrir que « Bart » fut le premier mot prononcé par sa sœur[3]. Le premier jour d'école de Bart s'est passé au début des années 1990. Son enthousiasme initial a été dissipé par une enseignante insensible et Marge est devenue inquiète que quelque chose aille mal avec lui. Un jour, pendant la récréation, Bart a rencontré Milhouse et a commencé à s'amuser avec lui et d'autres élèves. L'épisode Les Années 90 (saison 19, 2008) est entré en contradiction avec la plupart de l'histoire déjà établie ; par exemple, il a été révélé qu'Homer et Marge étaient un couple sans enfants dans le début des années 1990[4].

Les divers loisirs de Bart sont le skateboard, la télévision (particulièrement l'émission fictive de Krusty le clown, qui inclut la série animée Itchy et Scratchy), les bandes dessinées (surtout Radioactive Man) et les jeux vidéo[5]. Il est inscrit à l'école élémentaire de Springfield où il est dans la classe d'Edna Krapabelle. Bien qu'il soit trop jeune pour avoir un emploi à temps plein, il a déjà eu des emplois à temps partiel. Il a travaillé comme employé de bar au club du Gros Tony dans Le Petit Parrain (saison 3, 1991)[6], comme assistant de Krusty le clown dans Bart devient célèbre (saison 5, 1994)[7], dans une boîte de strip-tease dans Bart chez les dames (saison huit, 1996)[8] et a brièvement possédé sa propre entreprise dans L'Ennemi d'Homer (saison huit, 1997)[9].

Personnage

Création

Matt Groening a conçu Bart et le reste de la famille Simpson en 1986 dans l'entrée du bureau du producteur James L. Brooks. Il avait été fait appel à Groening pour lancer une série de courts métrages d'animation pour The Tracey Ullman Show, qui serait adaptée de son comic strip Life in Hell. Lorsqu'il a réalisé que l'animation de Life in Hell demanderait qu'il renonce aux droits de publication, Groening a décidé d'aller dans une direction différente[10] et a rapidement esquissé une famille dysfonctionnelle, nommant les personnages d'après les membres de sa famille. Pour le fils de la famille, il a remplacé son nom par « Bart », une anagramme du mot anglais brat[10] signifiant « môme », car il trouvait que nommer le personnage Matt serait trop évident pour lui[11].

Bart devait initialement être un enfant « plus doux, comme un jeune tourmenté qui se pose des questions existentielles et qui se parle à lui-même », mais le personnage a changé, se basant sur le jeu de voix de Cartwright[12]. Groening a cité différentes personnalités qui ont été des sources d'inspiration pour la création de Bart, le frère aîné de Matt Groening ayant en grande partie inspiré l'attitude de Bart[13],[14],[15]. Bart a été conçu comme une version extrême du personnage typique de l'enfant qui se comporte mal, réunissant les traits de personnages comme Tom Sawyer et Huckleberry Finn[11]. L'initiale médiane du nom de Bart, le « J », est un hommage à des personnages comme Bullwinkle J. Moose et Rocky l'écureuil volant de The Rocky and Bullwinkle Show, dont la lettre J désignerait Jay Ward[16],[17]. D'après le livre Bart Simpson's Guide to Life, le deuxième prénom complet de Bart serait JoJo[18].

Bart a fait ses débuts avec le reste de la famille Simpson le 19 avril 1987 dans Good Night, un court métrage du Tracey Ullman Show[19]. En 1989, les courts métrages ont été adaptés pour devenir Les Simpson, dont les épisodes, durant un peu moins d'une demi-heure, sont diffusés sur le réseau Fox. Bart et la famille Simpson sont restés les personnages principaux de cette nouvelle série[20].

Apparence

Bart, comme de nombreux personnages des Simpson, est jaune de peau. L'ensemble de la famille Simpson a été conçu de façon à ce que chacun des personnages soit reconnaissable uniquement grâce à sa silhouette[21]. La famille a d'abord été dessinée grossièrement, car Groening avait envoyé des croquis basiques aux animateurs, supposant qu'ils les affineraient ; mais ils ont simplement retracé les croquis[10]. L'apparence originale de Bart, celle des premiers courts métrages, présente une chevelure plus pointue, les pointes ayant des longueurs différentes. Le nombre de celles-ci fut plus tard limité à neuf, toutes étant de la même taille[22]. Au moment de la conception de Bart, Groening dessinait en noir et « ne pensait pas que Bart pourrait finalement être en couleur », ce qui a donné à Bart ces pointes qui semblent être une extension de sa tête[23]. Les particularités du design de Bart ne se retrouvent généralement pas chez les autres personnages. Par exemple, aucun autre personnage des épisodes récents n'a une chevelure semblable à celle de Bart, bien que la chevelure de certains des personnages secondaires des premières saisons évoquait celle de Bart[24].

La forme basique et rectangulaire de la tête de Bart a été décrite par le réalisateur Mark Kirkland comme une boîte à café. La tête de Homer est également rectangulaire (bien qu'elle se finisse en forme de dôme) tandis que Marge, Lisa et Maggie ont une tête sphérique[25]. Les différents animateurs ont des méthodes différentes pour le dessin de Bart. L'ancien réalisateur Jeffrey Lynch commençait avec une forme de boîte, y ajoutait successivement les yeux, la bouche, les pointes des cheveux, les oreilles et enfin le reste du corps. Matt Groening commence habituellement avec les yeux, puis le nez, pour ensuite esquisser l'ensemble de la tête de Bart. Beaucoup d'animateurs ont eu des difficultés à dessiner les pointes des cheveux de Bart uniformément ; une des astuces qu'ils utilisent est d'en dessiner une à droite, une à gauche, une au milieu, puis de continuer à en ajouter une au milieu de l'espace restant jusqu'à ce qu'il y en ait neuf.

Dans l'épisode de la saison 7 Simpson Horror Show VI, Bart a été animé par ordinateur en 3D au cours de la partie de l'épisode « Homer³ ». Les réalisateurs de l'animation par ordinateur venaient de Pacific Data Images[26]. Quand ils ont conçu le modèle 3D du personnage, les animateurs ne savaient pas comment ils pourraient rendre les cheveux de Bart. Cependant, ils se sont rendus compte qu'il y avait des poupées en vinyle de Bart en production et en ont acheté une pour l'utiliser en tant que modèle[26].

Voix

La voix originale de Bart est enregistrée par Nancy Cartwright, qui double également de nombreux autres personnages dans la version originale, comme Nelson Muntz, Ralph Wiggum, Todd Flanders et Kearney Zzyzwicz[27]. Alors que les acteurs de Homer et Marge ont été retenus car ils faisaient déjà partie du Tracey Ullman Show[28], les producteurs ont décidé de tenir un casting pour les rôles de Bart et Lisa. Yeardley Smith avait initialement auditionné pour le rôle de Bart, mais la directrice de casting Bonita Pietila trouvait sa voix trop aiguë. Smith a plus tard dit : « J'ai toujours énormément parlé comme une fille. J'ai lu deux lignes du rôle de Bart et ils ont dit « Merci d'être venue ! » (I always sounded too much like a girl. I read two lines as Bart and they said, 'Thanks for coming!')[29]. Smith a finalement reçu le rôle de Lisa[30]. Le 13 mars 1987, Nancy Cartwright auditionnait pour le rôle de Lisa. Après être arrivée à l'audition, elle a trouvé que Lisa était trop décrite comme la « cadette » et qu'elle n'avait, à l'époque, que peu de personnalité. Cartwright s'est montrée plus intéressée envers le rôle de Bart, qui était décrit comme « sournois, qui ne réussit pas, qui déteste l'école, irrespectueux et ingénieux »[31]. Matt Groening lui a laissé sa chance à l'audition, et après avoir entendu sa prestation, lui a donné le rôle de Bart[32]. Nancy Cartwright est la seule des six voix originales principales à s'être entraînée sur son jeu de voix avant de commencer la série[33].

La voix normale de Cartwright n'a « aucune trace apparente de Bart » (no obvious traces of Bart)[34]. La voix est venue naturellement à Cartwright ; avant le Tracey Ullman Show, elle avait utilisé des éléments de celle-ci dans des séries telles que Mon petit poney, Les Snorky et Les Pitous[34]. Cartwright a décrit la voix de Bart comme facile à réaliser, allant jusqu'à dire que « certains personnages demandent un peu plus d'efforts, un contrôle respiratoire supérieur, quel qu'il soit techniquement. Mais Bart est facile à faire. Je peux me glisser dans le personnage sans difficulté. » (Some characters take a little bit more effort, upper respiratory control, whatever it is technically. But Bart is easy to do. I can just slip into that without difficulty.)[34]. Elle lit habituellement chaque ligne du scénario cinq ou six fois[32]. Dans les épisodes qui font appel à un flashforward (projection dans l'avenir), c'est aussi Cartwright qui assure la voix originale de Bart. Dans l'épisode Le Mariage de Lisa (saison 6, 1995), la voix de Bart a été aggravée par voie électronique[35].

Malgré la célébrité de Bart, Cartwirght est rarement reconnue en public. Quand elle est reconnue dans la rue et qu'on lui demande d'interpréter la voix de Bart devant des enfants, elle refuse car « ça leur donne la frousse »[34]. Durant la première saison des Simpson, le réseau Fox n'a pas autorisé Cartwright à donner des interviews car ils ne voulaient pas faire savoir que Bart était interprété par une femme[36].

Jusqu'en 1998, Cartwright était payée 30 000 $US par épisode. Durant un conflit de paye en 1998, le réseau Fox a menacé de remplacer les six acteurs principaux par de nouveaux, allant même jusqu'à préparer un casting pour les nouvelles voix[37]. Cependant, le différend a été réglé et Cartwright a reçu 125 000 $US par épisode jusqu'en 2004 après quoi les acteurs ont demandé à être payés 360 000 $US par épisode[37]. Le problème a été résolu un mois plus tard[38] et Cartwright gagnait 250 000 $US par épisode[39]. Depuis les nouvelles négociations de salaires en 2008, les acteurs des voix originales reçoivent approximativement 400 000 $US par épisode[40].

La voix française de Bart est celle de Joëlle Guigui, qui a déclaré que Bart était « une des facettes de sa personnalité »[41]. L'actrice québécoise qui double Bart est Johanne Léveillée.

Éléments récurrents

À un moment donné du générique des Simpson, la caméra se déplace vers l'école élémentaire de Springfield, Bart étant alors vu en train d'écrire un message sur le tableau noir de l'école. Ce message, qui change d'épisode en épisode, est aussi connu sous le nom de « gag du tableau noir » (chalkboard gag en anglais)[42]. Le message fait parfois appel à l'humour politique comme « Roter n'est pas couvert par le premier amendement. »[43] et à des références à la culture populaire comme « Je ne peux pas voir les morts »[44]. Les animateurs sont en mesure de produire les gags du tableau noir rapidement et, dans certains cas, de les changer pour les adapter à l'actualité. Par exemple, le gag du tableau noir de Homer l'hérétique (saison 4, 1992) était « Je ne diffamerai pas La Nouvelle-Orléans ». Le gag a été écrit comme une excuse adressée à la ville pour une chanson controversée dans l'épisode de la semaine précédente, qui avait désigné La Nouvelle-Orléans comme une « ville de pirates, d'ivrognes et de putes ! »[45],[46]. De nombreux épisodes n'ont pas de gag du tableau noir parce qu'ils sont coupés afin de faire plus de place à l'histoire et au développement de l'intrigue.

Les gags téléphoniques à Moe font partie des premiers gags récurrents de Bart. Dans ceux-ci, Bart appelle le gérant de la Taverne de Moe, Moe Szyslak, et fait un jeu de mots sur le nom d'une personne imaginée, afin que Moe se ridiculise en demandant la personne à ses clients. Ces gags téléphoniques ont débuté dans Un atome de bon sens (saison 1, 1990), le troisième épisode à être diffusé, mais apparaissent aussi dans Une soirée d'enfer, le premier épisode à avoir été produit[47]. Au fil de la progression de la série, il est devenu plus difficile pour les scénaristes de trouver de faux noms et d'écrire la réponse furieuse de Moe, les appels en tant que gags réguliers ont donc été abandonnés au cours de la quatrième saison[47],[48]. Ils ont occasionnellement refait surface dans la série, y compris dans l'épisode de la saison 20 Lost Verizon, mais dans ce dernier, ils n'étaient pas spécifiquement adressés à Moe[49].

La phrase de Bart « Eat My Shorts » est un ajout libre de Cartwright par rapport au script initial, basé sur une expérience personnelle. Ainsi, alors qu'elle effectuait ses études supérieures, Cartwright faisait partie de la fanfare de Fairmont High School et un jour, au lieu de lancer le chant classique « Fairmont West! Fairmont West! », toute la fanfare a repris « Eat My Shorts »[29].

Plusieurs phrases récurrentes de Bart, telles que « ¡Ay, caramba! », « No problemo ! » et « Va te faire shampooiner ! » (« Mange de la crotte » au Québec), sont apparues, en version originale, sur ses t-shirts aux débuts de la série[50]. Cependant, Bart a rarement utilisé ces deux dernières phrases après qu'elles sont devenues populaires. L'épisode Bart devient célèbre tourne en ridicule l'humour basé sur les phrases récurrentes, Bart atteignant la notoriété auprès de Krusty le clown uniquement en répétant « J'ai rien fait »[51]. Les scénaristes avaient choisi cette phrase parce qu'ils en voulaient une « nulle », « pour faire remarquer comment des choses vraiment sans valeur peuvent devenir populaires »[52].

Bart apparaît fréquemment nu dans la série, bien que seules ses fesses soient visibles[53]. Dans Les Simpson, le film (2007), Bart apparaît dans une scène où il fait du skateboard complètement nu ; plusieurs objets couvrent alors son organe génital, mais son pénis peut être vu pendant un court instant. La scène a été l'une des premières travaillées pour le film, mais les producteurs étaient vraiment nerveux car ils craignaient que le film soit noté « R » par la Motion Picture Association of America — « R » pour restricted : les mineurs (moins de 17 ans) doivent être accompagnés d'un adulte[54]. Le film a plutôt été classé « PG-13 » par cette institution — parents strongly cautioned : accompagnement parental recommandé, film déconseillé aux moins de 13 ans — et « PG » par la British Board of Film ClassificationParental Guidance : pour tout âge, mais il est conseillé que les parents soient présents, certaines scènes peuvent être peu convenables pour de petits enfants[55]. La scène a été incluse dans la liste d'Entertainment Weekly des « 30 scènes nues inoubliables »[56].

Personnalité

Les traits de caractère de Bart que sont sa nature rebelle et son irrespect envers l'autorité ont été comparés à ceux des Pères fondateurs des États-Unis et il a été décrit comme une version mise à jour de Tom Sawyer et de Huckleberry Finn[57]. Dans son livre Planet Simpson, Chris Turner décrit Bart comme un nihiliste, un point de vue philosophique d'après lequel le monde est dénué de toute signification, tout but, toute vérité compréhensible ou toute valeur[58].

L'attitude rebelle de Bart a fait de lui un élève perturbateur de l'école élémentaire de Springfield où Bart est sous-performant et fier de l'être[59]. Il est constamment en conflit avec son institutrice Edna Krapabelle, le principal Seymour Skinner et occasionnellement avec Willie[60]. Bart est médiocre à l'école et en est bien conscient, ayant même une fois dit : « Je suis qu’un raté, un minable »[59]. À une occasion, Lisa a réussi à prouver à Bart qu'il était plus bête qu'un hamster[61]. Dans l'épisode Le Flic et la Rebelle (saison 3, 1992), Bart devient surveillant et ses notes augmentent, suggérant qu'il est mauvais car il n'est pas attentif et non parce qu'il est bête[62]. Cette idée est renforcée dans l'épisode La Pilule qui rend sage (saison 11, 1999), dans lequel il est révélé que Bart souffre d'un trouble du déficit de l'attention[63]. Son manque d'intelligence peut aussi être attribué à l'héréditaire « gène Simpson », qui affecte l'intelligence de la plupart des membres masculins de la famille Simpson[64]. Bien qu'il soit sadique, superficiel et égoïste, Bart présente aussi de nombreuses qualités de haute intégrité. Il a, à quelques reprises, aidé le principal Skinner et Edna Krapabelle[65]. Dans Un ennemi très cher (saison 5, 1994), Bart a accidentellement fait renvoyer Skinner et se lie d'amitié avec lui en dehors de l'école. Cependant, Skinner étant réembauché, Bart a compris que cela signifierait que les deux ne pourraient plus être amis[66].

En raison de la méchanceté de Bart et du comportement souvent insensible et incapable de Homer, les deux ont des relations turbulentes. Bart s'adresse souvent à Homer par son propre nom plutôt qu'en l'appelant « Papa »[67]. Homer est irascible et étrangle Bart lorsqu'il est en colère contre celui-ci[68]. L'une des premières idées pour la série était que Homer soit très oppressif envers Bart, mais cela s'est atténué au fil des saisons[69]. Marge est beaucoup plus humaine et compréhensive qu'Homer, mais est tout de même souvent gênée par le comportement de Bart[70]. Dans l'épisode Marge et son petit voleur (saison 7, 1995), elle sent qu'elle dorlote trop Bart et commence à l'ignorer après que celui-ci a volé. Au début de l'épisode, Bart se plaint que Marge soit trop attentionnée, mais quand l'attitude de Marge change, Bart se sent mal[71]. En dépit de son attitude, Bart est parfois prêt à être moqué si c'est pour faire plaisir à sa mère[72]. Dans l'épisode Une belle simpsonnerie (saison 3, 1991), Marge a dit : « Je sais que Bart n’est pas toujours facile, mais je sais aussi comment il est en dedans. Il a comme une flamme qui brûle. Ça a ses bons côtés. Mais quelque fois bien sûr ça lui fait faire des bêtises. »[70].

Bart a une rivalité avec sa petite sœur, Lisa, mais a une relation plus amicale avec Maggie. Même si Bart offense souvent Lisa, l'ayant déjà même frappé physiquement, les deux sont souvent très proches[61],[67]. Bart se soucie profondément de Lisa et a toujours présenté ses excuses s'il était allé trop loin[73]. Il croit aussi que Lisa est supérieure quand il s'agit de résoudre des problèmes et, souvent, lui demande des conseils[62]. Bart est aussi très protecteur avec Lisa ; quand un petit dur s'attaque aux gâteaux de Lisa dans Terreur à la récré (saison 1, 1990), Bart se dresse immédiatement contre lui[74].

Bart est le meilleur ami de Milhouse Van Houten, bien que Bart ait parfois montré de l'embarras à propos de leur amitié[75]. Bart a une mauvaise influence sur Milhouse et les deux ont été impliqués dans un grand nombre de méfaits qu'ils ont commis ensemble. En raison de ce problème, la mère de Milhouse l'interdit de jouer avec Bart dans Une belle simpsonnerie (saison 3, 1991). Alors qu'il a d'abord prétendu qu'il ne s'en souciait pas, Bart se rend finalement compte qu'il a besoin de Milhouse, et Marge parvient à convaincre Mme Van Houten de revoir sa position[70]. Alors que Bart est dépeint comme un enfant cool et populaire[75], lui et Milhouse sont fréquemment la cible des agresseurs, y compris de Dolph, Jimbo, Kearney, et Nelson Muntz. Milhouse a dit que leur marche sur l'échelle sociale était « la 3 et demi. On va perdre la face mais on a une bonne raison. »[65]. Bien que Bart et Nelson aient été des adversaires dans le passé[74], ils ont également été des amis proches par moments[76].

Bart est l'un des plus grands fans de l'animateur de télévision pour enfants Krusty le clown. Il a même dit une fois : « Toute ma vie est basée sur les leçons de Krusty »[77] et dort dans une chambre remplie de marchandises de Krusty. Il a aidé le clown à maintes reprises en combattant, par exemple, la tentative de Tahiti Bob de faire croire que Krusty avait fait un vol à main armée dans Un clown à l'ombre (saison 1, 1990), en réunissant Krusty avec son père dans Tel père, tel clown[78] ou en aidant Krusty dans sa vie professionnelle dans Krusty, le retour (saison 1, 1990)[79]. Pour sa part, Krusty ignore toujours en grande partie l'aide de Bart et le traite avec désintérêt. Au cours d'un été, Bart est envoyé pour sa plus grande joie au « Kamp Krusty » qui s'avère n'être finalement qu'une mascarade et un désastre pour le jeune Simpson qui cherche en vain à voir son idole absent. Finalement, sans trace de Krusty, Bart décide de quitter le camp en étant lassé d'attendre son clown préféré et ses produits dérivés défectueux. Krusty fait finalement son apparition pour calmer Bart et apaiser les tensions[80],[81].

L'une des idées originales de la série était que Bart voue un culte à un clown de télévision, mais qu'il n'ait aucun respect pour son père, bien que cette voie ne fut jamais directement explorée[82],[83]. En conséquence, le style de Krusty est très proche de celui de Homer[29]. Lorsque Bart a déjoué les plans de Tahiti Bob (Sideshow Bob en version québécoise) dans Un clown à l'ombre, il a déclenché une longue querelle entre les deux. Les auteurs ont décidé de faire revenir à maintes reprises Bob pour qu'il se venge de Bart. Bob a joué un rôle important dans dix épisodes mais a toujours échoué en fin de compte[84].

Réception

Bartmania

Alors que les saisons récentes sont centrées sur Homer, Bart était le personnage principal dans la plupart des trois premières saisons. En 1990, Bart est rapidement devenu l'un des personnages les plus populaires de la télévision, phénomène qui a été nommé « Bartmania »[85],[86],[87],[88]. Il est devenu le personnage des Simpson apparaissant le plus fréquemment sur les produits dérivés, comme sur les tee-shirts. Au début des années 1990, des millions de tee-shirts sur lesquels figurait Bart se sont vendus[89], un million s'étant vendu en quelques jours[90]. Pensant que Bart est un mauvais modèle, plusieurs écoles publiques américaines ont interdit les tee-shirts représentant Bart à côté des titres tels que « I'm Bart Simpson. Who the hell are you? » (« Je suis Bart Simpson. Mais qui diable êtes-vous ? ») ou « Underachiever ('And proud of it, man!') » (« Sous-performant [et fier de l'être, mec !] »)[91],[92],[93]. Les produits dérivés des Simpson se sont très bien vendus et ont généré deux milliards de dollars américains durant les quatorze premiers mois de ventes[91]. Le succès des produits dérivés de Bart Simpson ont donné lieu à d'importantes ventes de contrefaçons au marché noir, particulièrement de tee-shirts. Certains tee-shirts montraient Bart avec différents slogans, d'autres représentaient des versions différentes de Bart, dont Bart en tortue Ninja[94]. Matt Groening ne s'oppose généralement pas aux marchandises de contrefaçon, à l'exception d'une série de tee-shirts montrant un Bart dans l'uniforme nazi ou en skinhead nazi[95]. 20(th) Century Fox a poursuivi le créateur des tee-shirts, qui a finalement accepté de cesser de les fabriquer[96].

En raison du succès de la série, durant l'été 1990, le réseau FOX décida de changer le créneau horaire des Simpson, le déplaçant du dimanche à 20 heures (heure de l'Est) au jeudi, à la même heure. Cela l'a mise en concurrence avec le Cosby Show sur la NBC, série bénéficiant de très bonnes cotes d'écoute à l'époque[97],[98]. Pendant l'été, plusieurs articles de presse sont parus, décrivant la rivalité supposée de « Bill vs Bart »[90],[97]. Le numéro du 31 août 1990 du magazine Entertainment Weekly fait figurer une image de Bill Cosby portant un tee-shirt Bart Simpson[99]. En raison de sa popularité, Bart était souvent le membre de la famille Simpson le plus mis en avant lors des publicités pour la série, même pour les épisodes dans lesquels il n'était pas impliqué dans l'intrigue principale[100].

Michael Jackson, un fan de Bart, a écrit la chanson Do the Bartman.

Bart a été décrit comme « le roi de la télévision de 1990 »[101]. Entertainment Weekly l'a nommé « amuseur de l'année » en 1990, écrivant que « Bart a prouvé qu'il était un rebelle qui est aussi un gentil garçon, une terreur qui est facilement effrayée »[102]. Au Macy's Thanksgiving Day Parade de 1990, un grand ballon gonflé à l'hélium à l'effigie de Bart était présent ; le ballon de Bart est apparu dans chaque défilé depuis. L'épisode La Fugue de Bart, diffusé le même jour que le défilé, y fait référence quand Homer dit à Bart « C’est la tradition fiston, si on commence à fabriquer des ballons pour tous les personnages des nouveaux dessins animés, ça va devenir une véritable foire ce défilé. » Pendant ce temps, le spectateur peut rapidement voir un ballon de Bart derrière lui[73],[103].

L'album The Simpsons Sing the Blues est sorti en septembre 1990 et fut un succès, se plaçant troisième au Billboard 200[104] et étant certifié deux fois disque de platine par la Recording Industry Association of America[105]. Le premier single de l'album est la chanson de rap Do the Bartman, interprétée par Nancy Cartwright et sortie le 20 novembre 1990. La chanson a été écrite par Michael Jackson, bien qu'il n'ait reçu aucun crédit[106]. Michael Jackson était un fan des Simpson, particulièrement de Bart et a, une nuit, appelé les producteurs pour leur proposer d'écrire une chanson mettant en vedette Bart et de faire une apparition dans la série[107]. Jackson a finalement fait une apparition en guest star (artiste invité) dans l'épisode Mon pote Michael Jackson (saison 3, 1991). Quant au single, alors qu'il n'est jamais sorti officiellement aux États-Unis, il a rencontré un fort succès au Royaume-Uni. En 1991, il a été le single numéro un au Royaume-Uni pendant trois semaines, du 16 février au 9 mars, et a été la septième meilleure vente de single de l'année[108]. Il s'est vendu à un demi-million d'exemplaires et a été certifié disque d'or par la British Phonographic Industry le 1er février 1991[109].

Récompenses

Étoile des Simpson sur le Walk of Fame, à Hollywood.

En 1998, le Time a inclus Bart Simpson dans le Time 100, la liste des cent personnes les plus influentes du siècle[110]. Bart était alors le seul personnage fictif sur la liste. Il était auparavant apparu sur la couverture de l'édition du 31 décembre 1990[111]. Bart et Lisa ont été classés onzièmes dans le classement du TV Guide des 50 plus grands personnages de dessin animé[112].

À la 44e cérémonie des Primetime Emmy Awards en 1992, Cartwright a remporté une récompense pour son excellente performance de voix-off de Bart dans l'épisode de la saison 3 Le Flic et la Rebelle. Elle a partagé cette récompense avec cinq autres doubleurs des Simpson[113]. Divers épisodes dans lesquels Bart joue un rôle important ont également été nominés pour des Emmy Awards dans la catégorie du meilleur programme d'animation, dont Un puits de mensonges en 1992, Future Drama en 2005, Mon meilleur ennemi en 2006 et La Phobie d'Homer, qui a remporté la récompense en 1997[114]. En 1995, Cartwright a remporté un Annie Award dans la catégorie des doublages dans le domaine de l'animation, pour son interprétation de Bart dans un épisode[115]. En 2000, Bart et le reste de la famille Simpson ont reçu une étoile sur le Walk of Fame d'Hollywood[116].

Influence culturelle

Bart, un mauvais modèle ?

L'attitude rebelle de Bart, qui n'aboutit pratiquement jamais sur une punition pour son mauvais comportement, a amené des parents et des conservateurs à le considérer comme un mauvais modèle pour les enfants[117],[118]. Robert Bianco de la Pittsburgh Post-Gazette a écrit que « [Bart] se montre plus malin que ses parents [...] bref, il est l'enfant qu'on aurait aimé être, et celui dont on a peur que nos enfants deviennent comme lui. »[119]. Dans les écoles, des éducateurs ont fait valoir que Bart était une « menace à l'éducation » en raison de ses « mauvais résultats et sa fierté de les avoir » et de son attitude négative à l'égard de son éducation[120]. D'autres l'ont décrit comme « égoïste, agressif et mesquin »[121]. En réponse à ces critiques, James L. Brooks a déclaré : « Je suis très méfiant envers la vision d'après laquelle tout le monde à la télévision est censé être un modèle à suivre, vous ne rencontrez pas partout ces modèles dans la vie réelle. Pourquoi la télévision devrait en être remplie ? »[122]. Elizabeth Thoman, directrice exécutive du Center for Media and Values à Los Angeles, a commenté : « Si les enfants lèvent les yeux pour Bart Simpson, nous devons nous demander pourquoi nous utilisons la télévision pour représenter tous les modèles de notre société, un enjeu beaucoup plus large. [...] Tant que nous perpétuerions l'idée de la télévision comme un lieu où vous rencontrez tous les modèles, nous laisserons la télévision devenir un système d'éducation »[122].

En 1990, William Bennett, qui était à l'époque le « tsar » de la lutte contre la drogue pour l'Office of National Drug Control Policy des États-Unis, était en visite à un centre de désintoxication de Pittsburgh. Apercevant une affiche de Bart, il déclare alors : « J'espère que vous ne regardez pas les Simpson, n'est-ce pas ? Cette émission ne va pas vous aider d'une quelconque manière » (You guys aren’t watching The Simpsons, are you? That’s not going to help you any.)[123]. Quand l'affaire de ce commentaire peu flatteur a été divulguée au grand public, Bennett s'est excusé en affirmant qu'il ne faisait que plaisanter[124] et a affirmé : « Je vais m'assoir avec cette petite tête pointue et nous allons régler cela » (I'll sit down with the little spike head. We'll straighten this thing out.) [125].

Dans une interview de 1991, Bill Cosby a décrit Bart comme un mauvais modèle pour les enfants, le qualifiant de « colérique, confus et frustré ». En réponse, Matt Groening a dit : « Cela résume parfaitement Bart. La plupart des gens sont dans une lutte pour être normaux, Bart pense que la normale est très ennuyeuse et fait des choses que d'autres souhaiteraient faire mais qu'ils n'osent pas faire »[126]. Le 27 janvier 1992, le président américain George H. W. Bush a déclaré : « Nous allons continuer à essayer de renforcer la famille américaine, en faisant le plus de familles américaines ressemblant aux Waltons et le moins aux Simpson »[91]. Les auteurs ont répondu ironiquement sous la forme d'un court extrait diffusé trois jours plus tard, avant la rediffusion de Mon pote Michael Jackson (Lobot-Homer au Québec), dans lequel Bart disait « Hé, nous sommes comme les Waltons. Nous prions également pour la fin de la crise »[127],[128].

Bien qu'il y ait plusieurs critiques sur le personnage, des commentaires favorables ont également été faits, de différents côtés. Peggy Charren, présidente de l'Action for Children's Television, une organisation dédiée à l'amélioration des programmes de télévision réservés aux enfants, a observé que « la famille Simpson est l'un des rares dessins animés télévisés qui fasse réfléchir [...] Comment peut-on enseigner la Constitution en interdisant des tee-shirts ? »[120]. La journaliste Erma Bombeck a écrit : « Les enfants ont besoin de savoir qu'il y a quelque part dans ce monde un garçon du même âge qu'eux qui peut réaliser toutes les choses dont ils fantasment »[120]. En 2003, Bart s'est classé premier dans un sondage réalisé sur des parents au Royaume-Uni auxquels il avait été demandé « quel personnage de fiction avait le plus d'influence » sur les enfants de moins de 12 ans[129].

Produits dérivés

En plus des tee-shirts, Bart est présent sur de nombreux autres produits dérivés sur le thème des Simpson, dont des casquettes de baseball, des aimantins, des porte-clefs, des boutons, des poupées, des affiches, des figurines, des horloges, des sculptures en stéatite, des boules de bowling et des sous-vêtements[130],[131]. The Bart Book, un livre portant sur la personnalité de Bart, est sorti en 2004[132],[133]. Bart Simpson's Guide to Life est un ouvrage qui parle aussi de Bart. The Simpsons and Philosophy: The D'oh! of Homer, qui n'est pas un livre officiel, inclut un chapitre analysant le personnage de Bart et le comparant à « l'idéal nietzschéen »[134].

Bart est apparu dans d'autres médias sur le thème des Simpson. Il est apparu dans chacun des jeux vidéo des Simpson, dont Bart Simpson's Escape from Camp Deadly, The Simpsons: Bart vs. the Space Mutants, Bart's House of Weirdness, Bart vs. The Juggernauts, Bartman Meets Radioactive Man, Bart's Nightmare, The Simpsons: Bart & the Beanstalk et Les Simpson, le jeu, sorti en 2007[135]. Parallèlement à la série télévisée, Bart apparaît régulièrement dans les numéros des Simpsons Comics, qui ont été publiés pour la première fois le 29 novembre 1993 et qui sont encore publiés mensuellement, et a aussi sa propre série, intitulée Bart Simpson Comics, qui est publiée depuis 2000[136],[137]. Bart joue également un rôle dans The Simpsons Ride, lancé en 2008 à Universal Studios Florida et à Universal Studios Hollywood[138].

Bart et d'autres personnages tirés des Simpson sont apparus dans de nombreuses publicités télévisées pour Butterfinger de 1990 à 2001, avec le slogan « Nobody better lay a finger on my Butterfinger! »[139], Lisa en faisant également occasionnellement la publicité. La campagne de publicité s'est arrêtée en 2001, à la grande déception de Cartwright[140]. Bart apparaît aussi sur des publicités pour des marques telles que Burger King, C.C. Lemon, Church's Chicken, Domino's Pizza, KFC (PFK au Québec) et Subway[140]. En 2001, Kellogg's a lancé une marque de céréales nommée Bart Simpson Peanut Butter Chocolate Crunch, qui a été disponible durant un temps limité[141],[142]. Avant que la série dans son format d'une demi-heure ne soit diffusée, Matt Groening voulait faire de Bart le porte-parole de Jell-O. Il voulait que Bart chante « J-E-L-L-O », en rotant à la lettre O. Il pensait que les enfants essaieraient de le refaire le jour suivant, mais sa demande fut rejetée[143].

Le 9 avril 2009, le United States Postal Service a révélé une série de cinq timbres de 44 cents mettant en vedette Bart et les quatre autres membres de la famille pour célébrer le vingtième anniversaire de la série. Ils sont les premiers personnages de télévision à recevoir cet honneur alors que la série est encore en production[144]. Les timbres, dessinés par Matt Groening, ont été rendus disponibles à l'achat le 7 mai 2009[145],[146].

Ces nombreux produits dérivés montrent à quel point Bart est devenu un personnage de fiction emblématique et qu'il a une importante influence sur la culture d'aujourd'hui.

Notes et références

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu d’une traduction de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Bart Simpson ».
  1. Turner, pp. 78-79
  2. « Vive les mariés ». Jeff Martin, Jeffrey Lynch. Les Simpson. Fox. N°12, saison 03.
  3. « Le Premier Mot de Lisa ». Jeff Martin, Mark Kirkland. Les Simpson. Fox. N°10, saison 04.
  4. « Les Années 90 ». Matt Selman, Mark Kirkland. Les Simpson. Fox. N°11, saison 19.
  5. Turner, p. 122
  6. « Le Petit Parrain ». John Swartzwelder, Rich Moore. Les Simpson. Fox. N°04, saison 03.
  7. « Bart devient célèbre ». John Swartzwelder, Susie Dietter. Les Simpson. Fox. N°12, saison 05.
  8. « Bart chez les dames ». Richard Appel, Josh Weinstein. Les Simpson. Fox. N°05, saison 08.
  9. « L'Ennemi d'Homer ». John Swartzwelder, Jim Reardon. Les Simpson. Fox. N°23, saison 08.
  10. a , b  et c BBC. (2000). The Simpsons: America's First Family (DVD). UK: 20th Century Fox.
  11. a  et b Matt Groening, Al Jean. (2007). The Simpsons Movie: A Look Behind the Scenes [DVD]. The Sun.
  12. (en) Peter Farrell, « Christmans is 'Life in Hell' for The Simpsons », dans The Oregonian, 17 décembre 1989 
  13. Matt Groening, 2006, commentaires pour À bas la baby-sitter ! dans The Simpsons: The Complete Eighth Season [DVD], 20th Century Fox.
  14. (en) Alan Paul, « Life in Hell », dans Flux Magazine, 30 septembre 1995 
  15. Matt Groening, 2006, commentaires pour Un drôle de manège, dans The Simpsons: The Complete Ninth Season [DVD], 20th Century Fox
  16. (en) J is for Jay, BBC. Consulté le 21 septembre 2008
  17. Matt Groening, 2007, commentaires pour Hippie Hip Houra ! dans The Simpsons: The Complete Tenth Season [DVD], 20th Century Fox
  18. (en) Matt Groening, Bart Simpson's Guide to Life, Harper Perennial, 2001 (ISBN 5558685514) 
  19. Richmond, p. 14
  20. (en) Dean Kuipers, « '3rd Degree: Harry Shearer' », 2004, Los Angeles: City Beat. Consulté le 21 septembre 2008
  21. Matt Groening, 2005, commentaires pour La Peur de l'avion dans The Simpsons: The Complete Sixth Season [DVD], 20th Century Fox
  22. David Silverman, Wes Archer, 2004, commentaires pour Simpson Horror Show IV dans The Simpsons: The Complete Fifth Season [DVD], 20th Century Fox
  23. Mike B. Anderson, Matt Groening, Pete Michels, Yeardley Smith, 2006, A Bit From the Animators, commentaires pour Simpsonnerie chantante dans The Simpsons: The Complete Ninth Season [DVD], 20th Century Fox
  24. Matt Groening, Mike Reiss, Mark Kirkland, 2002, commentaires pour Jamais deux sans toi dans The Simpsons: The Complete Second Season [DVD], 20th Century Fox
  25. Wes Archer, Matt Groening, Mark Kirkland, 2005, A Bit From the Animators, commentaire illustré pour La Bande à Lisa dans The Simpsons: The Complete Seventh Season [DVD], 20th Century Fox
  26. a  et b Bill Oakley, Josh Weinstein, Tim Johnson, David Silverman, David Mirkin, David X. Cohen, David X, Homer in the Third Dimension (2005), dans The Simpsons: The Complete Seventh Season [DVD]. 20th Century Fox
  27. Richmond, pp. 178–179
  28. (en) Luaine Lee, « D'oh, you're the voice », 2003, The Age. Consulté le 21 septembre 2008
  29. a , b  et c (en) Larry Carroll, « 'Simpsons' Trivia, From Swearing Lisa To 'Burns-Sexual' Smithers », dans MTV, 26 juillet 2007 [texte intégral (page consultée le 29 juillet 2007)] 
  30. (en) Charles Miranda, « She who laughs last », dans The Daily Telegraph, 8 décembre 2007, p. 8E 
  31. Cartwright, pp. 35–40
  32. a  et b (en) Bart's voice tells all, 2000, BBC News. Consulté le 16 mai 2007
  33. Turner, p. 21
  34. a , b , c  et d (en) Emma Brockes, « That's my boy », 2004, The Guardian. Consulté le 22 octobre 2008
  35. David Mirkin, 2005, commentaires pour Le Mariage de Lisa dans The Simpsons: The Complete Sixth Season [DVD], 20th Century Fox
  36. (en) Ed Bark, « Bart Simpson's secret: he's a woman », dans Ottawa Citizen, 15 juillet 1990 
  37. a  et b (en) Dan Glaister, « Simpsons actors demand bigger share », dans The Age, 3 avril 2004 [texte intégral (page consultée le 21 septembre 2008)] 
  38. (en) « 'Simpsons' Cast Goes Back To Work », dans CBS News, 1er mai 2004 [texte intégral (page consultée le 21 septembre 2008)] 
  39. (en) Peter Sheridan, « Meet the Simpsons », dans Daily Express, mai 2004 
  40. (en) « Simpsons cast sign new pay deal », dans BBC News, 3 juin 2008 [texte intégral (page consultée le 8 septembre 2008)] 
  41. Interview de Joëlle Guigui sur The Simpsons Park, 2004. Consulté le 22 août 2009
  42. Turner, p. 71
  43. « Le Citron de la discorde ». Brent Forrester, Jim Reardon. Les Simpson. Fox. N°24, saison 06.
  44. « Homer et sa bande ». John Swartzwelder, Neil Affleck. Les Simpson. Fox. N°08, saison 11.
  45. Jeff Martin, 2004, The Cajun Controversy, dans The Simpsons: The Complete Fourth Season [DVD], 20th Century Fox
  46. (en) Mark Lorando, « Bart chalks up apology for New Orleans song », dans The Times-Picayune, 8 octobre 1992, p. A1 
  47. a  et b James L. Brooks, Matt Groening, Al Jean, 2001, commentaires pour Une soirée d'enfer dans The Simpsons: The Complete First Season [DVD], 20th Century Fox
  48. Mike Reiss, 2001, commentaires pour Ste Lisa Blues dans The Simpsons: The Complete First Season [DVD], 20th Century Fox
  49. (en) Robert Canning, « The Simpsons: "Lost Verizon" Review », dans IGN, 6 octobre 2005 [texte intégral (page consultée le 3 novembre 2008)] 
  50. Turner p. 25
  51. Turner p. 61
  52. David Mirkin, 2004, commentaires pour Bart devient célèbre dans The Simpsons: The Complete Fifth Season [DVD], 20th Century Fox
  53. (en) « Bart Simpson goes nude », dans News24, 30 avril 2007 [texte intégral (page consultée le 30 octobre 2008)] 
  54. James L. Brooks, Matt Groening, Al Jean, Mike Scully, David Silverman, Dan Castellaneta, Yeardley Smith, 2007, commentaires pour Les Simpson, le film [DVD], 20th Century Fox
  55. (en) The Simpsons Movie, British Board of Film Classification. Consulté le 30 octobre 2008
  56. (en) Lisa Raphael, « Bodies of Work: 30 Unforgettable Nude Scenes », dans Entertainment Weekly, 2008 [texte intégral (page consultée le 24 août 2009)] 
  57. (en) P. Cantor, « The Simpsons: Atomistic Politics and the Nuclear Family », dans Political Theory, vol. 27, no 6, décembre 1999, p. 738 [texte intégral] 
  58. Turner, p. 124
  59. a  et b « Aide-toi, le ciel t'aidera ». David M. Stern, David Silverman. Les Simpson. Fox. N°01, saison 02.
  60. « Le Journal de Lisa Simpson ». Larry Doyle, Mark Kirkland. Les Simpson. Fox. N°21, saison 09.
  61. a  et b « Ne lui jetez pas la première bière ». David M. Stern, Jim Reardon. Les Simpson. Fox. N°16, saison 04.
  62. a  et b « Le Flic et la Rebelle ». George Meyer, Jeffrey Lynch. Les Simpson. Fox. N°18, saison 03.
  63. « La Pilule qui rend sage ». George Meyer, Mark Kirkland. Les Simpson. Fox. N°02, saison 11.
  64. « La Malédiction des Simpson ». Ned Goldreyer, Susie Dietter. Les Simpson. Fox. N°17, saison 09.
  65. a  et b « L'Amour pédagogique ». Rachel Pulido, Susie Dietter. Les Simpson. Fox. N°19, saison 08.
  66. « Un ennemi très cher ». Bill Oakley, Josh Weinstein, Bob Anderson. Les Simpson. Fox. N°19, saison 05.
  67. a  et b « Le Premier Mot de Lisa ». Jeff Martin, Mark Kirkland. Les Simpson. Fox. N°10, saison 04.
  68. Matt Groening, 2002, commentaires pour Simpson et Delila dans The Simpsons: The Complete Second Season [DVD], 20th Century Fox
  69. Matt Groening, 2004, commentaires pour Marge en cavale dans The Simpsons: The Complete Fifth Season [DVD], 20th Century Fox
  70. a , b  et c « Une belle simpsonnerie ». Howard Gewirtz, Mark Kirkland. Les Simpson. Fox. N°05, saison 03.
  71. « Marge et son petit voleur ». Mike Scully, Steven Dean Moore. Les Simpson. Fox. N°11, saison 07.
  72. « Le Fils à maman ». Daniel Chun, Mike B. Anderson. Les Simpson. Fox. N°05, saison 17.
  73. a  et b « La Fugue de Bart ». George Meyer, David Silverman. Les Simpson. Fox. N°07, saison 02.
  74. a  et b « Terreur à la récré ». John Swartzwelder, David Silverman. Les Simpson. Fox. N°05, saison 01.
  75. a  et b « La Bande à Lisa ». Dan Greaney, Mark Kirkland. Les Simpson. Fox. N°25, saison 07.
  76. « Mon meilleur ennemi ». Matt Selman, Chris Clements. Les Simpson. Fox. N°08, saison 18.
  77. Script de Un clown à l'ombre sur The Simpsons Park, 2003. Consulté le 23 août 2009
  78. « Tel père, tel clown ». Jay Kogen, Wallace Wolodarsky, Brad Bird, Jeffrey Lynch. Les Simpson. Fox. N°6, saison 3.
  79. « Krusty, le retour ». John Swartzwelder, David Silverman. Les Simpson. Fox. N°22, saison 04.
  80. « Les Jolies Colonies de vacances ». David M. Stern, Mark Kirkland. The Simpsons. Fox. N°01, saison 04.
  81. Turner, pp. 128-129
  82. (en) Interview de Matt Groening par Terry Gross dans National Public Radio, 23 octobre 2003, consulté le 29 octobre 2008
  83. (en) « Talking about The Simpsons », dans Entertainment Weekly, 20 juillet 2007 [texte intégral (page consultée le 29 octobre 2008)] 
  84. (en) Richard Keller, « The Simpsons: Funeral for a Friend », 2008, TV Squad. Consulté le 25 novembre 2007
  85. Turner, pp. 120–121
  86. (en) John Cassidy, « Cartoon leads a revolt against apple-pie family — Simpsons », dans The Sunday Times, 8 juillet 1990 
  87. (en) « Simpsons set for big screen », dans The Daily Telegraph, 15 juillet 2007 [texte intégral (page consultée le 27 octobre 2008)] 
  88. (en) N.R. Kleinfield, « Cashing in on a Hot New Brand Name », dans The New York Times, 29 avril 1990 [texte intégral (page consultée le 27 octobre 2008)] 
  89. (en) Isador Barmash, « The T-Shirt Industry Sweats It Out », dans The New York Times, 17 octobre 1990 [texte intégral (page consultée le 18 septembre 2008)] 
  90. a  et b (en) « Bart Simpson–Defiant, Saw-Topped and Cheeky—the Brat Terrible Gave Underachievers a Good Name », dans People, vol. 34, no 26, 31 décembre 1990 [texte intégral (page consultée le 18 septembre 2008)] 
  91. a , b  et c (en) Nick Griffiths, « America's First Family », dans The Times Magazine, 15 avril 2000, p. 25, 27-28 [texte intégral] 
  92. (en) Larry Rohter, « Overacheiver — and Learning to Deal With It, Man », dans The New York Times, 30 décembre 1990 [texte intégral (page consultée le 18 septembre 2008)] 
  93. Chris Burey, 1990, ABC News report about the Bart Simpson t-shirt controversy included as an Easter Egg in The Simpsons: The Complete First Season (2001) [DVD]. 20th Century Fox.
  94. (en) Benjamin Svetkey, « But is it Bart? », dans Entertainment Weekly, 27 juillet 1990 [texte intégral (page consultée le 28 octobre 2008)] 
  95. (en) Kevin Kelly, « One-Eyed Aliens! Suicide Booths! Mom's Old-Fashioned Robot Oil! », dans Wired, 1999 [texte intégral (page consultée le 30 octobre 2008)] 
  96. (en) « Metzger stops 'Nazi Bart' T-shirt sales », dans Houston Chronicle, 4 juin 1991 
  97. a  et b James L. Brooks, Matt Groening, Al Jean, Mike Reiss, David. Silverman (2002). Commentaires de [[Aide-toi, le ciel t'aidera (Les Simpson)|]], dans The Simpsons: The Complete Eighth Season [DVD]. 20th Century Fox.
  98. (en) Daniel Cerone, « 'Simpsons' steals away Cosby viewers », dans Los Angeles Times, 9 mai 1991, p. 4 
  99. (en) Cosby's Brood vs. The Radical Dood, 1990, Entertainment Weekly. Consulté le 3 septembre 2008
  100. Matt Groening, Reiss Jean, Rich Moore, Mike Reiss, Jon Vitti, 2002, commentaires pour Mon prof, ce héros au sourire si doux dans The Simpsons: The Complete Second Season [DVD], 20th Century Fox
  101. (en) Mike McDaniel, « Television in 1990 - Among bright spots: 'Civil War', CBS, 'Simpsons' », dans The Sunday Times, 30 décembre 1990 
  102. (en) Mark Harris, « 1. Bart Simpson », dans Entertainment Weekly, 28 décembre 1990 [texte intégral (page consultée le 15 septembre 2008)] 
  103. (en) Warren Martyn et Adrian Wood, « Bart vs. Thanksgiving », 2000, BBC. Consulté le 30 octobre 2008
  104. (en) Artist Chart History — The Simpsons, Billboard charts. Consulté le 28 octobre 2008
  105. (en) RIAA Searchable database – Gold and Platinum, Recording Industry Association of America. Consulté le 5 novembre 2008
  106. (en) Michael Jackson Update: News From Korea, Poland And Groening sur MTV, 1998. Consulté le 20 juillet 2009
  107. James L. Brooks, 2003, commentaires pour Mon pote Michael Jackson dans The Simpsons: The Complete Third Season [DVD], 20th Century Fox
  108. (en) All the Number 1 Singles–1990s, Official Charts Company. Consulté le 1 décembre 2008
  109. (en) Certified awards, British Phonographic Industry. Consulté le 28 octobre 2008
  110. (en) Richard Corliss, « Bart Simpson », 1998, TIME. Consulté le 3 juillet 2006
  111. (en) TIME Magazine Cover: Bart Simpson, 1990, Time. Consulté le 16 mai 2007
  112. (en) CNN — TV Guide's 50 Greatest Cartoon Characters, 2002, CNN. Consulté le 14 mars 2007
  113. (en) « Briefing–'Simpsons' score big in Prime-Time Emmys », dans Daily News of Los Angeles, 3 août 1992, p. L20 
  114. (en) Primetime Emmy Awards Advanced Search, Emmys.org. Consulté le 13 septembre 2008
  115. (en) « Legacy: 23rd Annual Annie Award Nominees and Winners (1995) », dans Annie Awards [texte intégral (page consultée le 16 octobre 2007)] 
  116. Les Simpson Fan Tour sur The Simpsons Park. Consulté le 10 août 2009
  117. Turner, p. 131
  118. (en) Martin Rosenbaum, « Is The Simpsons still subversive? », dans BBC News, 29 juin 2007 [texte intégral (page consultée le 6 août 2007)] 
  119. (en) Robert Bianco, « Weekend TV: Beer'N' Bart giving parents prime-time hangover », dans Pittsburgh Post-Gazette, 28 juin 1990 
  120. a , b  et c (en) Donna Freedman, « Is Bart a brat? Popular cartoon kid as annoying to some as he is funny to others », dans Anchorage Daily News, 2 juin 1990 
  121. (en) Mike Dunne, « Bart Simpson: Cool dude or smart-aleck menace? », dans Sacramento Bee, 1er juin 1990 
  122. a  et b (en) Tom Shales, « About Bart: No need to have a Cow, Man », dans The Roanoke Times, 15 octobre 1990 
  123. Jonah Goldberg, « Homer Never Nods », dans National Review, 2000-05-01 [texte intégral (page consultée le 25 août 2009)] 
  124. « Drug czar 'just kidding' », dans Edmonton Journal, 26 mai 1990 
  125. Richard L. Berke, « The 1992 Campaign: Political Memo; In Capital and on Coast, Lines Drawn on Quayle », dans The New York Times, 23 mai 1992 [texte intégral (page consultée le 25 août 2009)] 
  126. (en) « A Badder Bart », dans The Record, 25 septembre 1991 
  127. Turner, p. 230–231
  128. (en) John Ortved, « Simpson Family Values », dans Vanity Fair, août 2007 [texte intégral (page consultée le 26 août 2008)] 
  129. (en) « Bart Simpson is your top role model », dans CBBC Newsround, 24 avril 2003 [texte intégral (page consultée le 28 octobre 2008)] 
  130. (en) « Bart Simpson items big sellers », dans Ottawa Citizen, 7 juillet 1990 
  131. (en) Search Results for Bart, The Simpsons Shop. Consulté le 29 octobre 2008
  132. Matt Groening, The Bart Book, HarperCollins, 2005 (ISBN 0061116602) 
  133. (en) Paul Bedard, « Publishing war begins over Tenet's CIA book », dans U.S. News & World Report, 31 octobre 2004 [texte intégral (page consultée le 29 octobre 2008)] 
  134. (en) Jayson Blair, « Word for Word/Deconstructing 'The Simpsons'; The Aristotelian Logic of Bart And Homer. Or Is It Platonic? », dans The New York Times, 9 septembre 2001 [texte intégral (page consultée le 29 octobre 2008)] 
  135. (en) Gary Eng Walk, « Work of Bart », dans Entertainment Weekly, 5 novembre 2007 [texte intégral (page consultée le 29 octobre 2008)] 
  136. (en) Bill Radford, « Groening launches Futurama comics », 2000, The Gazette. Consulté le 7 septembre 2008
  137. (en) Craig Shutt, « Sundays with the Simpsons », MSNBC. Consulté le 7 septembre 2008
  138. (en) Brady MacDonald, « Simpsons ride features 29 characters, original voices », dans Los Angeles Times, 9 avril 2008 [texte intégral (page consultée le 7 septembre 2008)] 
  139. (en) Don't lay a finger on his Butterfinger, 1998, BNET. Consulté le 2 novembre 2008
  140. a  et b (en) « Nancy Cartwright On The Spot », dans Adweek, 25 novembre 2005 [texte intégral (page consultée le 29 octobre 2008)] 
  141. (en) « D'Oh! Eat Homer for breakfast », dans CNN, 10 septembre 2001 [texte intégral (page consultée le 3 septembre 2008)] 
  142. (en) Nicholas Fonseca, « Cereal Numbers », dans Entertainment Weekly, 15 novembre 2001 [texte intégral (page consultée le 28 octobre 2008)] 
  143. Matt Groening, 2001, commentaires pour Simpsonothérapie dans The Simpsons: The Complete First Season [DVD], 20th Century Fox
  144. (en) George Szalai, « Postal Service launching 'Simpsons' stamps », 2009, The Hollywood Reporter. Consulté le 8 mai 2009
  145. (en) The Simpsons stamps launched in US, 2009, Newslite. Consulté le 8 mai 2009
  146. (en) The Simpsons Get ‘Stamping Ovation’ To Tune of 1 Billion Stamps, 2009, United States Postal Service. Consulté le 24 mai 2009

Annexes

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie

Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article : source utilisée pour la rédaction de cet article

  • (en) Nancy Cartwright, My Life as a 10-Year-Old Boy, Hyperion, 2000 (ISBN 0786886005) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Ray Richmond et Antonia Coffman, The Simpsons: A Complete Guide to Our Favorite Family, HarperCollins, 1997 (ISBN 0006388981) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Chris Turner, Planet Simpson: How a Cartoon Masterpiece Documented an Era and Defined a Generation, Random House, 2004 (ISBN 0679313184) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) John Alberti, Leaving Springfield: The Simpsons and the Possibility of Oppositional Culture, Wayne State University Press, 2003 (ISBN 0814328490)
  • (en) Alan Brown et Chris Logan, The Psychology of The Simpsons, Benbella Books, Dallas, 2006 (ISBN 1932100709)
  • (en) Matt Groening et Bill Morrison, The Bart Book, HarperCollins, 2005 (ISBN 0061116602)
  • (en) Matt Groening, The Simpsons Uncensored Family Album, HarperCollins, 1991 (ISBN 0060965827)
  • (en) Mark I Pinsky, The Gospel According to The Simpsons: The Spiritual Life of the World's Most Animated Family, Westminster John Knox Press, Louisville, 2001 (ISBN 0664224199)
  • Portail des Simpson Portail des Simpson
  • Portail de l’animation Portail de l’animation
  • Portail de la télévision Portail de la télévision
Bon article
La version du 7 septembre 2009 de cet article a été reconnue comme « bon article » (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l’ayant promu.

Ce document provient de « Bart Simpson ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bartman de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bartman — ist der Name folgender Personen: Theodor Burchard Bartman (1710 1785), Jurist und Hochschullehrer in Köln Wilhelm Bartman (1798–1885), Kaufmann in Köln, Enkel von Theodor Burchhard Bartman Jamie Bartman (1898–1982), kandisch deutscher… …   Deutsch Wikipedia

  • Bartman — may refer to: *Bartman, the alter ego of Bart Simpson on The Simpsons * Bartman , a comic book of the alter ego character published by Bongo Comics * Do the Bartman , a song and music video based on the Bart Simpson character *Steve Bartman, the… …   Wikipedia

  • Bartman Meets Radioactive Man — Éditeur Acclaim Développeur Imagineering Date de sortie Décembre 1992 Genre Plate forme Mode de jeu Un joueur …   Wikipédia en Français

  • Bartman Meets Radioactive Man — Infobox VG title = Bartman Meets Radioactive Man developer = Imagineering publisher = Acclaim designer = engine = released = December vgy|1992 genre = Platformer modes = Single player ratings = platforms = NES, Sega Game Gear media = requirements …   Wikipedia

  • Steve Bartman incident — The Steve Bartman incident occurred on October 14 2003 when spectator Steve Bartman attempted to catch a foul ball in Game 6 of the National League Championship Series between the Chicago Cubs and the Florida Marlins at Wrigley Field.… …   Wikipedia

  • Incident de Steve Bartman — L incident de Steve Bartman est un événement survenu le 14 octobre 2003 au Wrigley Field, un stade de Chicago, durant un match éliminatoire de la Ligue nationale de baseball entre les Marlins de la Floride et les Cubs de Chicago. Durant le 6e… …   Wikipédia en Français

  • Do the Bartman — Do the Bartman …   Wikipedia

  • Steve Bartman — Incident de Steve Bartman L incident de Steve Bartman est un événement survenu le 14 octobre 2003 au Wrigley Field, un stade de Chicago, durant un match éliminatoire de la Ligue nationale de baseball entre les Marlins de la Floride et les Cubs de …   Wikipédia en Français

  • Do the Bartman — Chartplatzierungen Erklärung der Daten Singles Do The Bartman …   Deutsch Wikipedia

  • Jamie Bartman — Personenbezogene Informationen Geburtsdatum 11. November 1962 Geburtsort Medicine Hat, Alberta …   Deutsch Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”