Baron Cuvier

Georges Cuvier

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cuvier.
Georges Cuvier
Georges Cuvier
Naissance 23 août 1769
Montbéliard (France)
Décès 13 mai 1832
Paris (France)
Nationalité française
Champs Anatomie, Paléontologie, zoologie
Célèbre pour Promoteur de l'anatomie comparée
Distinctions Membre de la Royal Society, Académie des sciences

Georges Jean Léopold Nicolas Frédéric Dagobert Cuvier, dit Georges Cuvier, né à Montbéliard le 23 août 1769 et mort à Paris le 13 mai 1832, inhumé au cimetière du Père-Lachaise (division 8), est un anatomiste français, promoteur de l'anatomie comparée et de la paléontologie.

Sommaire

Biographie

Origine

Natif d'une famille protestante de Montbéliard, c’est la lecture de Buffon qui orientera sa vie. Après avoir étudié au collège de Montbéliard, il s'inscrit à l'Académie Caroline de Stuttgart en Allemagne, où il est l'élève du botaniste Johann Simon von Kerner. C'est là qu'il acquiert la connaissance de la langue et de la littérature allemandes. Il est ensuite chargé d'éducation en Normandie.

Comparaison anatomique d'une mâchoire d'éléphant indien et d'une mâchoire d'éléphant fossile par Cuvier en 1796
Statue de Georges Cuvier à Montbéliard
Fontaine commémorant Georges Cuvier à côté du Jardin des Plantes de Paris

Normandie

Il passe les années troubles de la Révolution française dans le pays de Caux en Normandie, où il consacre ses loisirs à l'étude de l'histoire naturelle : récolte des fossiles et comparaison des espèces vivantes. De ces travaux solitaires, il déduira par la suite la loi de corrélation des formes permettant la reconstitution d’un squelette à partir de quelques fragments. Très tôt, il a l’intuition de la nécessité d’une nouvelle classification du règne animal.

Le succès à Paris

Ses talents ayant été appréciés par Henri Alexandre Tessier (1741-1837), agronome, il est appelé à Paris en 1795 et se fait bientôt remarquer, soit par ses cours, soit par ses écrits. Son savoir d’autodidacte et l’originalité de ses méthodes le font admettre au Jardin des Plantes de Paris, où Jean-Claude Mertrud, puis Louis Jean-Marie Daubenton, recherchent sa collaboration et l’introduisent à l’Académie des sciences.

Il est nommé successivement professeur d'histoire naturelle aux écoles centrales, suppléant de la chaire d'anatomie comparée au Muséum, professeur au Collège de France, membre de l'Académie des sciences où il est secrétaire perpétuel pour les sciences physiques en 1803. La même année, il se marie avec la veuve de l’ancien fermier général Duvaucel, guillotiné en l'an I. Aucun de leurs quatre enfants ne survécut, et leur mort lui fut très douloureuse. Il devient membre étranger de la Royal Society le 17 avril 1806.

Une succession d’honneurs le conduisent de l’Académie française en 1818, à la pairie de France en 1831, en passant par le Conseil d'État et la chancellerie de l’Instruction publique, sans parler des distinctions académiques venant du monde entier.

Il devient inspecteur des études, co-conseiller et chancelier de l'Université (1808), et remplit plusieurs fois les fonctions de grand maître : il profite de cette position pour favoriser l'enseignement de l'histoire et des sciences. Nommé en 1814 conseiller d'État, puis président du comité de l'intérieur, il se signale dans cette nouvelle carrière par une haute capacité, mais il se montre trop complaisant envers le pouvoir et consent à se charger de soutenir à la tribune des mesures impopulaires[réf. nécessaire].

Son œuvre

Cuvier est parmi les fondateurs de l'anatomie comparée moderne. Il énonce le principe de subordination des organes et de corrélation des formes. Ainsi il va proposer une classification du règne animal en quatre parties et cela, en structurant l'étude de l'anatomie comparée des animaux. Le système nerveux, respiratoire et les organes, de plus en plus subordonnés indiquent successivement l'ordre, la famille, le genre et enfin l'espèce.

À la faveur de cette loi, il a pu créer pour ainsi dire un monde nouveau : ayant établi par de nombreuses observations qu'il a dû exister à la surface du globe des animaux et des végétaux qui ont disparu aujourd'hui, il est parvenu à reconstruire ces êtres dont il reste à peine quelques débris informes et à les classer méthodiquement[réf. nécessaire].

Son œuvre ne lui permit cependant pas de comprendre l'intérêt du transformisme de Lamarck, contre lequel il s'insurgea, et de deviner les perspectives de la théorie de l'évolution[réf. nécessaire].

Cuvier représentait la pensée scientifique dominante en France, en accord avec l’esprit religieux catholique, et son influence était grande[réf. nécessaire]. Il a estimé que Saartjie Baartman était la preuve de l'infériorité de certaines races humaines. Peu après la mort de celle-ci, il entreprit de la disséquer au nom du progrès des connaissances humaines[réf. nécessaire]. Il réalisa un moulage complet du corps et prélève le squelette ainsi que le cerveau et les organes génitaux qu'il place dans des bocaux de formol. En 1817, il exposa le résultat de son travail devant l'Académie de médecine, témoignage des théories racistes et des préjugés des scientifiques de l'époque : « Les races à crâne déprimé et comprimé sont condamnées à une éternelle infériorité »[réf. nécessaire].

Enfin, il a donné à la géologie de nouvelles bases, en fournissant les moyens de déterminer l'ancienneté des couches terrestres par la nature des débris qu'elles renferment. C'est lui, notamment, qui baptisa la période du jurassique de l'ère secondaire (ou mésozoïque) en référence aux couches sédimentaires dans le massif du Jura, qu'il connaissait bien[réf. nécessaire].

Il pratiquait l’Actualisme ou l’Uniformitarisme (terme employé par William Whewell en 1832 : « Les chocs actuels sont les mêmes que ceux du passé. »), et il était en accord avec les idées catastrophistes et fixistes[réf. nécessaire].

Dans son ouvrage Les Révolutions de la surface du Globe (1825), Cuvier constate les disparitions et les apparitions de plusieurs espèces en même temps et admet des crises locales[réf. nécessaire].

Certains verront en lui le fondateur d'un paradigme nouveau des sciences sociales, conduisant en droite ligne au positivisme d'Auguste Comte et à la sociologie classique[réf. nécessaire].Alcide Dessalines d'Orbigny et Pierre-Joseph van Beneden furent de ses élèves.

Cuvier et Balzac

Balzac, qui tout d'abord admirait Cuvier, s'est pourtant moqué de lui en le surnommant « baron cerceau » dans le conte satirique Guide-âne à l'usage des animaux qui veulent parvenir aux honneurs et en le traitant « d'habile faiseur de nommenclatures[1] » Puis dans la querelle qui opposa Cuvier à Étienne Geoffroy Saint-Hilaire à partir de 1830 sur le sujet de l’unité de composition organique, il prit parti pour Saint-Hilaire. « Ce serait une erreur de croire que la grande querelle qui, dans ces derniers temps, s'est émue entre Cuvier et Geoffroy Saint-Hilaire, reposait sur une innovation scientifique(...)La proclamation et le soutien de ce système, en harmonie d'ailleurs avec les idées que nous nous faisons de la puissance divine, sera l'éternel honneur de Geoffroy Saint-Hilaire, le vainqueur de Cuvier sur ce point de la haute science, et dont le triomphe a été salué par le dernier article qu'écrivit le grand Goethe[2],[3]. »

Principales publications

  • Tableau élémentaire de l'histoire naturelle des animaux (1797-1798) Texte en ligne
  • Leçons d'anatomie comparée (5 volumes, 1800-1805), ouvrage capital qui obtint en 1810 un des prix décennaux Texte en ligne
  • Essais sur la géographie minéralogique des environs de Paris, avec une carte géognostique et des coupes de terrain, avec Alexandre Brongniart (1811)
  • Le Règne animal distribué d'après son organisation, pour servir de base à l'histoire naturelle des animaux et d'introduction à l'anatomie comparée (4 volumes, 1817) Texte en ligne 2 3 4
  • Recherches sur les ossemens fossiles de quadrupèdes, où l'on rétablit les caractères de plusieurs espèces d'animaux que les révolutions du globe paroissent avoir détruites (4 volumes, 1812) Texte en ligne 2 3 4
  • Mémoires pour servir à l'histoire et à l'anatomie des mollusques (1817) Texte en ligne
  • Éloges historiques des membres de l'Académie royale des sciences, lus dans les séances de l'Institut royal de France par M. Cuvier (3 volumes, 1819-1827) Texte en ligne Vol. 1, Vol. 2 et Vol. 3
  • Théorie de la terre (1821)
  • Discours sur les révolutions de la surface du globe et sur les changements qu'elles ont produits dans le règne animal (1822). Réédition : Christian Bourgeois, Paris, 1985. Texte en ligne
  • Histoire des progrès des sciences naturelles depuis 1789 jusqu'à ce jour (5 volumes, 1826-1836)
  • Histoire naturelle des poissons (11 volumes, 1828-1848), continuée par Achille Valenciennes
  • Histoire des sciences naturelles depuis leur origine jusqu'à nos jours, chez tous les peuples connus, professée au Collège de France (5 volumes, 1841-1845), rédigée, annotée et publiée par Magdeleine de Saint-Agit Ttexte en ligne 2 3 4 5

Geogres Cuvier a également collaboré au Dictionnaire des sciences naturelles (61 volumes, 1816-1845) et à la Biographie universelle (45 volumes, 1843-18??).

Hommages

Son nom est inscrit sur la Tour Eiffel. Un collège et un lycée portent son nom à Montbéliard.

Bibliographie

  • Marie Jean Pierre Flourens, Histoire des travaux de Georges Cuvier (1841 ; 1845)
  • T.A. Appel : The Cuvier-Geoffroy Debate and the Structure of Nineteenth Century French Zoology (1979)
  • Laurent Gouven, Paléontologie et évolution en France de 1800 à 1860 : une histoire des idées de Cuvier à Darwin, Éditions du CTHS, Paris, 1987
  • Cédric Grimoult, Évolutionnisme et fixisme en France. Histoire d’un combat (1800-1882), CNRS Éditions, Paris, 1998
  • Dominique Guillo, Les Figures de l'organisation. Sciences de la vie et sciences sociales au XIXe siècle, PUF, Paris, 2003
  • Éric Buffetaut, Cuvier. Pour la Science, Paris, 2005 (ISBN 2842450485)
  • Philippe Taquet, Georges Cuvier. Naissance d’un génie. Éditions Odile Jacob, Paris, 2006 (ISBN 273109691)

Notes et références

  1. Rose Fortassier, Peines de cœur d'une chatte anglaise, Introduction à Guide-âne à l'usage des animaux, Flammarion GF 1985, p. 65
  2. Avant-propos de La Comédie humaine [1842],Paris, Gallimard, La Pléiade, 1976, p.7-9 (ISBN 2070108511)
  3. Le livre Principes de philosophie zoologique de Geoffroy Saint-Hilaire, a été commenté élogieusement par Goethe en septembre 1830 dans : Œuvres d’histoire naturelle, traduction en français par Charles François Martins, Paris, A.B. Cherbuliez et Cie, 1837.

Source partielle

« Georges Cuvier », dans Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang [sous la dir. de], Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, 1878 [détail des éditions]  (Wikisource)

Liens externes

Commons-logo.svg


Cuvier est l’abréviation botanique officielle de Georges Cuvier.
Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI


Précédé par
Armand de Roquelaure
Fauteuil 35 de l’Académie française
1818-1832
Suivi par
André Dupin
  • Portail de la paléontologie Portail de la paléontologie
  • Portail de l’origine et de l’évolution du vivant Portail de l’origine et de l’évolution du vivant
  • Portail de l’histoire de la zoologie et de la botanique Portail de l’histoire de la zoologie et de la botanique
  • Portail de la France au XIXe siècle Portail de la France au XIXe siècle
  • Portail de la zoologie Portail de la zoologie
  • Portail de la Franche-Comté Portail de la Franche-Comté
Ce document provient de « Georges Cuvier ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Baron Cuvier de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Baron Cuvier — Georges Leopold Chretien Frederic Dagobert …   Eponyms, nicknames, and geographical games

  • Cuvier, Georges, Baron — ▪ French zoologist in full  Georgesléopold chrêtien frédéric dagobert, Baron Cuvier  born August 23, 1769, Montbéliard, France died May 13, 1832, Paris  French zoologist (zoology) and statesman, who established the sciences of comparative anatomy …   Universalium

  • Cuvier, Georges — (1769 1832) (Baron Cuvier)    zoologist and paleontologist    Born in Montbéliard, Georges, baron Cuvier, who is considered the founder of comparative anatomy, served as an instructor in France. Invited to Paris in 1795 to work at the newly… …   France. A reference guide from Renaissance to the Present

  • Cuvier ducts — Cu·vier ducts (ku vyaґ) [Georges Lйopold Chrйtien Frйdйric Dagobert, Baron Cuvier, French naturalist, 1769–1832] see common cardinal veins, under vein …   Medical dictionary

  • cuvier — [ kyvje ] n. m. • XIIe; de cuve ♦ Anciennt ou région. Cuve pour faire la lessive. ● cuvier nom masculin (de cuve) Cuve en bois qui servait principalement à rincer la vaisselle, à faire la lessive, les vendanges, à dessaler le poisson. Synonyme de …   Encyclopédie Universelle

  • Cuvier — (spr. kǖwjē), 1) Georges, Baron von, Naturforscher, geb. 23. Aug. 1769 in Mömpelgard, gest. 13. Mai 1832, besuchte seit 1784 die Karlsakademie zu Stuttgart, ward 1788 Hauslehrer bei dem Grafen d Héricy auf Fiquainville in der Normandie und hielt… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Cuvier — (spr. küwĭeh), George, Baron von, eigentlich Küper, franz. Naturforscher, geb. 23. Aug. 1769 in Mömpelgard, 1795 Prof. am Panthéon in Paris, 1800 am Collège de France, unter Napoleon Rat der kaiserl. Universität, 1819 zum Baron, 1831 zum Pair von …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Cuvier —   [ky vje], Georges Baron de, französischer Naturforscher, * Mömpelgard (heute Montbéliard) 23. 8. 1769, ✝ Paris 13. 5. 1832; ab 1795 Professor in Paris. Cuvier gilt als Begründer der wissenschaftlichen Paläontologie und der vergleichenden… …   Universal-Lexikon

  • Cuvier — (spr. Küwiēh), 1) Georg Leop. Chr. Fr. Dagobert, Baron von C., geb. 23. Aug. 1769 in Mömpelgard, studirte in Stuttgart an der Militärakademie mit Schiller zugleich die Rechte, nebenbei aber Zoologie, wurde 1795 Professor an der Pariser… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Cuvier — (Küwieh), George Leopold Chrétien Frédérik Dagobert, geb. den 23. Aug. 1769 zu Mömpelgard, besuchte das Gymnasium daselbst und kam 1784 in die Karlsschule zu Stuttgart, wo er neben dem Studium des Rechts mit besonderer Vorliebe Zoologie betrieb.… …   Herders Conversations-Lexikon

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”