FC Internazionale Milan
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec l'AC Milan, un autre club milanais de football.
FC Internazionale Milano
Logo du FC Internazionale Milano
Généralités
Nom complet Football Club Internazionale Milano
Surnom(s) Nerazzurri
Fondation 9 mars 1908
Statut professionnel Depuis 1908
Couleurs Noir et bleu
Stade(s) Giuseppe Meazza
(87 000 places)
Siège Corso Vittorio Emanuele II 9
20122 Milan
Championnat actuel Serie A
Président Drapeau : Italie Massimo Moratti
Entraîneur Drapeau : Italie Claudio Ranieri
Joueur le plus capé Drapeau : Argentine Javier Zanetti (757)
Meilleur buteur Drapeau : Italie Giuseppe Meazza (288)
Site web www.inter.it
Palmarès principal
National[1] Championnat d'Italie (18)
Coupe d'Italie (7)
Supercoupe d'Italie (5)
International[1] Coupe du monde des clubs (1)
Coupe intercontinentale (2)
Ligue des champions (3)
Coupe UEFA (3)
Maillots
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur
Actualités
Pour la saison en cours, voir :
Championnat d'Italie de football 2011-2012

Le Football Club Internazionale Milano, plus connu sous les noms d'Internazionale, d'Inter Milan ou d'Inter, est un club de football italien basé à Milan, qui évolue dans le championnat d'Italie de football.

Le club est fondé le 9 mars 1908 par des dirigeants dissidents de l'AC Milan, avec lequel il partage la résidence du stade Giuseppe-Meazza et dispute le « derby della Madonnina ». Ce sont des rencontres de grande intensité au cours desquels s'exacerbe la rivalité historique entre les deux clubs et leurs supporters. Le club nourrit une importante rivalité sportive avec la Juventus, face à laquelle il dispute le « derby d'Italie ».

Les trois clubs concentrent la majorité des titres acquis en Italie lors du le siècle dernier. L'Inter a remporté 18 Scudetti (le nom donné à la victoire en championnat d'Italie), sept Coupes et cinq Supercoupes d'Italie, ce qui en fait le club le plus titré du pays derrière la Juventus. Sur le plan international, l'Inter compte à son palmarès trois Ligues des champions, trois Coupes UEFA, deux Coupes intercontinentales et une Coupe du monde des clubs, ce qui lui vaut d'apparaître au sixième rang européen des clubs de football du XXe siècle selon l'IFFHS. En 2010, le club remporte un retentissant quintuplé : championnat, Coupe et Supercoupe d'Italie, Ligue des champions et Coupe du monde des clubs. Par ailleurs, l'Inter est l'unique équipe italienne à n'avoir jamais connu de relégation depuis son entrée en championnat, en 1908.

Le club aux rayures bleues et noires est dirigé par Massimo Moratti, arrivé en 1995, fils d'Angelo Moratti, président emblématique de la Grande Inter des années 1960.

Sommaire

Histoire

Les débuts (1908-1923)

Équipe remportant le premier scudetto en 1910

Le Football Club Internazionale Milano est fondé le 9 mars 1908 par quarante-trois membres dissidents de l'AC Milan, italiens et suisses, mécontents de voir leur ancien club refuser aux étrangers la possibilité de jouer[2]. La volonté initiatrice des fondateurs de donner la possibilité aux joueurs non italiens de porter le maillot du club est incarné par son nom « Internazionale ». Ses couleurs sont l'or, le noir et le bleu[3].

Le premier président du club est Giovanni Paramithiotti, lequel est remplacé en 1909 par Ettore Strauss et en 1910 par Carlo De Medici. Seulement deux ans après la fondation du club, l'Inter remporte son premier championnat[2], qu'elle doit notamment au talent de son entraîneur-joueur international, Virgilio Fossati.

La présidence du club change à plusieurs reprises les années suivantes, et l'équipe ne gagne plus de nouveau titre. La Première Guerre mondiale provoque l'interruption des compétitions au cours de la saison 1914-1915 et l'annulation des championnats suivants. Mobilisé, le capitaine Fossati perd la vie au combat en 1918. Le championnat reprend ses droits en 1919 et permet à l'Inter de l'entraîneur Nino Resegotti de remporter en 1920 un second Scudetto (en français : un titre de champion d'Italie), grâce à une victoire en finale sur l'US Livourne (3-2). Le président était alors Giorgio Hulss. La saison suivante, il gagne le championnat lombard et se classe 3e dans le groupe D des interrégionaux. Il continue sur cette lancée les années suivantes, sans gagner le championnat, mais se maintenant quand même en haut du classement, sous le coaching de l'Hongrois et ancien du club Arpad Veisz.

En 1921 l'Inter participe au championnat dissident organisé par la CCI. Dernier du groupe B, le club aurait dû être relégué en deuxième division mais bénéficie d'une modification du règlement, dans le cadre de la réunification des compétitions acté au cours du Compromesso Colombo, lui permettant de disputer un barrage afin de conserver sa place dans l'élite. C'est chose faite et le club évolue la saison suivante au sein du championnat réunifié.

Sous le régime fasciste, l'Ambrosiana (1928-1945)

Benito Mussolini prend le pouvoir en 1922 et instaure à partir de 1924 un régime dictatorial. En 1928, les autorités imposent à l’Internazionale, dont le nom va à l'encontre de ses orientations politiques[2], de fusionner avec l’Unione Sportiva Milanese au sein de la Società Sportiva Ambrosiana, et c'est sous ce nom qu'il conquiert son troisième titre national en 1930, toujours sous la direction d'Arpad, et avec l'aide du jeune Meazza (qui marque les 3 buts lors du match décisif contre Gênes). Mais le club connaît une petite baisse de régime durant les années qui suivent, se classant 5e, 6e et deux fois second. Mais l'Inter ne s'est pas seulement fait remarquer par sa régularité en championnat. En effet, il se caractérise par le succès de ses internationaux.

En 1934, le club compte quatre joueurs parmi l'équipe nationale vainqueur de la Coupe du monde en Italie : Luigi Allemandi, Armando Castellazzi, Attilio Demaría et l'attaquant Giuseppe Meazza[3]. Quatre ans plus tard, l'Inter remporte son quatrième titre de champion. Quelques semaines plus tard, ils sont cinq Azzurri à conserver leur titre de champion du monde à Paris : Renato Olmi, Pietro Ferraris II, Giovanni Ferrari, Ugo Locatelli et Giuseppe Meazza.

L'année suivante, les coéquipiers de Meazza, devenu meneur de jeu, remportent la Coupe d'Italie (Coppa Italia) pour la première fois de l'histoire du club, puis un cinquième Scudetto en 1940. Handicapé par les blessures, Meazza quitte le club en novembre et signe à l'AC Milan.

Le club évite de peu la relégation lors de la saison 1941-1942, avant que les compétitions ne soient interrompues par l'extension de la Seconde Guerre mondiale. En octobre 1945, à la chute du régime fasciste, le club retrouve son nom d'origine[3].

L'après-guerre (1945-1955)

Meazza revient jouer quelques matches entre 1946 et 1948, comme entraîneur-joueur. Cette figure légendaire du club, auteur de 283 buts sous le maillot nerazzurro[3] (dont 247 en championnat), donne son nom au stade San Siro en 1980, un an après sa mort.

Après plusieurs années de moindre succès, l'entraîneur Alfredo Foni, adepte du catenaccio, mène le club à deux nouveaux titres de champion en 1953 et 1954, grâce notamment à quelques joueurs majeurs : Benito Lorenzi, le Suédois Lennart Skoglund et le Franco-Hongrois István Nyers.

La Grande Inter de Moratti (1955-1968)

Angelo Moratti rachète le club en 1955 au président Carlo Masseroni qui doit quitter le club. Après plusieurs années sans succès, il débauche en 1960 l'entraîneur franco-argentin du FC Barcelone, Helenio Herrera. Celui-ci fait venir l'année suivante l'attaquant espagnol Luis Suárez Miramontes, Ballon d'or en 1960, et bâti rapidement une équipe emblématique de l'histoire du club, connue comme la Grande Inter. Fin tacticien, Herrera bâtit une Inter hermétique, basée sur un système en 5-3-2 qui perfectionne le catenaccio, un système défensif optimisant l'art de la contre-attaque.

Elle gagne trois championnats (1963, 1965 et 1966, le championnat 1964 n'étant perdu qu'en match d'appui) mais surtout s'impose en Coupe des clubs champions européens à deux reprises en 1964 (contre le Real Madrid d'Alfredo Di Stefano) et en 1965 (contre le Benfica d'Eusébio) à San Siro. L'équipe est composée lors de ces deux finales de Giuliano Sarti dans les buts, Tarcisio Burgnich, Aristide Guarnieri, Armando Picchi, Giacinto Facchetti et Gianfranco Bedin en défense, Luis Suárez Miramontes, Mario Corso et Jair au milieu, Sandro Mazzola et Aurelio Milani puis, en attaque, Joaquín Peiró. L'Inter remporte enfin la Coupe intercontinentale lors des deux saisons, face aux Argentins d'Independiente[4].

Le club compte alors dans ses rangs quelques-uns des meilleurs joueurs du monde et le président n'hésite pas à offrir, en vain, d'importantes sommes d'argent dans le but de recruter Pelé ou Eusébio, tous deux réceptifs mais les politiques totalitaires du Brésil et du Portugal empêchent toute transaction. Cette période dorée se termine en 1967, qui voit l'Inter détrônée en Italie par la Juventus, et battue en finale de Coupe des clubs champions européens face au Celtic FC. Herrera s'en va après huit saisons passées au club, le président Moratti l'imitant peu après[5].

De 1970 à 2005

Après la décennie de rêve, l'Inter remporte en 1971 son onzième Scudetto, puis son douzième en 1980. Le club atteint entre temps une nouvelle fois la finale de la Coupe des clubs champions européens en 1972, qu'il perd face au club qui domine alors le football européen : l'Ajax de Johan Cruyff.

Après deux victoires en Coupe d'Italie en 1978 et 1982, il faut attendre 1989 pour voir de nouveau le club s'imposer en championnat devant les deux grands clubs du moment : son grand rival milanais, le Milan AC et le SSC Naples de Diego Maradona. Ce titre permet alors à l'Inter de figurer au troisième rang des clubs les plus titrés en championnat.

Les années 1990 sont marquées par trois victoires en Coupe UEFA, en 1991, 1994 et 1998, plus une finale perdue en 1997. Le nouveau président, Massimo Moratti, qui a racheté le club en 1995, n'hésite pas à investir beaucoup d'argent sur le marché des transferts, ce qui lui permet d'attirer des joueurs du calibre de Ronaldo (Il Fenomeno), Dennis Bergkamp, Youri Djorkaeff, Christian Vieri ou encore Roberto Baggio. Cette politique ne permet pourtant pas au club de reconquérir le championnat, largement dominé par l'AC Milan et la Juventus. L'institution, qui porte l'image d'un club maudit, connaît à la fin des années 1990 une chute de popularité auprès de ses supporters.

L'Inter passe tout près du titre lors de la saison 2001-2002 : le club lombard reste en tête du championnat toute la saison et compte six points d'avance sur ses premiers poursuivants à quatre journées de la fin, avant de s'écrouler. Le club perd le titre lors du dernier match sur une défaite face à la Lazio Rome (2-4 après avoir mené 2-1). Maigre consolation, l'Inter remporte à deux reprises la Coupe d'Italie en 2005 et 2006.

La domination du football italien (2005-2010)

Javier Zanetti, capitaine de l'Inter depuis la saison 1999/2000

En 2006, suite à l'Affaire des matches truqués du Calcio, le titre est obtenu sur tapis vert pour l'Inter quinze ans après le précédent (le 14e de son histoire). L'effectif est alors l'un des plus talentueux au monde et compte notamment Marco Materazzi, Dejan Stanković, Siniša Mihajlović (tous deux récupérés à la Lazio), Iván Córdoba, Luís Figo, Patrick Vieira, Zlatan Ibrahimović (tous deux récupérés à la Juventus), Adriano, Esteban Cambiasso, Javier Zanetti ou Hernán Crespo entre autres.

Lors de la saison 2006-2007, l'Inter réussit un excellent début de championnat puisque cette équipe réussit à battre non seulement le record de victoires de suite en Serie A qui appartenait jusque-là à la Roma avec 11 victoires, mais également le record européen (des championnats considérés de premier niveau, à savoir italien, espagnol, anglais, allemand et français) qui était détenu conjointement par le grand Real Madrid de Di Stefano ainsi que par le Bayern Munich et l'a poussé à 17 victoires de rang, série achevée par un nul 1-1 contre l'Udinese le 28 février 2007.

Le début de la saison 2006-2007 est cependant marqué par le décès du président et ancien joueur Giacinto Cippe Facchetti, le 4 septembre, à l'âge de 64 ans. Le 6 septembre, le match opposant la France à l'Italie pour le compte des éliminatoires de l'Euro 2008 débute sur une minute de silence durant laquelle les 80 000 spectateurs du stade de France honorent de leurs applaudissements le glorieux défunt. Le 8 septembre, l'UEFA autorise l'Inter à retirer le numéro 3 à l'Argentin Nicolás Burdisso qui se voit attribuer le numéro 16 pour la saison à venir. En championnat, l'Inter bat le record de nombre de victoires consécutives de l'histoire de la Serie A et, le 22 avril 2007, l'Inter conserve son Scudetto après une saison qu'elle domine du début à la fin (le quinzième de l'histoire du club nerazzurro).

Lors de la saison 2007-2008, l'Inter est sacrée pour la troisième fois consécutive championne d'Italie (la seizième fois de son histoire), après une lutte acharnée contre l'AS Roma qui finit de nouveau deuxième. Les Nerazzurri sont restés les premiers du classement durant pratiquement l'intégralité de la saison. En Ligue des champions, l'Inter est éliminée par Liverpool en huitièmes de finale, ce qui provoque le limogeage de Roberto Mancini en fin de saison, remplacé en juin 2008 par le charismatique technicien portugais José Mourinho. Ce dernier a pour ambition de permettre à l'Inter de retrouver les sommets de la hiérarchie européenne comme elle le fit dans les années 60.

Durant son premier match officiel sous les couleurs de l'Inter, The Special One décroche la supercoupe d'Italie, une nouvelle fois face à l'AS Rome, lors de la séance des tirs au but. Il dédie ce succès à son prédécesseur, Roberto Mancini, sans qui il n'aurait pu ajouter cette supercoupe à son palmarès.

Lors de la saison 2009-2010, l'Inter se qualifie pour la finale de la Ligue des champions, trente-huit ans après sa dernière finale en Coupe des clubs champions. Guidée par le meneur d'homme José Mourinho et bénéficiant d'un mercato bien géré[réf. nécessaire], l'Inter rivalise et élimine Chelsea en huitièmes, le CSKA Moscou en quart et le tenant du titre, le FC Barcelone, en demie. Le 5 mai 2010, elle gagne la Coupe d'Italie de football contre l'AS Rome sur le score d'un but à zéro, inscrit par Diego Milito. Ce même Diego Milito qui inscrit l'unique but contre Sienne lors de la 38e et dernière journée de championnat pour offrir du même coup au club le 18e Scudetto de son histoire, le 5e d'affilée. Le 22 mai 2010, l'Inter retrouve enfin les sommets de l'Europe et remporte sa 3e Ligue des Champions à Madrid, au Santiago Bernabéu, face au Bayern Munich (0-2) grâce à deux nouveaux buts de Diego Milito. Ses succès mettent en valeur la solidité défensive de l’équipe ainsi que le talent de ses attaquants, Samuel Eto'o et Diego Milito.

Quelques jours après, José Mourinho quitte l'Inter pour le Real Madrid. Rafael Benítez, séparé du Liverpool FC, devient son successeur le 10 juin 2010[6].Le 21 août, Rafael Benitez remporte son premier trophée avec l'Inter (la Supercoupe d'Italie), 3-1 contre l'AS Rome à San Siro. L'Inter rentre un peu plus dans l'histoire de la Serie A en faisant le quadruplé. Une semaine plus tard, à Monaco, les Nerazzurri ont l'occasion de soulever un nouveau trophée européen, inédit dans le palmarès intériste, la Supercoupe de l'UEFA, mais ils s'inclinent contre l'Atlético de Madrid. Ils jouent ensuite le Mondial des clubs qu'ils gagnent, ce qui fait que ce titre est une fois de plus remporté par un club européen.

Le 23 décembre, durant la trêve hivernale, l'entraîneur espagnol est pourtant limogé suite aux mauvais résultats du club. C'est le Brésilien Leonardo, ancien de l'ennemi du Milan AC, qui le remplace le 24 décembre. À la trêve hivernale, l'Inter compte 13 points de retard sur le Milan AC mais avec 2 matches en moins. En Ligue des champions, l'Inter élimine le Bayern Munich, en s'imposant à Munich lors du match retour (3-2). Le club réalise une remontée en championnat et revient à deux points du leader, le Milan AC, à la veille du derby. Mais les Nerazzurri s'inclinent face à leurs rivaux (3-0) avant d'être éliminés par les Allemands de Schalke 04 en quart de finale de la C1, malgré leur statut de favoris. Ils terminent 2e de la Serie A et remportent tout de même leur 3e trophée de la saison avec la Coupe d'Italie face à Palerme (3-1).

Palmarès

Palmarès national Palmarès international

L'Inter a remporté par ailleurs un certain nombre de tournois amicaux prestigieux, parmi lesquels :

  • Pirelli Cup (2) :
    • Vainqueur : 2009, 2010

Identité

Infrastructures

Anciennes enceintes

Stade actuel

Tifo des supporters de l’Inter dans le stade Giuseppe-Meazza.
Article détaillé : stade Giuseppe-Meazza.

Le stade Giuseppe-Meazza, baptisé en l'honneur de Giuseppe Meazza, un ancien joueur du club durant les années 1930 et 1940, également connu comme San Siro, est un stade de football d'une capacité de 82 074 places situé à Milan. L’enceinte est le lieu de résidence des deux grands clubs de la ville : l'AC Milan et l'Inter.

Construit en septembre 1926 par le président du Milan AC Piero Pirelli, il n'est adopté par l'Inter qu'à partir de 1947, après les travaux d'agrandissement réalisés par la ville, devenue propriétaire du stade. Il est profondément modernisé à l'occasion de la Coupe du monde 1990, ce qui lui vaut aujourd'hui de répondre aujourd'hui aux normes des stades Élite UEFA. Grâce à des tribunes proches du terrain, une forte inclinaison des gradins et un large toit, l’enceinte bénéficie d’une atmosphère qui en fait l’un des stades de football les plus célèbres au monde[8].

Une vue intérieur du Stade Giueseppe Meazza.

Centre d'entraînement

L'Inter est propriétaire du centre sportif Angelo Moratti (connu sous le nom de la Pinetina) à Appiano Gentile, à quelques kilomètres de Côme, où ses joueurs s'entraînent.

Aspects juridiques et économiques

Personnalités historiques du club

Joueurs emblématiques

Les joueurs suivants peuvent être considérés comme emblématiques dans l'histoire du club :

voir aussi Catégorie:Joueur de l'Inter Milan

Vainqueur du Ballon d'or

Onze joueurs de l'Inter ont terminé sur le podium du Ballon d'or :

Lauréats (2) 2e place (6) 3e place (3)

Autres distinctions individuelles

Meilleur footballeur de l'année FIFA
Meilleur footballeur de l'année UEFA
Meilleur attaquant de l'année UEFA
Meilleur milieu de terrain de l'année UEFA
Meilleur défenseur de l'année UEFA
Meilleur gardien de l'année UEFA

Entraîneurs

Liste des entraîneurs de l'Inter
  • 1909-1915 : Virgilio Fossati
  • 1919  : Yasin Kavalci
  • 1920  : Nino Resegotti
  • 1922-1924 : Bob Spotiswood
  • 1924-1926 : Paulo Schiedler
  • 1926-1928 : Bayram Kavalci
  • 1928-1929 : Josef Viola
  • 1929-1931 : Árpád Weisz
  • 1931-1932 : Istvan Toth
  • 1932-1934 : Árpád Weisz
  • 1935-1936 : Gyula Feldmann
  • 1936  : Albino Carraro
  • 1936-1938 : Armando Castellazzi
  • 1938-1940 : Toni Cargnelli
  • 1940  : Giuseppe Peruchetti
  • 1941  : Italo Zamberletti
  • 1941-1942 : Ivo Fiorentini
  • 1942-1943 : Giovanni Ferrari
  • 1945-1946 : Carlo Carcano
  • 1946  : Nino Nutrizio
  • 1947-1948 : Giuseppe Meazza
  • 1948  : Carlo Carcano
  • 1948  : John Astley
  • 1949-1950 : Giulio Cappelli

Présidents

Effectif actuel (2011-2012)

Effectif de l'Inter Milan
Joueurs Encadrement technique
P. Nat.[9] Nom Date de naissance Sélection[10] Club précédent
1 G Équipe du Brésil de football , Júlio CésarJúlio César &0000000000011760.00000011 760 3 septembre 1979 (32 ans) Brésil Chievo Vérone
12 G Équipe d'Italie de football Castellazzi, LucaLuca Castellazzi &0000000000013267.00000013 267 19 juillet 1975 (36 ans) Italie UC Sampdoria
21 G Équipe d'Italie de football Orlandoni, PaoloPaolo Orlandoni &0000000000014338.00000014 338 12 août 1972 (39 ans) Italie Piacenza Calcio
33 G Équipe d'Italie de football Viviano, EmilianoEmiliano Viviano &0000000000009479.0000009 479 1er décembre 1985 (25 ans) Italie Bologne FC
2 D Équipe de Colombie de football Córdoba, IvánIván Córdoba &0000000000012878.00000012 878 11 août 1976 (35 ans) Colombie San Lorenzo de Almagro
6 D Équipe du Brésil de football Lúcio, Lúcio &0000000000012243.00000012 243 8 mai 1978 (33 ans) Brésil Bayern Munich
13 D Équipe du Brésil de football , MaiconMaicon &0000000000011068.00000011 068 26 juillet 1981 (30 ans) Brésil AS Monaco
16 D Équipe d'Italie de football Caldirola, LucaLuca Caldirola &0000000000007622.0000007 622 1er janvier 1991 (20 ans) Italie espoirs formé au club
23 D Équipe d'Italie de football Ranocchia, AndreaAndrea Ranocchia &0000000000008672.0000008 672 16 février 1988 (23 ans) Italie Genoa CFC
25 D Équipe d'Argentine de football Samuel, WalterWalter Samuel &0000000000012289.00000012 289 23 mars 1978 (33 ans) Argentine Real Madrid
26 D Équipe de Roumanie de football Chivu, ChristianChristian Chivu &0000000000011341.00000011 341 26 octobre 1980 (31 ans) Roumanie AS Rome
37 D Équipe d'Italie de football Faraoni, MarcoMarco Faraoni &0000000000007325.0000007 325 25 octobre 1991 (20 ans) Italie espoirs formé au club
42 D Équipe du Brésil de football , JonathanJonathan &0000000000009391.0000009 391 27 février 1986 (25 ans) Brésil Santos Futebol Clube
55 D Équipe du Japon de football Nagatomo, YutoYuto Nagatomo &0000000000009194.0000009 194 12 septembre 1986 (25 ans) Japon AC Cesena
4 M Équipe d'Argentine de football Zanetti, JavierJavier Zanetti lettre C &0000000000013975.00000013 975 10 août 1973 (38 ans) Argentine CA Banfield
5 M Équipe de Serbie de football Stanković, DejanDejan Stanković &0000000000012117.00000012 117 11 septembre 1978 (33 ans) Serbie Lazio Rome
8 M Équipe d'Italie de football Motta, ThiagoThiago Motta &0000000000010670.00000010 670 28 août 1982 (29 ans) Italie Genoa CFC
10 M Équipe des Pays-Bas de football Sneijder, WesleyWesley Sneijder &0000000000010019.00000010 019 9 juin 1984 (27 ans) Pays-Bas Real Madrid
11 M Équipe d'Argentine de football Álvarez, RickyRicky Álvarez &0000000000008616.0000008 616 12 avril 1988 (23 ans) Argentine Vélez Sársfield
18 M Équipe d'Italie de football flèche vers la droite Poli, AndreaAndrea Poli &0000000000008081.0000008 081 29 septembre 1989 (22 ans) Italie UC Sampdoria
19 M Équipe d'Argentine de football Cambiasso, EstebanEsteban Cambiasso &0000000000011410.00000011 410 18 août 1980 (31 ans) Argentine Real Madrid
20 M Équipe du Nigeria de football Obi, JoelJoel Obi &0000000000007481.0000007 481 22 mai 1991 (20 ans) Nigéria formé au club
29 M Équipe du Brésil de football Coutinho, PhilippePhilippe Coutinho &0000000000007481.0000007 481 22 mai 1991 (20 ans) Brésil CR Vasco de Gama
48 M Équipe d'Italie de football Crisetig, LorenzoLorenzo Crisetig &0000000000006872.0000006 872 20 janvier 1993 (18 ans) Italie espoirs formé au club
76 M Équipe du Brésil de football , KerlonKerlon &0000000000007481.0000007 481 22 mai 1991 (20 ans) Brésil -20 ans Cruzeiro EC
77 M Équipe du Ghana de football Muntari, SulleySulley Muntari &0000000000009940.0000009 940 27 août 1984 (27 ans) Ghana Sunderland AFC
7 A Équipe d'Italie de football Pazzini, GiampaoloGiampaolo Pazzini &0000000000009965.0000009 965 2 août 1984 (27 ans) Italie Sampdoria de Gènes
9 A Équipe d'Uruguay de football Forlán, DiegoDiego Forlán &0000000000011867.00000011 867 19 mai 1979 (32 ans) Uruguay Atlético de Madrid
22 A Équipe d'Argentine de football Milito, DiegoDiego Milito &0000000000011843.00000011 843 12 juin 1979 (32 ans) Argentine Genoa CFC
28 A Équipe d'Argentine de football flèche vers la droite Zárate, MauroMauro Zárate &0000000000009007.0000009 007 18 mars 1987 (24 ans) Argentine Lazio Rome
30 A Équipe des Pays-Bas de football Castaignos, LucLuc Castaignos &0000000000006987.0000006 987 27 septembre 1992 (19 ans) Pays-Bas Feyenoord Rotterdam
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)
Préparateur(s) physique(s)
  • Drapeau d'Italie Stefano Rapetti
Entraîneur(s) des gardiens
  • Drapeau d'Italie Alessandro Nista
Médecin(s)
  • Drapeau d'Italie Giorgio Panico



Légende

Effectif sur le site officiel Consultez la documentation du modèle

Culture populaire

Rivalités

Article détaillé : Derby della Madonnina.

La plus grande rivalité nourrie par l'Inter résulte évidemment de la lutte pour la suprématie locale avec l'AC Milan, qui s'exprime notamment lors des rencontres entre les deux clubs, dénommés Derby della Madonnina. La Madonnina est la statue dorée de la Madone qui coiffe le Dôme de Milan.

Article détaillé : derby d'Italie.

L'autre grand derby qui occupe les médias et les supporters en Italie est le « derby d'Italie », contre la Juventus[11]. Ce derby prend sa source dès les années 1960 mais s'est accentué depuis les années 1990[12] et la lutte régulière en tête du classement des deux clubs. La rivalité atteint son paroxysme depuis la rétrogradation en deuxième division des Bianconeri et l'annulation de leurs Scudetti 2005 et 2006, ce dernier ayant été donné sur tapis vert à l'Inter[13].

Supporters

Relations avec les médias

Annexes

Notes et références

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a et b Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. a, b et c Internazionale, FIFA. Consulté le 14 février 2011
  3. a, b, c et d (en) History, FC Internazionale Milano. Consulté le 14 février 2011
  4. Coupes Intercontinentales 1964 et 1965 sur FIFA. Consulté le 14 février 2011
  5. Histoire du club sur www.internazionale.fr. Consulté le 14 février 2011
  6. Rafael Benitez, welcome to Inter!, site de l'Inter
  7. Sacré champion suite au déclassement de la Juventus et du Milan AC lors du scandale du Calcio.
  8. Stades mythiques vus de Google Earth sur http://www.linternaute.com. Mis en ligne le 18 mars 2008
  9. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  10. Seule la sélection la plus importante est indiquée.
  11. (it) Les alliés et ennemis de la Juventus
  12. Le "choc" des "légendes"... ?
  13. Juve-Inter, le match à ne pas perdre...

Liens externes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article FC Internazionale Milan de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Milán — Para otros usos de este término, véase Milán (desambiguación). Milano Bandera …   Wikipedia Español

  • Milan (ville) — Milan Pour les articles homonymes, voir Milan (homonymie) et Milano (homonymie). Milan Piazza del Duomo …   Wikipédia en Français

  • Milan (comics) — Milan Publication information Publisher Marvel Comics First a …   Wikipedia

  • Internazionale Milano F.C. — Inter Milan FC Internazionale …   Wikipédia en Français

  • Milan — Milano redirects here. For other uses, see Milano (disambiguation). For other uses, see Milan (disambiguation). Milan Milano   Comune   Comune di Milano …   Wikipedia

  • Internazionale — Inter Mailand Voller Name Football Club Internazionale Milano S.p.A. Ort Mailand Gegründet 9. Mär …   Deutsch Wikipedia

  • Internazionale F.C. — Inter Mailand Voller Name Football Club Internazionale Milano S.p.A. Ort Mailand Gegründet 9. Mär …   Deutsch Wikipedia

  • Internazionale FC — Inter Mailand Voller Name Football Club Internazionale Milano S.p.A. Ort Mailand Gegründet 9. Mär …   Deutsch Wikipedia

  • Internazionale Football Club Mailand — Inter Mailand Voller Name Football Club Internazionale Milano S.p.A. Ort Mailand Gegründet 9. Mär …   Deutsch Wikipedia

  • Internazionale Milano F.C. — Inter Mailand Voller Name Football Club Internazionale Milano S.p.A. Ort Mailand Gegründet 9. Mär …   Deutsch Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”