Barry Sautman

Barry Sautman est professeur associé de l'université de science et de technologie de Hong Kong, dans la section des sciences sociales.

Politologue et juriste de formation, il a mené des recherches concernant principalement les nationalités (ou ethnies) et le nationalisme en Chine. En collaboration avec Yan Hairong, il travaille actuellement à un projet de recherche sur les liens entre la Chine et l'Afrique [1].

Sommaire

Études universitaires

  • 1977 : MLS (Master of Library Sciences) diplôme de bibliothécaire-documentaliste en droit et sciences sociales de l'université de Californie à Los Angeles
  • 1982 : JD (Juris Doctor) licence de droit de l'université de Californie à Los Angeles
  • 1985 : LLM (Legum Magister) maîtrise de droit de l'université de New York
  • 1990 : Ph.D. (Doctor of Philosophy) doctorat ès sciences politiques de l'université Columbia (New York)

Enseignements dispensés

Les enseignements dispensés par Barry Sautman concernent ou ont concerné le droit international, les apports sino-américains, les politiques comparées, l'ethnicité (du point de vue des sciences sociales), l'hégémonie américaine et la Chine, le nationalisme (du point de vue des sciences sociales).

Domaines de recherche

Les recherches effectuées par Barry Sautman portent ou ont porté sur les systèmes communistes et post-communistes, la politique chinoise (en particulier à l'égard des nationalités ou ethnies), les rapports sino-africains, les rapports sino-américains, le droit international (en particulier les droits de l'homme).

Critiques

Selon l'écrivain et militant indépendantiste tibétain Jamyang Norbu, Barry Sautman, qu'il qualifie de « propagandiste de Pékin », n'a pas visité le Tibet avant 1980[2].

Lors d'une intervention radiophonique, Sautman a déclaré qu'il n'avait pas de sympathie pour le mouvement d'indépendance tibétain[3]. Dans ses commentaires sur cette émission, Catherine A. Yeung de Under the Jacaranda Tree qualifia de « pro-gouvernement chinois » le point de vue de Sautman sur les questions tibétaines abordées[4].

Josh Schrei critiqua un des essais de Sautman qu’il présenta comme une diffamation tellement évidente que la plupart des gens intelligents n’y prêteront pas attention ou la prendront pour ce qu’elle est. Josh Schrei qualifie Sautman d’apologiste, qui prend parti pour un occupant totalitaire, une position peu enviable[5].

Elliot Sperling a réalisé une analyse critique détaillée des écrits de Sautman, se basant principalement sur “All that Glitters is Not Gold” mais aussi sur “Tibet’s Putative Statehood and International Law” [6].

Publications

Articles

  • 1995. (avec Shiu-hing Lo), The Tibet Question and the Hong Kong Experience, in Occasional Papers/Reprints Series in Contemporary Asian Studies, No. 2 - 1995 (127), 82 pp.
  • 2002. Resolving the Tibet Question: Problems and Prospects, Journal of Contemporary China, No. 30 (February 2002), pp. 77–107
  • 2002. (avec Ellen Kneehans), The Politics of Racial Discrimination in Hong Kong, in Maryland Series in Contemporary Asian Studies, No. 2-2002 (169), 83 pp.
  • 2003. 'Cultural genocide' and Tibet, in Texas International Law Journal, April 1, 2003.
  • 2004. Hong Kong as a Semi-Ethnocracy: 'Race,' Migration, and Citizenship in a a Globalized Region, in Agnes Ku & Pun Ngai (eds.), Re-making Citizenship in Hong Kong, Routledge, New York, pp. 115-138.
  • 2005. China's Vulnerability to Ethnic Minority Separatism in Tibet, in Asian Affairs: an American Review, 31:2, pp. 87-118
  • 2005-2006. (avec Baogang He), The Politics of the Dalai Lama's New Initiative for Autonomy, in Pacific Affairs, 78:4, pp. 601-629.
  • 2006. Colonialism, Genocide and Tibet, in Asian Ethnicity, 7:3, pp. 243-265.
  • 2006. (avec Yan Hairong), East Mountain Tiger, West Mountain Tiger: China, the West, and 'Colonialism' in Africa, in Maryland Series in Contemporary Asian Studies, No. 3-2006 (186), 77 p.
  • 2006. (avec Yan Hairong), Honour and Shame? China's Africa Ties in Comparative Perspective, in Leni Wild and David Mepham (eds.), The New Sinosphere: China in Africa, Institute of Public Policy Research, London, pp. 54-61.
  • 2007. (avec Yan Hairong), Fu Manchu in Africa: the Distorted Portrayal of China's Presence in the Continent, in South African Labour Bulletin, November.
  • 2007. (avec Yan Hairong), Friends and Interests: China's Distinctive Links with Africa, in African Studies Review, 50:3, West Asia & Africa, 2007:4.
  • 2008. (avec Yan Hairong), [PDF] The Forest for the Trees: Trade, Investment and the China-in-Africa Discourse, in Pacific Affairs, 81:1, 28 pp.
  • 2008. 'Demographic Aggression' and Tibet: to be revised and resubmitted to Journal of Asian Studies in March 2008, 66 pp.
  • 2008. The New Tibetan Middle Classes: first draft completed; to be submitted to a journal in April, 2008, 38 pp.
  • 2008. Barry Sautman's response to Jamyang Norbu's opinion piece 'Running-Dog Propagandists', Phayul.com, August 04, 2008
  • 2009. 'All that Glitters is Not Gold': Tibet as a Pseudo-State, in Maryland Series in Contemporary Asian Studies, No 3-2009

Direction d'ouvrage

  • 2006. Introduction et Tibet and the (Mis-) Representation of Cultural Genocide, in Barry Sautman (ed.), Cultural Genocide and Asian State Peripheries, Palgrave Macmillan, New York, pp. 1-37, pp. 165-279.
  • 2006. Introduction (avec Yan Hairong) et 'Demographic Annihilation' and Tibet, in Barry Sautman & June Dreyer (eds.), Contemporary Tibet: Politics, Development and Society in a Disputed Region, ME Sharpe, Armonk, pp. 3-22, pp. 230-257.

Livre

  • 2008. Relations in Blood: China's 'Racial' Nationalism (Seattle: University of Washington Press), 490 pp.

Collaborations éditoriales

  • Membre du comité de lecture de la revue Asian Ethnicity
  • Auteur de comptes rendu pour les revues China Quarterly, China Journal, Pacific Affairs, Asian Ethnicity, East Asia

Notes et références

  1. Source principale de la présente page : la biographie et la bibliographie en ligne de l'auteur indiquées dans les liens externes.
  2. (en) A Losar gift for rangzen activists, Jamyang Norbu : « It is almost certain that none of the official propagandists who demonize Tibet in Chinese publications had witnessed life in old Tibet. In fact, none of Beijing’s Tibet propagandists in the West (Michael Parenti, Tom Grunfeld, Barry Sautman et al.) [...] had visited Tibet before 1980 ».
  3. (en) Caitlin Fitzsimmons, Tibet complaint against Radio 4's Today upheld by BBC Trust, www.guardian.co.uk : « The fact that Sautman had strong views only became clear when the interviewer asked if he had any sympathy with the Tibetan independence movement and he replied that he had none. »
  4. (en) Catherine A. Yeung, To MAJ: in reply to his idea of “verifiable empirical research” on Tibet : «  It is the way in which the producer of Today Show has failed to notify viewers of Sautman’s pro-Chinese government viewpoint on the Tibetan issues discussed in the program ».
  5. (en) Josh Schrei, An Apologist All Day Long: Barry Sautman's Magmum Opus of Smear, 26 avril 2010, site World Tibet News : « But fundamentally, a smear is a smear, and this is such an obvious one that its impact, especially given the Chinese government's current international shenanigans, will be minimal and most people of intelligence and political relevance will either not notice it or will see it for what it is. […] No matter how hard apologists such as Sautman try to use the power of their well-educated minds to make fact, history, and common sense bend to their will, they are still on the wrong side of it all. […] Barry, siding with a totalitarian occupier is a difficult cross to bear. I certainly don't envy this position ».
  6. (en) Elliot Sperling, The History Boy, Rangzen Alliance, 24 juin 2010.

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Barry Sautman de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Controverse sur le génocide tibétain — Le « Tibet historique » revendiqué par Dharamsala recouvre la Région autonome du Tibet, le Qinghai, les deux préfectures autonomes tibétaines et le comté autonome tibétain du Sichuan, la préfecture autonome tibétaine et le comté… …   Wikipédia en Français

  • Famine au Tibet (1960-1962) — Pour les articles homonymes, voir Famine au Tibet. Les subdivisions administratives autonomes tibétaines de la République populaire de Chine, représentées en jaune Le Grand Bond en avant …   Wikipédia en Français

  • Tibet (1912-1951) — Pour les articles homonymes, voir Tibet (homonymie). Tibet བོད་ bod Tibétain 1912 – 1951 …   Wikipédia en Français

  • Sinisation du Tibet — La sinisation du Tibet est, selon les milieux exilés tibétains et des observateurs occidentaux, la transformation de la société tibétaine de la région autonome du Tibet, du Kham et de l Amdo sur la base de normes chinoises, au moyen de l… …   Wikipédia en Français

  • Tenzin Gyatso — Dalaï lama Tenzin Gyatso en juin 2005. Tenzin Gyatso Nom de naissance Lhamo Dhondup …   Wikipédia en Français

  • Débat sur la souveraineté du Tibet — Carte qui présente « La Chine, la Tartarie Chinoise et le Thibet » en 1734 par Jean Baptiste Bourguignon d Anville …   Wikipédia en Français

  • Tibet — Pour les articles homonymes, voir Tibet (homonymie). Tibet historique …   Wikipédia en Français

  • Génocide tibétain — Controverse sur le génocide tibétain Le Tibet historique est présent dans différentes régions chinoises dont la Région autonome du Tibet Le gouvernement tibétain en exil ainsi que la Commission internationale de juristes dans un rapport de 1959[1 …   Wikipédia en Français

  • Liu Xiaobo — Naissance 28 décembre 1955 (1955 12 28) (55 ans) Changchun, Jilin, Chine …   Wikipédia en Français

  • Culture contemporaine dans la Région autonome du Tibet — Cet article présente sommairement divers aspects de la culture de la Région autonome du Tibet. Sommaire 1 Culture traditionnelle et culture contemporaine 1.1 Le paysage culturel actuel 1.2 La question du génocide culturel …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”