Barkok

Az-Zâhir Sayf ad-Dîn Barquq

Az-Zâhir Sayf ad-Dîn Barquq[1] est un circassien (Tcherkesse), qui, suite à une révolte déclenchée en Syrie en 1377, prend le pouvoir en Égypte mamelouke et est proclamé sultan en 1382 créant la dynastie burjite. Le dernier membre de la dynastie bahrite, As-Sâlih Zayn ad-Dîn Hajji, reprend temporairement le pouvoir en 1389. Barquq le reprend l'année suivante jusqu'en 1399. Son fils An-Nâsir Faraj ben Barquq lui succède.

Sommaire

Biographie

Les débuts

Barquq, d’origine circassienne, a été acheté comme esclave et devint mamelouk dans la propriété de Yalbogha al-`Umari en 1363 ou 1364.

L’ascension

Depuis 1341 l’empire mamelouk est dirigé par les fils d’An-Nâsir Muhammad, mais aucun de ces sultans n’a été suffisamment fort pour prendre le contrôle total du pouvoir. Certains d’entre eux étaient même des enfants au moment de leur accession au sultanat et n’étaient que des marionnettes dans les mains d’un régent ou d’une faction. C’est ce qui est arrivé après le reversement et l’assassinat d’Al-Achrâf Nâsir ad-Dîn Cha`bân ben Hasan ben Muhammad ben Qula'ûn en 1376[2]. Les mamelouks rebelles le remplacent par son fils de dix ans Al-Mansûr `Ala' ad-Dîn `Alî ben Chabân dont Barquq devient le régent avec un de ses adversaires d’origine turque Barcha.

En 1381, Barquq fait emprisonner Barcha, son co-régent. A la mort de Barcha ses partisans au nombre de 5000 se soulèvent contre Barquq. Ce dernier attend que ce groupe se soit dispersé dans le Caire pour fondre sur eux et les exterminer avec les troupes de la citadelle.

En 1382, As-Sâlih Zayn ad-Dîn Hajji est mis sur le trône. L’assemblée des Mamelouks réclame que quelqu’un de plus mûr soit choisi.

Le premier règne (1382-1389)

Le 26 novembre 1382, Barquq est proclamé sultan. Il fonde la dynastie des mamelouks circassiens appelés aussi burjites car leur quartier général se trouve dans la citadelle du Caire, alors que les casernements des troupes turques se trouvent sur l’île de Rodha sur le Nil. Il place ses partisans et les membres de sa famille aux postes importants au détriment des autres Mamelouks.

Il fait construire plusieurs monuments :

  • La Madrasa Khanqa à son nom au centre du Caire en 1386. Elle servait à la fois de khanqah et de madrasa
  • Le mausolée de Barquq ne contient en réalité que la tombe de sa fille.
  • Le souk du Caire Khân al-Khalili fondé en 1382 par son émir du moment nommé Jjaharks el-Khalili.

La révolte

L’année 1389 est celle de la révolte de deux gouverneurs mamelouks : Mintash, gouverneur de Malatya, et Yalbogha al-Nasiri, gouverneur d’Alep (à ne pas confondre avec Yalbogha al-`Umari). Après avoir pris le contrôle de la Syrie, ils se dirigent vers Le Caire. Barquq essaie de s’enfuir, il est pris et enfermé dans la forteresse de Karek. Les deux gouverneur replacent Malik as-Sâlih Hajj sur son trône avec le titre d’Al-Mansûr (Le vainqueur). Les luttes intestines entre mamelouk finissent par profiter à Barquq qui revient au Caire en février 1390.

Second règne (1390-1399)

Mausolée des mamelouks dans le cimetière nord du Caire

Au cours de ce second règne Barquq parvient à remplacer tous les gouverneurs et principaux officiers par des hommes de ses proches.

Tamerlan prend la mésopotamie, il envoie alors une lettre à Barquq. Au lieu de répondre à cette ambassade, Barquq fait exécuter les messagers et au même moment il fait bon accueil à un des adversaires de Tamerlan.

En 1394, Barquq envoie une lettre à Tamerlan, lui demandant de ne pas intervenir dans les relations entre l’Égypte et la Syrie. La répose de Tamerlan est cinglante : « Nous sommes nombreux, Nous avons vaincu les plus grandes nations. Ceux qui se soumettent restent en vie. Ceux qui résistent le regrettent peu après. ». En été 1395, Barquq part pour la Syrie avec son armée, vers Damas puis Alep. Il apprend que Tamerlan s’est dirigé vers le nord. Il décide de rentrer au Caire en novembre 1395.

Barquq fait défricher le Fayoum, et laisse 400 000 pièces d'or dans son trésor.

Barquq meurt en juin 1399 il est enterré dans le cimetière nord du Caire. Son fils An-Nâsir Faraj lui succède.

Précédé par Az-Zâhir Sayf ad-Dîn Barquq Suivi par
As-Sâlih Zayn ad-Dîn Hajji (bahrite)
Icone-Islam.svg Mamelouks burjites Transparent.gif
(1382-1389)
As-Sâlih Zayn ad-Dîn Hajji (bahrite)
Précédé par Az-Zâhir Sayf ad-Dîn Barquq Suivi par
As-Sâlih Zayn ad-Dîn Hajji (bahrite)
Icone-Islam.svg Mamelouks burjites Transparent.gif
(1390-1399)
An-Nâsir Faraj ben Barquq


Notes

  1. arabe : aẓ-ẓāhir sayf ad-dīn barquq, الظاهر سيف الدين برقوق, aẓ-ẓāhir sayf ad-dīn : l’évident glaive de la religion, barquq : abricot c’est-à dire le fruit précoce
  2. (en) l’article de Wikipedia Barquq donne 1377. Le dictionnaire historique de l’islam donne 1376 de même que (ar) Dynastie des mamelouks bahrites et que (en) Kadir I. Natho, Circassian Memlouks

Voir aussi

Liens et documents externes

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu d’une traduction de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Barquq ».
  • (ar) المماليك البحريون/القبجاق Dynastie des mamelouks bahrites.
  • (en) Kadir I. Natho, Circassian Memlouks
  • Janine et Dominique Sourdel, Dictionnaire historique de l’islam, Ed. PUF, (ISBN 978-2-130-545361) pp. 526-529, article Mamlouks syro-égyptiens
  • Portail de l’Égypte Portail de l’Égypte
  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire
  • Portail de l’esclavage Portail de l’esclavage
Ce document provient de « Az-Z%C3%A2hir Sayf ad-D%C3%AEn Barquq ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Barkok de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Barkok — (Al Malek al Dhaher Abu Said), circassischer Sklave, kam nach Ägypten, u. nach mannichfaltigen Schicksalen in die Dienste des Sultan Schaban; wurde hier, die Zwistigkeiten der Emire benutzend, Oberstallmeister, Atabek der Armeen u. endlich… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • barkök — s ( et, barkök) …   Clue 9 Svensk Ordbok

  • Ägypten [3] — Ägypten (Gesch.). Die Urbewohner Ä s waren nach Herodot ein Volk von dunkler Hautfarbe u. vollen Lippen, aber keine Neger. Zu ihnen wanderte ein asiatisches, der kaukasischen Race angehörendes Volk semitischen Stammes von lichterer Farbe, hohem… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Oranaise — Oran Oran وهـران Vue d Oran depuis Santa Cruz, 2007 Géographie Pays …   Wikipédia en Français

  • Ouahran — Oran Oran وهـران Vue d Oran depuis Santa Cruz, 2007 Géographie Pays …   Wikipédia en Français

  • Ouaran — Oran Oran وهـران Vue d Oran depuis Santa Cruz, 2007 Géographie Pays …   Wikipédia en Français

  • Wahran — Oran Oran وهـران Vue d Oran depuis Santa Cruz, 2007 Géographie Pays …   Wikipédia en Français

  • Waran — Oran Oran وهـران Vue d Oran depuis Santa Cruz, 2007 Géographie Pays …   Wikipédia en Français

  • Abu Nasser — Abu Nasser, Mal ek Almojad, Nachkomme des Barkok von den cirkassischen Mamelukken, reg. 1412 bis 1420 in Ägypten …   Pierer's Universal-Lexikon

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”