Barre de contrôle (nucléaire)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barre de contrôle.
Barres de contrôle (2006)

Sommaire

Principe de fonctionnement

Une barre de contrôle est une « pièce mobile» de matériau neutrophage, servant à diminuer le Facteur de multiplication des neutrons par capture stérile de neutrons ; ces absorbants neutroniques permettent ainsi de contrôler des réactions en chaîne dans l'industrie nucléaire.

Un des moyens de contrôle du flux neutronique d'un réacteur nucléaire à eau légère (REP, REB, etc.) est l'insertion ou le retrait de ces barres de contrôle. En absorbant des neutrons le flux neutronique diminue, le nombres de fissions dans le cœur diminue ce qui entraîne une baisse de la puissance thermique du cœur.

Les barres de contrôle neutronique sont généralement placées verticalement. Elles sont insérées de haut en bas dans le cas d'un REP, et de bas en haut dans le cas des REB au vu de l'encombrement du sécheur de vapeur sur le haut du cœur. Les barres de contrôle sont partiellement retirées de la base pour permettre une réaction en chaîne de se produire. Le nombre de barres de contrôle ainsi que leur insertion dans le cœur permet de modifier la réactivité du réacteur.

Matériaux utilisés

Les éléments chimiques avec une haute section efficace d'absorption pour les neutrons thermique sont: l'argent, l'indium et le cadmium ainsi que le bore, le cobalt, l'hafnium, le dysprosium, le gadolinium, le samarium, l'erbium, et europium, et leurs alliages et composés : par exemple, acier hautement boré , alliage d'argent-indium-cadmium, carbure de bore, diborure de zirconium, diborure de titane, diborure d'hafnium, titanate de gadolinium et titanate de dysprosium. Le choix des matériaux est influencé par l'énergie des neutrons dans le réacteur, leur résistance au gonflement neutronique, et la durée de vie de ces matériaux liée à la résistance mécanique des matériaux sous irradiation.

Les barres de contrôle peuvent avoir la forme de tube en acier inoxydable rempli de pastille ou de poudre d'absorbants neutroniques. Le gonflement de la matière sous le flux neutronique peut provoquer des déformations, ce qui conduit à leur remplacement prématuré. La consommation des isotopes neutrophages est un autre facteur limitant la durée de vie des barres de contrôle.

Les alliages argent-indium-cadmium

La composition est généralement de 80% d'argent, 15% indium, et 5% Cadmium. Ce type de barre de contrôle est commun pour réacteurs à eau pressurisée . Cet alliage peut absorber des neutrons de différente énergie. Elles ont une bonne résistance mécanique et peuvent être facilement fabriquées. Il doit cependant être recouvert d'acier inoxydable pour éviter la corrosion.

Le bore

Le bore est un autre absorbeur de neutrons très utilisé. En raison de différentes sections efficaces d'absortion du 10B et du 11B, des matériaux contenant du bore enrichi en 10B par séparation isotopique sont fréquemment utilisés. Le spectre d'absorption large de bore permet de l'utiliser comme un bouclier de neutrons. Les propriétés mécaniques du bore pur ne correspondent pas aux exigences de sûreté, par conséquent, des alliages ou composés sont utilisés, généralement de l'acier hautement boré ou du carbure de bore.

L'hafnium

L'hafnium possède d'excellentes propriétés neutrophages pour les réacteurs utilisant de l'eau à la fois pour la modération et pour le refroidissement. Il a une bonne résistance mécanique, peuvent être facilement fabriqués, et est résistant à la corrosion dans l'eau chaude. L'hafnium peut être allié à de petites quantités d'autres éléments, pour améliorer ses propriétés mécanique et chimique.

Le titanate de dysprosium

Le titanate de dysprosium est un nouveau matériau en cours d'évaluation pour les barres de commande des réacteur à eau sous pression . Le titanate de dysprosium pourrait être le remplaçant des barre Ag-In-Cd parce qu'il a un point de fusion nettement plus élevée, n'a pas tendance à réagir avec les matériaux de revêtement, est facile à produire, ne produit pas de déchets radioactifs, ne gonfle pas, et ne dégaze pas . Il a été développé en Russie, et est recommandée par certains pour les réacteurs VVER et RBMK.

En France

Dans les réacteurs nucléaire civil français, on trouve, réparties sur le cœur du réacteur, 48 grappes de commande contenant chacune 20 crayons absorbants qui peuvent être introduits dans 48 des 177 assemblages combustibles. Chaque assemblage combustible dispose de 20 emplacements creux occupés par des tubes-guides pour les crayons absorbants. Dans les assemblages combustibles qui se trouvent dans des emplacements sans grappe de commande, une partie des tubes-guides est utilisée pour abriter les tiges de l'instrumentation du cœur. Celles-ci servent à surveiller la répartition du flux neutronique dans le cœur.

Les grappes de commande sont déplacées à l'aide de vérins électromagnétiques aménagés sur le couvercle de la cuve du réacteur. On règle la puissance en les insérant plus ou moins profondément dans le cœur du réacteur. L'arrêt d'urgence du réacteur intervient par la chute gravitaire de toutes les grappes de commande dans le cœur du réacteur. A cette fin, on coupe le courant des bobines électromagnétiques de maintien.


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Barre de contrôle (nucléaire) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Barre De Contrôle — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Barre de contrôle est une expression désignant : Barre de contrôle (imprimerie) : un outil de contrôle de qualité en imprimerie. Barre de… …   Wikipédia en Français

  • Barre de controle — Barre de contrôle Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Barre de contrôle est une expression désignant : Barre de contrôle (imprimerie) : un outil de contrôle de qualité en… …   Wikipédia en Français

  • Barre de contrôle — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Barre de contrôle est une expression désignant : Barre de contrôle (imprimerie) : un outil de contrôle de qualité en imprimerie. Barre de… …   Wikipédia en Français

  • barre — [ bar ] n. f. • fin XIIe; lat. pop. °barra, à rapprocher du lat. médiév. barra « barrière » et de vara « traverse », de varus « opposé » 1 ♦ Pièce longue et rigide. Barre de bois (⇒ bâton; baguette) , de fer (⇒ tringle) . Barres transversales d… …   Encyclopédie Universelle

  • barré — barre [ bar ] n. f. • fin XIIe; lat. pop. °barra, à rapprocher du lat. médiév. barra « barrière » et de vara « traverse », de varus « opposé » 1 ♦ Pièce longue et rigide. Barre de bois (⇒ bâton; baguette) , de fer (⇒ …   Encyclopédie Universelle

  • Réacteur nucléaire — Cœur du réacteur CROCUS à l EPFL (Suisse) Un réacteur nucléaire est un dispositif dans lequel une réaction en chaîne est initiée, modérée et contrôlée par l humain ou par la nature, comme dans le seul cas actuellement connu du réacteur nucléaire… …   Wikipédia en Français

  • Reacteur nucleaire — Réacteur nucléaire Cœur du réacteur CROCUS à l EPFL (Suisse) Un réacteur nucléaire est un dispositif dans lequel une réaction en chaîne est initiée, modérée et contrôlée par l humain ou par la nature, comme dans le seul cas connu du réacteur… …   Wikipédia en Français

  • Centrale Nucléaire — de Golfech (Tarn et Garonne) Une centrale nucléaire est un site industriel utilisant la fission de noyaux atomiques pour produire de la chaleur, dont une partie est transformée en électricité (entre 30 % et 40 % en fonction de la… …   Wikipédia en Français

  • Centrale nucleaire — Centrale nucléaire Centrale nucléaire de Golfech (Tarn et Garonne) Une centrale nucléaire est un site industriel utilisant la fission de noyaux atomiques pour produire de la chaleur, dont une partie est transformée en électricité (entre 30 % …   Wikipédia en Français

  • Centrale nucléaire — de Golfech (France) …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”